Chronique Livresque·Littérature

L’eau de Rose par Laurence Martin

Fiche technique :

Publishroom – 172 pages – ebook ou broché – Littérature

Résumé :

Elle me pointe un petit carnet qui gît le long du caniveau et murmure : – Dites-leur pour moi que je les aime. Je demande : – A qui ? Elle convulse. Je pleure. – A qui ? Elle est partie. La femme qui sortait du cimetière est venue mourir dans mes bras… Je souffle « Je le leur dirai » comme une promesse indestructible. Rose ne sait pas que cette promesse va bouleverser son existence. Au fil des pages de ce carnet, elle remettra en question sa solitude. Elle ira chercher ses réponses, contestera les lois familiales qui érigent le silence sur sa mère disparue il y a vingt ans. Elle apprendra combien la vie peut être belle et l’amour un nouveau départ. Mais, quand l’adversité s’entête, la peur reprend parfois ses droits et la mort ses prérogatives. Rose trouvera-t-elle sa vérité ? Osera-t-elle enfin le bonheur ?

livrelecteurs

Mon avis :

Tout d’abord, je tiens à remercier Laurence Martin, l’auteure, de m’avoir confié son roman en service presse et pour sa gentillesse.

Rose est une jeune femme que la vie n’a pas épargnée. La vie ? Pas seulement… Ce sont surtout les choix faits lorsqu’elle était enfant qui l’ont mené à cette existence solitaire. Rose ne sait pas rire, ne sait pas aimer, ne veut pas s’essayer au bonheur de peur de le perdre. Jusqu’au jour où le destin va mettre sur sa route une femme qui va mourir dans ses bras mais qui va également, peut-être, lui donner la clef de ce bonheur tant convoité..

Laurence Martin a un don. Le don de manier les mots avec douceur, avec tendresse, le don de transmettre des émotions, de les partager, de les faire vivre à travers ses personnages. Et ce don est magique…

Dès les premières lignes, j’ai été happée par la vie de Rose. Un drame a annihilé tout bonheur et tout amour  de son existence mais également de celle de sa sœur et de son père. Ils vivent tels des fantômes jusqu’à ce jour où Rose va devoir lire le carnet de cette femme décédée pour pouvoir remplir sa mission.

Ce récit est le croisement de plusieurs destins, de plusieurs vies, c’est l’histoire de secrets de familles qui détruisent, de silences qui empêchent de grandir.. Les personnages sont, pour la plupart, écorchés, ont subit un deuil qui les a détruit. C’est ce thème de la reconstruction qu’aborde Laurence Martin à travers l’histoire de Rose, des choix que font les adultes pour protéger les enfants, du droit à vivre malgré la douleur et la peine. De ces choix découleront d’autres souffrances comme l’autodestruction, le manque de confiance en soi, en la vie, la fuite, le rejet du bonheur.. Laurence Martin dissèque tous ces sentiments et leurs conséquences à travers un récit très doux et poignant qui m’a profondément touchée.

Les personnages sont tous extrêmement émouvants que ce soit Rose mais également Anna sa sœur, leur père Georges, Victoire, Lubi.. Ils ont tous des fêlures, des blessures qui parfois les empêchent d’avancer, parfois les obligent à partir mais je me suis attachée à chacun d’entre d’eux à travers ces pages. L’auteure a su leur donner vie et me faire ressentir leurs émotions grâce à sa plume fluide et poétique. Malgré un récit très court j’ai trouvé que les personnages avaient une grande profondeur, une grande sensibilité. C’est en cela que Laurence Martin a un don, elle utilise les mots si justement qu’ils prennent tout leur sens et font de ce récit une ode à la vie et au bonheur.

Je tenais à vous partager 2 citations qui m’ont marquée même si j’aurais pu en noter de nombreuses autres..

« Le bonheur c’est comme le pompon sur les manèges des fêtes foraines, parfois tu le laisses échapper, parfois tu oses tendre la main, mais quand tu l’as, tu t’y accroche. »

« Il n’y a pas de remise de peine, libération ou compromis avec la mort des gens qu’on aime. »

en-conclusion

Ce roman est un coup de cœur mais aussi un coup au cœur parce que malgré la peine qui le traverse de part en part chaque mot, chaque page est un hymne à l’amour, à la joie, au Bonheur…

Ma note : 10/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici..

Publicités
Chronique Livresque·policier

Mauvais week-end par Marie Larantec

mauvais

Fiche Technique :

Editions Samarkand – 180 pages – ebook ou broché – Policier et suspense

Résumé :

Guillaume a disparu. Son cheval a été retrouvé sans cavalier. Au pays des lavandes et des chênes truffiers, cette disparition ne manque pas d’inquiéter sa famille et ses amis. Son oncle, Morin, débarque de Paris et de sa fraîche retraite pour aider à le retrouver. Rapidement, Morin se retrouve face à un mystère que ses années d’expérience à la P.J. ne lui permettent pas de découvrir : pas de nouvelle petite amie, pas de raison de fuguer, pas d’ennemis. Pas la moindre piste pour comprendre. Entre François, l’ami d’enfance de Guillaume, Raphaël, le copain flambeur, Louise la petite amie amoureuse, les jeunes ont des projets différents de leurs parents, les Jean, Morin, Amélie et Charles. Des projets qui créent un peu de friction et font revivre aux parents leurs jeunes années. En décousant le fil des différentes activités des uns et des autres et la topographie de la région de la Drôme provençale, Morin va-t-il réussir à lever le voile sur ces projets secrets, et surtout, va-t-il enfin retrouver son neveu ? Dans ce policier qui a tout du cosy mystery, Marie Larantec nous invite dans une enquête qui prend ses racines dans le pays de Grignan. Parisienne jusqu’au bout des ongles, Marie Larantec a découvert la région de Grignan il y a une quinzaine d’années et en sillonné les routes, à la recherche des truffes, des routes perdues et des caveaux des templiers. Elle en a rapporté de nombreux mystères à résoudre.

café et arbre

Mon avis :

Avant tout, je remercie les Editions Samarkand de m’avoir fait parvenir ce service presse et pour leur confiance.

Guillaume vit dans la Drôme provençale et plus précisément à Grignan. Il a des parents, Amélie et Charles, des amis dont François son ami d’enfance, une petite amie, Louise, et un projet professionnel secret. Mais, au cours d’une balade à cheval, Guillaume disparaît et son oncle Mathieu Morin revient dans la région alors qu’il a quitté son poste à la P.J afin d’essayer de retrouver son neveu et d’éclaircir ce mystère.

Ce roman débute doucement, par une description des lieux. L’auteure met en place le décor, introduit les personnages peu à peu.. Puis on entre dans le vif du sujet : la disparition de Guillaume et le retour de son cheval, seul. L’histoire va vite tourner autour du projet secret de François et Guillaume sans que l’auteure ne laisse entrevoir s’il y a un lien avec la disparition du jeune homme. Les deux amis avaient de grands projets et Louise était également impliquée mais ils gardent le silence en attendant le retour de leur camarade ce qui renforce l’énigme. Un mystère entoure également Raphaël, ami de Louise dont le train de vie interpelle. Le rythme de l’histoire est plutôt lent, l’auteure prend son temps pour que chaque personnage prenne sa place, s’affirme dans son rôle et surtout que l’intrigue s’installe.

On sent à travers l’écriture de Marie Larantec tout l’attachement qu’elle porte à la région de Grignan. Ses descriptions sont poétiques mais précises, grâce à sa plume elle instaure une sorte de climat de calme autour de cette région et j’ai eu l’impression de m’y promener. On sent à travers les personnages que les habitants s’y sentent bien, qu’ils s’y plaisent. Elle s’exprime avec des phrases courtes sans emphase ni prétention qui font que malgré l’urgence de la situation de la disparition de Guillaume, la lecture semble paisible.

L’histoire est intéressante et dès le départ on a envie d’en savoir plus sur les personnages, leurs histoires respectives et surtout ce qu’il a pu advenir de Guillaume. Est-il encore en vie ? As-t-il été kidnappé ? Tué ? Des secrets ressortent et épaississent le mystère, parfois au détour d’une simple phrase. Toutefois, j’ai trouvé que parfois le récit manquait de détails, d’explications. Tout va plutôt vite une fois l’histoire lancée et j’aurai aimé que les choses se déroulent un peu moins facilement.

Les personnages étant peu nombreux on les cerne assez rapidement bien que le lecteur ne soit pas à l’abri de quelques surprises. Marie Larantec nous les rend tous attachants de par leurs histoires personnelles, leur vécu mais également leur façon d’être. Certains m’ont plu plus que d’autres, j’ai un attachement particulier pour Violette et Emmanuel, les jumeaux amis de Guillaume. A contrario, j’ai trouvé Amélie beaucoup trop froide pour une mère dont le fils (même grand) a disparu. Elle fait sans doute preuve de pudeur mais j’ai eu du mal à m’identifier à elle.

conclusion 6.png

Un roman policier qui m’a fait penser à un Miss Marple : calme, posé et avec des déductions clairvoyantes. Des personnages sympathiques pour une lecture agréable et qui m’a fait voyager à Grigan.

Ma note : 7.5/10

Chronique Livresque·Romance

Toi. Moi. Et les étoiles. Tome 2 par Nelly Weaver

toi_-moi_-et-les-etoiles_-tome-2-894368-264-432

Fiche Technique :

Autoédition – 331 pages – ebook ou broché – Romance

Résumé :

Après l’accident qui a failli lui couter la vie, Livie se remet doucement au côté d’Ethan et ses amis. Conscient de la deuxième chance qui s’offre à lui, Ethan profite de pouvoir enfin jouir de cette relation qui lui a été si longtemps interdite. Il est bien décidé à se reconstruire à New York et faire une croix sur le passé. Malheureusement, les vieilles habitudes de Livie ne sont pas pour autant derrière elle. Elle compte bien trouver le moyen de contacter son frère tout en sachant qu’Ethan évite toute discussion le concernant. Mais elle refuse de laisser tomber : Greg est sa famille et le seul qui mérite son pardon à ses yeux. Quand les secrets et les mensonges se multiplient, quand Livie comprend qu’elle a plus en commun avec son bourreau qu’elle ne le voudrait, une question se pose. Peut-on combattre le pouvoir du sang qui coule dans nos veines ?

pile-de-livres

Mon avis :

Je tiens à remercier chaleureusement l’auteure, Nelly Weaver, pour sa confiance renouvelée avec ce nouveau service presse et pour sa gentillesse.

Attention, si vous n’avez pas lu le tome 1 (inadmissible !! pourtant je vous en parlais ICI) ma chronique risque de vous spoiler.

L’histoire de ce tome 2 débute pile là où se termine le tome 1. Livie vient d’avoir un violent accident et sombre dans le coma. Ethan est anéanti mais reste à ses côtés et, lorsqu’elle reprend connaissance, il compte bien faire table rase du passé et se créer une vie douillette à New York avec sa bien-aimée. Mais Livie ne l’entend pas de cette oreille, elle veut avant tout reprendre contact avec son frère Greg, le seul membre de sa famille qu’il lui reste et lui pardonner ses erreurs. Elle va donc sombrer dans une spirale de mensonges et de non-dits qui risquent de tout remettre en cause..

J’ai été heureuse de retrouver dans ce second tome tous les ingrédients qui m’avaient plu dans le premier opus. En effet, Nelly Weaver a conservé le principe des changements de narrateur et des sauts dans le temps. J’aime pouvoir comprendre les héros et pour cela la meilleure façon est de pénétrer leurs esprits, entendre leurs pensées et c’est cette possibilité que nous donne ici l’auteure.

Les personnages sont toujours aussi attachants bien que Greg ne soit quasiment pas présent dans cette seconde partie. Livie nous montre un côté beaucoup plus sombre, têtu même si on peut la comprendre. Elle a de nombreux secrets et va se retrouver dans des situations compliquées à cause de cela. Ethan quant à lui est toujours aussi sexy, charmant.. J’aime son côté « enfant espiègle », mais aussi rebelle. J’aime également l’attachement dont il fait preuve pour Livie. Ces deux personnages vont connaître des hauts et des bas, des moments vraiment durs et surtout un mise à l’épreuve de leur amour qui m’a fait presque détester l’auteure (Nelly, non !! ) mais je n’en dis pas plus…

Mes sentiments sont beaucoup plus ambigus concernant Greg. Il reste le grand frère protecteur mais il est également coupable de beaucoup de fautes. Livie semble vouloir les lui pardonner mais il reste à voir si tous (et lui le premier) arriveront à faire de même. Les personnages secondaires prennent également de l’importance, notamment Jenny qui m’a beaucoup émue. On en apprend plus sur sa vie, son parcours, ses secrets.. Le personnage d’Hayden est également très attachant et apporte un peu de légèreté dans cette seconde partie bien sombre.

J’ai apprécié retrouver la plume de Nelly Weaver, qui, comme pour le tome un, m’a complètement embarquée dans son histoire grâce son écriture légère et addictive et à son imagination. Elle a su garder les excellentes bases du premier livre et développer son histoire avec talent. Mon seul bémol ira a une première partie un peu longue, le temps de la convalescence de Livie. J’avais hâte que l’histoire avance mais une fois celle-ci lancée, on ne peut plus l’arrêter. En tout cas pour ma part, je lirais (et vous parlerais !!) du 3ème tome avec plaisir !

en-conclusion

Un second tome tout aussi addictif que le premier où le passé continue à influer sur la vie de nos héros et où chacun va devoir faire des choix… pas toujours faciles !

Ma note : 7.5/10

 

Chronique Livresque·Thriller

Secrets Mortels : L’intégrale de Sam Carda

secrets-mortels---l-integrale-814748-264-432

Fiche Technique :

Autoédition – 524 pages – ebook ou broché – Thriller

Résumé :

Parfois, un secret trop bien gardé peut coûter cher… Qui oserait pénétrer dans le Domaine des Fontaines, prestigieuse résidence de la plus puissante et influente famille de Bordeaux ? Enora Visconti, propriétaire des lieux depuis toujours, met un point d’honneur à sauver la réputation de sa famille et à garder son image de femme froide intacte. Mais lorsque sa gouvernante, Amélie Beaufort, est retrouvée morte dans le jardin, tout bascule. Accident ? Meurtre ? La réputation des Visconti est ternie, leur nom est cité dans tous les journaux, la vente de leur illustre vin diminue. Quentin Marina, jeune journaliste ambitieux, décide de mener l’enquête afin de dévoiler tous leurs secrets. Mais tout ne se passe pas comme prévu. Un secret en cache souvent un autre. La mort frappe à nouveau. Elle est encore plus cruelle, plus inattendue, plus spectaculaire ! Les secrets, n’en ayez aucun, sinon ils vous tueront ! (Cet ouvrage contient l’intégralité des trois saisons de Secrets Mortels)

pile-de-livres

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie Sam Carda, l’auteur, de m’avoir permit de lire son livre en service presse et pour sa confiance.

Je tiens à féliciter l’auteur pour le choix de la couverture qui est magnifique et tellement représentative de son roman.

Enora Visconti est la propriétaire du fameux Domaine des Fontaines. Elle travaille avec acharnement à garder la réputation de son domaine viticole intacte mais lorsque sa gouvernante, Amélie Beaufort, est retrouvée morte c’est le début d’une descente aux enfers qui commence, surtout pour ceux qui auraient des secrets à cacher…

Dès les premières pages, l’auteur nous plonge au cœur de l’action. Quentin Marina, journaliste, tente de pénétrer le Domaines des Fontaines afin d’y écrire un article qui lancera sa carrière, il faut dire que les Visconti sont très en vue et que tout ce qui à trait à cette famille passionne. Le lecteur est donc de suite prit dans l’action parce qu’entre rebondissements, non-dits, trahisons, secrets et meurtres de l’action il va y en avoir..

Lorsque j’ai commencé à lire ce roman, j’ai de suite remarqué une particularité. Au fil des pages, les secrets se dévoilent. En effet, les personnages ont de très longues conversations et à chaque secret dévoilé un nouveau se met en place. Les dialogues tiennent une part importante du roman, ce qui permet aux protagonistes de mettre les choses au point tout en trahissant ou mentant effrontément. J’avoue que parfois les dialogues m’ont semblé long et j’aurai aimé plus de descriptions pour mieux appréhender l’ambiance ou le contexte.

Je vous parle ici de l’intégrale qui réunit donc les 3 saisons de ce roman. Ce découpage en 3 parties me semble judicieux car au fil des pages il y a beaucoup de secrets qui se dévoilent, d’autres qui sont tus et je pense que tout lire d’un bloc donne une impression de lourdeur à l’intrigue. Ca fait beaucoup à intégrer pour le lecteur, enfin à mon sens..

Mais, pour le coup, on enchaîne les rebondissements et je dois dire que l’auteur a une imagination débordante quand il s’agit de maltraiter ses personnages. On tombe dans le machiavélisme pour certains et Sam Carda n’épargne personne. A chaque page tournée, ou presque, sa révélation.. ce qui m’a donné l’impression au final de lire une « télé-novela », un feuilleton où à chaque épisode l’auteur enfonce un peu plus ses personnages dans les intrigues. 

Côté personnages, j’ai eu du mal à m’attacher à certains surtout Enora qui m’a semblé trop plate et Léa que j’ai trouvé trop naïve. Victor Pontier, l’homme de main d’Evan Visconti, reste mon préféré celui que j’ai trouvé le mieux abouti et le plus « attachant ». De nombreux protagonistes se croisent tout au long de l’histoire, mais malgré tout on ne perd jamais de vue qui est qui.. L’auteur explique bien les liens à travers les différentes révélations et le lecteur suit sans aucun problème.

Un petit bémol toutefois au niveau de coquilles présentes, pas forcément nombreuses mais de celles que l’on remarques (« coup » pour « cou » par exemple). Sans que cela me gâche la lecture j’ai trouvé cela dommage.

en-conclusion

Si vous êtes fan de séries à rebondissements multiples ce livre est fait pour vous ! De la trahison, du chantage, des morts.. Ici les secrets sont une arme que Sam Carda sait manier.

Ma note : 7/10

 

Chronique Livresque·Littérature

LE Secret de Sandriana Grey

cover-532

Fiche Technique :

Autoédition – 324 pages – ebook ou broché – Littérature

Résumé :

Avignon, une rue déserte, ou presque. Dans cette rue, une prison ; une prison devant laquelle se trouve une femme totalement désemparée et rongée par la douleur. Comment trouver le courage de passer cette porte grise et glacée pour aller rendre visite à son fils unique. Et si le remède à sa souffrance se trouvait ailleurs dans cette ville. Au détour d’une de ses rues pittoresques ? Ou bien là où elle s’y attend le moins grâce à … un vieillard atypique sorti d’on ne sait où ?

Lorsque Laure, lycéenne de seize ans et fille de paysans, vivant à Châteauneuf-du-Pape, a le coup de foudre pour le séduisant Samuel, étudiant en droit à Paris venu découvrir ce village de Provence, elle est loin de s’imaginer que l’idylle amoureuse que tous les deux vont vivre, et durant laquelle elle découvrira les sentiments amoureux et l’amour charnel pour la première fois, va bouleverser sa vie à jamais.

Quand après le départ de « son bel inconnu » Laure apprend qu’elle est enceinte, malgré les lettres envoyées à Samuel pour l’informer de sa grossesse restées sans réponse, malgré son jeune âge, et malgré le regard pesant des autres, elle décide de ne pas avorter et d’élever seule son fils qu’elle pense être heureux. Philippe est pourtant habité depuis toujours par la souffrance de l’absence de son père. Laure ne soupçonne pas que vingt et un an après avoir vu Samuel pour la dernière fois, la vie de son fils et celle de cet homme, le seul homme qu’elle ait jamais aimé, vont bientôt basculer… basculer au même endroit, en même temps. La vérité est-elle vraiment celle que l’on pense toujours ? Il suffit parfois d’un seul secret pour bouleverser plusieurs vies …

 

pile-de-livresMon avis :

Avant tout, je remercie l’auteure, Sandriana Grey, de m’avoir confié son livre en service presse et pour sa confiance..

Laure est une jeune femme, perdue, anéantie par la douleur. Elle attend devant la porte de la prison d’Avignon de pouvoir rendre visite à son fils qui y est incarcéré. Mais elle doute, elle se sent coupable et après quelques instants devant les portes elle va partir dans les rues et faire une rencontre inattendue. Un vieil homme va lui prêter une oreille attentive et Laure va lui dévoiler ses secrets..

Laure est une jeune femme qui est tombée amoureuse à 16 ans et de cette relation est né Philippe, son fils unique, mais son « bel inconnu » n’a pas assumé son rôle de père et Laure a dû élever son enfant seule. Ce livre raconte l’histoire de Laure, de sa rencontre, de son amour pour cet homme puis pour son fils. C’est Laure, elle même, qui nous raconte son histoire, 20 ans après sa rencontre avec l’homme qui aura changé sa vie.  

Le personnage de Laure est vraiment attachant, touchant.. On la sent entière et forte, elle donne son amour de façon inconditionnelle surtout à son fils qu’elle chérit plus que tout. Elle est très proche de sa famille et aime passionnément son village, sa région. Sa rencontre avec ce vieil homme, dans les rues d’Avignon, va lui permettre de libérer sa parole, d’exprimer tout ce qu’elle a enfouit en elle depuis des années, peut être même de faire en quelque sorte son mea culpa.

J’ai trouvé que ce roman était d’une douceur exceptionnelle. La plume de l’auteure est fluide et surtout très poétique. Elle narre cette histoire comme un conte, un recueil de souvenirs précieux. De vraies questions sont posées et font réfléchir le lecteur.. Faut-il cacher à un enfant l’histoire de son père si celui-ci est absent de sa vie ? Vaut – il mieux lui asséner une vérité cruelle ou le laisser l’imaginer, la fantasmer ? Autant d’interrogations que Laure va se poser et auxquelles elle va confronter sa conscience.

Son histoire est somme toute banale, une jeune fille qui tombe enceinte et se retrouve seule pour assumer. Mais là où les choses ne le sont plus c’est que les deux hommes de sa vie vont se « percuter » à un moment et entraîner la destruction de son petit univers. C’est ainsi que Laure va se retrouver devant cette porte de prison à essayer de puiser la force de voir son fils incarcéré et d’assumer les conséquences de ses choix.

Mon seul bémol concernant ce roman sera les trop nombreuses digressions faites par l’auteure à travers la narration de Laure en descriptions de l’histoire de la ville ou en réflexions philosophiques qui m’ont parfois cassés le rythme de ma lecture même si elles sont vraiment intéressantes et montre une grande maîtrise du sujet.

en-conclusion

Un récit doux et poétique où une jeune femme nous livre l’histoire de sa vie grâce à une rencontre inattendue et sans doute un peu magique..

Ma note : 7/10

 

 

Chronique Livresque·Littérature

La chambre de mamie de Dany Boutigny

chambre

Fiche Technique :

Auto-édition – 216 pages – Ebook et Broché – Littérature

Résumé :

Ce récit vous embarque dans les souvenirs de la Nona. Flora est une étudiante qui se retrouvera bientôt sans logement. Une seule solution s’offre à elle! Celle de cohabiter avec Alice, une nonagénaire complètement délurée. Cette mamie pas comme les autres va l’entraîner dans une spirale infernale, mais lui donner aussi une magnifique leçon de vie. « Ne jamais se fier aux apparences « !

pile-de-livresMon avis :

Un grand merci à l’auteure, Dany Boutigny, pour ce service presse et sa confiance, j’en suis touchée.

Flora est une jeune étudiante qui rencontre quelques soucis avec son colocataire. Elle s’installe donc chez Alice, une nonagénaire à qui sa famille a imposé une présence au quotidien afin de l’aider. Les deux femmes vont cohabiter et partager au fil des pages un peu plus qu’un repas ou un café.. lorsque la confiance s’installe les langues se délient..

Voilà un roman que j’ai lu comme une petite douceur.. Le livre est séparé en deux parties et j’avoue avoir préféré la seconde, toute la partie souvenir m’a beaucoup touchée. J’ai trouvé le personnage d’Alice vraiment attachant, même émouvante à certains moments surtout sa façon d’appréhender la vie. Flora, quant à elle, est un peu trop sage à mon goût mais elle est mignonne et s’attache rapidement à Alice. La relation qui se tisse entre les deux personnages principaux est très joliment décrite, cette rencontre multi générationnelle est intéressante à suivre.

Les personnages secondaires sont également très attachants. Je pense notamment à Romuald dont j’ai apprécié le caractère et son amour pour Alice.

Ce livre raconte l’histoire de deux femmes qui s’apprivoisent doucement. Alice garde précieusement ses secrets enfermés dans une chambre, Flora saura-t-elle surmonter sa curiosité ou craquera-t-elle face à cette serrure fermée à double tour ? Ce roman nous montre qu’une amitié profonde peut naître entre deux personnes qui, à première vue, n’ont rien en commun, que des liens peuvent se tisser malgré la différence d’âge et surtout qu’il faut savoir profiter de chaque moment que la vie nous offre. Une très jolie leçon de vie. Une sorte de « Carpe Diem » qu’Alice nous livre aidée par Flora…

L’auteur a une plume plutôt agréable même si j’ai trouvé que la première partie du roman était plutôt haché. J’aurais aimé des transitions plus fluides malgré tout une écriture très douce et poétique. Lorsque l’on en arrive à la partie souvenirs, la narration est plus naturelle, ce que j’ai beaucoup aimé. 

en-conclusion

Une lecture idéale pour passer un moment cocooning, au calme… Des personnages attachants surtout Alice qui vous fera fondre sans aucun doute…

Ma note : 7/10 

Chronique Livresque·Thriller

Code Victoria de Thomas Laurent

code-victoria-938084-264-432

Fiche Technique :

Zinedi-Publedit – 255 pages – broché – Thriller

Résumé :

Rochehauh. Petit village oublié de tous, où, selon un manuscrit médiéval, serait enfermé le diable lui-même… Un parfait sujet d’article pour Victor, journaliste, parti enquêter trois mois plus tôt, mais jamais revenu. Pour comprendre ce qui s’est passé, son amie Victoria décide de se rendre à Rochehauh. Rapidement, elle est forcée d’admettre que quelque chose ne tourne pas rond. Pourquoi lui interdit-on l’accès au vieux monastère ? Quel secret Victor avait-il découvert dans les pages du codex crypté ? Qui est cet inconnu qui la menace ? Happée dans un dangereux jeu de piste, Victoria n’a d’autre choix que de découvrir la vérité. Plus aucun doute : sa vie en dépend…

pile-de-livres

Mon avis :

Un grand merci à Thomas Laurent de m’avoir confié son livre en service presse et pour sa confiance !

J’avoue que la lecture du résumé m’avait fortement intriguée.. que de secrets semblaient se cacher à Rochehauh.. J’ai donc décidé de vite plonger dans les pages de « Code Victoria » pour les découvrir, et quelle découverte !!

Dès les premières pages, j’ai été happée par l’histoire, j’ai ressenti la chaleur, la fatigue tout comme Victoria. La jeune femme arrive à Rochehauh sous un soleil de plomb, elle y vient afin de comprendre les conditions de la disparition de son compagnon Victor. Elle est de suite frappée par l’ambiance du village perché dans la montagne, les interdictions d’approcher certains lieux, la réticence des habitants à son égard. Mais Victoria va s’entêter et marcher dans les pas de Victor afin de découvrir la vérité, une vérité enfouie depuis des siècles !

Je ne vais pas y aller par 4 chemins, « Code Victoria » a été pour moi un énorme coup de cœur ! L’histoire est exceptionnelle, Thomas Laurent nous livre ici un thriller envoutant, chaque chapitre apportant son lot de révélations ou de mystère supplémentaire. Le lecteur va suivre Victoria dans sa quête d’explications. J’ai particulièrement apprécié l’énorme travail de documentation historique que l’auteur a dû réaliser, tout est parfaitement clair et expliqué avec soin sans que le lecteur ne se perde jamais. Rien n’est laissé au hasard, l’intrigue est vraiment bien ficelée et pensée, un peu comme une toile d’araignée où le lecteur s’enfoncerait un peu plus à chaque page.

J’ai découvert grâce à ce roman la plume de son auteur et j’ai été conquise sans aucune réserve ! L’écriture de Thomas Laurent est fluide, sûre, précise. Il nous mène exactement où il le souhaite, et malgré de nombreuses explications il n’y a ni lourdeur ni temps mort. J’ai vraiment apprécié chaque page, lu chaque mot avec avidité afin de comprendre en même temps que Victoria tous les mystères de Rochehauh et malgré mes nombreuses déductions, je n’ai pas su deviner la fin.

Les personnages sont également touts excellents. Pour une fois, j’ai vraiment apprécié une héroïne ! Victoria est loyale, entière, un peu têtue et surtout touchante. En effet, elle m’a émue au fil des pages.. Son dégoût du café, sa mélancolie, son amour pour Victor en font une héroïne attachante. Les autres protagonistes sont également tous très bien campés, j’ai particulièrement aimé Mathis que j’ai trouvé remarquable. Qu’il soit dans le camp des gentils ou celui des méchants, chacun est extrêmement bien travaillé et étonnant.

Vous aurez donc compris que « Code Victoria » entre dans mon club des coups de cœur par la grande porte ! Je vais non seulement me précipiter sur le précédent roman de l’auteur mais je vais dorénavant le suivre avec un grand intérêt.

en-conclusion

Un thriller exceptionnel qui vous fera pénétrer dans une histoire – labyrinthe où chaque détail a son importance.. A lire de toute urgence !!

Ma note : 9.5/10

 

Chronique Livresque·fantastique

La Terre des Ombres de Brice Milan

ombres

Fiche Technique :

Wattpad  – 268 pages – ebook – Fantasy

Lien pour le lire : https://www.wattpad.com/story/78943868-la-terre-des-ombres

Résumé :

Le jour de sa majorité, les sombres pressentiments de la princesse Erina se réalisent. Son frère Erik, le roi, est détrôné par un de ses féaux, qui s’est allié aux envahisseurs. Leur plus farouche conquérant, le duc Dambre, lance ses armées contre les terres du Nord.
 Après s’être miraculeusement échappée du château familial, Erina, contrainte à l’exil, entame un long périple accompagnée d’un gabarier et d’un chef de bande. Mais un assassin impitoyable, Morsange, soudoyé par ses ennemis, s’est lancé à sa poursuite.
 En chemin, la jeune femme découvrira la destinée tragique de ses parents, et peu à peu révélera sa véritable nature. Pendant ce temps, le tyran qui règne sur le territoire des Ombres attend son heure…

pile-de-livres

Mon avis :

Tout d’abord, je tiens à remercier Brice Milan, l’auteur, pour sa confiance. En effet, c’est le second service presse qu’il me confie et j’en suis ravie.

Le jour de sa majorité toute la vie d’Erina, jeune princesse, vole en éclat. En effet, son frère le Roi Erik est déchu, trahi par l’un de ses féaux et elle est contrainte à fuir pour sauver sa vie. Au cours de son périple, elle va faire des découvertes la concernant ainsi que sa famille qui vont remettre toutes ses croyances en cause. Sa route croisera celle d’amis fidèles mais aussi d’ennemis jurés et sera semée d’embûches et de dangers.

J’ai été ravie de retrouver la plume de Brice Milan et j’avoue l’avoir préféré dans ce style littéraire qu’est le fantasy. Sa façon d’écrire est vraiment bien adaptée à ce genre et colle parfaitement avec le récit (hormis 2/3 dialogues que j’ai trouvé un peu trop pompeux).

De nombreux personnages se dévoilent au fil des pages, leurs destinées vont se croiser, s’entremêler et faire avancer l’histoire vers une fin de tome 1 inattendue. J’ai particulièrement apprécié le Duc Dambre, un méchant comme je les aime ! Retors, vil, il ne recule devant rien.. Je l’aurai aimé un peu plus développé mais il a déjà une forte personnalité bien campé. Erina est très attachante, elle est très jeune et ça se ressent par moment ce que j’ai apprécié. Elle est très charismatique et sa détermination est impressionnante, tout comme l’étendue de ses pouvoirs. Tous les autres protagonistes de cette histoire sont également bien réalisés et pensés avec une mention spéciale à Barbe Lame.

Le récit est vraiment prenant et très vite on entre dans l’histoire lorsque les félons s’attaquent au Roi Erik et obligent Erina à fuir le château. La quête de la jeune femme va l’amener à traverser des terres désolées où le froid règne en maître. En parallèle se déroulent les histoires des autres personnages et j’ai aimé cette façon de ne pas rester statique sur l’héroïne, de suivre l’évolution de toutes les histoires. On va suivre leurs destinées à tous jusqu’à ce qu’elles se rejoignent. J’ai tout particulièrement aimé le passage sur la Terre des Ombres, les lieux étant vraiment bien décrits.

Le seul bémol que j’aurai à formuler est plutôt sur la forme, le fond étant bien travaillé. En effet, j’ai trouvé que par moment l’histoire allait un peu vite, j’aurai voulu parfois plus de détails ou d’explications, que l’auteur s’attarde sur certains aspects concernant un personnage ou un partie de l’histoire. C’est le problème avec le fantasy, le monde où évoluent les protagonistes étant, la plupart du temps, inventé le lecteur a besoin de pouvoir bien imaginer les choses.

en-conclusion

Une lecture plaisante malgré quelques détails manquants, un monde où les traitres et les méchants sont légions et où la princesse Erina va devoir batailler pour sa vie.

Ma note : 7/10