Chronique Livresque·Jeunesse·policier

Soupçons de Kirsteen Duval

soupcons-980469-264-432

Fiche Technique :

Autoédition – 280 pages – ebook ou broché – Thriller

Résumé :

Sybil et sa mère Maureen fuient le compagnon violent de cette dernière et s’installent dans une ville proche de la frontière du Canada. Leur nouvelle vie se met en place très rapidement, l’avenir semble prometteur. Maureen et Sybil ne tardent pas à tisser des liens amoureux. Le shérif Dan tombe sous le charme de Maureen, alors que Sybil n’en revient pas d’avoir éveillé l’intérêt du très beau Tom. Plus le temps passe et plus le comportement de Tom intrigue Sybil, mais l’amour qu’elle lui porte anéantit sans cesse ses soupçons jusqu’au jour où sa vie bascule…

livre et papillons

Mon avis :

Je remercie l’auteure, Kirsteen Duval, de m’avoir permit de lire son roman en service presse et pour sa gentillesse.

Le roman ouvre sur une scène un peu déroutante, pas de nom, pas de lieu mais le lecteur comprend très vite de quoi il s’agit.. Une femme dans un coffre de voiture. Puis, 2 policiers sonnent à une porte après que l’auteure nous ait fait faire un saut dans le temps de plusieurs dizaines d’années. Ils rendent visite à une vieille demoiselle qui va, à leur demande, leur raconter ses souvenirs datant de 1961..

Dès les premières pages, j’ai été prise au jeu de ce récit. En effet, on sait que l’on est dans les souvenirs de Sybil et même si la scène au départ nous oriente quant à l’issue de l’histoire malgré tout le suspense est présent. En effet, cette image reste an arrière fond dans l’esprit du lecteur qui va essayer de deviner :  Comment ? Pourquoi ? Qui ? Kirsteen Duval laisse tomber au fil des pages de petites miettes qui permettent au lecteur de se faire ses idées.

L’histoire tourne donc autour de Sybil, jeune adolescente et de Maureen sa mère. Elles se sont installées précipitamment à Blossom Creek, à la frontière canadienne, alors qu’elles fuient le compagnon violent de Maureen. Elles s’installent plutôt rapidement et bien dans leur nouvelle existence entre travail, études, nouveaux amis et nouveaux amours.. 

Autant, j’ai prit beaucoup de plaisir à suivre l’histoire de Sybil et Maureen autant j’ai eu un peu de mal avec le personnage de la jeune fille. En effet, j’ai trouvé qu’elle était plutôt versatile et (même si c’est plutôt normal pour une adolescente, parait-il… je ne m’en souviens plus !!) j’ai eu du mal du coup à la cerner et surtout à suivre ses sautes d’humeur. Malgré tout, on ressent l’amour et la fierté qu’elle éprouve pour sa mère ce qui représente le moteur de cette histoire.

Les autres personnages m’ont par contre beaucoup plu surtout les personnages masculins. J’ai trouvé le sheriff particulièrement attachant. J’aurai aimé qu’ils soient parfois un peu plus développés mais ils collent tous très bien avec le style de l’auteure, l’essentiel est là, on connaît leurs histoires sans tomber dans le « trop ».

Le rythme de l’histoire est quant à lui très intéressant.. Le tout début est stressant, on sent l’urgence, on sent le drame mais on ne sait pas où cela va nous mener.. Puis on vit l’installation de Sybil et sa mère à Blossom Creek. Tout se fait tranquillement, les nouvelles rencontres, les amitiés qui se créent, les amours qui fleurissent, la saison qui avance.. Malgré tout quelques indices nous laissent présager que les choses vont se gâter.. et là, ça s’accélère ! Le rythme devient plus soutenu, plus oppressant jusqu’à une fin qui vient boucler la boucle. J’ai particulièrement apprécié cette façon d’écrire, d’autant que l’auteure a une plume fluide et directe. Elle nous donne quelques petits détails, nous laisse apprécier le côté bucolique de la nouvelle vie des deux femmes avant de nous plonger dans le sombre. Le côté jeunesse ressort par moment, surtout avec le comportement de l’héroïne mais encore une fois, c’est cohérent.

Mon seul bémol sera sur la date choisie.. J’ai eu un peu de mal au fil des pages  me projeter dans les années 60 aux Etats-Unis. Quelques petits détails m’ont gênée comme le fait que Maureen soit divorcée par exemple. Je ne suis pas spécialiste en sociologie mais je m’imaginais que le divorce à cette époque n’était pas très bien accepté.

livrelecteurs

Une très bonne lecture qui m’a tenu au fil des pages jusqu’aux explications finales. Un roman Young Adult qui se transforme peu à peu en policier. 

Ma note : 8/10  

 

Publicités
aventure·Chronique Livresque·Jeunesse·Romance

Le Livreur par Marie-Sophie Kesteman 

le-livreur-487647-264-432

Fiche technique :

Editions Hélène Jacob – 208 pages – ebook ou broché – Policier / Romance / YoungAdult

Résumé :

Au cœur de Silver Owl, depuis trois cents ans, une légende prospère, jalousement gardée. Le dimanche, au cœur des ténèbres, entre minuit et 10 heures, le Livreur opère. Et un mystérieux colis noir apparaît sur le chemin d’un des habitants.
« Ce que vous désirez le plus au monde », voilà ce qu’il vous offre. Il ne se trompe jamais. Il ne demande rien en retour.
Et personne ne l’a jamais vu. De lui, on ne connaît que sa légendaire signature : « Au plaisir de ton bonheur, le Livreur ». Une ombre fugace, la lueur dans l’obscurité ; il est le héros de chacun.
Qui est-il ? Quel est son objectif ? Tant de questions demeurent sans réponses… Cependant, pour la première fois en trois cents ans, le Livreur a commis une erreur… Une erreur qui pourrait bien mener Mélie sur sa piste.
Parviendra-t-elle à être plus rusée que son héros ? Fondez-vous avec elle dans les pas du Livreur, et plongez au cœur de ses secrets.

tea-time-wallpapers-pictures-photos-images-OPklMv-clipart

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie chaleureusement les Editions H.J pour ce service presse et pour leur confiance renouvelée.

A Silver Owl, une tradition perdure depuis 300 ans : Le Livreur dépose, un dimanche sur deux, un colis chez l’un des habitants contenant ce que la personne souhaite avoir le plus au monde. Lorsque Mélie rêve depuis toujours de recevoir le fameux paquet, alors lorsqu’elle le découvre un beau matin elle est la plus heureuse. Mais le choix du livreur a-t-il, une fois de plus, été parfait ? En effet, le contenu du paquet la laisse quelque peu dubitative et elle ne peut s’empêcher de se sentir un peu déçue. La jeune femme va donc vouloir en savoir plus sur celui qu’elle considère comme un héros depuis toujours mais qui semble avoir commis son premier faux pas..

C’est un très joli roman que nous livre ici Marie-Sophie Kesteman avec une histoire vraiment sympathique. L’idée qu’un bienfaiteur anonyme gâterait les habitants d’une petite ville est bien trouvée et originale. La lecture est assez rapide car le roman est plutôt court mais l’histoire est malgré tout bien menée. L’auteure ne s’attarde pas en détails et donne peu de descriptions mais suffisamment pour que le décor soit planté et que le lecteur puisse bien s’imaginer les personnages ou les lieux. L’histoire avance plutôt rapidement et manque un peu de rebondissements à mon goût mais les personnages sont attachants et rendent la lecture agréable et prenante.

 Les personnages principaux Mélie et Naru sont plaisants et bien réalisés même si j’ai eu un peu de mal à m’attacher à Mélie. J’ai en effet trouvé qu’elle ne faisait pas vraiment son âge au niveau caractère et ses réactions étaient parfois un peu immature surtout pour une étudiante. Elle a malgré tout son petit caractère ce que j’ai aimé. Naru est plus attachant même s’il est parfois un peu lisse. J’ai toutefois beaucoup aimé son humour. Ma mention spéciale va à Mozart, le majordome, que j’ai trouvé touchant par son attachement à son maître. Il est également drôle, dévoué, c’est vraiment le personnage auquel je me suis le plus attachée.

Mélie décide de découvrir coûte que coûte qui est Le Livreur. Je peux la comprendre car c’est un mystère qui plane sur leur ville depuis 300 ans et il est vraiment tentant de lever le voile sur cet inconnu malgré la perte du côté un peu féérique de la chose. J’ai toutefois trouvé que sa quête se passait un peu trop facilement, j’aurais aimé plus de difficultés, plus de détails. L’histoire est vraiment originale et je trouve vraiment qu’elle aurait mérité un peu plus de développement. Les premiers chapitres concernant Le Livreur sont une très bonne idée, ils permettent de le découvrir tout en préservant son identité. Mais la seconde partie du roman qui finalement est la même histoire vu d’un autre point de vue est pour moi de trop. Elle apporte quelques détails supplémentaires ou éclaircissements mais cette seconde moitié m’a moins plu puisqu’il n’y avait quasiment plus de suspense.

Mais ma plus jolie surprise concernant ce roman est la plume de l’auteure. Marie-Sophie Kesteman écrit de façon légère, fluide ce qui rend la lecture vraiment agréable. Elle mêle facilement les genres avec la quête des jeunes gens pour découvrir le Livreur mais également de la romance.

en-conclusion   

Une lecture agréable qui me laisse un petit goût de Noël à l’avance.. Une pincée de rêve, un peu d’amour, une dose d’amitié et vous obtiendrez ce roman qui ressemble un peu à un conte.. Qui sait si un jour Le Livreur ne passera pas chez vous ?

Ma note : 7.5/10

 

Chronique Livresque·Jeunesse

Que va manger le Loup par Elise Carpentier

loup

Fiche Technique : 

Yakabooks Editions – 12 pages – broché – enfants

Résumé : 

Un loup très gourmand dévore tout ce qu’il trouve … Une pomme, une eur, une botte… et même un éléphant !
Un titre dédié aux tout-petits qui devinent les nuances sans distinguer les couleurs.
Dès 3 mois.

pile-de-livres

Mon avis : 

Un très grand merci à Yakabooks pour leur confiance renouvelée et l’envoi de ce service presse un peu « particulier ».. 

Que va manger le Loup ? Apparemment ce Loup est affamé et il mange des choses assez farfelues.. Une pomme, des bottes ou une souris, ce Loup est un gourmand et il a un estomac à toute épreuve !  

J’ai trouvé que ce livre pour très jeunes enfants étaient vraiment très sympathique et bien fait. L’histoire est drôle et amusera sans aucun doute les enfants un peu plus grands. 

Ce livre peut être lu pour des bébés à partir de 3 mois. En effet, il est réalisé tout en contraste avec ses dessins en 3 couleurs noir, blanc et rouge ce qui permet aux bébés de distinguer les formes. Ensuite, les dessins sont simples mais facilement reconnaissables ce qui peut amener les plus grands à participer à la lecture en nommant les objets, en devinant ce que va manger le Loup ensuite. L’ajout du rouge attire l’œil sur certaines parties du dessin et apporte de la gaieté à l’ensemble.

Personnellement, je l’ai « testé » sur le plus jeune que j’avais à portée de main : mon fils de 7 ans. Il a lu le texte (c’est toujours une bonne chose ! surtout pendant les vacances.. hop mine de rien, un peu de lecture !) et je lui ai demandé son opinion… Alors en résumé : Le livre est cool ! Il est sympa ! Et le Loup est un peu foufou de manger tout ça ! (C’est du Alexis dans le texte là…) 

On pourrait également imaginer faire lire ce texte par un grand frère ou une grande sœur à un enfant plus jeune avec, en ajout un peu ludique, lire en imitant le loup… 

en-conclusion

Une multitude de possibilités s’offrent aux parents qui auront la bonne idée d’ajouter ce très joli livre dans la bibliothèque de leurs chères têtes blondes.. mais faîtes attention ! ne laissez rien traîner ou le Loup va le manger ! 

Ma note : 10/10

Chronique Livresque·fantastique·Jeunesse

Les Grisommes, T1 : Avènement par Frédéric Livyns

les-grisommes,-tome-1---avenement-716609-264-432

Fiche Technique :

Séma Editions – 228 pages – ebook ou broché – Fantasy / Jeunesse

Résumé :

Une grande menace pèse sur notre monde. Nathan a laissé les Grisommes s’emparer d’une pierre aux pouvoirs immenses. Pour réparer son erreur, l’adolescent doit parcourir différentes dimensions et retrouver les Joyaux qui vont sauver l’humanité. Là-bas, il disposera d’une arme majeure : son imagination. Car c’est elle qui façonnera les univers où il devra se rendre. Qui est l’étrange vieillard qui a confié à Nathan cette mission et quel rôle la belle jeune fille qui l’accompagne dans sa quête va-t-elle jouer à ses côtés ? Mais, surtout, l’imagination de l’adolescent sera-t-elle assez forte pour vaincre celle des Grisommes ? Conçue spécialement dans une forme rappelant les aventures de jeux vidéo, cette histoire de Frédéric Livyns, deux fois lauréat du prix Masterton, enchantera à coup sur les jeunes et moins jeunes lecteurs !

pile-de-livres

Mon avis :

Avant tout, je remercie chaleureusement mon partenaire Séma Editions pour ce service presse et pour leur confiance et gentillesse.

Nathan est un ado qui doit, à son grand désespoir, aller passer quelques jours de vacances chez sa grand-mère. Sauf que lui, sa Granny, il ne la connaît pas ! Il part sans se douter des aventures qui l’attendent.. Il va tout simplement devoir sauver le monde après avoir laisser les Grisommes s’emparer d’un Joyau aux immenses pouvoirs. Nathan va faire connaissance avec un vieil homme et une jeune fille qui vont l’aider dans sa quête.. Son arme pour combattre les Grisommes ? son imagination..

J’avais déjà eu la chance de lire un livre de Frédéric Livyns  « Le miroir du damné » dont vous trouverez ma chronique ICI et j’avais déjà beaucoup aimé sa façon d’écrire. Le découvrir en fantasy jeunesse m’a donc de suite emballée.. Et bien Frédéric Livyns est autant à l’aise avec un thriller fantastique qu’avec un roman destiné à un public plus jeune ! Sa plume est fluide, adaptée aux jeunes lecteurs mais également addictive quelque soit l’âge de la personne qui plonge dans cette histoire.

L’auteur crée ici un monde vraiment intéressant où les Joyaux sont l’essence même de la vie sur Terre. Malheureusement ils ont disparu et les Grisommes vont pouvoir modeler le monde à leur façon. Nathan que tout semble désigner comme étant le héros d’une prophétie très ancienne, va devoir puiser dans son imagination pour vaincre ces Grisommes et récupérer les pierres. A chaque Joyau son monde et sa couleur, ils sont tous aussi différents les uns que les autres et renferment de nombreux dangers. J’ai particulièrement aimé les différents guides qui accompagnent Nathan et Orianne dans leurs recherches avec une mention spéciale à Nade..

Les différents personnages sont vraiment bien construits dans ce roman. Nathan est attachant, courageux et il a des réactions de son âge ce qui est appréciable; Orianne est comme Nathan intrépide et courageuse. Son personnage m’a beaucoup amusé surtout au moment des rencontres avec les guides.. J’aurais aimé en savoir plus sur l’Oraculum mais peut-être apprendrons nous davantage dans le tome 2.

Le visuel du roman est également très bien fait. Non seulement la couverture est très belle mais des illustrations se sont glissées au fil des pages que j’ai trouvé vraiment très réussies.

en-conclusion

Un très bon premier tome pour une trilogie qui s’annonce très prometteuse. Je plonge très vite dans le second tome tant j’ai envie de connaître des aventures de Nathan !

Ma note : 9/10

Chronique Livresque·Jeunesse

Ma maman à moi de Laureen Mathure, Constance Garrido et de Florence Jacquet (Artsflorence)

ma-maman-a-moi-930924-264-432

Fiche Technique : 

Editions Edilivre – 45 pages – Broché 

Résumé : 

Ma maman à moi est un livre qui traite, pour la première fois, du handicap d’une maman vu par son enfant, simplement. Une petite fille raconte son quotidien avec sa maman qui fait face à une maladie, son handicap et ses hospitalisations. Plusieurs scènes de leur vie sont présentées par l’enfant, avec les réponses données par sa maman pour l’aider à mieux comprendre ce quotidien différent qui parfois l’effraie. Avec amour et tendresse, ce tandem mère-fille répond aux questions que peuvent se poser les enfants.

pile-de-livres

Mon avis : 

Tout d’abord, je remercie chaleureusement Florence Jacquet de m’avoir proposé ce très beau livre en service presse. 

Etant maman je sais à quel point il est parfois difficile d’aborder certains sujets avec les enfants. Il faut savoir trouver les mots justes qui expliquent sans apeurer ni dramatiser. Ce n’est pas un exercice simple et il m’arrive de me servir de livres pour éclaircir ma pensée..  

Ici, c’est une petite fille qui nous parle. Une petite fille dont la maman est malade et doit subir tout un tas de contraintes comme les médicaments, l’hôpital, les béquilles.. Cette enfant nous explique leur quotidien avec ses mots. On s’immerge dans sa pensée afin de percevoir ce qu’elle comprend, ce qu’elle interprète mais également la façon dont sa maman choisit de lui expliquer sa maladie. Elles ont une relation mère / fille très touchante, pleine d’amour.

Le texte est très beau et poétique, les mots utilisés sont simples et peuvent être compris par les enfants plutôt jeunes (à partir 6/7 ans, je pense..). A chaque page correspond une action, une pensée ce qui permet d’expliquer aux plus jeunes si l’histoire est contée et si elle est lue d’assimiler chaque étape. La maladie, qui n’est pas nommée, est décrite simplement de cette façon les auteures permettent à chacun d’utiliser ce très beau livre en l’adaptant à son cas personnel. 

Le texte traite également de sujets importants qui sont associés à la maladie comme le regard des autres, l’amour, les sentiments.. Encore une fois à chaque page son information, sa question. Un rythme idéal pour que chaque jeune lecteur assimile ce qu’il a lu.. 

Pour chaque page de texte est réalisée une illustration. Et quelle illustration ! J’ai vraiment adoré les images, les couleurs.. L’illustratrice Florence Jacquet a su rendre toute la poésie du texte grâce à ses dessins qui sont juste sublimes. La représentation des personnages mère / fille navigue entre rêve et réalité. Une partie du dessin a des traits très « vrais » souvent les yeux, et le reste du corps est représenté de façon plus enfantine. J’ai été soufflée par son talent ! 

Ce livre comporte également deux particularités que j’ai trouvé originales et sympathiques. En effet, le texte est écrit en français mais également en anglais.. Une bonne façon d’apprendre ou de réviser puisqu’en général les enfants commencent l’apprentissage de cette langue tôt. Le second ajout qui m’a également beaucoup plu est un jeu de questions / réponses à la fin permettant à l’enfant de donner son propre point de vue. 

en-conclusion

Un livre que je trouve parfait tout autant du point de vue de la pédagogie et des explications que pour ses illustrations. Un livre qui devrait être dans toutes les classes et bibliothèques ! 

Ma note : 10/10

Pour l’acheter, cliquez sur l’image de la couverture

 

 

 

Chronique Livresque·dystopie·fantastique·Jeunesse

Pour une meilleure vie de Frédérique Arnould

vie meilleure

Fiche Technique : 

Autoédition – 207 pages – ebook – Fantastique / Dystopie

Résumé : 

Dans un monde régi par une classe de nantis. Les pauvres tentent de survivre à une politique d’oppression. Après la mort de son père, Émie, une fille de la classe inférieure, va tout perdre en se retrouvant propulsée dans ce monde de privilégiés qu’elle déteste plus que tout. Grâce à une rencontre, elle va surmonter sa haine. Elle va apprendre à évoluer dans ce monde hostile, tout en déjouant les manipulations dont elle est constamment la cible et en découvrant son don.

pile-de-livres

Mon avis : 

Un grand merci à Frédérique Arnould, l’auteure, pour m’avoir confier son livre en service presse et pour sa confiance.

Emie vit dans un monde particulièrement injuste où les pauvres, classe dont elle fait partie, travaillent et vivent pour subvenir aux besoins de la classe des nantis. Les milices sont là pour faire respecter cet état de fait et n’hésitent pas à abattre ceux qui dérogent à la règle. Mais la vie d’Emie va basculer avec la mort de son père et l’obligation qui lui est faite d’aller vivre chez les nantis. Elle va laisser derrière elle son ami Henri et n’aura de cesse que de pouvoir le rejoindre. 

Voilà le genre d’histoire que j’aime en général, un monde injuste à la Hunger Games ou Divergente, une jeune héroïne qui va se battre pour ses idées et bien sur un paquet de méchants qui vont se mettre en travers de sa route.  Et le roman de Frédérique Arnould réunit toutes ces données et bien plus ! 

Le monde dans lequel elle nous entraîne est non seulement injuste mais dangereux. En effet, les pauvres y sont traités comme du bétail tout juste bons à travailler dans les mines ou dans les champs pour fournir aux riches ce dont ils ont besoin. Bien entendu, des rebelles ont essayé de s’opposer au régime en place mais sans grand succès. Emie va ressentir cette injustice d’autant plus qu’après avoir vécu la faim avec sa mère et ses sœurs elle va passer, bien malgré elle, du côté des privilégiés et se rendre compte de leur façon de vivre. Emie va naviguer entre trahisons et manipulations même si elle trouvera quelques alliés sur sa route. 

L’histoire est bien menée et à un rythme vraiment agréable. On ne s’ennuie pas et les révélations et actions s’enchaînent rapidement. Les chapitres sont courts ce qui donne une sensation de fluidité au texte, un dynamisme très plaisant. Le mélange de dystopie et de fantastique est vraiment original. En effet, Emie semble posséder des dons particuliers qu’elle va devoir dompter et que le lecteur va découvrir en même temps qu’elle. 

Les personnages sont bien décrits. J’ai particulièrement aimé Henri qui est attachant, il est entier et fidèle et ne recule devant rien pour aider Emie. J’ai eu plus de mal avec le personnage d’Emie par contre. C’est une jeune femme courageuse mais j’ai parfois eu envie de la secouer un peu pour la faire réagir. Les personnages secondaires sont parfois un peu trop effacés à mon goût, je pense notamment à Mme Zagler pour laquelle j’aurai aimé avoir plus de détails. Malgré tout, on aime ou on déteste rapidement les protagonistes même si parfois l’auteure nous met sur de fausses pistes.. 

Frédérique Arnould a une plume fluide et très agréable qui nous embarque sans aucune difficulté dans son histoire. Par contre, Emie étant la narratrice j’aurai aimé un peu plus de passion dans l’expression, de sentiments. Le ton est parfois trop neutre ou froid ce qui m’a parfois un peu gêné. Malgré ce petit bémol c’est une très bonne dystopie et je lirai la suite avec plaisir car j’ai hâte de connaître la suite de leurs aventures.

en-conclusion

 Une jolie découverte entre l’histoire et la plume de l’auteure ! Une dystopie vraiment très sympa et très bien écrite qui plaira sans aucun doute aux fans du genre. 

Ma note : 7.5/10

 

Chronique Livresque·Jeunesse·Littérature

Mon petit cœur de pierre de Lucile Caron-Boyer

mon-petit-coeur-de-pierre-943165-264-432

Fiche Technique :

Editions Librinova – 226 pages – ebook ou broché – Littérature

Résumé :

Marion a quatorze ans, un meilleur ami qui s’appelle Tom et un cœur de pierre. Du moins, c’est ce que Tom lui dit souvent, et peut-être qu’il n’a pas tout à fait tort.
Cette année, elle rentre en troisième, retrouve son collège, ses camarades de classe, ses habitudes.
Rien à signaler donc.
Enfin si, peut-être.
Le nouveau, Alex, produit sur elle un effet bizarre quand il lui sourit.
Et puis il y a ce prof de SVT qui lui rappelle furieusement quelqu’un…

Un roman qui parle d’adolescence, de la difficulté d’être différent, et d’amitié.
À moins que ce ne soit d’amour, tout simplement.

pile-de-livresMon avis :

Avant tout, je remercie chaleureusement l’auteure, Lucile Caron-Boyer, pour ce service presse et sa confiance.

Marion a 14 ans et fait sa rentrée en 3ème. Elle y retrouve son meilleur ami Tom qui estime qu’elle a un cœur de pierre tant elle refuse d’aimer quelqu’un d’autre que ses proches. Il faut dire que Marion n’est pas très expansive et a un peu de mal à montrer ses sentiments. Mais cette rentrée s’annonce un peu différente.. Un nouveau dans leur classe, Alex lui fait un effet qu’elle n’a jamais ressenti. Et puis son premier cours de SVT lui réserve une surprise, son prof pourrais bien être…

Ce roman est un bonbon ! Une douceur livresque qui m’a replongée dans mes années collège où les amis sont primordiaux, où la cour de récréation ressemble à une jungle sauf que je n’ai jamais eu de Mister-Sexy en prof de SVT (dommage…)

Marion est une jeune fille bien dans ses baskets, elle est bien intégrée et surtout elle forme un duo de choc avec Tom. Mais elle cache au fond de son petit cœur de pierre une fêlure, elle n’a jamais connu son père. Elle n’en parle pas, ne l’exprime pas mais elle aimerait en savoir plus sur lui. J’ai adoré le personnage de Marion ! Elle a la tête sur les épaules mais des comportements de jeune fille de 14 ans, elle a un caractère bien trempé, une bonne dose d’humour et surtout un attachement profond pour ses proches. Tous les personnages de ce roman d’ailleurs sont extrêmement attachants ! Tom, ses blessures enfantines et son humour m’ont beaucoup émue. J’ai aimé cette tranquillité et cet amour qu’il dégage.. Les adultes ne sont pas en reste comme la maman de Marion, Sam son oncle ou Mme Giffault la propriétaire qui sont tous, tour à tour, drôles ou émouvants..

Ce roman traite de sujets importants dans la vie d’un adolescent : les premiers émois, l’amitié, la relation à la famille, l’amour.. Marion va faire de grandes découvertes sur elle-même et à travers les questions qu’elle se pose le lecteur peut ressentir tous les bouleversements qu’entraîne l’adolescence. Des thèmes plus graves comme le harcèlement scolaire sont également abordés et l’auteure les traite avec beaucoup de justesse et de délicatesse. Des situation qui pourraient se produire autour de nous tant on en ressent l’authenticité et l’exactitude.

L’histoire est parfaitement menée, à chaque page qui se tourne on a envie de savoir comment Marion va se sortir des différentes situations. Elle entraîne le lecteur dans sa quête de réponses mais également dans sa vie quotidienne. Elle va partager avec nous toutes ces choses, ces instants qui lui sont si précieux comme son amitié pour Tom, son amour pour sa mère ou son dégoût pour la moustache ! J’ai aimé les touches d’humour qui sont distillées au fil du récit, comme de petites bulles de savon qui détendent après un moment intense.

Ce récit est une friandise où l’on découvre la plume de Lucile Caron-Boyer qui est fluide et fine. Son écriture est pleine d’émotions et de douceur et elle m’a totalement conquise. Elle m’a embarqué dès les premières pages et je n’ai pas pu quitter le livre avant la fin. Un premier roman qui me fait penser que Lucile Caron-Boyer est une jeune auteure plus que prometteuse, à suivre absolument.

en-conclusion

Un coup de cœur pour ce roman tendre et drôle, un roman jeunesse qui plaira autant aux adolescents qu’aux parents. Une douceur livresque qui vous laissera un sourire sur les lèvres..

Ma note : 9/10

aventure·Chronique Livresque·Jeunesse·steampunk

Taupe de Nico Bally

taupe

Fiche Technique :

Auto-édition – 250 pages – ebook ou broché – Aventure / Steampunk

Résumé :

Le 5 juillet 1839 une machine gigantesque appelée TAUPE s’enfonça dans le sol afin d’atteindre le centre de la Terre. Son équipage était composé de cinquante personnes. Tout était planifié pour qu’ils puissent survivre et entretenir la machine afin qu’elle accomplisse sa mission. Mais les choses ne se déroulèrent pas comme prévu, car deux passagers clandestins s’étaient glissés à bord. Le premier était un chat fouineur que nous appelâmes Tapetum. Le deuxième, c’était moi.

pile-de-livres

Mon avis :

Avant tout, je remercie vivement l’auteur, Nico Bally, de m’avoir confié son livre en service presse et pour sa confiance.

Jules est un garçon qui aimerait vivre de grandes aventures : découvrir les océans est son plus grand rêve.. Il accompagne un jour son père qui investit dans des projets, pour la plupart avant-gardistes et va se retrouver dans une immense machine appelée TAUPE en direction du centre de la Terre.

J’ai, tout d’abord, été intriguée par la couverture, étant fan de Stempunk, dès que j’aperçois des rouages ma curiosité est piquée. Puis à la lecture du résumé, je me suis de suite dit que ce livre était pour moi, un Jules qui part au centre de la Terre ? J’adore l’idée ! Et très sincèrement, je n’ai pas regretté une seconde ma curiosité !

Le jeune Jules est donc embarqué dans une aventure extraordinaire à bord d’une machine qui doit emmener une colonie s’installer au centre de la Terre. Il va découvrir la vie à bord malgré son statut de passager clandestin, l’organisation de la vie quotidienne, le travail à fournir, le fonctionnement de la machine, etc.. J’ai beaucoup aimé le personnage de Jules, il a des réactions de son âge qui sont très drôles comme par exemple la découverte des sanitaires ou des échelles , il lui est difficile d’oublier sa petite vie douillette mais il sait qu’il va devoir s’adapter pour survivre. Il va tester tous les postes de TAUPE et il sait en tirer le meilleur à chaque fois, rencontrer l’équipage et se faire des amis comme des ennemis.

Mais à part Jules, j’ai trouvé tous les autres passagers extraordinaires également ! Ma préférence va à la géologue, Eléonore, et son grain de folie mais j’ai aussi beaucoup aimé Maru ou JS.. Ils sont tous très bien exploités, et on s’attache facilement à chacun parce qu’ils ne sont pas lisses et parfaits.

L’histoire est vraiment très intéressante et bien menée. L’auteur a une très belle plume fluide et comme ce livre est destiné à un public jeune il explique parfaitement le côté technique avec des mots simples et abordables. Il nous emmène sans aucune difficulté à bord de TAUPE et nous fait partager à travers ses descriptions le quotidien des personnages ainsi que leurs difficultés. Evidemment, tout ne va pas être simple entre le fait de creuser vers le centre de la Terre (c’est déjà plutôt pas mal comme aventure !), mais également de faire vivre 50 personnes, un passager clandestin (Jules) et un chat clandestin (Tapetum) en huis clos, il va forcément y avoir des difficultés inattendues qui vont venir pimenter une vie déjà pas toute simple.

Je recommande vraiment ce livre qui plaira autant aux jeunes ou aux moins jeunes ! Une jolie façon de découvrir le monde Steampunk pour ceux qui ne connaissent pas. L’auteur a intégré de jolis clins d’œil à Jules Verne qui donneront surement envie à ceux qui n’ont jamais lu ses livres de les découvrir.

en-conclusion

Un coup de cœur jeunesse pour moi ! La découverte d’un auteur, Nico Bally, que je vais suivre avec intérêt et une histoire pleine d’aventure et d’humour qui plaira à tous.

Ma note : 9/10

 

 

 

aventure·Chronique Livresque·fantastique·Jeunesse

Les orphelins de Windrasor T1 Entre les murs de Paul Clément

les-orphelins-de-windrasor,-tome-1---entre-les-murs-914768-264-432

Fiche Technique :

Post-Apo Editions – 118 pages – ebook ou broché – Aventure / Jeunesse

Résumé :

« À Windrasor, l’un des orphelinats les plus prestigieux du duché de Morenvagk, le sort des pensionnaires semble joué d’avance. Une adoption peu probable ou un envoi au front, synonyme de mort certaine au service d’une guerre dont plus personne ne semble se souvenir des raisons, sont leurs seules perspectives d’avenir.
Dans ce monde qui a perdu la tête, prisonniers du plateau imprenable sur lequel s’élève le célèbre orphelinat, Spinello et ses amis ne savent pourtant pas que le destin a prévu bien d’autres choses pour eux.
Toutes les grandes aventures ont un point de départ, parfois perdu au milieu de l’immensité d’une forêt entourant un bien étrange établissement. »

pile-de-livres

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie chaleureusement l’auteur, Paul Clément, de m’avoir confié son livre en service presse et de sa confiance.

Windrasor est un orphelinat où tout semble tomber en ruine mais où règne la loi du plus fort. Spinello est l’un des orphelins y demeurant et c’est aussi une tête brulée, il est impertinent, casse-cou et surtout il ne rêve que d’une chose : quitter cet endroit sordide. Malheureusement leur monde est englué dans une guerre si ancienne que les raisons en ont été oubliées et si les orphelins ne sont pas adoptés à 14 ans ils partent pour le front. Mais Spinello et ses amis se rêvent libres..

J’étais très intriguée par le résumé et j’ai donc commencé à lire en me demandant dans quelle sorte de « livre jeunesse » je plongeais.. Et bien, je dois dire que j’ai été plus qu’agréablement surprise ! Une très belle découverte ! Pour plusieurs raisons..

Tout d’abord l’histoire.. Ce premier tome pose les bases, nous explique le fonctionnement de Windrasor, ses codes. Les orphelins savent bien que leur sort est pratiquement scellé mais la vie entre les murs de l’orphelinat n’est pas des plus simples puisque des rivalités existent entre les différents dortoirs. Chaque bande d’enfants va devoir essayer de s’imposer pour survivre ou, dans le cas de la jeune Iphis, de passer des accords pour être protégée. Malgré tout, l’aventure démarre rapidement et des mystères vont très vite se mettre en place qui vont entraîner le lecteur dans un roman très prenant.

Les personnages sont vraiment très attachants surtout Spinello et sa bande : Placide, son physique ingrat et sa gentillesse que j’ai eu envie de protéger tout au long du livre, Asmodée (entre autres). Les adultes n’ont pas le beau rôle avec les gardiens dont le terrible Octave, ennemi de Spinello qui ne manque pas d’imagination quant aux châtiments ou les adoptants avec le Marquis et son épouse.. On découvre également que des êtres appelés Ignobles vivraient peut-être entre les murs. Les personnages sont bien campés et décrits, on les aime ou on les déteste. Pour ma part, j’ai particulièrement aimé la jeune Iphis, seul point de vue féminin, une orpheline au statut un peu particulier.

L’auteur nous décrit les lieux à la perfection sans que le texte ne soit lourd. J’ai eu l’impression de visiter Windrasor, d’entendre les poutres grincer, de courir dans les couloirs avec les enfants ou de peiner avec Spinello lors de sa mémorable punition.. La plume de Paul Clément est fluide, précise et vive. Ses descriptions permettent au lecteur de vraiment bien imaginer les lieux, les gens. L’alternance de héros à chaque chapitre est une excellente idée et cela permet de voir différentes facettes de l’histoire.

Je suis ravie de cette lecture ! Ce monde, qui se met en place peu à peu, est très intéressant et malgré la dureté de la vie  à Windrasor j’ai hâte de pouvoir lire la suite des aventures de Spinello, Iphis et tous leurs camarades.

en-conclusion

Un excellent roman jeunesse mais qui convient parfaitement aux adultes ! Un premier tome qui laisse présager de nombreuses aventures et mésaventures entre les murs de l’orphelinat de Windrasor…

Ma note : 9/10

 

 

Chronique Livresque·Jeunesse

L’amour entre les lignes de Tia Cotant

Fiche technique :

128 pages – ebook ou broché

Résumé :

Au lendemain de son retour de son voyage dans les Contes de Grimm et dans le Journal d’Anne Frank, Amandine veut poursuivre ses aventures dans les livres. Alors qu’elle plonge au cœur d’un nouveau roman, elle va faire une rencontre inattendue, elle n’est pas la seule à pouvoir voyager dans les livres, Victor, un jeune garçon de l’âge d’Amandine, se trouve aussi dans ce roman.
Qui-est-il ? Que fait-il là ?

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie Tia Cotant, l’auteure, de m’avoir permit de lire ce second tome et de sa confiance.

J’avais eu un très gros coup de coeur pour la Tome 1 « La Bibliothèque Magique » Chronique Ici. J’avais en effet été bluffée par Tia qui est une jeune auteure de 11 ans mais qui manie déjà les mots avec beaucoup de talent.

C’est donc avec joie que j’ai retrouvé la jeune Amandine, héroïne de ce roman, le lendemain de sa grande aventure dans la bibliohtèque magique. Amandine est, bien sur, impatiente, de renouveler cette fabuleuse expérience qu’est le saut dans un livre et pouvoir rencontrer les personnages qu’elle affectionne. Elle se décide donc à visiter Alice et son pays des Merveilles.. Mais elle va y découvrir bien plus que l’histoire qu’elle connait, un intrus est présent. Commence alors une nouvelle aventure pour Amandine mais différente que ce qu’elle avait pu imaginer…

Ce deuxième tome est sans conteste non seulement à la hauteur du premier mais j’ai trouvé qu’il le surpassait. En effet, l’auteure y a mis plus de profondeur surtout dans les personnages. Amandine est toujours aussi attachante et drôle, elle s’adapte très vite à chaque environnement (c’est préférable face à la Reine de Coeur !) et a toujours un petit mot à adresser au lecteur. Le personnage de Victor est également très bien trouvé et réalisé, il est vraiment touchant, amusant. Comme pour le premier tome, on y retrouve des personnages tirés d’un livre connu, ici c’est Alice aux Pays des Merveilles et Tia a su leur donner vie, j’ai beaucoup aimé Alice et son petit caractère… Les personnages secondaires sont également plus développés comme Mme Binocle, la bibliothécaire, ou Eva, la meilleure amie d’Amandine.

J’ai trouvé ce second volume plus mature, plus développé aussi pour l’histoire. En effet, Amandine se livre au lecteur sur sa vie d’écolière, ses amitiés. Ce second tome est également plus centré sur les sentiments comme l’amour ou l’amitié. Amandine va devoir affronter des situations auxquelles elle n’était pas préparée. L’histoire est vraiment bien menée, sans temps mort. Tia maîtrise vraiment bien les mots et elle rends chaque situation ou sentiment parfaitement. J’ai également beaucoup aimé l’intrusion de nos personnages dans Paris (je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler) mais ça leur donnait un côté « réel ».

Le visuel est toujours aussi beau et réussi. La couverture est vraiment très réussie et parfaitement représentative de l’histoire. Quant à l’intérieur du livre c’est un véritable bijou, entre illustrations et citations, un régal pour les yeux !

Tia est décidémment une jeune auteure avec beaucoup de talent, elle le prouve une nouvelle fois ici ! J’ai adoré suivre les aventures d’Amandine et ses sauts dans les livres vont me manquer. Un coup de coeur pour moi pour ce livre jeunesse mais qui peut être apprécié à tout âge !!

Ma note : 10/10