Chronique Livresque·Romance

Quand l’amour s’en mail par Tamara Balliana

Quelques informations…

Amazon Publishing – 303 pages – ebook ou broché – Romance contemporaine

Un résumé ? 

Quand sa meilleure amie lui demande d’être son témoin de mariage, Solène est aux anges et décide de lui organiser un enterrement de vie de jeune fille dont elle se souviendra ! Pour cela, elle écrit à Léonie, surnommée « Léo », la sœur de la future mariée… Mais à cause d’une erreur de destinataire, c’est Léo, architecte parisien et homonyme de Léonie, qui lui répond !

Débute alors une correspondance qui devient de plus en plus personnelle à mesure que les jeunes gens se découvrent l’un l’autre. Mais quand Léo propose à Solène de se rencontrer enfin, elle refuse catégoriquement. Bien décidé à connaître le visage de sa mystérieuse amie virtuelle, Léo s’obstine… Solène lui cacherait-elle quelque chose ? La complicité qu’ils ont développée derrière leurs écrans résistera-t-elle à l’épreuve du réel ?

thé et macaron

Mon avis

Je remercie chaleureusement Amazon Publishing pour leur confiance renouvelée et de m’avoir permis de lire ce roman en service presse. 

Solène est une jeune femme heureuse.. En effet, sa meilleure amie va se marier et lui demande d’être son témoin. Solène prend donc contact par mail avec Léonie, dites Léo, sœur et second témoin de Laetitia. Mais ce n’est pas Léo..nie qui lui répond mais bien Léo, un homonyme plutôt sympa. Les deux jeunes gens vont entamer une correspondance mais lorsque Léo propose à Solène de se rencontrer celle-ci refuse catégoriquement ! Pourquoi la jeune femme ne veut pas rendre réelle cette rencontre ? Que peut-elle bien cacher ? 

Je découvre grâce à ce roman l’auteure, Tamara Balliana, et je dois dire que ça a été une lecture pleine de fraîcheur et avec laquelle j’ai passé un excellent moment. 

Le début peut paraître un peu longuet, l’auteure pose les bases de l’histoire, installe ses personnages, nous montre le cadre de vie de chacun.. Léo et Solène apprennent à se connaître et le lecteur les découvre en même temps. Mais il semble évident que tout n’est pas dit.. Et lorsque les secrets se dévoilent l’histoire prend un tournant. 

J’ai adoré les deux personnages principaux. Solène est une jeune femme attachante, pleine d’entrain et de joie de vivre. Léo est plus posé même s’il a un petit grain de folie qui  le rend aussi pétillant. Mais ce que j’ai beaucoup aimé également c’est que leur histoire est entourée d’un grand nombre de « petites » histoires dans lesquelles les personnages secondaires sont les héros : le frère de Solène, ses parents, Laetitia, la mère de Léo.. tous vivent leurs propres vies et cela donne du relief à ce roman.

Quant à l’histoire en elle-même elle m’a fait passé un excellent moment : c’est simple et percutant et elle parle à tout le monde. Une rencontre via internet due à une erreur, un attachement et une amitié qui se créent, des secrets et la naissance de sentiments.. Tout y est pour rendre cette lecture sympa et actuelle. J’aurais aimé qu’il y ait peut-être un peu plus de rebondissements mais en même temps c’est très bien mené. L’auteure traite de sujets plutôt graves avec humour et donne à ses personnages de la profondeur. Leurs blessures m’ont touchée, leurs craintes ou leurs angoisses aussi..

Ce premier roman lu de Tamara Balliana ne sera surement pas le dernier ! J’ai beaucoup aimé sa plume légère, fluide et actuelle, son écriture est juste, fraîche et vraiment agréable. J’ai aimé cette tendresse que l’auteure glisse dans ses mots, dans ses pages. Et le choix de Tamara Balliana d’en faire un récit à deux voix m’a comblée. On découvre aussi bien les sentiments et les pensées de Solène que celles de Léo, j’aime cette façon d’écrire. 

thé

Une romance pleine de tendresse sans être mièvre, des personnages attachants et une histoire bien ficelée.. voilà un roman que je vous recommande pour cet été, vous passerez un excellent moment ! 

Ma note : 8.5/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

Chronique Livresque·Science fiction

Le Voile par Guillaume Lecasble

Fiche technique :

Editions TohuBohu – 171 pages – ebook ou broché – Littérature

Résumé :

Un Voile va finir par obscurcir et éteindre le ciel, un voile créé par des milliers de voix enregistrées. Pendant des années d’écoute, d’espionnage, de vol, de stockage, d’enfermement des voix humaines, leurs âmes se sont accumulées au-dessus de la terre. WW est auteur, il cherche deux personnages pour son nouveau roman, dont ce monde bientôt silencieux sera le théâtre. Joshua Lecoeur et Chafia D’Amour répondent à l’appel, c’est leur histoire d’amour que nous raconte WW, sous la plume de Guillaume Lecasble.

Joshua@beme.com – Destinataire : ww@ww.ca

— Bonjour WW, mon nom est Joshua Lecoeur. Être un personnage dans un roman m’intéresse. J’ai 31 ans. Je suis français. Je vis à Montréal depuis dix ans pour pouvoir rendre visite à mon père qui est interné dans un centre de psychiatrie à Niagara Falls.

ww@ww.ca – Destinataire : Joshua@beme.com

— Merci de votre réponse. Vous n’êtes donc pas effrayé par la perspective de mourir à la fin du livre ?

Joshua@beme.com – Destinataire : ww@ww.ca

— Si c’est ma dernière chance de connaître l’amour, non.

thBFBJ8D7A

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie les Editions TohuBohu de m’avoir permis de lire ce roman en service presse via le site NetGalley.

Un voile recouvre peu à peu notre planète, ce Voile est composé de toutes les voix enregistrées au fil du temps, capturées, prisonnières. Et lorsqu’elles seront là, l’humanité sera contrainte à vivre dans le silence si elle ne veut pas disparaître..

Je pense que cette chronique est l’une des plus compliquées que j’ai eu à écrire depuis longtemps. En effet, je ressors de cette lecture avec un avis plutôt contrasté. Ce roman est loin d’être banal et c’est peu de le dire… En effet, outre le contexte de l’histoire j’ai eu l’impression de changer de style au fil de ma lecture tantôt thriller, tantôt romance, parfois onirique ce roman navigue entre plusieurs genres. Même si c’est fait de façon très subtile et avec une grande maîtrise, j’avoue que cela m’a parfois perturbée tout en appréciant l’idée et la façon de faire. L’histoire est assez particulière et originale, j’avoue y avoir vraiment adhéré surtout au côté dystopie mais le roman dans le roman m’a quelque peu troublée. En effet, ce Voile qui recouvre peu à peu l’humanité composé de voix enregistrées est une catastrophe comme je n’en avais encore jamais croisée dans les romans de ce type.

L’histoire d’amour est touchante dans ce contexte de fin du monde mais surtout de fin du monde silencieuse. L’auteur nous prouve qu’il n’est pas toujours besoin de parler pour communiquer ou pour s’entendre. Différentes sortes d’amour sont explorés par Guillaume Lecasble, je n’en dévoilerais pas plus sur cet aspect même si le principal reste l’histoire d’amour entre Joshua et Chafia. 

Les personnages sont vraiment très bien travaillés et développés. Leurs histoires propres sont cohérentes et justes. Mais tout comme pour le reste j’ai eu du mal à m’identifier ou m’attacher à eux. Je pense que le côté onirique  a rendu ma lecture un peu trop éthérée ou irréelle.

Par contre, j’ai découvert grâce à ce roman la plume de l’auteur, Guillaume Lecasble, et j’ai trouvé qu’elle était vraiment belle, poétique et travaillée. Son écriture rend ce texte vraiment agréable à lire, imagé, fluide malgré de nombreuses idées que j’ai eu parfois du mal à appréhender. L’originalité de l’auteur, de son histoire rend ce texte vraiment unique et inclassable.  J’ai tout particulièrement apprécié de me retrouver propulsée aux chutes du Niagara, un cadre magnifique et parfaitement décrit.

livre magie

Bien que je n’ai pas réussi à m’impliquer totalement dans ce texte, celui-ci possède  de très nombreuses qualités et séduira sans aucun doute les lecteurs friands de romans oniriques.

Ma note : 7.5/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

Chronique Livresque·polar·policier·Thriller

La femme à la mort par Samuel Sutra

Fiche technique : 

Editions Flamant Noir – 198 pages – ebook ou broché – Polar

Résumé : 

LA ROCHELLE. Le commissaire divisionnaire Jacques Verdier, flic au pedigree irréprochable, s’apprête à prendre sa retraite dans six mois. Bien décidé à se la couler douce, il s’occupe des petits dossiers en cours, mais voilà qu’une touriste russe est retrouvée morte dans une chambre d’hôtel du centre-ville. C’est un suicide. Suicide tellement parfait que l’ambassade s’en mêle et classe vite l’affaire. Trop vite peut-être… Mais Verdier est de ceux à qui on ne la fait pas. Qui est cette femme ? Aucune idée. Que faisait-elle dans cet hôtel ? Pas d’information à ce sujet. Pourquoi a-t-elle fait ce voyage ? Les enquêteurs n’en savent rien. Le commissaire aimerait partir l’esprit tranquille. Il décide alors de faire appel à son vieil ami, Stan, un ex-flic aux manières peu orthodoxes. Ensemble, ils reprennent tout à zéro. Seules certitudes : l’enquête a été bâclée et le corps de la touriste est déjà dans un cercueil plombé en route pour Moscou…

livre et rose

Mon avis : 

Avant tout, je remercie les Editions Flamant Noir de m’avoir permis de lire ce roman vite le site NetGalley. 

Lorsqu’une touriste russe est retrouvée dans sa chambre d’hôtel morte par balle, l’enquête conclue rapidement à un suicide. Peut-être un peu trop rapidement.. C’est ce que crie son instinct à Jacques Verdier, flic à la Rochelle, à 6 mois de la retraite. Pour enquêter en off, il fait appel à son vieil ami Stan, un ex-flic aux méthodes peu orthodoxes. Stan va donc devoir découvrir ce qu’il s’est réellement passé dans cette chambre d’hôtel, fermée à double tour.. 

Dès les premières pages, j’ai accroché à ce roman autant par son histoire que par le style de l’auteur. Et une fois la lecture commencée, je n’ai pas pu le lâcher avant d’en connaître la conclusion.. 

Tout d’abord, le fond.. L’histoire plonge très vite dans le sombre car Stan va creuser la vie de Natasha, la touriste russe. Il va découvrir non seulement son identité mais également son histoire. Il va déterrer des détails troublants, des indices qui vont l’entraîner au fil des hypothèses à douter de plus en plus de la thèse du suicide. Ses méthodes, ses amis, tout indique qu’il n’est plus dans la Police même s’il en garde l’esprit et la logique. L’auteur a un esprit plutôt retors car bien malin celui qui découvrira le fond de l’histoire avant la fin. 

Sur la forme, j’ai également beaucoup aimé ce roman. C’est le premier livre que je lis de Samuel Sutra et j’ai vraiment apprécié sa plume. Son écriture est à la fois légère et travaillée, sombre mais avec des pointes d’humour, il ne se perd pas en descriptions mais donne suffisamment de détails pour que le lecteur imagine chaque scène, chaque pièce, chaque protagoniste. Il mène son intrigue d’une main de maître sans jamais trembler, il pousse le lecteur à se questionner en même temps que son enquêteur et surtout, ses dialogues sont savoureux et sonnent vraiment justes. Samuel Sutra m’a vraiment embarquée grâce à son roman et je le note dans ma liste d’auteurs à lire puisque « La femme à la mort » n’est pas son premier roman. 

L’histoire est captivante et le lecteur va suivre le cheminement de Stan afin de déjouer le casse-tête que Jacques a mis sur sa route. Le personnage de Stan est non seulement intéressant mais également attachant. Il est souvent drôle, tenace, ses méthodes peuvent sembler discutables même si elles donnent des résultats. J’ai vraiment apprécié de suivre cet enquêteur hors norme. Samuel Sutra a réussi à donner de la profondeur à ses personnages, à leur insuffler du caractère qu’ils soient le héros ou un personnage secondaire. Tous sont bien construits et menés. 

Ce roman était déjà paru en 2012 et a été réédité par les Editions Flamant Noir cet été, ce qui est, à mon avis, une très riche idée. De cette façon, les lecteurs vont pouvoir redécouvrir ce très bon thriller que je recommande vraiment. Une lecture qui devrait plaire à tous les fans du genre ! 

N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire si vous le lisez que l’on puisse échanger nos points de vue. 

Conclusion

Un très bon polar qui a su me tenir en haleine du début à la fin ! Un très bon moment de lecture passé en compagnie de Stan à essayer de savoir.. Pourquoi ? 

Ma note : 9/10

Pour acheter et lire de roman cliquez ici

Chronique Livresque·Jeunesse·policier

48 Heures – Disparition par Gabrielle Lord

Fiche technique :

Rageot Editeur – 256 pages – broché – Policier / Jeunesse

Résumé :

Anika, la meilleure amie de Jazz, a mystérieusement disparu. Jazz et Phoenix se lancent à sa recherche. Très vite, ils soupçonnent que sa disparition est liée au journal intime qu’elle a découvert et publié sur son blog. Qui menace-t-il ?

scene-crime

Mon avis :

Je remercie chaleureusement les Editions Rageot de m’avoir permis de lire ce roman en service presse via le site NetGalley.

Jazz est une jeune fille passionnée par les enquêtes policières alors lorsque sa meilleure amie Anika disparaît elle n’hésite pas à se lancer aux trousses du kidnappeur. Elle entraîne dans cette aventure Phoenix, un camarade de lycée tout aussi passionné qu’elle. Leur point de départ est le blog d’Anika. En effet, celle-ci y diffusait des extraits tirés d’un journal intime qu’elle avait découvert. Jazz est une enquêtrice débutante mais elle a lu suffisamment de livres pour savoir que dans une disparition les 48 premières heures sont essentielles !

Dès les premières pages le ton est donné, ce roman est résolument jeunesse avec des héros qui ont dans les 14 ans, des amies qui se disputent, des cours.. Malgré tout, je me suis très rapidement laissée entraîner dans l’enquête en compagnie de Jazz et Phoenix. Ils sont drôles et sympathiques tous les deux (même si je trouve personnellement que leurs parents sont un peu trop coulants à leur égard…). Jazz va pouvoir tester ses talents d’enquêtrice afin de retrouver au plus vite son amie Anika. Nos héros vont devoir faire le lien entre le journal découvert par celle-ci et qu’elle diffusait par épisodes sur internet et sa disparition et cela va les amener à enquêter sur des faits bien plus anciens.

Ce roman devrait passionner les jeunes lecteurs friands d’aventures entre poursuites, embuscades ou disputes l’histoire avance rapidement. Les rebondissements sont nombreux et le suspense est bien ficelé ce qui fait qu’on se laisse prendre au jeu. La lecture est rendue plus ludique encore par l’ajout d’images représentants l’application utilisée par Jazz pour synthétiser son enquête (entre autres..). J’ai trouvé ce petit plus bien pensé et bien réalisé. Il donne au livre un ancrage dans la réalité qui est plutôt chouette et qui plaira sans aucun doute.  

Les personnages sont, comme je le disais plus hauts, sympathiques et drôles. Le duo de jeunes enquêteurs est plein de dynamisme et d’enthousiasme. Ils forment un duo plutôt complémentaire et sont par moment comme chien et chat même si l’on sent leur amitié grandir au fil des pages. L’amitié est d’ailleurs une valeur centrale de ce roman puisqu’ils vont prendre tous les risques pour sauver leur amie. J’ai pris beaucoup de plaisir à lire leurs aventures et la plume de l’auteure y est pour beaucoup. Elle est parfaitement adaptée à un roman pour jeunes lecteurs avec un langage actuel et varié. Jazz et Phoenix sont un couple de jeunes gens que je serais ravie de suivre si l’auteure Gabrielle Lord écrit une suite.

Conclusion

Une lecture jeunesse prenante et bien menée qui vous fera suivre un super duo d’enquêteurs dans leur première aventure !

Ma note : 8/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

Chronique Livresque·Science fiction

Agents Virtu’elles, Tome 1 : Disparitions à Versailles par Virginie Platel

Fiche technique : 

Mxm Bookmark – 356 pages – ebook ou broché – Science Fiction / Romance F/F

Résumé : 

Alors qu’elle travaille au Louvre, Elfi découvre que l’un des plus célèbres tableaux d’Élisabeth Vigée Le Brun, portraitiste de Marie Antoinette, a disparu. Et personne ne semble se rappeler de son existence !

Aidée par un ami scientifique, Elfi va remonter le temps jusqu’au XVIIIe siècle pour tenter de percer des mystères dont dépendent à la fois son destin et sa survie. Elle pourra toutefois compter sur la mystérieuse Inès pour la seconder dans cette mission. Prises au jeu des énigmes et du turbulent Paris de l’époque, fréquentant même Élisabeth Vigée Le Brun et Marie Antoinette en personnes, le duo devra déjouer les pièges de la cour. Ensemble, elles tenteront d’éviter les multiples dangers qui jalonneront leur chemin. Mais pourront-elles sortir indemnes de cette obscure machination ? Et surtout, une fois les pièces du puzzle assemblées, Elfi et Inès pourront-elles accepter une vérité qui défie l’imagination ?

Plongez dans une histoire fascinante à travers le temps et l’espace et suivez Elfi et Inès dans une aventure trépidante au cœur de Versailles.

magischesbuch_500px-breit

Je remercie les Editions MxM Bookmark de m’avoir permis de lire ce roman en service presse via le site NetGalley. 

Plusieurs points ont attirés mon attention sur ce roman.. Tout d’abord sa couverture : je la trouve vraiment magnifique et vous connaissez maintenant mon amour pour les beaux livres. Ensuite le thème.. Non seulement un voyage dans le temps mais ici à une période qui me fascine : le XVIIIème siècle, le siècle des Lumières et de la Reine Marie – Antoinette. Et enfin le résumé qui laissait présager de l’action et de l’aventure. Il n’en fallait pas plus pour que je me laisse tenter.. 

Elfi a quitté son travail au Louvre afin de suivre son mari dans le sud de la France sauf qu’elle ne trouve pas de poste correspondant à ses compétences. Une nuit, elle rêve qu’un célèbre tableau d’Elisabeth Vigée Le Brun a disparu et lorsque le lendemain son ex-collègue Mike la contacte pour lui proposer le plus fou des jobs, et accessoirement  avoir une chance de retrouver le fameux tableau et remettre l’Histoire en ordre, Elfi n’hésite pas et fonce au rendez-vous. Elle va rencontrer Inès qui sera son binôme dans cette aventure qui va les mener dans le Paris du XVIIIème siècle, à la rencontre de la célèbre portraitiste de la Reine Marie-Antoinette. 

L’histoire ne se fait pas attendre et dès les premières pages le lecteur fait la connaissance d’Elfi. La jeune femme se voit proposer un poste qui pourrait faire rêver beaucoup de monde : voyager dans le temps ! Elle va donc partir au XVIIIème siècle avec Inès, jeune femme plutôt énigmatique et va avoir la possibilité, en plus de la mission fixée par son nouvel employeur, de découvrir pourquoi le tableau d’Elisabeth Vigée Le Brun n’apparait plus nul part. Les deux femmes vont donc atterrir dans le Paris de 1783 et se lancer têtes baissées dans l’aventure. On ne s’ennuie pas un instant car non seulement elles vont vivre des situations tantôt drôles tantôt périlleuses mais elles vont également nous faire visiter les rues de Paris de l’époque et même Versailles ! 

J’avais, au départ, une petite crainte sur deux points : le comment du voyage dans le temps (la DeLorean ayant déjà été utilisée..) et la façon dont serait traité le « séjour » des deux protagonistes en 1783. Et mes deux petites peurs ont fondu comme neige au soleil au fil des pages.. L’auteure a trouvé une façon originale de permettre ce voyage et de l’expliquer qui m’a non seulement plu mais que je ne trouve pas si « farfelue » que ça.. Quant à la façon dont le séjour est réalisé, je dirais que l’on frôle la perfection. L’auteure maîtrise totalement son sujet et j’ai vraiment eu l’impression de me balader dans les rues parisiennes en compagnie d’Elfi et Inès. Il est très drôle de voir le décalage parfois entre les deux jeunes femmes venant du futur et les habitants de l’époque (le langage, le comportement..). J’ai apprécié qu’elles ne soient pas parfaites et qu’elles commettent quelques bourdes qui sont amusantes et donnent un petit côté décalé à certains dialogues.

Un autre point qui m’a fait apprécier ce roman est les deux héroïnes. Elles sont bien différentes l’une de l’autre et finalement complémentaires. Elfi est bavarde, drôle, très calée dans son domaine. Inès, quant à elle, est plus réservée bien qu’elle sache aussi se faire remarquer. Elle a souvent un bon mot ou une réaction qui va amuser le lecteur. J’ai également beaucoup aimé le personnage d’Elisabeth Vigée Le Brun et ce roman m’a donné envie d’aller en apprendre plus sur cette illustre peintre. J’ai également beaucoup aimé la façon dont l’auteure intègre des personnages historiques réels à son récit avec un grand souci du détail qui les rendent vivants.

Comme je le disais, j’ai trouvé que l’auteure avait une très bonne maîtrise concernant le côté historique / culturel mais elle a également une jolie plume très fluide et agréable. Elle réussit à décrire les lieux et les gens d’une manière fine, sans lourdeur. Mais c’est surtout la façon dont elle mène son histoire que j’ai trouvé la plus intéressante. Elle mêle intrigues et rebondissements sans se perdre ni oublier le but. La romance ne fait ici qu’une très courte apparition mais c’est un tome 1 alors il fallait laisser les choses s’installer. Je n’ai maintenant qu’une envie : pouvoir découvrir la suite des aventures d’Elfi et Inès !   

th56910733

Une super lecture entre aventure rocambolesque et balade historique qui m’a fait voyager dans le temps en compagnie de deux jeunes femmes vraiment drôles et attachantes. Vivement la suite !

Ma note : 8.5/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici.

Chronique Livresque·Littérature

La Chambre des Merveilles par Julien Sandrel

Fiche technique :

Editions Calmann-Lévy – 272 pages – ebook ou broché – Littérature française

Résumé :

Inattendu, bouleversant et drôle, le pari un peu fou d’une mère qui tente de sortir son fils du coma en réalisant chacun de ses rêves. Louis a 12 ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère, Thelma, qu’il est amoureux pour la première fois, il voit bien qu’elle pense à autre chose, à son travail sûrement. Alors il part, fâché et déçu, avec son skate, et traverse la rue à fond. Un camion le percute de plein fouet. Le pronostic est sombre. Dans quatre semaines, s’il n’y a pas d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis. En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet sous le matelas de son fils. A l’intérieur, il a dressé la liste de toutes ses « merveilles », c’est-à-dire les expériences qu’il aimerait vivre au cours de sa vie. Thelma prend une décision : page après page, ces merveilles, elle va les accomplir à sa place. Si Louis entend ses aventures, il verra combien la vie est belle. Peut-être que ça l’aidera à revenir. Et si dans quatre semaines Louis doit mourir, à travers elle il aura vécu la vie dont il rêvait. Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on a presque quarante ans….

livre et papillons

Mon avis :

Avant tout, je remercie les Editions Calmann-Lévy et le site NetGalley pour ce service presse.

Ce qui m’a tout d’abord attiré l’œil c’est la couverture si colorée.. Puis la lecture du résumé a fini de me convaincre même si je me suis doutée que j’allais avoir besoin de mouchoirs..

Thelma est une femme à l’ambition démesurée et maman solo qui élève son fils Louis de 12 ans. Un accident de la circulation va l’obliger à plonger dans les rêves de son fils à travers son calepin aux merveilles, carnet dans lequel l’adolescent note tout ce qu’il aimerait vivre. Thelma a un mois pour aider son fils à sortir du coma et pour cela elle va réaliser toutes ces merveilles pour lui montrer à quel point la vie vaut la peine d’être vécue..

Dès les premières pages, j’ai été prise au piège de ce roman. J’ai d’emblée détesté Thelma, celle des premières pages, qui délaisse son fils pour discuter présentation au téléphone un dimanche, une Thelma inattentive, égoïste, centrée sur elle-même.. J’avais envie de lui arracher son portable et de lui hurler qu’on ne laisse pas un enfant, même de 12 ans, sans surveillance.. Mais une Thelma que je pouvais comprendre qui se fait une place dans sa société, qui a de l’ambition, qui veut percer et se donne à fond pour ça, qui pense qu’à 12 ans on a la tête sur les épaules.. Puis l’accident, le drame, le coma, la chute, le fond du trou pour cette maman qui s’aperçoit que son enfant c’est sa vie, que tous les meilleurs postes du monde ne sont rien comparés à son fils.. Et là, j’ai aimé Thelma ! Celle qui fait tout ce qu’elle peut pour sortir son fils du coma, qui va découvrir l’essence de la vie, qui va employer le mot daronne ou acheter des cartes Pokémon.. J’ai ri et pleuré avec elle, j’ai vécu chaque situation, chaque moment auprès d’elle, auprès d’eux car Louis est omniprésent, il est le moteur qui fait avancer sa mère.

Cette histoire est le cri d’amour d’une mère pour son enfant mais pas seulement.. C’est un rappel, une somation.. Nous n’avons qu’une vie, elle est précieuse, elle est unique et cette vie est un trésor qu’il faut choyer. A cause de cet uppercut de la vie, Thelma va devoir se remettre en question pas seulement concernant son comportement vis à vis de son fils mais également sa façon d’être en général. J’ai aimé la façon dont l’auteur fait évoluer ce personnage, on le ressent à sa façon de s’exprimer au fur et à mesure : de directrice coincée au départ elle va se transformer en maman branchée au fur et à mesure qu’elle va réaliser les rêves (parfois farfelus) de son fils.

Autour de Thelma et Louis gravitent d’autres personnages comme Mamie Odette, la mère de Thelma, qui est juste exceptionnelle. Elle m’a émue, fait rire, touchée, elle est bourrue, câline, c’est une montagne de contradictions mais elle est exceptionnelle. D’autres protagonistes vont se greffer à leur histoire qui apportent chacun à leur façon un plus, une aide,.. Et bien sur il y a Louis.. L’auteur le fait intervenir dans le récit à travers de courts chapitres où le jeune garçon s’adresse au lecteur. J’ai aimé cette façon de le faire participer malgré son état et j’ai souvent sourit à sa façon de parler si juste pour son âge.

Julien Sandrel m’a fait vivre un moment de lecture poignant, touchant, étincelant. J’ai aimé sa plume fluide et légère, son écriture toute en retenue au moment d’aborder les sujets graves et drôle et cocasse lorsque le contexte s’y prête. Il retranscrit parfaitement les sentiments, les situations, les pensées de telle façon que j’y ai plongé sans aucune restriction. J’ai été tellement touchée par cette vague d’émotions qu’une fois le livre fini j’ai serré fort mes enfants dans mes bras et leur ai posé la question : « quel est ton vœux le plus cher que tu aimerais réaliser avec maman ? »

Conclusion

Un coup de cœur pour ce roman lumineux ! Une héroïne vibrante d’amour et d’espoir qui m’a profondément touchée. Et j’avais raison… les mouchoirs sont impératifs !!

Ma note : 9/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici..

 

Chronique Livresque·Thriller

Le couple d’à côté par Shari Lapena

Fiche technique :

Presse de la cité – 336 pages – ebook ou broché – Thriller

Résumé :

Ne vous fiez pas au bonheur de façade…Anne et Marco sont invités à dîner chez leurs voisins. Au dernier moment, la baby-sitter leur fait faux bond. Qu’à cela ne tienne : ils emportent avec eux le babyphone et passeront toutes les demi-heures surveiller le bébé. La soirée s’étire. La dernière fois qu’ils sont allés la voir, Cora dormait à poings fermés. Mais de retour tard dans la nuit, l’impensable s’est produit : le berceau est vide.
Pour la première fois, ce couple apparemment sans histoire voit débarquer la police chez lui. Or, la police ne s’arrête pas aux apparences… Qu’est-ce que l’enquête va bien pouvoir mettre au jour ?

pile-de-livresMon avis :

Tout d’abord, je remercie Les Presses de la Cité et le site NetGalley de m’avoir permis de lire ce roman en service presse.

Dès la lecture du résumé, j’ai de suite eu envie de lire ce roman. J’adore les thrillers et celui-ci me semblait vraiment prometteur. Tout commence par un dîner entre amis. Anne et Marco dînent chez leurs voisins malgré le désistement de leur baby-sitter. Ils se sont résolus à laisser leur petite Cora de 6 mois à leur domicile sous surveillance du baby phone qu’ils ont emporté et en la visitant toutes les demies heures. Mais en dépit de toutes ces précautions, à leur retour, Cora a disparu ! A partir de là s’engage une course contre la montre pour retrouver la petite.

Même si le thème n’est pas des plus original, l’auteure nous plonge, dès les premières pages, dans un suspense angoissant : où donc est passé ce bébé ?! Il est crucial que l’enquête avance vite mais le manque d’indices la fait piétiner malgré la bonne volonté de l’inspecteur Rasbach. Anne, la mère, dont la santé est déjà fragilisée par une dépression post-natale sombre peu à peu; Marco, le père, essaye de garder le cap et d’aider son épouse mais la peine et l’angoisse prennent le dessus.

La première partie du roman est une sorte de huis-clos tournant autour du sentiment de culpabilité des parents, de leur anxiété. Puis, peu à peu les révélations se font, les secrets se dévoilent et l’histoire avance. J’ai trouvé surprenant que l’auteure nous révèle si tôt dans l’histoire l’instigateur de l’enlèvement, j’avoue que ça m’a même quelque peu refroidie. J’ai, malgré tout, continué ma lecture parce que j’avais envie de savoir le fin mot de l’histoire et surtout ce qu’il advenait de Cora. Dans la seconde partie, les pièces du puzzle prennent leur place grâce à des révélations ou des découvertes. Certaines informations viennent éclairer l’affaire sous un autre angle et ça relance le récit. 

Les personnages sont plutôt bien réalisés même si certains m’ont semblé un peu stéréotypés. Anne m’a beaucoup touchée non seulement parce que c’est une maman qui perd son bébé et en souffre mais également à cause de sa dépression post-natale. J’ai trouvé que l’auteure accordait une place importante à ce problème ce qui est plutôt rare. J’ai moins accroché avec Marco qui lui m’a semblé plus superficiel dans la forme. On ressent sa tristesse mais j’ai eu du mal à m’attacher à lui. Les parents d’Anne, Mr et Mme Dries sont le parfait cliché des riches parents qui estiment que nul n’est trop bien pour leur fille, ils sont froids, arrogants.. Mais celui que j’ai le plus apprécié reste l’inspecteur Rasbach dont j’ai aimé le pragmatisme, la lucidité et surtout sa façon d’être direct, sans fioritures malgré les circonstances difficiles.

L’auteure, Shari Lapena, a fait le choix d’écrire son roman au présent. L’idée est bonne puisque de cette façon le lecteur est prit directement dans le récit, tout se déroule sous ses yeux, la tension est immédiate. Mais j’avoue que personnellement je ne suis pas fan des récits au présent, il n’y a justement pas de recul, les descriptions comme les sentiments manquent du coup de perspective. Malgré cela, la plume est fluide et agréable avec des phrases plutôt courtes qui s’adaptent parfaitement au stresse ambiant. Pour un premier roman, j’ai plutôt bien aimé même si j’ai trouvé que quelques longueurs et répétitions alourdissaient l’histoire.  

Conclusion

Un thriller qui se lit rapidement et qui permet de passer un bon moment à la recherche d’indice pour retrouver la petite Cora.

Ma note : 7/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici..

Chronique Livresque·Thriller

La vengeance de Marie-Antoinette par Fred Roigoon

Fiche technique :

Auto-édition – 420 pages – ebook ou broché – Thriller

Résumé :

Condamné pour assassinat, Romain, à sa sortie de prison, aperçoit dans un taxi la jeune femme pour qui il a été si sévèrement puni. Il doit se rendre à l’évidence, cette dernière est bel et bien en vie. Dès lors, la retrouver devient une obsession. Mais capturer cette usurpatrice n’est pas si facile ; les embuches seront nombreuses. Romain devra s’engager dans une partie d’échecs commencée deux siècles plus tôt ; une partie dans laquelle son ennemie semble jouer un rôle déterminant. Pour retrouver son honneur, il devra se plonger dans des événements qui ont marqué notre Histoire, mais surtout découvrir le sort de Louis XVII, considéré par beaucoup comme le petit roi perdu. Pour cela, Romain devra se laisser envahir par l’esprit de Marie-Antoinette, la mère de cet enfant-roi, dont l’amour est tellement fort qu’il persiste au-delà de la mort.

livre et rose

Mon avis :

Je remercie l’auteur, Fred Roigoon, de m’avoir permis de lire son roman via le site Net Galley.

Je dois avouer que ce qui m’a de suite attirée dans ce roman c’est sa couverture. Je la trouve absolument magnifique ! Ensuite, le nom de Marie-Antoinette.. J’adore lire tout ce qui concerne cette Reine et je n’ai pas su résister..

Romain a passé quinze longues années en prison pour un enlèvement qu’il n’a pas commis. A sa sortie tout semble avoir beaucoup changé mais lui reste déterminé à prouver son innocence surtout quand il retrouve la trace de la jeune femme qu’il est accusé d’avoir kidnappée. Et, sans le savoir, il va être embarqué dans une histoire pour laquelle les Jacobins et les Royalistes luttent depuis plus de 200 ans.

L’auteur nous entraîne dans ce roman dans une sorte de course poursuite pour la vérité. Romain va enquêter pour comprendre pourquoi il a été accusé de l’enlèvement de Marie, Yannick, un policier, va vouloir aider la jeune femme à découvrir son histoire après son enlèvement et son retour providentiel et en fil conducteur l’histoire de France et la Révolution Française. L’idée était vraiment très bonne : imaginer que deux Ordres combattaient depuis des siècles les uns pour rétablir la Royauté et les autres pour préserver la République. Malheureusement, je n’ai pas franchement adhéré au final..

Tout d’abord, j’ai trouvé que l’histoire était beaucoup trop longue à démarrer réellement.. Bien qu’il y ait de l’action et que très rapidement on envisage une connexion avec la Royauté il faut du temps pour que ça se mette en place vraiment. Le roman est divisé en 3 parties et celle qui m’a vraiment tenue est la 3ème. Ensuite, j’ai trouvé que le titre et le résumé donnaient une fausse idée de ce qui nous attendait en tant que lecteur.. Marie-Antoinette est peu évoquée, j’avoue que je m’attendais à plus de détails sur la défunte Reine surtout qu’il était question de vengeance..

Par contre, j’ai vraiment apprécié le travail réalisé par l’auteur au niveau historique. Il a truffé son récit d’anecdotes sur la famille royale vraiment intéressantes comme par exemple le Parc aux Cerfs et Louis XV. J’avoue qu’il m’a donné envie d’en lire d’avantage sur ce thème.

Les personnages sont intéressants même si j’ai trouvé qu’ils n’étaient pas assez développés pour la plupart. On passe beaucoup de temps avec eux, on connaît leurs moindres faits et gestes mais au niveau psychologique je suis restée sur ma faim pour certains comme LAM par exemple. J’ai beaucoup aimé le personnage de Romain qui cherche à se disculper et qui va se retrouver pris dans cet engrenage. Il est assez attachant et on ressent de l’empathie pour lui. Par contre, j’ai eu plus de mal avec le personnage de Marie qui m’a semblé un peu trop superficielle.

Ce thriller, malgré une bonne idée à la base, est donc une petite déception pour moi car il m’a vraiment manqué le vrai côté surnaturel auquel je m’attendais. J’ai apprécié le contenu historique mais je n’ai pas été embarquée c’est bien dommage. Malgré tout, je lirais avec plaisir les autres livres de cet auteur qui semble avoir une imagination débordante.

Conclusion_Logo_-_Cool_Dots_Font

Un thriller qui mêle le passé et le présent à la recherche du destin de Louis XVII l’enfant Roi.

Ma note : 6/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici..

 

 

Chronique Livresque·Littérature

Les secrets par Amélie Antoine

Fiche technique :

Editions Michel Lafon – 391 pages – broché – Littérature française

Résumé :

Et si le mensonge était, parfois, une ultime preuve d’amour ?

Vous l’aimez plus que tout au monde. Vous lui faites aveuglément confiance. Vous ne rêvez que d’une chose : fonder une famille ensemble. Mais rien ne se passe comme prévu. 
Jusqu’où iriez-vous pour éviter de tout perdre ? 
Une histoire racontée à rebours, car il n’y a qu’en démêlant les fils du passé que l’on peut comprendre le présent.

café et arbre

Mon avis :

Je remercie chaleureusement les Editions Michel Lafon de m’avoir confié ce roman en service presse et pour leur confiance.

Lorsque j’ai vu que le dernier roman d’Amélie Antoine était disponible en service presse sur le site NetGalley, je n’ai pas su résister.. Depuis que j’ai lu son premier livre « Fidèle au poste » (à lire d’urgence si ce n’est pas déjà fait !!!) c’est une auteure que je suis avec beaucoup de plaisir.

C’est un roman à la structure atypique puisque chaque chapitre nous fait remonter le temps. Commencer un livre par la fin peut sembler étrange, il n’y a plus de suspense… En fait, pas du tout ! A chaque bond dans le passé une nouvelle découverte, une nouvelle pièce du puzzle, un nouvel élément qui fait que la trame se détisse peu à peu.

On suit en parallèle l’histoire de deux femmes Mathilde et son désir d’enfant et Elodie et sa grossesse non désirée. Le destin de ces deux femmes, leur façon si différente d’aborder la grossesse est vraiment très bien mené par Amélie Antoine qui retranscrit parfaitement les sentiments ressentis. Le désespoir qui s’ancre lorsque l’on ne peut assouvir son envie de maternité, le désespoir qui s’ancre lorsque l’on est jeune et qu’un bébé grandit dans son ventre alors qu’il n’était pas voulu..

J’ai été particulièrement touchée par les personnages de ce roman et surtout par le couple Mathilde / Adrien. J’ai ressenti beaucoup d’empathie pour Mathilde, une femme prête à tout pour avoir un enfant mais aussi pour garder son mari. Mais celui qui m’a le plus émue est Adrien. C’est un homme qui aime sa femme par dessus tout, qui va supporter ses doutes, ses peines, ses crises de désespoir à chaque nouvel échec. C’est un homme surprenant, doux et attentionné, un homme amoureux..

L’histoire, quant à elle, m’a fait penser à un immense puzzle où tout se met en place lorsque l’on démêle la bobine. Un battement d’aile de papillon… On comprend que chaque décision a des conséquences, que chaque acte en amène un autre et qu’il suffit parfois d’un mot de trop pour que les destins changent, basculent. En remontant dans le passé de Mathilde et d’Elodie, on part à la rencontre de l’araignée du destin qui a tissé sa toile..

J’ai retrouvé avec beaucoup de plaisir la plume d’Amélie Antoine. Son écriture est fluide, actuelle et toujours aussi addictive. Encore une fois, elle a réussit à me surprendre et à m’entraîner pleinement dans son histoire, c’est un peu la marque de fabrique d’Amélie Antoine : originalité et addictivité !  

livre et rose rose

Un roman atypique et captivant dont les personnages m’ont touché tant leurs émotions sont criantes de vérité. Encore un sans faute d’Amélie Antoine qui signe ici une nouvelle histoire qui marque !

Ma note : 9/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici..

Chronique Livresque·Historique·Littérature·policier

La lettre froissée : une enquête à la Belle-Epoque T1 par Alice Quinn

Fiche technique :

City Edition – 415 pages – ebook ou broché – Polars historiques

Résumé :

Cannes, au printemps 1884. Aristocrate déclassée et ruinée, Miss Gabriella Fletcher n’a plus un sou en poche. Heureusement, elle vient de trouver un travail inespéré de gouvernante dans la villa de Filomena Giglio, une femme aux mœurs plutôt dissolues. Et cette patronne hors du commun n’est pas pour déplaire à Miss Fletcher, loin de là… D’autant que dans sa demeure, on croise des célébrités, comme Guy de Maupassant, l’homme de lettres qui commence à avoir un certain succès. Et quand une jeune femme de chambre est assassinée, Miss Fletcher, sa scandaleuse patronne et le charmant Maupassant décident de mener l’enquête. D’autant que ce meurtre semble laisser les autorités totalement indifférentes. Le trio n’aura de cesse de combattre cette injustice et de découvrir la vérité dans un monde où la fortune et les apparences règnent en maîtres.

tea-time-wallpapers-pictures-photos-images-OPklMv-clipart

Mon avis :

Je remercie chaleureusement Alice Quinn et Amazon Publishing de m’avoir permis de lire ce roman en avant – première.

Lorsque j’ai vu que le dernier Alice Quinn était disponible à la lecture en service presse sur le site NetGalley, je n’ai pas hésité une demi-seconde ! Tout d’abord parce j’ai déjà eu l’occasion de lire des romans de cette auteure et qu’à chaque fois j’avais beaucoup aimé (rappelez-vous.. « Au pays de Rosie Maldonne T4 : Nom de code Mémé Ruth » et Fanny N). Ensuite parce qu’Alice est une auteure que j’apprécie beaucoup et que le résumé m’a vraiment alléchée. Et enfin.. Non mais vous avez-vu cette couverture ? Une merveille ! Tous les ingrédients étaient réunis pour me faire craquer…

Le roman débute sur la rencontre de Miss Gabriella Fletcher, anglaise de bonne famille déchue et Filomena Giglio, dîtes Lola, jeune femme aux mœurs légères. Miss Fletcher répond à l’annonce de Mademoiselle Lola qui l’engage comme répétitrice. Elle fait la connaissance d’un auteur qui monte Guy de Maupassant et c’est ce trio assez improbable qui va se lancer à la poursuite de l’assassin d’une jeune femme de chambre.

Dès les premières pages, j’ai eu l’impression de faire un saut dans le temps et de me retrouver dans le Cannes de 1884 (et pourtant je n’y ai jamais mis les pieds ! à Cannes hein ? Enfin en 1884 non plus…). On y découvre la Croisette, le faste de la vie des gens fortunés, les Hôtels de prestige mais aussi la dure réalité pour les gens du peuple. La prostitution, les orphelinats, les bas quartiers, le quotidien de ceux qui ne sont pas nés avec une cuillère en argent dans la bouche.. Alice Quinn décrit parfaitement l’ambiance de cette Belle – Epoque où le paraître est d’une importance capitale entre beaux bijoux, chapeaux à la mode et balades en fiacre. Son écriture est toujours aussi fluide avec une pointe d’humour que j’apprécie tout particulièrement.

Ce roman mêle en réalité plusieurs histoires.. Le meurtre de Clara Campo, jeune femme de chambre et amie de Mademoiselle Lola en est la trame de base, le fil conducteur qui va permettre à nos trois héros d’évoluer. L’enquête tarde un peu à démarrer mais est bien menée avec des rebondissements intéressants. Les trois enquêteurs en herbe vont mettre en commun leurs différents talents pour permettre la résolution de cette affaire que la Police délaisse au vu de la condition sociale de la victime.

Un second point essentiel est celui de la condition féminine dans la société du 19ème siècle. On découvre la difficulté pour une femme seule de subvenir à ses besoins autrement qu’en se tuant à la tâche (et encore !). Une femme comme Lola, jeune et belle, assurera plus facilement son avenir en se trouvant un protecteur ou en s’adonnant à la prostitution, choix qui semble toucher toutes les couches de la société. Le lecteur va donc suivre Lola dans sa quête effrénée d’argent pour assurer sa survie. L’auteure a réalisé un formidable travail de recherche et l’on sent à travers ses écrits qu’elle s’est passionnée pour ce thème. Je vous invite à faire un tour sur son blog (ICI) si vous voulez en savoir un peu plus sur la vie d’une courtisane (entre autres) à cette époque.

La présence de Guy de Maupassant est assez déroutante au départ. Glisser un auteur aussi connu dans une fiction est un pari plutôt audacieux qu’Alice Quinn réussit haut la main. J’ai trouvé son personnage particulièrement savoureux entre son humour, sa façon d’être et la manière dont ses écrits sont intégrés à l’histoire. Mais, outre le célèbre Monsieur de Maupassant, tous les personnages sont excellents ! J’ai adoré les deux personnages principaux que sont Lola et Gabriella. Elles ont des caractères diamétralement opposés, elles sont un peu comme les deux faces d’une pièce : elles se complètent. Autant l’une est discrète, posée, calme que l’autre est vive, pétillante et peut sembler frivole. Mais elles font preuves toutes les deux d’une vive intelligence, d’une grande détermination et surtout d’un grand cœur. Les personnages secondaires sont aussi très réussis et j’ai tout spécialement aimé Rosalie et sa gouaille.

L’auteure a fait le choix de faire de Gabriella la narratrice de ce roman. J’ai trouvé l’idée un peu étrange au départ puisque Miss Fletcher, n’assistant pas à toutes les scènes, est obligée de nous retranscrire ce que ses camarades lui racontent ce qui fait que l’on passe du « je » au « il » au cours du texte. Mais l’idée vous semblera excellente lorsque, comme moi, vous lirez les dernières pages de ce roman. Alice Quinn fait preuve d’une réelle ingéniosité sur ce point, j’ai aimé ce très joli clin d’œil.  

en-conclusion

« La lettre froissée » est le premier tome d’une série qui s’annonce prometteuse ! J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman qui est dépaysant, instructif et dont le trio de personnages principaux est particulièrement attachant. Une très belle lecture que je vous recommande chaudement !

Ma note : 9/10