Chronique Livresque·Littérature

Profil bleu Obsession pourpre par Séverine Deffay

Fiche technique :

Autoédition – 277 pages – ebook ou broché – Littérature contemporaine

Résumé :

Juliette, 40 ans, plutôt jolie, enferrée dans un conformiste et un sérieux qu’elle assume mal, mène une vie paisible et stable aux côtés de son mari et de ses trois enfants. Face à elle, Jérémy, diamétralement opposé. Un volubile, un affectif, une personnalité affirmée qui sait se rendre visible en société. Sans prévenir, les aléas de la vie vont peu à peu les propulser dans une relation aussi clandestine qu’inattendue, jusqu’à littéralement bouleverser la quintessence de leur individualité respective. A travers une histoire dangereusement passionnelle, Juliette et Jérémy vont aller à la rencontre d’eux-mêmes, de leurs aspirations profondes, en tentant désespérément de repousser les codes de nos sociétés modernes. Mais que trouveront ils aux portes de leur destinée ? Et si la retenue de l’un n’était en réalité qu’une façade ? Et si l’extravagance de l’autre dissimulait des peurs intérieures inavouées ? Cette relation brûlante, mais non-assumée, soulève des questions telles que la loyauté envers les siens, la peur d’assumer ses choix, la fragilité d’un amour passionnel et l’indépendance que l’on choisit de prendre vis-à-vis de son éducation.

livre-plage_0

Mon avis :

Tout d’abord je remercie l’auteure, Sèverine Deffay de m’avoir contactée via la plateforme Simplement.Pro afin de me permettre de lire son livre et pour sa gentillesse.

Juliette a la quarantaine, est mariée à Adrien et a trois enfants.  Pour pouvoir accéder au poste qu’elle convoite dans son entreprise, elle se voit contrainte de reprendre des études. Outre les difficultés personnelles que cette situation engendre, elle va se découvrir de nouveaux amis, goûter à la vie d’étudiante et surtout faire la connaissance de Jérémy, un homme attirant mais également marié. Comment Juliette va – t – elle réussir à assumer cette relation adultère ? Son mariage va – t – il y survivre ?

Il est question ici de sentiments.. de beaucoup de sentiments. En effet, Juliette est mariée et heureuse en ménage mais lorsque le destin met sur sa route Jérémy elle commence à se poser de nombreuses questions sur elle, eux, sa vie, son bonheur, sa famille.. L’amour est présent mais également le remord, la culpabilité, la peur du regard des autres, de perdre l’autre ou de se perdre soi-même..

L’histoire est vécue à travers les yeux de Juliette, on vit donc son questionnement de « l’intérieur ». L’auteure livre ici une réflexion profonde sur l’adultère, ses conséquences, ses raisons. La vie « personnelle » des protagonistes est souvent mise au second plan afin de privilégier le côté psychologique. Leur attirance n’a d’égale que leur répugnance à faire du mal à leur proches, à détruire leurs familles. Ils sont face à une situation épineuse qui pourrait faire basculer leur vie mais pas seulement.

J’avoue avoir eu du mal avec les personnages de Juliette et Jérémy qui n’arrivent pas à poser une décision. Bon, cela peu se comprendre, les remords aidant ils vont tenter de résister à cette attirance, toutefois j’ai trouvé les situations parfois un peu redondantes. Ils sont aussi torturés l’un comme l’autre même et ils font leur possible pour mettre un frein à cette situation. Malgré tout, il leur faut accepter que leurs vies personnelles ne soient pas forcément idéales, ce qui est, je pense le plus dur. Accepter que l’amour que l’on ressent pour la personne qui vit à ses côtés a pu s’éroder ne doit pas être facile..

Malgré cela, j’avoue avoir été bluffée par la façon dont l’auteure amène son histoire, c’est criant de vérité. La plume de Séverine Deffay est non seulement fluide mais également poétique. Elle décrit parfaitement les sentiments de ses héros, leurs émotions. Par contre, l’auteure a réussi à me surprendre par sa fin que j’ai trouvé parfaite à mon goût. Cette lecture amène beaucoup de questions comme par exemple « faut-il se tenir à une décision prise et ne pas en dévier » ou « peut-on vouloir changer de cap de vie quelque soit son âge ou sa situation », entre autres bien sur. J’ai trouvé que ce roman faisait vraiment réfléchir..

th56910733

Une plongée dans l’esprit d’une femme au carrefour de sa vie qui va tout remettre en question.. Un roman qui pousse à la réflexion et au questionnement, une lecture intéressante malgré que je n’ai pas pu m’attacher aux personnages.

Ma note : 7.5/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici.

Publicités
Chronique Livresque·fantasy

Les Chroniques des Fleurs d’Opale, tome 1 : La Candeur de la Rose – partie 1 par Ielenna

Fiche technique :

Graphein Editions – 495 pages – ebook – Fantasy

Résumé :

Si seulement j’avais su combien ma vie allait basculer. Comment l’enfer m’aurait enchaînée. Si seulement j’avais pu entrevoir les rouages du destin. Les rencontres comme les pièges, les obstacles comme les révélations. Si j’avais su mieux distinguer bontés et malveillances. Amours, amitiés ou loyautés. Cette histoire serait toute autre. Mon histoire. Preuve que même les Dieux ne peuvent tout savoir.

Rare rescapée du massacre de son village natal, Diphtil, une jeune fille du peuple de l’Air, est sauvée en territoire ennemi grâce au symbole étrange qu’elle porte sur le front. Elle serait la cinquième fille de la Déesse Aveugle. Séquestrée dans un monastère et manipulée par le prêtre Sarïn qui compte la livrer au roi une fois ses pouvoirs éveillés, elle est libérée par son frère, Naid, qui la persuade de partir avec lui. Sauf que les terres de l’Edenor sont semées de dangers et que la cruauté de certaines personnes, hantées par la haine et la guerre, s’oppose à la candeur de Diphtil, avide de découvrir ce monde dont elle a si peu joui. Mais avant tout, elle veut échapper à son destin. Est-ce possible, lorsque l’on est vouée à devenir une Déesse ?

thBFBJ8D7A

Mon avis :

J’ai lu ce roman dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus sélectionné dans la catégorie Imaginaire.

Diphtil est une Neltiade et  vit avec sa mère et son petit frère. Un beau jour les humains attaquent leur village et Diphtil est l’une des rares rescapées du massacre. Elle fuit et  est prise en charge par le prêtre Sarïn grâce à qui elle vit un grand pan de sa jeunesse dans un monastère cloitrée. Contrairement aux autres Neltiads, Diphtil n’a pas de marque sur les bras (une des caractéristiques qui les différencient des humains) mais elle en a une sur le front. Cette marque, la rend unique et Sarïn la reconnaît aussitôt.. Diphtil serait une Déesse ! Elle vit une vie d’érudite au monastère jusqu’au jour où son frère, Naïd, la retrouve et l’aide à fuir. Son unique ami Astiran se joint aux deux jeunes gens ne pouvant se résoudre à laisser Diphtil sortir de sa vie. Va commencer pour le petit groupe une longue quête à travers les terres de l’Edenor..

L’histoire est plutôt classique pour de la fantasy. Une héroïne qui découvre ses pouvoirs, des acolytes, une quête, des obstacles. Le schéma typique et une bonne idée de base même si j’ai eu du mal à saisir l’origine du conflit entre les humains et les Neltiads.  Le monde créé par l’auteure est fourni et bien travaillé avec une religion très présente, des Dieux et Déesses, des coutumes.  Dans l’absolu, j’apprécie ce style sauf qu’ici l’histoire s’est perdue en chemin pour dévier vers une romance naïve et beaucoup trop présente à mon goût. Le couple Diphtil / Astiran est vraiment trop dégoulinant de bons sentiments pour moi et même si le couple Naïd / Yasalyn vient relever un peu le niveau j’ai eu du mal à apprécier ma lecture. Les passages romantiques sont non seulement trop nombreux mais trop stéréotypés pour moi. Je ne suis pas réfractaire à la romance, loin de là, et j’apprécie qu’il y ait de l’amour dans les histoires mais là malheureusement j’ai trouvé qu’elle noyait le reste de l’histoire, ce qui est vraiment dommage. La dernière partie du roman a réussi à relancer mon intérêt mais pas suffisamment pour me faire oublier ma déception.

Lors de la sélection j’avais trouvé que l’auteure avait une très jolie plume plutôt poétique et cela s’est confirmé à la  lecture du roman. Ielenna maîtrise avec beaucoup de brio notre langue et le vocabulaire. Par contre, j’ai eu beaucoup de mal avec les dialogues qui m’ont semblé « surjoués » et peu naturels surtout concernant Diphtil. Elle a été élevée dans un monastère et est une érudite ce qui pourrait expliquer sa façon de s’exprimer mais c’est trop peu spontané pour moi.

Autant j’ai trouvé la base du récit bonne et l’écriture vraiment très belle autant les personnages m’ont déçue ! Diphtil est à la limite du supportable pour moi : naïve, candide, précieuse.. je comprends l’idée de l’auteure c’est une jeune fille ayant grandie cloitrée qui découvre finalement le monde mais elle n’est pas née au monastère et même si elle y a vécu 10 ans j’ai du mal à imaginer que ses 11 premières années aient été gommées. Astiran et Naïd ne m’ont pas convaincue également.. Trop clichés, le chevalier servant et le frère surprotecteur qui ne s’entendent pas. La seule qui tire un peu son épingle du jeu est Yasalyn, même si son âge ne colle pas avec son vécu à mes yeux.

Vous l’aurez compris, je suis plutôt mitigée quant à cette lecture. C’est certes une introduction à l’histoire mais la romance a étouffé le côté fantasy pour moi et j’en suis déçue.

Conclusion_Logo_-_Cool_Dots_Font

Malgré la très belle plume de l’auteure, je n’ai pas accroché à cette histoire, c’est bien dommage car elle était prometteuse.. Les amoureux de romance seront certainement plus convaincus que moi.

Ma note : 6/10

Pour acheter et lire ce roman cliquez ici.

 

Chronique Livresque·dystopie·Romance

La loi de Gaia par Caroline Giraud

Fiche technique : 

Bookelis – 400 pages – ebook et broché – Dystopie / Romance

Résumé : 

Article 1 : Les survivants du pays détruit par l’explosion nucléaire sont déchus de leur humanité et doivent porter un tatouage permettant de les identifier. Chaque tatouage représentera un animal symbolisant le crime commis. Un loup pour le meurtre, un lion pour le viol, un renard pour la torture et un tigre pour le rapt d’enfants.

Article 2 : Les tatoués seront distribués aux familles et amis des victimes pour leur permettre de se venger de leurs crimes. Un maître a tous les droits sur son tatoué, excepté celui de le tuer. Il peut le battre, l’exploiter, le revendre, l’enfermer, etc.

Article 3 : Toute atteinte d’un tatoué sur un civil sera punie par un emprisonnement à vie dans un camp de torture.

Paris croule sous les bombes et les fusillades depuis que Kagan Közul est revenu se venger de ceux qui l’ont injustement envoyé en prison cinq ans auparavant. Des trois coupables, il n’en reste plus que deux : Sarah et Milian se haïssent, mais à présent ils doivent survivre, ensemble.

livre et papillons

Mon avis : 

Avant tout, je remercie l’auteure Caroline Giraud de m’avoir permis de lire son livre en service presse et pour sa confiance. 

A la lecture du résumé, j’ai été vraiment intriguée par le monde que dépeignait l’auteure. En effet, visiblement une guerre a eu lieu et les survivants à la bombe nucléaire qui a rasé l’un des camps est asservi par l’autre. Ils sont réduits en esclavage et catégorisés selon leurs crimes. On les tatoue afin de les différencier au premier coup d’œil. Kagan est l’un de ces esclaves, tatoué Lion, il va faire la connaissance de Sarah. Sarah, quant à elle, est jeune fille dont les parents sont les maîtres de Kagan. Elle va comprendre que l’injustice fait partie de ce monde et qui va se retrouver confrontée à de terribles choix..

L’idée de ce roman est vraiment originale : les survivants d’une guerre sont livrés en tant qu’esclaves, exploités, maltraités par le camp des vainqueurs. Il y a de quoi faire réfléchir sur la nature humaine.. Ces esclaves sont tatoués afin qu’on puisse savoir au premier regard les crimes qu’ils ont commis selon la loi de Gaia, à croire que tous les habitants de ce pays n’étaient que des meurtriers, des violeurs.. L’histoire était donc pleine de promesses et de bonnes idées.. L’auteure nous dépeint parfaitement la vie de l’un de ces esclaves Kagan qui est au service de la famille Pérot et où les parents ne se privent pas de le battre à chaque manquement (de leur point de vue bien sur..). Malheureusement, même si l’idée m’a beaucoup plu, j’ai trouvé que l’auteure ne l’exploitait pas assez. J’aurais aimé plus de détails sur la guerre, sur le contexte social, sur la rébellion, sur comment et pourquoi on en est arrivé là même si des détails parsèment le texte.. 

La narration se fait de la manière qui, en général, me plait le plus : l’alternance des points de vue et ici, petite particularité à cela, s’ajoute l’alternance de temps passé / présent et cela donne un côté original au texte. Les narrateurs sont Sarah et Kagan, ils nous livrent les faits et leurs pensées. Le point de vue de Kagan est intéressant car il nous explique son quotidien, son amitié avec Sinan, on ressent ses craintes, ses peurs. J’ai malheureusement eu beaucoup plus de mal avec le point de vue de Sarah car l’auteure la fait s’exprimer en tutoyant les autres protagonistes ce qui est plutôt inhabituel mais surtout déstabilisant. J’avais un peu de mal à comprendre à qui elle s’adressait par moment. C’est dommage car son point de vue était intéressant et apportait quelques réponses. 

Les personnages qui m’ont le plus plu sont Kagan et Sinan, son meilleur ami et esclave également. Ils ont un passé difficile du fait de la guerre et un présent horrible à cause de leur statut. Leurs histoires personnelles sont émouvantes même si l’on manque de détails. J’ai eu plus de mal à comprendre Sarah que je trouve plutôt inconstante et butée, surtout dans le « passé ». La Sarah du présent est plus attachante car elle a beaucoup mûrit même si elle ne semble pas toujours savoir ce qu’elle veut. Quant à Milian il m’a plutôt touchée même si finalement on ne sait pas grand chose de lui comme pour les autres personnages. L’idée de la vengeance de Kagan pimente les relations entre les personnages, complique leurs interactions. 

L’auteure s’est vraiment axée sur la romance au détriment du côté dystopie ce qui m’a un peu déçue tant l’idée de base m’avait plu. La romance est beaucoup trop présente à mon goût ce qui donne un côté répétitif à l’histoire alors que le potentiel était présent pour en faire une histoire vraiment originale. Malgré tout, la lecture reste plaisante et fluide et devrait plaire à tous les fans d’histoires d’amour compliquées pimentées d’un contexte difficile. Caroline Giraud écrit de façon fluide et adaptée au style Young Adult et je la suivrais avec plaisir. 

livre et rose rose

Une dystopie qui aurait méritée plus de développement mais un roman qui plaira aux amateurs de romance, d’amours compliquées.

Ma note : 6.5/10

Pour acheter et lire ce roman cliquez ici. 

Chronique Livresque·fantastique·Jeunesse·Romance

Save Our Souls, tome 1 : Sans attache par Elle Guyon 

Fiche technique :

Auto-édition – 222 pages – ebook ou broché – Fantastique / Young Adult

Résumé :

Sous une écharpe élimée et un blouson trop grand pour lui, Aldric s’obstine à cacher aux autres lycéens sa vie de marginal. Mais une succession de mauvais choix le précipite vers une issue fatale. Loin d’en avoir conscience, il agresse même la seule personne capable de modifier son avenir, la jeune Riane. Épaulée par son gardien, un immortel, celle-ci tente le tout pour le tout pour défier le destin et lui sauver la vie, car c’est la survie de sa propre âme qui est en jeu…

Mais comment mener sa mission à bien quand celui que vous devez protéger se rebelle et quand votre allié vous cache des informations capitales ? Et si ce qui s’est passé il y a près de trois cents ans était la clé de la réussite ?

café et arbre

Mon avis :

Avant tout, je remercie chaleureusement Elle Guyon de m’avoir permit de lire son roman en service presse et pour sa gentillesse.

Riane commence les cours dans un nouveau lycée mais la jeune fille n’est pas une élève lambda, elle a une mission : elle doit sauver Aldric. Aldric, élève du même lycée mène une vie de marginal sans domicile fixe. Mais pour pouvoir le sauver encore faut-il que Riane puisse approcher le jeune homme, et ce n’est pas chose aisée..

J’ai trouvé le début du roman assez déroutant et flou. En effet, j’ai eu un peu de mal à comprendre le fonctionnement des passeurs / gardiens qui n’est finalement expliqué qu’au fur et à mesure de l’avancement de l’histoire. J’ai également trouvé que l’histoire était un peu longue à se lancer vraiment mais une fois le lien fait entre les différents protagonistes j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman.

Gebrail et Jérémy sont des gardiens, Gebrail est d’ailleurs le tuteur de Riane. On découvre grâce à de nombreux flash-backs leur passé commun, leur histoire. Il y a donc deux histoires à suivre en parallèle mais cela se fait sans mal car l’auteure sait adapter son écriture à chaque situation ou époque. 

J’ai été particulièrement touchée par Aldric, un jeune SDF, ce n’est pas commun pour un héros de roman et il est vraiment attachant. Riane a un peu de mal à percer la carapace qu’il s’est forgé (et on le comprend !). Vivre dans la rue l’a rendu solitaire et parfois agressif, il essaye de s’en sortir sans pour autant abandonner ses études et voir cet espèce de compte à rebours au dessus de lui m’a vraiment touchée. Le personnage de Riane est également très attachant surtout dans sa façon d’appréhender ce qui l’entoure. La découverte du lycée et vraiment géniale, je l’imaginais dire « salut » à tous ceux qu’elle croisait..  

L’histoire est originale et, une fois lancée, prenante. Le mélange de fantastique, romance et historique est assez surprenant et bien pensé. Malgré un rythme un peu lent au départ, l’auteure réussit à cadencer son récit, surtout dans le dernier tiers. Les chapitres s’alternent entre passé et présent et permettent aux lecteurs de reconstituer le puzzle. On sent bien que ce passé a une importance capitale pour que réussisse la mission dont Riane est chargée. J’avoue avoir malgré tout préféré l’histoire au présent, surtout que l’auteure sait ménager le suspense et apporter des rebondissements inattendus.

Elle Guyon a une très jolie écriture plutôt pointue et précise. Elle nous livre ici un roman Young Adult qui se lit facilement mais qui réserve des surprises. La fin est plutôt abrupte (mais pourquoi ????) et l’auteure sait nous allécher en intégrant le début du tome 2 à la fin, histoire de nous prendre dans ses filets !

Conclusion

Un premier tome réussit et qui, une fois que l’on est entré dans l’histoire se lâche difficilement. Original il nous donne envie de continuer l’aventure avec Riane et Aldric dans le second tome..

Ma note : 8/10

Pour acheter et lire ce roman cliquez ICI

 

 

 

   

Chronique Livresque·Feel - good·Romance

Tout va bien se passer par Sylvie Noël

Fiche technique : 

Edition : Librinova – 296 pages – ebook ou broché – Comédie romantique

Résumé : 

Un mariage… En général c’est une bonne nouvelle, non ? Un moment sympa, une fête, une ambiance géniale ? C’est comme ça normalement, non ?
Alors pourquoi celui de Maggy, ma meilleure amie part en vrille dès qu’on avance un peu dans l’organisation ? Et les problèmes, ça se déplace en troupeau ! La liste est longue ! Sans compter ce crétin de William, égocentrique, arrogant et… meilleur ami du marié ! Ce type me donne envie de vomir.
Et où est passé le futur marié ? Disparu, envolé, le jour du mariage.
Si je suis dans un cauchemar, je veux me réveiller tout de suite.
Mais je vais prendre en main tout ça. Je vais sauver le mariage de Maggy, parce qu’elle est géniale et qu’elle mérite d’être heureuse.
Moi ? C’est Cassie. Grande gueule, gaffeuse, mais prête à tout.
Ce mariage aura lieu. Quoi qu’il advienne !

tea-time-wallpapers-pictures-photos-images-OPklMv-clipart

Mon avis : 

Un très grand merci à Sylvie Noël, l’auteure, de m’avoir confié son roman en service presse. 

Les préparatifs d’un mariage… En général c’est stressant pour les futurs mariés mais également pour leur entourage et Maggy ne déroge pas à la règle. Son mariage arrive à toute allure et tout n’est pas prêt, des contretemps s’accumulent, des soucis se greffent, bref ça sent la catastrophe ! Heureusement que Cassie, la meilleure amie et témoin de Maggy, veille au grain et va tout faire pour que cette journée soit une réussite pour les tourtereaux. 

Que de toutes les mariées de l’assemblée, celles qui n’ont pas eu des moments de découragement (et/ou d’angoisse, stress, envie de tuer tout le monde.. liste non exhaustive) lorsqu’elles préparaient le plus beau jour de leur vie, lèvent la main ! Merci ! Je me sens moins seule… 

Le titre de ce roman pourrait être un mantra utilisé par Cassie pour rassurer Maggy parce que forcément tout ne va pas être simple.. Entre le tulle, les fleurs, les parents, le plan de table, le marié qui disparaît, la robe, le choix du thème tout s’accumule pour faire péter une pile à la mariée et à son amie… Mais bien sur tout commence avec l’enterrement de vie de jeune fille et ses difficultés d’organisation.

Cassie est une jeune femme qu’on voudrait tous avoir pour amie. Elle est dynamique, gaie, dévouée, elle se donne à fond pour faire plaisir à la future mariée. La seule chose qu’elle n’arrive pas c’est à supporter Will le témoin du marié. Alors forcément cette situation va ajouter encore plus de difficultés parce qu’ils ne vont pas pouvoir s’ignorer très longtemps… Surtout que le dit Will est plutôt canon malgré son arrogance ! Les deux futurs mariés et leurs témoins sont entourés d’un groupe d’amis soudés qui sont tous attachants ou touchants. Agnès ou Caro par exemple m’ont beaucoup amusée. Maggy et David sont un couple vraiment mignon même si Maggy a une légère tendance à se transformer en furie hystérique par moment.. Mais la situation l’exige alors on lui pardonne ! 

C’est un roman qui se lit très rapidement et qui est plein de peps ! L’auteure a su lui donner un rythme agréable grâce à sa plume très actuelle et à des personnages de notre temps. L’histoire est plutôt prévisible bien qu’il y ait quelques rebondissements surprenants et j’aurais aimé que les personnages soient un peu plus fouillés, travaillés notamment Cassie pour laquelle il y a encore matière à découvrir. Mais malgré tout ce roman rempli parfaitement le job : il est divertissant, amusant et délassant !  Le genre de livre dans lequel j’aime me plonger pour oublier les infos déprimantes, la pluie ou le boulot de la semaine.. 

Conclusion_Logo_-_Cool_Dots_Font

Une lecture qui vous fera oublier la morosité ambiante et passer un bon moment. Elle rappellera des souvenirs à tous ceux qui ont, un jour, approché de près ou de loin une future mariée ! 

Ma note : 7.5/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ICI

Chronique Livresque·Thriller

Lune ou l’autre par Frédérique Hoy

lune

Fiche technique : 

Yakabooks Editions – 168 pages – Poche – Roman noir

Résumé : 

Pierre-Octave, dit Pierrot-la-lune, « rêveur dé nitif » et nègre littéraire pour célébrités, voit sa vie basculer le jour où, lors d’un banal contrôle de routine dentaire, il rencontre l’intrigante Claire.
Dentiste au cœur meurtri, la jeune femme au regard noir ébène écrème à toute allure ses rendez-vous pour cause de panique incontrôlée. Rapidement elle lui demande d’écrire le livre qui la guérira. De quoi ? Pierrot, le découvrira bien assez vite.
Sous de faux airs de romance poétique,ce roman bascule en quelques lignes dans la noirceur la plus opaque. Ecrit à la première personne du singulier, cet étrange récit emporte le lecteur de surprises en rebondissements.

livrelecteurs

Mon avis : 

Avant tout, je remercie chaleureusement les Editions Yakabooks pour leur confiance renouvelée en m’adressant ce service presse. 

Pierre-Octave est un homme un peu lunaire aussi bien physiquement que moralement. Il est « nègre littéraire » ou prête-plume pour des personnalités souhaitant laisser une trace à travers leur biographie et même si cela ne lui plaît pas particulièrement il s’en accommode. Jusqu’au jour où Pierrot va croiser le chemin de Claire, une dentiste un peu spéciale, qui va lui demander de l’aider à se guérir en écrivant sa biographie. Mais guérir de quels maux ? Pierre-Octave n’est pas au bout de ses surprises avec la douce Claire..

J’ai tout d’abord été attirée par la couverture. Je trouvais qu’elle était plutôt étrange pour un livre dont le héros se faisait appeler Pierrot-la-lune. La fin du résumé m’a donné un début d’indice : un roman noir… Et moi qui aime ce genre, je dois dire que j’ai été servie ! Frédérique Hoy nous fait basculer tout doucement d’un début de romance à un roman sombre, glauque, bien loin du conte de fée.

Le résumé ne laisse pas du tout présager dans quelle sorte d’intrigue le héros va se retrouver mêler ce qui est juste parfait. En effet, on découvre doucement Pierre-Octave, sa vie un peu banale, sa famille pas très nombreuse, son travail un peu spécial, il se dévoile au lecteur puisqu’il est le narrateur de ce récit. Puis survient la rencontre avec Claire et son regard sombre qui l’intrigue, le déroute et qu’il veut apprendre à connaître. Alors quand la jeune femme lui propose d’écrire son autobiographie pour elle, Pierre-Octave y voit une façon de devenir proche de la dentiste, de se faire apprécier.. Pas sûre que l’idée soit bonne.. 

Le personnage de Pierre-Octave est plutôt atypique, il est assez naïf, plutôt rêveur, quelque peu déconnecté de la réalité malgré tout il garde les pieds sur terre lorsque la situation l’exige. Je l’ai trouvé vraiment attachant dans sa façon d’être , de penser.. Je le cite :

« … Je n’avais jamais fêté mon anniversaire. Vieillir ne m’effrayait pas ; c’était plutôt devenir vieux qui m’angoissait… »

(j’ai tout particulièrement aimé cette phrase). Il s’exprime de façon assez poétique, un peu aérienne. Et j’ai adoré le voir comprendre peu à peu, anticiper..

Cette façon de s’exprimer m’a plu dès les premières pages et je dois dire que je me suis retrouvée scotchée à l’histoire de Pierre-Octave.. J’avais, moi aussi, envie d’en savoir plus sur la mystérieuse Claire, de comprendre où elle nous menait avec sa biographie. Lire leur histoire c’était un peu comme assister à une danse macabre : intrigante, addictive, surprenante.

Frédérique Hoy a une plume particulière, qui utilise les mots, joue avec eux. Elle donne à cette histoire une tournure dont on ne peut pas se douter, imaginer. Je me suis rendue compte d’avoir lu certains passages en apnée un peu dans l’urgence, découvrant avec délice la folie dans laquelle les héros plongent. 

conclusion 6

Un roman sombre qui bouscule le lecteur tant le contenu est inattendu. Si vous êtes adepte de ce genre n’hésitez pas et si non, n’hésitez pas aussi, une excellente façon de le découvrir. Accompagnez Pierrot-la-lune lors de ses visites à Claire et n’oubliez pas de tout noter, vous aurez besoin de preuves.. 

Ma note : 9/10

Vous souhaitez vous procurer ce livre ?  Cliquez ICI

Chronique Livresque·fantastique

Ténégria : la gardienne par Séverine Silbert

tenegria-tome-1--la-gardienne-962830-264-432

Fiche Technique :

Autoédition – 428 pages – ebook ou broché – fantastique

Résumé :

1860, au cœur de Londres, le royaume de Ténégria rassemblant les surnaturels est en proie au chaos suite à une tentative de prise de pouvoir d’une organisation sanguinaire. Au cœur de ce tumulte, Alicia lutte pour sa survie en cachant son passé. Sa rencontre avec un agaçant vampire risque de mettre à mal sa sécurité et peut être même son cœur. Entrez dans l’univers de Ténégria où la trahison est de mise et les apparences souvent trompeuses !!

pile-de-livres

Mon avis :

Un grand merci à Séverine Silbert de m’avoir confié son livre en service presse et pour sa confiance.

Ténégria est un royaume rassemblant les surnaturels au sein du Royaume d’Angleterre tels que les vampires, loup-garous ou sorciers. Alicia tente de survivre prise entre l’Ordre, organisation sanguinaire ayant tentée de prendre le pouvoir de Ténégria et un vampire charmant mais qui compromet sa sécurité. Cela va s’avérer plus compliqué et surtout plus dangereux que prévu pour la jeune femme…

La lecture du résumé m’a de suite emballée.. Londres, 1860, vampire, prise de pouvoir… Voilà des mots chers à mon cœur qui laissaient présager une lecture sympathique et à ça on ajoute une magnifique couverture, je n’ai pas hésité une seconde à me lancer.

L’histoire débute avec Alicia qui est femme de chambre chez des aristocrates. Elle participe aux préparatifs du bal que donnent ses maîtres sans enthousiasme même si cet évènement il va lui servir de couverture afin de procéder à une mission confiée par La ligue qui tente de rétablir l’ordre au sein de Ténégria. Elle va très vite faire connaissance avec Louis, un vampire charmant mais légèrement agaçant qui risque de compromettre sa sécurité..

L’auteure nous entraîne ici dans un récit vraiment sympathique et prenant où tous les ingrédients sont réunis pour passer un bon moment : de l’action, une romance, du suspense, de la trahison.. L’histoire commence rapidement avec le bal, la mission d’Alicia et sa rencontre avec Louis. Il n’y a pas de temps mort pour les deux héros et leurs compagnons d’aventure entre : la lutte contre l’Ordre, la sauvegarde de leurs vies et le lien qui se tisse entre Louis et Alicia le lecteur n’a pas le temps de s’ennuyer. L’idée de la lutte pour Ténégria est bien trouvée et ce royaume dans le royaume m’a beaucoup plu. En effet, les personnages sont pour la plupart des surnaturels mais l’action se déroule à Londres et les humains ont une belle part à jouer dans cette aventure ce qui rend ce récit intéressant.

Alicia est une jeune femme au caractère bien trempé, qui a de la répartie et ne se laisse pas faire. Elle est également courageuse et entière et m’a souvent fait rire avec ses réactions parfois excessives. Louis, quant à lui, même s’il est beau, sexy, riche et charmant n’est pas le vampire qui m’a le plus touché. J’avoue que ma préférence va à Melchior, son frère, que j’ai trouvé plus retors, plus déterminé, plus froid.. Louis, malgré son courage et l’attachement qu’il ressent pour Alicia, m’a laissé un goût d’inachevé. Il est beaucoup plus lisse que son frère, plus prévisible.

Les personnages secondaires sont également très intéressants comme par exemple Charlotte, cousine des deux frères, que j’ai beaucoup aimé ou le personnage de Flynn, un vieil homme, qui m’a beaucoup touché également. Par contre pour les « méchants » j’aurais aimé un peu plus de profondeur. J’ai trouvé que même si leurs rôles sont bien définis et qu’ils sont aussi méchants que l’on peut s’y attendre, j’aurai aimé en savoir plus sur eux, leurs motivations. Ce petit manque de développement n’empêche en rien la lecture et ne remet pas l’histoire en cause du tout bien entendu.

Séverine Silbert signe ici un premier roman vraiment agréable et qui m’a beaucoup plu malgré quelques erreurs, rien de bien méchant toutefois. Sa plume est vraiment fluide et plaisante, elle est entraînante avec une histoire bien construite et menée. J’ai hâte de connaître la suite des aventures d’Alicia, Louis et leurs amis car la fin de ce tome 1 laisse présager une suite toute aussi mouvementée et passionnante !

en-conclusion

Un premier tome plaisant et intéressant avec des surnaturels attachants et une histoire à rebondissements dans le Londres victorien..

Ma note : 8/10

 

 

 

 

Chronique Livresque·Romance

Toi. Moi. Et les étoiles. Tome 2 par Nelly Weaver

toi_-moi_-et-les-etoiles_-tome-2-894368-264-432

Fiche Technique :

Autoédition – 331 pages – ebook ou broché – Romance

Résumé :

Après l’accident qui a failli lui couter la vie, Livie se remet doucement au côté d’Ethan et ses amis. Conscient de la deuxième chance qui s’offre à lui, Ethan profite de pouvoir enfin jouir de cette relation qui lui a été si longtemps interdite. Il est bien décidé à se reconstruire à New York et faire une croix sur le passé. Malheureusement, les vieilles habitudes de Livie ne sont pas pour autant derrière elle. Elle compte bien trouver le moyen de contacter son frère tout en sachant qu’Ethan évite toute discussion le concernant. Mais elle refuse de laisser tomber : Greg est sa famille et le seul qui mérite son pardon à ses yeux. Quand les secrets et les mensonges se multiplient, quand Livie comprend qu’elle a plus en commun avec son bourreau qu’elle ne le voudrait, une question se pose. Peut-on combattre le pouvoir du sang qui coule dans nos veines ?

pile-de-livres

Mon avis :

Je tiens à remercier chaleureusement l’auteure, Nelly Weaver, pour sa confiance renouvelée avec ce nouveau service presse et pour sa gentillesse.

Attention, si vous n’avez pas lu le tome 1 (inadmissible !! pourtant je vous en parlais ICI) ma chronique risque de vous spoiler.

L’histoire de ce tome 2 débute pile là où se termine le tome 1. Livie vient d’avoir un violent accident et sombre dans le coma. Ethan est anéanti mais reste à ses côtés et, lorsqu’elle reprend connaissance, il compte bien faire table rase du passé et se créer une vie douillette à New York avec sa bien-aimée. Mais Livie ne l’entend pas de cette oreille, elle veut avant tout reprendre contact avec son frère Greg, le seul membre de sa famille qu’il lui reste et lui pardonner ses erreurs. Elle va donc sombrer dans une spirale de mensonges et de non-dits qui risquent de tout remettre en cause..

J’ai été heureuse de retrouver dans ce second tome tous les ingrédients qui m’avaient plu dans le premier opus. En effet, Nelly Weaver a conservé le principe des changements de narrateur et des sauts dans le temps. J’aime pouvoir comprendre les héros et pour cela la meilleure façon est de pénétrer leurs esprits, entendre leurs pensées et c’est cette possibilité que nous donne ici l’auteure.

Les personnages sont toujours aussi attachants bien que Greg ne soit quasiment pas présent dans cette seconde partie. Livie nous montre un côté beaucoup plus sombre, têtu même si on peut la comprendre. Elle a de nombreux secrets et va se retrouver dans des situations compliquées à cause de cela. Ethan quant à lui est toujours aussi sexy, charmant.. J’aime son côté « enfant espiègle », mais aussi rebelle. J’aime également l’attachement dont il fait preuve pour Livie. Ces deux personnages vont connaître des hauts et des bas, des moments vraiment durs et surtout un mise à l’épreuve de leur amour qui m’a fait presque détester l’auteure (Nelly, non !! ) mais je n’en dis pas plus…

Mes sentiments sont beaucoup plus ambigus concernant Greg. Il reste le grand frère protecteur mais il est également coupable de beaucoup de fautes. Livie semble vouloir les lui pardonner mais il reste à voir si tous (et lui le premier) arriveront à faire de même. Les personnages secondaires prennent également de l’importance, notamment Jenny qui m’a beaucoup émue. On en apprend plus sur sa vie, son parcours, ses secrets.. Le personnage d’Hayden est également très attachant et apporte un peu de légèreté dans cette seconde partie bien sombre.

J’ai apprécié retrouver la plume de Nelly Weaver, qui, comme pour le tome un, m’a complètement embarquée dans son histoire grâce son écriture légère et addictive et à son imagination. Elle a su garder les excellentes bases du premier livre et développer son histoire avec talent. Mon seul bémol ira a une première partie un peu longue, le temps de la convalescence de Livie. J’avais hâte que l’histoire avance mais une fois celle-ci lancée, on ne peut plus l’arrêter. En tout cas pour ma part, je lirais (et vous parlerais !!) du 3ème tome avec plaisir !

en-conclusion

Un second tome tout aussi addictif que le premier où le passé continue à influer sur la vie de nos héros et où chacun va devoir faire des choix… pas toujours faciles !

Ma note : 7.5/10

 

Chronique Livresque·policier·Romance

Les hommes ne lisent pas de romance de Nico Bally

les hommes ne

Fiche Technique :

Auto-édition – 224 pages – ebook ou broché – Feel-good / Policier

Résumé :

Roméo Galli rêve de devenir journaliste criminel. Mais le seul job qu’il parvient à décrocher est la nécrologie de Lady Myrtille, une célèbre romancière qui a écrit une centaine de romances. Trop macho pour avoir déjà ouvert un livre à l’eau de rose, Roméo va devoir s’y plonger sérieusement, surtout qu’il sent que cette mort prétendument naturelle pourrait bien être un meurtre…

Aidé par la charmante petite-nièce de la romancière, hébergé par son père qu’il n’a pas vu depuis vingt ans, coincé entre une éditrice sulfureuse, un vieux grincheux, des jumelles pâtissières et toute la population farfelue du village le plus paumé du monde, Roméo va devoir gérer une enquête tortueuse, une histoire d’amour maladroite et… un lapin et un chat caractériels.

Entre comédie feel-good, romance légère et enquête littéraire, Les hommes ne lisent pas de romance rend hommage aux livres les plus méprisés et les plus lus de l’histoire de la Littérature : les romans à l’eau de rose.

pile-de-livresMon avis :

Un grand merci à Nico Bally, l’auteur, de m’avoir permit de le lire à nouveau en service presse et pour sa confiance renouvelée.

C’est le second roman que je lis de Nico Bally et encore une fois il a réussi à m’embarquer dans son histoire (pour mémoire, son roman TAUPE est juste excellent, vous trouverez ma chronique ICI).

Roméo Galli est un journaliste qui rêve d’enquêtes criminelles.. mais il revient à Croquignole, village de son enfance, contraint et forcé par les aléas de la vie. Il décroche un job pour la Gazette locale : écrire la nécrologie de Lady Myrtille, célèbre romancière tout juste décédée. Et c’est à partir de là que l’aventure commence pour Roméo entre la lecture de romances, les Croquignolais et Croquignolaises, Mister Darcy et Lizzy, ses journées ne vont pas être de tout repos.. sans compter cette odeur persistante de noix de coco..

C’est en compagnie de Roméo que le lecteur va visiter le charmant village de Croquignole, faire connaissance avec ses habitants, apprendre à connaître leurs traditions.. Et il faut dire que malgré son isolement, Croquignole n’est pas le village le plus calme du monde ! Personnellement j’en ai adoré l’ambiance ! C’est un petit bourg très vivant où vous trouverez des commerçants enjoués ou murmurants, où les fêtes et autres réunions se succèdent et où vous pourrez trouver dans toutes les maisons les romances de la célébrité locale : Lady Myrtille.

L’histoire se déroule donc dans ce charmant village et Roméo Galli va s’atteler à interroger les voisins de Lady Myrtille afin d’écrire la nécrologie demandée. Il va très vite soupçonner que le décès de la vieille dame n’est pas si naturel qu’il en à l’air et va mener son enquête. Il va également commencer à lire les romances écrites par Lady Myrtille, qui sait un indice s’y cache peut-être…

J’ai adoré chacun des personnages présents dans cette histoire.. Entre Meg-la-touffe, le docteur Zoé, le vieux Hart ou Mr Galli Père, ils sont drôles, farfelus, touchants.. L’auteur leur a donné une véritable identité une histoire, ils sont bien construits, pensés. Quant au personnage principal, Roméo même s’il arrive à Croquignole plein de préjugés : les campagnards, les romances, il va vivre une aventure personnelle vraiment intéressante. Au delà du fait qu’il mène l’enquête sur la mort de Lady Myrtille, c’est surtout lui-même qu’il va découvrir. Il va devoir se mettre à nu pour vraiment comprendre si sa véritable attente est l’aventure comme il le pense. Et puis.. qu’est ce que l’aventure ?!

Et la myrtille sur le muffin sont tous les extraits des romances qui entament chaque chapitre, j’ai adoré le clin d’œil. Ca m’a même donné envie de lire des romances…  

Nico Bally nous montre ici une autre facette de son talent. Après le Steampunk pour lequel j’avais eu un coup de cœur, le voilà dans un style romance – policier où sa plume est tout aussi efficace ! C’est une lecture fraîche, légère, drôle, sympa, bien écrite . Pour ma part, j’ai passé un excellent moment, j’ai beaucoup ri et je n’ai pas pu le lâcher avant de connaître le fin mot de l’histoire.

en-conclusion

Un roman qui ressemble à un gros cupcake ! Une douceur qui donne le sourire et vous laisse un goût de sucre tout doux dans la bouche..

Ma note : 8,5 / 10

 

Chronique Livresque·Littérature·Romance

Au Rendez – Vous de Camille X Morgan

au-rendez-vous-937327-264-432

Fiche Technique :

Autoédition – 280 pages – ebook ou broché – Littérature sentimentale

Pour l’acheter cliquez sur la couverture ci-dessus

Résumé :

Il y a des promesses qui peuvent sceller une vie. L’année du Bac, Max et ses amis ont fait la promesse de se retrouver dans leur bar habituel à la même date, douze ans plus tard, à l’aube de leurs 30 ans. Dès les vacances, le groupe se sépare pour ne plus jamais se recroiser. Si Max a pris cette promesse au sérieux, c’est qu’il espère trouver dans ce rendez-vous, sa dernière chance de revoir Charline, celle dont il a toujours été amoureux au lycée, et de lui exprimer enfin les sentiments qu’il n’a jamais osé lui avouer. Mais Charline viendra-t-elle au Rendez-Vous ou Max est-il le seul à encore croire en cette promesse ? Entre rencontres inattendues et nouvelles difficiles à encaisser, Max devra faire la paix avec ses sentiments et replonger dans la musique, passion abandonnée depuis trop longtemps, pour reprendre le contrôle de sa vie.

pile-de-livres

Mon avis :

Avant tout, un grand merci à Camille X. Morgan, l’auteur, pour sa confiance renouvelée avec ce service presse. En effet, j’ai lu il y a quelques mois le premier livre de cet auteur très prometteur et ça avait été un coup de cœur (L’horloge de la XIIIème heure). J’étais donc curieuse de le découvrir en catégorie « littérature sentimentale » après un roman Steampunk.

Et bien, je dois dire que Camille X Morgan est un caméléon ! Il m’a littéralement bluffée avec « Au Rendez-Vous » que j’ai dévoré !

Max est un presque trentenaire qui a abandonné sa passion de la musique pour tenir un bar, mais pas n’importe quel bar… En effet, Au Rendez-Vous est le café où lui et sa bande d’amis se retrouvaient pendant leurs années lycée. Ils s’étaient d’ailleurs promis de s’y retrouver 12 ans jour pour jour après avoir passer leur bac. Et le grand jour est arrivé ! Max y voit sa dernière chance de déclarer sa flamme à Charline, l’amie, la bonne copine de l’époque, mais encore faut-il que cette dernière pousse la porte du Au Rendez-Vous…

Vous aurez donc compris que ce roman m’a énormément plu.. Je l’ai trouvé d’une douceur peu commune. Ce livre est emplit de sentiments mais pas de guimauverie. Toutes les émotions vécues par Max et les autres protagonistes autour du zinc de ce bar sonnent juste et authentique. Un roman d’amour du point de vue masculin n’est pas fréquent et celui-ci est une réussite.

Le personnage de Max est extrêmement attachant et émouvant. Amoureux depuis des années d’une jeune femme sans avoir oser le lui avouer il se rend bien compte qu’il est passé à côté de sa vie mais malgré tout il n’arrive pas à évoluer vers autre chose. Il est heureux dans ce bar mais le fait que sa contrebasse y soit exposé est un signe que la musique ne l’a jamais vraiment quitté. J’ai aimé sa gentillesse, sa bonne humeur même si parfois je l’aurai bien secoué un peu pour qu’il soit moins bonne pâte !

Outre Max, Au Rendez-Vous est le bar favori de quelques personnages comme Lisa, jeune femme un peu perdue ou George dont j’ai apprécié la clairvoyance et la sagesse. Charline, quant à elle, me fait l’effet d’une petite souris qui, malgré sa réussite, est timide limite effacée.

L’histoire se passe sur quelques mois durant lesquels Max va devoir faire des choix tant au niveau sentimental qu’au niveau carrière. Il va redécouvrir la musique, la joie de jouer de son instrument. Le roman est plein de moments de vie un peu comme un journal intime dans lequel Max ferait son introspection, chercherait sa voie. J’ai particulièrement apprécié les passages touchant à la musique et j’écris cette chronique en écoutant Why don’t you do right qui est mentionné et qui est maintenant dans ma playlist.. 

Et comme pour son premier livre, j’ai adoré la plume de Camille X. Morgan qui est fluide, efficace, directe. Le style est léger et rythmé ce qui rend la lecture vraiment agréable et prenante. Ce second ouvrage est une réussite, une douceur que je recommande vivement. 

en-conclusion

Un roman d’amour mais sur l’amour au sens large.. l’amour pour une femme, l’amour pour sa passion, l’amour qui nous pousse à faire des choses insensées, qui nous guide.. Max vous attend Au Rendez – Vous ! 

Ma note : 8.5/10