Toi. Moi. Et les étoiles. Tome 2 par Nelly Weaver

Mots-clefs

, , , , , ,

toi_-moi_-et-les-etoiles_-tome-2-894368-264-432

Fiche Technique :

Autoédition – 331 pages – ebook ou broché – Romance

Résumé :

Après l’accident qui a failli lui couter la vie, Livie se remet doucement au côté d’Ethan et ses amis. Conscient de la deuxième chance qui s’offre à lui, Ethan profite de pouvoir enfin jouir de cette relation qui lui a été si longtemps interdite. Il est bien décidé à se reconstruire à New York et faire une croix sur le passé. Malheureusement, les vieilles habitudes de Livie ne sont pas pour autant derrière elle. Elle compte bien trouver le moyen de contacter son frère tout en sachant qu’Ethan évite toute discussion le concernant. Mais elle refuse de laisser tomber : Greg est sa famille et le seul qui mérite son pardon à ses yeux. Quand les secrets et les mensonges se multiplient, quand Livie comprend qu’elle a plus en commun avec son bourreau qu’elle ne le voudrait, une question se pose. Peut-on combattre le pouvoir du sang qui coule dans nos veines ?

pile-de-livres

Mon avis :

Je tiens à remercier chaleureusement l’auteure, Nelly Weaver, pour sa confiance renouvelée avec ce nouveau service presse et pour sa gentillesse.

Attention, si vous n’avez pas lu le tome 1 (inadmissible !! pourtant je vous en parlais ICI) ma chronique risque de vous spoiler.

L’histoire de ce tome 2 débute pile là où se termine le tome 1. Livie vient d’avoir un violent accident et sombre dans le coma. Ethan est anéanti mais reste à ses côtés et, lorsqu’elle reprend connaissance, il compte bien faire table rase du passé et se créer une vie douillette à New York avec sa bien-aimée. Mais Livie ne l’entend pas de cette oreille, elle veut avant tout reprendre contact avec son frère Greg, le seul membre de sa famille qu’il lui reste et lui pardonner ses erreurs. Elle va donc sombrer dans une spirale de mensonges et de non-dits qui risquent de tout remettre en cause..

J’ai été heureuse de retrouver dans ce second tome tous les ingrédients qui m’avaient plu dans le premier opus. En effet, Nelly Weaver a conservé le principe des changements de narrateur et des sauts dans le temps. J’aime pouvoir comprendre les héros et pour cela la meilleure façon est de pénétrer leurs esprits, entendre leurs pensées et c’est cette possibilité que nous donne ici l’auteure.

Les personnages sont toujours aussi attachants bien que Greg ne soit quasiment pas présent dans cette seconde partie. Livie nous montre un côté beaucoup plus sombre, têtu même si on peut la comprendre. Elle a de nombreux secrets et va se retrouver dans des situations compliquées à cause de cela. Ethan quant à lui est toujours aussi sexy, charmant.. J’aime son côté « enfant espiègle », mais aussi rebelle. J’aime également l’attachement dont il fait preuve pour Livie. Ces deux personnages vont connaître des hauts et des bas, des moments vraiment durs et surtout un mise à l’épreuve de leur amour qui m’a fait presque détester l’auteure (Nelly, non !! ) mais je n’en dis pas plus…

Mes sentiments sont beaucoup plus ambigus concernant Greg. Il reste le grand frère protecteur mais il est également coupable de beaucoup de fautes. Livie semble vouloir les lui pardonner mais il reste à voir si tous (et lui le premier) arriveront à faire de même. Les personnages secondaires prennent également de l’importance, notamment Jenny qui m’a beaucoup émue. On en apprend plus sur sa vie, son parcours, ses secrets.. Le personnage d’Hayden est également très attachant et apporte un peu de légèreté dans cette seconde partie bien sombre.

J’ai apprécié retrouver la plume de Nelly Weaver, qui, comme pour le tome un, m’a complètement embarquée dans son histoire grâce son écriture légère et addictive et à son imagination. Elle a su garder les excellentes bases du premier livre et développer son histoire avec talent. Mon seul bémol ira a une première partie un peu longue, le temps de la convalescence de Livie. J’avais hâte que l’histoire avance mais une fois celle-ci lancée, on ne peut plus l’arrêter. En tout cas pour ma part, je lirais (et vous parlerais !!) du 3ème tome avec plaisir !

en-conclusion

Un second tome tout aussi addictif que le premier où le passé continue à influer sur la vie de nos héros et où chacun va devoir faire des choix… pas toujours faciles !

Ma note : 7.5/10

 

Publicités

Chronique d’un Saint Exorciste T1 : La marque des cinq par Dana B. Chalys

Mots-clefs

, , , , , , , , ,

chroniques-d-un-saint-exorciste,-tome-1---la-marque-des-cinq-790660-264-432

Fiche Technique : 

Autoédition – 272 pages – ebook ou broché – Science-Fiction

Résumé : 

Depuis des siècles, dans le secret le plus total, une branche occulte de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem combat les forces démoniaques avec l’aide de ses chevaliers exorcistes. À seulement vingt-six ans, Nathan est le plus puissant d’entre eux, le Saint Exorciste, celui que l’Enfer craint par-dessus tout à cause de sa particularité unique : sa main droite manipule les forces divines tandis que sa gauche maîtrise les infernales. Mais que cache véritablement son pouvoir ? Et pourquoi les lieux de ses derniers exorcismes semblent former le début d’un immense pentagramme en plein cœur de Toulouse ? Se pourrait-il que les deux soient liés ? Comme si les ennuis n’étaient déjà pas assez nombreux, le Destin décide de mettre sur sa route une étudiante qui ne possède aucun don sinon une chance insolente. Détail qui pourrait bien lui sauver la vie à l’heure où les démons se font plus menaçants que jamais.

pile-de-livres

Mon avis : 

Je remercie vivement Dana B. Chalys, l’auteure, de m’avoir confié son roman en service presse et pour sa confiance. 

Entre la lecture du résumé et la très belle couverture, je n’ai pas su résister devant ce livre. Moi qui adore tout ce qui touche au thème « démons, possessions, religion » j’étais certaine d’y trouver mon compte. Et bien je dois dire que pour le coup, j’ai dû bénéficier d’un peu de la chance de Donna… 

Ce roman ouvre sur une séance d’exorcisme qui n’est pas loin de rappeler la scène mythique d’un vieux film.. Nathan prie, psalmodie et réussit à renvoyer le démon qui avait pris possession du corps d’une jeune adolescente en Enfer. Il faut dire que Nathan n’est pas n’importe qui, il est LE Saint Exorciste. Sa main droite va lui permettre de manipuler les forces divines et la gauche celles des Enfers, cette particularité lui vaut d’ailleurs l’inimitié voir la haine de certains de ses confrères. Enfin ça et le secret de son bracelet également… Puis, le lecteur va faire connaissance avec Donna, une jeune femme plutôt à l’aise dans ses baskets. Elle suit des études en audio-visuel, fréquente ses amies. Le seul hic est son incapacité à rencontrer l’amour.. Jusqu’au jour où elle va croiser, par hasard, la route de Nathan et le photographier; le devoir demandé par son professeur vient de trouver son sujet ! Sauf que cette photo va entraîner Donna dans le monde de Nathan et ça ne va pas être de tout repos.. 

Je n’irai pas par quatre chemins… Cette lecture est un coup de cœur pour moi ! 

Tout d’abord, j’ai vraiment beaucoup aimé l’histoire. Elle est bien construite et menée, les faits avancent à un bon rythme et elle est parfaitement cohérente. Les narrateurs s’alternent puisque nous vivons l’histoire tantôt du point de vue de Nathan et tantôt de celui de Donna. Les titres des chapitres dont Donna est la narratrice nous indiquent son humeur et j’ai adoré ce détail ! Le rythme insufflé par l’auteure est bien dosé et mesuré. On débute avec un contexte plutôt guilleret pour Donna alors que tout est déjà sombre dans le monde de Nathan. Ce contraste entre leurs deux vies est saisissant. Dana B. Chalys distille les révélations sans précipitations ainsi le lecteur a le temps d’intégrer l’histoire sans jamais s’ennuyer. Tout est bien expliqué, détaillé mais sans longueurs ni répétitions. L’histoire de la marque des cinq à travers ce Pentacle qui se forme est bien trouvée et on suit les difficultés de Nathan face à l’escalade de difficultés qu’entraînent ces exorcismes à répétitions sur lui.

L’amour est également très présent dans ce roman. L’auteure traite du sujet à travers diverses histoires d’amour en mêlant romance hétérosexuelle et homosexuelle mais également l’amour que l’on peux ressentir pour des personnes que l’on ne connait pas à travers l’esprit de sacrifice. L’amour maternel est également présent et ce court passage m’a beaucoup émue. De très beaux sentiments qui trouvent naturellement leur place dans cette histoire.

J’ai souvent du mal avec les personnages féminins mais Donna est une héroïne comme je les aime : drôle, touchante, indépendante, courageuse… Elle accepte les événements mais a besoin d’explications, elle sait s’imposer mais également rester en retrait lorsque c’est nécessaire. Elle m’a souvent fait rire et amusée mais a également su me toucher. Nathan est, quant à lui, captivant à cause de sa fonction si particulière mais également à cause de son histoire personnelle. Il est bourru, solitaire, généreux, altruiste. Les personnages secondaires sont également tous bien construits et parfaitement intégrés à l’histoire. J’avoue ma petite préférence pour Tit et son langage à la limite du compréhensible mais tellement drôle et attachant. 

C’est le premier roman que je lis de Dana B. Chalys mais j’ai trouvé qu’elle avait une plume limpide, agréable, fluide. Elle a su me prendre dans son histoire, m’entraîner dans ce monde où l’exorcisme, les démons, les sorciers côtoient les étudiants et les familles dans le centre de Toulouse. La pointe d’humour présente et le langage très actuel utilisé rendent ce livre encore plus plaisant à lire. Mon seul bémol ? Qu’il soit fini trop vite !! Il va me falloir lire la suite très, très vite ! D’autant qu’à la fin du roman, l’auteure a la gentillesse (ou le machiavélisme…) de nous dévoiler les premiers chapitres du tome 2. Et ils mettent l’eau à la bouche !

en-conclusion

 Un coup de cœur pour cette histoire, ses personnages et la plume de l’auteure.. J’ai hâte de lire la suite des aventures de

Nathan – Saint Exorciste Chevalier de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem

Par Dana B. Chalys – une auteure exceptionnellement inspirée

Ma note : 9.5/10

 

Renaissance T1 : Audace par L. Leclerc

Mots-clefs

, , , , , ,

Renaissance

Fiche Technique :

Editions du chemin – 244 pages – broché – Fantasy

Résumé :

Anastasia vit dans un univers post-apocalyptique que les créatures mythologiques partagent avec les humains. Dans ce nouveau monde, retombé à l’âge des châteaux et des lampes à huiles, Ana, son frère et ses parents font partie des douze familles qu’Aïdes, un vieux démon, a sauvées, lors du jour fatidique où tout à basculé.
Résidant dans un magnifique château de la région qui abritait autrefois Bruxelles, Anastasia possède tout ce dont elle a besoin pour vivre heureuse en tant que princesse. Cependant, ce n’est pas son désir. Elle voudrait voyager et partir à l’aventure. Or sortir du château lui est strictement interdit. Une seule question taraude la jeune fille: pourquoi ?

pile-de-livres

Mon avis :

Avant tout, je remercie l’auteure L. Leclerc pour ce service presse et pour sa confiance.

Anastasia est une jeune Princesse qui vit dans un monde assez étrange. En effet, un orage électrique a replongé le monde dans une vie digne du Moyen-Age sans électricité ni confort moderne. Mais le plus gros changement est que cela a créé des failles libérant toutes sortes de créatures mythologiques comme les Fées, des Nymphes, des Griffons.. qui vivent maintenant à la surface de la Terre. Seule 12 familles et quelques humains ont été sauvés par Aïdes et un pacte a été signé pour assurer leur survie. Mais Anastasia est obligée de vivre entre les murs du château, sans jamais en sortir, et cela commence à lui peser..

Dès les premières lignes, nous faisons connaissance avec Anastasia, la narratrice principale de ce récit, a qui la solitude du château parental pèse. Sa vie est rythmée entre bals et cours particuliers mais elle aimerait pouvoir découvrir le monde au-delà des grilles, surtout qu’elle ne sait pas pourquoi elle est maintenue enfermée. Elle compte donc sur son ami Thomas, un Centaure, pour l’aider à comprendre et surtout à lui permettre d’explorer un peu les alentours. Mais lorsqu’Emilian, un ami de son frère vient passer quelques jours au château sa vie va prendre un nouveau tournant..

L’histoire est vraiment très intéressante et prenante mais je diviserais ce roman en deux parties. La première, les choses se mettent en place, Anastasia creuse afin d’obtenir des questions à ses réponses et le lecteur fait connaissance avec les personnages. J’ai trouvée cette première partie du récit un peu lente, elle nous fait nous poser de nombreuses questions et j’avais hâte d’obtenir des réponses. De plus, une romance se développe et j’ai trouvé qu’elle prenait par moment un peu trop de place au détriment de la quête de réponses pour Anastasia.

La seconde partie est plus rythmée avec un retour sur le Pacte et ses conséquences. On découvre une Anastasia plus combattante, plus mature.. L’auteure nous y livre quelques explications et nous permet de combler certains vides. J’ai vraiment préféré cette seconde partie même si j’ai beaucoup aimé l’ensemble du roman. J’aurai aimé parfois un peu de développement à certains moments.

Le personnage d’Anastasia est attachant dès le départ mais j’ai beaucoup aimé son évolution. Au début de l’histoire, elle a des réactions d’adolescente mais va rapidement prendre en main sa vie afin d’obtenir ses réponses voir plus. Elle se montre courageuse et déterminée, elle est de plus en plus intéressante au fil des pages. Le personnage d’Emilian m’a également beaucoup plu, son côté mystérieux du début mais également sa bravoure. Certains chapitres, dans la seconde partie, sont écrits de son point de vue et j’ai trouvé que c’était une très bonne idée, cela nous permet de le connaître un peu mieux.. Par contre, j’aurai aimé que les personnages secondaires soient un peu plus développés comme les parents d’Anastasia par exemple.

Le Pacte est un fil conducteur et j’ai beaucoup aimé l’idée de base. De plus L. Leclerc intègre vraiment bien les créatures mythologiques et j’ai aimé en découvrir certaines. Le « petit plus » de ce roman est qu’à la fin l’auteure y inclut de nombreux dessins des différentes êtres peuplant le monde qu’elle a imaginé. Une riche idée pour permettre au lecteur de les visualiser ! J’ai également trouvé que l’auteure avait une très jolie plume fluide et agréable. J’ai maintenant qu’une question : pour quand est prévue la suite ?? Parce que les dernières lignes m’ont laissé sur ma faim…

en-conclusion

Un premier tome vraiment sympathique avec une histoire bien menée. J’attends maintenant avec impatience de pouvoir connaître la suite des aventures d’Anastasia et ses compagnons.

Ma note : 8/10

 

 

 

 

Sans issue, épisode 1 : Le silence de Svetlana Kirilina

Mots-clefs

, , , , , , , ,

sans-issue--1---le-silence-909943-264-432

Fiche Technique :

Auto-édition – 227 pages – ebook ou broché – Science fiction

Résumé :

La guerre a laissé des traces. Des traces qu’on a tenté d’effacer. Des traces qu’on a tenté de camoufler. Avec succès. La vie est devenue meilleure. La vie est devenue simple.

Mais tout le monde ne semble pas de cet avis.

pile-de-livresMon avis :

Un immense merci à Svetlana Kirilina qui m’a confié ce premier épisode en service presse et pour sa confiance renouvelée. C’est toujours un plaisir d’ouvrir l’un de ses livres…

J’ai eu la chance de lire déjà 2 livres de cette auteure : Comment j’ai tué sept personnes avec une agrafeuse et Les pâtes froides pour lequel j’avais eu un gros coup de cœur. C’est donc avec plaisir que je me suis lancée dans cette nouvelle lecture.

Cette chronique ne va concerner que l’épisode 1 car « Sans Issu » est une série de novellas ayant pour thème la dictature où chaque histoire est indépendante l’une de l’autre.

Ce premier opus ouvre sur Gul qui se réveille comme chaque matin au son de la radio. Une radio qui semble assez envahissante dans la vie quotidienne mais qui tranquillise Gul puisqu’elle émet sans discontinuer depuis que la guerre a prit fin. C’est une compagne rassurante, fidèle qui rythme ses journées. Puis, il y a Jo, qui arpente les allées d’un parc et qui semble nerveuse, elle a une mission à accomplir. Elle fait partie (sans le savoir encore..) de la rébellion avec son ami Tal.

Svetlana Kirilina nous décrit, une fois encore, un monde qui fait froid dans le dos. La guerre a laissé des traces et les autorités ont créé un monde où  la vie est simple, facile et surtout sans liberté. La radio est justement là pour guider, orienter voir commander aux citoyens leurs actes (il va pleuvoir, prenez un parapluie !). Mais le jour où la radio arrête d’émettre, c’est le grand vide. Gul est perdu, isolé sans cette voix qui lui parle toute la journée, il se sent seul et déboussolé. Mais dans un autre quartier de cette ville, là où vivent les employés de l’industrie on fête, on célèbre ce Silence. La liberté n’a pas perdu tous ses adeptes..

Ce récit est très court, environ une quarantaine de pages mais j’ai trouvé que tout y était. Les bases de l’histoire sont bien posées, les personnages sont bien expliqués et les sentiments bien décrits. On ressent la détresse de ceux qui espèrent le retour de la radio, on ressent la joie de ceux qui espèrent qu’elle n’émettra plus jamais.. Et surtout on se dit que ce monde pourrait être le notre…

Encore une fois Svetlana Kirilina m’a emportée dans son histoire dès les premières lignes. Sa vision de l’avenir de l’humanité est toujours aussi effrayante et sombre mais elle fait réfléchir, espérer que ce n’est pas ce qui nous attend. En tout cas, personnellement, je n’ai pas très envie de vivre comme un robot lobotomisé.. J’ai été ravie de retrouver la plume de Svetlana qui est toujours aussi directe, addictive, rythmée.. A la fin de ce premier épisode, je n’avais qu’une envie : lire les suivants !

en-conclusion

Un premier épisode que j’ai lu d’une traite, sans pouvoir m’arrêter tant l’histoire est prenante. Comme toujours avec cette auteure un très bon moment de science-fiction, en espérant que ça le reste !

Ma note : 8/10

 

Le Projet Alice par Marlène Charine

Mots-clefs

, , , , , , , , , , ,

le-projet-alice-931434-264-432

Fiche Technique :

Editions Numériklivres – 410 pages – ebook ou broché – thriller espionnage / anticipation

Résumé :

Dans un futur très proche, au nord-est des États-Unis, un commando exfiltre une jeune femme d’une base appartenant à l’Agence, une organisation scientifico-militaire. À peine a-t-elle eu le temps de s’affubler du nom d’Ellie Kay qu’une course-poursuite commence. Traquée d’un côté par l’Agence qui cherche à la récupérer, manipulée de l’autre par ceux qui prétendent l’avoir sauvée, Ellie découvre les premiers aspects de sa personnalité : un naturel impatient, d’incroyables aptitudes au tir et au combat rapproché, mais aussi un talent remarquable au violoncelle. Chargé de la remettre en forme, Sean, un membre de l’équipe, la pousse à ses limites, de manière parfois brutale. Une rudesse qui n’est rien en comparaison avec les révélations qui l’attendent au détour d’un voyage en Europe… Nous avons tous de nombreuses facettes… et nous nous passerions volontiers de certaines d’entre elles. Est-il possible de choisir qui nous sommes ?

pile-de-livresMon avis :

Tout d’abord, je remercie les Editions Numériklivres de m’avoir confié ce roman en service presse et pour leur confiance.

Ellie Kay est une jeune femme qui se réveille dans un hôpital et s’aperçoit, à son grand désarroi, qu’elle est amnésique. Elle reçoit la visite d’une jeune femme un peu étrange qui lui demande de se choisir un nom et à partir de là Ellie va aller de courses-poursuites en révélations sans s’imaginer un seul instant que ce qu’elle va découvrir va bouleverses son existence au-delà de l’imaginable.

Dès les premières lignes, nous sommes plongés avec Ellie dans l’action. En effet, dès son réveil elle va devoir fuir l’hôpital pour éviter que les hommes de main de l’Agence ne la capture. Petit bémol : elle ne reconnaît absolument personne, pas même ceux qui sont là pour l’aider. Ce qui n’aide pas à la confiance..

Et je dois avouer que dès les premières pages, j’ai plongé complètement et absolument dans cette histoire. Ici se mêlent complot politique, science, clonage, romance, amitié le tout raconté très simplement et surtout très bien ficelé. L’auteur ne se perd pas dans des explications à n’en plus finir, elle va droit à l’essentiel et il en découle un récit fluide et addictif. Le rythme est soutenu avec des moments plus calmes qui permettent au lecteur d’intégrer totalement l’histoire. On découvre au fur et à mesure qui est l’Agence, le but de ce groupe scientifico-militaire et les conséquences pour les populations mais également qui sont les anges gardiens venus aider Ellie (pour peu qu’ils en soient…), leurs motivations…

L’histoire est vraiment bien menée, j’ai aimé la façon dont l’auteure traite le sujet du clonage. L’idée est originale et pas forcément farfelue, elle fait même un peu froid dans le dos tant cela semble possible. On traite ici de sujets aussi importants que « le bien de tous », l’individualité, la morale dans la science…

Ellie est la seule narratrice de cette histoire, cela nous permet de pénétrer ses pensées, de mieux la comprendre. J’avoue avoir eu un coup de cœur pour ce personnage que j’ai trouvé attachante malgré sa rudesse, touchante malgré sa violence et profondément humaine. Son évolution est vraiment intéressante et j’ai adoré la suivre qu’elle soit en fuite ou cachée, qu’elle parte à l’assaut ou se défende face aux avances d’un Don Juan de pacotille.

Les personnages de ce thriller sont tous très bien réalisés. Ils sont cohérents, justes, leurs réactions sont pertinentes et leur psychologie, leur rôle dans l’histoire sont bien menés et collent parfaitement. J’aurais juste peut-être aimé en savoir un peu plus sur les « méchants » de l’histoire. Mais Ellie et ses compagnons vont me rester longtemps en mémoire tant j’ai aimé leurs aventures et j’ai eu du mal à les quitter.

Marlène Charine nous livre ici un premier roman vraiment bluffant tant par sa forme que par son fond. Elle gère parfaitement l’histoire qui est addictive, elle fait preuve d’une maîtrise étonnante et met la barre très haut pour les suivants ! Quelques petites fautes d’orthographes sont présentes mais rien de gênant dans la lecture. Je suis certaine que ce premier roman sera suivi de nombreux autres tant son talent semble évident et sa façon d’écrire est agréable, fluide et prenante.   

en-conclusion

Un roman d’aventure et d’action où l’amitié et l’amour tiennent une place importante. Un thriller d’anticipation très bien écrit avec pour ma part un coup de cœur pour Ellie Kay qui est devenue au fil des pages comme une amie, une petite sœur.. A lire !!

Ma note : 9/10

 

 

 

Galénor Tome 1 : Le livre des Portes par Audrey Verrault

Mots-clefs

, , , , , , , , , ,

galenor,-tome-1---le-livre-des-portes-872161-264-432

Fiche Technique :

Autoédition – 358 pages – ebook ou broché – Fantasy

Résumé :

Dans un monde où cohabitent humains, elfes et inferniths – des êtres hybrides mi-humains, mi-démons comme des muses, des vampires, des chimères… la guerre fait rage. Mené par un mage noir nommé Kendrick, un groupe d’inferniths terrorise Galénor depuis des décennies – meurtres, maisons incendiées et disparations s’enchaînent… JudyAnn, une jeune paysanne, voit sa vie changée à jamais lorsque le célèbre Edgar Grimm Mérindol lui apprend qu’elle est une géminie, sorte de magicienne qu’elle croyait pourtant disparue… Elle partira pour la grande cité de Godwynn où elle apprendra à maîtriser ses pouvoirs avec Vincent, un professeur et un vampire pas comme les autres… Amitié, amour, trahisons, surprises et dangers mortels l’attendent, dans un monde où il est parfois difficile de différencier le vrai du faux et où de vieilles craintes et superstitions se sont installées… Le livre des Portes est le premier tome des aventures de JudyAnn à travers Galénor.

pile-de-livres

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie chaleureusement Audrey Verreault, l’auteure, pour ce très beau service presse.

JudyAnn fête ses 19 ans, âge auquel la magie est révélée et elle apprend qu’elle est l’une des dernières géminies encore en vie. Elle va donc devoir quitter sa mère adoptive et sa petite sœur pour aller vivre à Godwynn chez  le célèbre Edgar Grimm Mérindol et apprendre à y maîtriser ses pouvoirs. Elle sera l’élève de Vincent, vampire plutôt atypique, et rencontrera les autres géminies. Mais les choses vont très rapidement se compliquer à cause du mage noir Kendrick et de ses agissements…

Ai-je besoin de vous dire que la première chose qui m’ait attiré l’œil est la couverture ? Je la trouve sublime. En général, je ne suis pas fan d’avoir un personnage sur la couverture, je trouve que cela bride l’imagination en imposant un visage mais là je pense qu’elle est parfaite ainsi ! Le dessin, les couleurs,… l’ensemble est magnifique.

Dès les premières pages, le lecteur est plongé dans un monde unique peuplé de magiciens et d’inferniths.. Des muses, vampires, sphinx, sirènes, elfes, mages noirs peuplent Galénor, entre autres. J’ai de suite été embarquée dans ce monde très riche et varié qui se dévoile peu à peu. L’auteure explique à chaque nouvelle « apparition » les propriétés dont dispose chaque espèce aussi bien au niveau physique que magique et vu le nombre d’inferniths de tous genres c’est une bonne chose, ça permet au lecteur de bien assimiler les différences et de situer chaque personnage.

Le monde créé par Audrey Verreault est tout aussi vaste et hétéroclite. On passe d’un village de campagne où les habitants vivent en retrait à une grande et belle ville emplie de lieux étranges comme le bar pour inferniths mais également d’une population cosmopolite. On traverse également des forêts, on visite des échoppes, j’ai vraiment trouvé que l’auteure faisait preuve de beaucoup d’imagination. J’ai particulièrement aimé le clin d’œil à Désechantée, monde où les habitants ne croient plus en la magie..  

Le personnage principal, JudyAnn, est attachante et mignonne. Elle est assez naïve car elle n’est jamais sortie de son village mais j’ai été assez impressionnée par sa capacité à apprendre les choses. Chaque nouvelle leçon est vite assimilée, peut-être parfois trop vite. Je l’ai trouvée vraiment courageuse, sa situation n’est pas des plus simples. Apprendre qu’elle est une magicienne exceptionnelle, quitter sa famille et ses amis pour partir avec des inconnus, même si c’est le lot des magiciens ça bouscule une vie ! J’ai adoré, par contre,son don de géminie qui est vraiment étonnant et bien trouvé ; une idée vraiment originale de la part de l’auteure..

Mais le personnage que j’ai le plus apprécié est Vincent, le vampire qui se travestit en clown et mange des bonbons à tout bout de champs.. Il est plus complexe que Judyann, plus mature également (en même temps, il a quelques centaines d’années…). Il doit faire face à des sentiments, à des choix qu’il doit gérer seul en tenant compte de sa condition de vampire. Les autres personnages sont aussi sympathiques comme Kyle, Tom ou Daphnée que j’ai beaucoup aimé. Ils sont trop peu développés à mon goût même s’ils sont très présents dans l’histoire. J’aurais aimé pouvoir cerner un peu mieux leurs caractères, leurs pensées.

L’histoire est également très prenante et intéressante. Elle est riche en rebondissements, les personnages ne sont pas forcément épargnés et les révélations sont nombreuses. Malgré des moments un peu cousu de fil blanc ou sur lesquels il aurait fallu s’arrêter un peu plus en explications, j’ai vraiment été prise dans cette aventure et j’ai suivi tous les personnages avec intérêt. J’ai tremblé, espéré, craint et souffert en compagnie des protagonistes de ce premier tome et j’ai hâte de pouvoir lire la suite des aventures de JudyAnn et de ses compagnons.

Je découvre ici la plume d’Audrey Verreault et j’ai été bluffée par son imagination et surtout sa connaissance des êtres mythiques ou mythologiques. Elle réussit à mener son histoire tout en informant sur ces êtres le lecteur sans que cela n’alourdisse le récit. Quelques petites maladresses ou coquilles apparaissent dans le texte mais rien qui ne soit gênant à la lecture ou ne soit rectifiable pour de futurs écrits. Une jeune auteure à suivre sans aucun doute !

en-conclusion

Une histoire sympathique et bien menée pour ce livre mêlant fantasy et fantastique. De l’amour, des rebondissements, des révélations, de la trahison.. un livre où l’on ne s’ennuie pas !

Ma note : 7.5/10

 

 

La Rumeur T2 : L’espoir par Solenne Hernandez

Mots-clefs

, , , , , ,

la-rumeur,-tome2--l-espoir-931731-264-432

Fiche Technique :

Editions Bookelis – 404 pages – ebook ou broché – Dystopie / Adolescents

Résumé :

La rumeur continue de poursuivre Oswald, Brewen et les Fuyards. Ils le savent désormais : des Silhouettes sont de leur côté. Mais de nombreuses questions restent sans réponse. Comment sauver les Expérimentés ? Quels sont les vrais desseins du Secteur ? Qui sont leurs alliés ? Que va-t-il advenir de Simon, le seul du groupe à avoir subi l’Expérimentation ? Alors que les événements s’accélèrent chaque jour un peu plus, le Secteur progresse. La Phase 1 se termine. Il est donc temps de passer à la suivante.

pile-de-livres

Mon avis :

Vous ai-je dit à quel point j’aime la plume de Solenne Hernandez ? Oui ! Je vous en ai parlé pour River Castle et Ici pour le Tome 1 de la Rumeur… Et bien, ce tome 2 me confirme, si besoin était, que Solenne a une imagination débordante et une plume addictive.

Ce second tome s’ouvre sur un flash-back. Zac, le père d’Oswald se souvient de la nuit de l’Incendie, celle qui a tout changé dans leurs vies. Il revit ce moment afin de se souvenir toujours de ce que le Secteur leur a fait subir et surtout perdre…

J’avais, à la fin du premier tome, pas mal d’interrogations concernant le Secteur, leurs motivations, en quoi consistait la Phase 2, et bien, cette suite est pleine de révélations ! Le temps est un peu mis entre parenthèse dans ce second tome car l’auteure a privilégié les sauts dans le temps afin de donner au lecteur des explications, de permettre aux personnages de partager leurs souvenirs. Nous allons revivre l’Incendie, la fuite des enfants vue par leurs parents mais également apprendre qui sont les traîtres et surtout pourquoi.

Solenne a su garder le rythme et surtout le côté sombre de son histoire en y ajoutant de nouveaux personnages, de nouvelles pertes et en faisant émerger l’idéologie du Secteur qui, pour moi, n’est pas loin du nazisme. Malgré une chronologie qui n’est pas du tout respectée puisque les flash-backs sont nombreux et à des périodes différentes, on ne se perd pas un instant. L’histoire s’étoffe plus qu’elle n’avance même si on retrouve régulièrement nos héros au temps présent Brewen, Olswald, Eulalie, Gabe et tous les autres Fuyards qui continuent leur lutte contre le Secteur. Ils vont vivre des moments difficiles qui vont renforcer leur détermination à faire tomber ce gouvernement qui opprime et tue. 

Je maintiens ici mon coup de cœur pour Oswald qui est un personnage qui me touche vraiment mais également pour des personnages qui vont être un peu plus mis en avant ici comme les Rebelles dont on comprend mieux l’organisation. Les protagonistes sont assez nombreux mais trouvent tous leur place dans le récit, s’intègrent parfaitement à ceux que l’on connaissait déjà, je pense notamment à Trisha ou Ostra. Ces jeunes fuyardes vont nous permettre de comprendre certains points grâce à leurs souvenirs. On en apprend également plus sur Le Secteur et surtout sur sa dirigeante, sur ses idées, sa façon d’envisager le monde et sa détermination à le « sauver malgré lui ».

J’ai trouvé ce second tome plus sombre que le premier car le fait d’avoir les explications et de connaître le but final du Secteur nous fait sombrer dans une idéologie ignoble où les êtres humains, et particulièrement les enfants, sont considérés comme quantité négligeable. Ils sont sacrifiés sans regrets ni remords déjà dans le tome 1 mais on apprend ici les raisons de cette maltraitance : l’Espoir ! Et c’est tout le paradoxe de cette histoire que j’ai trouvé bien trouvé et amené..

en-conclusion

Solenne Hernandez m’a, une nouvelle fois, embarquée avec elle dans son monde. J’ai vraiment apprécié cette lecture et il me tarde maintenant de connaître la conclusion de cette histoire qui m’aura plongée dans un futur effrayant, sombre mais d’où tout espoir n’a pas disparu…  

Ma note : 8.5 / 10

 

L’intrus par Annabelle Blangier

Mots-clefs

, , , , , , , ,

l-intrus-964974-264-432

Fiche Technique :

Rebelle Editions – 256 pages – ebook ou broché – Suspense

Résumé :

Le Jeu de la Confiance est l’émission télévisée à la mode : six candidats, enfermés, sont filmés en permanence. Leur mission est de découvrir qui, parmi eux, est l’intrus. Celui qui joue contre eux. Celui qui peut tous les faire perdre. La tension et la violence montent peu à peu, sous le regard avide des caméras. Dans un lieu où tout est permis, la paranoïa peut mener à bien des extrêmes.

pile-de-livres

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie vivement Annabelle Blangier, l’auteure, pour ce service presse et sa gentillesse.

Une télé-réalité, 6 candidats, une maison.. Un enfermement de 3 semaines et un but : démasquer l’intrus pour gagner le pactole de 100.000 € ! Même si cette situation vous parle, dans le Jeu de la Confiance, il n’y a aucune limite, tout est permit pour arriver à ses fins et certains candidats peuvent vouloir gagner à tout prix quelques soient les sacrifices à faire..

J’avoue que ce qui m’a attiré l’œil en premier lieu c’est la couverture. Je l’ai trouvée vraiment belle et intrigante. La lecture du résumé m’a confortée dans l’idée que ce livre allait me plaire, moi qui adore les huis-clos..

Les choses démarrent tranquillement, le lecteur va faire connaissance avec les 6 candidats au Jeu de la Confiance : Derek, Jason, Luke, Malika, Angie et Ellen. Ces 6 personnages vont se dévoiler au fil des pages, nous allons découvrir leurs motivations à participer à ce jeu, leurs caractères, leurs histoires personnelles. Mais nous allons également faire connaissance avec le 7ème personnage de ce huis-clos : les caméras ! En effet, elles ont un rôle extrêmement important dans cette histoire, elles voient tout, elle savent tout, elles influencent les candidats par leur unique présence.

L’histoire est vraiment intéressante, voir évoluer ces 6 personnes enfermées sans aucun contact extérieur est fascinant. On sent arriver le moment où les choses vont déraper, où l’enfermement sera trop dur, on devine (ou pas…) lequel va craquer en premier. On voit les alliances se former ou se défaire, on suit le cheminement de chacun dans la recherche de l’intrus tout en faisant nos propres déductions.. A chaque rebondissement tout est remis en question, et on repart à la chasse aux indices.

Les personnages sont également très bien construits, l’auteure distille au fil des pages des informations concernant chacun des candidats pour nous permettre se reconstituer leurs vies à l’extérieur de la maison. Chacun a une raison plus ou moins bonne d’être là, de participer à ce jeu et surtout de vouloir gagner. J’ai beaucoup aimé les découvrir, chercher à comprendre leurs motivations mais également à essayer de débusquer l’intrus en même temps qu’eux. Certains sont plus attachants que d’autres, certains vont dévoiler des facettes de leurs personnalités effrayantes ou attendrissantes, d’autres vont se montrer implacables, froids ou calculateurs mais une chose est sûre aucun ne sortira indemne de cette maison.

L’auteure a privilégié le côté psychologique de l’histoire, il y a bien entendu de l’action et des rebondissements inattendus mais Annabelle Blangier nous montre à travers cette histoire les extrêmes que l’Homme est capable d’accepter pour parvenir à ses fins mais aussi, et surtout, le machiavélisme dont peut faire preuve La Chaîne pour faire de l’audience. On se rend compte également de la pression que peut représenter le fait d’être filmer sans aucune interruption, de voir chacun de ses gestes ou de ses paroles épiés.

Annabelle Blangier a une écriture fluide, agréable et directe qui fait que l’on est prit au jeu très rapidement et que l’on a envie de savoir jusqu’où tout cela vous mener les 6 candidats. Elle rend cette histoire addictive et j’espère pouvoir la découvrir rapidement avec d’autres histoires.

en-conclusion

Un roman vraiment réussi qui plaira aux fans de huis-clos. Une histoire prenante qui fera se demander au lecteur jusqu’où il pourrait aller pour gagner…

Ma note : 8.5/10

 

 

Entendre le Monde par Jean-Louis Bouzou

Mots-clefs

, , , , , , , ,

entendre le monde

Fiche Technique :

Autoédition – 44 pages – ebook – Fantastique / Nouvelle

Résumé :

Il y a un peu plus de deux ans, après une sévère dépression, suite à une rupture sentimentale, je quittai Marseille pour venir m’installer dans un petit village de l’arrière-pays : Tourrières.
Lorsque j’arrivai, la commune était en pleine effervescence : un enfant avait disparu qui fut rapidement retrouvé par le Père Pantosque : un vieil homme étrange qui allait changer pour toujours le cours de ma vie… 

pile-de-livres

Mon avis :

Un grand merci à Jean-Louis Bouzou pour ce service presse..

Jehan vient s’installer à Tourrières, petit village de l’arrière pays, après une dépression. Un enfant a disparu et il assiste aux débats entre villageois pour savoir s’il faut faire appel au Père Pantosque ou pas. Mais celui – ci ne leur laisse pas le temps de trancher et arrive accompagné du petit garçon égaré. C’est la première rencontre entre les deux personnages de cette histoire qui sent bon la nature..

Voilà une nouvelle que j’ai vraiment beaucoup aimé ! Ce format me plait de plus en plus d’ailleurs.. Tout au long de ma lecture, j’ai eu l’impression de sentir les odeurs de la terre, de la forêt.. une histoire qui sent bon la Nature et l’amitié mais également le surnaturel.

Cette nouvelle est écrite à la première personne du singulier et j’ai trouvé que c’était vraiment un choix judicieux de l’auteur, on s’identifie parfaitement à Jehan de cette façon. On suit ses pensées, son cheminement intérieur, on le sent s’attacher à son nouvel ami Bernard Pantosque. On apprend en même temps que lui les astuces pour le jardin que lui distille le vieil homme, on ressent son amour pour la Nature. C’est un personnage attachant et sympathique, tout comme le Père Pantosque d’ailleurs. Celui-ci a l’étiquette du vieux fou un peu sorcier qui lui colle à la peau mais il ne semble pas s’en formaliser. Il vit en harmonie avec la faune et la flore et cela semble suffire à son bonheur.

Cette histoire m’a fait penser à un conte, tout y est poétique, doux. L’auteur donne une dimension vraiment incroyable à cette histoire d’amitié avec une touche de fantastique que j’ai trouvé sublime. L’idée est originale, bien menée et tellement belle qu’on aimerait qu’elle soit vraie.. peut-être l’est-elle ? Je veux le croire..

J’ai également beaucoup apprécié la plume de Jean-Louis Bouzou qui est fluide, imagée, sensible. Sa description des lieux est vraiment juste et on a l’impression de marcher avec les deux hommes en forêt. J’ai été vraiment ravie de le découvrir au travers de cette très jolie nouvelle qui m’a donné une bonne bouffée d’air frais.

en-conclusion

Une très joie nouvelle qui mêle conte du terroir et fantastique, des personnages attachants et doux qui nous démontrent à quel point il faut prendre soin de la Nature qui nous entoure.. Une très belle histoire pleine de poésie qui m’a fait entendre le Monde…  

Ma note : 9/10

Elise par Luca Tahtieazym

Mots-clefs

, , , , , , , ,

elise-961193-264-432

Fiche Technique :

Editions CZY – 338 pages – ebook ou broché – Thriller

Résumé :

Quatre murs ont été érigés autour d’elle par son geôlier. Tout ce que connaît Élise, elle le tire de ses nombreuses lectures.
Et l’épilogue est proche.
Voici l’histoire de celle qui voyageait avec les mots.

pile-de-livres

Mon avis :

Tout d’abord, un grand merci à Luca Tahtieazym d’avoir pensé à moi pour ce service presse et pour sa confiance renouvelée.

J’avais eu le plaisir de découvrir cet auteur grâce à son roman précédent « Versus » dont je vous parlais ICI et qui avait été un coup de cœur.

J’ai donc ouvert « Elise » en anticipant le plaisir de retrouver la plume de Luca.. Et quel régal cela a été !

Elise vit dans le Refuge, cabane rudimentaire, avec pour seule compagnie Mama Sim et son papa qui ne viennent pratiquement que pour la nourrir ou vider ses seaux. Mama Sim lui fait un cadeau qui va changer son existence : elle lui apprend à lire. Elle n’a pas le droit de sortir alors pour combler le vide, le temps qui passe elle lit, elle lit beaucoup..

Dès les premières pages, j’ai été happée par cette histoire. J’ai voulu tout savoir tout comprendre d’Elise, de sa vie. Elle vit cloitrée dans 20 m² mais elle s’est créée sa fenêtre sur le monde, son échappatoire grâce à la lecture. C’est une liseuse compulsive qui, malgré son très jeune âge, va découvrir un monde qu’elle ne connaît pas grâce à Stendhal, Stevenson ou Frédéric Dard. Les livres sont sa canne, son soutien, ils lui permettent de voyager sans bouger de sa prison, de se construire. Elise est une enfant touchante que l’on a envie de prendre dans ses bras pour la protéger de ses geôliers. Elle m’a profondément bouleversée par sa maturité, sa pureté, sa force et son courage.

Et puis il y a éLISE.. qui est également prisonnière du Refuge, qui va essayer de survivre à cet enfermement, à cette torture physique et mentale. éLISE est tout aussi émouvante mais elle a également un côté troublant, dérangeant. 

Ce roman est construit en différentes parties qui vont s’emboîter et construire petit à petit une histoire, seule et unique de celles que l’on oublie pas, de celles qui vous touchent, vous prennent aux tripes et vous laissent une marque indélébile un peu comme un livre corné qui gardera cette trace pour toujours.  A chaque page tournée, à chaque gifle, chaque coup je me suis attachée à Elise et à éLISE et à chaque fois que la porte du refuge s’ouvrait je détestais, haïssais un peu plus ces matons. Jusqu’à une fin que j’ai trouvé absolument parfaite !

Encore une fois Luca Tahtieazym m’a embarquée dans son histoire grâce à son talent.. Son écriture est incisive, juste, addictive. Il utilise les mots de façon magistrale en leur donnant tout leur sens. Il sait appuyer là où ça fait mal pour que le lecteur souffre avec ses personnages, s’identifie, se sente prisonnier du Refuge. La psychologie des personnages est parfaitement travaillée, décrite à tel point que j’ai, par moment, ressenti de l’empathie pour les bourreaux d’Elise même si cela n’a duré que quelques instants.

en-conclusion

Encore un coup de cœur pour l’un des roman de Luca Tahtieazym ! Une lecture qui m’a marquée et un personnage, Elise, qui va m’accompagner pendant un bon bout de chemin..

Ma note : 9/10