Chronique Livresque·fantasy

Fabuleux Nectar par Vincent Portugal

Fiche technique :

Autoédition – 156 pages – ebook ou broché – Fantasy

Résumé :

Du haut de sa tour du Palais Suspendu, Misha étudie ses grimoires et réchauffe ses alambics. L’alchimiste du roi est un créateur talentueux. Il invente des sortilèges et murmure des poèmes pour transformer la magie en outils insolites.

Son quotidien est bouleversé par la capture de trois rebelles des îles Liberté qui luttent pour leur indépendance. Pourquoi la princesse Séléna s’est-elle livrée à ses ennemis ? L’alchimiste soupçonne la prisonnière de profiter de sa captivité pour leur tendre un piège.

La belle étrangère prétend que son navire contient des trésors dignes des légendes, l’héritage d’un antique peuple des mers. Ses ruses et ses manigances se teintent de mystère, de magie, et d’une alchimie fabuleuse qui pourrait changer le destin du royaume.

th56910733

Mon avis :

« Fabuleux Nectar » fait parti de la sélection du Prix des Auteurs Inconnus dans la catégorie Imaginaire pour lequel j’ai la chance de faire partie du jury.

Misha est l’alchimiste du Roi Alexander, une place à responsabilité mais qui amène surtout un grand confort. Alors, lorsqu’il est convoqué afin de rencontrer les prisonniers fait par la flotte du Roi, il sent que quelque chose cloche. En effet, pourquoi la princesse Séléna, des Iles Libertés, a-t-elle quitté son territoire où elle était en sureté ? Que manigance-t-elle ? La présence de cette princesse rebelle au château ne va pas être de tout repos pour l’alchimiste…

Dès les premières pages, Vincent Portugal nous entraîne dans un monde bien particulier où la magie est non seulement très présente mais tient une place prépondérante dans la vie quotidienne. Misha est l’alchimiste du Roi et apprécie à sa juste mesure sa vie au Palais Suspendu et le luxe qui en découle. Mais pour pouvoir en profiter il doit faire fi de certains de ses principes comme par exemple la non-violence et mettre ses talents au profit de la guerre menée par le Roi aux Iles indépendantistes Liberté. Alors que je pensais plonger dans un roman fantasy avec, qui sait (un peu aiguillée par la couverture) des sirènes et peut-être un trésor, j’ai découvert un roman bien plus centré sur la politique où la ruse et les manigances sont légions. J’ai été plutôt surprise car finalement il y a peu d’action pour beaucoup de discussions mais c’est plutôt bien mené. L’histoire est plaisante et tient la route (ou la mer ici…) et j’ai pris plaisir à essayer de deviner où la Princesse Séléna voulait en venir.

Le point que j’ai particulièrement apprécié dans ce roman c’est la magie… Une magie originale faite de pierres et surtout de poèmes, les deux sont liés et j’ai trouvé cette idée originale et belle. Devoir réciter des vers pour que la magie fonctionne est une très belle façon de mettre les mots, les rimes en avant..  

Concernant les personnages, j’ai beaucoup aimé Misha qui est non seulement un idéaliste mais un être attachant par sa non-perfection. Il a conscience d’aimer un peu trop le luxe par exemple, je l’ai trouvé plutôt attachant. Malheureusement, les personnages sont ici trop peu développés à mon goût. On connaît leurs motivations mais leurs caractères restent trop superficiels pour moi. J’aurais aimé en savoir plus sur eux. La princesse Séléna est celle dont la psychologie est peut-être la mieux détaillée au vu de son rôle. Elle est rusée, calculatrice et surtout elle sait ce qu’elle veut. Malgré tout, il y a ici un panel de protagonistes intéressants.

Vincent Portugal écrit de manière très fluide et poétique, j’ai trouvé sa plume vraiment très agréable à lire. Il rend en quelques mots une description d’un lieu ou d’une personne sans phrases lourdes ou indigestes. Je serais donc ravie de lire la suite des aventures de Misha, de Séléna et de leurs compagnons !

livre magie

Un roman fantasy plutôt politique mais où la magie et la poésie sont présentes à chaque instant.. Une jolie découverte !

Ma note : 7.5/10

Pour acheter et lire ce roman cliquez ici

Publicités
Chronique Livresque·fantastique·young adult

Anthea – Livre 1 : Les Mastels par Tia Wolff

Fiche technique :

Autoédition – 289 pages – ebook ou broché – Fantasy / Young Adult

Résumé :

16 ans… Le printemps de la vie ! Pour Cassandra et Max, cette phrase va dépasser les limites qu’on lui pose habituellement. Au départ, une amitié ancestrale remontant sur plusieurs générations, des amis, des cours ennuyeux, des coeurs prêts à s’emballer et des matchs de basket à gagner. Le vent léger de l’adolescence. Mais c’était sans compter sur les secrets de famille, sur les squelettes qui dorment dans les placards, sur les légendes qui sont parfois bien plus que ça. Un bruissement infime dans la forêt, il y a de cela de nombreuses années. Un autre siècle. Une autre époque… En apparence anodin mais véritable tempête à venir. Un battement d’aile de papillon en dormance. Il suffira de rien, ou presque. D’un bracelet offert, pas du tout par hasard, pour chambouler leur vie. Comment réagit-on quand on vous apprend soudainement que le monde dans lequel on évolue n’est que mensonge ? Comment assimiler l’incompréhensible ? Comment, surtout, continuer d’être un adolescent lambda avec son quotidien de tracas insignifiants ? Entre doutes, magie, grimoires, secrets et inquiétudes, ils devront se frayer leur propre chemin.

livre magie

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie l’auteure, Tia Wolff, de m’avoir proposé son roman en service presse via le site Simplement et pour sa confiance. 

Dès le prologue le lecteur est mis dans l’ambiance :  deux femmes, un rituel, leur sacrifice. Puis, un grand bond en avant nous emmène directement plus de 300 ans plus tard à la rencontre de Cassandra et Max. Les deux jeunes gens sont amis depuis l’enfance, leurs familles sont très proches et ils partagent tout. Ils vont avoir 16 ans, ont des amis, vont au lycée bref mènent une vie banale d’adolescents jusqu’au jour où un bracelet va tout changer et les faire basculer dans un monde inconnu empli de légendes et de croyances. Ils vont devoir accepter que la magie fait partie de ce monde..  

J’ai de suite été attirée par ce roman non seulement pour sa couverture que je trouve magnifique (et que l’on comprend au fur et à mesure de la lecture) mais également pour son résumé. J’adore ce genre d’histoire où des ados vont sortir du lot et découvrir leur potentiel. Ici les choses se font plutôt lentement et comme c’est un premier tome, j’ai trouvé que c’était vraiment bien amené. On n’est pas noyé sous la masse d’information, l’auteure nous laisse digérer et bien comprendre au fur et à mesure.  

L’histoire tourne autour du duo Casey / Max mais pas seulement, ils ont un groupe d’amis de lycée qui prend un peu de place et qui donne une ambiance non seulement sympathique mais également vraisemblable. En effet, on ne tombe pas dans le cliché des deux ados coupés des autres qui ne vivent que l’un pour l’autre bien au contraire ! Ils ont des amis, des petits amis, sortent, font la fête, sont punis, bref une vrai vie de jeunes de 16 ans. L’auteure réussit à rendre le côté lycéen non seulement présent mais crédible. A cela s’ajoute la découverte de la légende des Mastels, ils vont devoir accepter que leurs vies ne sont pas ce qu’elles semblent être et que d’autres soucis que leurs examens ou leurs matchs de basket vont leur tomber dessus. Pareil pour cette partie de l’histoire, j’ai apprécié que tout ne leur tombe pas tout cuit dans la bouche mais également que leur acceptation ne soit pas immédiate. Ils vont devoir comprendre leurs rôles, celui de l’Energie. Cette histoire est originale car elle touche à la nature et pas uniquement à la magie pure. 

L’histoire se déroule donc plutôt lentement mais de façon continue entre révélations, découvertes, chamailleries et réconciliations. Les personnages de Cassandra et Max sont très attachants car ils sonnent justes et sont plutôt raccords avec leurs âges. J’ai particulièrement aimé Cassandra et son caractère.. si impétueux. Les deux héros prennent beaucoup de place alors les autres personnages sont moins travaillés et j’aurais aimé en savoir plus sur certains comme leurs mères par exemple. Mais c’est un tome 1 et il y a encore beaucoup de révélations à venir.. 

Tia Wolff a une écriture vraiment agréable, légère et fluide qui colle parfaitement à son histoire et à ses personnages. Elle a également une imagination fertile pour avoir inventé ce monde et ces légendes même si j’ai pu deviner certaines choses avant l’heure. C’est un premier tome très sympathique qui m’a fait passé un moment de lecture distrayant. 

Conclusion

Un monde où la magie existe et où deux adolescents vont devoir comprendre leurs rôles dans cet univers. C’est léger mais prenant, c’est agréable et ça se lit rapidement.. Un tome un qui ne donne qu’une envie.. Lire le tome 2 ! 

Ma note : 8/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici..

Chronique Livresque·fantastique

Sorceraid, Tome 1 : Décadence, le fantôme de Waterlow par Léna Lucily 

Fiche technique :

Autoédition – 148 pages – ebook ou broché – Fantastique

Résumé :

Nora est une jeune diplômée, blogueuse mode à ses heures, qui vit à Londres et cherche du travail ! Lorsqu’elle découvre cette alléchante offre d’emploi sur Internet, elle ne se pose pas de question : elle fonce… Droit dans un bus ! Accident dont elle ressort sans une égratignure. Cet exploit lui vaut d’être embauchée chez Sorceraid, société de conseil en solutions magiques. Nora passe donc ses journées à fournir à des sorciers décadents (ayant utilisé l’intégralité de leurs ressources en magie) les solutions aux problèmes existentiels de leur quotidien, tels que la résurrection d’Elvis Presley pour un anniversaire ou la traque d’un fantôme inopportun. Bienvenue chez Sorceraid !

livrelecteurs

Mon avis :

Je ne vous en avait pas encore parlé mais j’ai eu la chance d’être sollicitée pour faire parti des chroniqueurs / jury au Prix des auteurs inconnus (n’hésitez pas à aller consulter le site en cliquant ICI ), j’ai donc lu mon 1er roman sélectionné dans la catégorie Imaginaire.

Nora est fraîchement diplômée et recherche activement un emploi. Elle se rend donc à un entretien mais alors qu’elle a un doute sur l’adresse elle se fait renverser par un bus. Accident dont elle se relève sans aucun dommage, ce qui apparemment vaux pour embauche chez Sorceraid puisqu’elle est embauchée sur le moment. Nora va donc découvrir une facette de notre monde qu’elle ignorait : le monde des sorciers ! La magie existe et Sorceraid est là pour apporter des solutions aux sorciers, qui ont, parfois de bien étranges demandes..

L’histoire est un très bon mélange de fantastique que l’on découvre grâce à Sorceraid et ses clients et de monde réel puisque Nora est une héroïne bien ancrée dans son siècle : téléphone portable, blog,.. J’ai particulièrement aimé la finesse dont fait preuve l’auteure pour mélanger ces deux mondes, faire qu’ils cohabitent de façon crédible. Elle est bien construite, sans temps mort, j’ai même trouvé qu’elle était trop courte tant j’ai pris plaisir à la lire. Entre l’arrivée de Nora à son nouveau poste et les aventures qui en découlent, je ne me suis pas ennuyée une seconde. Car, bien sur, comme l’indique le titre il y a une histoire de fantôme..

Nora est une héroïne qui donne du peps à  l’histoire, elle est drôle, un peu tête brûlée et surtout elle n’y connaît rien à la magie alors lorsqu’elle est propulsée commerciale chez Sorceraid. Elle se retrouve à travailler avec Christine, sa lyconthropie et son fichu caractère cela donne des scènes vraiment amusantes. Tous les personnages de ce premier tome sont vraiment attachants, j’avoue un petit faible pour George et ses chapeaux.. Que ce soit les « humains » amis de Nora comme Charlotte ou Jeff ou les sorciers comme Ying ou Ellie, je les ai tous appréciés (même les méchants !).

Lors des pré-sélections, j’avais déjà beaucoup apprécié le style de l’auteure et mon impression s’est confirmée à la lecture du roman. Léna Lucily écrit de façon très légère, actuelle et ça donne un récit fluide et qui se lit très bien. Elle a choisit d’écrire cette série en épisodes, et j’avoue être de plus en plus fan de ce format. C’est plutôt court (et parfois frustrant), rapide à lire mais de cette façon on retrouve plus souvent des héros que l’on apprécie. J’ai tout spécialement aimé la façon dont SMS et mails étaient intégrés au récit. Ca apporte un petit côté moderne très sympa..  

Conclusion

Grâce au Prix des Auteurs Inconnus, j’ajoute le nom de Léna Lucily à ma liste d’auteurs à suivre.. J’ai vraiment aimé faire la connaissance de Nora et pénétrer dans le monde de Sorceraid..

Ma note : 8.5/10

Si vous souhaitez acheter et lire ce roman, cliquez LA

Pour suivre l’auteure, Léna Lucily suivez LE LIEN

 

Chronique Livresque·fantasy

Coeur de flammes, Tome 1 : Le Visage de l’Ombre par Iman Eyitayo

coeur-de-flammes,-tome-1---le-visage-de-l-ombre-514148-264-432

Fiche Technique :

Editions Plumes Solidaires – 364 pages – ebook ou broché – Fantasy

Résumé :  

Dans un monde qui redécouvre l’emploi de la magie, scellée dans des pierres depuis près d’un millénaire, Aluna vit dans l’ombre : c’est une paria. Elle est née jumelle, synonyme d’arrêt de mort depuis qu’un être mystérieux, le Régisseur, règne en tyran sur son monde. Toutefois, lorsqu’elle brise un interdit ancestral par accident et ravive un ancien conflit avec le royaume voisin, elle se retrouve au centre de toutes les attentions. Dès lors, Aluna va être entrainée dans une aventure mêlant magie, complots, rébellion, et qui va lui permettre d’entrevoir un des secrets les mieux gardés de son monde…

livrelecteurs

Mon avis :

Un grand merci aux Editions Plumes Solidaires de m’avoir proposé ce roman en service presse et pour leur confiance.  

Aluna est une jeune femme qui vit dans un monde vraiment loin d’être accueillant.. Le Régisseur le dirige d’une poigne de fer, les différents territoires se font la guerre ou sont à peine en trêves et elle est née jumelle ce qui est formellement interdit, elle aurait dû être exécutée à la naissance. Elle vit en compagnie d’un druide qui l’utilise comme cobaye pour des expériences et cela l’amène à transgresser malgré elle une loi ancestrale et à se retrouver dans une situation délicate et dangereuse..

Je découvre grâce à ce roman la plume de son auteure, Iman Eyitayo, et je dois dire que c’est une très jolie découverte. En effet, ce premier tome, nous entraîne dans le monde qu’elle a créé et qui s’articule parfaitement entre les différents peuples, leurs lois, leurs traditions plus précisément entre Cristallia et Goran. La toute puissance du Régisseur y est omniprésente à travers le personnage d’Aluna puisque celle-ci ne peut vivre au grand jour, étant jumelle. Iman Eyitayo a une écriture vraiment très agréable, fluide et légère. Elle décrit parfaitement les lieux, les situations ou les personnages sans lourdeur et malgré quelques longueurs j’ai vraiment apprécié ma lecture.

Le lecteur pourra avoir un point de vue plus précis de ce monde grâce à la carte se trouvant au début du livre. Dans les livres de fantasy j’aime lorsque l’auteur inclus une carte, un plan car les mondes étant généralement inventés il est compliqué de s’y retrouver. Cette carte et le glossaire l’accompagnant sont un très bon ajout pour permettre au lecteur de vraiment s’immerger dans l’histoire et d’en comprendre toutes les subtilités.

L’histoire, quant à elle, est très prenante car elle repose non seulement sur le personnage d’Aluna et sa magie mais également sur des complots et des trahisons qui font avancer l’histoire de façon rythmée. L’apparition de créatures telles que les chimères m’a fascinée et j’aurai aimé en savoir encore plus sur celles-ci. Une création vraiment originale de la part de l’auteure tout comme ce qui touche à la magie ici. Une jolie part de romance est également présente et elle est très justement dosée car elle n’est pas envahissante et ne prend pas le pas sur l’histoire principale.

Le personnage d’Aluna est vraiment mon préféré (pour une fois, l’héroïne !!!). Elle est délicate, touchante mais a également une part sauvage voir dangereuse. Elle est pleine de contradiction et j’ai trouvé qu’elle était vraiment bien développée. Le prince Willan de Goran est également un personnage attachant même si je l’ai trouvé un peu plus lisse qu’Aluna, moins travaillé. Il manque à mon goût d’un tout petit peu de caractère même s’il n’hésite pas à donner son point de vue voir à contredire son père le Roi par exemple. Quant aux personnages secondaires mes préférés sont sans aucun doute Siruth et Beth qui bien qu’ils ne soient pas forcément très présents sont sans aucun doute les plus réussis, j’ai un faible pour Beth mais je brûle d’en savoir plus sur Siruth.

en-conclusion

Un très bon livre de fantasy où la magie, bien que bannie, reste très présente. Un monde plutôt cruel mais d’où il ressort des actes généreux et de l’amour. Un premier tome qui laisse présager une suite tout aussi prenante.

Ma note : 8/10

Chronique Livresque·fantasy

Cœur de Menhir par Adrien Hortemel

coeur-de-menhir-981696-264-432

Fiche Technique :

Donjon Editions – 269 pages – Broché – Fantasy / Heroic fantasy

Résumé :

Une paix fragile règne entre les différents peuples de la forêt de Déremkas. Les habitants sont menacés par une prophétie oubliée qui annonce le retour des ténèbres. Parmi eux, Dairen, un jeune homme ordinaire, va se retrouver au milieu d’une lutte de pouvoir. Les rencontres seront nombreuses, mais ces personnes vont – elles l’aider à se frayer un chemin dans un monde cruel où les légendes sont devenues réalité ?

livrelecteurs

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie Adrien Hortemel, l’auteur de m’avoir confié son livre en service presse et pour sa confiance.

Le livre ouvre comme un zoom de cinéma d’abord un gros plan qui se resserre peu à peu pour arriver dans une maison où des « ombres » attaquent une femme et un enfant. La femme pratique une sorte de magie qui permet à l’enfant de s’enfuir. Le ton est donné, la magie est présente dès le début du récit, on sent que son influence va être importante.

Puis on fait connaissance avec Dairen, jeune garçon vivant à Kêrstrud, ville où tout est très organisé, hiérarchisé. Les gens sont répartis selon leurs compétences professionnelles comme par exemple les guérisseurs, les éducateurs ou les moissonneurs (entre autres). Chacun y tient sa place pour le bien de la communauté. Sauf que Dairen n’est pas originaire de cette cité alors il a bien du mal à se faire accepter par ses camarades. Jusqu’au jour où les ténèbres font leur apparition..

Dès le départ on comprend que l’auteur aime les légendes et les mondes imaginaires. Il crée, en effet, dans ce premier tome un monde vraiment bien pensé où chaque personne  a sa fonction, où tout est organisé avec en plus un côté original quant au choix du lieu d’habitat. Ce n’est malheureusement pas une cité très accueillante surtout pour Dairen qui subit le fait d’y être étranger. Il est rejeté par la plupart des natifs de Kêrstrud. La haine de l’autre est très présente, on sent bien que même si les non-natifs sont acceptés ils ne sont pas forcément les bienvenus pour tout le monde.

Dairen est un personnage que j’ai trouvé attachant car assez atypique. C’est un héros plutôt silencieux, il parle peu, est introverti, observe. Il aime également à se retrouver seul. Ce n’est pas un héros sans peur, j’aime beaucoup son côté humain et touchant et j’ai trouvé qu’il changeait un peu de tout ces héros beaux et sans peur et sans reproche que l’on voit régulièrement. Dairen va rencontrer de nombreux autres protagonistes dont Alyssan, Sigrid ou Raudan. Alyssa est celle que j’ai préféré à cause de son caractère, de sa répartie, elle m’a souvent fait sourire. Concernant les autres personnages tels que Sigrid, Raudan ou Léno également, j’aurai aimé en savoir plus sur eux. J’ai trouvé qu’ils était moins développés mais peut être en saurons nous davantage dans le second tome.

L’histoire est très intéressante et j’ai aimé découvrir cette cité médiévale avec ses croyances et surtout cette prophétie qui annonce le retour des ténèbres. L’auteur a construit autour de son héros tout un monde où se côtoient magie, créatures étranges et où les humains n’hésitent pas à comploter, trahir ou tuer. De nombreux rebondissements ou révélations se font au fil des pages et l’auteur n’épargne pas ses héros. Il les malmène suffisamment pour que l’histoire soit rythmée, sauf que j’aurai aimé qu’il s’attarde parfois pour nous expliquer un peu plus la psychologie de certains personnages ou l’action qui se déroule.

Un gros point fort de ce roman, en plus de son histoire prenante, est la très belle couverture. Elle est très représentative et très bien réalisée. Le lecteur découvrira également au fil des pages des illustrations vraiment réussies représentant certains personnages, créatures ou lieux de vie. Elles sont un vrai plus pour ce livre et j’ai trouvé que c’était une très belle idée tout comme la carte au début du livre permettant de situer l’action.

J’ai toutefois un bémol concernant cette fois l’écriture. L’auteur écrit bien et utilise un vocabulaire varié et adapté ce qui est un bon point, sa plume est également agréable et il ajoute une note d’humour très appréciable. Malheureusement, il y a une faiblesse concernant la concordance des temps qui m’a parfois gênée dans ma lecture. Ca et de nombreuses fautes, j’ai trouvé cela un peu dommage car ça m’a parfois gâché un peu le plaisir de l’histoire. Malgré tout, ça reste un roman distrayant et avec une histoire vraiment originale qui plaira aux fans de fantasy.

conclusion

Un roman fantasy bien construit avec un monde intéressant et un héros touchant. L’orthographe et les temps à revoir pour un second tome parfait ! J’ai hâte de connaître la suite de leurs aventures !

Ma note : 6.5/10

Chronique Livresque·fantastique·fantasy

Galénor Tome 1 : Le livre des Portes par Audrey Verrault

galenor,-tome-1---le-livre-des-portes-872161-264-432

Fiche Technique :

Autoédition – 358 pages – ebook ou broché – Fantasy

Résumé :

Dans un monde où cohabitent humains, elfes et inferniths – des êtres hybrides mi-humains, mi-démons comme des muses, des vampires, des chimères… la guerre fait rage. Mené par un mage noir nommé Kendrick, un groupe d’inferniths terrorise Galénor depuis des décennies – meurtres, maisons incendiées et disparations s’enchaînent… JudyAnn, une jeune paysanne, voit sa vie changée à jamais lorsque le célèbre Edgar Grimm Mérindol lui apprend qu’elle est une géminie, sorte de magicienne qu’elle croyait pourtant disparue… Elle partira pour la grande cité de Godwynn où elle apprendra à maîtriser ses pouvoirs avec Vincent, un professeur et un vampire pas comme les autres… Amitié, amour, trahisons, surprises et dangers mortels l’attendent, dans un monde où il est parfois difficile de différencier le vrai du faux et où de vieilles craintes et superstitions se sont installées… Le livre des Portes est le premier tome des aventures de JudyAnn à travers Galénor.

pile-de-livres

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie chaleureusement Audrey Verreault, l’auteure, pour ce très beau service presse.

JudyAnn fête ses 19 ans, âge auquel la magie est révélée et elle apprend qu’elle est l’une des dernières géminies encore en vie. Elle va donc devoir quitter sa mère adoptive et sa petite sœur pour aller vivre à Godwynn chez  le célèbre Edgar Grimm Mérindol et apprendre à y maîtriser ses pouvoirs. Elle sera l’élève de Vincent, vampire plutôt atypique, et rencontrera les autres géminies. Mais les choses vont très rapidement se compliquer à cause du mage noir Kendrick et de ses agissements…

Ai-je besoin de vous dire que la première chose qui m’ait attiré l’œil est la couverture ? Je la trouve sublime. En général, je ne suis pas fan d’avoir un personnage sur la couverture, je trouve que cela bride l’imagination en imposant un visage mais là je pense qu’elle est parfaite ainsi ! Le dessin, les couleurs,… l’ensemble est magnifique.

Dès les premières pages, le lecteur est plongé dans un monde unique peuplé de magiciens et d’inferniths.. Des muses, vampires, sphinx, sirènes, elfes, mages noirs peuplent Galénor, entre autres. J’ai de suite été embarquée dans ce monde très riche et varié qui se dévoile peu à peu. L’auteure explique à chaque nouvelle « apparition » les propriétés dont dispose chaque espèce aussi bien au niveau physique que magique et vu le nombre d’inferniths de tous genres c’est une bonne chose, ça permet au lecteur de bien assimiler les différences et de situer chaque personnage.

Le monde créé par Audrey Verreault est tout aussi vaste et hétéroclite. On passe d’un village de campagne où les habitants vivent en retrait à une grande et belle ville emplie de lieux étranges comme le bar pour inferniths mais également d’une population cosmopolite. On traverse également des forêts, on visite des échoppes, j’ai vraiment trouvé que l’auteure faisait preuve de beaucoup d’imagination. J’ai particulièrement aimé le clin d’œil à Désechantée, monde où les habitants ne croient plus en la magie..  

Le personnage principal, JudyAnn, est attachante et mignonne. Elle est assez naïve car elle n’est jamais sortie de son village mais j’ai été assez impressionnée par sa capacité à apprendre les choses. Chaque nouvelle leçon est vite assimilée, peut-être parfois trop vite. Je l’ai trouvée vraiment courageuse, sa situation n’est pas des plus simples. Apprendre qu’elle est une magicienne exceptionnelle, quitter sa famille et ses amis pour partir avec des inconnus, même si c’est le lot des magiciens ça bouscule une vie ! J’ai adoré, par contre,son don de géminie qui est vraiment étonnant et bien trouvé ; une idée vraiment originale de la part de l’auteure..

Mais le personnage que j’ai le plus apprécié est Vincent, le vampire qui se travestit en clown et mange des bonbons à tout bout de champs.. Il est plus complexe que Judyann, plus mature également (en même temps, il a quelques centaines d’années…). Il doit faire face à des sentiments, à des choix qu’il doit gérer seul en tenant compte de sa condition de vampire. Les autres personnages sont aussi sympathiques comme Kyle, Tom ou Daphnée que j’ai beaucoup aimé. Ils sont trop peu développés à mon goût même s’ils sont très présents dans l’histoire. J’aurais aimé pouvoir cerner un peu mieux leurs caractères, leurs pensées.

L’histoire est également très prenante et intéressante. Elle est riche en rebondissements, les personnages ne sont pas forcément épargnés et les révélations sont nombreuses. Malgré des moments un peu cousu de fil blanc ou sur lesquels il aurait fallu s’arrêter un peu plus en explications, j’ai vraiment été prise dans cette aventure et j’ai suivi tous les personnages avec intérêt. J’ai tremblé, espéré, craint et souffert en compagnie des protagonistes de ce premier tome et j’ai hâte de pouvoir lire la suite des aventures de JudyAnn et de ses compagnons.

Je découvre ici la plume d’Audrey Verreault et j’ai été bluffée par son imagination et surtout sa connaissance des êtres mythiques ou mythologiques. Elle réussit à mener son histoire tout en informant sur ces êtres le lecteur sans que cela n’alourdisse le récit. Quelques petites maladresses ou coquilles apparaissent dans le texte mais rien qui ne soit gênant à la lecture ou ne soit rectifiable pour de futurs écrits. Une jeune auteure à suivre sans aucun doute !

en-conclusion

Une histoire sympathique et bien menée pour ce livre mêlant fantasy et fantastique. De l’amour, des rebondissements, des révélations, de la trahison.. un livre où l’on ne s’ennuie pas !

Ma note : 7.5/10

 

 

Chronique Livresque·fantasy

Les fragments perdus par Brice Milan

fragments

Fiche Technique :

Auto-édition – Fantasy

Résumé :

L’armée de Morgaste assiège la capitale des Terres d’Eschizath au cœur de l’hiver. Face à cet adversaire implacable, les membres du conseil des Trente décident de dépêcher trois messagers chargés de quérir des renforts auprès du royaume mitoyen des Hisles. Mais le prince noir, en quête de mystérieux fragments, lance à leur trousse ses troupes de Maraudeurs impitoyables. L’inexpérimenté Alceste, la belle et farouche Oriana et le fidèle garde de l’Ordre, Horst, vont devoir franchir le lac Gelé, traverser la forêt d’Eslhongir et gravir les monts Dunhevar. En chemin, ils s’allieront à Ulva, la Meneuse de loups…

pile-de-livres

Mon avis :

Avant tout, je tiens à remercier chaleureusement Brice Milan pour ce nouveau service presse et surtout pour sa confiance.

Morgaste le Prince Noir est en quête de mystérieux fragments et pour les récupérer il ne reculera devant aucun obstacle. Un groupe de messagers est envoyé depuis les Terres d’Eschizath afin de quérir de l’aide auprès du royaume des Hisles mais Morgaste va lancer ses Maraudeurs à leur poursuite dans une traque impitoyable. Nos héros vont devoir faire alliance avec des personnages croisés au fil de leur périple comme Ulva par exemple afin de pouvoir mener leur mission à bien.. Mais peut-être que cette mission n’est pas le seul but poursuivi..

J’avoue que le Fantasy n’est pas mon genre littéraire préféré. J’ai toujours beaucoup de mal avec les noms, les lieux.. Ici l’auteur a certainement eu une pensée pour les personnes comme moi, qui vont vite s’emmêler, en insérant dès le début du roman un tableau des personnages. C’est une très bonne idée ! Eh bien pour une fois que j’avais un tel outil à disposition, je ne l’ai pas utilisé ! Je dois dire que malgré un nombre assez conséquent de personnages je n’ai pas été perdue une minute tout étant très bien expliqué au fur et à mesure.

L’histoire débute rapidement, les bases sont posées et le groupe de Messagers créé. Dès les premières pages, j’ai trouvé cette histoire vraiment intéressante car Brice Milan n’épargne pas ses personnages. Les rebondissements se succèdent, les trahisons ou révélations également. J’aurais parfois voulu avoir une petite pause pour souffler mais l’histoire est tellement prenante qu’au final on avance sans s’en rendre compte.

Le groupe de Messagers Alceste, Oriana et Horst est vraiment attachant. Ils sont différents les uns des autres et complémentaires à la fois. On apprend à les connaître au fur et à mesure de leur avancée. Mais malgré de nombreux personnages dans le camp des « gentils », je dois avouer que celui qui m’a le plus intriguée est le Prince Noir Morgaste lui-même. Il est impitoyable, sans morale ni cœur mais je l’ai trouvé mystérieux. On en apprend à son sujet au fil de l’histoire mais je suis bien certaine que l’auteur nous réserve encore des surprises pour la suite.

J’avais déjà eu la chance de lire Brice Milan avec « La Belle Assise » (ma chronique ICI) et « La Terre des Ombres » (ICI pour ma chronique) et j’avais déjà pu apprécier son talent. « Les fragments perdus » est son premier roman qui a été, m’a-t-il dit retravaillé et personnellement c’est mon préféré.

Son style est percutant, l’écriture est fluide, l’histoire est accrocheuse et les personnages bien travaillés. Le roman est divisé en trois parties et les chapitres sont assez courts. Ce choix de l’auteur permet de maintenir un bon rythme sans avoir de longueurs. Un très bon premier tome pour moi ! Et il va sans dire que j’ai hâte de connaître la suite des aventures d’Alceste et Oriana..

en-conclusion

Un très bon roman de Fantasy bien écrit et bien mené. Une histoire vraiment prenante et pleine de rebondissements et il me tarde de pouvoir connaître la suite des aventures d’Alceste et ses compagnons !

Ma note : 8/10

 

Chronique Livresque·fantastique

La Bibliothèque T1 Grandir par Pauline Deysson

la-bibliotheque,-tome-1---grandir-864070-264-432

Fiche Technique :

Autoédition – 502 pages – ebook ou broché – Fantasy

Résumé :

Imaginez un monde où ni la pauvreté, ni la guerre, ni les livres n’existeraient plus. Le technomonde. Imaginez un lieu hors du temps, qui abriterait tous les rêves de l’humanité. La Bibliothèque. Imaginez que ces deux univers se rencontrent. À 10 ans, Émilie est choisie pour devenir la nouvelle Bibliothécaire. Elle a le pouvoir d’entrer dans les rêves, et de les vivre comme s’ils étaient réels. Son premier livre la conduira sur une voie semée d’embûches, de magie et de doutes. L’accompagnerez-vous ? Mêlant conte philosophique, aventure et magie, La Bibliothèque doit comporter cinq tomes. Grandir est le premier ; les autres seront Vivre, Aimer, Mourir et Rêver. Poursuivez votre voyage sur http://www.paulinedeysson.com

pile-de-livres

Mon avis :

Je remercie chaleureusement l’auteure, Pauline Deysson, pour l’envoi de ce service presse et pour sa confiance.

Emilie vit dans un monde hyper connecté, le technomonde d’où ont été banni la guerre, la misère mais également les livres. Mais Emilie ne se satisfait pas de cette vie et lorsqu’elle est choisie pour devenir la nouvelle Bibliothécaire elle découvre le pouvoir d’entrer dans les rêves, de guider les âmes. Grâce à sa première lecture, elle va vivre des aventures extraordinaires emplies de magie, de pièges mais également de belles rencontres..

J’ai de suite accroché à cette histoire. En effet, dès le début, le lecteur est amené à se poser des questions tantôt sur le fonctionnement de notre monde, tantôt sur notre façon d’appréhender les autres, etc.. Le côté philosophique est très bien amené sans être moralisateur. Le début est assez complexe car l’auteure prend bien le temps de poser les bases du monde, ses abréviations et même si j’en ai été un peu déroutée au départ, j’ai appréciée par la suite car ça a rendu ma lecture beaucoup plus facile, aidée par le lexique à la fin du livre ce qui est une très bonne idée.

Les personnages sont très nombreux car Emilie va faire de nombreuses rencontres lors de ses aventures. Des humains mais également des êtres magiques comme les fées, les sirènes ou le peuple de la nature par exemple. J’ai aimé la façon dont Pauline Deysson les intègre à l’histoire, tout comme les nombreuses références à des textes, contes et légendes qui sont très agréable. J’ai aimé retrouver des références à la mythologie grecque entre autres. Je me suis attachée à chaque personnage, tout particulièrement à Antonie et Emilie. Cette dernière m’a beaucoup plu dès le départ par son esprit frondeur et courageux et la voir évoluer au fil des pages a été un régal.

La découverte de la Bibliothèque et de son histoire est vraiment passionnante, tout comme son fonctionnement. J’imaginais sans mal les âmes venues là pour rêver, j’ai aimé cette idée.

Puis l’histoire du premier livre lu par Emilie est vraiment intéressante et prenante, on passe de scènes d’actions à des scènes plus calmes de réflexions qui permettent au lecteur de souffler un peu. L’auteure a vraiment une imagination sans limite car j’ai vraiment plongé dans ce roman même si parfois j’ai trouvé quelques passages un peu trop longs. Mais la très belle plume de Pauline Deysson fait que l’on dévore les 500 pages de ce roman sans s’en apercevoir !

en-conclusion Un très bon premier tome qui nous entraîne entre technologie à outrance et magie à nous poser de nombreuses questions. Je lirais la suite des aventures d’Emilie avec beaucoup de plaisir.

Ma note : 7.5/10

 

 

 

 

Chronique Livresque·dystopie·fantastique·Jeunesse

Pour une meilleure vie de Frédérique Arnould

vie meilleure

Fiche Technique : 

Autoédition – 207 pages – ebook – Fantastique / Dystopie

Résumé : 

Dans un monde régi par une classe de nantis. Les pauvres tentent de survivre à une politique d’oppression. Après la mort de son père, Émie, une fille de la classe inférieure, va tout perdre en se retrouvant propulsée dans ce monde de privilégiés qu’elle déteste plus que tout. Grâce à une rencontre, elle va surmonter sa haine. Elle va apprendre à évoluer dans ce monde hostile, tout en déjouant les manipulations dont elle est constamment la cible et en découvrant son don.

pile-de-livres

Mon avis : 

Un grand merci à Frédérique Arnould, l’auteure, pour m’avoir confier son livre en service presse et pour sa confiance.

Emie vit dans un monde particulièrement injuste où les pauvres, classe dont elle fait partie, travaillent et vivent pour subvenir aux besoins de la classe des nantis. Les milices sont là pour faire respecter cet état de fait et n’hésitent pas à abattre ceux qui dérogent à la règle. Mais la vie d’Emie va basculer avec la mort de son père et l’obligation qui lui est faite d’aller vivre chez les nantis. Elle va laisser derrière elle son ami Henri et n’aura de cesse que de pouvoir le rejoindre. 

Voilà le genre d’histoire que j’aime en général, un monde injuste à la Hunger Games ou Divergente, une jeune héroïne qui va se battre pour ses idées et bien sur un paquet de méchants qui vont se mettre en travers de sa route.  Et le roman de Frédérique Arnould réunit toutes ces données et bien plus ! 

Le monde dans lequel elle nous entraîne est non seulement injuste mais dangereux. En effet, les pauvres y sont traités comme du bétail tout juste bons à travailler dans les mines ou dans les champs pour fournir aux riches ce dont ils ont besoin. Bien entendu, des rebelles ont essayé de s’opposer au régime en place mais sans grand succès. Emie va ressentir cette injustice d’autant plus qu’après avoir vécu la faim avec sa mère et ses sœurs elle va passer, bien malgré elle, du côté des privilégiés et se rendre compte de leur façon de vivre. Emie va naviguer entre trahisons et manipulations même si elle trouvera quelques alliés sur sa route. 

L’histoire est bien menée et à un rythme vraiment agréable. On ne s’ennuie pas et les révélations et actions s’enchaînent rapidement. Les chapitres sont courts ce qui donne une sensation de fluidité au texte, un dynamisme très plaisant. Le mélange de dystopie et de fantastique est vraiment original. En effet, Emie semble posséder des dons particuliers qu’elle va devoir dompter et que le lecteur va découvrir en même temps qu’elle. 

Les personnages sont bien décrits. J’ai particulièrement aimé Henri qui est attachant, il est entier et fidèle et ne recule devant rien pour aider Emie. J’ai eu plus de mal avec le personnage d’Emie par contre. C’est une jeune femme courageuse mais j’ai parfois eu envie de la secouer un peu pour la faire réagir. Les personnages secondaires sont parfois un peu trop effacés à mon goût, je pense notamment à Mme Zagler pour laquelle j’aurai aimé avoir plus de détails. Malgré tout, on aime ou on déteste rapidement les protagonistes même si parfois l’auteure nous met sur de fausses pistes.. 

Frédérique Arnould a une plume fluide et très agréable qui nous embarque sans aucune difficulté dans son histoire. Par contre, Emie étant la narratrice j’aurai aimé un peu plus de passion dans l’expression, de sentiments. Le ton est parfois trop neutre ou froid ce qui m’a parfois un peu gêné. Malgré ce petit bémol c’est une très bonne dystopie et je lirai la suite avec plaisir car j’ai hâte de connaître la suite de leurs aventures.

en-conclusion

 Une jolie découverte entre l’histoire et la plume de l’auteure ! Une dystopie vraiment très sympa et très bien écrite qui plaira sans aucun doute aux fans du genre. 

Ma note : 7.5/10

 

Chronique Livresque·Jeunesse

L’amour entre les lignes de Tia Cotant

Fiche technique :

128 pages – ebook ou broché

Résumé :

Au lendemain de son retour de son voyage dans les Contes de Grimm et dans le Journal d’Anne Frank, Amandine veut poursuivre ses aventures dans les livres. Alors qu’elle plonge au cœur d’un nouveau roman, elle va faire une rencontre inattendue, elle n’est pas la seule à pouvoir voyager dans les livres, Victor, un jeune garçon de l’âge d’Amandine, se trouve aussi dans ce roman.
Qui-est-il ? Que fait-il là ?

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie Tia Cotant, l’auteure, de m’avoir permit de lire ce second tome et de sa confiance.

J’avais eu un très gros coup de coeur pour la Tome 1 « La Bibliothèque Magique » Chronique Ici. J’avais en effet été bluffée par Tia qui est une jeune auteure de 11 ans mais qui manie déjà les mots avec beaucoup de talent.

C’est donc avec joie que j’ai retrouvé la jeune Amandine, héroïne de ce roman, le lendemain de sa grande aventure dans la bibliohtèque magique. Amandine est, bien sur, impatiente, de renouveler cette fabuleuse expérience qu’est le saut dans un livre et pouvoir rencontrer les personnages qu’elle affectionne. Elle se décide donc à visiter Alice et son pays des Merveilles.. Mais elle va y découvrir bien plus que l’histoire qu’elle connait, un intrus est présent. Commence alors une nouvelle aventure pour Amandine mais différente que ce qu’elle avait pu imaginer…

Ce deuxième tome est sans conteste non seulement à la hauteur du premier mais j’ai trouvé qu’il le surpassait. En effet, l’auteure y a mis plus de profondeur surtout dans les personnages. Amandine est toujours aussi attachante et drôle, elle s’adapte très vite à chaque environnement (c’est préférable face à la Reine de Coeur !) et a toujours un petit mot à adresser au lecteur. Le personnage de Victor est également très bien trouvé et réalisé, il est vraiment touchant, amusant. Comme pour le premier tome, on y retrouve des personnages tirés d’un livre connu, ici c’est Alice aux Pays des Merveilles et Tia a su leur donner vie, j’ai beaucoup aimé Alice et son petit caractère… Les personnages secondaires sont également plus développés comme Mme Binocle, la bibliothécaire, ou Eva, la meilleure amie d’Amandine.

J’ai trouvé ce second volume plus mature, plus développé aussi pour l’histoire. En effet, Amandine se livre au lecteur sur sa vie d’écolière, ses amitiés. Ce second tome est également plus centré sur les sentiments comme l’amour ou l’amitié. Amandine va devoir affronter des situations auxquelles elle n’était pas préparée. L’histoire est vraiment bien menée, sans temps mort. Tia maîtrise vraiment bien les mots et elle rends chaque situation ou sentiment parfaitement. J’ai également beaucoup aimé l’intrusion de nos personnages dans Paris (je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler) mais ça leur donnait un côté « réel ».

Le visuel est toujours aussi beau et réussi. La couverture est vraiment très réussie et parfaitement représentative de l’histoire. Quant à l’intérieur du livre c’est un véritable bijou, entre illustrations et citations, un régal pour les yeux !

Tia est décidémment une jeune auteure avec beaucoup de talent, elle le prouve une nouvelle fois ici ! J’ai adoré suivre les aventures d’Amandine et ses sauts dans les livres vont me manquer. Un coup de coeur pour moi pour ce livre jeunesse mais qui peut être apprécié à tout âge !!

Ma note : 10/10