aventure·Chronique Livresque·dystopie·Jeunesse

Horizons #1 Sombre balade par Lysiah Maro

Quelques informations… 

Inceptio Editions – 326 pages – ebook ou broché – Dystopie

Un résumé ? 

2107.
Deux ans plus tôt, le monde est dévasté de façon brutale et soudaine. Aujourd’hui, il n’en reste que des ruines, de la poussière et des cadavres. Les rares rescapés tentent de subsister, tiraillés entre les milices locales et les grandes organisations qui se disputent les territoires épargnés tels des vautours.
C’est à travers une France hostile et ravagée par la folie des Hommes que Xalyah, une jeune femme solitaire et endurcie, brave tous les dangers pour accomplir son seul et unique objectif : retrouver les siens. Le reste n’a pas d’importance, les autres non plus. Sauf qu’elle réalisera bientôt que pour parvenir à ses fins et survivre, il lui faudra accepter de baisser la garde et faire les bons choix…

cool-abstract-city-wallpaper-11039-wallpaper-aws-hd-wallpapers

Mon avis :

Avant tout, je remercie Inceptio Editions pour l’envoi de ce service presse et pour leur confiance. Je découvre cette maison d’édition grâce au site Simplement.Pro et je suis ravie ! Leur catalogue compte de nombreux titres qui semblent plus intéressants les uns que les autres.. 

Le monde a basculé dans l’horreur lors de la Rupture. Et c’est dans ce contexte que Xalyah recherche sa famille en jonglant entre éviter les milices et trouver de quoi se nourrir. Lorsque son chemin croise celui d’autres survivants, elle comprend bien que dans ce nouveau monde la solitude n’est pas toujours la solution..

Voilà exactement le genre de livre qui me plaît généralement : une héroïne solitaire, un monde post-apocalyptique.. Alors j’étais ravie de plonger dans ce roman de Lysiah Maro pour voir ce qu’elle avait réservé à notre civilisation. 

Je dois avouer que j’ai eu un peu de mal au début.. En effet, beaucoup d’informations pas toujours très claires mais au bout de quelques pages, j’étais embarquée dans cette histoire. Xalyah est une jeune femme solitaire et plutôt badasse, elle sait se défendre et s’assumer seule dans ce monde hostile. Elle va malgré tout devoir s’unir à un groupe d’autres survivants même si cela ne lui plaît pas forcément. Elle cherche à retrouver sa famille et ce n’est pas une mince affaire dans ce monde où tout a volé en éclat. Le monde tel que nous le connaissons a basculer dans le chaos et survivre y est très dur. Mais Xalyah fait preuve de courage et de pugnacité et elle est résolue à retrouver sa famille coûte que coûte. 

L’auteure pose dans ce premier tome son histoire. Elle nous explique le monde tel qu’il est devenu, le pourquoi, le comment et surtout le devenir de l’humanité. Se terrer ou faire parti des milices, les choix ne sont pas très vastes.. J’ai beaucoup aimé ce mélange de monde détruit, de quête personnelle et de technologies futuristes. Lysiah Maro nous dévoile au fur et à mesure la difficulté qu’ont les survivants à se loger, se vêtir ou se nourrir. Les biens les plus précieux peuvent être un manteau, des gants ou une arme à feu.. L’histoire avance doucement, les faits s’enchaînent entre scènes de combats et explications. 

L’héroïne, quant à elle, m’a vraiment beaucoup plu (et pourtant ce n’est jamais gagné). Xalyah est endurcie par la vie et par son éducation, c’est une solitaire qui ne veut surtout pas s’attacher aux autres. On en apprend au fil des pages sur sa vie, son passé, son caractère. Elle est forte mais avec son côté tendre (qu’il faut bien chercher !). C’est une héroïne comme je les aime ! Les autres personnages sont tous très secondaires même s’ils font partie intégrante de l’histoire comme Khenzo par exemple. J’ai hâte d’en apprendre plus sur lui..  J’ai également beaucoup aimé le personnage de Jérémy qui m’a souvent fait sourire.. 

Je découvre grâce à « Horizons » la plume de Lysiah Maro et je dois dire que j’ai été conquise. Elle est actuelle, fluide et totalement adaptée à son histoire. Les dialogues sonnent justes, les descriptions ne sont pas trop lourdes et l’histoire tient la route. c’est pour moi une très belle découverte et je vais suivre cette jeune auteure avec beaucoup de plaisir. J’ai maintenant hâte de connaître la suite des aventures de Xalyah ! 

lames-de-livre-d-automne-6469026

Une lecture prenante où l’on suit Xalyah dans un monde détruit.  Retrouvera-t-elle sa famille ? Une chose est certaine c’est que sa quête risque d’être compliquée.. 

Ma note : 8/10

Un petit tour sur le site d’Inceptio Editions pour acheter et lire ce livre.. 

Chronique Livresque·Science fiction·steampunk

Kerys tome 2 : Ceux du dehors par Catherine Loiseau

Quelques informations…

Autoédition – 334 pages – ebook – Steampunk / science-fiction

Un résumé ? 

Plus de six mois ont passé depuis la victoire des humains sur les Abominations et la clôture de toutes les failles.

Kerys goûte la paix retrouvée ; Honoré Rocheclaire et Artémise Bouquet convolent en justes noces. La fête sera courte : le moment est venu de secourir Érika Zhaan, retenue prisonnière dans une faille à proximité de Sainte-Victoire. Au cours de leur incursion en territoire ennemi, les mercuriens découvrent l’ampleur de la menace. Les Abominations n’ont pas décidé de passer leur chemin, au contraire, elles semblent avoir trouvé un appui inattendu chez certains humains : les individualistes. Ces nouveaux alliés semblent avoir pour but d’abattre à la fois le gouvernement et les brigades du mercure.

Face à ces menaces, Honoré, Artémise, Erika et les mercuriens vont devoir rivaliser d’ingéniosité et courage…

Ceux du dehors est le deuxième tome de Kerys, trilogie mariant action, steampunk et ambiance lovecraftienne, le tout sous forme de comédie !

5156185_dca5e

Mon avis : 

Je remercie chaleureusement Catherine Loiseau pour l’envoi de ce service presse et pour sa gentillesse. 

Un roman de Catherine Loiseau, c’est comme un bonbon au caramel, quand je l’ai entre les mains, je me lèche les babines d’avance ! 

« Ceux du dehors » est le tome 2 d’une trilogie Steampunk, je vous ai déjà parlé du tome 1 « Ceux du mercure » que j’ai beaucoup aimé.. Mais attention ma chronique risque de vous spolier le tome 1 si vous ne l’avez pas encore lu. 

L’action reprend environ 6 mois après que Ceux du mercure aient « botté les fesses » des Abominations. Dès la première scène, j’ai replongé dans l’humour que j’apprécie tant de cette auteure. En effet, nous sommes témoins du mariage d’Honoré Rocheclaire et d’Artémise Bouquet et je dois dire que la Mme Rocheclaire mère m’a vraiment fait rire. Pauvre Honoré.. Mais cette petite parenthèse enchantée ne va pas durer; en effet la victoire ne s’est pas faite sans pertes.. Erika a été enlevée par les envahisseurs et il va falloir songer à la tirer de cette situation. 

Ce second tome est parfaitement dans la lignée du 1er : de l’action de l’humour, des rebondissements et toujours des personnages charismatiques. Certains ne sont plus (je dois dire que Maximilien m’a beaucoup manqué) mais d’autres prennent plus d’ampleur sans compter les petits nouveaux que l’on découvre. L’évolution des personnages est toujours aussi intéressantes surtout pour les personnages féminins. En effet, Artémise prend en main sa destinée un peu poussée par Simonet. Le personnage d’Eléonore m’avait déjà beaucoup plu lors du précédent tome et on la voit ici grandir et s’imposer (avec parfois un peu de mal..). Erika et Ripley sont également indispensables à l’histoire et vont changer au fur et à mesure. Le personnage masculin qui m’a le plus plu est Octave Simonet même s’il est un peu différent que dans le premier tome. Son esprit manipulateur me plaît toujours autant et le voir au fil des pages c’est comme assister à une partie d’échecs. 

Ce deuxième opus va également voir l’émergence de nouveaux problèmes pour les kérysiens, des soucis dont on trouvent un étrange échos dans notre société : crise économique, chômage,  etc.. après qu’ils aient vécu un âge d’or particulièrement fleurissant grâce à la Canne Bleue. Tous ces tracas vont faire que l’histoire va évoluer différemment que ce que je pensais. En effet, lorsque la paix sociale n’est plus, les gens se tournent parfois vers des choix discutables. Catherine Loiseau aborde ici des thèmes non seulement très actuels mais qui nous touchent tous. 

J’ai donc passé un excellent moment de lecture encore une fois grâce à Catherine Loiseau et à son roman où se mélangent subtilement Steampunk, science-fiction, humour et amour.. L’écriture de l’auteure est toujours aussi active et prenante. Une plume légère grâce à laquelle on voyage sans mal dans Kérys mais aussi à travers les failles, au gré de l’imagination de cette auteure pleine de talent. Et une mention spéciale pour la couverture, qui est, comme pour chaque livre de Catherine, une véritable réussite !  Il me tarde maintenant de retrouver Honoré, Artémise, Erika et tous les compagnons pour la conclusion de cette trilogie ! 

papillon

Un suite réussie qui prolonge l’aventure des kérysiens et de ceux du mercure, les Abominations n’ont qu’à bien se tenir ! 

Ma note : 9/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

Chronique Livresque·Science fiction·steampunk

L’architecte du temps par Chris Red

 

Quelques informations…

Auto-édition – 386 pages – ebook ou broché – Steampunk / Science-fiction

Un résumé ?

Londres. 1851.Edgar Stone est un inventeur aussi renommé que décrié. Une humiliation publique lui a valu d’être la risée des journalistes, et notamment de Charles McCartigan, l’employeur de Rose Cunningham, sa compagne. Déterminé à laver son nom souillé et à prouver sa valeur, il a défié les lois du temps pour présenter ses futures créations lors de la première Exposition Universelle de l’ère moderne. Devant la reine Victoria, la souveraine de l’Empire britannique, et accompagné de son fidèle assistant, Richard Morris, il compte prouver à tous son talent et son ingéniosité. Mais surtout, il rêve de rendre le monde meilleur et d’accélérer la croissance industrielle de sa nation. Tout semble se dérouler à merveille…… Jusqu’à l’apparition de l’inspecteur Samuel Grant, haut gradé au sein de la division temporelle de Scotland Yard qui va le conduire en 1999 dans un Londres futuriste où l’attend son procès. Inclus : La nouvelle Voyage hors du Temps qui a donné vie au personnage de L’Architecte.

steampunk

Mon avis…

Je remercie tout d’abord l’auteur, Chris Red de m’avoir offert de lire son roman en service presse via le site Simplement.Pro et pour sa confiance renouvelée. J’avais, en effet, lu l’année dernière « Les fils du Destin » et j’avais beaucoup aimé ce premier roman dans le genre science-fiction. 

Vous me connaissez depuis suffisamment longtemps pour imaginer ce qui m’a de suite plu dans ce livre.. non ? Allez un indice ! Elle est magnifique… La couverture bien sûr ! Elle est à l’image de tout ce que j’aime dans le genre Steampunk et je ne pouvais que craquer. Puis la lecture du résumé a finit de me convaincre et j’ai plongé avec délectation dans cette histoire..

Après un énorme fiasco, Edgar Stone, inventeur de son état,  participe à la première Exposition Universelle de 1851 sous le regard de la Reine Victoria. Il est bien décidé à faire oublier le passé et la présentation manquée qui a fait de lui la risée du tout-Londres. Sauf qu’un inspecteur de Scotland, Samuel Grant, vient l’arrêter pendant ce grand évènement sous le regard de sa compagne, Rose Cunningham. Cet inspecteur va emmener Edgar dans un voyage un peu particulier.. un voyage dont la destination est l’année 1999..

Chris Red, une fois encore, nous entraîne dans un roman de science-fiction et d’aventure. Ici pas de planètes à visiter mais des époques avec des voyages dans le temps et surtout (pour mon plus grand plaisir !) du Steampunk.. On retrouve plusieurs codes de ce genre littéraire dans ce roman avec tout d’abord l’époque (l’ère Victorienne), des inventions.. certains m’ont un peu manqué comme par exemple les descriptions du dress-code mais c’est sans conséquence sur l’histoire. Edgar Stone va devoir assumer les conséquences de ses actes et affronter l’Architecte du temps pour avoir mis en péril l’humanité toute entière.

Ce roman donne à réfléchir et pose la question du « tout-technologique » et de ses conséquences. A travers le personnage d’Edgar Stone et de ses inventions, c’est une critique de notre société et de nos choix que nous pouvons décrypter sans que cela soit moralisateur puisque l’histoire est bien menée et reste dans la science-fiction. L’idée est intéressante et j’ai beaucoup aimé les différentes réalités qui se mettent en place au fur et à mesure de la lecture. L’action est très présente et on ne s’ennui pas un instant au fil des pages. Des personnages hauts en couleurs viennent pimenter l’histoire et ajouter du suspense, je pense notamment à Archimède, le droïde, que j’ai trouvé vraiment attachant.

Les personnages sont intéressants et plutôt bien construits. J’ai beaucoup aimé les personnages principaux que sont Edgar et Rose mais j’avoue avoir eu un faible pour l’Architecte et ses compagnons. Encore une fois, grâce à ce personnage loufoque et hors du commun Chris Red nous démontre l’étendue de son imagination. Le personnage de Rose est également très intéressant d’autant que c’est une femme de caractère, ce que j’apprécie chez les héroïnes. Elle va faire tout son possible pour aider son compagnon quitte à se mettre en danger.  

J’ai apprécié me retrouver plongée de nouveau dans un univers créé par Chris Red, son imagination est débordante et l’action y est omniprésente. Son écriture est toujours aussi agréable même si j’aurai aimé parfois un peu plus de légèreté. L’Architecte du temps m’a fait passé un excellent moment de lecture et le joli petit bonus est une nouvelle à la fin de ce roman grâce à laquelle on découvre la première apparition de ce personnage.

Lecture-hiver

Une lecture agréable et distrayante où l’action et le suspense sont omniprésents. Un univers intéressant et un Architecte du temps loufoque qui m’ont tenu en haleine tout au long de ce roman.

Ma note : 8/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

Chronique Livresque·espionnage·Science fiction·Thriller

La Liturgie des anges, Tome 1 : L’Idiosyncrasie par Alex Parker

Quelques informations…

Auto-édition – 325 pages – ebook ou broché – Espionnage

Un résumé ?

Hacker multimillionnaire sans identité et sans attache, Ted Smith ignore que les données ultrasensibles qu’il vient de dérober vont bouleverser sa vie à jamais. Traqué par les Services de Renseignement, il apprendra bientôt qu’il est porteur d’un effroyable virus semeur de mort. Mais ce n’est là que le début de révélations bien plus extraordinaires… Misanthrope pourtant doué d’empathie, Ted se refuse à excuser le comportement de ses semblables. Il parvenait jusque-là à se dissimuler aux yeux de la société… Qu’en sera-t-il à présent ? Qui est-il vraiment ? Quelle est l’étendue de ses pouvoirs ? Et quel est son véritable rôle ? Découvrez l’histoire d’un homme dont la destinée pourrait bien embraser celle de milliards d’individus, voire de l’humanité tout entière !

lames-de-livre-d-automne-6469026

Mon avis…

Tout d’abord, je remercie chaleureusement l’auteur, Alex Parker, pour l’envoi de son roman en service presse.

Ted Smith est un hacker extrêmement doué et très riche. Il se fond dans la masse sans identité et comme il le dit lui même « je ne suis personne ». Sauf que sa vie va basculer et il va être prit dans un engrenage risqué duquel il n’est pas certain de sortir vivant. Lorsqu’il va croiser le chemin de Marcus et qu’il va découvrir qu’il est porteur d’un virus unique et terriblement dangereux il va se trouver à la croisée des chemins..

J’ai tout de suite été attirée par la sublime couverture de ce roman, j’en apprécie le mystère qu’elle recèle. Il faut dire qu’elle a été réalisée par Matthieu Biasotto dont j’adore le travail et qui a un talent immense.

Puis j’ai commencé ma lecture et j’ai suivi Ted Smith dans un café où il essaye de voler des données sensibles à un homme. Pourquoi ? Comment ? A chaque action de nouvelles questions, puis l’histoire démarre réellement et tout se met peu à peu en place. Ce livre est un mélange des genres vraiment bien réalisé entre science-fiction, thriller, espionnage on ne s’ennuit pas. Il faut dire que l’auteur sait amener les rebondissements, les fausses pistes, il sème les indices et les mensonges et il ne ménage pas ses personnages. De courses poursuites en trahisons, il ne faut se fier à personne..

Le personnage de Ted Smith est plutôt difficile à appréhender. Il est très discret voir effacé et énigmatique alors il se dévoile peu. Il est malgré tout attachant car on le sent perdu dans toute cette folie qui l’entoure et dont il ne sait comment se défaire. Au fur et à mesure de la lecture on prend conscience de ses capacités et de ce qu’engendre ce virus dont il est porteur. Les autres personnages sont plutôt nombreux mais celui qui se détache vraiment du lot est Marcus. J’ai également eu du mal  le cerner, à comprendre ses motivations mais il est vraiment bien réalisé.

Au delà d’une histoire palpitante et d’un héros hors du commun, ce qui m’a frappée dans ce roman c’est l’écriture. Alex Parker a visiblement mis 2 ans pour écrire son histoire et je n’en suis pas étonnée tant le texte est travaillé. Un vocabulaire et des tournures de phrases recherchés, un texte riche en description et un gros travail de recherches c’est un régal à lire ! sauf… pour les dialogues. J’avoue que j’aurais apprécié plus de simplicité lors des dialogues car du coup j’ai eu du mal à y adhérer. Malgré ce petit bémol, c’est une très belle lecture et j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir ce premier tome !

Lecture-hiver

Une lecture prenante au mélange des genres, entre action, poursuites et révélations un très bon moment de lecture !

Ma note : 8/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

Chronique Livresque·Science fiction

Le Voile par Guillaume Lecasble

Fiche technique :

Editions TohuBohu – 171 pages – ebook ou broché – Littérature

Résumé :

Un Voile va finir par obscurcir et éteindre le ciel, un voile créé par des milliers de voix enregistrées. Pendant des années d’écoute, d’espionnage, de vol, de stockage, d’enfermement des voix humaines, leurs âmes se sont accumulées au-dessus de la terre. WW est auteur, il cherche deux personnages pour son nouveau roman, dont ce monde bientôt silencieux sera le théâtre. Joshua Lecoeur et Chafia D’Amour répondent à l’appel, c’est leur histoire d’amour que nous raconte WW, sous la plume de Guillaume Lecasble.

Joshua@beme.com – Destinataire : ww@ww.ca

— Bonjour WW, mon nom est Joshua Lecoeur. Être un personnage dans un roman m’intéresse. J’ai 31 ans. Je suis français. Je vis à Montréal depuis dix ans pour pouvoir rendre visite à mon père qui est interné dans un centre de psychiatrie à Niagara Falls.

ww@ww.ca – Destinataire : Joshua@beme.com

— Merci de votre réponse. Vous n’êtes donc pas effrayé par la perspective de mourir à la fin du livre ?

Joshua@beme.com – Destinataire : ww@ww.ca

— Si c’est ma dernière chance de connaître l’amour, non.

thBFBJ8D7A

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie les Editions TohuBohu de m’avoir permis de lire ce roman en service presse via le site NetGalley.

Un voile recouvre peu à peu notre planète, ce Voile est composé de toutes les voix enregistrées au fil du temps, capturées, prisonnières. Et lorsqu’elles seront là, l’humanité sera contrainte à vivre dans le silence si elle ne veut pas disparaître..

Je pense que cette chronique est l’une des plus compliquées que j’ai eu à écrire depuis longtemps. En effet, je ressors de cette lecture avec un avis plutôt contrasté. Ce roman est loin d’être banal et c’est peu de le dire… En effet, outre le contexte de l’histoire j’ai eu l’impression de changer de style au fil de ma lecture tantôt thriller, tantôt romance, parfois onirique ce roman navigue entre plusieurs genres. Même si c’est fait de façon très subtile et avec une grande maîtrise, j’avoue que cela m’a parfois perturbée tout en appréciant l’idée et la façon de faire. L’histoire est assez particulière et originale, j’avoue y avoir vraiment adhéré surtout au côté dystopie mais le roman dans le roman m’a quelque peu troublée. En effet, ce Voile qui recouvre peu à peu l’humanité composé de voix enregistrées est une catastrophe comme je n’en avais encore jamais croisée dans les romans de ce type.

L’histoire d’amour est touchante dans ce contexte de fin du monde mais surtout de fin du monde silencieuse. L’auteur nous prouve qu’il n’est pas toujours besoin de parler pour communiquer ou pour s’entendre. Différentes sortes d’amour sont explorés par Guillaume Lecasble, je n’en dévoilerais pas plus sur cet aspect même si le principal reste l’histoire d’amour entre Joshua et Chafia. 

Les personnages sont vraiment très bien travaillés et développés. Leurs histoires propres sont cohérentes et justes. Mais tout comme pour le reste j’ai eu du mal à m’identifier ou m’attacher à eux. Je pense que le côté onirique  a rendu ma lecture un peu trop éthérée ou irréelle.

Par contre, j’ai découvert grâce à ce roman la plume de l’auteur, Guillaume Lecasble, et j’ai trouvé qu’elle était vraiment belle, poétique et travaillée. Son écriture rend ce texte vraiment agréable à lire, imagé, fluide malgré de nombreuses idées que j’ai eu parfois du mal à appréhender. L’originalité de l’auteur, de son histoire rend ce texte vraiment unique et inclassable.  J’ai tout particulièrement apprécié de me retrouver propulsée aux chutes du Niagara, un cadre magnifique et parfaitement décrit.

livre magie

Bien que je n’ai pas réussi à m’impliquer totalement dans ce texte, celui-ci possède  de très nombreuses qualités et séduira sans aucun doute les lecteurs friands de romans oniriques.

Ma note : 7.5/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

Chronique Livresque·Jeunesse·Science fiction·young adult

Exomonde, tome 1 : Perle, le piège du temps par Emma Cornellis

Fiche technique : 

Editions Hélène Jacob – 338 pages – ebook ou broché – Science-fiction

Résumé : 

Année 2323.
Lola est une adolescente comme les autres, qui approche de son dix-septième anniversaire. Elle est aussi l’unique enfant à avoir vu le jour sur Perle, exoplanète identique à la Terre.
Sa mère était membre de l’équipage de l’Explorer I, le tout premier vaisseau habité à s’aventurer hors du système solaire afin d’explorer et étudier ce nouveau monde. Mais à l’approche de leur destination, les astronautes ont été confrontés à une mystérieuse planète dont l’orbite a frôlé celle de Perle. Leur « aplanétage » d’urgence a coûté la vie à la mère de Lola.

Élevée par les survivants, qu’elle surnomme « les grands », la jeune fille n’en est pas moins heureuse et épanouie.
Au bord d’un bassin paradisiaque, elle partage son existence entre séances d’étude, bains de mer et construction d’un petit avion qui lui permettra de partir à la découverte de sa planète déserte.

Pourtant, la crise sommeille.
La catastrophe à l’origine du naufrage est sur le point de se reproduire et les adultes sont inquiets : la Terre, qui aurait dû répondre depuis longtemps à leurs messages de détresse, semble les avoir oubliés !
Fait plus troublant encore : Lola recommence à parler avec l’ami imaginaire qu’elle s’est inventé durant son enfance. Mais cette fois, elle prétend qu’il est bien réel et est déterminée à le trouver !

livre magie

Mon avis : 

Je remercie chaleureusement les Editions Hélène Jacob pour leur confiance renouvelée en me permettant de lire ce roman en service presse via le site Simplement.Pro. 

Lola va bientôt fêter ses 17 ans, elle est née et vit sur Perle, une exoplanète où s’est écrasée une mission terrienne 16 ans plus tôt. Lola a donc grandit élevée par « les grands », les 6 survivants de l’Explorer I, sa mère Mounia étant décédée lors du crash. Mais Lola se sent seule et c’est dans ses rêves qu’elle rejoint son ami Zven, un ami imaginaire qu’elle s’est créé toute petite.. Imaginaire ? ou pas.. 

Dès les premières pages, l’auteure Emma Cornellis a su m’entraîner au cœur de Perle. Le camping, lieu d’habitation des survivants, la grotte, la plage, sa faune et sa flore si particulière. Lola n’a connu que cette planète mais Vladimir, Jonathan, Alice, Elena, Mike et William ont fait en sorte de s’y sentir bien en nommant, par exemple, les choses comme sur Terre : le chien porte le nom de chien mais n’en est pas un. Je comprends ce besoin de « normaliser » un lieu que l’on apprivoise mais d’un autre côté, j’ai eu un peu de mal parfois à me représenter les choses.

La vie des 7 habitants est mise en péril par le retour de Petit f, planète qui ayant croisé l’orbite de Perle 16 ans auparavant est responsable du crash de leur vaisseau. L’aventure va donc se poursuivre entre leurs préparatifs pour se mettre à l’abri et la quête de Lola.. En effet, Lola est de plus en plus persuadée que son ami imaginaire Zven ne vit pas que dans sa tête, ce que le jeune homme ne cesse de lui répéter à chaque fois qu’ils se voient dans leurs rêves. 

L’imagination d’Emma Cornellis a créé non seulement une planète mais également une société dans laquelle vit Zven, les Moäms. Yls et Zra, leurs divinités, y tiennent une place importante mais comme toute société, celle-ci n’est pas à l’abri des manipulateurs, du mensonge ou de la tromperie. Le jeune Zven est une sorte de paria au sein de son peuple et cette situation va s’ajouter aux nombreuses intrigues. J’avoue avoir parfois été un peu perdue dans leurs croyances qui m’ont parfois semblé confuses mais je pense que l’auteure nous réserve des révélations pour la suite qui viendront tout éclaircir. Malgré tout l’histoire se suit bien et le lecteur va être entraîné sur plusieurs fronts entre Petit f, la recherche de Zven, une prophétie, les découvertes de Lola sur sa mère.. bref, on ne s’ennuie pas un instant ! 

La plume de l’auteure y est pour beaucoup d’ailleurs car malgré le nombres d’informations qu’elle nous donne tout est fluide et compréhensible. Le vocabulaire est riche même si le roman est résolument young-adult. Ses personnages sont attachants, notamment Zven qui reste mon préféré, il est courageux, tendre. Lola est une jeune adolescente audacieuse, qui va prendre parfois des risques inconsidérés mais qui est attachante. La relation naissante entre les deux jeunes gens prend souvent le dessus mais sans étouffer l’histoire, ce qui est appréciable. J’ai également beaucoup aimé l’évolution de Lorgham au fil des pages. J’ai donc passé un très bon moment en compagnie de Lola et Zven et je les retrouverais avec plaisir pour la suite de leurs aventures. 

Conclusion

Un roman de science-fiction / young adult intéressant et prenant qui entraîne le lecteur dans de nombreuses aventures sur Perle en compagnie de Lola et Zven, un agréable moment de lecture. 

Ma note : 7/10 

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

Chronique Livresque·Science fiction

Vraiment seul par Damien Klays

Fiche technique :

Editions du saule – 165 pages – ebook ou broché – Science-Fiction

Résumé :

« Dans ce bureau, sombre malgré la lumière des néons, il est seul. Son collègue est allongé par terre, pas encore froid, mais déjà mort. Il est pris de panique, ne comprend pas ce qui se passe, il essaie de le ranimer, mais sans succès. Il se lève et court chercher de l’aide. Il va dans chaque bureau et constate toujours la même chose. Des corps sans vie, partout. Tous ses collègues sont morts. Eux qui étaient encore si bruyants il y a quelques minutes sont maintenant silencieux. »

En l’espace de quelques secondes, l’espèce humaine a disparu.
Comment ? Pourquoi ? Il l’ignore.
Désormais, il va devoir vivre dans ce monde, seul.

livre et rose

Mon avis :

Je remercie les Editions du Saule de m’avoir permis de lire ce livre en service presse via la plateforme Simplement Pro.

Un homme se retrouve seul, vraiment seul uniquement entouré de cadavres. Tous les êtres humains ont été comme foudroyés et sont morts d’un coup, sans raison apparente. Il va donc devoir apprendre à vivre dans cette nouvelle réalité, qui s’annonce bien compliquée et solitaire..

J’ai de suite été attirée par ce roman : le thème (je résiste difficilement au post-apocalyptique..), la couverture (qui est plutôt représentative..) et le résumé qui est juste ce qu’il faut de mystérieux.. C’est donc avec plaisir que j’ai plongé dans ma lecture..

Cet homme se retrouve donc seul.. On ne sait ni pourquoi ni comment les choses se sont déroulées mais la conséquence est qu’il va devoir s’adapter rapidement à la situation. L’idée de base était bonne et j’étais curieuse de voir comment Il allait s’en sortir.. Mais j’ai été plutôt déçue par la suite… En effet, j’ai trouvé qu’Il acceptait la situation plutôt facilement et certaines de ses décisions m’ont laissée sceptique. Avoir toute la Terre pour soi et se compliquer ainsi la vie m’a paru un peu étrange. Sans donner trop de détails pour ne pas vous spoiler : les choix de ses moyens de locomotion, de son lieu final d’habitation m’ont semblé incongrus, décalés voir parfois délirants. J’ai également trouvé que les choses découlaient trop facilement et qu’il avait la solution à ses problèmes bien vite.. Enfin cela n’aurait été que du détail si tout le roman ne consistait pas en une longue description de ses actes…   

J’avoue avoir été étonnée par le choix de l’auteur d’écrire ce roman à la 3ème personne. En effet, le héros étant finalement seul utiliser la 1ère personne aurait été plus judicieux afin de rendre plus facilement ses émotions, son ressenti. La narration « extérieure » rend le récit très impersonnel et froid un peu comme un scénario de film. Le fait également de ne pas connaître le nom du héros fait qu’une profusion de « il » jalonne le récit. Ce manque de sentiment ne m’a finalement pas permis de m’attacher au héros et fait que j’ai trouvé les 3/4 du récit plutôt long. Le dernier quart apporte un peu d’action mais pas suffisamment pour me permettre de revoir mon opinion.

Outre le choix de la narration, j’ai trouvé la plume de l’auteur beaucoup trop simple et répétitive. J’aime les récits détaillés en principe mais j’ai trouvé qu’ici qu’il y en avait trop.. Malgré tout l’histoire se lit facilement. Par contre, j’avoue m’être posé la question tout au long de la lecture : « que ferais-je à sa place ? »

Conclusion

Je suis déçue de ne pas avoir apprécié ce roman car l’idée était bonne et prometteuse et étant fan du genre je fondais de grands espoirs. Mais Damien Klays est un jeune auteur et il doit persévérer.

Ma note : 10/20

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici.

Chronique Livresque·Science fiction

Le matin des larmes par Bruno Sanna

Fiche technique :

Agence Francophone pour la Numérotation du Livre – 206 pages – ebook ou broché – Littérature

Résumé :

À son réveil, avec un mal de tête et des courbatures partout, Sophie crut apercevoir son mari sortir de la chambre. L’émotion qui l’avait submergée la veille en regardant les photos devait probablement lui jouer des tours. Cependant, elle trouva qu’il régnait une étrange atmosphère dans la pièce. Pour s’assurer que ce n’était pas le fait de son imagination, elle se leva et ouvrit les volets roulants pour laisser entrer la lumière du jour. Elle fut stupéfaite en découvrant que cette chambre ne correspondait en rien à la sienne. De la décoration au mobilier, tout était différent. Elle resta immobile, seul son regard balayait cette pièce qui lui semblait étrangère. Après une brève réflexion, elle se précipita dans la chambre de sa fille et fut surprise de découvrir une pièce complètement vide. Abasourdie, elle se rendit dans celle de son fils et s’aperçut qu’il s’agissait cette fois d’un bureau… Bruno SANNA est né en 1966 à Belfort, une ville de l’est de la France. Dans ce premier roman, il entraîne les lecteurs dans une aventure où le bien affronte le mal absolu.

magischesbuch_500px-breit

Mon avis :

Ce roman fait parti de la sélection pour le Prix des Auteurs Inconnus dans la catégorie Imaginaire.

Sophie est une femme plutôt épanouie : médecin, mère de deux enfants à l’avenir prometteur, un mari médecin parti en mission humanitaire.. Jusqu’au jour où elle se réveille dans un monde qui a complètement changé et pas en bien. Elle va devoir s’adapter et essayer de comprendre comment tout cela a pu arriver.

La première chose qui m’ait étonnée lorsque j’ai commencé ce livre c’est la vitesse à laquelle l’action se déroule. En effet, en à peine quelques pages le décor est planté et l’action commence. En principe, je ne m’en plaindrais pas je ne suis pas fan des intrigues qui tardent à débuter mais là, c’était plutôt rapide. Le fait que ce roman soit plutôt court explique en partie cette rapidité mais pas seulement..

L’idée de base est plutôt bonne, une femme se réveille un matin et tout a changé autour d’elle : sa famille, son destin, son monde. Elle est projetée dans une réalité qui n’a rien de plaisant puisque les nazis ont remporté la seconde guerre mondiale et dirigent l’Europe. Malheureusement, j’ai été déçue par ce roman qui selon moi n’est vraiment pas assez développé. L’auteur nous projette dans ce monde mené par les nazis mais j’ai eu une impression de huis-clos. Les choses ne sont pas suffisamment expliquées et pour ma part j’ai eu du mal à visualiser ce monde cruel si ce n’est par quelques phrases posées ça et là. J’aurais aimé savoir comment fonctionnait cette Europe par exemple car tout semble couler de source.

Les personnages souffrent également de ce manque de développement. J’ai trouvé leur psychologie superficielle car juste effleurée pourtant il y avait matière. Trop caricaturaux et stéréotypés à mon goût, je n’ai réussi à m’attacher à aucun d’eux malheureusement. J’ai trouvé qu’ils étaient peu crédibles surtout Christian Dufour que j’ai eu du mal à imaginer en dictateur. Pourtant certains étaient vraiment intéressant, Sophie notamment mais également Carole.  

Ce roman est le premier de Bruno Sanna et c’est ce que je garde en mémoire. L’écriture m’a semblé un peu sèche, quelques fautes flagrantes m’ont gênée mais son idée de base est bonne. Finalement il ne manque pas grand chose pour que ce roman devienne vraiment prenant : une pincée de détails, un zeste de développement, une écriture un peu moins rigide et ce sera impeccable !         

conclusion 6

Un lecture qui m’a laissé un goût de trop peu pourtant l’idée m’a plu. Un récit trop simple à mon goût mais qui peu, sans aucun doute, trouver son public.

Ma note : 5/10

Pour acheter et lire ce roman cliquez ici

Chronique Livresque·Science fiction

Agents Virtu’elles, Tome 1 : Disparitions à Versailles par Virginie Platel

Fiche technique : 

Mxm Bookmark – 356 pages – ebook ou broché – Science Fiction / Romance F/F

Résumé : 

Alors qu’elle travaille au Louvre, Elfi découvre que l’un des plus célèbres tableaux d’Élisabeth Vigée Le Brun, portraitiste de Marie Antoinette, a disparu. Et personne ne semble se rappeler de son existence !

Aidée par un ami scientifique, Elfi va remonter le temps jusqu’au XVIIIe siècle pour tenter de percer des mystères dont dépendent à la fois son destin et sa survie. Elle pourra toutefois compter sur la mystérieuse Inès pour la seconder dans cette mission. Prises au jeu des énigmes et du turbulent Paris de l’époque, fréquentant même Élisabeth Vigée Le Brun et Marie Antoinette en personnes, le duo devra déjouer les pièges de la cour. Ensemble, elles tenteront d’éviter les multiples dangers qui jalonneront leur chemin. Mais pourront-elles sortir indemnes de cette obscure machination ? Et surtout, une fois les pièces du puzzle assemblées, Elfi et Inès pourront-elles accepter une vérité qui défie l’imagination ?

Plongez dans une histoire fascinante à travers le temps et l’espace et suivez Elfi et Inès dans une aventure trépidante au cœur de Versailles.

magischesbuch_500px-breit

Je remercie les Editions MxM Bookmark de m’avoir permis de lire ce roman en service presse via le site NetGalley. 

Plusieurs points ont attirés mon attention sur ce roman.. Tout d’abord sa couverture : je la trouve vraiment magnifique et vous connaissez maintenant mon amour pour les beaux livres. Ensuite le thème.. Non seulement un voyage dans le temps mais ici à une période qui me fascine : le XVIIIème siècle, le siècle des Lumières et de la Reine Marie – Antoinette. Et enfin le résumé qui laissait présager de l’action et de l’aventure. Il n’en fallait pas plus pour que je me laisse tenter.. 

Elfi a quitté son travail au Louvre afin de suivre son mari dans le sud de la France sauf qu’elle ne trouve pas de poste correspondant à ses compétences. Une nuit, elle rêve qu’un célèbre tableau d’Elisabeth Vigée Le Brun a disparu et lorsque le lendemain son ex-collègue Mike la contacte pour lui proposer le plus fou des jobs, et accessoirement  avoir une chance de retrouver le fameux tableau et remettre l’Histoire en ordre, Elfi n’hésite pas et fonce au rendez-vous. Elle va rencontrer Inès qui sera son binôme dans cette aventure qui va les mener dans le Paris du XVIIIème siècle, à la rencontre de la célèbre portraitiste de la Reine Marie-Antoinette. 

L’histoire ne se fait pas attendre et dès les premières pages le lecteur fait la connaissance d’Elfi. La jeune femme se voit proposer un poste qui pourrait faire rêver beaucoup de monde : voyager dans le temps ! Elle va donc partir au XVIIIème siècle avec Inès, jeune femme plutôt énigmatique et va avoir la possibilité, en plus de la mission fixée par son nouvel employeur, de découvrir pourquoi le tableau d’Elisabeth Vigée Le Brun n’apparait plus nul part. Les deux femmes vont donc atterrir dans le Paris de 1783 et se lancer têtes baissées dans l’aventure. On ne s’ennuie pas un instant car non seulement elles vont vivre des situations tantôt drôles tantôt périlleuses mais elles vont également nous faire visiter les rues de Paris de l’époque et même Versailles ! 

J’avais, au départ, une petite crainte sur deux points : le comment du voyage dans le temps (la DeLorean ayant déjà été utilisée..) et la façon dont serait traité le « séjour » des deux protagonistes en 1783. Et mes deux petites peurs ont fondu comme neige au soleil au fil des pages.. L’auteure a trouvé une façon originale de permettre ce voyage et de l’expliquer qui m’a non seulement plu mais que je ne trouve pas si « farfelue » que ça.. Quant à la façon dont le séjour est réalisé, je dirais que l’on frôle la perfection. L’auteure maîtrise totalement son sujet et j’ai vraiment eu l’impression de me balader dans les rues parisiennes en compagnie d’Elfi et Inès. Il est très drôle de voir le décalage parfois entre les deux jeunes femmes venant du futur et les habitants de l’époque (le langage, le comportement..). J’ai apprécié qu’elles ne soient pas parfaites et qu’elles commettent quelques bourdes qui sont amusantes et donnent un petit côté décalé à certains dialogues.

Un autre point qui m’a fait apprécier ce roman est les deux héroïnes. Elles sont bien différentes l’une de l’autre et finalement complémentaires. Elfi est bavarde, drôle, très calée dans son domaine. Inès, quant à elle, est plus réservée bien qu’elle sache aussi se faire remarquer. Elle a souvent un bon mot ou une réaction qui va amuser le lecteur. J’ai également beaucoup aimé le personnage d’Elisabeth Vigée Le Brun et ce roman m’a donné envie d’aller en apprendre plus sur cette illustre peintre. J’ai également beaucoup aimé la façon dont l’auteure intègre des personnages historiques réels à son récit avec un grand souci du détail qui les rendent vivants.

Comme je le disais, j’ai trouvé que l’auteure avait une très bonne maîtrise concernant le côté historique / culturel mais elle a également une jolie plume très fluide et agréable. Elle réussit à décrire les lieux et les gens d’une manière fine, sans lourdeur. Mais c’est surtout la façon dont elle mène son histoire que j’ai trouvé la plus intéressante. Elle mêle intrigues et rebondissements sans se perdre ni oublier le but. La romance ne fait ici qu’une très courte apparition mais c’est un tome 1 alors il fallait laisser les choses s’installer. Je n’ai maintenant qu’une envie : pouvoir découvrir la suite des aventures d’Elfi et Inès !   

th56910733

Une super lecture entre aventure rocambolesque et balade historique qui m’a fait voyager dans le temps en compagnie de deux jeunes femmes vraiment drôles et attachantes. Vivement la suite !

Ma note : 8.5/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici.

Chronique Livresque·Science fiction

Les chercheurs du temps par Emmanuelle Nuncq

Fiche technique :

Séma Editions – 220 pages – ebook ou broché – Science – Fiction

Résumé :

Les Chercheurs du Temps, ce sont Clarence Fertennant et Roxane Marty, des voyageurs du passé qui utilisent leur pouvoir pour étudier la Littérature française en allant à la rencontre de ses plus prestigieux représentants.

Du moins, ils essayent, puisque leurs missions ne se terminent en général pas comme ils l’avaient souhaité !

Entre personnages marquants, révélations historiques, ennemis étranges et situations incontrôlables, nos deux amis ne sont pas au bout de leurs surprises.

magischesbuch_500px-breit

Mon avis :

Je remercie vivement Séma Editions pour ce service presse et surtout pour leur confiance renouvelée.

Clarence Fertennant est un être hors du commun, il voyage dans le temps grâce à une invention originale : des semelles de chaussures ! Au fil des années il a partagé son secret avec de nombreux étudiants. C’est donc ainsi qu’il fait la connaissance de Roxane Marty jeune étudiante en lettres moderne. Mais malgré un contrat et des recommandations tout ne se déroule pas toujours comme il le souhaiterait..

Je ne vais étonner personne si je vous dis que la première chose que j’ai remarqué lorsque j’ai vu ce roman dans le catalogue de Séma Editions c’est sa couverture.. Elle est vraiment magnifique et tous ces rouages en fond m’ont de suite attiré l’œil.. Puis la lecture du résumé a fini de me convaincre : qui ne rêve pas de voyager dans le temps tel Marty (coïncidence ????) MacFly et le Professeur Emmett Brown dans « Retour vers le Futur » ? Le fait que la Littérature Française soit l’étude des 2 compagnons est un peu comme la cerise sur le gâteau !  

Roxane Marty prépare sa thèse sur Edgar Allan Poe, c’est donc une aubaine que de pouvoir voyager à travers le temps et satisfaire sa curiosité non seulement sur son sujet d’études mais également sur d’autres auteurs de la littérature qu’elle affectionne tant. C’est sans compter le caractère impétueux de la jeune femme qui la pousse parfois à quelques maladresses mais également au fait que le Professeur Fertennant a peut-être quelques squelettes cachés dans le placard qui vont réapparaître au fil de leurs aventures..

Le roman se décompose en épisodes, un peu comme une série télévisée où nos héros vivraient à chaque fois une nouvelle intrigue mais avec un fil conducteur vraiment prenant. En effet, un mystérieux personnage apparaît dès l’épisode des libellules électriques et sa présence apporte un supplément de mystère au roman. Les pièces du puzzle s’assembleront au fil des pages tournées.

A chaque épisode, Roxane et Clarence vont visiter un nouvel auteur et une nouvelle époque. Les choix de notre auteure, Emmanuelle Nuncq, sont vraiment intéressants avec par exemple Gérard de Nerval ou Charles Baudelaire mais aussi (mon petit cœur l’en remercie !!) Jane Austen. Elle nous livre des révélations sur les auteurs visités, des anecdotes qui rendent ce texte vraiment piquant, vivant et captivant. On découvre également au fur et à mesure les clauses du contrat passé entre les deux protagonistes, les conséquences des paradoxes temporels et la dangerosité de modifier le flux temporel. J’ai particulièrement apprécié que les informations nous soient livrées au compte goutte, on a le plaisir d’en apprendre tout au long du roman.

Les personnages sont très bien réalisés et complémentaires. Autant Roxane est exubérante et spontanée autant le professeur Clarence Fertennant est posé. La curiosité et l’enthousiasme de Roxane la rende attachante et rafraichissante. Quant à Clarence on ressent son âge et son expérience même si le contact de la jeune étudiante le déride rapidement.

J’ai découvert grâce aux « Chercheurs du Temps » la plume d’Emmanuelle Nuncq, une très bonne surprise ! Le récit est fluide, bien construit et parfaitement maîtrisé. Je n’ai lu la biographie de l’auteure qu’après avoir fini ce roman et je n’ai pas été du tout étonnée de son parcours. Je vais suivre avec beaucoup d’intérêt Emmanuelle Nuncq qui m’a fait passer un très bon moment grâce à ses Chercheurs du Temps !

steampunk

Un roman qui fait voyager et découvrir la littérature de façon originale.. Une très belle découverte !!

Ma note : 9/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici..