Chronique Livresque·fantastique

Sorceraid, Tome 1 : Décadence, le fantôme de Waterlow par Léna Lucily 

Fiche technique :

Autoédition – 148 pages – ebook ou broché – Fantastique

Résumé :

Nora est une jeune diplômée, blogueuse mode à ses heures, qui vit à Londres et cherche du travail ! Lorsqu’elle découvre cette alléchante offre d’emploi sur Internet, elle ne se pose pas de question : elle fonce… Droit dans un bus ! Accident dont elle ressort sans une égratignure. Cet exploit lui vaut d’être embauchée chez Sorceraid, société de conseil en solutions magiques. Nora passe donc ses journées à fournir à des sorciers décadents (ayant utilisé l’intégralité de leurs ressources en magie) les solutions aux problèmes existentiels de leur quotidien, tels que la résurrection d’Elvis Presley pour un anniversaire ou la traque d’un fantôme inopportun. Bienvenue chez Sorceraid !

livrelecteurs

Mon avis :

Je ne vous en avait pas encore parlé mais j’ai eu la chance d’être sollicitée pour faire parti des chroniqueurs / jury au Prix des auteurs inconnus (n’hésitez pas à aller consulter le site en cliquant ICI ), j’ai donc lu mon 1er roman sélectionné dans la catégorie Imaginaire.

Nora est fraîchement diplômée et recherche activement un emploi. Elle se rend donc à un entretien mais alors qu’elle a un doute sur l’adresse elle se fait renverser par un bus. Accident dont elle se relève sans aucun dommage, ce qui apparemment vaux pour embauche chez Sorceraid puisqu’elle est embauchée sur le moment. Nora va donc découvrir une facette de notre monde qu’elle ignorait : le monde des sorciers ! La magie existe et Sorceraid est là pour apporter des solutions aux sorciers, qui ont, parfois de bien étranges demandes..

L’histoire est un très bon mélange de fantastique que l’on découvre grâce à Sorceraid et ses clients et de monde réel puisque Nora est une héroïne bien ancrée dans son siècle : téléphone portable, blog,.. J’ai particulièrement aimé la finesse dont fait preuve l’auteure pour mélanger ces deux mondes, faire qu’ils cohabitent de façon crédible. Elle est bien construite, sans temps mort, j’ai même trouvé qu’elle était trop courte tant j’ai pris plaisir à la lire. Entre l’arrivée de Nora à son nouveau poste et les aventures qui en découlent, je ne me suis pas ennuyée une seconde. Car, bien sur, comme l’indique le titre il y a une histoire de fantôme..

Nora est une héroïne qui donne du peps à  l’histoire, elle est drôle, un peu tête brûlée et surtout elle n’y connaît rien à la magie alors lorsqu’elle est propulsée commerciale chez Sorceraid. Elle se retrouve à travailler avec Christine, sa lyconthropie et son fichu caractère cela donne des scènes vraiment amusantes. Tous les personnages de ce premier tome sont vraiment attachants, j’avoue un petit faible pour George et ses chapeaux.. Que ce soit les « humains » amis de Nora comme Charlotte ou Jeff ou les sorciers comme Ying ou Ellie, je les ai tous appréciés (même les méchants !).

Lors des pré-sélections, j’avais déjà beaucoup apprécié le style de l’auteure et mon impression s’est confirmée à la lecture du roman. Léna Lucily écrit de façon très légère, actuelle et ça donne un récit fluide et qui se lit très bien. Elle a choisit d’écrire cette série en épisodes, et j’avoue être de plus en plus fan de ce format. C’est plutôt court (et parfois frustrant), rapide à lire mais de cette façon on retrouve plus souvent des héros que l’on apprécie. J’ai tout spécialement aimé la façon dont SMS et mails étaient intégrés au récit. Ca apporte un petit côté moderne très sympa..  

Conclusion

Grâce au Prix des Auteurs Inconnus, j’ajoute le nom de Léna Lucily à ma liste d’auteurs à suivre.. J’ai vraiment aimé faire la connaissance de Nora et pénétrer dans le monde de Sorceraid..

Ma note : 8.5/10

Si vous souhaitez acheter et lire ce roman, cliquez LA

Pour suivre l’auteure, Léna Lucily suivez LE LIEN

 

Publicités
Chronique Livresque·Thriller

Elise par Luca Tahtieazym

elise-961193-264-432

Fiche Technique :

Editions CZY – 338 pages – ebook ou broché – Thriller

Résumé :

Quatre murs ont été érigés autour d’elle par son geôlier. Tout ce que connaît Élise, elle le tire de ses nombreuses lectures.
Et l’épilogue est proche.
Voici l’histoire de celle qui voyageait avec les mots.

pile-de-livres

Mon avis :

Tout d’abord, un grand merci à Luca Tahtieazym d’avoir pensé à moi pour ce service presse et pour sa confiance renouvelée.

J’avais eu le plaisir de découvrir cet auteur grâce à son roman précédent « Versus » dont je vous parlais ICI et qui avait été un coup de cœur.

J’ai donc ouvert « Elise » en anticipant le plaisir de retrouver la plume de Luca.. Et quel régal cela a été !

Elise vit dans le Refuge, cabane rudimentaire, avec pour seule compagnie Mama Sim et son papa qui ne viennent pratiquement que pour la nourrir ou vider ses seaux. Mama Sim lui fait un cadeau qui va changer son existence : elle lui apprend à lire. Elle n’a pas le droit de sortir alors pour combler le vide, le temps qui passe elle lit, elle lit beaucoup..

Dès les premières pages, j’ai été happée par cette histoire. J’ai voulu tout savoir tout comprendre d’Elise, de sa vie. Elle vit cloitrée dans 20 m² mais elle s’est créée sa fenêtre sur le monde, son échappatoire grâce à la lecture. C’est une liseuse compulsive qui, malgré son très jeune âge, va découvrir un monde qu’elle ne connaît pas grâce à Stendhal, Stevenson ou Frédéric Dard. Les livres sont sa canne, son soutien, ils lui permettent de voyager sans bouger de sa prison, de se construire. Elise est une enfant touchante que l’on a envie de prendre dans ses bras pour la protéger de ses geôliers. Elle m’a profondément bouleversée par sa maturité, sa pureté, sa force et son courage.

Et puis il y a éLISE.. qui est également prisonnière du Refuge, qui va essayer de survivre à cet enfermement, à cette torture physique et mentale. éLISE est tout aussi émouvante mais elle a également un côté troublant, dérangeant. 

Ce roman est construit en différentes parties qui vont s’emboîter et construire petit à petit une histoire, seule et unique de celles que l’on oublie pas, de celles qui vous touchent, vous prennent aux tripes et vous laissent une marque indélébile un peu comme un livre corné qui gardera cette trace pour toujours.  A chaque page tournée, à chaque gifle, chaque coup je me suis attachée à Elise et à éLISE et à chaque fois que la porte du refuge s’ouvrait je détestais, haïssais un peu plus ces matons. Jusqu’à une fin que j’ai trouvé absolument parfaite !

Encore une fois Luca Tahtieazym m’a embarquée dans son histoire grâce à son talent.. Son écriture est incisive, juste, addictive. Il utilise les mots de façon magistrale en leur donnant tout leur sens. Il sait appuyer là où ça fait mal pour que le lecteur souffre avec ses personnages, s’identifie, se sente prisonnier du Refuge. La psychologie des personnages est parfaitement travaillée, décrite à tel point que j’ai, par moment, ressenti de l’empathie pour les bourreaux d’Elise même si cela n’a duré que quelques instants.

en-conclusion

Encore un coup de cœur pour l’un des roman de Luca Tahtieazym ! Une lecture qui m’a marquée et un personnage, Elise, qui va m’accompagner pendant un bon bout de chemin..

Ma note : 9/10

 

Chronique Livresque·fantastique·Science fiction

La nuit des cannibales par Gabriel Katz

la-nuit-des-cannibales-886815-264-432

Fiche Technique :

Pygmalion – 374 pages – ebook ou broché – Fantastique

Résumé :

 » Le réveil, déjà… Il est sept heures. Bizarre, j’aurais juré l’avoir réglé sur huit. Sous ma main, la table de nuit est plus basse que d’habitude La radio gueule un truc qui ressemble à Madonna, ou Lady Gaga bref, ce n’est pas France Info. Je me lève dans le noir et me demande d’où vient cette infâme odeur de pieds. Je n’ai jamais senti des pieds de ma vie, et même si j’ai assez bu pour me réveiller dans un lit qui n’est pas le mie, ça n’a jamais fait puer personne. L’interrupteur, enfin, me tombe sous les doigts. J’allume. Je regarde mon bras… qui n’est pas mon bras. Mon nez me paraît pointu, mes pommettes aussi. Putain, je ne suis pas moi. »

Lorsque Maxime de Retz, homme d’affaires de 43 ans, se réveille dans le corps d’un ado, la situation est pour le moins embarrassante. Mais, quand on essaie de l’assassiner, là, tout part carrément en vrille.

pile-de-livres

Mon avis :

Aujourd’hui, je vais vous parler d’une lecture perso. Ce livre était dans ma PAL depuis quelques mois déjà.. plus précisément depuis « Lire à Limoges » (petit résumé de ce fabuleux week-end ICI) et j’ai enfin prit le temps de le découvrir.. pour mon plus grand bonheur !

Dès les premières lignes j’ai su que ce roman allait me plaire ! Je ne vous expliquerais pas le pourquoi des « Cannibales » mais je rassure toutes les âmes sensibles aucun repas à base de chaire humaine ici bien que ces Cannibales ci ne soient pas très tendre non plus.

L’histoire commence doucement avec la découverte de son nouveau corps par Maxime et de toutes les difficultés en découlant mais une fois l’histoire lancée elle est passionnante ! De nombreux rebondissements font que j’ai eu du mal à le lâcher. J’ai adoré le concept développé dans ce roman, c’est original, bien amené et surtout bien écrit. Suivre Maxime, homme de 43 ans, dans le corps d’un ado de 15 a été un régal tant ses réactions et réflexions sont drôles et justes. Bon il faut s’imaginer se réveiller dans un corps étranger, dans une maison étrangère et devoir gérer une famille qui n’est pas la sienne. Pas simple… Et pourtant Maxime va plutôt bien s’en tirer je trouve et de là commence la grande aventure : comprendre ce qu’il lui arrive !

J’ai beaucoup aimé le personnage de Maxime qui, malgré les difficultés, ne perd pas son humour. Il fait preuve d’ingéniosité et d’intelligence pour s’adapter à son nouveau corps mais surtout à sa nouvelle condition parce que sa vie est loin d’être un long fleuve tranquille.. Il va croiser les routes de nombreux autres personnes qui vont tantôt vouloir l’aider, tantôt vouloir le trucider.

Quant à la fin.. Je la trouve juste parfaite ! Je l’ai relu trois fois tant j’ai trouvé que c’était bien trouvé ! Une fin comme je les aime..

Il est difficile de parler de l’histoire sans trop en dire je ne voudrais pas vous gâcher le plaisir de la découverte mais sachez que ce roman est un coup de cœur pour moi autant pour l’histoire que pour l’écriture..

Je découvre grâce à ce livre la plume de Gabriel Katz. Je l’apprécie autant pour son écriture que pour ses dessins… Je ne résiste pas à vous montrer le « Bisounours – dédicace » qui a accompagné ma lecture

IMG_20170402_205255

Gabriel Katz avait trouvé que notre choix de Bisounours (le mien étant le 3ème d’une trilogie) était judicieux et une fois le livre lu, j’ai trouvé aussi que ce choix était parfait ! Y aurait-il des bisounours dans cette histoire ? Je n’en dis pas plus…

En tout cas, l’auteur a une écriture vraiment addictive, drôle et qui m’a donné envie de découvrir ses autres livres. J’ai beaucoup ri au fil des pages, l’humour est vraiment présent et j’ai passé un excellent moment de lecture.

en-conclusion

Une lecture géniale, drôle, addictive que je recommande vivement ! N’hésitez pas à vous lancer à la rencontre de Maxime et des Cannibales vous en le regretterez pas.

Ma note : 9.5/10

Chronique Livresque·fantastique·Thriller

28 allée des Ormeaux de Tiffany Schneuwly

28,-allee-des-ormeaux-715130

Fiche Technique :

Lune Ecarlate Editions – 118 pages – ebook ou broché – Thriller / Suspense

Résumé :

À 27 ans, il est grand temps pour Liam de prendre son envol. Lorsque le jeune homme se voit offrir une promotion qui l’enverra bien loin de la maison familiale, il n’hésite pas et se met en quête de son premier appartement. Sise au « 28, allée des Ormeaux », sa nouvelle demeure lui paraît idéale. Jusqu’à ce qu’il se rende compte que ses voisins ont un sérieux penchant pour le suicide. Est-ce une coïncidence ? Quel mystère plane sur le « 28, allée des Ormeaux » ?

pile-de-livresMon avis :

Tout d’abord, je tiens à remercie Tiffany Schneuwly, l’auteure, de m’avoir confié son roman en service presse et pour sa gentillesse.

Liam est un jeune homme de 27 ans qui, boulot oblige, va quitter le nid familial. Il trouve un appartement qui peut lui convenir au « 28, allée des Ormeaux » et après une arrivée en fanfare qui va le mettre de suite dans l’ambiance, il apprend que son immeuble semble être un repaire de suicidaires en puissance. Mais Liam a du mal à croire aux coïncidences..

L’auteure plante le décor dès le début.. Stress et angoisse vont être les fidèles compagnons du lecteur au fil des pages. Il faut dire que l’immeuble du 28 allée des Ormeaux réuni toutes les caractéristiques pour cela : un passé chargé, un futur imprévisible et des locataires qui tombent comme des mouches ! J’avoue que personnellement je n’y aurai même pas déposé mon premier carton que j’aurai fuit à toutes jambes, Liam est bien courageux..

Ce roman est très court mais malgré cela, Tiffany réussit à nous livrer une histoire où tous les éléments s’enchaînent parfaitement et où toutes les réponses sont données. De petits détails mettent le lecteur sur la voie, un peu comme les miettes du Petit Poucet, mais le final reste surprenant. Le côté fantastique est très présent et bien distillé dans l’histoire pour rester crédible et cohérent. J’ai trouvé que les révélations arrivaient au bon moment pour permettre au lecteur de souffler entre deux scènes un peu stressantes.

Le rythme de l’histoire est très efficace malgré un petit manque de détails à mon goût. J’aurai aimé plus de développements pour certaines scènes, en savoir plus sur certains personnages pour assouvir ma curiosité naturelle de lectrice. Malgré ce petit bémol, j’ai trouvé que l’histoire était vraiment addictive et parfaitement menée. Le suspense va crescendo avec des scènes parfois plus dures ou gores que l’auteure a su parfaitement décrire sans tomber dans la caricature mais qui font prendre consciences au lecteur l’ambiance du 28 allée des Ormeaux.

Je me suis dit pour certains passages « non ! elle ne va pas oser ! » mais si.. Tiffany ose et fait bien, car elle nous montre à travers ce roman sa maitrise du fantastique voir de l’horreur.

Les personnages sont pour la plupart très attachants. J’avoue mon penchant pour Marie et Nathalie, deux personnages que j’ai particulièrement appréciés. Liam est un très bon personnage principal même s’il lui manque un petit quelque chose, peut être plus de sentiments. Il semble parfois survoler un peu la situation mais il fait bien de ne pas trop s’attacher à ses nouveaux voisins….

J’ai découvert la plume de Tiffany Schneuwly grâce à ce livre et une chose est certaine : je ne vais pas m’arrêter là ! Son écriture est fluide, sombre dans ce cas là, et très efficace. Elle trouve les mots justes et le ton qui vont embarquer le lecteur dans son histoire et j’ai trouvé sa façon d’écrire vraiment addictive. Una jeune auteure à suivre !!

en-conclusion

Une lecture fantastique vraiment prenante et agréable, à ne pas lire le soir dans le silence d’une vieille maison, vous pourriez vous faire peur…

Ma note : 8/10

Chronique Livresque·Jeunesse

L’amour entre les lignes de Tia Cotant

Fiche technique :

128 pages – ebook ou broché

Résumé :

Au lendemain de son retour de son voyage dans les Contes de Grimm et dans le Journal d’Anne Frank, Amandine veut poursuivre ses aventures dans les livres. Alors qu’elle plonge au cœur d’un nouveau roman, elle va faire une rencontre inattendue, elle n’est pas la seule à pouvoir voyager dans les livres, Victor, un jeune garçon de l’âge d’Amandine, se trouve aussi dans ce roman.
Qui-est-il ? Que fait-il là ?

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie Tia Cotant, l’auteure, de m’avoir permit de lire ce second tome et de sa confiance.

J’avais eu un très gros coup de coeur pour la Tome 1 « La Bibliothèque Magique » Chronique Ici. J’avais en effet été bluffée par Tia qui est une jeune auteure de 11 ans mais qui manie déjà les mots avec beaucoup de talent.

C’est donc avec joie que j’ai retrouvé la jeune Amandine, héroïne de ce roman, le lendemain de sa grande aventure dans la bibliohtèque magique. Amandine est, bien sur, impatiente, de renouveler cette fabuleuse expérience qu’est le saut dans un livre et pouvoir rencontrer les personnages qu’elle affectionne. Elle se décide donc à visiter Alice et son pays des Merveilles.. Mais elle va y découvrir bien plus que l’histoire qu’elle connait, un intrus est présent. Commence alors une nouvelle aventure pour Amandine mais différente que ce qu’elle avait pu imaginer…

Ce deuxième tome est sans conteste non seulement à la hauteur du premier mais j’ai trouvé qu’il le surpassait. En effet, l’auteure y a mis plus de profondeur surtout dans les personnages. Amandine est toujours aussi attachante et drôle, elle s’adapte très vite à chaque environnement (c’est préférable face à la Reine de Coeur !) et a toujours un petit mot à adresser au lecteur. Le personnage de Victor est également très bien trouvé et réalisé, il est vraiment touchant, amusant. Comme pour le premier tome, on y retrouve des personnages tirés d’un livre connu, ici c’est Alice aux Pays des Merveilles et Tia a su leur donner vie, j’ai beaucoup aimé Alice et son petit caractère… Les personnages secondaires sont également plus développés comme Mme Binocle, la bibliothécaire, ou Eva, la meilleure amie d’Amandine.

J’ai trouvé ce second volume plus mature, plus développé aussi pour l’histoire. En effet, Amandine se livre au lecteur sur sa vie d’écolière, ses amitiés. Ce second tome est également plus centré sur les sentiments comme l’amour ou l’amitié. Amandine va devoir affronter des situations auxquelles elle n’était pas préparée. L’histoire est vraiment bien menée, sans temps mort. Tia maîtrise vraiment bien les mots et elle rends chaque situation ou sentiment parfaitement. J’ai également beaucoup aimé l’intrusion de nos personnages dans Paris (je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler) mais ça leur donnait un côté « réel ».

Le visuel est toujours aussi beau et réussi. La couverture est vraiment très réussie et parfaitement représentative de l’histoire. Quant à l’intérieur du livre c’est un véritable bijou, entre illustrations et citations, un régal pour les yeux !

Tia est décidémment une jeune auteure avec beaucoup de talent, elle le prouve une nouvelle fois ici ! J’ai adoré suivre les aventures d’Amandine et ses sauts dans les livres vont me manquer. Un coup de coeur pour moi pour ce livre jeunesse mais qui peut être apprécié à tout âge !!

Ma note : 10/10

Chronique Livresque·Jeunesse·Non classé

La bibliothèque magique de Tia Cotant

la bibliothèque magique

Fiche technique : 

Auto-édition – 82 pages – ebook ou broché

Résumé : 

Amandine, 13 ans, se rend dans sa bibliothèque préférée pour faire un exposé sur la bibliothèque d’Alexandrie. c’est alors qu’elle va faire une découverte surprenante: elle peut voyager à l’intérieur des livres. Suivez ses aventures dans divers romans et laissez-vous porter par la magie …

pile-de-livres

Mon avis : 

Avant tout, je tiens à remercier chaleureusement Tia Cotant, l’auteure, pour ce très beau service presse. 

Lorsque j’ai lu le résumé, je me suis dit « oula ! les aventures d’une jeune fille qui voyage dans les livres ! voilà quelque chose que j’aimerais pouvoir faire ! » et j’avoue que j’ai très vite plongé dans l’histoire sans trop me poser de question. 

On découvre donc Amandine, jeune fille de 13 ans, passionnée de livres et de lecture. Son prochain exposé a pour thème la bibliothèque d’Alexandrie, elle va donc se documenter dans sa bibliothèque préférée. Et c’est là que commence une magnifique aventure !! Elle voyagera dans un conte des frères Grimm : Blanche-neige puis dans le journal d’Anne Franck.. Quel lecteur passionné n’a pas un jour voulu avoir ce pouvoir ? 

Une fois ma lecture achevée et surtout après avoir lu les remerciements, je me suis penchée sur la biographie de l’auteure. Et là, quelle ne fut pas ma stupeur de me rendre compte que le livre que je venais de dévorer d’une traite et que j’avais adoré était écrit par une jeune fille de 11 ans ! J’ai été soufflée ! 

Il faut dire que ce livre a deux très grandes qualités à mes yeux..

Tout d’abord, l’histoire est tout à fait bien menée et bien écrite. Elle est accrocheuse car elle démarre très vite, les idées sont excellentes et bien développées. La plume de Tia est un régal en mêlant sérieux et humour avec beaucoup de justesse. On sent une grande maturité dans sa façon d’écrire comme le démontre également les livres sélectionnés pour cette aventure.

L’aventure Blanche-neige est drôle et rafraîchissante et j’ai adoré la façon dont sont traités les personnages, particulièrement les nains. 

L’aventure Anne Franck m’a beaucoup plus touchée et bouleversée. Ce choix est surprenant si l’on se fit à l’âge de l’auteure mais pas du tout au regard de la façon dont elle le manie. On sent que c’est un thème qui la touche et elle nous fait partager à travers son écrit son émotion face à la vie d’Anne Franck et au delà face au sort des juifs lors de la 2nde guerre mondiale. 

La deuxième grande qualité est le soin apporté au livre lui-même.. La couverture est sublime mais il vous faut l’ouvrir pour découvrir les illustrations ajoutées, les incrustations de dessins, les citations.. 

Vous connaissez mon attachement au côté visuel des livres et je dois dire que « La Bibliothèque magique » est maintenant dans mon top 10 des livres les plus beaux. 

Et maintenant, j’ai une petite surprise… Je vais passer la parole à Tia qui a eu la gentillesse de répondre à quelques questions et que je remercie vivement ! 

1 – Tia, parles nous un peu de toi..

J’ai 11 ans, je suis en classe de 5ème avec un an d’avance. J’ai deux petits frères Liam et Even. Depuis toute petite je suis une dévoreuse de livre. Dès l’âge de 7 ans, j’ai commencé à lire tous les livres de Roald Dahl, puis j’ai attaqué la série Harry Potter qui m’a totalement passionné. Ensuite, je suis passée par tous les genres : des misérables, aux cabanes magiques, en fait, j’aime pratiquement tout lire.

2 – Pourquoi avoir choisi ces 2 livres pour y faire voyager Amandine ?

J’ai choisi de faire voyager Amandine dans « les contes de Grimm » car j’adore lire les contes remis au goût du jour comme « le pays des contes » de Chris Colfer. Nous avons tous dans nos mémoires ses petits personnages qui nous ont fait rêver. J’aime l’idée d’approfondir leur connaissance et inventer une partie d’eux que l’on ne connait pas.

Pour Anne Frank, j’ai eu un véritable coup de cœur en lisant son histoire. J’ai déjà lu beaucoup de livres qui traite de la seconde guerre mondiale et visité plusieurs sites historiques qui témoigne de l’horreur qu’ils ont subi. Depuis toute jeune, je déteste l’injustice. En écrivant ces passages sur Anne Frank, c’est un peu comme si moi j’avais la possibilité de la rencontrer.

3 – A part la lecture et l’écriture quelles sont tes autres passions ?

Je suis passionnée d’histoire et plus particulièrement de mythologie. Avec ma famille nous visitons énormément de châteaux et musées. J’aime également énormément les animaux et je souhaite justement en faire mon métier en devenant Soigneuse animalière. J’aime tous ce qui touchent aux sciences, aux expériences. J’aime faire des gâteaux avec ma mère.

4 – Si tu devais rencontrer un auteur (célèbre ou pas, mort ou vivant) avec qui aimerais tu discuter ? et pourquoi  ?

J’aimerai avoir la possibilité de rencontrer J.K. Rowling pour pouvoir découvrir qu’elle femme elle est. J’ai vu un film qui traité de sa vie et je suis impressionnée de voir à quel point c’est une battante.

5 – Et enfin, donnes moi tes 3 mots préférés..

Mes trois mots préférés sont : joie, livres (bien entendu), imaginaire.

en-conclusion

Voilà ! Je n’ai qu’un mot à vous dire, c’est foncez ! Découvrez ou faites découvrir à vos enfants ce petit bijou ! Quant à moi, une chose est sûre c’est que non seulement je vais lire très rapidement le tome 2 (eh oui !! déjà sorti.. vite vous êtes en retard !) mais je vais garder Tia Cotant à l’oeil car je suis certaine qu’elle a un bel avenir livresque devant elle !

Ma note : 10/10 

 

 

Chronique Livresque·steampunk

Le Rédempteur de Sébastien Tissandier

le rédempteur

Fiche Technique : 

Editions L’ivre Book – 364 pages – Ebook

Résumé : 

Il est damné et rejeté par tous… pourtant le Très-Haut l’a choisi pour accomplir Sa volonté…
Le père Martin est un exorciste atypique : muni de ses deux impressionnants révolvers et de son étrange chapelet lumineux, il purifie les possédés, il est le Rédempteur.
Lorsque le Siège, la congrégation agissant dans l’ombre afin de conjurer les forces du Très-Bas, lui ordonne d’élucider le mystère de la bête d’Angles, Martin est loin de se douter que cette enquête va le précipiter dans les noirceurs de son passé… ainsi que dans celles de sa congrégation, mettant à l’épreuve sa foi.
Un sombre complot visant à renverser le Siège se dessine et Martin semble en être l’élément central. Parviendra-t-il à contrecarrer les plans diaboliques mis à jour ? Martin et sa foi en sortiront-ils indemnes ?
pile-de-livres
Mon avis : 
Tout d’abord, je remercie les Editions L’Ivre Book pour ce service presse. Le Steampunk étant rare j’étais ravie de pouvoir découvrir ce livre. 
La première chose qui m’ait plu c’est bien sur la couverture. Elle est somptueuse avec ses couleurs sombres aux touches de rouge, le Père Martin y est magnifiquement représenté et j’ai de suite eu envie de rencontrer ce personnage énigmatique. 
J’avais déjà eu l’occasion de lire Sébastien Tissandier il y a quelques mois et j’avais hâte de le retrouver dans un autre style (à l’époque c’était du jeunesse et j’avais adoré son livre). Et je dois dire que je n’ai pas été déçue un seul instant. 
L’action commence dès les premières pages. Un jeune garçon sauve le Pape d’une attaque démoniaque. Puis un saut dans le temps nous amène au côté du Père Martin, adulte, parti combattre un monstre sans aucun doute damné. Il faut expliquer que Martin est un Rédempteur, autrement dit un exorciseur. Il agit sur les ordres du Siège afin de venir en aide aux populations menacées par les damnés. Armé de ses deux revolvers spéciaux, de son chapeau et de tout son attirail il va affronter d’étranges monstres, rencontrer d’autres personnages qui l’aideront dans son combat et surtout mettre à l’épreuve sa foi et sa croyance en Le Très-Haut. 
Je suis, à la base fan de Steampunk, j’aime toutes ces inventions que ce genre littéraire autorise à imaginer. Sébastien Tissandier nous a particulièrement gâté de ce point de vue !! J’ai découvert avec bonheur et frisson chaque monstre, chaque arme, toutes ces créations qui font de ce livre une petite merveille Steampunk ! 
L’histoire est parfaitement huilée, elle avance au grès de la plume de Sébastien qui écrit de façon fluide et rythmée. Chaque mot a son importance, le style est plutôt épuré et pourtant percutant. Les descriptions sont justes et permettent de bien visualiser les personnages et les lieux sans longueurs ni lenteur. 
Je me suis tout particulièrement attachée au Père Martin que j’ai trouvé touchant. A la lecture du résumé je m’attendais un peu à une sorte d’homme sans cœur (allez savoir pourquoi !) mais en fait pas du tout. Il est vraiment captivant et on a envie de tout apprendre sur lui. Il est extrêmement humain et sensible. Les autres personnages sont aussi très bien travaillés, ils ont tous une histoire à raconter et on apprends au fil des pages quelques bribes de leurs vies respectives comme des pièces de puzzle qui viendraient s’emboîter pour ne former qu’une chronique. 

Bien sur qui dit monstres, dit action, batailles, bagarres !! Et là aussi, ce livre n’en manque pas. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Les Rédempteurs ont visiblement pas mal de travail dans ce monde créé par l’auteur et le Père Martin, au centre d’un complot pour déstabiliser voir détruire le Siège ne chôme pas ! Malgré tout, ça ne part pas dans tous les sens, ce n’est pas répétitif. Chaque action a ses raisons, les personnages agissent de façon « normale » et non pas en dépit du bon sens. L’action monte en intensité au fur et à mesure que les masques tombent.  J’ai eu l’impression d’être en mouvement tout le long de ma lecture, peu de temps pour souffler mais on en redemande ! 

en-conclusion
Vous aurez sans doute compris que j’ai été plus que conquise par ce très bon livre et que je vous le recommande sans aucune réserve ! Si vous voulez de l’action, de l’aventure et des personnages charismatiques n’hésitez pas une seconde à plonger dans l’univers du Rédempteur. 
Ma note : 9/10
Chronique Livresque·fantastique

Divano Ascension de David Royer

Fiche Technique :

Editeur : Nats Editions – 492 pages – Ebook ou broché

Résumé :

Si on vous avait dit qu’un jour, vous deviendriez un dieu, vous y auriez cru ? Ou vous auriez conseillé au « prophète » d’aller visiter un asile psychiatrique ? Ouais, moi aussi. Et pourtant, je suis là. Moi, une déesse. Mon Ascension m’y a conduite et mon rôle, maintenant, c’est de m’assurer que le monde tourne rond. Et vivre le plus longtemps possible, accessoirement. Sauf que je ne suis pas seule, je dois composer avec quelques collègues. Et je vais vous avouer un truc : certains sont complètement tarés. » David Royer nous présente sa propre vision originale et délirante de la Mythologie à travers les aventures d´Opale, une étudiante devenue déesse, et on ne s´en lasse pas ! Un premier tome d´une série Fantasy contemporaine à découvrir sans tarder !

Mon avis :

Avant tout, je remercie Nats Editions pour ce service presse.

Qui n’aimerait pas, un jour, se réveiller et apprendre qu’il est devenu une Divinité ? Visiblement, ce n’est pas une situation qui faisait rêver Opale mais voilà, c’est sur elle que c’est tombé ! Et, ce nouveau statut va entraîner un paquet de changement dans sa vie aussi bien au niveau affectif qu’au niveau croyance. Et il va lui falloir de larges épaules pour tout assumer..

Nous découvrons, en même temps qu’Opale, l’univers des Dieux où tout est codifié, organisé (forcément depuis des dizaines de millénaires, ils ont eu le temps !). Il est extrémement bien construit et on est bien loin des chérubins et autres angelots entourant habituellement les Dieux..

De nombreux êtres magiques s’insérent à l’histoire comme les mages par exemples. Ils sont souvent revus et revisités par l’auteur. Chaque Dieu a une personnalité travaillée même si certains sont vraiment décalés comme Karl par exemple. J’ai par contre beaucoup aimé Törma.

L’histoire est faite de rebondissements et avance assez lentement j’ai trouvé mais il faut aussi le temps que tout se mette en place. Malgré tout, Opale n’a pas le temps de s’ennuyer et nous non plus.

Si j’ai un bémol à formuler c’est surtout sur la lourdeur du style. J’ai trouvé l’écriture peu fluide surtout à cause des apartés ou disgressions pour expliquer aux lecteurs les tenants et aboutissants. C’est un peu dommage, la lecture aurait été facilitée avec un peu moins de détails.

Une lecture sympathique et variée dans un monde bien construit et détaillé par l’auteur.

Ma note : 7/10