Chronique Livresque·fantasy

Fabuleux Nectar par Vincent Portugal

Fiche technique :

Autoédition – 156 pages – ebook ou broché – Fantasy

Résumé :

Du haut de sa tour du Palais Suspendu, Misha étudie ses grimoires et réchauffe ses alambics. L’alchimiste du roi est un créateur talentueux. Il invente des sortilèges et murmure des poèmes pour transformer la magie en outils insolites.

Son quotidien est bouleversé par la capture de trois rebelles des îles Liberté qui luttent pour leur indépendance. Pourquoi la princesse Séléna s’est-elle livrée à ses ennemis ? L’alchimiste soupçonne la prisonnière de profiter de sa captivité pour leur tendre un piège.

La belle étrangère prétend que son navire contient des trésors dignes des légendes, l’héritage d’un antique peuple des mers. Ses ruses et ses manigances se teintent de mystère, de magie, et d’une alchimie fabuleuse qui pourrait changer le destin du royaume.

th56910733

Mon avis :

« Fabuleux Nectar » fait parti de la sélection du Prix des Auteurs Inconnus dans la catégorie Imaginaire pour lequel j’ai la chance de faire partie du jury.

Misha est l’alchimiste du Roi Alexander, une place à responsabilité mais qui amène surtout un grand confort. Alors, lorsqu’il est convoqué afin de rencontrer les prisonniers fait par la flotte du Roi, il sent que quelque chose cloche. En effet, pourquoi la princesse Séléna, des Iles Libertés, a-t-elle quitté son territoire où elle était en sureté ? Que manigance-t-elle ? La présence de cette princesse rebelle au château ne va pas être de tout repos pour l’alchimiste…

Dès les premières pages, Vincent Portugal nous entraîne dans un monde bien particulier où la magie est non seulement très présente mais tient une place prépondérante dans la vie quotidienne. Misha est l’alchimiste du Roi et apprécie à sa juste mesure sa vie au Palais Suspendu et le luxe qui en découle. Mais pour pouvoir en profiter il doit faire fi de certains de ses principes comme par exemple la non-violence et mettre ses talents au profit de la guerre menée par le Roi aux Iles indépendantistes Liberté. Alors que je pensais plonger dans un roman fantasy avec, qui sait (un peu aiguillée par la couverture) des sirènes et peut-être un trésor, j’ai découvert un roman bien plus centré sur la politique où la ruse et les manigances sont légions. J’ai été plutôt surprise car finalement il y a peu d’action pour beaucoup de discussions mais c’est plutôt bien mené. L’histoire est plaisante et tient la route (ou la mer ici…) et j’ai pris plaisir à essayer de deviner où la Princesse Séléna voulait en venir.

Le point que j’ai particulièrement apprécié dans ce roman c’est la magie… Une magie originale faite de pierres et surtout de poèmes, les deux sont liés et j’ai trouvé cette idée originale et belle. Devoir réciter des vers pour que la magie fonctionne est une très belle façon de mettre les mots, les rimes en avant..  

Concernant les personnages, j’ai beaucoup aimé Misha qui est non seulement un idéaliste mais un être attachant par sa non-perfection. Il a conscience d’aimer un peu trop le luxe par exemple, je l’ai trouvé plutôt attachant. Malheureusement, les personnages sont ici trop peu développés à mon goût. On connaît leurs motivations mais leurs caractères restent trop superficiels pour moi. J’aurais aimé en savoir plus sur eux. La princesse Séléna est celle dont la psychologie est peut-être la mieux détaillée au vu de son rôle. Elle est rusée, calculatrice et surtout elle sait ce qu’elle veut. Malgré tout, il y a ici un panel de protagonistes intéressants.

Vincent Portugal écrit de manière très fluide et poétique, j’ai trouvé sa plume vraiment très agréable à lire. Il rend en quelques mots une description d’un lieu ou d’une personne sans phrases lourdes ou indigestes. Je serais donc ravie de lire la suite des aventures de Misha, de Séléna et de leurs compagnons !

livre magie

Un roman fantasy plutôt politique mais où la magie et la poésie sont présentes à chaque instant.. Une jolie découverte !

Ma note : 7.5/10

Pour acheter et lire ce roman cliquez ici

Chronique Livresque·fantastique·steampunk

Esprits de Corps : I. Napoca par Tim Kesseler

Fiche technique : 

Editions Demdel – 386 pages – broché – Fantastique / Aventure

Résumé : 

Guerre et diplomatie, essor industriel et misère rampante, monde réel et monde spectral, Mydgar sait cultiver ses antagonismes. La plus grande ville du continent vit à l’heure de la machine à vapeur et des césures sociales, mais elle est aussi le siège du vénérable Congrès des Nations. Dans l’anonymat de la vie citadine, elle réunit Will et Ruben, le jeune diplomate et le fugitif. Des salons feutrés du Congrès aux bas-fonds de la ville, de Mydgar au périple en Zeppelin vers Napoca, ils seront ballottés dans les tourments d’une crise qui menace la fragile paix aux frontières. Personne ne se doute de l’invasion silencieuse de la sphère spectrale. Le sort du continent dépend de deux mondes.

steampunk

Mon avis : 

Je remercie chaleureusement l’auteur, Tim Kesseler, de m’avoir permis de découvrir son roman en service presse via le site Simplement.pro et pour sa confiance. 

L’auteur nous entraîne dans un monde qui ressemble singulièrement au notre au premier abord : une fédération de pays regroupés, Mydgar la grande capitale détentrice de tous les pouvoirs, le « petit peuple » mécontent.. Ruben est un fugitif, il a quitté sa terre d’origine après un drame et essaye de survivre; William est fils de bonne famille venant à Mydgar afin d’y faire une carrière d’attaché-diplomatique au Congrès. Ces deux personnages que rien ne devaient réunir vont malgré tout se retrouver pris dans une crise qui risque de détruire leur monde tel qu’ils le connaissent.. 

Dès les premières pages, Tim Kesseler nous entraîne dans un monde très riche : des inventions, de la vapeur.. le côté Steampunk est en place à ma grande joie. Puis, les choses sérieuses se mettent en place avec une première interaction entre les deux héros et on devine que ce ne sera pas la seule. En attendant que le destin les réunissent, ils vont, chacun de leur coté, essayer de se faire une place dans cette immense cité. Ruben en tant que travailleur et fugitif va connaître quelques mésaventures quant à Will malgré son statut d’attaché-diplomatique sa vie ne sera pas des plus sereine. En effet, Mydgar est comme un immense panier de crabes où règne les faux-semblants, l’opportunisme et l’égoïsme. Et une fois l’histoire installée et nos héros en place, l’aventure commence… 

J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à lire ce roman qui est très riche et développé. L’histoire est prenante et captivante, de la politique, de la diplomatie, de la trahison, tous les ingrédients sont présents pour que le lecteur passe un très bon moment. L’histoire est bien menée et liée sans être indigeste, on comprend parfaitement les rôles de chacun, l’évolution du récit. J’avoue ne pas être une grande fan des romans où il est question de politique (au sens large) mais ici tout est vraiment bien expliqué : négociations, trahisons, alliances font de ce roman une sorte de grand échiquier où chacun tente de placer son pion. L’ajout de fantastique à cette histoire grâce à la religion est non seulement une très bonne idée mais est aussi très bien réalisé. J’ai vraiment apprécié cette part de l’histoire qui amène de la magie (attention pas de magie avec sorts et potions..) au récit. 

Les personnages sont très bien faits avec une mention spéciale pour William. En effet, j’ai vraiment aimé l’évolution de ce personnage au fil des pages. Son rôle s’étoffe et il prend une ampleur exceptionnelle. Le personnage de Ruben est, quant à lui, attachant car on sent sa fêlure et la culpabilité qu’il traîne derrière lui est un boulet dont il ne peut se défaire. Il m’a beaucoup émue. 

Tim Kesseler nous livre ici un premier tome non seulement bien mené mais également bien écrit malgré quelques répétitions. Il utilise un langage adapté aux situations et aux personnages ce qui est appréciable car on évite de cette façon les dialogues ampoulés ou décalés. Une lecture vraiment agréable et intéressante ! 

livre et rose

Un premier roman vraiment réussi avec une intrigue captivante et des héros touchants. Une touche de fantastique, un peu de Steampunk, de la politique et surtout de l’aventure font de ce premier tome une très bonne lecture ! 

Ma note : 8/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici.. 

Chronique Livresque·Historique·Littérature

Les espionnes du Salève : L’envers du miroir par Mark Zellweger

Fiche technique :

Eaux Troubles Editions – 320 pages – ebook ou broché – Policier

Résumé :

Le 14 juin 1940, l’armée allemande rentre dans Paris et les années sombres recouvrent la France. Aussitôt, le service de renseignement suisse, le SR, s’active aux frontières. En même temps, la communauté internationale du renseignement basée à Genève depuis 1936 se mobilise sous la férule du vice-consul anglais Victor Farrell. Peu à peu des filières de passage entre la France et la Suisse romande se mettent en place, la résistance s’organise entre Genève et Lyon en concertation avec les espions installés à Genève. Hannah Leibowitz, échappée de justesse du ghetto de Lodz, arrive à Genève en juin 1940 avec son fils Avram. Elle prend la tête d’un groupe de femmes de toutes nationalités et résolument décidées à lutter contre la barbarie nazie. On les dénomme : Les Espionnes du Salève. Le 1er juin 1941, Armand jeune lycéen de Gex en zone interdite, est capturé par la Gestapo alors qu’il entre en Suisse au nord de Genève. Une certitude s’impose : on l’a dénoncé. Qui est le traître ? Les espionnes et leurs contacts mènent leur enquête. Elles seront confrontées à des collaborateurs sournois prêts à les dénoncer, à des agents allemands déterminés et agissant en Suisse sous couverture et à des trafiquants en tout genre. Une série d’intrigues toutes aussi palpitantes nous mènent entre 1940 et 1942 dans Genève, « nid d’espions ».

café et arbre

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie l’auteur, Mark Zellweger, de m’avoir permis de lire son roman en service presse et pour sa confiance.

1940, année charnière de la Seconde Guerre Mondiale : la Pologne est envahie, la France a signé l’Armistice.. Alors que le pays est coupé en deux zones plus ou moins libres, la Suisse, pays neutre, abrite de nombreux services de renseignements qui mettent tout en œuvre pour lutter contre les nazis. Des filières se mettent en place afin d’aider les réfugiés et les résistants et c’est ainsi que naît l’idée de constituer un groupe d’espionnes qui œuvrera partout en Europe : les espionnes du Salève.

Lorsque j’ai lu le résumé de ce roman, j’ai trouvé l’idée vraiment originale.. En effet, traiter de ce conflit en mettant en avant des femmes et la Suisse n’est pas banal car ce ne sont pas les thèmes les plus développés dans les romans traitant de ce sujet. C’est pourquoi j’avais hâte d’attaquer ma lecture. 

J’ai été plutôt déstabilisée dans un premier temps.. En effet, la première partie du livre met en place l’action donc l’auteur nous livre de très nombreuses informations historiques mais aussi des noms, les fonctions des personnages..  ce qui m’a donné plus l’impression de lire un documentaire qu’un roman. J’ai eu un peu de mal à tout intégrer car dans cette première partie il y a finalement très peu d’action ou d’histoire à proprement parler. On fait connaissance avec un personnage on en apprend un peu sur lui puis on passe au suivant.  

La seconde partie du roman s’est avérée bien plus captivante car l’histoire des espionnes commencent réellement avec leurs premières missions. A partir de là j’ai beaucoup aimé l’histoire car on découvre vraiment les difficultés, les pièges qui se dressent devant Hannah Leibowitz et ses compagnes. Elles font leur possible pour aider les réfugiés mais également pour obtenir des renseignements vitaux malgré les dangers encourus. Elles font preuve de beaucoup de courage et de détermination. Le rôle de la Suisse est mis en avant, il est expliqué surtout pour le côté « plaque-tournante » des informations et prise en charge des personnes en danger. L’histoire est plutôt rythmée grâce à des chapitres courts où l’on passe d’une intrigue à l’autre. On va suivre les espionnes à Paris mais aussi un nazi voleur d’œuvres d’art ou des jeunes gens qui aident des réfugiés à passer en Suisse le tout sur fond de trahison.   

Mon espionne favorite est Sev qui non seulement est intrépide voir même téméraire mais c’est celle qui est le mieux développée à mon sens et qui m’a le plus touchée. Hannah est également intéressante au vu de son histoire personnelle et de sa fonction mais je l’ai trouvé trop peu détaillée. J’aurai aimé avoir plus d’informations sur les personnages principaux même si l’on connaît les grands lignes de leurs vies et comment ils sont arrivés là. Il reste encore beaucoup à découvrir sur ces héroïnes mais ce n’est que le premier tome d’une trilogie alors l’auteur a encore de quoi nous surprendre. Grâce aux espionnes on se rend compte du rôle primordial de la politique et de l’importance d’avoir les bons renseignements dans ce conflit.   

Tout au long du roman on sent l’énorme travail de recherche réalisé par Mark Zellweger, il fait preuve d’une maitrise remarquable de son sujet. Son écriture est précise, pointue quasi chirurgicale mais est trop dépouillée à mon goût. Il m’a manqué des descriptions des lieux ou des gens mais également des sentiments. Les faits sont livrés, décortiqués, expliqués mais on en apprend finalement peu sur le ressenti des personnages. C’est cette façon d’écrire qui me faisait parler de documentaire pour une partie du livre. Les choses s’arrangent (à mon goût) lorsque les personnages entrent en action.

pile-de-livresEn conclusion, un roman très bien documenté et qui traite de façon original de ce conflit si destructeur. Un premier tome qui situe l’action et met en place les personnages et dans lequel les espionnes du Salève vont débuter leur carrière.

Ma note : 7/10

Pour acheter et lire ce roman cliquez ici.

Chronique Livresque·Littérature

Liberté je dessine ton visage par Olivier Tarassot

Fiche technique :

Autoédition – 392 pages – ebook ou broché – Littérature contemporaine

Résumé :

Charlie est journaliste, en reportage au cœur de la Syrie. Julie, sa compagne, est urgentiste à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière. Leur destin bascule quand Charlie est enlevé par l’ État Islamique. De Paris à Alep, en passant par la Turquie, des vies se croisent, se bousculent, s’abîment et ricochent comme autant d’existences projetées dans le fracas d’un monde où des hommes et des femmes ordinaires deviennent les résistants de la Liberté.

pile-de-livres

Mon avis :

Je remercie chaleureusement Olivier Tarassot, l’auteur, de m’avoir confié son roman en service presse et pour sa gentillesse.

Charlie et Pablo sont journalistes de guerre, ils ont été enlevés et sont maintenus en captivité en Syrie. Julie est la compagne de Charlie. Elle est urgentiste et essaye de vivre malgré la douleur de son absence. Leur histoire mais aussi les histoires d’autres personnages vont se télescoper, se croiser, entre Paris et Alep, entre Raqqa et la Turquie où chacun devient un résistant de la Liberté.

Je dois avouer que j’avais une certaine appréhension à débuter ce roman, le sujet étant terriblement actuel et souvent douloureux j’avais un peu peur de la façon dont l’auteur allait le traiter. Et c’est non seulement une magnifique découverte mais également un roman qui va laisser des traces pendant longtemps.

Ici, se croisent quatre personnages principaux : Charlie et Julie bien sur mais également Lola et Simon. Lola est une jeune femme qui suit un homme par amour, qui va embrasser sa religion, sa pensée. Simon est son père, il refuse d’admettre que sa fille est perdue et qu’il ne la reverra plus jamais vivante. Il va tenter de se battre pour la récupérer. Ces quatre personnages ont un point commun : la folie humaine. Ils sont prit dans le tourbillon qu’engendre la guerre, la peur, la mort, l’intolérance, le fanatisme. Mais à ces personnages s’ajoutent d’autres protagonistes.. Parfois éphémères, ils sont tous d’une importance capitale dans l’histoire comme chacun l’est dans la vie. Qu’ils soient bons ou mauvais, qu’ils soient croyants, athées, fanatiques, ils font vivre ce roman, lui donne vie et surtout nous font réfléchir. Je pense notamment à Pablo ou Salahudine, à l’urgentiste du SMUR ou à la maman de Lola.

C’est un texte très puissant et très bien écrit que nous livre ici Olivier Tarassot. Chaque personnage prend la parole à son tour pour nous faire vivre son quotidien mais aussi, et surtout pour nous livrer ses pensées, et il n’est pas toujours simple de se retrouver dans la tête de quelqu’un qui souffre. Chaque chapitre est une sorte d’introspection où chacun va essayer de comprendre ce qui lui arrive, de décortiquer sa vie mais c’est également un partage avec les absents, un dialogue à sens unique qui leur permet de garder la tête hors de l’eau.

Le thème n’est pas facile à traiter mais Olivier Tarassot s’en sort de façon magistrale. Il ne juge pas, ne condamne pas, il explique. A travers Charlie, le lecteur va tenter de comprendre les raisons de cette guerre, faire connaissance avec des acteurs de ce fanatisme, de cette folie destructrice mais il va également découvrir certains aspect de notre République. Avec Julie, c’est l’amour qui est mit à l’honneur, l’amour pour un homme, l’amour qui embellit mais peut aussi détruire, l’attente qui parfois grignote de l’intérieur, fait douter. Lola, quant à elle, va permettre de s’apercevoir de la fragilité de la jeunesse actuelle, la facilité avec laquelle elle est appâtée, embrigadée  mais aussi l’influence des réseaux sociaux, leur poids dans le recrutement. Et enfin, Simon qui lui nous montre que la révolte est possible, que l’acceptation n’est pas une fatalité et que l’amour peut parfois donner des ailes. Enfin, et surtout le personnage principal de ce roman est la Liberté. Une Liberté chérie, aimée, désirée, espérée.. Liberté est l’espoir de voir renaître un monde tolérant et humain.

La plume d’Olivier Tarassot est non seulement fluide mais également poétique et sans concession. Le travail de recherche, les informations livrées sont d’une grande qualité et donnent un ancrage impressionnant dans le réel. Mais ce que j’ai préféré dans son écriture est cette façon d’effleurer les sentiments, j’ai ressenti beaucoup de pudeur dans la façon dont l’auteur nous livre ses personnages même si tout est clair et bien décrit. Leur psychologie est très bien travaillée, dosée sans être poussée dans le voyeurisme ou la caricature. Et comme on est entre nous, je peux vous l’avouer : lire en pleurant ce n’est vraiment pas évident. J’ai eu une boule dans la gorge pendant de longues pages jusqu’à ce que les vannes lâchent et que je partage totalement les sentiments de chacun de ces personnages..

conclusion

Un texte fort et puissant qui m’a profondément touchée. Des personnages qui au fil des pages entrent dans nos vies pour ne plus la quitter.. Et surtout un livre au goût de Liberté..

Ma note : 9/10

Si vous souhaitez acheter et lire ce livre cliquez ICI

 

Chronique Livresque·Science fiction

Projet Mémoria par Fabrice Jalwin

Fiche technique : 

Autoédition – 321 pages – ebook ou broché – Science-fiction

Résumé :

 Anthony Lefranc est un homme détruit depuis l’attaque sanglante contre sa femme. Abandonné par la justice, il n’a aucun moyen de retrouver son meurtrier. Son destin est sur le point de changer, lorsqu’un groupe de chercheurs propose de lui venir en aide. Ils travaillent sur une technologie capable de lire dans la mémoire. Maintenue en vie durant l’expérience, Jade ouvre son univers, dans lequel ils devront fouiller pour trouver les preuves cachées. Un fantastique voyage attend Anthony dans un monde de souvenirs agréables, mais aussi cruels. Loin de s’attendre à de terribles révélations, ils vont risquer leur vie au détriment d’une cause juste. Seront-ils prêts pour découvrir la vérité ?

livrelecteurs

Mon avis :

Un grand merci à Fabrice Jalwin, l’auteur, de m’avoir permis de lire son roman en service presse. 

Anthony, militaire de métier, est marié à Jade une jeune journaliste qui, au détour d’une conversation téléphonique avec son mari en mission, lui laisse entendre qu’elle est sur un très gros projet. Anthony est convoqué quelques heures plus tard par son supérieur et apprend que Jade a subit une tentative d’assassinat et qu’elle ne vit plus que grâce aux machines qui lui permettent de respirer. Il est donc rapatrié en urgence pour être auprès de celle qu’il aime. Il est contacté après plusieurs mois par un groupe de chercheurs qui souhaitent se servir de Jade comme cobaye à leur projet sur la mémoire humaine. Une opportunité est donnée à Anthony de fouiller la mémoire de son épouse à la recherche du nom de son tueur et des preuves pour faire tomber le commanditaire.. 

Qui n’a jamais rêvé de voyager dans la tête d’autrui ? De pouvoir y découvrir tous ses secrets, de pouvoir revivre certains moments à volonté ? J’avoue que j’ai trouvé, à la lecture du résumé, le thème de ce roman vraiment attrayant et original. Et cette idée ne s’est pas démentie tout au long de ma lecture. Anthony va effectuer des allers-retours dans les souvenirs de son épouse pour y trouver le nom de son assassin et ses commanditaires. Ils vont, avec l’équipe de scientifiques qui l’accompagne, essayer de retrouver les preuves nécessaires pour finir le travail que Jade avait commencé en tant que journaliste et qui implique de nombreuses personnalités. Ce désir de vengeance va, bien entendu, leur attirer de nombreux ennuis.. 

L’histoire est vraiment prenante car l’auteur a très bien pensé ce projet Mémoria, il lui donne une crédibilité vraiment étonnante. De nombreuses barrières se dressent devant ses personnages et notamment lors-qu’Anthony navigue dans la mémoire de Jade. J’ai aimé qu’il ne puisse pas y faire ce qu’il veut et la façon dont les choses se déroulent en font une  bonne lecture. Les personnages ne sont pas épargnés et de nombreux rebondissements rendent ce roman vraiment intéressant. 

Les protagonistes sont bien réalisés et ils ont un bon ancrage dans la réalité. Ils sont crédibles qu’ils soient bons ou mauvais. On imagine très bien des êtres humains agir pour les mêmes motivations (et je ne pense pas que ce soit vraiment de la science-fiction à ce stade, il suffit de regarder autour de nous parfois..). La soif d’argent ou de pouvoir peuvent amener à des comportements horribles et inhumains, ce qu’Anthony et ses compagnons d’aventure vont découvrir à leurs dépens. 

Ce projet soulève de nombreuses questions d’éthique notamment et m’a beaucoup fait réfléchir aux utilisations que l’on pourrait en faire : de nombreuses possibilités bénéfiques pour la société avec la résolution de crimes, l’empêchement d’attentats ou la sauvegarde de la mémoire des personnes souffrantes par exemple mais quid de la liberté de chacun ? Un vaste débat s’ouvre après la lecture de ce livre… 

Autant, j’ai vraiment bien accroché à l’histoire autant j’ai trouvé qu’une bonne relecture s’imposait. En effet, il persiste dans le texte de nombreuses fautes ou coquilles (orthographe, mots utilisés pour d’autres, etc…) qui m’ont un peu gênée dans ma lecture. Ce serait vraiment bénéfique pour ce livre. D’autant que Fabrice Jalwin a une plume fluide et agréable à lire.

Conclusion

Un roman au thème original et qui soulève de nombreuses questions. Sommes nous prêts à accepter de livrer tous nos secrets ? . 

Ma note : 7/10

Si vous souhaitez acheter et lire ce livre cliquez ICI

anticipation·Chronique Livresque·Thriller

Le Projet Alice par Marlène Charine

le-projet-alice-931434-264-432

Fiche Technique :

Editions Numériklivres – 410 pages – ebook ou broché – thriller espionnage / anticipation

Résumé :

Dans un futur très proche, au nord-est des États-Unis, un commando exfiltre une jeune femme d’une base appartenant à l’Agence, une organisation scientifico-militaire. À peine a-t-elle eu le temps de s’affubler du nom d’Ellie Kay qu’une course-poursuite commence. Traquée d’un côté par l’Agence qui cherche à la récupérer, manipulée de l’autre par ceux qui prétendent l’avoir sauvée, Ellie découvre les premiers aspects de sa personnalité : un naturel impatient, d’incroyables aptitudes au tir et au combat rapproché, mais aussi un talent remarquable au violoncelle. Chargé de la remettre en forme, Sean, un membre de l’équipe, la pousse à ses limites, de manière parfois brutale. Une rudesse qui n’est rien en comparaison avec les révélations qui l’attendent au détour d’un voyage en Europe… Nous avons tous de nombreuses facettes… et nous nous passerions volontiers de certaines d’entre elles. Est-il possible de choisir qui nous sommes ?

pile-de-livresMon avis :

Tout d’abord, je remercie les Editions Numériklivres de m’avoir confié ce roman en service presse et pour leur confiance.

Ellie Kay est une jeune femme qui se réveille dans un hôpital et s’aperçoit, à son grand désarroi, qu’elle est amnésique. Elle reçoit la visite d’une jeune femme un peu étrange qui lui demande de se choisir un nom et à partir de là Ellie va aller de courses-poursuites en révélations sans s’imaginer un seul instant que ce qu’elle va découvrir va bouleverses son existence au-delà de l’imaginable.

Dès les premières lignes, nous sommes plongés avec Ellie dans l’action. En effet, dès son réveil elle va devoir fuir l’hôpital pour éviter que les hommes de main de l’Agence ne la capture. Petit bémol : elle ne reconnaît absolument personne, pas même ceux qui sont là pour l’aider. Ce qui n’aide pas à la confiance..

Et je dois avouer que dès les premières pages, j’ai plongé complètement et absolument dans cette histoire. Ici se mêlent complot politique, science, clonage, romance, amitié le tout raconté très simplement et surtout très bien ficelé. L’auteur ne se perd pas dans des explications à n’en plus finir, elle va droit à l’essentiel et il en découle un récit fluide et addictif. Le rythme est soutenu avec des moments plus calmes qui permettent au lecteur d’intégrer totalement l’histoire. On découvre au fur et à mesure qui est l’Agence, le but de ce groupe scientifico-militaire et les conséquences pour les populations mais également qui sont les anges gardiens venus aider Ellie (pour peu qu’ils en soient…), leurs motivations…

L’histoire est vraiment bien menée, j’ai aimé la façon dont l’auteure traite le sujet du clonage. L’idée est originale et pas forcément farfelue, elle fait même un peu froid dans le dos tant cela semble possible. On traite ici de sujets aussi importants que « le bien de tous », l’individualité, la morale dans la science…

Ellie est la seule narratrice de cette histoire, cela nous permet de pénétrer ses pensées, de mieux la comprendre. J’avoue avoir eu un coup de cœur pour ce personnage que j’ai trouvé attachante malgré sa rudesse, touchante malgré sa violence et profondément humaine. Son évolution est vraiment intéressante et j’ai adoré la suivre qu’elle soit en fuite ou cachée, qu’elle parte à l’assaut ou se défende face aux avances d’un Don Juan de pacotille.

Les personnages de ce thriller sont tous très bien réalisés. Ils sont cohérents, justes, leurs réactions sont pertinentes et leur psychologie, leur rôle dans l’histoire sont bien menés et collent parfaitement. J’aurais juste peut-être aimé en savoir un peu plus sur les « méchants » de l’histoire. Mais Ellie et ses compagnons vont me rester longtemps en mémoire tant j’ai aimé leurs aventures et j’ai eu du mal à les quitter.

Marlène Charine nous livre ici un premier roman vraiment bluffant tant par sa forme que par son fond. Elle gère parfaitement l’histoire qui est addictive, elle fait preuve d’une maîtrise étonnante et met la barre très haut pour les suivants ! Quelques petites fautes d’orthographes sont présentes mais rien de gênant dans la lecture. Je suis certaine que ce premier roman sera suivi de nombreux autres tant son talent semble évident et sa façon d’écrire est agréable, fluide et prenante.   

en-conclusion

Un roman d’aventure et d’action où l’amitié et l’amour tiennent une place importante. Un thriller d’anticipation très bien écrit avec pour ma part un coup de cœur pour Ellie Kay qui est devenue au fil des pages comme une amie, une petite sœur.. A lire !!

Ma note : 9/10