Chronique Livresque·fantasy

Les Chroniques des Fleurs d’Opale, tome 1 : La Candeur de la Rose – partie 1 par Ielenna

Fiche technique :

Graphein Editions – 495 pages – ebook – Fantasy

Résumé :

Si seulement j’avais su combien ma vie allait basculer. Comment l’enfer m’aurait enchaînée. Si seulement j’avais pu entrevoir les rouages du destin. Les rencontres comme les pièges, les obstacles comme les révélations. Si j’avais su mieux distinguer bontés et malveillances. Amours, amitiés ou loyautés. Cette histoire serait toute autre. Mon histoire. Preuve que même les Dieux ne peuvent tout savoir.

Rare rescapée du massacre de son village natal, Diphtil, une jeune fille du peuple de l’Air, est sauvée en territoire ennemi grâce au symbole étrange qu’elle porte sur le front. Elle serait la cinquième fille de la Déesse Aveugle. Séquestrée dans un monastère et manipulée par le prêtre Sarïn qui compte la livrer au roi une fois ses pouvoirs éveillés, elle est libérée par son frère, Naid, qui la persuade de partir avec lui. Sauf que les terres de l’Edenor sont semées de dangers et que la cruauté de certaines personnes, hantées par la haine et la guerre, s’oppose à la candeur de Diphtil, avide de découvrir ce monde dont elle a si peu joui. Mais avant tout, elle veut échapper à son destin. Est-ce possible, lorsque l’on est vouée à devenir une Déesse ?

thBFBJ8D7A

Mon avis :

J’ai lu ce roman dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus sélectionné dans la catégorie Imaginaire.

Diphtil est une Neltiade et  vit avec sa mère et son petit frère. Un beau jour les humains attaquent leur village et Diphtil est l’une des rares rescapées du massacre. Elle fuit et  est prise en charge par le prêtre Sarïn grâce à qui elle vit un grand pan de sa jeunesse dans un monastère cloitrée. Contrairement aux autres Neltiads, Diphtil n’a pas de marque sur les bras (une des caractéristiques qui les différencient des humains) mais elle en a une sur le front. Cette marque, la rend unique et Sarïn la reconnaît aussitôt.. Diphtil serait une Déesse ! Elle vit une vie d’érudite au monastère jusqu’au jour où son frère, Naïd, la retrouve et l’aide à fuir. Son unique ami Astiran se joint aux deux jeunes gens ne pouvant se résoudre à laisser Diphtil sortir de sa vie. Va commencer pour le petit groupe une longue quête à travers les terres de l’Edenor..

L’histoire est plutôt classique pour de la fantasy. Une héroïne qui découvre ses pouvoirs, des acolytes, une quête, des obstacles. Le schéma typique et une bonne idée de base même si j’ai eu du mal à saisir l’origine du conflit entre les humains et les Neltiads.  Le monde créé par l’auteure est fourni et bien travaillé avec une religion très présente, des Dieux et Déesses, des coutumes.  Dans l’absolu, j’apprécie ce style sauf qu’ici l’histoire s’est perdue en chemin pour dévier vers une romance naïve et beaucoup trop présente à mon goût. Le couple Diphtil / Astiran est vraiment trop dégoulinant de bons sentiments pour moi et même si le couple Naïd / Yasalyn vient relever un peu le niveau j’ai eu du mal à apprécier ma lecture. Les passages romantiques sont non seulement trop nombreux mais trop stéréotypés pour moi. Je ne suis pas réfractaire à la romance, loin de là, et j’apprécie qu’il y ait de l’amour dans les histoires mais là malheureusement j’ai trouvé qu’elle noyait le reste de l’histoire, ce qui est vraiment dommage. La dernière partie du roman a réussi à relancer mon intérêt mais pas suffisamment pour me faire oublier ma déception.

Lors de la sélection j’avais trouvé que l’auteure avait une très jolie plume plutôt poétique et cela s’est confirmé à la  lecture du roman. Ielenna maîtrise avec beaucoup de brio notre langue et le vocabulaire. Par contre, j’ai eu beaucoup de mal avec les dialogues qui m’ont semblé « surjoués » et peu naturels surtout concernant Diphtil. Elle a été élevée dans un monastère et est une érudite ce qui pourrait expliquer sa façon de s’exprimer mais c’est trop peu spontané pour moi.

Autant j’ai trouvé la base du récit bonne et l’écriture vraiment très belle autant les personnages m’ont déçue ! Diphtil est à la limite du supportable pour moi : naïve, candide, précieuse.. je comprends l’idée de l’auteure c’est une jeune fille ayant grandie cloitrée qui découvre finalement le monde mais elle n’est pas née au monastère et même si elle y a vécu 10 ans j’ai du mal à imaginer que ses 11 premières années aient été gommées. Astiran et Naïd ne m’ont pas convaincue également.. Trop clichés, le chevalier servant et le frère surprotecteur qui ne s’entendent pas. La seule qui tire un peu son épingle du jeu est Yasalyn, même si son âge ne colle pas avec son vécu à mes yeux.

Vous l’aurez compris, je suis plutôt mitigée quant à cette lecture. C’est certes une introduction à l’histoire mais la romance a étouffé le côté fantasy pour moi et j’en suis déçue.

Conclusion_Logo_-_Cool_Dots_Font

Malgré la très belle plume de l’auteure, je n’ai pas accroché à cette histoire, c’est bien dommage car elle était prometteuse.. Les amoureux de romance seront certainement plus convaincus que moi.

Ma note : 6/10

Pour acheter et lire ce roman cliquez ici.

 

Publicités
Chronique Livresque·fantasy

Les carnets de Lou-Anne, Carnet 1 : La Louve par Isabelle Morot-Sir

Fiche technique : 

Autoédition – 260 pages – ebbok ou broché – Fantasy

Résumé : 

Lou-Anne est une jeune fille forte, indépendante et brillante. Un pas, un seul pas et tout a basculé. En d’autres lieux elle serait élève officier, aujourd’hui cependant elle doit se trouver une vie, s’adapter à un monde étrangement médiéval qui ne lui correspond en rien. Soutenue par Sir Robert, vieux héros d’une guerre lointaine, parviendra-t-elle à comprendre cette société ? À s’y faire une place ? Pourra-t-elle se faire accepter par cette population marquée par d’anciens combats, et forcée de supporter l’occupation des Darvars, peuple rude venu d’îles reculées et glacées ? Quels choix a-t-elle ? Au travers de ses carnets, elle vient confier ses doutes, ses incertitudes… Et surtout ses espoirs.

magischesbuch_500px-breit

Mon avis : 

Je remercie chaleureusement Isabelle Morot-Sir de m’avoir permis de lire son roman en service presse et pour sa gentillesse. 

Le roman ouvre sur une jeune femme alitée qui écrit sur un carnet : Lou-Anne. C’est, en effet, un bon moyen d’exprimer ce qu’elle ressens face à l’aventure qui lui tombe dessus. Lou-Anne a basculé sans trop savoir comment dans une sorte de monde parallèle, un monde médiéval dans lequel ses baskets et son smartphone seraient mal venus. Mais un monde où elle a fait la connaissance de Sir Robert et où toutes sortes d’aventures l’attendent.. 

Lou-Anne plonge dans un milieu tout en paradoxe : Médiéval ou Moyen-Ageux lui donne un côté archaïque, cruel, dur mais avec également un côté beau voir délicat, les personnages sont bourrus ou rudes mais également tendres, gentils, accueillants. Dès le départ, ces contradictions apparaissent et rendent ce récit intéressant et prenant. L’histoire se déroule au fil des pensées et des écrits de Lou-Anne, elle nous transcrit son vécu, ses journées, ses aventures car bien sur Lou-Anne n’est pas la Damoiselle innocente que tous pensent. Dans notre monde elle était gendarme et elle compte bien continuer à se servir de ses aptitudes malgré les difficultés qui se dressent sur son chemin.

Dès le départ j’ai beaucoup aimé Lou-Anne, elle est courageuse, combative et sympathique. Elle s’adapte autant que possible à la situation sans jamais se renier ni oublier qui elle est. Le personnage de Sir Robert est également très attachant avec son côté gros ours.. Mais mon préféré reste Carl de Lame qui est non seulement séduisant mais qui fait preuve de beaucoup de caractère. En réalité, j’ai apprécié la façon dont Isabelle Morot-Sir a construit tous ses personnages à la psychologie fine, ils ne sont pas parfaits et c’est souvent pour leurs défauts qu’on les aime..   

Une chose m’a néanmoins beaucoup surprise, c’est le côté « ordinaire » de ce roman. En effet, nous sommes ici face à un roman de Fantasy et j’avais un peu peur d’être confrontée à une sorte de Jeanne d’Arc que rien n’arrête. En fait pas du tout ! L’auteure nous plonge dans un Fantasy un peu spécial où l’héroïne va chercher sa place dans une société plutôt compliquée depuis qu’une guerre a placé les Duchés aux mains des envahisseurs Darvars. Point de batailles épiques, ni de dragons à combattre mais bien une chronique de vie avec une protagoniste qui accepte son sort sans renoncer à être utile. 

Isabelle Morot-Sir écrit ce roman d’une plume fluide parfois même poétique et surtout adaptée au monde qu’elle met en place. C’est un tome 1 alors elle installe ici cette société et ses codes, sa population, ses traditions et elle le fait de façon subtile car sans grandes descriptions. On découvre à travers les yeux de Lou-Anne et cela suffit pour nous faire imaginer aisément cet univers. Je déplore juste un manque de détails concernant le comment ce « passage » a pu se faire mais j’imagine que nous en saurons plus par la suite.. J’ai lu ce premier tome avec beaucoup de plaisir et je guetterais la suite car j’ai hâte de connaître la suite des aventures de Lou-Anne.   

Conclusion

Un premier tome vraiment prenant qui laisse présager une suite passionnante. J’ai hâte de pouvoir connaître la suite des aventures de Lou-Anne et de ses compagnons..

Ma note : 7.5/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

aventure·Chronique Livresque·fantasy

Ash & Vanille, Tome 1 : Les Guerriers du Lézard par Sosthène Desanges

Fiche technique :

Les Trois Chouettes Editions – 395 pages – ebook – Fantasy / Aventure

Résumé :

Dernier d’une famille décimée, vivant à l’écart dans une tribu maudite, Ash décide de fuir le mariage auquel on le destine. Il quitte son clan et s’enfonce dans la forêt.

Mais que faire quand on a des ennemis terribles sur sa route, qu’on n’est pas encore vraiment un homme et qu’on commet l’erreur de s’encombrer de compagnons bizarres ? Et surtout faut-il accepter la proposition de cette Vaaï prénommée « Vanille » ?

Nul n’imagine alors dans quelle effroyable bataille ce pacte insensé va tous les jeter !

livre magie

Mon avis :

Tout d’abord, je tiens à remercier l’auteur, Sosthène Desanges, pour m’avoir proposé de lire son roman en service presse et pour sa confiance.

Soyez les bienvenus dans la vie d’Ash, jeune homme de 15 ans (enfin homme de 15 ans !) et dernier membre du clan des Casses – Têtes. Il vit sur une île où plusieurs clans cohabitent et où une étrange malédiction sévit : plus aucune femme ne naît, autant dire que la dernière disponible, Fleur de Banane, est âprement disputée. Bien que le Sorcier la lui attribue comme épouse, Ash préfère quitter ses terres et dans sa quête il va se retrouver avec des compagnons d’aventure hors du commun comme Boulba le poypoy, Méduse une fillette pas si innocente ou Tarsham. Et Ash n’est pas au bout de ses surprises..  

Je dois dire que ce roman est une carte postale grâce auquel l’auteur m’a fait voyager sur une île lointaine au décor paradisiaque et dépaysant. Les décors sont variés, on passe de la mer à la montagne et  travers la forêt, on découvre une faune luxuriante aux noms exotiques, j’ai vraiment apprécié le périple. Mais ce livre n’est pas uniquement une jolie promenade, c’est également un roman d’aventure et Ash va vivre toutes sortes de péripéties avec ses compagnons. On ne s’ennuie pas une seconde au vu des nombreux rebondissements et intrigues qui se greffent à celle de départ, même si parfois j’ai trouvé que c’était un peu trop et que l’on perdait de vue le but initial du voyage. Ash et ses amis vont parcourir l’île et y faire de nombreuses rencontres tantôt drôles tantôt dangereuses, Vanille étant l’une d’elle.

Les personnages sont attachants et j’ai adoré voyager en leur compagnie. Ash est assez déroutant parfois au vu de ses réactions mais j’aime lorsque les personnages ne sont pas tous lisses. Il peut être naïf, drôle, violent, émouvant.. Malgré sa jeunesse, il est considéré comme un homme par les membres des clans et ses réactions sont adaptées à son âge et à sa position. J’ai beaucoup ri avec Boulba, un poypoy plutôt peureux qui à plutôt tendance à se cacher à la moindre alerte, enfin en même temps c’est un oiseau ! Quant à Méduse, elle est très énigmatique et j’ai beaucoup aimé son personnage qui m’a aussi souvent fait rire par ses réactions. Toutes les rencontres faites par notre héros nous font découvrir des individus aux caractères différents et je les ai trouvé tous très bien faits.

Comme je le disais, j’ai vraiment beaucoup aimé le côté voyage de ce roman, l’Océanie n’étant pas un lieu que je rencontre souvent dans mes lectures ce que je regrette. J’ai trouvé que Sosthène Desanges avait une très jolie plume descriptive qui s’adapte aux situations. Elle peut être poétique pour les paysages, drôle pour les échanges entre les personnages ou pesante si la situation l’exige.. Il rend ce récit très vivant et joue facilement avec le lecteur en changeant de ton en passant du comique au drame par exemple.  

conclusion 

Un roman de fantasy qui plaira à tous les fans d’aventure, un voyage à travers une île belle et pleine de danger qui entraîne le lecteur entre aventures et amitié à la rencontre de personnages attachants et de paysages magnifiques.

Ma note : 8/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici 

Chronique Livresque·fantastique·Jeunesse

La Légende des 4, tome 1 : Le clan des Loups par Cassandra O’Donnell

Fiche technique :

Flammarion Jeunesse – 352 pages – ebook ou broché – Fantastique

Résumé :

Loup, tigre, serpent, aigle : quatre clans ennemis. Les Yokaïs, créatures tantôt humaines, tantôt animales, vivent dans une harmonie fragile. Maya, l’héritière du clan des loups, et Bregan, du clan des tigres, sont les garants de la paix. Mais pourront-ils résister à leurs instincts profonds pour sauver leurs tribus ?

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie chaleureusement les Editions Flammarion Jeunesse de m’avoir permis de lire ce roman en service presse et pour leur confiance.

Cassandra O’Donnell est une auteure qui est bien connue chez moi, en effet, mon grand est fan de sa série Malenfer. Alors lorsque j’ai vu qu’elle se lançait dans une nouvelle série jeunesse, j’ai sauté sur l’occasion de découvrir sa plume.

Le monde n’est plus du tout tel que nous le connaissons.. L’être humain a détruit son environnement à force d’en vouloir toujours plus et ce sont les Yokaïs qui ont prit l’ascendant et règnent sur les territoires. Les Yokaïs sont composés de 4 clans : les Lupaïs, les Taïgans, les Rapaïs et les Serpaïs qui sont ennemis au point qu’il leur est interdit de communiquer entre eux. Maya est la princesse héritière des Lupaïs et Bregan celui des Taïgans, ils vont être amenés à collaborer et cela ne se fera pas sans dommages..

Cassandra O’Donnell créé ici un monde très riche en fantastique avec une touche de post-apocalyptique (le chariot pour aller à l’école en témoigne..). L’idée de ces êtres à la fois humains et animaux qui dirigent le monde est intéressante et le fait qu’ils ne s’entendent pas entre eux va corser la situation. Les jeunes Yokaïs fréquentant la même école, il semble difficile d’espérer qu’il n’y ait aucune interaction entre eux. Malgré tout, leurs traditions et surtout leur haine des autres clans sont tellement ancrés en eux que chaque situation peut dégénérer rapidement. Bien que ce roman soit classé « jeunesse » j’avoue qu’il m’a embarquée et que j’en ai vraiment apprécié la lecture. L’histoire démarre rapidement avec l’assassinat d’un Lupaï et très vite Maya et Bregan vont tout faire afin d’éviter qu’une guerre éclate.

Les personnages sont vraiment très bien réussis et je ne saurais en choisir un favori. J’ai aimé le caractère donné à chacun des héritiers : Maya est courageuse et a du répondant, Bregan est sensé et fort voir dangereux, Wan, héritier Serpaï, est d’une arrogance et s’une suffisance rare et je l’ai adoré pour ça, quant à Nel, héritière du clan des Rapaïs, elle est d’une ambiguïté extraordinaire entre gentillesse et dangerosité. A ces 4 héros s’ajoutent bien entendu les autres membres de leurs clans, et tout particulièrement Mika, petit frère de Bregan, qui est d’une candeur et d’une naïveté attendrissantes.

Cassandra O’Donnell a réussi à vraiment créer un monde très complet et à nous en expliquer les règles sans que le texte ne soit lourd. Elle nous livre à travers son récit une analyse intéressante de notre société. En effet, des clans qui se livrent la guerre, le manque d’écoute et de compréhension de part et d’autre, l’intransigeance face à l’autre.. tout cela m’a semblé familier. Je découvre ici son écriture qui est vraiment légère et bien adaptée à des adolescents. Ces derniers aimeront sans aucun doute les scènes de bagarres mais aussi la romance naissante et les dialogues à la fois drôles et piquants. Mon seul bémol concerne un manque de descriptions, j’aurais aimé plus de détails sur l’environnement ou les habitations alors que j’ai trouvé que les personnages étaient bien décrits.

Conclusion

Un premier tome captivant et bien mené qui promet une suite palpitante que je lirais avec beaucoup de plaisir. Si vous cherchez une idée de lecture pour vos ados n’hésitez pas un instant à leur faire faire connaissance avec Maya, Bregan et leurs compagnons d’aventure !

Ma note : 9/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici.   

Chronique Livresque·fantastique·steampunk

Esprits de Corps : I. Napoca par Tim Kesseler

Fiche technique : 

Editions Demdel – 386 pages – broché – Fantastique / Aventure

Résumé : 

Guerre et diplomatie, essor industriel et misère rampante, monde réel et monde spectral, Mydgar sait cultiver ses antagonismes. La plus grande ville du continent vit à l’heure de la machine à vapeur et des césures sociales, mais elle est aussi le siège du vénérable Congrès des Nations. Dans l’anonymat de la vie citadine, elle réunit Will et Ruben, le jeune diplomate et le fugitif. Des salons feutrés du Congrès aux bas-fonds de la ville, de Mydgar au périple en Zeppelin vers Napoca, ils seront ballottés dans les tourments d’une crise qui menace la fragile paix aux frontières. Personne ne se doute de l’invasion silencieuse de la sphère spectrale. Le sort du continent dépend de deux mondes.

steampunk

Mon avis : 

Je remercie chaleureusement l’auteur, Tim Kesseler, de m’avoir permis de découvrir son roman en service presse via le site Simplement.pro et pour sa confiance. 

L’auteur nous entraîne dans un monde qui ressemble singulièrement au notre au premier abord : une fédération de pays regroupés, Mydgar la grande capitale détentrice de tous les pouvoirs, le « petit peuple » mécontent.. Ruben est un fugitif, il a quitté sa terre d’origine après un drame et essaye de survivre; William est fils de bonne famille venant à Mydgar afin d’y faire une carrière d’attaché-diplomatique au Congrès. Ces deux personnages que rien ne devaient réunir vont malgré tout se retrouver pris dans une crise qui risque de détruire leur monde tel qu’ils le connaissent.. 

Dès les premières pages, Tim Kesseler nous entraîne dans un monde très riche : des inventions, de la vapeur.. le côté Steampunk est en place à ma grande joie. Puis, les choses sérieuses se mettent en place avec une première interaction entre les deux héros et on devine que ce ne sera pas la seule. En attendant que le destin les réunissent, ils vont, chacun de leur coté, essayer de se faire une place dans cette immense cité. Ruben en tant que travailleur et fugitif va connaître quelques mésaventures quant à Will malgré son statut d’attaché-diplomatique sa vie ne sera pas des plus sereine. En effet, Mydgar est comme un immense panier de crabes où règne les faux-semblants, l’opportunisme et l’égoïsme. Et une fois l’histoire installée et nos héros en place, l’aventure commence… 

J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à lire ce roman qui est très riche et développé. L’histoire est prenante et captivante, de la politique, de la diplomatie, de la trahison, tous les ingrédients sont présents pour que le lecteur passe un très bon moment. L’histoire est bien menée et liée sans être indigeste, on comprend parfaitement les rôles de chacun, l’évolution du récit. J’avoue ne pas être une grande fan des romans où il est question de politique (au sens large) mais ici tout est vraiment bien expliqué : négociations, trahisons, alliances font de ce roman une sorte de grand échiquier où chacun tente de placer son pion. L’ajout de fantastique à cette histoire grâce à la religion est non seulement une très bonne idée mais est aussi très bien réalisé. J’ai vraiment apprécié cette part de l’histoire qui amène de la magie (attention pas de magie avec sorts et potions..) au récit. 

Les personnages sont très bien faits avec une mention spéciale pour William. En effet, j’ai vraiment aimé l’évolution de ce personnage au fil des pages. Son rôle s’étoffe et il prend une ampleur exceptionnelle. Le personnage de Ruben est, quant à lui, attachant car on sent sa fêlure et la culpabilité qu’il traîne derrière lui est un boulet dont il ne peut se défaire. Il m’a beaucoup émue. 

Tim Kesseler nous livre ici un premier tome non seulement bien mené mais également bien écrit malgré quelques répétitions. Il utilise un langage adapté aux situations et aux personnages ce qui est appréciable car on évite de cette façon les dialogues ampoulés ou décalés. Une lecture vraiment agréable et intéressante ! 

livre et rose

Un premier roman vraiment réussi avec une intrigue captivante et des héros touchants. Une touche de fantastique, un peu de Steampunk, de la politique et surtout de l’aventure font de ce premier tome une très bonne lecture ! 

Ma note : 8/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici.. 

Chronique Livresque·fantastique·Horreur

Mute par Joseph Kochmann

Fiche technique :

Editions Boz’Dodor – 373 pages – ebook – Fantastique

Résumé :

Mute, cow-boy muet aux cheveux rouges et sans aucune mémoire, erre dans un désert brûlant peuplé de créatures mutantes affamées. Une nuit, il entend une voix étrange l’incitant à se rendre au Lycée Vile, vaste et mystérieux établissement gardé par de monstrueux robots guépards.

Au même moment, quatre adolescents : Antoine le curieux, Marianne la courageuse, Josie l’amoureuse et Jonathan l’immature, découvrent que leur proviseur torture et tue en secret des élèves…

Que se cache-t-il dans les profondeurs du Lycée ? Quel est le véritable but de ses occupants ? Et, surtout, qui est cet inquiétant être au corps blanc qui, depuis sa baignoire, observe l’horizon ?

livre magie

Mon avis :

Je remercie chaleureusement l’auteur Joseph Kochmann de m’avoir permis de lire son livre en service presse via le site Simplement. 

J’avoue avoir été intriguée par le résumé, ça avait l’air un peu étrange comme histoire : créatures mutantes, désert, cow boy aux cheveux rouges (why not ?!) .. et les premières pages m’ont confortée dans cette idée. On suit une poignée d’élèves dont Jonathan, Marianne, Antoine et Josie qui vont tenter de comprendre ce qu’il se passe dans leur établissement : le lycée Vile, et ce n’est pas toujours très joli joli !

J’ai très vite été prise dans cette histoire où l’auteur fait preuve de beaucoup d’imagination et même d’une pointe de folie tant cela part loin. Dès le début le ton est décalé parfois drôle parfois gore, on navigue entre fantaisie et horreur et Mute, le cow-boy aux cheveux rouges est une sorte de phare qui nous entraîne à sa suite (enfin pour autant qu’il s’en souvienne..). Les lycéens vont aller de découvertes en révélations en essayant de comprendre ce qu’abrite réellement le lycée Vile. Un lycée où le proviseur crée des sortes de guépard-robots tueurs d’élèves enfreignant le règlement par exemple, charmant non ? Mais c’est aussi un endroit où l’on trouve des monstres vraiment hideux.. 

L’histoire est vraiment originale et comme je le disais surfe sur plusieurs styles avec beaucoup de réussite. Il faut parfois avoir le cœur bien accroché pour certaines scènes mais ce que j’ai particulièrement aimé c’est la facilité avec laquelle on passe d’une scène drôle ou cocasse à une scène violente ou gore sans aucun problème. Les thèmes abordés dans ce livre sont vraiment intéressants et variés comme l’amour, l’amitié mais également le pouvoir. C’est paradoxalement une lecture légère mais abordant des thèmes plutôt graves.. 

Le très gros point fort de ce roman sont ses personnages. J’ai une préférence pour Josie qui m’a semblé tellement réaliste mais j’ai également beaucoup aimé Tom, Antoine, Jonathan et Marianne. Ils sont tous très bien travaillés et réalisés. Chacun a son caractère, sa façon d’être et de penser sans être caricatural. Le personnage qui est, bien sur, exceptionnel reste Mute non seulement de par sa façon d’être mais par cette sorte d’aura d’innocence qu’il dégage. Il est touchant, drôle, décalé.. 

Je découvre grâce à Mute son auteur, Joseph Kochmann, et j’avoue que c’est une excellente surprise. Sa plume est légère et sûre, on sent qu’il sait où il nous emmène (même si c’est un peu flippant de le suivre du coup) et il a réussit à me surprendre jusqu’à la toute fin. Son imagination est débordante, il maîtrise son histoire et ses personnages et nous livre un récit rythmé où l’on ne s’ennuie jamais. Je le suivrais avec beaucoup de plaisir à partir de maintenant !

ZOMBIES 

Un roman décalé, drôle, gore et bien mené qui m’a fait passé un très bon moment, bonbon moment.. mais QUI M’A DONNE FAIM… SI FAIM… 

Ma note : 8/10

Pour acheter et lire ce roman cliquez ici .. 

bit lit·Chronique Livresque·fantastique

Aliénor McKanaghan, tome 1 : Litha par Laetitia Constant

Fiche technique :

J’ai Lu Editions – 286 pages – ebook ou broché – Fantastique / Bit – Lit

Résumé :

J’ai toujours trouvé qu’Halloween craignait. Les déguisements, les farces, cela n’a jamais été ma tasse de thé. Je suppose qu’être née durant la fête des morts y est un peu pour quelque chose. Malheureusement pour moi, cela n’a pas été en s’arrangeant. Le soir de mon anniversaire, ma vie a basculé à jamais. Je sais désormais avec certitude que l’on me ment depuis ma naissance et seul le mystérieux Milàn semble avoir les réponses qu’il me manque. Mais qui est-il ? Que me veut-il ? Pourquoi des créatures monstrueuses essayent-elles de me tuer ? Je ne sais pas comment tout ça va se terminer mais mon instinct me dit que ça sent le sapin.

livre et rose

Mon avis :

Je remercie Laetitia Constant, l’auteure, de m’avoir permis de lire son roman en service presse et pour sa gentillesse.

Aliénor se prépare à fêter ses 18 ans en compagnie de ses amis Morgan et Christopher mais cette année elle veut éviter le thème Halloween.. Enfin pas facile quand on est née le 31 octobre.. Mais pour le coup, c’est Halloween mais version film d’horreur qu’elle va vivre entre faire la « connaissance » de Milàn et découvrir que toute sa vie est basée sur des mensonges c’est un sacré cadeau d’anniversaire qui lui tombe dessus !

On fait la connaissance d’Aliénor, une jeune lycéenne plutôt banale à la vie plutôt normale.. Elle a des amis,  une famille, elle va au lycée, fait partie des pom-pom-girls. Enfin, tout ça c’est pour la galerie ! Parce qu’Aliénor est surentraînée par ses parents et qu’elle est plus en mode super combattante que petite fille modèle. Et vu ce qui lui tombe dessus le soir de ses 18 ans, heureusement qu’elle est prête à affronter le pire ! J’ai vraiment adoré cette héroïne qui mêle un côté adolescente à un côté super-ninja, elle a du caractère (parfois mauvais..), du répondant, elle m’a fait sourire et même rire par moment. Elle n’est pas parfaite et c’est ce que j’ai vraiment apprécié en elle, son côté têtu est parfois un peu trop présent mais au moins elle n’est pas « lisse ». J’aime quand les héros ne sont pas lisses..

L’histoire, quant à elle, est sympathique et bien menée même si elle n’est pas follement originale. Mais c’est du bon urban fantasy et comme c’est un style que j’aime tout spécialement alors j’ai passé un bon moment de lecture. L’auteure a imaginé un monde où démons, sorcières, vampires et autres bêbêtes cohabitent avec les humains et bien entendu une lutte se prépare. Allie va devoir intégrer de nombreuses informations, affronter de nombreux ennemis et surtout composer avec le beau Milàn.. Un petit côté romance est également présent mais elle ne prend pas le dessus sur l’histoire de base ce que j’ai trouvé appréciable.

Les autres personnages sont, en règle générale, plutôt sympathiques. Mes préférées étant Harmony et Destiny même si je trouve que leurs rôles auraient mérités d’être un peu plus développés. Milàn, bien entendu, est beau, sexy et surtout un peu immature pour son âge, ce qui m’a beaucoup amusée. J’ai un peu moins apprécié Morgan qui fait un peu trop cheftaine pour moi.

L’écriture de Laetitia Constant est fluide et adaptée à ses personnages. Les dialogues auraient peut-être mérités d’être un peu plus étoffés tout comme certaines parties de l’histoire, je pense notamment aux archivistes sur lesquels j’aurai voulu en savoir plus mais malgré ce petit bémol j’ai passé un très bon moment en compagnie d’Allie et de Milàn et j’ai hâte de découvrir la suite de leurs aventures !

livre magie

Un roman d’urban fantasy qui ne manque pas de rebondissements et à l’héroïne au caractère bien trempé ! Une histoire prenante pour ce premier tome, la suite promet d’être mouvementée et j’ai hâte de la découvrir !

Ma note : 7.5/10

Pour acheter et lire ce roman cliquez ici..

aventure·Chronique Livresque·steampunk

Les Sempiternels par Aude Réco

Fiche technique :

Walrus-Book – 116 pages – ebook – Steampunk / Aventure

Résumé :

Depuis la dernière guerre, on croyait les Sempiternels endormis : ces créatures mécaniques, douées d’une âme et d’un cœur, reposaient inertes et loin des hommes dans le désert de Pue-la-Mort. Mais les Sempiternels n’ont pas dit leur dernier mot, et l’heure du réveil a sonné. C’est en tout cas ce dont la baronne Alexandra Milael Noble est persuadée.

Car Alex n’est pas le genre de baronne à user les fauteuils des salons : pour elle, l’aventure et le risque sont une seconde nature. Épaulée par Majidah, sa domestique qui depuis le temps n’en est plus vraiment une, la quadrilleuse enchaîne les missions dangereuses pour le compte des autorités à bord du Vagabond, son aéronef. Mais un abordage périlleux précipite l’appareil sur Pue-la-Mort et confronte la baronne à une révélation terrible.

Alex en est persuadée : les Sempis préparent une nouvelle attaque.

magischesbuch_500px-breit

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie les Editions Walrus-book de m’avoir permis de lire ce livre en service presse ainsi que l’auteure Aude Réco pour la gentille dédicace.

Steampunk.. Juste ce mot dans un descriptif de livre me fait craquer alors quand, en plus, il est accompagné d’une magnifique couverture totalement raccord, je fonce !

Tout débute ici par un affrontement au cœur de Pue-la-Mort, puis petit retour en arrière et le lecteur est prit dans un atterrissage forcé (et comprend du coup ce qu’il fait dans cet endroit peu recommandable…). Alexandra se rend compte que les Sempiternels, que l’on pensait éteints, ne sont peut-être pas si morts que ça finalement et est persuadée qu’une nouvelle attaque de leur part est imminente..

« Les Sempiternels » est un court roman qui commence sur les chapeaux de roues et où le rythme effréné ne se dément pas un instant. Entre bagarres, explosions et révélations le lecteur n’a pratiquement pas le temps de souffler. L’auteure nous entraîne dans un monde qu’elle maîtrise et décrit parfaitement mais où tout va justement trop vite pour moi.. J’aurais, en effet, aimé pouvoir mieux comprendre certains aspects de l’histoire comme les Sempi eux mêmes par exemple, en savoir plus sur eux, sur leur créateur.. Le format court m’a quelque peu frustrée ici.

Dans cette novella, tout est haut en couleur le rythme mais également les personnages. La Baronne Alexandra Milael Noble est plutôt du genre « badass », elle jure, elle flingue, elle se fiche pas mal des conséquences de ses actes tant que son but est atteint.. C’est une héroïne comme je les aime en général sauf que (même problème..) il m’a manqué du détail sur elle pour l’apprécier à sa juste valeur, pour mieux la comprendre. Du coup son caractère m’a quelque peu déstabilisée, je l’ai trouvé un peu trop hautaine pour être attachante. Majidah, sa domestique, a, par contre, su plus me toucher bien qu’elle soit plus douce (mais pas moins dangereuse !).

L’histoire, quant à elle, est vraiment bien pensée et entre actions et rebondissements le lecteur est prit dans l’engrenage et dans le monde créé par Aude Réco. Je ne reviens pas sur le manque de détails mais plutôt sur le côté Steampunk de l’histoire.. J’aime particulièrement ce style littéraire et ce que j’y apprécie surtout ce sont les inventions, jusque là tout va bien ici il y en a ! Rien que les Sempiternels par exemple.. Par contre un détail important qui m’a manqué est la vapeur ! Point de vapeur ici mais un fluide assez mystérieux.. Je pense qu’une union des deux n’était pas incompatible. L’auteure intègre bien sur des inventions intéressantes mais ce détail m’a un peu déçue.

C’est ici le premier livre que je lis d’Aude Réco, j’ai eu un peu de mal à accrocher à sa plume d’entrée de jeu mais une fois prise dans l’histoire j’ai lu ce roman facilement. Je ne sais pas si Aude nous prévoit une suite à cette histoire mais je pense qu’il y a vraiment matière à développer le monde, l’histoire, les personnages.. Par contre, j’ai beaucoup aimé la fin qui m’a semblé cohérente et surprenante, une fin comme je les aime !

conclusion

Une novella avec une très bonne base d’histoire mais où il m’a manqué des explications. A lire pour passer un bon moment d’action et sans temps mort !

Ma note : 6.5/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici..   

 

 

Chronique Livresque·fantastique

Lazare Donatien : Le Kriss Javanais par Virginia Besson Robilliard

Fiche technique :

Iggybook – 44 pages – ebook – Fantastique / Nouvelle

Résumé :

Avez-vous déjà ressenti un certain malaise envers un vieil objet? Quelque chose dont vous avez hérité et dont vous ne savez pas quoi faire la plupart du temps ? De tous temps, les hommes ont cherché à percer les mystères qui se présentent en rencontrant plus ou moins de succès dans leur entreprise. Je ne prétends pas apporter plus de réponses que d’autres à ces nombreuses questions, ce n’est pas mon travail. Mais si d’aventure des évènements bizarres commençaient à se manifester autour de vous de façon impromptue, ce serait alors le moment choisi pour songer à faire appel à moi. Qui suis-je ? Un être étrange, travaillant pour des causes plus étranges encore… je suis le Drockhead !

café et arbre

Mon avis :

Lazare Donatien est agacé et de mauvaise humeur ! Enfin il faut avouer qu’au vu de la soirée passée il a quelques raisons…

Nous en sommes à la quatrième aventure de mon Drockhead préféré et je ne m’en lasse pas ! C’est toujours un bonheur de retrouver Lazare Donatien, Dimitri et Zeph mais grâce à cet épisode j’ai aussi pu mettre un visage sur un nom qui apparaissait depuis le début de la série : Félicie Pindragon ! Elle va quitter quelques instants ses hautes fonctions dans l’Outremonde pour aider Lazare à gérer ce problème de Kriss Javanais envouté.

Je trouve que plus la série avance et plus l’auteure prend de l’assurance. Ici une sorte de fil rouge se tisse et annonce une continuité pour les épisodes à venir. J’aime beaucoup cette idée d’ennemi récurrent…

Les personnages sont toujours aussi attachants et c’est un vrai bonheur de les retrouver au fil des aventures. Lazare nous gratifie ici de nouvelles tenues extravagantes et Dimitri avance à grands pas dans son apprentissage. On en apprend également plus sur la relation entre Moïra et Lazare, que j’ai trouvé adorable et qui j’espère continuera à évoluer. Mais surtout, on découvre ici Félicie Pindragon ! Elle ne correspond pas du tout à l’idée que je m’en faisais mais c’est encore mieux. C’est un personnage fort, qui inspire du respect.

A chaque nouvel opus, on découvre grâce à un objet envouté l’étendue des pouvoirs du Drockhead. J’aime beaucoup la façon dont Virginia Besson Robilliard nous distille les informations sur cette profession si particulière, un peu au compte goutte.  

en-conclusion

Mon coup de cœur pour cette série se confirme à chaque nouvel épisode. Tout y est addictif et il me tarde de découvrir la suite des aventures de Lazare et de ses compagnons !

Ma note 9/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ICI

Chronique Livresque·Science fiction

La Survivante, L’aube tome 1 par Alice Leveneur

la survivante

Fiche technique : 

Art en Mots Editions – 208 pages – ebook ou broché – Science Fiction

Résumé : 

Le monde est envahi par des monstres sanguinaires. Des contaminés, autrefois des hommes maintenant des tueurs qui ont réduit l’humanité à une poignée de survivants.
C’est parmi eux qu’a survécu seule Alexianne durant un an avant de trouver refuge sur une île où vit une petite communauté sous la protection d’Enzo.
Après l’horreur qu’elle vient de traverser, Alexianne voit en cet endroit un renouveau, un nouveau départ loin d’un passé qui lui échappe.
Sur l’île, elle trouvera espoir et amour auprès d’Enzo.
Mais au fur et à mesure que ses sentiments envers lui se dessinent, elle ressent également une oppression, un tourment. Quelque chose la hante…
Elle comprendra bien trop tard que son passé la rattrape sous les traits d’un Alpha, chef de clan des contaminés, qui fera tout pour l’avoir auprès de lui.

livre et papillons

Mon avis : 

Un très grand merci à Alice Leveneur, l’auteure, qui a eu la gentillesse de me confier son livre en service presse. 

Plusieurs choses m’ont attirée lorsque j’ai vu passer ce roman en proposition de service presse. Tout d’abord, sa couverture que j’ai trouvé non seulement belle, harmonieuse mais intrigante. Puis à la lecture du résumé les mots « contaminés » et « survivants » m’ont fait cliquer sur postuler directement ! J’adore quand ça ressemble à du zombie… Et voilà donc comment j’ai découvert ce tome 1.. 

Les premières pages sont, comme la couverture, plutôt intrigantes. Une femme semble seule sur un bateau, elle n’a apparemment plus envie de vivre sans pour autant « passer à l’acte », laisse glisser quelques allusions sur des hommes contaminés.. Puis tout s’emballe, elle se jette à l’eau et est secourue par Enzo, chef d’une île où se sont réfugiés des centaines de rescapés de la fameuse contamination. Elle va devoir réapprendre à vivre en communauté, s’adapter à la vie sur l’île et se faire accepter des autres. Mais sont-ils vraiment à l’abri ? 

J’ai eu une très belle surprise à la lecture de ce livre tout d’abord pour l’histoire. En effet, elle est originale ce qui n’est pas évident lorsqu’on s’attaque au post-apocalyptique et aux « zombies » (ici contaminés…). C’est souvent le même schéma qui  revient alors que là les contaminés ont des chefs, les Alphas, qui sont un plus étonnant et surtout innovant. L’histoire des rescapés sur l’île est également intéressante, comprendre comment ils sont arrivés là, pourquoi.. Par contre, c’est un tome 1, il manque bien sur beaucoup de réponses aux questions que le lecteur se pose par exemple sur l’origine de la contamination. Mais c’est une très bonne base d’histoire qui est un peu courte mais bien menée.

L’auteure  a réussit à intégrer,  comme une cerise sur le gâteau, une histoire d’amour qui n’est pas gnangnan et qui tient la route. J’ai aimé suivre l’histoire qui débute entre Alexianne et Enzo, voir les doutes, les quiproquos ou les espoirs. Ces deux héros sont attachants parce qu’ils ne sont pas improbables. C’est à dire ? Ben juste que je n’aurais pas compris deux héros qui vivent dans le monde des Bisounours alors que tout s’effondre autour d’eux.. Bien au contraire, ils font preuve de courage, parfois d’entêtement quitte à se faire du mal malgré leurs sentiments mais la survie du groupe est leur priorité.

Ce groupe qui est justement au centre de l’histoire et des préoccupations de chacun. Cette île est comme une oasis où ils ont pu se réfugier et éviter soit de mourir soit d’être transformé en monstre sanguinaire alors tout nouvel arrivant leur semble suspect. Et d’autant plus quand le nouveau leur apporte des informations qu’ils n’avaient pas et qui vont bousculer un peu leurs croyances. Chacun des personnages le composant est intéressant, j’ai particulièrement aimé Malika qui m’a émue avec ses doutes mais également fait rire avec sa façon d’être. Le personnage d’Anna est plus ambigu mais je l’ai trouvé rafraîchissante à s’opposer à Enzo et Alexianne (même si je l’aurai bien assommée parfois !). Du côté des contaminés même si les personnages ne sont pas si « développés » individuellement (et pour cause !), l’auteure a intégré à l’histoire certaines pistes qui demande à être creusées les concernant et j’ai hâte d’avoir des réponses.  

La plume de l’auteure rend ce récit addictif car non seulement l’écriture est très fluide et agréable mais le rythme est vraiment sympa. Alice Leveneur a fait le choix d’écrire des chapitres plutôt courts qui font que l’histoire avance assez vite tout en laissant au lecteur le temps d’intégrer toutes les informations. Même si parfois j’aurais aimé un peu plus de développement cette histoire est parfaitement menée et  j’ai vraiment très très hâte de connaître la suite des aventures d’Alexianne, Enzo et tous leurs camarades mais aussi d’en savoir plus sur les contaminés ! 

Conclusion

Un très bon roman post-apocalyptique qui m’a tenue en haleine jusqu’à la fin. Un tome un réussi où se mêlent monstres sanguinaires, amour, espoir et ce n’est que le début..

Ma note : 8/10