Chronique Livresque·Science fiction

Le début de la faim par Nil Borny

Fiche technique :

Auto-édition – 452 pages – ebook ou broché – Science-fiction

Résumé :

« C’est la fin du monde ! On va tous y rester et crever dans d’atroces souffrances et… une bombe atomique me kiffe ?! La vie est vraiment fantastique ! »

Un étrange phénomène se propage dans la capitale française et sa banlieue, transformant la majorité de la population en monstres avides de chair humaine. Pour une raison inconnue, certains survivants ne présentent aucun symptômes.
L’épidémie est vécue à travers les yeux de femmes et d’hommes que rien ne prédestinait à se rencontrer.
Mathieu, Natacha et Louis vont se croiser d’une manière bien singulière. Se croyant bien à l’abri, ils apprendront que les hordes de morts-vivants qui sillonnent les rues sont loin d’être leur seul problème.
Malgré eux, ils vont s’immerger jusqu’aux origines du mal.

Le Début de la Faim est également le récit d’une histoire d’amour déguisée en roman apocalyptique.

thriller

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie chaleureusement Nil Borny, l’auteur, de m’avoir contacté via mon blog et de m’avoir proposé de lire son roman en service presse. 

Je résiste difficilement à un bon livre rempli de zombies alors je n’ai pas eu à me supplier trop longtemps pour commencer celui ci, d’autant plus que j’avais déjà fait un tour sur le site que l’auteur a consacré à son roman de gare de RER (si vous prenez le métro, je pense que vous pouvez le lire aussi…) Pour faire vos curieux, c’est ICI. Et puis qui résisterait à cette couverture ? Impossible pour moi.. 

Dès les premières pages, le ton est donné : ce livre sera un carnage ou ne sera pas ! J’ai rarement vu un auteur dézinguer ses personnages avec autant d’entrain, d’enthousiasme et d’humour ! Alors un petit conseil : ne vous attachez pas trop la plupart ne sont que de passage. Mathieu prend en métro… Natacha est au travail.. Bernard aussi.. Théo est avec ses potes.. Bouli a faim… Chacun vaque à ses petites occupations jusqu’à ce que le destin (ou la faute à pas de chance) lui fasse croiser des hordes de zombies un peu lents mais voraces. Certains vont passer, d’autres trépasser et pour les quelques chanceux qui ne vont pas se transformer en bestiole sanguinolente et affamée de chair humaine le destin va les réunir. Un petit groupe va se retrouver, sans l’avoir cherché, à plonger dans l’origine de ce mal.

Si je vous dis que ce roman m’a fait passer un très très bon moment vous n’en serez pas étonnés ??  Non seulement l’histoire est prenante parce que justement on ne sait pas trop qui va survivre, comment, pourquoi.. On se pose aussi la question du pourquoi ces zombies, comment en sont-ils arrivés à investir notre belle capitale et sa périphérie ? Qu’a-t-il bien pu se passer pour qu’ils existent ? Les personnages y sont aussi pour beaucoup.. Ceux qui émergent du chaos sont attachants, drôles, parfois décalés ou un peu agaçants, mais on espère qu’ils vont survivre (ou alors mourir sans trop souffrir quand même…).

Et l’amour dans tout ça ? Parce que les zombies qui mangent les gens c’est bien mais un peu de douceur… Eh bien, l’auteur a réussit à faire éclore une histoire d’amour dans tout ce bazar. Elle est sous entendue dans le résumé mais je n’aurais pas parié sur eux !! Ils sont tellement mignons !! Je trouve que…  Vous ne pensiez pas que j’allais vous dire qui ?? Non non va falloir le lire pour savoir !

Je découvre grâce à ce roman la plume de Nil Borny, son écriture, son imagination.. Le roman est très bien écrit, la narration colle parfaitement à l’histoire et surtout aux personnages, c’est fluide, c’est actuel, c’est saignant, c’est drôle. J’ai particulièrement aimé la façon dont l’auteur nous permet de relier les personnages ou les faits entre eux. C’est original comme façon de faire et j’adhère complètement ! Je vais donc attendre avec impatience le tome 2 parce que la fin m’a laissée sur ma faim ! 

ZOMBIES.png

 Un excellent premier tome qui m’a fait beaucoup rire (et pourtant… paix à leurs âmes…) Des zombies, des rebondissements, de l’amitié, de l’amour, des cervelles qui sautent, tout est réuni pour passer un très bon moment de lecture ! 

Ma note : 9/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ICI 

 

Publicités
Chronique Livresque·Feel - good·Romance

Tout va bien se passer par Sylvie Noël

Fiche technique : 

Edition : Librinova – 296 pages – ebook ou broché – Comédie romantique

Résumé : 

Un mariage… En général c’est une bonne nouvelle, non ? Un moment sympa, une fête, une ambiance géniale ? C’est comme ça normalement, non ?
Alors pourquoi celui de Maggy, ma meilleure amie part en vrille dès qu’on avance un peu dans l’organisation ? Et les problèmes, ça se déplace en troupeau ! La liste est longue ! Sans compter ce crétin de William, égocentrique, arrogant et… meilleur ami du marié ! Ce type me donne envie de vomir.
Et où est passé le futur marié ? Disparu, envolé, le jour du mariage.
Si je suis dans un cauchemar, je veux me réveiller tout de suite.
Mais je vais prendre en main tout ça. Je vais sauver le mariage de Maggy, parce qu’elle est géniale et qu’elle mérite d’être heureuse.
Moi ? C’est Cassie. Grande gueule, gaffeuse, mais prête à tout.
Ce mariage aura lieu. Quoi qu’il advienne !

tea-time-wallpapers-pictures-photos-images-OPklMv-clipart

Mon avis : 

Un très grand merci à Sylvie Noël, l’auteure, de m’avoir confié son roman en service presse. 

Les préparatifs d’un mariage… En général c’est stressant pour les futurs mariés mais également pour leur entourage et Maggy ne déroge pas à la règle. Son mariage arrive à toute allure et tout n’est pas prêt, des contretemps s’accumulent, des soucis se greffent, bref ça sent la catastrophe ! Heureusement que Cassie, la meilleure amie et témoin de Maggy, veille au grain et va tout faire pour que cette journée soit une réussite pour les tourtereaux. 

Que de toutes les mariées de l’assemblée, celles qui n’ont pas eu des moments de découragement (et/ou d’angoisse, stress, envie de tuer tout le monde.. liste non exhaustive) lorsqu’elles préparaient le plus beau jour de leur vie, lèvent la main ! Merci ! Je me sens moins seule… 

Le titre de ce roman pourrait être un mantra utilisé par Cassie pour rassurer Maggy parce que forcément tout ne va pas être simple.. Entre le tulle, les fleurs, les parents, le plan de table, le marié qui disparaît, la robe, le choix du thème tout s’accumule pour faire péter une pile à la mariée et à son amie… Mais bien sur tout commence avec l’enterrement de vie de jeune fille et ses difficultés d’organisation.

Cassie est une jeune femme qu’on voudrait tous avoir pour amie. Elle est dynamique, gaie, dévouée, elle se donne à fond pour faire plaisir à la future mariée. La seule chose qu’elle n’arrive pas c’est à supporter Will le témoin du marié. Alors forcément cette situation va ajouter encore plus de difficultés parce qu’ils ne vont pas pouvoir s’ignorer très longtemps… Surtout que le dit Will est plutôt canon malgré son arrogance ! Les deux futurs mariés et leurs témoins sont entourés d’un groupe d’amis soudés qui sont tous attachants ou touchants. Agnès ou Caro par exemple m’ont beaucoup amusée. Maggy et David sont un couple vraiment mignon même si Maggy a une légère tendance à se transformer en furie hystérique par moment.. Mais la situation l’exige alors on lui pardonne ! 

C’est un roman qui se lit très rapidement et qui est plein de peps ! L’auteure a su lui donner un rythme agréable grâce à sa plume très actuelle et à des personnages de notre temps. L’histoire est plutôt prévisible bien qu’il y ait quelques rebondissements surprenants et j’aurais aimé que les personnages soient un peu plus fouillés, travaillés notamment Cassie pour laquelle il y a encore matière à découvrir. Mais malgré tout ce roman rempli parfaitement le job : il est divertissant, amusant et délassant !  Le genre de livre dans lequel j’aime me plonger pour oublier les infos déprimantes, la pluie ou le boulot de la semaine.. 

Conclusion_Logo_-_Cool_Dots_Font

Une lecture qui vous fera oublier la morosité ambiante et passer un bon moment. Elle rappellera des souvenirs à tous ceux qui ont, un jour, approché de près ou de loin une future mariée ! 

Ma note : 7.5/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ICI

Chronique Livresque·fantastique·nouvelle

Lazare Donatien : La barque solaire par Virginia Besson Robilliard

Fiche technique :

Iggybook – 44 pages – ebook – Fantastique / Nouvelle

Résumé :

Avez-vous déjà ressenti un certain malaise envers un vieil objet? Quelque chose dont vous avez hérité et dont vous ne savez pas quoi faire la plupart du temps ? De tous temps, les hommes ont cherché à percer les mystères qui se présentent en rencontrant plus ou moins de succès dans leur entreprise. Je ne prétends pas apporter plus de réponses que d’autres à ces nombreuses questions, ce n’est pas mon travail. Mais si d’aventure des évènements bizarres commençaient à se manifester autour de vous de façon impromptue, ce serait alors le moment choisi pour songer à faire appel à moi. Qui suis-je ? Un être étrange, travaillant pour des causes plus étranges encore… je suis le Drockhead !

magischesbuch_500px-breit

Mon avis :

Quand je vous dis que je ne résiste pas à cet homme ! C’est avec un immense plaisir que j’ai lu cette 3ème histoire des aventures de Lazare Donatien et je remercie l’auteure, Virginia Besson Robilliard, pour sa confiance renouvelée.

Lazare fait la connaissance d’Alice lors d’une sortie à l’Opéra à laquelle il assistait avec son amie Moira. Alice rencontre quelques petits problèmes et c’est sur les conseils de son défunt père qui connaissait le Drockhead qu’elle vient lui demander de l’aide. C’est comme ça que Lazare, Dimitri son apprenti et Zeph vont se retrouver à rechercher un Pharaon ..

Cette troisième aventure continue parfaitement cette série ! Elle développe encore un peu plus les pouvoirs d’un Drockhead, ses possibilités paranormales. L’humour y est toujours présent avec cette espèce d’humour pince-sans-rire qu’a Lazare. Et Dimitri n’est pas en reste d’ailleurs..Les ingrédients qui font que j’ai eu un coup de cœur dès la première nouvelle sont toujours là et ne le démentent pas au fur et à mesure que j’avance dans cette série. J’avoue que les tenues de Lazare y sont aussi pour beaucoup ! 

L’histoire, cette fois-ci, va pousser Lazare à mettre sa vie entre les mains de Dimitri pour pouvoir mener sa mission à bien. On sent au fil des aventures que les liens qui se tissent entre les deux hommes sont de plus en plus forts. Ils n’hésitent pas à tout risquer pour aider Alice. Le personnage de Zeph prend un peu plus d’ampleur également, on lui découvre de nouvelles capacités enfin surtout paranormales parce que pour ce qui est de l’apprentissage informatique, ça ne semble pas gagné !

L’écriture est toujours aussi plaisante et addictive, en général je lis la nouvelle en une fois sans m’arrêter tant elles me plaisent. L’auteure met en place un monde vraiment intéressant autour de ses personnages. A chaque nouvelle histoire, on découvre un pan de ce monde, les êtres paranormaux qui le peuplent, les pouvoirs du Drockhead. Le fait que chaque opus soit lié à un objet en particulier nous permet de découvrir certaines croyances comme par exemple ici avec la barque solaire du Pharaon.

Conclusion_Logo_-_Cool_Dots_Font

Toujours le coup de cœur pour Lazare Donatien et ses compagnons d’aventure ! Je vais donc continuer à découvrir les prochaines nouvelles et à vous en parler avec un immense plaisir !

Ma note : 9/10

Chronique Livresque·fantastique

Sorceraid, Tome 1 : Décadence, le fantôme de Waterlow par Léna Lucily 

Fiche technique :

Autoédition – 148 pages – ebook ou broché – Fantastique

Résumé :

Nora est une jeune diplômée, blogueuse mode à ses heures, qui vit à Londres et cherche du travail ! Lorsqu’elle découvre cette alléchante offre d’emploi sur Internet, elle ne se pose pas de question : elle fonce… Droit dans un bus ! Accident dont elle ressort sans une égratignure. Cet exploit lui vaut d’être embauchée chez Sorceraid, société de conseil en solutions magiques. Nora passe donc ses journées à fournir à des sorciers décadents (ayant utilisé l’intégralité de leurs ressources en magie) les solutions aux problèmes existentiels de leur quotidien, tels que la résurrection d’Elvis Presley pour un anniversaire ou la traque d’un fantôme inopportun. Bienvenue chez Sorceraid !

livrelecteurs

Mon avis :

Je ne vous en avait pas encore parlé mais j’ai eu la chance d’être sollicitée pour faire parti des chroniqueurs / jury au Prix des auteurs inconnus (n’hésitez pas à aller consulter le site en cliquant ICI ), j’ai donc lu mon 1er roman sélectionné dans la catégorie Imaginaire.

Nora est fraîchement diplômée et recherche activement un emploi. Elle se rend donc à un entretien mais alors qu’elle a un doute sur l’adresse elle se fait renverser par un bus. Accident dont elle se relève sans aucun dommage, ce qui apparemment vaux pour embauche chez Sorceraid puisqu’elle est embauchée sur le moment. Nora va donc découvrir une facette de notre monde qu’elle ignorait : le monde des sorciers ! La magie existe et Sorceraid est là pour apporter des solutions aux sorciers, qui ont, parfois de bien étranges demandes..

L’histoire est un très bon mélange de fantastique que l’on découvre grâce à Sorceraid et ses clients et de monde réel puisque Nora est une héroïne bien ancrée dans son siècle : téléphone portable, blog,.. J’ai particulièrement aimé la finesse dont fait preuve l’auteure pour mélanger ces deux mondes, faire qu’ils cohabitent de façon crédible. Elle est bien construite, sans temps mort, j’ai même trouvé qu’elle était trop courte tant j’ai pris plaisir à la lire. Entre l’arrivée de Nora à son nouveau poste et les aventures qui en découlent, je ne me suis pas ennuyée une seconde. Car, bien sur, comme l’indique le titre il y a une histoire de fantôme..

Nora est une héroïne qui donne du peps à  l’histoire, elle est drôle, un peu tête brûlée et surtout elle n’y connaît rien à la magie alors lorsqu’elle est propulsée commerciale chez Sorceraid. Elle se retrouve à travailler avec Christine, sa lyconthropie et son fichu caractère cela donne des scènes vraiment amusantes. Tous les personnages de ce premier tome sont vraiment attachants, j’avoue un petit faible pour George et ses chapeaux.. Que ce soit les « humains » amis de Nora comme Charlotte ou Jeff ou les sorciers comme Ying ou Ellie, je les ai tous appréciés (même les méchants !).

Lors des pré-sélections, j’avais déjà beaucoup apprécié le style de l’auteure et mon impression s’est confirmée à la lecture du roman. Léna Lucily écrit de façon très légère, actuelle et ça donne un récit fluide et qui se lit très bien. Elle a choisit d’écrire cette série en épisodes, et j’avoue être de plus en plus fan de ce format. C’est plutôt court (et parfois frustrant), rapide à lire mais de cette façon on retrouve plus souvent des héros que l’on apprécie. J’ai tout spécialement aimé la façon dont SMS et mails étaient intégrés au récit. Ca apporte un petit côté moderne très sympa..  

Conclusion

Grâce au Prix des Auteurs Inconnus, j’ajoute le nom de Léna Lucily à ma liste d’auteurs à suivre.. J’ai vraiment aimé faire la connaissance de Nora et pénétrer dans le monde de Sorceraid..

Ma note : 8.5/10

Si vous souhaitez acheter et lire ce roman, cliquez LA

Pour suivre l’auteure, Léna Lucily suivez LE LIEN

 

Chronique Livresque·humour·Romance

Talons hauts et taches de rousseur, tome 1 par Esther Jules

talons-hauts-et-taches-de-rousseur,-tome-1-951685-264-432

Fiche Technique :

Editions Numériklivres – 272 pages – ebook ou broché – Romance / Youngadult

Résumé :

Pomme Lambert est une gentille ado de province qui prépare son bac, sage et tranquille, toujours dans les clous.
Lorsqu’elle croise la route d’Éden, le petit ami de sa sœur, ses certitudes vacillent. Les événements s’enchaînent, sous couvert d’une famille parfaite, entre une sœur égocentrique et manipulatrice, une mère émotionnellement aveugle, et un père limite psychopathe. Même s’il n’y a plus de ligne franche entre le noir et le blanc, Pomme va s’y accrocher. Et grandir.
Éden, tiraillé entre Pomme et sa sœur Jolie, sa peur de les blesser, ses secrets, ses incertitudes, va découvrir qu’on ne s’ennuie jamais avec les sœurs Lambert.
Et on ne s’ennuie jamais, non plus, de l’écriture enjouée d’Esther Jules qui nous propose une nouvelle comédie romantique dans l’air du temps avec des personnages allumés embarqués dans une aventure ô combien captivante.

pile-de-livres

Mon avis :

Je remercie en tout premier lieu les Editions Numériklivres de m’avoir confié ce roman en service presse et pour leur confiance renouvelée.

Dès la lecture du résumé je me suis dit « oulala ça va être déjanté ! » parce qu’avec des héros qui s’appellent Jolie, Pomme et Eden je pense que l’auteure a un sacré humour. Et ça n’a pas loupé !

Pomme est une jeune femme de 16 ans (bientôt 17 !) qui prépare son bac et dont le rêve est de devenir vétérinaire. Sérieuse la Pomme hein ? Sauf que la pauvre n’est pas vraiment bien entourée entre une sœur menteuse, nympho et manipulatrice, un père limite dictateur qui sombre peu à peu dans la violence et une mère qui semble aussi concernée par sa fille cadette que par l’élevage de bulots, Pomme ne rêve que d’une chose : partir étudier loin ! Mais sa petite vie « tranquille » va être bouleversée lorsqu’elle fait la connaissance d’Eden, le petit ami de Jolie, sa sœur..

Dès le début je me suis attachée à Pomme, c’est une jeune fille sérieuse, gentille, bucheuse. Elle a un rêve et met tout en œuvre pour le réaliser. Elle forme avec ses amis le groupe des « loosers » mais ça ne semble pas la déranger, finalement Pomme est bien dans ses baskets. Mais lorsque Jolie, sa sœur ainée, vient présenter son petit ami à ses parents tout se gâte ! Pomme a un coup de cœur pour le bel Eden (non mais Pomme et Eden ! Ca m’a fait rire un moment…) et celui-ci va devoir faire un choix entre les deux sœurs Lambert.   

Ce roman m’a vraiment fait passer un très bon moment et m’a surtout beaucoup fait rire.. Entre les prénoms improbables qui forcément amènent des jeux de mots, les scènes mythiques et une histoire qui se complique au fil des pages ce tome 1 est vraiment une jolie découverte. Je vous confie un petit secret, j’ai une longue pause déjeuner le midi qui me permet de beaucoup lire.. sauf que je ne suis pas seule dans le bureau. Eh bien, je pense que mes collègues sont soulagés que cette lecture soit terminée, visiblement trop de rigolades ! L’auteure enchaîne les situations cocasses comme la scène de présentation d’Eden aux parents, les réparties comme le pétage de plomb de Pomme le jour de son anniversaire ou les jeux de mots autour des prénoms ce qui nous donne un roman enjoué, léger, qui fait du bien au moral !

Les personnages oscillent entre loufoques, déjantés, sages, dégoulinants d’amour, mythomanes, mabouls, garces.. bref un panel éclectique que j’ai vraiment beaucoup aimé ! Ils sont tous à leur façon attachants autant la bande d’amis à Pomme avec Jenny et Tutu par exemple mais également Greg (qui reste un de mes chouchous..), Emérence, voir même les parents Lambert.. Ces derniers ont la palme pour moi, ils sont prodigieusement excessifs, j’adore !   

Malgré tout, certains thèmes sérieux sont abordés comme l’adolescence et le fait d’être un ado « à part », les parents qui font des différences entre leurs enfants, l’amour fraternel… Ces situations amènent à réflexion sans entacher un instant la bonne humeur de ce livre.   

Esther Jules a une écriture très actuelle qui s’adapte parfaitement aux situations décrites puisque les héros sont de jeunes adultes. Elle a une plume entraînante, pétillante qui embarque le lecteur. Au début, j’avais un peu peur que ce ne soit « qu’une » romance mais pas du tout.. C’est drôle, c’est frais ! Le début est plutôt sage, les héros apprennent à se connaître puis les choses se compliquent entre quiproquos, mensonges et secrets découverts.. L’auteure a réussi le tour de force de me faire apprécier une romance et d’en redemander en plus ! Vivement le tome 2, parce qu’au vue de la fin de celui-ci il risque d’être savoureux..  

Conclusion

Un premier tome vraiment réussi entre amour et humour.. Si vous décidez d’entrer chez les Lambert pour faire connaissance avec cette famille poussez vite la porte vous ne le regretterez pas.. mais méfiez vous tout de même des yaourts à l’ananas !

Ma note : 9/10

Chronique Livresque·fantastique·humour·nouvelle

L’heure maudite par Laurence Puzenat

l'heure maudite

Fiche technique :

Autoédition – 55 pages – ebook – Fantastique / Humour /  Nouvelle

Résumé :

Nicole est une trentenaire tout ce qu’il y a de plus banale. Jusqu’à cette nuit, celle où elle trouva un nain nu dans le local à poubelles de son immeuble. A cet instant… Tout bascula (et pas pour le meilleur). Découvrez ce qu’il se cache au plus profond de la Terre, découvrez qui tire les ficelle depuis le début dans ce roman fantastiquement drôle.

café et arbre

Mon avis :

Avant tout, je remercie vivement Laurence Puzenat, l’auteure, pour m’avoir confié cette nouvelle en service presse et pour sa gentillesse.

Nicole est une jeune femme sans histoire, à la limite de la banalité qui se partage entre un travail inintéressant et une vie routinière. Un soir, dans le local à poubelle, elle tombe sur Marvin, un nain tout nu et au langage coloré. Autant dire que la vie de Nicole ne sera plus jamais la même…

Et oui ! Encore un format court ! Quand je vous dis que j’y prends goût.. Et celui-ci est tout particulièrement savoureux. Je vous explique le contexte.. Je me pose dans la salle d’attente chez mon médecin, un mardi soir, sans rendez-vous. Vous le voyez le monde qui attend son tour en se toussant dessus les uns sur les autres ? Je me dis « tiens ! et si je commençais L’heure Maudite ! Il a l’air sympa ! » Cruelle erreur !! Parce que toutes les personnes qui étaient présentes ont assisté avec leurs yeux globuleux et leurs nez qui coulent à mes ricanements.. J’essayais de les camoufler en toussant sauf que moi.. j’y allait pour une douleur au rein ! Peu crédible la toux.. et j’ai beaucoup ricané !!

Il faut dire qu’entre les personnages loufoques, l’histoire et surtout la façon d’écrire de l’auteure il y avait de quoi glousser ! J’ai adoré la plume de Laurence Puzenat qui est drôle, punchie, déjantée par moment même..

Nicole est d’une banalité affligeante mais une fois qu’elle aura retrouvé sa liberté (vous voudriez bien savoir comment !! non je ne dis rien..) elle devient Super-Nicole la reine de la vanne et du coup de pied ! Elle m’a fait mourir de rire (discrètement..). Et sinon le nain aux cheveux longs et soyeux et accessoirement tout nu ? Et ben pareil ! Non seulement il est culotté (sans mauvais jeu de mot) mais en plus il est drôle, menteur, manipulateur.. bref il est génial ! Il faut dire qu’il a de la répartie et souvent des manières percutantes et peu orthodoxes pour faire pencher la balance de son côté. Ils vont être amenés à s’associer et ce que je peux vous dévoiler qu’il y a en jeu : de l’argent, la liberté et.. Nabila !

L’histoire est vraiment bien ficelée et franchement je l’ai trouvée trop courte.. (enfin c’est une nouvelle faut pas oublier..). Parce qu’apprendre que nous autres humains n’avons absolument aucun libre arbitre et que tous nos faits et gestes dépendent de l’humeur et du bon vouloir des nains vivants au centre de la Terre c’est quand même perturbant. En attendant, c’est une nouvelle pleine d’humour avec un duo de choc en héros décalés et qui m’a fait passer un excellent moment entre rigolade et réflexion. Parce que j’ai trouvé que l’auteure, malgré le ton humoristique, nous amène, en effet, à réfléchir sur la routine qui est au cœur de nos vies en règle générale.

conclusion

Si vous avez envie de rire et de découvrir pourquoi Marvin et Nicole sont obligés de collaborer malgré leurs différences et surtout qui tire réellement les ficelles, n’hésitez pas un instant.. Mais gardez toujours à l’esprit qu’il faut se méfier de l’heure maudite !

Ma note : 9.5/10

 

 

Chronique Livresque·fantastique·nouvelle

Lazare Donatien : Les runes de Myrdal par Virginia Besson Robilliard 

lazare-donation---les-runes-de-myrdal-957254-264-432

Fiche technique :

Iggybook – 43 pages – ebook – Fantastique / Nouvelle

Résumé :

Avez-vous déjà ressenti un certain malaise envers un vieil objet ? Quelque chose dont vous avez hérité et dont vous ne savez pas quoi faire la plupart du temps ? De tous temps, les hommes ont cherché à percer les mystères qui se présentent en rencontrant plus ou moins de succès dans leur entreprise. Je ne prétends pas apporter plus de réponses que d’autres à ces nombreuses questions, ce n’est pas mon travail. Mais si d’aventure des évènements bizarres commençaient à se manifester autour de vous de façon impromptue, ce serait alors le moment choisi pour songer à faire appel à moi. Qui suis-je ? Un être étrange, travaillant pour des causes plus étranges encore… je suis le Drockhead !

livrelecteurs

Mon avis :

Je vous l’avais bien dit que je vous reparlerais très vite de Lazare Donatien et de la suite de ses aventures ! Cette chronique risque de vous spolier la 1ère nouvelle si vous ne vous êtes pas encore précipités pour la lire alors hop ! On lit « L’écritoire » et on revient ici pour connaître la suite…

Ce second opus débute par un repas organisé par Lazare pour son nouvel apprenti Dimitri Valevsky. Hors, se présente un nouveau client et une nouvelle aventure qui va faire se confronter notre Drockhead à de mystérieuses runes, des esprits frappeur et un marionnettiste. 

J’ai retrouvé avec plaisir Lazare Donatien et ses tenues improbables, Zeph et sa répartie et bien sur Dimitri Valevsky que l’on avait rencontré dans le précédent tome et qui confirme ici son souhait de devenir apprenti Drockhead. Le trio va se lancer à la poursuite d’un marionnettiste tirant les ficelles de 5 esprits frappeurs.

L’histoire est toujours aussi plaisante et addictive. L’ambiance me plait beaucoup dans cette série, elle est sombre mais avec une pointe d’humour. L’auteure développe dans ce second tome les fonctions d’un Drockhead, on en apprend donc plus sur Lazare Donatien et son rôle. Cela permet de commencer l’apprentissage de Dimitri mais du coup j’ai trouvé que l’enquête se faisait attendre. Par contre une fois lancée, elle est prenante même si j’aurais aimé un peu plus de détails. J’ai trouvé que tout allait un peu vite cette fois.. Malgré tout, cette seconde aventure est toujours aussi agréable à lire.

Virginia Besson Robilliard développe un peu plus les personnages comme je l’ai dit pour Lazare mais également pour Zeph. J’ai un gros faible pour Zeph qui me fait beaucoup rire et je suis surtout intriguée par sa relation avec Lazare. On apprend aussi à mieux connaître Dimitri qui va certainement prendre une place plus importante par la suite en tant qu’apprenti. Mais j’aime déjà son caractère franc et fonceur.

L’écriture est toujours aussi agréable, l’auteure a vraiment une plume fluide et percutante. Un aspect dont je n’avais pas parlé la dernière fois mais qui me semble également important sont les couvertures. J’adore les 2 premières et les suivantes sont aussi très réussies. Je trouve qu’elles reflètent bien l’histoire et l’ambiance. Celle-ci a un côté très shakespearien qui me plait particulièrement.

Je ne vous étonnerais pas en vous disant que ce n’est pas la dernière fois que je vous parle de Lazare Donatien et de ses aventures !

conclusion   

Une second opus tout aussi addictif avec des personnages hauts en couleurs et une histoire où l’on croise des esprits frappeurs. Une suite qui a confirmé mon coup de cœur pour cette série alors j’espère lire la suite très rapidement !

Ma note : 9/10

 

 

Chronique Livresque·fantastique·humour·nouvelle

Lazare Donatien : L’écritoire par Virginia Besson Robilliard

lazare-donatien---l-ecritoire-967535-264-432

Fiche technique :

Iggybook – 42 pages – ebook – Fantastique / Nouvelle

Résumé :

Avez-vous déjà ressenti un certain malaise envers un vieil objet ? Quelque chose dont vous avez hérité et dont vous ne savez pas quoi faire la plupart du temps ? De tous temps, les hommes ont cherché à percer les mystères qui se présentent en rencontrant plus ou moins de succès dans leur entreprise. Je ne prétends pas apporter plus de réponses que d’autres à ces nombreuses questions, ce n’est pas mon travail. Mais si d’aventure des évènements bizarres commençaient à se manifester autour de vous de façon impromptue, ce serait alors le moment choisi pour songer à faire appel à moi. Qui suis-je ? Un être étrange, travaillant pour des causes plus étranges encore… je suis le Drockhead !

livre et feuilles automnes

Mon avis :

Je remercie vivement Virginia Besson Robilliard, l’auteure, de m’avoir confié son livre en service presse.

Un matin, alors qu’il ouvre sa boutique d’antiquités, Lazare Donatien voit arriver un jeune homme qui semble un peu perturbé. Celui-ci vient le consulter à propos d’une étrange affaire tournant autour d’un écritoire ayant appartenu à feue son aïeule.

Moi qui adore les histoires de fantômes et qui adhère de plus en plus au format court, j’avoue que je me suis rapidement laissée tenter. Cette courte nouvelle est la première d’une série où le héros, Lazare Donatien est un Drockhead, c’est à dire qu’il règle les problèmes ayant trait à l’au-delà et plus précisément aux fantômes. Ce premier opus entame vraiment bien la série car il pose les bases, explique au lecteur ce qu’il doit s’avoir pour s’immerger dans le monde de Lazare et nous y fait pénétrer doucement.

L’histoire tourne autour d’une famille aisée, d’un écritoire ancien et des phénomènes que celui-ci engendre. Dès les premiers mots, j’ai été prise dans ce récit où règnent le mystère et le paranormal et qui m’a vraiment plu et embarqué. Les dons de Lazare Donatien semblent être extraordinaires et j’ai hâte d’en apprendre plus sur sa fonction ainsi que sur le monde que l’auteure a créé. En effet, il y a des fantômes, des spectres vagabonds et je suis certaine que ce premier épisode n’est qu’une mise en bouche de ce que Virginia Besson Robilliard nous réserve.

Outre l’histoire, j’ai eu un gros coup de cœur pour le personnage principal, Lazare Donatien. Celui-ci est vraiment fantasque, atypique et drôle. Son valet et compagnon Zeph m’a beaucoup fait rire et j’ai apprécié tout particulièrement leur complicité (même si Zeph n’est pas ravi de son travail…). Je ne dévoilerais pas leurs particularités mais ils forment un duo de choc ! Les personnages secondaires sont également sympathiques et touchants, j’ai hâte d’en apprendre plus sur certains..

Je découvre grâce à cette nouvelle la plume de Virginia Besson Robilliard et je dois dire que c’est une magnifique découverte. J’ai vraiment aimé sa façon d’écrire fluide, prenante, addictive. Le vocabulaire est varié et adapté aux personnages avec un style enlevé et bourré d’humour. Une magnifique surprise !

en-conclusion

Vous aurez compris que j’ai eu un gros coup de cœur pour Lazare et le premier tome de ses aventures. De l’humour, du paranormal, un héros farfelu.. tout ce que j’aime et à mon avis, vous n’avez pas fini d’en entendre parler !

Ma note : 9.5/10 

Chronique Livresque·humour·policier

Brooklyn Paradis Saison 3 par Chris Simon

brooklyn-paradis-saison-3-996948-264-432

Fiche technique :

Éditions du Réalisme Délirant – 166 pages – ebook ou broché – policier / humour

Résumé :

Courtney Burden à tout : un riche et beau mari, Jeb ; deux magnifiques enfants, Cameron et Sawyer ; un métier créatif et une brownstone de trois étages à Brooklyn, New York, là où tout le monde veut vivre. Alors pourquoi chine t-elle dans les rues ? A-t-elle un problème ? Est-elle cinglée ? Non, juste une chineuse compulsive qui adopte les objets pour se rassurer… Avait-elle besoin de ramasser ce canapé au petit matin au bord du fleuve et de le ramener chez elle ? Non, mais elle le croyait abandonné sur ce parking paumé. Sauf qu’il ne l’était pas. Et qu’il appartient à des gars pas cool du tout, qui tiennent à leurs affaires… Et que ces gars, super vénères, vont tout faire pour le récupérer. Et ça, c’est le début de la fin pour Courtney et les siens. Cocaïne, gangsters, argent et sexe : les meilleurs ingrédients pour faire exploser une famille modèle. Il y a une bonne dose d’humour aussi… pour sauver les meubles.

scene-crime

Mon avis :

Un très grand merci à Chris Simon, l’auteure, pour sa confiance renouvelée ! La Saison 3 était attendue de pied ferme et j’ai été ravie qu’elle me la confie en service presse..

Attention, ma chronique risque de vous spolier si vous n’avez pas lu la saison précédente (ce que je trouve parfaitement inadmissible ! non mais !). Bon… pour rattraper votre retard vous pouvez déjà lire mes chroniques pour la SAISON 1 et la SAISON 2.

Les Burden apprennent le décès de Jason, le fils de leurs amis et camarade de leur fils ainé Cameron. Une situation compliquée à gérer émotionnellement qui va entraîner en plus de la peine des rebondissements inattendus chez notre héroïne avec toujours au cœur du problème le fameux canapé et la cocaïne qu’il contient.

Cette nouvelle saison commence assez tristement : le décès d’un adolescent, la peine de son entourage, le désespoir des ses parents.. Les Burden sont touchés par cette perte et mesurent leur chance que cela n’ait pas été Cameron. Ce dernier, quant à lui, oscille entre culpabilité et désir de côtoyer Sam et ses sbires. La vie de toute la famille est donc perturbée surtout lorsque la police s’en mêle.

J’ai retrouvé avec bonheur tous les protagonistes de cette série vraiment géniale : Courtney et sa passion de la glane, Cameron, Sawyer, Harlan le majordome.. Les personnages sont toujours aussi savoureux avec une pointe d’émotion supplémentaire. Chris Simon réussit à donner à chaque personnage plus de profondeur et à nous montrer leurs travers également. Je pense notamment à Jeb, le mari de Courtney, qui m’a choquée par ses décisions, Courtney qui m’a émue lorsqu’elle s’occupe de son amie Katherine. On en apprend également plus sur Harlan qui me fait toujours autant rire mais que j’ai trouvé touchant. Cameron reste le personnage le plus présent puisqu’il est au centre (avec le canapé !) de toute cette histoire de cocaïne. Et bien entendu, Sam et son langage imagé est toujours aussi méchant et drôle.

L’histoire continue parfaitement dans sa lancée, elle est très bien menée. Elle avance de façon toujours aussi rythmée et chaque épisode est un régal. C’est sans doute ce découpage qui fait qu’il n’y a pas de temps mort. Un virage a été prit avec le décès de Jason qui fait que l’histoire devient bien plus grave. On vit la détresse de ses parents, on entrevoit le choc qu’ils subissent. On suit également les difficultés qu’ont Courtney et Jeb avec leur fils adolescent, le dialogue n’est pas toujours simple. Mais il y a toujours un moment où Chris Simon glisse une petite phrase qui va amuser le lecteur, le faire rire et réussir à détendre l’atmosphère.

La plume de Chris Simon m’a encore une fois embarquée dans les rues de Brooklyn en compagnie de Courtney et de sa famille. Elle est fluide, drôle, grave quand il le faut mais toujours aussi addictive puisque maintenant je n’ai vraiment hâte que.. de lire la saison 4 !            

conclusion 6

Une Saison 3 qui m’a énormément touchée et que j’ai tout autant aimé que les deux premières. Cette série est vraiment savoureuse, elle oscille entre l’humour et le drame et rend le lecteur accro comme l’est Cameron du canapé plein de cocaïne…

Ma note : 9/10

 

Chronique Livresque·fantastique·humour

Chroniques de la Faucheuse par Mickaël Druart

faucheuse

Fiche technique :

Editions Boz’dodor – 138 pages – ebook ou broché – Fantastique / Humour noir

Résumé :

Mortelles, Mortels,

Peu avenante, la grande Faucheuse jouit, depuis la nuit des temps, d’une réputation qui ternit, bien injustement, l’énergie d’hommes et de femmes qui s’évertuent, sans relâche, à prodiguer fauchages et agonies de qualité. Aussi, je vous prie de bien vouloir prendre connaissance, au travers du recueil qui suit, de leur quotidien, et des rencontres et péripéties qui le parsèment. Bien à vous, Josiane Smith, Secrétariat de la grande Faucheuse.

PS : Pardonnez le sentimentalisme de ma secrétaire. Ce livre c’est mon best of, point barre. Vénérez-moi. Sa macabre majesté, la Grande Faucheuse.

pile-de-livres

Mon avis :

Tout d’abord je remercie Mickaël Druart, l’auteur (officiellement..) pour ce service presse et de sa confiance.

La Grande Faucheuse a décidé d’ouvrir un peu ses archives et de partager avec nous, simples mortels, quelques unes de ses meilleures histoires. En effet, il semble nécessaire de redorer un peu son blason et surtout de remettre les pendules à l’heure.. Par exemple : La Grande Faucheuse ne travaille pas seule mais avec de nombreux faucheurs, plus ou moins doués. C’est donc aidée de sa fidèle assistante Josiane qu’elle nous a concocté ce recueil d’histoires plus savoureuses les unes que les autres.

Le livre ouvre sur une interview exceptionnelle de La Grande Faucheuse en personne ! Et celle-ci a un humour assez décapant même si, la plupart du temps, c’est Josiane qui en fait les frais. Mais voilà qui la rend un peu plus humaine ? Plus abordable ? En tout cas, elle m’a beaucoup fait rire ! Tout comme Josiane d’ailleurs que j’ai trouvé exceptionnelle !  

Puis, le lecteur va plonger dans une série de petites histoires tirées des archives personnelles de la Grande Faucheuse, des histoires concernant la mort bien entendu mais aussi, et surtout, la vie. A travers ces différentes chroniques, nous allons rencontrer de nombreux personnages, souvent très éloignés les uns des autres. Certains m’ont beaucoup touchée, d’autres m’ont fait rire aux éclats et d’autres m’ont émue aux larmes mais aucun ne m’a laissé indifférente. Ils sont tous attachants à leur façon, à travers ce que l’on apprend de leur vie, qu’elle ait été plus ou moins longue, plus ou moins gaie, chacun aura laissé une trace de son passage dans ce monde.

La Grande Faucheuse nous fait prendre conscience que chaque instant est précieux, chaque souvenir est un trésor et qu’il faut chérir les gens que l’on aime tant que l’on peut avant que l’un de ses faucheurs ne passe. Toutes les histoires ne sont pas drôles, certaines sont mêmes plutôt tristes, on navigue un peu à l’aveugle sans savoir ce que nous réserve le prochain récit.

J’ai adoré le personnage de la Grande Faucheuse qui est tantôt drôle, tantôt grave mais souvent très humaine. Enfin, c’est quand même le Big Boss et elle se doit de se faire respecter même si elle n’est pas contre une petite blague un peu potache de temps en temps. Je pense notamment à l’histoire de Carole et d’Annette avec qui j’ai eu un beau fou-rire.

Mickaël Druart, auteur officiel (créé de toutes pièces par Josiane…) nous entraîne à la découverte de tous ces instants, de tous ces individus avec beaucoup de poésie et de finesse. Il ressort de tous ces récits beaucoup de sensibilité et de quiétude qui font, que bien que le sujet abordé ne soit pas des plus gais, j’ai refermé ce livre comme apaisée et sereine avec une pointe de nostalgie de les quitter déjà.

conclusion 6

De l’humour, de l’émotion, une lecture touchante et drôle. La Grande Faucheuse nous fait passer un moment de lecture vraiment inoubliable qui poussera surement le lecteur à une petite introspection personnelle mais aussi à profiter pleinement de la vie…

Ma note : 9/10