Chronique Livresque·polar·policier·Thriller

La femme à la mort par Samuel Sutra

Fiche technique : 

Editions Flamant Noir – 198 pages – ebook ou broché – Polar

Résumé : 

LA ROCHELLE. Le commissaire divisionnaire Jacques Verdier, flic au pedigree irréprochable, s’apprête à prendre sa retraite dans six mois. Bien décidé à se la couler douce, il s’occupe des petits dossiers en cours, mais voilà qu’une touriste russe est retrouvée morte dans une chambre d’hôtel du centre-ville. C’est un suicide. Suicide tellement parfait que l’ambassade s’en mêle et classe vite l’affaire. Trop vite peut-être… Mais Verdier est de ceux à qui on ne la fait pas. Qui est cette femme ? Aucune idée. Que faisait-elle dans cet hôtel ? Pas d’information à ce sujet. Pourquoi a-t-elle fait ce voyage ? Les enquêteurs n’en savent rien. Le commissaire aimerait partir l’esprit tranquille. Il décide alors de faire appel à son vieil ami, Stan, un ex-flic aux manières peu orthodoxes. Ensemble, ils reprennent tout à zéro. Seules certitudes : l’enquête a été bâclée et le corps de la touriste est déjà dans un cercueil plombé en route pour Moscou…

livre et rose

Mon avis : 

Avant tout, je remercie les Editions Flamant Noir de m’avoir permis de lire ce roman vite le site NetGalley. 

Lorsqu’une touriste russe est retrouvée dans sa chambre d’hôtel morte par balle, l’enquête conclue rapidement à un suicide. Peut-être un peu trop rapidement.. C’est ce que crie son instinct à Jacques Verdier, flic à la Rochelle, à 6 mois de la retraite. Pour enquêter en off, il fait appel à son vieil ami Stan, un ex-flic aux méthodes peu orthodoxes. Stan va donc devoir découvrir ce qu’il s’est réellement passé dans cette chambre d’hôtel, fermée à double tour.. 

Dès les premières pages, j’ai accroché à ce roman autant par son histoire que par le style de l’auteur. Et une fois la lecture commencée, je n’ai pas pu le lâcher avant d’en connaître la conclusion.. 

Tout d’abord, le fond.. L’histoire plonge très vite dans le sombre car Stan va creuser la vie de Natasha, la touriste russe. Il va découvrir non seulement son identité mais également son histoire. Il va déterrer des détails troublants, des indices qui vont l’entraîner au fil des hypothèses à douter de plus en plus de la thèse du suicide. Ses méthodes, ses amis, tout indique qu’il n’est plus dans la Police même s’il en garde l’esprit et la logique. L’auteur a un esprit plutôt retors car bien malin celui qui découvrira le fond de l’histoire avant la fin. 

Sur la forme, j’ai également beaucoup aimé ce roman. C’est le premier livre que je lis de Samuel Sutra et j’ai vraiment apprécié sa plume. Son écriture est à la fois légère et travaillée, sombre mais avec des pointes d’humour, il ne se perd pas en descriptions mais donne suffisamment de détails pour que le lecteur imagine chaque scène, chaque pièce, chaque protagoniste. Il mène son intrigue d’une main de maître sans jamais trembler, il pousse le lecteur à se questionner en même temps que son enquêteur et surtout, ses dialogues sont savoureux et sonnent vraiment justes. Samuel Sutra m’a vraiment embarquée grâce à son roman et je le note dans ma liste d’auteurs à lire puisque « La femme à la mort » n’est pas son premier roman. 

L’histoire est captivante et le lecteur va suivre le cheminement de Stan afin de déjouer le casse-tête que Jacques a mis sur sa route. Le personnage de Stan est non seulement intéressant mais également attachant. Il est souvent drôle, tenace, ses méthodes peuvent sembler discutables même si elles donnent des résultats. J’ai vraiment apprécié de suivre cet enquêteur hors norme. Samuel Sutra a réussi à donner de la profondeur à ses personnages, à leur insuffler du caractère qu’ils soient le héros ou un personnage secondaire. Tous sont bien construits et menés. 

Ce roman était déjà paru en 2012 et a été réédité par les Editions Flamant Noir cet été, ce qui est, à mon avis, une très riche idée. De cette façon, les lecteurs vont pouvoir redécouvrir ce très bon thriller que je recommande vraiment. Une lecture qui devrait plaire à tous les fans du genre ! 

N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire si vous le lisez que l’on puisse échanger nos points de vue. 

Conclusion

Un très bon polar qui a su me tenir en haleine du début à la fin ! Un très bon moment de lecture passé en compagnie de Stan à essayer de savoir.. Pourquoi ? 

Ma note : 9/10

Pour acheter et lire de roman cliquez ici

Publicités
Chronique Livresque·Littérature·nouvelle

Sans jamais te retourner par Tony Perraut

Fiche technique :

Autoédition – 54 pages – ebook ou broché – Littérature / Nouvelle

Résumé :

Sans jamais te retourner, tu vas vivre cette journée. Tu vas tout donner, tout penser, tout imaginer. C’est dans cette forêt que tu vas comprendre la solitude, C’est dans ce bus que tu vas ouvrir ton ressenti, Mais tu connais l’issue de cette journée, Tu sais que demain tu ne verras pas le soleil se lever. Alors fonce gamin, va mourir.

Sans jamais te retourner est une nouvelle dramatique ayant pour thème le suicide.

th56910733

Mon avis :

Je remercie l’auteur, Tony Perraut, de m’avoir permis de lire cette nouvelle en service presse via le site Simplement.Pro.

Cela fait un moment que je guette Tony Perraut (euh.. dis comme ça je ressemble à une psychopathe.. je m’explique…) sur les réseaux sociaux ! En effet, je trouve qu’il fait un travail remarquable en communication et qu’il est en plus d’une grande gentillesse. Du coup, j’étais ravie de pouvoir découvrir ses écrits et commencer par une nouvelle c’est parfait. Ce format permet de voir l’esprit de concision, la plume et l’imagination d’un auteur et ce que j’apprécie vraiment..

L’histoire débute sur la dernière journée d’un homme, il va mourir, il le sait.. Dernières actions du quotidien, dernières pensées, dernières émotions.. Tony Perraut crée autour de son personnage un univers qui pourrait être celui de n’importe qui, n’importe quand. Ce personnage  n’a pas d’identité mais c’est sans importance, ce qui prime c’est sa détresse, son trouble. Il s’exprime tantôt en « tu » tantôt en « je », peut-être nous parle – t – il ? Peut – être pas… Cet état de fait m’a demandé un petit temps d’adaptation dans ma lecture mais au fil des pages les choses s’éclaircissent pour mieux s’assombrir alors que l’on comprend peu à peu son histoire, leur histoire.

Cette nouvelle aborde le thème très dur qu’est le suicide. Pourquoi décider de se donner la mort ? Et une fois la décision prise, comment franchir le cap ? Faire le grand saut ? Ce n’est pas simple et Tony Perraut nous entraîne dans les pensées de ce jeune homme, ses sentiments de façon vraiment poignante. Le personnage nous touche forcément, mais peut-on le comprendre ? Peut-on plonger suffisamment dans son esprit pour saisir le pourquoi ? J’avoue que ce thème me touche tout particulièrement et même si j’ai trouvé cette nouvelle très dure à lire personnellement j’ai également été bluffée par la maturité avec laquelle c’est traité et écrit.

L’histoire se déroule avec une sorte d’urgence que l’on sent à travers le rythme des phrases et des chapitres. Les mots, comme s’ils se bousculaient, percutent le lecteur pour mieux l’imprégner de cette décision, de cet acte. C’est bouleversant, c’est poignant et personnellement je suis ressortie de cette lecture vraiment chamboulée, surtout après le clap de fin. Une chose est certaine j’ai adoré la plume de Tony qui est addictive, fluide, imagée, une écriture vraiment maîtrisée et je vais le suivre avec beaucoup d’interêt.

livre et rose

Une nouvelle sur le thème du suicide écrite d’une façon poignante. Un jeune auteur prometteur qui traite ce sujet avec beaucoup de sensibilité et d’émotion..

Ma note : 8.5/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

Chronique Livresque·fantastique·Thriller

28 allée des Ormeaux de Tiffany Schneuwly

28,-allee-des-ormeaux-715130

Fiche Technique :

Lune Ecarlate Editions – 118 pages – ebook ou broché – Thriller / Suspense

Résumé :

À 27 ans, il est grand temps pour Liam de prendre son envol. Lorsque le jeune homme se voit offrir une promotion qui l’enverra bien loin de la maison familiale, il n’hésite pas et se met en quête de son premier appartement. Sise au « 28, allée des Ormeaux », sa nouvelle demeure lui paraît idéale. Jusqu’à ce qu’il se rende compte que ses voisins ont un sérieux penchant pour le suicide. Est-ce une coïncidence ? Quel mystère plane sur le « 28, allée des Ormeaux » ?

pile-de-livresMon avis :

Tout d’abord, je tiens à remercie Tiffany Schneuwly, l’auteure, de m’avoir confié son roman en service presse et pour sa gentillesse.

Liam est un jeune homme de 27 ans qui, boulot oblige, va quitter le nid familial. Il trouve un appartement qui peut lui convenir au « 28, allée des Ormeaux » et après une arrivée en fanfare qui va le mettre de suite dans l’ambiance, il apprend que son immeuble semble être un repaire de suicidaires en puissance. Mais Liam a du mal à croire aux coïncidences..

L’auteure plante le décor dès le début.. Stress et angoisse vont être les fidèles compagnons du lecteur au fil des pages. Il faut dire que l’immeuble du 28 allée des Ormeaux réuni toutes les caractéristiques pour cela : un passé chargé, un futur imprévisible et des locataires qui tombent comme des mouches ! J’avoue que personnellement je n’y aurai même pas déposé mon premier carton que j’aurai fuit à toutes jambes, Liam est bien courageux..

Ce roman est très court mais malgré cela, Tiffany réussit à nous livrer une histoire où tous les éléments s’enchaînent parfaitement et où toutes les réponses sont données. De petits détails mettent le lecteur sur la voie, un peu comme les miettes du Petit Poucet, mais le final reste surprenant. Le côté fantastique est très présent et bien distillé dans l’histoire pour rester crédible et cohérent. J’ai trouvé que les révélations arrivaient au bon moment pour permettre au lecteur de souffler entre deux scènes un peu stressantes.

Le rythme de l’histoire est très efficace malgré un petit manque de détails à mon goût. J’aurai aimé plus de développements pour certaines scènes, en savoir plus sur certains personnages pour assouvir ma curiosité naturelle de lectrice. Malgré ce petit bémol, j’ai trouvé que l’histoire était vraiment addictive et parfaitement menée. Le suspense va crescendo avec des scènes parfois plus dures ou gores que l’auteure a su parfaitement décrire sans tomber dans la caricature mais qui font prendre consciences au lecteur l’ambiance du 28 allée des Ormeaux.

Je me suis dit pour certains passages « non ! elle ne va pas oser ! » mais si.. Tiffany ose et fait bien, car elle nous montre à travers ce roman sa maitrise du fantastique voir de l’horreur.

Les personnages sont pour la plupart très attachants. J’avoue mon penchant pour Marie et Nathalie, deux personnages que j’ai particulièrement appréciés. Liam est un très bon personnage principal même s’il lui manque un petit quelque chose, peut être plus de sentiments. Il semble parfois survoler un peu la situation mais il fait bien de ne pas trop s’attacher à ses nouveaux voisins….

J’ai découvert la plume de Tiffany Schneuwly grâce à ce livre et une chose est certaine : je ne vais pas m’arrêter là ! Son écriture est fluide, sombre dans ce cas là, et très efficace. Elle trouve les mots justes et le ton qui vont embarquer le lecteur dans son histoire et j’ai trouvé sa façon d’écrire vraiment addictive. Una jeune auteure à suivre !!

en-conclusion

Une lecture fantastique vraiment prenante et agréable, à ne pas lire le soir dans le silence d’une vieille maison, vous pourriez vous faire peur…

Ma note : 8/10