La Rumeur – Tome 1 La fuite par Solenne Hernandez

Mots-clefs

, , , , , , , , ,

la rumeur

Fiche Technique : 

Editions Bookelis – 424 pages – ebook ou broché – Dystopie / Adolescents

Résumé : 

La crise a sévi bien plus que de raison au fil des années, au point de rendre les cœurs aussi vides que les maisons. Mais un nouveau gouvernement s’est érigé en sauveur de l’humanité : le Secteur. Alors que le monde semble courir à sa perte, le Secteur dit avoir trouvé une solution. Mais à quel prix ? Dans cette vie où plus rien ne compte, les rêves sont, dit-on, devenus inestimables. Si rares, si précieux, que le Secteur a décidé de s’en emparer.

pile-de-livres

Mon avis : 

Un grand merci à l’auteure, Solenne Hernandez, de m’avoir confié son livre en service presse. 

J’avais découvert la plume et l’imagination de Solenne Hernandez lors de ma première expérience de Gamebook avec River Castle dont je vous avais parlé et déja j’avais beaucoup aimé. J’ai donc été ravie de la retrouver lors de ce roman qui est le 1er tome d’une trilogie plus que prometteuse. 

Brewen fête ses 8 ans en famille.. Ses parents, son oncle, sa tante et son cousin Oswald sont de la fête. Mais cette belle journée va se terminer par un drame. En effet, le Secteur a lancé l’offensive afin de réaliser son grand projet : voler les rêves ! 

L’auteure nous immerge ici dans un monde qui fait froid dans le dos. L’humain a abusé, abusé de tout.. la nature, la technologie.. il a détruit la planète et ce qu’il en reste n’est plus qu’un pâle reflet de ce que nous connaissons. Un gouvernement est sorti de cette catastrophe Le Secteur qui dirige tout d’une main de fer. Ceux qui vivent dans les campagnes ont a peine de quoi survivre et La Rumeur enfle, se répand.. Le Secteur aurait trouvé une façon de rendre l’espoir aux gens.. Dès le départ, Solenne nous pose des questions essentielles à travers ce roman : peut-on continuer à détruire notre planète et espérer continuer à y vivre sereinement ? Comment sera notre avenir ? Ici il est froid, sombre, cruel.. 

Les personnages sont particulièrement bien réalisés et décrits. Tout d’abord, ils grandissent. Et au vu du contexte et de leur vie j’ai trouvé que l’évolution de chacun était vraiment réussie. Ce sont des adolescents ou de jeunes adultes et pour une fois ils ne sont pas agaçants, ils sont bien ancrés dans leur réalité avec les réactions adaptées. Peu de sourires, pas de rires.. Ils sont graves, voir mutiques, ils savent ce qu’est la souffrance et ont peu d’espoirs en l’avenir mais malgré tout ils s’attachent les uns aux autres, s’aident et se soutiennent de manière indéfectible. J’ai notamment été touchée par Oswald ou Eulalie qui sont exceptionnels d’empathie et de courage. J’aurai aimé en savoir plus sur d’autres comme Gabe par exemple qui a une sorte de carapace mais je pense que l’auteure en a gardé un peu pour la suite… 

L’histoire est captivante car une fois que l’on a commencé à la lire on ne va plus pouvoir lâcher ce livre. En effet, l’auteure nous plonge rapidement au cœur de l’action et bien sur on a envie de savoir ce qu’il va arriver aux personnages. Parfois le rythme est un peu cassé par un moment beaucoup plus calme mais cela permet au lecteur de souffler un peu ce qui n’est pas un mal. Il y a également de nombreux flash-backs , parfaitement intégrés au récit, grâce auxquels nous allons apprendre le passé de certains protagonistes et chacune de ces histoires est émouvante parfois tragique. Le lecteur va également pouvoir découvrir le point de vue et les pensées de divers personnages au fil des pages. Ces changements m’ont beaucoup plu car ils permettent de mieux s’absorber dans leur intimité, de les comprendre parfaitement. 

Encore une fois j’ai été bluffée par l’imagination de l’auteure et par son écriture. Il me tarde de lire la suite et de voir où leur combat va les mener ! 

en-conclusion

Une excellente dystopie qui nous emmène dans un monde cruel et sans pitié mais où une lueur d’espoir brille..

Ma note : 8.5/10

Si vous souhaitez acheter ce livre, cliquez sur l’image de la couverture.

Ma maman à moi de Laureen Mathure, Constance Garrido et de Florence Jacquet (Artsflorence)

Mots-clefs

, , , , , , , ,

ma-maman-a-moi-930924-264-432

Fiche Technique : 

Editions Edilivre – 45 pages – Broché 

Résumé : 

Ma maman à moi est un livre qui traite, pour la première fois, du handicap d’une maman vu par son enfant, simplement. Une petite fille raconte son quotidien avec sa maman qui fait face à une maladie, son handicap et ses hospitalisations. Plusieurs scènes de leur vie sont présentées par l’enfant, avec les réponses données par sa maman pour l’aider à mieux comprendre ce quotidien différent qui parfois l’effraie. Avec amour et tendresse, ce tandem mère-fille répond aux questions que peuvent se poser les enfants.

pile-de-livres

Mon avis : 

Tout d’abord, je remercie chaleureusement Florence Jacquet de m’avoir proposé ce très beau livre en service presse. 

Etant maman je sais à quel point il est parfois difficile d’aborder certains sujets avec les enfants. Il faut savoir trouver les mots justes qui expliquent sans apeurer ni dramatiser. Ce n’est pas un exercice simple et il m’arrive de me servir de livres pour éclaircir ma pensée..  

Ici, c’est une petite fille qui nous parle. Une petite fille dont la maman est malade et doit subir tout un tas de contraintes comme les médicaments, l’hôpital, les béquilles.. Cette enfant nous explique leur quotidien avec ses mots. On s’immerge dans sa pensée afin de percevoir ce qu’elle comprend, ce qu’elle interprète mais également la façon dont sa maman choisit de lui expliquer sa maladie. Elles ont une relation mère / fille très touchante, pleine d’amour.

Le texte est très beau et poétique, les mots utilisés sont simples et peuvent être compris par les enfants plutôt jeunes (à partir 6/7 ans, je pense..). A chaque page correspond une action, une pensée ce qui permet d’expliquer aux plus jeunes si l’histoire est contée et si elle est lue d’assimiler chaque étape. La maladie, qui n’est pas nommée, est décrite simplement de cette façon les auteures permettent à chacun d’utiliser ce très beau livre en l’adaptant à son cas personnel. 

Le texte traite également de sujets importants qui sont associés à la maladie comme le regard des autres, l’amour, les sentiments.. Encore une fois à chaque page son information, sa question. Un rythme idéal pour que chaque jeune lecteur assimile ce qu’il a lu.. 

Pour chaque page de texte est réalisée une illustration. Et quelle illustration ! J’ai vraiment adoré les images, les couleurs.. L’illustratrice Florence Jacquet a su rendre toute la poésie du texte grâce à ses dessins qui sont juste sublimes. La représentation des personnages mère / fille navigue entre rêve et réalité. Une partie du dessin a des traits très « vrais » souvent les yeux, et le reste du corps est représenté de façon plus enfantine. J’ai été soufflée par son talent ! 

Ce livre comporte également deux particularités que j’ai trouvé originales et sympathiques. En effet, le texte est écrit en français mais également en anglais.. Une bonne façon d’apprendre ou de réviser puisqu’en général les enfants commencent l’apprentissage de cette langue tôt. Le second ajout qui m’a également beaucoup plu est un jeu de questions / réponses à la fin permettant à l’enfant de donner son propre point de vue. 

en-conclusion

Un livre que je trouve parfait tout autant du point de vue de la pédagogie et des explications que pour ses illustrations. Un livre qui devrait être dans toutes les classes et bibliothèques ! 

Ma note : 10/10

Pour l’acheter, cliquez sur l’image de la couverture

 

 

 

Au Rendez – Vous de Camille X Morgan

Mots-clefs

, , , , , , , ,

au-rendez-vous-937327-264-432

Fiche Technique :

Autoédition – 280 pages – ebook ou broché – Littérature sentimentale

Pour l’acheter cliquez sur la couverture ci-dessus

Résumé :

Il y a des promesses qui peuvent sceller une vie. L’année du Bac, Max et ses amis ont fait la promesse de se retrouver dans leur bar habituel à la même date, douze ans plus tard, à l’aube de leurs 30 ans. Dès les vacances, le groupe se sépare pour ne plus jamais se recroiser. Si Max a pris cette promesse au sérieux, c’est qu’il espère trouver dans ce rendez-vous, sa dernière chance de revoir Charline, celle dont il a toujours été amoureux au lycée, et de lui exprimer enfin les sentiments qu’il n’a jamais osé lui avouer. Mais Charline viendra-t-elle au Rendez-Vous ou Max est-il le seul à encore croire en cette promesse ? Entre rencontres inattendues et nouvelles difficiles à encaisser, Max devra faire la paix avec ses sentiments et replonger dans la musique, passion abandonnée depuis trop longtemps, pour reprendre le contrôle de sa vie.

pile-de-livres

Mon avis :

Avant tout, un grand merci à Camille X. Morgan, l’auteur, pour sa confiance renouvelée avec ce service presse. En effet, j’ai lu il y a quelques mois le premier livre de cet auteur très prometteur et ça avait été un coup de cœur (L’horloge de la XIIIème heure). J’étais donc curieuse de le découvrir en catégorie « littérature sentimentale » après un roman Steampunk.

Et bien, je dois dire que Camille X Morgan est un caméléon ! Il m’a littéralement bluffée avec « Au Rendez-Vous » que j’ai dévoré !

Max est un presque trentenaire qui a abandonné sa passion de la musique pour tenir un bar, mais pas n’importe quel bar… En effet, Au Rendez-Vous est le café où lui et sa bande d’amis se retrouvaient pendant leurs années lycée. Ils s’étaient d’ailleurs promis de s’y retrouver 12 ans jour pour jour après avoir passer leur bac. Et le grand jour est arrivé ! Max y voit sa dernière chance de déclarer sa flamme à Charline, l’amie, la bonne copine de l’époque, mais encore faut-il que cette dernière pousse la porte du Au Rendez-Vous…

Vous aurez donc compris que ce roman m’a énormément plu.. Je l’ai trouvé d’une douceur peu commune. Ce livre est emplit de sentiments mais pas de guimauverie. Toutes les émotions vécues par Max et les autres protagonistes autour du zinc de ce bar sonnent juste et authentique. Un roman d’amour du point de vue masculin n’est pas fréquent et celui-ci est une réussite.

Le personnage de Max est extrêmement attachant et émouvant. Amoureux depuis des années d’une jeune femme sans avoir oser le lui avouer il se rend bien compte qu’il est passé à côté de sa vie mais malgré tout il n’arrive pas à évoluer vers autre chose. Il est heureux dans ce bar mais le fait que sa contrebasse y soit exposé est un signe que la musique ne l’a jamais vraiment quitté. J’ai aimé sa gentillesse, sa bonne humeur même si parfois je l’aurai bien secoué un peu pour qu’il soit moins bonne pâte !

Outre Max, Au Rendez-Vous est le bar favori de quelques personnages comme Lisa, jeune femme un peu perdue ou George dont j’ai apprécié la clairvoyance et la sagesse. Charline, quant à elle, me fait l’effet d’une petite souris qui, malgré sa réussite, est timide limite effacée.

L’histoire se passe sur quelques mois durant lesquels Max va devoir faire des choix tant au niveau sentimental qu’au niveau carrière. Il va redécouvrir la musique, la joie de jouer de son instrument. Le roman est plein de moments de vie un peu comme un journal intime dans lequel Max ferait son introspection, chercherait sa voie. J’ai particulièrement apprécié les passages touchant à la musique et j’écris cette chronique en écoutant Why don’t you do right qui est mentionné et qui est maintenant dans ma playlist.. 

Et comme pour son premier livre, j’ai adoré la plume de Camille X. Morgan qui est fluide, efficace, directe. Le style est léger et rythmé ce qui rend la lecture vraiment agréable et prenante. Ce second ouvrage est une réussite, une douceur que je recommande vivement. 

en-conclusion

Un roman d’amour mais sur l’amour au sens large.. l’amour pour une femme, l’amour pour sa passion, l’amour qui nous pousse à faire des choses insensées, qui nous guide.. Max vous attend Au Rendez – Vous ! 

Ma note : 8.5/10

BrabanCIA de Alexis de Saint-Val

Mots-clefs

, , , , ,

brabancia-952946-264-432

Fiche Technique : 

Les éditions de l’Aspic – 362 pages – ebook ou broché – Polar 

Résumé : 

Lorsque les Présidents de la République se passent le flambeau, deux secrets sont échangés : les codes nucléaires et l’identité de Serpentes, l’homme de l’ombre.

Novembre 2011, Serpentes est appelé en urgence. Un chantage, visant les plus hautes instances politiques et économiques se trame au Grand-Duché de Luxembourg.

D’anciennes histoires refont surface et entraînent Saint Val dans les aspects méconnus de la guerre froide. Des Tueries du Brabant Wallon à la fausse agence de presse Aginter, une nouvelle réalité se dessine !

Et si, profitant de la chute du mur de Berlin, les réseaux « stay behind » de l’OTAN n’avaient pas été démantelés ? Et si les « gladios » s’étaient convertis au renseignement privé ? Les agents dormants n’ont peut-être dormi que d’un oeil ?

pile-de-livres

Mon avis : 

Tout d’abord, je remercie vivement l’auteur, Alexis de Saint-Val, pour l’envoi de ce service presse et pour sa confiance. 

Alors je dois dire que le roman d’espionnage n’est pas forcément un genre que je lis fréquemment, allez savoir pourquoi ! Mais à la lecture du résumé de celui-ci ma curiosité a été piquée.. 

Alexis de Saint-Val (le personnage, pas l’auteur.. enfin peut-être ne font-ils qu’un finalement..) fait parti des hommes de l’ombre. Il opère en toute discrétion sur ordre des plus hautes instances. Et lorsque cette histoire débute, un chantage vise le Grand Duché du Luxembourg d’où l’appel du Président afin de mettre un terme à ces agissements qui menacent un allié. Mais de cette machination vont découler de nombreuses révélations qui vont entraîner notre héros dans les histoires passées et pas forcément classées. Avec ce roman, le lecteur plonge tête la première dans un monde inconnu du grand public où se côtoient hommes puissants, espions, call girl entre autres.. 

Je suis vraiment admirative du travail fourni par l’auteur dans ce livre. Un travail tout d’abord historique puisqu’il mélange vraiment habilement fiction et réalité. Au fil des pages le lecteur trouvera des références à des faits réels comme par exemple la chute du mur de Berlin ou les tueries du Brabant.. Des ancrages dans la réalité qui rendent la lecture plus concrète pour le lecteur. Mais également un travail de recherche quant au monde l’espionnage avec l’utilisation des termes adéquats, des sigles des différentes agences avec toujours des notes explicatives à l’intention du lecteur. 

Le personnage d’Alexis de Saint-Val nous est dévoilé doucement à travers son histoire, son travail mais également grâce à des flash-backs. Ces retours en arrière nous permettent de mieux comprendre, mieux appréhender l’histoire et concernant notre héros de mieux le cerner. J’ai trouvé ce personnage vraiment captivant avec ses blessures à l’âme, son enfance et son implication dans son métier si particulier. 

J’ai lu ce roman un peu comme un documentaire, en gardant en tête que c’est une fiction mais avec toujours l’idée qu’à mon avis on est pas bien loin de la réalité. Les nombreuses explications quant aux techniques utilisées, les armes, l’utilisation de forums internet m’ont vraiment intéressée. 

Un bémol ressort par contre de ma lecture concernant les coquilles, fautes et répétitions. Je trouve dommage que pour un tel roman la correction n’ait pas été plus soignée car certaines m’ont gâché parfois mon plaisir de lecture. J’espère que pour la suite la correction sera à la hauteur.

en-conclusion

 Un polar qui m’a fait sortir de ma zone de confort en m’immergeant totalement dans le monde de l’espionnage.

Ma note 7/10

 

 

Pour une meilleure vie de Frédérique Arnould

Mots-clefs

, , , , , , , , , , ,

vie meilleure

Fiche Technique : 

Autoédition – 207 pages – ebook – Fantastique / Dystopie

Résumé : 

Dans un monde régi par une classe de nantis. Les pauvres tentent de survivre à une politique d’oppression. Après la mort de son père, Émie, une fille de la classe inférieure, va tout perdre en se retrouvant propulsée dans ce monde de privilégiés qu’elle déteste plus que tout. Grâce à une rencontre, elle va surmonter sa haine. Elle va apprendre à évoluer dans ce monde hostile, tout en déjouant les manipulations dont elle est constamment la cible et en découvrant son don.

pile-de-livres

Mon avis : 

Un grand merci à Frédérique Arnould, l’auteure, pour m’avoir confier son livre en service presse et pour sa confiance.

Emie vit dans un monde particulièrement injuste où les pauvres, classe dont elle fait partie, travaillent et vivent pour subvenir aux besoins de la classe des nantis. Les milices sont là pour faire respecter cet état de fait et n’hésitent pas à abattre ceux qui dérogent à la règle. Mais la vie d’Emie va basculer avec la mort de son père et l’obligation qui lui est faite d’aller vivre chez les nantis. Elle va laisser derrière elle son ami Henri et n’aura de cesse que de pouvoir le rejoindre. 

Voilà le genre d’histoire que j’aime en général, un monde injuste à la Hunger Games ou Divergente, une jeune héroïne qui va se battre pour ses idées et bien sur un paquet de méchants qui vont se mettre en travers de sa route.  Et le roman de Frédérique Arnould réunit toutes ces données et bien plus ! 

Le monde dans lequel elle nous entraîne est non seulement injuste mais dangereux. En effet, les pauvres y sont traités comme du bétail tout juste bons à travailler dans les mines ou dans les champs pour fournir aux riches ce dont ils ont besoin. Bien entendu, des rebelles ont essayé de s’opposer au régime en place mais sans grand succès. Emie va ressentir cette injustice d’autant plus qu’après avoir vécu la faim avec sa mère et ses sœurs elle va passer, bien malgré elle, du côté des privilégiés et se rendre compte de leur façon de vivre. Emie va naviguer entre trahisons et manipulations même si elle trouvera quelques alliés sur sa route. 

L’histoire est bien menée et à un rythme vraiment agréable. On ne s’ennuie pas et les révélations et actions s’enchaînent rapidement. Les chapitres sont courts ce qui donne une sensation de fluidité au texte, un dynamisme très plaisant. Le mélange de dystopie et de fantastique est vraiment original. En effet, Emie semble posséder des dons particuliers qu’elle va devoir dompter et que le lecteur va découvrir en même temps qu’elle. 

Les personnages sont bien décrits. J’ai particulièrement aimé Henri qui est attachant, il est entier et fidèle et ne recule devant rien pour aider Emie. J’ai eu plus de mal avec le personnage d’Emie par contre. C’est une jeune femme courageuse mais j’ai parfois eu envie de la secouer un peu pour la faire réagir. Les personnages secondaires sont parfois un peu trop effacés à mon goût, je pense notamment à Mme Zagler pour laquelle j’aurai aimé avoir plus de détails. Malgré tout, on aime ou on déteste rapidement les protagonistes même si parfois l’auteure nous met sur de fausses pistes.. 

Frédérique Arnould a une plume fluide et très agréable qui nous embarque sans aucune difficulté dans son histoire. Par contre, Emie étant la narratrice j’aurai aimé un peu plus de passion dans l’expression, de sentiments. Le ton est parfois trop neutre ou froid ce qui m’a parfois un peu gêné. Malgré ce petit bémol c’est une très bonne dystopie et je lirai la suite avec plaisir car j’ai hâte de connaître la suite de leurs aventures.

en-conclusion

 Une jolie découverte entre l’histoire et la plume de l’auteure ! Une dystopie vraiment très sympa et très bien écrite qui plaira sans aucun doute aux fans du genre. 

Ma note : 7.5/10

 

Tout ce qui compte de Claire Lebreton

Mots-clefs

, , , , ,

tout ce qui compte

Fiche Technique : 

Autoédition – 177 pages – ebook et broché – Littérature 

Résumé : 

Les gens se désintéressent très rapidement de ce qu’ils ne comprennent pas ; et personne ne comprend Melody. Melody et Hayden sont deux lycéens un peu en marge. Ils traversent leur quotidien chacun de leur côté jusqu’à ce qu’un incident les mettent sur le chemin l’un de l’autre. Hayden est solitaire et les élèves le prennent pour un drogué. Melody, elle, est atteinte de troubles obsessionnels compulsifs. Sujet de moqueries, même de la part de sa meilleure amie Max, c’est lorsque les taquineries deviennent persécution que cette différence attire l’attention d’Hayden. Lui, d’ordinaire je-m’en-foutiste et solitaire va découvrir qu’il est capable de curiosité en trouvant en Melody un mystère intriguant et une mission passionnante. Elle est dans son monde et rongée par ses TOCs qu’elle doit respecter scrupuleusement et qui créent un fossé entre elle et le reste du monde. Il essaiera d’entrer dans cet univers fermé pour la comprendre et, à terme, l’aider à se débarrasser de ce qui l’entrave.

pile-de-livres

Mon avis : 

Je remercie l’auteure, Claire Lebreton, de m’avoir permit de lire son livre en service presse et pour sa confiance.

Melody est une jeune lycéenne pour qui tout est compliqué sa vie de famille comme sa vie au lycée. Elle est atteinte de TOCs (Troubles Obsessionnels Compulsifs) ce qui lui vaut nombre de moqueries de la part de ses camarades voir même de sa meilleure amie Max. Elle se fait un jour agresser par des élèves du lycée et Hayden, lycéen solitaire, intervient. Il ne sait pas vraiment pourquoi il a agit comme ça lui qui a du mal à s’intéresser réellement aux autres mais cette rencontre va faire exploser la petite bulle dans laquelle chacun d’eux s’enfermait.

A la lecture du résumé, j’ai de suite été séduite par l’idée de ce roman. En effet, Melody et Hayden semblaient être des personnages intéressants et captivants. J’avoue que je ne suis pas tombée loin de la réalité. 

Ce livre est écrit de l’une de mes façons préférées, avec une alternance de narrateur à chaque chapitre. J’aime pouvoir plonger dans les pensées de chaque personnage et ici c’est plus que ça, c’est une introspection de leurs sentiments. En effet, Melody et Hayden prennent la parole à tour de rôle pour non seulement nous raconter leur quotidien ou leurs aventures épisodiques mais ils nous font pénétrer dans leurs pensées intimes, leur façon d’appréhender les autres, leurs sentiments vis à vis de l’autre. 

Melody est une jeune fille attachante et on sent qu’elle souffre de la situation dans laquelle elle vit. En effet, ses nombreux TOCs l’empêche de vivre comme tous les adolescents de sa classe et même si elle ne se plaint pas elle est mise à l’écart par ses camarades mais également sa famille. Peu de gens comprennent la difficulté qu’à Melody d’avoir à se plier à de nombreux rituels journaliers, à l’impossibilié de passer outre sans se sentir mal..  Hayden, quant à lui, est un jeune homme solitaire qui manque cruellement de confiance en lui et dont la famille ne fait rien pour l’aider, bien au contraire puisque ses proches lui répètent sans arrêt qu’il ne fera jamais rien de sa vie. La rencontre de ces deux personnages si différents était hautement improbable mais c’est ce côté incroyable qui rend l’histoire belle. Hayden va tout d’abord considérer Melody comme un sujet d’étude, un peu comme un insecte à disséquer pour le comprendre, avant de se rendre compte que la jeune femme a juste besoin d’une main tendue (tout comme lui..) pour changer les choses. 

J’ai particulièrement aimé ces deux personnages qui sont, à mes yeux, indissociables. Ils sont attachants et émouvants, ils sont si complémentaires que ça en est captivant de les voir évoluer l’un avec l’autre, de voir comment chacun va réussir à surmonter ses difficultés pour permettre à l’autre d’entrer un peu plus dans son univers mais également de voir l’ingéniosité avec laquelle ils vont réussir à démonter les murs que chacun avait monter autour de lui. 

Ce roman, par contre, est très psychologique. En effet, ce sont les deux narrateurs qui expliquent leurs actions il y a donc peu de dialogues et beaucoup de descriptions surtout concernant leurs ressentis. Ça ne m’a pas dérangé pour ma part car j’ai aimé pouvoir les comprendre en profondeur mais ça peut déranger certains lecteurs qui aiment les rythmes d’action plus intenses. L’auteure a utilisé un langage soutenu qui ne colle pas vraiment au côté adolescent mais qui donne une certaine profondeur au texte. 

en-conclusion

Un rythme doux, une écriture profonde, une plongée dans les pensées de deux personnages touchants, autant de points qui m’auront fait aimer ce roman malgré quelques longueurs. 

Ma note : 7,5/10

John Fade – mAc A dAmes de Grégory Bryon

Mots-clefs

, , , , , , , , , , ,

cover-373

Fiche Technique : 

Autoédition – 32 pages – ebook – Policier / Science Fiction – Nouvelle

Résumé : 

John Fade est un détective privé du 23e siècle exerçant à New Boston. Ancien policier, il se sert de son expérience et de ses relations pour retrouver des personnes disparues.

Alors qu’il vient tout juste de clôturer sa dernière affaire, un certain « Triple A » semble s’en prendre aux prostituées. La police ne s’en préoccupant pas, le détective décide de pousser l’enquête, qui l’emmènera dans les endroits les plus sombres de la ville.

***

« John Fade » est une série de nouvelles de polar-SF dont « mAc À dAmes » est le second volume.

pile-de-livres

Mon avis : 

Tout d’abord je remercie chaleureusement Grégory Bryon de m’avoir confié ce tome 2 en service presse et pour sa confiance.

Ça a été un régal de retrouver John Fade dans une nouvelle aventure.. En effet, je vous parlais il y a quelques jours du tome 1 (John Fade – L’affaire Johan Jones), qui m’avait fait prendre conscience du potentiel des nouvelles, format qui me plait de plus en plus. 

John Fade, ancien flic devenu détective privé, se remet tranquillement de sa dernière enquête lorsqu’il est abordé en plein dîner par Polak, homme de main du mafieux Jimmy Falcone. John est contraint de le suivre et se voit proposer du travail par Falcone. En effet, ses prostituées disparaissent et il aimerait bien pouvoir mettre la main sur celui qui a l’outrecuidance de le défier. 

Encore une fois la magie du futur a agit sur moi. J’ai adoré retrouver les années 2260 et toutes les nouveautés technologiques.. En effet, dans ce nouvel opus John nous entraîne dans une enquête où il va devoir se servir de son flyster, utiliser son holocom et boire un vin californien visiblement naturel (ouf !). L’auteur m’a, une nouvelle fois, emporté dans ce monde où tout nous est familier mais différent (la description du parc pour enfant est un peu flippante au vu des noms…). Des explications sur les inventions ou la façon de vivre du 23ème siècle sont glissées dans le texte permettant au lecteur d’imaginer sans mal cette époque lointaine où la retraite se prendrait au bout de 30 ans de bons et loyaux services.  

John va, pour cette nouvelle enquête, se frotter à la mafia locale et à Jimmy Falcone en particulier. Il va de nouveau payer de sa personne pour pouvoir mener ses investigations à leur terme. Le personnage de John est de plus en plus attachant au fil des tomes. Je l’avais déjà beaucoup apprécié dans le 1er opus mais ici il nous montre un côté intègre et humain que j’ai particulièrement aimé. Son amour du passé et sa nostalgie du 20ème siècle sont également toujours présents et font partie intégrante de ce personnage. 

L’histoire est tout aussi captivante et bien menée que la première. J’ai même personnellement préféré celle-ci peut-être parce que je l’ai trouvé plus développée, mieux expliquée. En effet, on suit plus facilement le raisonnement de notre héros qui justifie les raisons de ses démarches, la logique de sa pensée au fur et à mesure. Il va devoir utiliser toutes ses ressources afin de mettre la main sur le fameux Triple A qui serait à l’origine des disparitions de prostituées. C’est encore une très bonne histoire policière que nous livre l’auteur, rondement menée. 

Grégory Bryon confirme ici mon coup de cœur pour sa plume. Il entraîne le lecteur dans cette aventure avec une écriture énergique et sans temps mort et bien que le format soit court l’histoire est parfaitement accomplie. 

en-conclusion

Un second opus encore plus entraînant qui permet de nous immerger un peu plus dans le 23ème siècle.. Un 3ème tome étant paru je vous en parlerais très vite mais si vous aimez les héros charismatiques et les enquêtes policières John Fade est fait pour vous ! 

Ma note : 8.5/10

 

La malédiction d’Ariane de Rose P. Katell

Mots-clefs

, , , , , , , , , , ,

la-malediction-d-ariane-946665-264-432

 

 

Fiche Technique :

Autoédition – 376 pages – broché – Fantastique

Résumé :

Cassie a un secret. Depuis la mort de ses parents, elle est hantée par un cauchemar. Chaque nuit ou presque, elle voit un homme se jeter sous un train et entend une mystérieuse voix l’implorer de lui venir en aide. Hélas, elle n’y parvient jamais… Jusque-là sans conséquence, ce rêve prend une tout autre réalité quand le train qui amène sa grand-mère, avec qui elle s’est brouillée par le passé, se révèle être celui qui percute cet individu. Les choses se compliquent encore plus quand Cassie réalise qu’elle seule a assisté à l’incident et qu’il n’y en a aucune trace. Incapable d’oublier ce qu’elle a vu, intriguée par sa grand-mère qui semble au courant pour son cauchemar, elle décide d’enquêter. Qui est cet homme ? Pourquoi est-elle la seule à pouvoir le voir ? Et que sait exactement sa grand-mère ? Autant d’énigmes qu’elle va s’efforcer de résoudre.

pile-de-livres

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie vivement l’auteure, Rose P. Katell, de m’avoir permit de lire son livre en service presse.

Ce qui m’a attirée en premier, je l’avoue, est la magnifique couverture ! En effet, je la trouve mystérieuse et vraiment magnifique.

Cassie est une jeune étudiante de 15 ans qui a perdu ses parents dans un incendie et qui vit depuis avec son grand frère Miguel. Cassie n’est pas très assidue en cours et se laisse facilement distraire. Mais ce qui la préoccupe le plus est le cauchemar récurrent qu’elle fait : un homme se suicide sous ses yeux sans qu’elle ne puisse rien y faire. Mais lorsque la jeune fille assiste à cette scène alors qu’elle est éveillée là elle commence à se poser des questions.

Dès les premières pages, j’ai su que ce livre allait me plaire. En effet, j’ai trouvé que les personnages étaient crédibles car ils sont loin d’être parfaits.. Par exemple, Cassie n’est pas une élève modèle et je trouve rafraîchissant que les héros ne soient pas exemplaires. Elle essaye de faire des efforts mais même si elle sait qu’elle va s’attirer les foudres de son frère elle va agir comme tout ado pourrait le faire.

Les personnages sont tous attachants à leur façon. Cassie parce qu’on ressent de l’empathie pour elle mais aussi parce qu’on aimerait pouvoir l’aider à y voir plus clair. Elle est bougon, introvertie et même parfois franchement désagréable mais j’ai beaucoup aimé son personnage qui malgré les épreuves va s’ouvrir peu à peu. Le personnage de Miguel m’a beaucoup touchée avec sa façon de se battre pour garder sa sœur près de lui, de l’élever. Les camarades de Cassie sont tantôt drôles, parfois agaçants mais toujours présents pour elle et l’amitié joue un rôle primordial dans cette histoire.

Les relations entre les personnages sont souvent conflictuelles avec, par exemple, l’arrivée de leur grand-mère. Ils ont connus des moments difficiles et cela rend l’histoire d’autant plus crédible que les rancœurs ne sont pas oubliées trop facilement. La romance y est aussi présente mais sans monopoliser l’histoire. Différentes histoires d’amour sont racontées au fil des pages qu’elles soient passées ou naissantes elles sont toutes aussi prenantes et émouvantes.

L’auteure nous livre ici une histoire vraiment bien écrite et fluide. Le côté fantastique est bien amené et le lecteur a le temps de bien appréhender toutes les facettes de l’histoire. La malédiction est traitée de façon originale et j’ai aimé suivre Cassie dans ses recherches mais aussi assister à ses rêves. Mon seul bémol est que j’aurais aimé avoir plus de détail sur les dons de Cassie ainsi que de ses ancêtres. En savoir plus sur son ascendance, ce qu’ils sont devenus. Peut-être sa grand-mère aurait-elle pu avoir plus de choses à lui expliquer sur l’histoire de la famille mais aussi sur la façon d’apprendre à développer son Don.

Rose P. Katell possède une très belle plume qui s’accorde parfaitement à son histoire. Les dialogues sonnent justes et les narrations sont imagées et sans temps mort. 

en-conclusion

Une lecture vraiment très agréable avec une histoire prenante et écrite d’une plume fluide et douce. Un roman qui vous envoûtera comme s’il vous avait lancé un sortilège.. 

Ma note : 8/10

LE Secret de Sandriana Grey

Mots-clefs

, , , , , , ,

cover-532

Fiche Technique :

Autoédition – 324 pages – ebook ou broché – Littérature

Résumé :

Avignon, une rue déserte, ou presque. Dans cette rue, une prison ; une prison devant laquelle se trouve une femme totalement désemparée et rongée par la douleur. Comment trouver le courage de passer cette porte grise et glacée pour aller rendre visite à son fils unique. Et si le remède à sa souffrance se trouvait ailleurs dans cette ville. Au détour d’une de ses rues pittoresques ? Ou bien là où elle s’y attend le moins grâce à … un vieillard atypique sorti d’on ne sait où ?

Lorsque Laure, lycéenne de seize ans et fille de paysans, vivant à Châteauneuf-du-Pape, a le coup de foudre pour le séduisant Samuel, étudiant en droit à Paris venu découvrir ce village de Provence, elle est loin de s’imaginer que l’idylle amoureuse que tous les deux vont vivre, et durant laquelle elle découvrira les sentiments amoureux et l’amour charnel pour la première fois, va bouleverser sa vie à jamais.

Quand après le départ de « son bel inconnu » Laure apprend qu’elle est enceinte, malgré les lettres envoyées à Samuel pour l’informer de sa grossesse restées sans réponse, malgré son jeune âge, et malgré le regard pesant des autres, elle décide de ne pas avorter et d’élever seule son fils qu’elle pense être heureux. Philippe est pourtant habité depuis toujours par la souffrance de l’absence de son père. Laure ne soupçonne pas que vingt et un an après avoir vu Samuel pour la dernière fois, la vie de son fils et celle de cet homme, le seul homme qu’elle ait jamais aimé, vont bientôt basculer… basculer au même endroit, en même temps. La vérité est-elle vraiment celle que l’on pense toujours ? Il suffit parfois d’un seul secret pour bouleverser plusieurs vies …

 

pile-de-livresMon avis :

Avant tout, je remercie l’auteure, Sandriana Grey, de m’avoir confié son livre en service presse et pour sa confiance..

Laure est une jeune femme, perdue, anéantie par la douleur. Elle attend devant la porte de la prison d’Avignon de pouvoir rendre visite à son fils qui y est incarcéré. Mais elle doute, elle se sent coupable et après quelques instants devant les portes elle va partir dans les rues et faire une rencontre inattendue. Un vieil homme va lui prêter une oreille attentive et Laure va lui dévoiler ses secrets..

Laure est une jeune femme qui est tombée amoureuse à 16 ans et de cette relation est né Philippe, son fils unique, mais son « bel inconnu » n’a pas assumé son rôle de père et Laure a dû élever son enfant seule. Ce livre raconte l’histoire de Laure, de sa rencontre, de son amour pour cet homme puis pour son fils. C’est Laure, elle même, qui nous raconte son histoire, 20 ans après sa rencontre avec l’homme qui aura changé sa vie.  

Le personnage de Laure est vraiment attachant, touchant.. On la sent entière et forte, elle donne son amour de façon inconditionnelle surtout à son fils qu’elle chérit plus que tout. Elle est très proche de sa famille et aime passionnément son village, sa région. Sa rencontre avec ce vieil homme, dans les rues d’Avignon, va lui permettre de libérer sa parole, d’exprimer tout ce qu’elle a enfouit en elle depuis des années, peut être même de faire en quelque sorte son mea culpa.

J’ai trouvé que ce roman était d’une douceur exceptionnelle. La plume de l’auteure est fluide et surtout très poétique. Elle narre cette histoire comme un conte, un recueil de souvenirs précieux. De vraies questions sont posées et font réfléchir le lecteur.. Faut-il cacher à un enfant l’histoire de son père si celui-ci est absent de sa vie ? Vaut – il mieux lui asséner une vérité cruelle ou le laisser l’imaginer, la fantasmer ? Autant d’interrogations que Laure va se poser et auxquelles elle va confronter sa conscience.

Son histoire est somme toute banale, une jeune fille qui tombe enceinte et se retrouve seule pour assumer. Mais là où les choses ne le sont plus c’est que les deux hommes de sa vie vont se « percuter » à un moment et entraîner la destruction de son petit univers. C’est ainsi que Laure va se retrouver devant cette porte de prison à essayer de puiser la force de voir son fils incarcéré et d’assumer les conséquences de ses choix.

Mon seul bémol concernant ce roman sera les trop nombreuses digressions faites par l’auteure à travers la narration de Laure en descriptions de l’histoire de la ville ou en réflexions philosophiques qui m’ont parfois cassés le rythme de ma lecture même si elles sont vraiment intéressantes et montre une grande maîtrise du sujet.

en-conclusion

Un récit doux et poétique où une jeune femme nous livre l’histoire de sa vie grâce à une rencontre inattendue et sans doute un peu magique..

Ma note : 7/10

 

 

NEW LIFE le commencement de Stéfanie Hodier

Mots-clefs

, , , , , , ,

new life

Fiche Technique :

Bookelis – 148 pages – ebook et broché – Science fiction

Résumé :

Cory est une jeune femme à priori comme toutes les autres jusqu’au jour où elle se réveille à l’hôpital.
Perdue, ignorant son identité, elle fait alors le rencontre de Loukas et Cerise, deux jeunes avec qui elle se liera d’amitié.
A la recherche de son passé, l’amitié se renforcera-t-elle ou sera-t-elle confrontée à des manipulations insensées ?
Quand tout bascule et que le virtuel se mélange au réel, comment distinguer le vrai du faux ?
Bienvenue dans New Life! Si tant est que vous en sortiez indemne …

pile-de-livres

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie l’auteure Stéfanie Hodier de m’avoir confier son livre en service presse.

Cory se réveille à l’hôpital amnésique. Sa compagne de chambre Cerise et son ami Loukas vont très vite devenir ses amis et aider la jeune femme à retrouver une certaine stabilité. Ils travaillent tous les trois pour la même firme de jeux vidéos et bientôt des trahisons et manipulations vont apparaître.

La couverture a tout d’abord retenu mon attention. Je la trouve vraiment très belle et totalement en adéquation avec l’histoire du livre.

Ensuite, à la lecture du résumé j’ai trouvé que l’idée du roman était vraiment originale : un jeu vidéo qui se substituerait à la vie réelle au point que les participants ne sauraient plus s’ils sont dans le virtuel ou pas. Il faut dire que ce thème permet de nombreuses folies quant à l’imagination, on peut à peu près tout inventer. Et pour le coup Stéfanie Hodier a eu une très bonne idée. Au fil des pages, le lecteur va se demander si les personnages évoluent dans la réalité ou dans un monde créé de toutes pièces au point de ne plus savoir..

Les personnages sont intéressants car ils font tous preuve de duplicité, de machiavélisme, de naïveté ou de courage selon les cas. On ne saurait dire qui va trahir ou qui est sincère, qui joue la comédie ou qui se préoccupe des autres.. J’ai bien aimé le personnage de Bérénice, mon préféré au final mais j’ai eu beaucoup plus de mal avec les autres, notamment celui de Cory. En effet, j’ai eu un peu de mal à les cerner vraiment, non pas dans leurs intentions qui sont bien expliquées mais plutôt dans le côté personnel. Je comprends bien que « New Life » nous empêche de vraiment saisir le caractère des protagonistes en ne nous permettant pas de vraiment les connaître dans la « vraie » vie mais j’aurai aimé pouvoir les cerner un peu plus. Malgré tout, le trio Cory, Cerise et Loukas est vraiment sympathiques et j’ai apprécié leurs échanges et interactions souvent drôles.

L’histoire est bien menée avec de nombreux rebondissements et du suspense. L’auteure distille les révélations et les découvertes au fil des pages et tient le lecteur en haleine. Les explications coulent ou sont acceptées parfois un peu vite à mon sens mais cela ne gâche pas la lecture. Elle fait preuve de beaucoup d’imagination pour inventer un tel scénario, parfois un peu alambiqué mais toujours agréable à lire.

La plume de Stéfanie Hodier est vraiment efficace et directe, elle décrit les situations sans superflus ce que j’ai bien aimé. J’avoue que la scène du couloir m’a particulièrement plu !!

en-conclusion

Un premier roman prometteur avec une histoire intéressante et bien construite. A lire pour passer un bon moment.

Ma note : 7/10