Chronique Livresque·polar·policier·Thriller

Göteborg par Franck Harbour

Quelques informations : 

Librinova – 304 pages – Thriller

Un résumé ? 

Parisienne, membre actif d’un mouvement féministe, Lydie mène une existence paisible. Ses fantômes de l’enfance ne la hantent que par faibles réminiscences jusqu’au jour où un jeune inconnu frappe à sa porte puis disparaît d’une manière pour le moins étrange. 
Epaulée par Christ, ancien agent de l’US Marine Corps devenu majordome, Lydie va tenter de retrouver ce jeune homme qui ne lui est peut être pas si étranger.
Entre intelligence artificielle et mouvement féministe radical, la vérité de leur quête les éloigne, à chacun de leur pas, de celle véhiculée par les médias. Un étrange archipel suédois ne serait il pas l’épicentre d’une guerre de l’ombre d’un nouveau genre ?

livre-plage_0

Mon avis : 

Je remercie chaleureusement Franck Harbour pour l’envoi de ce service presse via le site Simplement.Pro, pour sa gentillesse et sa patience. 

Lorsqu’Oliver part de chez lui, ce matin-là, pour passer un casting et qu’il découvre qu’une très grosse somme d’argent a été virée sur son compte en banque, il pense tout d’abord à une erreur. Mais il est loin de se douter que ce n’est que le début d’une aventure qui va bouleverser sa vie. Sa route va croiser celle de Lydie et à partir de là tout va basculer.. 

Le prologue m’a vraiment semblé difficile à lire. Une jeune fille tenue en laisse au milieu d’hommes prêts à profiter d’elle, ce n’est pas simple. Humiliation, abus, viol, rien ne lui  sera épargné. Puis on comprends au fil de l’histoire l’impact que cette scène, le pourquoi et surtout ce qui en a découlé pour cette jeune fille. 

J’avoue que je ne saurais classer ce roman qui mélange plusieurs genres avec beaucoup de talent. Anticipation, polar, cette histoire nous entraîne sur les traces d’un mouvement féministe existant depuis très longtemps et qui se bat pour le droit des femmes, l’égalité entre les sexes. Mais l’égalité suffit-elle ? Visiblement pas à certains membres des Sœurs de Marie… L’auteur pose de nombreuses questions très intéressantes sur la condition féminine à travers ses personnages, leurs histoires, leurs idées. J’avoue avoir terminé ce livre avec des interrogations plein la tête.. 

L’histoire est très bien menée et l’on suit en parallèle plusieurs personnages. Les principaux sont Lydie et Oliver, chacun se débattant afin de comprendre la situation dans laquelle ils se trouvent. Leurs chemins se croisent et leurs destins se trouvent mêlés grâce à Arto, une sorte de mentor pour Lydie. Les rebondissements et le suspense sont présents à chaque instant et j’ai lu ce roman avec l’impatience d’en connaître le dénouement. J’ai souvent cru l’avoir découvert ou compris et finalement non.. 

Ces deux personnages m’ont beaucoup touchée chacun à leur façon. Lydie par son histoire personnelle, son passé mais également son caractère fort ; Oliver par son passé d’enfant abandonné, par son côté doux et gentil. L’auteur n’hésite pas à maltraiter ses personnages pour leur donner plus de fond et de substance, leur fait connaître la tristesse, la douleur et la cruauté pour les mener là où il le souhaite. 

Franck Harbour a une très belle plume, travaillée et agréable à lire. J’ai pris beaucoup de plaisir à suivre les aventures d’Oliver, Lydie, Christ ou Ange, les aimer ou les détester selon… Je vais suivre cet auteur avec intérêt car j’ai vraiment été conquise par ce livre. 

conclusion-gif-9

Un thriller captivant qui pose de nombreuses questions quant à la condition féminine mais également sur le choix et la façon de chacun de s’engager dans une cause et la défendre. Des personnages bien travaillés et une histoire prenante.. A lire ! 

Ma note : 8.5/10

Chronique Livresque·Romance·young adult

Sous les apparences par Sullian Loussouarn

Quelques informations…

IS Editions – 330 pages – ebook ou broché – Romance / Young-adult

Un résumé ? 

Jonathan, la quinzaine, fait sa rentrée à Ardenne, une petite ville dominée par quelques dynasties bourgeoises. Le garçon, du genre surdoué, le nez toujours plongé dans ses livres, n’a pas le caractère frivole des adolescents de son âge et a toujours été moqué et rejeté. C’est pourquoi ses parents aisés, vivant en Italie, lui ont accordé un éloignement et une indépendance relative puisqu’il est surveillé de près par Ella, une amie de sa mère.

Dès le premier jour, Jonathan est fasciné par la beauté de Selenna, une jeune fille aveugle de sa classe. Celle-ci est mise à l’écart par tout le lycée et même toute la ville, pour un événement datant de deux ans ayant entraîné sa cécité. Lui, va à sa rencontre, l’aide, la défend et tombe vite amoureux. La famille de Selenna est méfiante, puis cède devant la sincérité du garçon.

Au fil du trimestre, commence à se dévoiler la chape de secrets qui entoure Selenna et plombe la ville. Pire, quelqu’un cherche à la tuer. Que s’est-il donc passé deux ans auparavant ? Pourquoi toute la ville lui en veut-elle ?

book_and_rose_by_ladyfatadudesons-d4wdclu

Mon avis : 

Tout d’abord, je remercie chaleureusement IS Editions pour leur confiance toujours renouvelée. C’est toujours un plaisir que de découvrir un nouveau livre issu de leur catalogue. 

Je tiens avant tout à souligner que l’auteur de ce roman, Sullian Loussouarn, est un jeune homme de 17 ans à qui je tire mon chapeau de s’être lancé dans cette belle aventure qu’est l’écriture d’un roman. 

J’ai entamé ma lecture sans avoir trop d’idée de ce qui m’attendais. J’aime, en général, le young adult même si je suis moins romance, mais de temps en temps ça me détend, d’autant que le résumé était un brin mystérieux. J’ai donc plongée dans la vie de Jonathabn, ce jeune homme de 15 ans, vivant loin de sa famille. C’est un jeune homme attachant qui adore lire, est bon élève bien qu’ un peu renfermé. Sa vie de famille semble compliquée et il poursuit ses études loin de ses parents même si Ella, propriétaire du restaurant où il mange le plus souvent et amie de la famille, garde un œil sur lui.

L’histoire débute réellement lorsqu’il croise Selenna la première fois. La jeune fille est incroyablement belle mais aveugle à la suite d’une agression. Tout le lycée semble la détester sans que l’on ne sache autre chose que le fait qu’elle a fait beaucoup de mal auparavant. Ce côté m’a semblé quelque peu incohérent surtout au vu de l’âge des personnages. En effet, Selenna aurait été une peste à 13 ans (ce qui est tout à fait possible, j’en connais !!) Mais de là à lui vouer une haine pareille.. J’espère que l’auteur nous en dira plus dans les prochains tomes ! 

L’histoire tourne autour des deux adolescents, de leur romance naissante, des amitiés partagées ou pas mais surtout autour du fait que Jonathan veut absolument comprendre pourquoi Selenna est aussi détestée. Désir renforcé lorsque la jeune fille est menacée de mort.. Leur amour ne sera pas forcément de tout repos ni simple à gérer, entre la curiosité de Jonathan et la distance que Selenna instaure avec les autres. L’auteur nous entraîne dans le quotidien de Jonathan, ses amitiés, ses amours, son amour de la solitude et sa découverte de la vie à Ardenne qui va se compliquer au fil des pages. 

J’ai été vraiment épatée par l’écriture de Sullian Loussouarn, sa plume est fluide, légère tout en rendant parfaitement la tension ambiante. Ses descriptions et personnages sont travaillés, il amène l’intrigue doucement et distille suspense et révélations avec beaucoup de brio. Malgré un classement en « romance », il y a un côté thriller vraiment agréable qui donne du relief à l’histoire. Mon seul bémol sera pour le côté « déjà vu » des personnages. En effet, très vite, Jonathan m’a fait penser à Bella de Twilight, Ardenne à Forks.. De petites choses qui donnent cette impression et qui parfois m’ont gênée dans ma lecture. Malgré cela, j’ai beaucoup aimé découvrir Ardenne, ses habitants et je lirais avec beaucoup de plaisir la suite des aventures de Jonathan et Selenna. 

Lecture-hiver

Un premier tome vraiment très agréable à lire qui m’a donné envie de connaître la suite ! Une histoire d’amour compliquée, du suspense, des personnages attachants.. tous les ingrédients sont réunis pour passer un bon moment de lecture. 

Ma noté : 7.5/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

Chronique Livresque·nouvelle·suspense

La Dame Du Deuxième par Nora Samir

Quelques informations…

Auto-édition – 37 pages – ebook – Littérature / Nouvelle

Un résumé ?

La vie semble soudainement sourire à Mélissandre. Une place in extremis aux Beaux-Arts et un appart luxueux dans un immeuble haussmannien à Paris. Son bonheur est troublé par une voisine au comportement étrange. Au fil du temps, percer le mystère de cette énigmatique « Dame du 2ème » va devenir une véritable obsession pour la jeune femme. Va-t-elle réussir à la croiser un jour, à lui parler, et peut être à découvrir son secret ?

arbre

Mon avis :

Je remercie l’auteure, Nora Samir, de m’avoir permis de lire cette nouvelle en service presse via le site Simplement.Pro.

Mélissandre est une jeune femme solitaire à qui la vie semble enfin sourire : un bel appartement prêté, une place aux Beaux-Arts.. Une nouvelle vie semble s’offrir à elle ! Sauf, que sa curiosité est attisée par cette voisine aussi invisible qu’énigmatique et percer ce mystère va vite devenir une obsession pour Mélissandre.

Le format nouvelle me plaît de plus en plus même si c’est un exercice difficile pour les auteurs. En effet, il faut réussir à rendre une histoire complète et des personnages travaillés en quelques dizaines de pages ce qui n’est pas évident.

« La dame du deuxième » n’échappe pas à la règle et à la difficulté. Nora Samir a trouvé un très bon sujet qui débouche sur une histoire bien pensée. En effet, la jeune Mélissandre a peu d’amis, pas de famille; seule elle est en quête du bonheur. Elle va effleurer ce but dans son nouvel immeuble, faire des rencontres qui la marqueront. A cela s’ajoute une touche de mystère autour de cette voisine, une pointe de suspense et des personnages plutôt attachants.

Mais malheureusement, le format court n’était peut-être pas la solution… Je pense que l’idée aurait méritée d’être plus exploitée et développée car, du coup, certains faits arrivent de façon un peu rapide voir même comme un cheveu sur la soupe. Ce qui est vraiment dommage même si au final l’histoire se tient.

Mais, à mon sens, le gros point noir de cette nouvelle est la correction. En effet, de nombreuses fautes d’orthographes, de concordances des temps ou des maladresses de langage m’ont gâché le plaisir de la lecture. Et c’est vraiment regrettable ! Je pense qu’il serait judicieux que Nora Samir retravaille un peu cette nouvelle, quitte à en faire un court roman pour que le lecteur apprécie vraiment son idée et qu’elle puisse l’exploiter à fond.

Par contre, je dois dire que j’ai vraiment apprécié le personnage de Mélissandre. En effet, la jeune femme est douce et attachante. Elle m’a touchée et fait penser à une petite souris qui chercherait du réconfort. Un personnage qui, encore une fois, mérite une vitrine bien plus large.

lames-de-livre-d-automne-6469026

Une idée qui mériterait d’être plus développée car « La dame du deuxième » recèle suspense et secrets, de quoi plaire aux lecteurs.

Ma note : 5.5/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

 

 

 

Chronique Livresque·policier·suspense

Royal Cat par Mylène Ormerod

 

Quelques informations…

Editions Dreelune – 360 pages – ebook ou broché – policier / suspense

Un résumé ?

L’inspecteur Arik vient d’être transféré à un nouveau poste. Son supérieur est formel: c’est sa dernière chance dans les forces de l’ordre. Son tempérament fougueux et irresponsable lui a presque valu une mise à pied définitive. Alors, cette fois-ci, il s’est promis de ne plus faire de zèle. Mais voilà que la belle Aneria et son chat disparu débarquent dans sa vie et bouleversent tous ses plans. Ce qui ne devait être qu’une banale histoire de chat perdu se transforme vite en véritable cauchemar. Il s’engouffre dans les rues noires de la ville, se perd dans ses plus sombres travers. Sur les traces d’une menace terrifiante, l’inspecteur Arik arrivera-t-il à protéger Aneria ? Un roman trépidant qui plaira aux amoureux des chats et aux amateurs de polars.

livre et rose rose

Mon avis :

Je remercie vivement Mylène Ormerod, l’auteure, de m’avoir fait de nouveau confiance en me permettant de lire ce roman en service presse.

J’avais lu il y a quelques temps déjà sa nouvelle « A pas de loup » que j’avais beaucoup apprécié tant par son histoire que par l’écriture et la plume de son auteure. J’étais donc ravie de retrouver Mylène Ormerod dans ce roman policier où l’un des personnages principaux est un chat.

Anéria est une habituée du commissariat de sa ville, elle vient signaler la disparition de son chat très régulièrement. Alors, lorsque le petit nouveau, l’inspecteur Arik, prend sa plainte il ne la prend pas au sérieux mais ses collègues lui font vite comprendre qu’il doit rechercher Misty malgré ce qu’il en pense. Mais la disparition de ce chat fugueur n’est que le début d’une enquête qui va les entraîner bien plus loin que la simple recherche d’un chat perdu.

Ce roman se divise en plusieurs parties puisqu’Aneria et l’inspecteur Arik vont vivre plusieurs aventures reliées les unes aux autres. Au début, une simple fugue de chat, rien de bien anormal concernant Misty apparemment mais sa maîtresse est une angoissée. Puis, les deux jeunes gens vont être embarqués dans une aventure bien plus glauque, bien plus sombre. Je dois dire que la première partie m’a semblé un peu longuette, le temps que l’histoire et les personnages se mettent en place, mais j’étais ravie de retrouver la plume de Mylène Ormerod. Le déroulé est plutôt bien pensé puisqu’il va crescendo.  

On passe progressivement d’une histoire que je qualifierai d’un peu loufoque (en effet, qui va signaler que son chat n’est pas rentré de la nuit au commissariat ?) à un thriller assez sanglant et angoissant. A cela s’ajoute une histoire d’amour qui, même si elle prend pas mal de place, est sympathique et agréable à voir évoluer. Elle s’imbrique totalement dans le récit ce qui m’a beaucoup plu.

Les personnages ne m’ont pas tous convaincus mais j’ai beaucoup aimé Misty ! Un chat d’une intelligence rare et un peu hautain, j’adore ! Il est omniprésent que ce soit physiquement ou dans la pensée des protagonistes, il influence leurs décisions et leur permet de démêler les situations. J’avoue avoir un peu moins accroché avec les humains même si Arik est plutôt sympathique et attachant. Par contre, le personnage d’Aneria m’a laissé sur ma faim. Je l’ai préféré à la fin mais j’aurais aimé qu’elle soit plus poussée, travaillée qu’on prenne vraiment la mesure de son caractère. Le personnage d’Olof par contre m’a beaucoup plu.. Bien que sans lien de sang, il tient à Aneria comme à sa propre fille et est limite surprotecteur. 

Retrouver la plume de Mylène Ormerod a été une véritable joie car comme la première fois, j’ai trouvé qu’elle était toujours aussi agréable, fluide et bien travaillée. Elle réussit encore une fois à donner une place importante à l’animal, à lui faire prendre toute sa dimension dans l’histoire. J’ai passé un très bon moment de lecture et j’espère pouvoir continuer à lire cette jeune auteure très prometteuse !

0002333

Une lecture sympathique qui vous entraînera dans les aventures d’Arik, Aneria et surtout de Misty.. Heureusement qu’il veille sur ses humains !

Ma note : 7/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

Chronique Livresque·fantastique·Thriller

Blind par Joseph Kochmann

Quelques informations…

Auto-édition – 495 pages – ebook – thriller fantastique

Un résumé :

Suite à l’horrible massacre de six adolescents, Johan, jeune Orshenois de 16 ans, se réveille dans un étrange tribunal dirigé d’une main de fer par Blind, monstrueux aveugle à la peau brûlée.
Le voici à présent obligé de résoudre tous les mystères d’Orshen :
une fille aux cheveux bleus battue puis tuée, un tatou bipède géant meurtrier, un amoureux transi suivi par de sombres nuages…
Johan parviendra-t-il à faire justice dans cette ville où la neige semble ne jamais s’arrêter ?

magic-book-4BlurBlog-2

Mon avis…

Avant tout, je tiens à remercier l’auteur Joseph Kochmann de m’avoir permis de lire son roman en service presse et pour sa confiance renouvelée.

J’ai découvert la plume de Joseph grâce à Mute le premier opus de cette trilogie. Blind en est le second (en réalité c’est le préquel de Mute) mais chacun peut être lu indépendamment de l’autre.

Orshen est une ville où visiblement la neige tombe en permanence.. Mais les orshenois ont d’autres soucis que les intempéries, 6 adolescents ont été sauvagement assassinés. C’est suite à ce massacre que le jeune Johan se retrouve projeté dans une sorte de tribunal dirigé par Blind, un homme au physique plutôt effrayant et qui n’a visiblement qu’un but : que Justice soit faite !

Dans Mute, j’avais apprécié l’ambiance que l’auteur avait réussi à créer et j’étais ravie de m’apercevoir que cela perdurait dans Blind. Dès le début du roman, j’ai retrouvé ce style gore, sanglant, décalé et original que j’avais tant aimé. En effet, tout y est ici un peu étrange et il faut garder l’esprit ouvert pour plonger dans cette histoire. Le roman se divise en 3 parties, reliées les unes aux autres par un fil conducteur et dans chacune d’elles les jurés vont devoir trouver le coupable d’un crime en suivant les règles édictées par Blind.

De nouveau, je me suis laissée entraîner par la plume de Joseph Kochmann et sa facilité à nous embarquer dans son monde. Je dois même avouer que j’ai une préférence pour ce second tome peut-être parce que j’avais déjà assimilé les codes que l’auteur utilise. Je n’ai pas été dérangée par la violence et les morts (un conseil, ne vous attachez à personne !) au contraire j’attendais de savoir qui serait le suivant et pourquoi.

Blind et Johan sont les 2 personnages « principaux » mais en réalité tous les personnages le sont à leur façon. Ils sont nombreux et malgré cela chacun est unique, original. Qu’il soit vivant ou mort, chacun a un rôle à jouer qui fait tourner la roue, avancer l’histoire. Il faut être attentif aux détails et bien saisir la psychologie de chaque protagoniste ce qui, vue le nombre, est le plus difficile à mon sens mais une fois l’histoire lancée chacun prend sa place. Le personnage de Blind est vraiment intéressant même s’il est souvent effrayant..

Cette fois encore l’auteur aborde à travers sa fiction des thèmes importants et sérieux comme la Justice, l’Amitié. Concernant la Justice, ce roman donne à réfléchir.. Qu’est-ce que la Justice ? Comment est-elle appréhendée par un groupe d’individus devant la rendre ? Les implications et les conséquences ? Ces thèmes sont traités en profondeur sans que cela soit moralisateur. 

Comme je le disais j’ai été ravie de retrouver l’écriture de Joseph Kochmann, sa fluidité et son originalité. Le mélange des genres est toujours présent et toujours aussi addictif ce qui rend cette lecture vraiment prenante. La fin est totalement inattendue et j’avoue être curieuse de découvrir ce que nous prépare l’auteur pour le 3ème et dernier tome..

0002333

Un second tome tout aussi savoureux que le premier, voir plus. Du sang, des morts, une histoire atypique et un roman captivant de quoi passer un excellent moment de lecture !

Ma note : 8/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

Chronique Livresque·suspense·Thriller

Les Pantins marionnettistes, Tome 2 : L’Île du ouï-dire par Samantha Cortenbach

Fiche technique :

Autoédition – 462 pages – ebook ou broché – Suspense / Thriller

Résumé :

Deuxième et dernier volume des Pantins Marionnettistes, le diptyque grand-guignolesque d’une vendetta de masse.

Braham, 1939.

Après le drame du château des Roches, Christian s’est réfugié sur l’île de Braham. Il y retrouve une flopée d’anciens ennemis, réunis là-bas pour refonder la congrégation. En quête de vengeance, il s’entoure d’un groupe d’alliés aux multiples compétences : la communauté. Mais l’imminence de la guerre précipite le départ de leurs ennemis. Pour les retenir de force, ils établissent un plan redoutable, visant à isoler l’île du reste du monde. Par un jeu de manipulation des masses et de falsification de l’information, la communauté grandira jusqu’à s’étendre à l’île entière, pour la plonger dans une psychose collective, qui finira par gagner ses instigateurs…

livre et rose

Mon avis :

Je remercie chaleureusement Samantha Cortenbach de m’avoir permis de lire la suite de son diptyque en service presse et pour sa gentillesse.

La lecture du Tome 1 avait été pour moi une très belle découverte et j’avais donc hâte d’en apprendre plus sur la fameuse île de Braham et surtout d’en savoir plus sur Christian Hann et consorts.

Dès les premières lignes, j’ai de nouveau plongé dans cette ambiance un peu glauque, un peu effrayante qu’est le monde de Christian Hann et, pourtant, j’ai été heureuse de le retrouver !  

On retrouve donc Christian Hann qui vit sur l’île de Braham, loin de l’ambiance du château des Roches mais où il va croiser la route d’autres protagonistes de cette partie de son existence. En effet, d’anciens membres de la Grailleacht, qui ont quitté l’organisation, ont également trouvé refuge sur cette île et il n’en fallait pas plus pour réveiller les envies de vengeance de Christian, faire que le monstre tapi en lui laisse exploser sa haine.

Ce tome 2 est tout aussi captivant que le premier et j’avoue même une préférence pour celui-ci qui m’a plus donné le sentiment de lire un thriller.. La violence y est toujours présente, la soif de sang et de douleur également. On y retrouve tous les ingrédients qui m’avaient plu dans le premier opus mais avec un petit côté plus « calme » (si j’ose dire..). On continue la découverte du passé de Christian initiée lors du tome 1 par Andrea et ainsi comprendre comment il a pu devenir ce tueur froid et sanguinaire. Il va ici, grâce à son charisme et son machiavélisme, réussir à manipuler les foules, à isoler une île complète ainsi que ses habitants et à leur faire croire que c’est pour leur bien. L’histoire est complexe dans son développement mais vraiment prenante et bien ficelée et j’avoue avoir eu du mal à lâcher le livre avant la fin (et pourtant c’est un bon pavé déjà !). J’ai adoré suivre la capacité de manipulations des uns et des autres, leurs excès, les extrêmes auxquels ils ne vont pas hésiter à aller entraînés par la haine, la vengeance et la folie.

Outre l’histoire, les personnages sont vraiment exceptionnels. Samantha Cortenbach leur insuffle une profondeur et une finesse de caractère que j’ai particulièrement apprécié. Le personnage de Christian Hann est marquant, dérangeant, attachant. Il est violent mais je n’ai pas réussi à lui en tenir rigueur, allez savoir le pourquoi du comment.. J’ai aussi un petit faible pour Sarah qui frôle la folie (ou la dépasse allégrement selon les cas) et pour les jumeaux Noah et Adam qui sont tantôt attachants tantôt un peu flippants.. Bref, tous les personnages m’ont marqué aussi bien les principaux que les secondaires qui sont également très bien travaillés.

Ce diptyque est une très belle découverte tout comme la plume de son auteure, Samantha Cortenbach. Elle fait preuve d’une imagination incroyable (et effrayante !!!) mais j’ai vraiment adhéré à l’histoire, à  son écriture riche et subtile et à la façon dont tout est mené. Je vais suivre Samantha avec beaucoup d’intérêt surtout si tous ses futurs romans sont de la même veine que cette série.   

pile-de-livres

Un tome 2 qui complète parfaitement le diptyque entre haine et violence, Christian saura – t- il trouver la force d’oublier son passé pour mener une vie ordinaire..

Ma note : 8.5/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

Chronique Livresque·Thriller

Lune ou l’autre par Frédérique Hoy

lune

Fiche technique : 

Yakabooks Editions – 168 pages – Poche – Roman noir

Résumé : 

Pierre-Octave, dit Pierrot-la-lune, « rêveur dé nitif » et nègre littéraire pour célébrités, voit sa vie basculer le jour où, lors d’un banal contrôle de routine dentaire, il rencontre l’intrigante Claire.
Dentiste au cœur meurtri, la jeune femme au regard noir ébène écrème à toute allure ses rendez-vous pour cause de panique incontrôlée. Rapidement elle lui demande d’écrire le livre qui la guérira. De quoi ? Pierrot, le découvrira bien assez vite.
Sous de faux airs de romance poétique,ce roman bascule en quelques lignes dans la noirceur la plus opaque. Ecrit à la première personne du singulier, cet étrange récit emporte le lecteur de surprises en rebondissements.

livrelecteurs

Mon avis : 

Avant tout, je remercie chaleureusement les Editions Yakabooks pour leur confiance renouvelée en m’adressant ce service presse. 

Pierre-Octave est un homme un peu lunaire aussi bien physiquement que moralement. Il est « nègre littéraire » ou prête-plume pour des personnalités souhaitant laisser une trace à travers leur biographie et même si cela ne lui plaît pas particulièrement il s’en accommode. Jusqu’au jour où Pierrot va croiser le chemin de Claire, une dentiste un peu spéciale, qui va lui demander de l’aider à se guérir en écrivant sa biographie. Mais guérir de quels maux ? Pierre-Octave n’est pas au bout de ses surprises avec la douce Claire..

J’ai tout d’abord été attirée par la couverture. Je trouvais qu’elle était plutôt étrange pour un livre dont le héros se faisait appeler Pierrot-la-lune. La fin du résumé m’a donné un début d’indice : un roman noir… Et moi qui aime ce genre, je dois dire que j’ai été servie ! Frédérique Hoy nous fait basculer tout doucement d’un début de romance à un roman sombre, glauque, bien loin du conte de fée.

Le résumé ne laisse pas du tout présager dans quelle sorte d’intrigue le héros va se retrouver mêler ce qui est juste parfait. En effet, on découvre doucement Pierre-Octave, sa vie un peu banale, sa famille pas très nombreuse, son travail un peu spécial, il se dévoile au lecteur puisqu’il est le narrateur de ce récit. Puis survient la rencontre avec Claire et son regard sombre qui l’intrigue, le déroute et qu’il veut apprendre à connaître. Alors quand la jeune femme lui propose d’écrire son autobiographie pour elle, Pierre-Octave y voit une façon de devenir proche de la dentiste, de se faire apprécier.. Pas sûre que l’idée soit bonne.. 

Le personnage de Pierre-Octave est plutôt atypique, il est assez naïf, plutôt rêveur, quelque peu déconnecté de la réalité malgré tout il garde les pieds sur terre lorsque la situation l’exige. Je l’ai trouvé vraiment attachant dans sa façon d’être , de penser.. Je le cite :

« … Je n’avais jamais fêté mon anniversaire. Vieillir ne m’effrayait pas ; c’était plutôt devenir vieux qui m’angoissait… »

(j’ai tout particulièrement aimé cette phrase). Il s’exprime de façon assez poétique, un peu aérienne. Et j’ai adoré le voir comprendre peu à peu, anticiper..

Cette façon de s’exprimer m’a plu dès les premières pages et je dois dire que je me suis retrouvée scotchée à l’histoire de Pierre-Octave.. J’avais, moi aussi, envie d’en savoir plus sur la mystérieuse Claire, de comprendre où elle nous menait avec sa biographie. Lire leur histoire c’était un peu comme assister à une danse macabre : intrigante, addictive, surprenante.

Frédérique Hoy a une plume particulière, qui utilise les mots, joue avec eux. Elle donne à cette histoire une tournure dont on ne peut pas se douter, imaginer. Je me suis rendue compte d’avoir lu certains passages en apnée un peu dans l’urgence, découvrant avec délice la folie dans laquelle les héros plongent. 

conclusion 6

Un roman sombre qui bouscule le lecteur tant le contenu est inattendu. Si vous êtes adepte de ce genre n’hésitez pas et si non, n’hésitez pas aussi, une excellente façon de le découvrir. Accompagnez Pierrot-la-lune lors de ses visites à Claire et n’oubliez pas de tout noter, vous aurez besoin de preuves.. 

Ma note : 9/10

Vous souhaitez vous procurer ce livre ?  Cliquez ICI

Chronique Livresque·suspense

L’intrus par Annabelle Blangier

l-intrus-964974-264-432

Fiche Technique :

Rebelle Editions – 256 pages – ebook ou broché – Suspense

Résumé :

Le Jeu de la Confiance est l’émission télévisée à la mode : six candidats, enfermés, sont filmés en permanence. Leur mission est de découvrir qui, parmi eux, est l’intrus. Celui qui joue contre eux. Celui qui peut tous les faire perdre. La tension et la violence montent peu à peu, sous le regard avide des caméras. Dans un lieu où tout est permis, la paranoïa peut mener à bien des extrêmes.

pile-de-livres

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie vivement Annabelle Blangier, l’auteure, pour ce service presse et sa gentillesse.

Une télé-réalité, 6 candidats, une maison.. Un enfermement de 3 semaines et un but : démasquer l’intrus pour gagner le pactole de 100.000 € ! Même si cette situation vous parle, dans le Jeu de la Confiance, il n’y a aucune limite, tout est permit pour arriver à ses fins et certains candidats peuvent vouloir gagner à tout prix quelques soient les sacrifices à faire..

J’avoue que ce qui m’a attiré l’œil en premier lieu c’est la couverture. Je l’ai trouvée vraiment belle et intrigante. La lecture du résumé m’a confortée dans l’idée que ce livre allait me plaire, moi qui adore les huis-clos..

Les choses démarrent tranquillement, le lecteur va faire connaissance avec les 6 candidats au Jeu de la Confiance : Derek, Jason, Luke, Malika, Angie et Ellen. Ces 6 personnages vont se dévoiler au fil des pages, nous allons découvrir leurs motivations à participer à ce jeu, leurs caractères, leurs histoires personnelles. Mais nous allons également faire connaissance avec le 7ème personnage de ce huis-clos : les caméras ! En effet, elles ont un rôle extrêmement important dans cette histoire, elles voient tout, elle savent tout, elles influencent les candidats par leur unique présence.

L’histoire est vraiment intéressante, voir évoluer ces 6 personnes enfermées sans aucun contact extérieur est fascinant. On sent arriver le moment où les choses vont déraper, où l’enfermement sera trop dur, on devine (ou pas…) lequel va craquer en premier. On voit les alliances se former ou se défaire, on suit le cheminement de chacun dans la recherche de l’intrus tout en faisant nos propres déductions.. A chaque rebondissement tout est remis en question, et on repart à la chasse aux indices.

Les personnages sont également très bien construits, l’auteure distille au fil des pages des informations concernant chacun des candidats pour nous permettre se reconstituer leurs vies à l’extérieur de la maison. Chacun a une raison plus ou moins bonne d’être là, de participer à ce jeu et surtout de vouloir gagner. J’ai beaucoup aimé les découvrir, chercher à comprendre leurs motivations mais également à essayer de débusquer l’intrus en même temps qu’eux. Certains sont plus attachants que d’autres, certains vont dévoiler des facettes de leurs personnalités effrayantes ou attendrissantes, d’autres vont se montrer implacables, froids ou calculateurs mais une chose est sûre aucun ne sortira indemne de cette maison.

L’auteure a privilégié le côté psychologique de l’histoire, il y a bien entendu de l’action et des rebondissements inattendus mais Annabelle Blangier nous montre à travers cette histoire les extrêmes que l’Homme est capable d’accepter pour parvenir à ses fins mais aussi, et surtout, le machiavélisme dont peut faire preuve La Chaîne pour faire de l’audience. On se rend compte également de la pression que peut représenter le fait d’être filmer sans aucune interruption, de voir chacun de ses gestes ou de ses paroles épiés.

Annabelle Blangier a une écriture fluide, agréable et directe qui fait que l’on est prit au jeu très rapidement et que l’on a envie de savoir jusqu’où tout cela vous mener les 6 candidats. Elle rend cette histoire addictive et j’espère pouvoir la découvrir rapidement avec d’autres histoires.

en-conclusion

Un roman vraiment réussi qui plaira aux fans de huis-clos. Une histoire prenante qui fera se demander au lecteur jusqu’où il pourrait aller pour gagner…

Ma note : 8.5/10

 

 

Chronique Livresque·Thriller

Secrets Mortels : L’intégrale de Sam Carda

secrets-mortels---l-integrale-814748-264-432

Fiche Technique :

Autoédition – 524 pages – ebook ou broché – Thriller

Résumé :

Parfois, un secret trop bien gardé peut coûter cher… Qui oserait pénétrer dans le Domaine des Fontaines, prestigieuse résidence de la plus puissante et influente famille de Bordeaux ? Enora Visconti, propriétaire des lieux depuis toujours, met un point d’honneur à sauver la réputation de sa famille et à garder son image de femme froide intacte. Mais lorsque sa gouvernante, Amélie Beaufort, est retrouvée morte dans le jardin, tout bascule. Accident ? Meurtre ? La réputation des Visconti est ternie, leur nom est cité dans tous les journaux, la vente de leur illustre vin diminue. Quentin Marina, jeune journaliste ambitieux, décide de mener l’enquête afin de dévoiler tous leurs secrets. Mais tout ne se passe pas comme prévu. Un secret en cache souvent un autre. La mort frappe à nouveau. Elle est encore plus cruelle, plus inattendue, plus spectaculaire ! Les secrets, n’en ayez aucun, sinon ils vous tueront ! (Cet ouvrage contient l’intégralité des trois saisons de Secrets Mortels)

pile-de-livres

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie Sam Carda, l’auteur, de m’avoir permit de lire son livre en service presse et pour sa confiance.

Je tiens à féliciter l’auteur pour le choix de la couverture qui est magnifique et tellement représentative de son roman.

Enora Visconti est la propriétaire du fameux Domaine des Fontaines. Elle travaille avec acharnement à garder la réputation de son domaine viticole intacte mais lorsque sa gouvernante, Amélie Beaufort, est retrouvée morte c’est le début d’une descente aux enfers qui commence, surtout pour ceux qui auraient des secrets à cacher…

Dès les premières pages, l’auteur nous plonge au cœur de l’action. Quentin Marina, journaliste, tente de pénétrer le Domaines des Fontaines afin d’y écrire un article qui lancera sa carrière, il faut dire que les Visconti sont très en vue et que tout ce qui à trait à cette famille passionne. Le lecteur est donc de suite prit dans l’action parce qu’entre rebondissements, non-dits, trahisons, secrets et meurtres de l’action il va y en avoir..

Lorsque j’ai commencé à lire ce roman, j’ai de suite remarqué une particularité. Au fil des pages, les secrets se dévoilent. En effet, les personnages ont de très longues conversations et à chaque secret dévoilé un nouveau se met en place. Les dialogues tiennent une part importante du roman, ce qui permet aux protagonistes de mettre les choses au point tout en trahissant ou mentant effrontément. J’avoue que parfois les dialogues m’ont semblé long et j’aurai aimé plus de descriptions pour mieux appréhender l’ambiance ou le contexte.

Je vous parle ici de l’intégrale qui réunit donc les 3 saisons de ce roman. Ce découpage en 3 parties me semble judicieux car au fil des pages il y a beaucoup de secrets qui se dévoilent, d’autres qui sont tus et je pense que tout lire d’un bloc donne une impression de lourdeur à l’intrigue. Ca fait beaucoup à intégrer pour le lecteur, enfin à mon sens..

Mais, pour le coup, on enchaîne les rebondissements et je dois dire que l’auteur a une imagination débordante quand il s’agit de maltraiter ses personnages. On tombe dans le machiavélisme pour certains et Sam Carda n’épargne personne. A chaque page tournée, ou presque, sa révélation.. ce qui m’a donné l’impression au final de lire une « télé-novela », un feuilleton où à chaque épisode l’auteur enfonce un peu plus ses personnages dans les intrigues. 

Côté personnages, j’ai eu du mal à m’attacher à certains surtout Enora qui m’a semblé trop plate et Léa que j’ai trouvé trop naïve. Victor Pontier, l’homme de main d’Evan Visconti, reste mon préféré celui que j’ai trouvé le mieux abouti et le plus « attachant ». De nombreux protagonistes se croisent tout au long de l’histoire, mais malgré tout on ne perd jamais de vue qui est qui.. L’auteur explique bien les liens à travers les différentes révélations et le lecteur suit sans aucun problème.

Un petit bémol toutefois au niveau de coquilles présentes, pas forcément nombreuses mais de celles que l’on remarques (« coup » pour « cou » par exemple). Sans que cela me gâche la lecture j’ai trouvé cela dommage.

en-conclusion

Si vous êtes fan de séries à rebondissements multiples ce livre est fait pour vous ! De la trahison, du chantage, des morts.. Ici les secrets sont une arme que Sam Carda sait manier.

Ma note : 7/10

 

Chronique Livresque·dystopie·suspense

Ruines, Tome 1 Nuit de Sophia Laurent

Ruines

Fiche Technique :

Autoédition – 252 pages – ebook ou broché – Dystopie / Aventure

Résumé :

Alex… Quatre lettres qui se débattent pour rester à flot.

C’est tout ce qu’il connaît de lui. Le reste, ce monde dévasté, ces hommes qui veulent sa peau, son corps aussi détérioré que son esprit et cette bande d’adolescents plus sauvages les uns que les autres… Le reste est flou, vague, sombre.

Il va chercher la lumière à travers cette nuit qui lui est tombée dessus. Et rencontrer dangers, aventures, et… amis ?

pile-de-livres

Mon avis :

Un grand merci à l’auteure, Sophia Laurent, de m’avoir confié son livre en service presse.

J’avoue que j’ai de suite été attirée par la couverture qui est mystérieuse au possible et lorsque j’ai vu que c’était une dystopie je n’ai pas hésité une seconde, un de mes genres préférés !

Une ruelle sombre, un jeune homme se réveille et s’aperçoit très rapidement qu’il n’a plus aucun souvenir. Sa seule certitude reste son prénom Alex. Sa route va croiser une bande d’adolescents qui survit dans ce monde en ruines et il va devoir se battre pour se faire accepter et essayer de récupérer sa mémoire.

Dès le départ, le lecteur est aussi perdu qu’Alex.. On est à l’affut du moindre détail qui pourrait non seulement nous en apprendre plus sur ce mystérieux adolescent mais également sur le monde qui l’entoure et qui ne semble pas très réjouissant. J’ai beaucoup aimé ce mystère qui oblige le lecteur à s’identifier au personnage, à entrer dans sa peau. L’action commence très vite, à peine les yeux ouverts qu’Alex a déjà des ennuis puis sa route va croiser celle de Maxim, chef d’une bande d’adolescents qui forment une sorte d’armée et se battent pour leur survie. 

L’histoire est vraiment très prenante, on tourne rapidement les pages pour combler les blancs, pour en apprendre plus. Il y a de l’action mais aussi une tension psychologique entre les personnages. En effet, Alex n’est pas forcément accepté de tous et va se faire des ennemis sans compter son passé qui le rattrape peu à peu. Mais également des alliés, voir des amis.. J’ai vraiment apprécié la façon dont l’auteure distille les renseignements, un peu au compte goutte, le suspense reste présent tout au long du roman même lorsqu’un minuscule pan du l’énigme est dévoilée.

Les personnages m’ont beaucoup plu surtout Maxim et Beth. J’ai eu plus de mal à m’accrocher à Alex même si j’ai souvent ressenti de l’empathie pour lui. Son petit côté rebelle et insolent le rende tantôt attachant tantôt tête à claque. Beth et Maxim, sont, quant à eux, attachants chacun pour des raisons différentes. Elle pour sa délicatesse mais aussi sa force de caractère et Maxim pour son engagement auprès des enfants et ados qu’il a sous sa responsabilité et son côté protecteur que j’ai trouvé touchant. Tous les protagonistes sont très bien pensés même si parfois j’aurais aimé que l’auteur développe un peu plus leur caractère ou nous donne plus de détails sur leur passé. Peut être en saurons-nous plus dans le second tome !?

En tout cas, je suis vraiment ravie de cette lecture et d’avoir découvert la plume de Sophia Laurent qui est précise, fluide et qui m’a mené exactement là où elle le voulait sans que je m’en rende compte. Généralement je ne parle pas des fins mais là j’avoue qu’elle m’a scié ! J’ai d’ailleurs hâte de pouvoir lire la suite !

en-conclusion

Un très bonne dystopie qui ravira les amateurs du genre mais pas que.. une lecture agréable et addictive qui vous fera passer un très bon moment ! Sophia Laurent est une jeune auteure à suivre !

Ma note : 8/10