Chronique Livresque·Jeunesse·Romance·surnaturel

Qui t’a tuée, Alice ? par Virginie Deniau

Quelques informations…

Marathon Editions – 343 pages – ebook ou broché – Surnaturel

Un résumé ?

La veille de la rentrée scolaire, Alec emménage avec sa mère dans leur nouvelle maison. En allant se coucher, une surprise l’attend dans sa chambre : une jeune fille désemparée, Alice, lui demande son aide. Le lendemain, au lycée, il apprend qu’elle est morte il y a six mois. Pourquoi se trouvait-elle alors dans sa chambre ? Que lui est-il réellement arrivé ? S’est-elle suicidée, sans raison, comme le suggère la version officielle ? Quelqu’un l’a-t-il tuée ?Pour répondre à l’appel au secours d’Alice, Alec va devoir élucider ces mystères et découvrir les secrets de ses camarades de classe.

book_and_rose_by_ladyfatadudesons-d4wdclu

Mon avis :

Avant tout, je remercie Marathon Editions de m’avoir de nouveau fait confiance en me permettant de lire ce roman en service presse.

Alec emménage avec sa mère dans une nouvelle ville, une veille de rentrée scolaire. Une surprise de taille l’attend dans sa chambre ce premier soir : une jeune fille qui semble plutôt perdue. Mais Alec n’est pas au bout de ses surprises lorsqu’il découvre au lycée le lendemain qu’Alice, cette fameuse jeune fille, est en réalité décédée. Alec décide donc d’enquêter pour comprendre ce qui a bien pu se passer en réalité..

Dès les premières pages, j’ai été prise dans l’histoire d’Alec et Alice. En effet, quoi de plus déroutant que de trouver un revenant dans sa chambre ? Surtout que ledit fantôme n’est pas une représentation qui passe à travers les murs mais c’est bel et bien la jeune fille en chair et en os. Virginie Deniau a su créer un monde autour de ce retour d’entre les morts qui m’a beaucoup plu et qui pimente l’histoire. Celle-ci avance tranquillement entre vie lycéenne, enquête, amours et amitiés. Les histoires personnelles s’entrecroisent, il est bien sur question d’histoires d’amour comme dans tout lycée mais tout cela est très bien dosé.

Le point fort de cette histoire sont, sans aucun doute, les personnages. Les principaux comme les secondaires. En effet, Alice est une jeune fille attachante, drôle et touchante. Son histoire personnelle est triste mais au fil des pages on ressent tout l’amour dont elle était entourée. Alec est, quant à lui, un jeune homme adorable tant par son attachement à sa mère que par ses réactions vis à vis des autres. Il va tout mettre en œuvre pour découvrir ce qu’Alice a réellement vécu même s’il doit sacrifier un part de ses sentiments pour cela. Il est droit, sincère et touchant. J’ai également beaucoup aimé les personnages secondaires, chacun a sa personnalité, sa façon d’être. J’avoue avoir une préférence pour Léo qui m’a beaucoup émue. L’auteure a su créer des personnages qui sonnent vrais et auxquels le lecteur peut facilement s’identifier.  

C’est un roman très doux je trouve bien que la mort y soit omniprésente. Il est tendre et prenant entre suspense, sentiments et retournements de situations et pour ma part, je l’ai dévoré jusqu’à la dernière page. J’y ai découvert Virginie Deniau et sa plume et je dois dire que j’ai frôlé le coup de cœur. J’ai eu l’impression de suivre les personnages à travers un trou de serrure, de vivre leurs aventures avec ce petit pincement au fil des pages tournées qui nous rapprochent de la fin inévitable. Ma lecture a été plus qu’agréable grâce à l’écriture fine et fluide de l’auteure et j’ai hâte de pouvoir découvrir d’autres de ses histoires.

Lecture-hiver

Une très jolie lecture, très tendre que j’ai tout particulièrement aimé. Une histoire pleine de délicatesse et aux personnages attachants. Un très bon moment de lecture !

Ma note : 9/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

 

 

Publicités
Chronique Livresque·fantastique·Jeunesse·Romance

Save our souls, tome 2: Sans espoir par Elle Guyon

 

Quelques informations…

Auto-édition – ebook uniquement – Young Adult / Fantastique

Un résumé ?

Il doit vivre, elle doit mourir.

Un mois s’est déjà écoulé depuis le retour sur Terre de Riane et les obstacles ne cessent de s’accumuler, rendant sa mission de plus en plus difficile. Entre ses cauchemars récurrents sur sa vie antérieure, l’agression dont Aldric a été victime et la personnalité lunatique de son gardien, arrivera-t-elle à sauver la vie du lycéen, et sa propre âme, en moins de trois semaines ? Et si le principal danger venait d’Aldric lui-même, prêt à tout pour découvrir la vérité sur son ange gardien ?

magic-book-4BlurBlog-2

Mon avis…

Il est des livres où l’on guette la suite et Save Our Souls fait partie de ma liste. J’étais donc ravie qu’Elle Guyon me permette de lire le tome 2 des aventures de Riane et Aldric via le site Simplement.Pro et je la remercie vivement.

Je vous parlais du premier tome « Save Our Souls, tome 1 : Sans attache » en disant que j’avais vraiment aimé cette histoire et ce tome 2 conforte mon point de vue. Attention, si vous n’avez pas lu le premier ma chronique risque de vous spoiler. On retrouve ici Riane et Aldric à la fin du premier opus, le jeune homme se réveille à l’hôpital après son agression. Riane, quant à elle, doute de plus en plus. Elle n’est pas certaine de réussir sa mission : sauver Aldric d’une mort prévue. C’est d’autant plus angoissant pour la jeune fille que son passage dans l’au-delà est conditionné par cette réussite. Car Riane est morte bien des années avant mais son âme est prisonnière, et sauver Aldric lui permettrait de se libérer un passage.

J’avais trouvé que le premier tome mettait un peu de temps à démarrer alors qu’ici, l’histoire étant déjà mise en place, on plonge directement dans l’action. Il faut dire que l’échéance approche et qu’Aldric a la fâcheuse tendance de mettre son nez là où il ne devrait pas. Des secrets vont être dévoilés, des explications vont être données, et tout cela est très bien dosé par une auteur qui maîtrise de mieux en mieux son sujet. Cette seconde partie m’a parue plus intimiste, on pénètre les pensées des protagonistes, on en apprend plus sur leurs passés, leurs vies, leurs sentiments autant pour les personnages du présent que lors des retours en arrière. Ces flash-backs nous en apprennent toujours un peu plus sur Gebrail, Jérémy, Mika et j’ai été très touchée par ces passages. De ce fait, cette seconde partie est plus calme que la première, l’intrigue passe un peu au second plan et il y a moins d’action à proprement parler.   

Les personnages gagnent en profondeur dans ce second tome. On les découvre, on les appréhende un peu plus et ils sont face à des situations qui vont les obliger à se dévoiler. J’aime toujours autant Aldric qui est un condensé de sentiments contradictoires, Riane semble plus mature que dans le premier tome. Par contre, j’ai aimé en apprendre un peu plus sur Pauline, elle semble plutôt garce qui malgré tout m’a touchée. J’ai également réussi à mieux intégrer toutes les subtilités entre les gardiens, les cibles et les protégés grâce à elle.

Elle Guyon est comme ses personnages, elle se bonifie avec les tomes ! Ce second opus m’a semblé plus abouti, l’écriture mieux maitrisée et l’ensemble vraiment bien mené. Elle a su garder mon intérêt intact grâce à des rebondissements, du suspense et des explications livrés intelligemment et j’avoue que j’ai hâte de connaître le dénouement de cette histoire. Le petit plus de ce roman est un résumé au départ du tome précédent permettant ainsi au lecteur de reprendre sa lecture sans avoir l’impression d’être perdu, une très bonne idée !

0002333

Un deuxième tome centré sur les personnages, l’action est moins présente mais l’histoire reste prenante. Un univers bien maîtrisé et original font de cette série une très bonne lecture !

Ma note : 8/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici..

Chronique Livresque·fantastique·Littérature

Une touche de mal par Claire Lebreton

Fiche technique : 

Auto-édition – 257 pages – ebook ou broché – Romance / Fantastique

Résumé : 

La vie est faite de hauts et de bas. Celle de Sélène est actuellement faite de beaucoup de bas. Elle vient de perdre son père et doit maintenant réapprendre à vivre avec une mère catatonique depuis cette terrible tragédie. Un nouveau départ dans une nouvelle ville l’aidera peut-être à avancer mais il lui reste énormément de chemin à parcourir pour se sentir vivre à nouveau ; sans même la garantie de retrouver une vie normale. Heureusement, cette jeune fille qui a tout perdu sera accueillie à bras ouverts par les Flavius. Mais qui sont-ils réellement ? Sélène saura-t-elle percer le mystère qui les entoure ? Le voudra-t-elle seulement, au risque de les perdre ?

magic-book-4BlurBlog-2

Mon avis : 

C’est le second roman que je lis de Claire Lebreton, et je la remercie pour cette confiance renouvelée. J’avais découvert Claire et sa plume en lisant Tout ce qui compte que j’avais beaucoup aimé, alors c’est avec plaisir que j’ai plongé dans ce livre-ci.. 

Sélène est une jeune fille meurtrie, blessée, à l’existence ravagée. Son père est décédée, sa mère est catatonique alors elle décide de les faire déménager toutes les 2 afin de changer leur cadre de vie. Elles vont s’installer à Madison où l’adolescente va essayer de reprendre sa vie en main.. 

Claire Lebreton nous entraîne avec ce second roman de nouveau dans un monde d’adolescents et ce monde n’est pas simple, bien au contraire.. On aborde ici des thèmes graves comme le manque de confiance en soi, le deuil mais à la différence de son premier livre, ici s’ajoute une pincée de fantastique. 

Il n’est pas simple d’être adolescente mais Sélène découvre qu’il est encore moins simple d’endosser des responsabilités qui vous poussent irrémédiablement vers l’âge l’adulte. La jeune femme doit s’occuper de sa mère tout en gérant le quotidien et en continuant ses études, un rythme difficile mais elle est heureusement soutenue par sa toute nouvelle amie Stella Flavius et sa famille. Une famille plutôt étrange avec laquelle elle va se lier.. Drew, Tullia, Scarlett et Nathaniel vont entrer dans sa vie sans qu’elle ne s’y attende vraiment. 

La romance est très présente dans ce roman sans être étouffante. Sélène est une jeune fille vraiment torturée, sa vie est partie en morceau et elle peine à tenir le cap. Elle craque bien entendu, souvent, mais au vu de son vécu cela semble logique. Même si le personnage peut sembler excessif, j’ai trouvé ses réactions plutôt justes. L’auteure a su montrer les phases de bonheur comme celles de désespoirs, les moments de doute, d’espoir ou d’amour.. Certaines redondances de situations font que l’histoire avance plutôt lentement et le fantastique ne fait qu’une très timide apparition dans ce premier tome mais une quadrilogie étant prévue ce thème a le temps d’être développé. 

Les personnages m’ont, en règle général, beaucoup plu même si certains sont justes survolés. J’aurais aimé en apprendre plus sur leurs histoires, leurs passés mais je pense que nous en saurons plus dans la suite. Ce premier tome est très introductif et met non seulement en place l’histoire, les personnages mais est également très centré sur la romance et la psychologie des personnages principaux que sont Sélène et Nathaniel. 

Claire Lebreton a une écriture vraiment très agréable et adaptée aux thèmes traités. Sa façon de pénétrer le mental de son héroïne est vraiment très réaliste et j’ai beaucoup aimé ce côté. J’ai toutefois relevé quelques petites choses qui m’ont gênée comme par exemple le changement de narrateur au milieu du texte sans annonce, ce qui fait que j’étais parfois perdue et obligée de revenir en arrière. La tendance également à utiliser les initiales pour désigner les personnes ou de donner plusieurs surnoms (je pense à Stella par exemple) m’ont parfois perturbée. Ces quelques petites erreurs n’ont toutefois pas trop entaché ma lecture et j’espère pouvoir lire la suite de leurs aventures très bientôt. 

arbre

Un premier tome introductif qui pose les bases de l’histoire et s’attache à développer la psychologie des deux héros.. 

Ma note : 7/10

Pour acheter et lire ce roman cliquez ici 

Chronique Livresque·Jeunesse·policier

48 Heures – Disparition par Gabrielle Lord

Fiche technique :

Rageot Editeur – 256 pages – broché – Policier / Jeunesse

Résumé :

Anika, la meilleure amie de Jazz, a mystérieusement disparu. Jazz et Phoenix se lancent à sa recherche. Très vite, ils soupçonnent que sa disparition est liée au journal intime qu’elle a découvert et publié sur son blog. Qui menace-t-il ?

scene-crime

Mon avis :

Je remercie chaleureusement les Editions Rageot de m’avoir permis de lire ce roman en service presse via le site NetGalley.

Jazz est une jeune fille passionnée par les enquêtes policières alors lorsque sa meilleure amie Anika disparaît elle n’hésite pas à se lancer aux trousses du kidnappeur. Elle entraîne dans cette aventure Phoenix, un camarade de lycée tout aussi passionné qu’elle. Leur point de départ est le blog d’Anika. En effet, celle-ci y diffusait des extraits tirés d’un journal intime qu’elle avait découvert. Jazz est une enquêtrice débutante mais elle a lu suffisamment de livres pour savoir que dans une disparition les 48 premières heures sont essentielles !

Dès les premières pages le ton est donné, ce roman est résolument jeunesse avec des héros qui ont dans les 14 ans, des amies qui se disputent, des cours.. Malgré tout, je me suis très rapidement laissée entraîner dans l’enquête en compagnie de Jazz et Phoenix. Ils sont drôles et sympathiques tous les deux (même si je trouve personnellement que leurs parents sont un peu trop coulants à leur égard…). Jazz va pouvoir tester ses talents d’enquêtrice afin de retrouver au plus vite son amie Anika. Nos héros vont devoir faire le lien entre le journal découvert par celle-ci et qu’elle diffusait par épisodes sur internet et sa disparition et cela va les amener à enquêter sur des faits bien plus anciens.

Ce roman devrait passionner les jeunes lecteurs friands d’aventures entre poursuites, embuscades ou disputes l’histoire avance rapidement. Les rebondissements sont nombreux et le suspense est bien ficelé ce qui fait qu’on se laisse prendre au jeu. La lecture est rendue plus ludique encore par l’ajout d’images représentants l’application utilisée par Jazz pour synthétiser son enquête (entre autres..). J’ai trouvé ce petit plus bien pensé et bien réalisé. Il donne au livre un ancrage dans la réalité qui est plutôt chouette et qui plaira sans aucun doute.  

Les personnages sont, comme je le disais plus hauts, sympathiques et drôles. Le duo de jeunes enquêteurs est plein de dynamisme et d’enthousiasme. Ils forment un duo plutôt complémentaire et sont par moment comme chien et chat même si l’on sent leur amitié grandir au fil des pages. L’amitié est d’ailleurs une valeur centrale de ce roman puisqu’ils vont prendre tous les risques pour sauver leur amie. J’ai pris beaucoup de plaisir à lire leurs aventures et la plume de l’auteure y est pour beaucoup. Elle est parfaitement adaptée à un roman pour jeunes lecteurs avec un langage actuel et varié. Jazz et Phoenix sont un couple de jeunes gens que je serais ravie de suivre si l’auteure Gabrielle Lord écrit une suite.

Conclusion

Une lecture jeunesse prenante et bien menée qui vous fera suivre un super duo d’enquêteurs dans leur première aventure !

Ma note : 8/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

Chronique Livresque·fantastique·Jeunesse

Les Grisommes, T1 : Avènement par Frédéric Livyns

les-grisommes,-tome-1---avenement-716609-264-432

Fiche Technique :

Séma Editions – 228 pages – ebook ou broché – Fantasy / Jeunesse

Résumé :

Une grande menace pèse sur notre monde. Nathan a laissé les Grisommes s’emparer d’une pierre aux pouvoirs immenses. Pour réparer son erreur, l’adolescent doit parcourir différentes dimensions et retrouver les Joyaux qui vont sauver l’humanité. Là-bas, il disposera d’une arme majeure : son imagination. Car c’est elle qui façonnera les univers où il devra se rendre. Qui est l’étrange vieillard qui a confié à Nathan cette mission et quel rôle la belle jeune fille qui l’accompagne dans sa quête va-t-elle jouer à ses côtés ? Mais, surtout, l’imagination de l’adolescent sera-t-elle assez forte pour vaincre celle des Grisommes ? Conçue spécialement dans une forme rappelant les aventures de jeux vidéo, cette histoire de Frédéric Livyns, deux fois lauréat du prix Masterton, enchantera à coup sur les jeunes et moins jeunes lecteurs !

pile-de-livres

Mon avis :

Avant tout, je remercie chaleureusement mon partenaire Séma Editions pour ce service presse et pour leur confiance et gentillesse.

Nathan est un ado qui doit, à son grand désespoir, aller passer quelques jours de vacances chez sa grand-mère. Sauf que lui, sa Granny, il ne la connaît pas ! Il part sans se douter des aventures qui l’attendent.. Il va tout simplement devoir sauver le monde après avoir laisser les Grisommes s’emparer d’un Joyau aux immenses pouvoirs. Nathan va faire connaissance avec un vieil homme et une jeune fille qui vont l’aider dans sa quête.. Son arme pour combattre les Grisommes ? son imagination..

J’avais déjà eu la chance de lire un livre de Frédéric Livyns  « Le miroir du damné » dont vous trouverez ma chronique ICI et j’avais déjà beaucoup aimé sa façon d’écrire. Le découvrir en fantasy jeunesse m’a donc de suite emballée.. Et bien Frédéric Livyns est autant à l’aise avec un thriller fantastique qu’avec un roman destiné à un public plus jeune ! Sa plume est fluide, adaptée aux jeunes lecteurs mais également addictive quelque soit l’âge de la personne qui plonge dans cette histoire.

L’auteur crée ici un monde vraiment intéressant où les Joyaux sont l’essence même de la vie sur Terre. Malheureusement ils ont disparu et les Grisommes vont pouvoir modeler le monde à leur façon. Nathan que tout semble désigner comme étant le héros d’une prophétie très ancienne, va devoir puiser dans son imagination pour vaincre ces Grisommes et récupérer les pierres. A chaque Joyau son monde et sa couleur, ils sont tous aussi différents les uns que les autres et renferment de nombreux dangers. J’ai particulièrement aimé les différents guides qui accompagnent Nathan et Orianne dans leurs recherches avec une mention spéciale à Nade..

Les différents personnages sont vraiment bien construits dans ce roman. Nathan est attachant, courageux et il a des réactions de son âge ce qui est appréciable; Orianne est comme Nathan intrépide et courageuse. Son personnage m’a beaucoup amusé surtout au moment des rencontres avec les guides.. J’aurais aimé en savoir plus sur l’Oraculum mais peut-être apprendrons nous davantage dans le tome 2.

Le visuel du roman est également très bien fait. Non seulement la couverture est très belle mais des illustrations se sont glissées au fil des pages que j’ai trouvé vraiment très réussies.

en-conclusion

Un très bon premier tome pour une trilogie qui s’annonce très prometteuse. Je plonge très vite dans le second tome tant j’ai envie de connaître des aventures de Nathan !

Ma note : 9/10

Chronique Livresque·Jeunesse

Ma maman à moi de Laureen Mathure, Constance Garrido et de Florence Jacquet (Artsflorence)

ma-maman-a-moi-930924-264-432

Fiche Technique : 

Editions Edilivre – 45 pages – Broché 

Résumé : 

Ma maman à moi est un livre qui traite, pour la première fois, du handicap d’une maman vu par son enfant, simplement. Une petite fille raconte son quotidien avec sa maman qui fait face à une maladie, son handicap et ses hospitalisations. Plusieurs scènes de leur vie sont présentées par l’enfant, avec les réponses données par sa maman pour l’aider à mieux comprendre ce quotidien différent qui parfois l’effraie. Avec amour et tendresse, ce tandem mère-fille répond aux questions que peuvent se poser les enfants.

pile-de-livres

Mon avis : 

Tout d’abord, je remercie chaleureusement Florence Jacquet de m’avoir proposé ce très beau livre en service presse. 

Etant maman je sais à quel point il est parfois difficile d’aborder certains sujets avec les enfants. Il faut savoir trouver les mots justes qui expliquent sans apeurer ni dramatiser. Ce n’est pas un exercice simple et il m’arrive de me servir de livres pour éclaircir ma pensée..  

Ici, c’est une petite fille qui nous parle. Une petite fille dont la maman est malade et doit subir tout un tas de contraintes comme les médicaments, l’hôpital, les béquilles.. Cette enfant nous explique leur quotidien avec ses mots. On s’immerge dans sa pensée afin de percevoir ce qu’elle comprend, ce qu’elle interprète mais également la façon dont sa maman choisit de lui expliquer sa maladie. Elles ont une relation mère / fille très touchante, pleine d’amour.

Le texte est très beau et poétique, les mots utilisés sont simples et peuvent être compris par les enfants plutôt jeunes (à partir 6/7 ans, je pense..). A chaque page correspond une action, une pensée ce qui permet d’expliquer aux plus jeunes si l’histoire est contée et si elle est lue d’assimiler chaque étape. La maladie, qui n’est pas nommée, est décrite simplement de cette façon les auteures permettent à chacun d’utiliser ce très beau livre en l’adaptant à son cas personnel. 

Le texte traite également de sujets importants qui sont associés à la maladie comme le regard des autres, l’amour, les sentiments.. Encore une fois à chaque page son information, sa question. Un rythme idéal pour que chaque jeune lecteur assimile ce qu’il a lu.. 

Pour chaque page de texte est réalisée une illustration. Et quelle illustration ! J’ai vraiment adoré les images, les couleurs.. L’illustratrice Florence Jacquet a su rendre toute la poésie du texte grâce à ses dessins qui sont juste sublimes. La représentation des personnages mère / fille navigue entre rêve et réalité. Une partie du dessin a des traits très « vrais » souvent les yeux, et le reste du corps est représenté de façon plus enfantine. J’ai été soufflée par son talent ! 

Ce livre comporte également deux particularités que j’ai trouvé originales et sympathiques. En effet, le texte est écrit en français mais également en anglais.. Une bonne façon d’apprendre ou de réviser puisqu’en général les enfants commencent l’apprentissage de cette langue tôt. Le second ajout qui m’a également beaucoup plu est un jeu de questions / réponses à la fin permettant à l’enfant de donner son propre point de vue. 

en-conclusion

Un livre que je trouve parfait tout autant du point de vue de la pédagogie et des explications que pour ses illustrations. Un livre qui devrait être dans toutes les classes et bibliothèques ! 

Ma note : 10/10

Pour l’acheter, cliquez sur l’image de la couverture

 

 

 

Chronique Livresque·dystopie·fantastique·Jeunesse

Pour une meilleure vie de Frédérique Arnould

vie meilleure

Fiche Technique : 

Autoédition – 207 pages – ebook – Fantastique / Dystopie

Résumé : 

Dans un monde régi par une classe de nantis. Les pauvres tentent de survivre à une politique d’oppression. Après la mort de son père, Émie, une fille de la classe inférieure, va tout perdre en se retrouvant propulsée dans ce monde de privilégiés qu’elle déteste plus que tout. Grâce à une rencontre, elle va surmonter sa haine. Elle va apprendre à évoluer dans ce monde hostile, tout en déjouant les manipulations dont elle est constamment la cible et en découvrant son don.

pile-de-livres

Mon avis : 

Un grand merci à Frédérique Arnould, l’auteure, pour m’avoir confier son livre en service presse et pour sa confiance.

Emie vit dans un monde particulièrement injuste où les pauvres, classe dont elle fait partie, travaillent et vivent pour subvenir aux besoins de la classe des nantis. Les milices sont là pour faire respecter cet état de fait et n’hésitent pas à abattre ceux qui dérogent à la règle. Mais la vie d’Emie va basculer avec la mort de son père et l’obligation qui lui est faite d’aller vivre chez les nantis. Elle va laisser derrière elle son ami Henri et n’aura de cesse que de pouvoir le rejoindre. 

Voilà le genre d’histoire que j’aime en général, un monde injuste à la Hunger Games ou Divergente, une jeune héroïne qui va se battre pour ses idées et bien sur un paquet de méchants qui vont se mettre en travers de sa route.  Et le roman de Frédérique Arnould réunit toutes ces données et bien plus ! 

Le monde dans lequel elle nous entraîne est non seulement injuste mais dangereux. En effet, les pauvres y sont traités comme du bétail tout juste bons à travailler dans les mines ou dans les champs pour fournir aux riches ce dont ils ont besoin. Bien entendu, des rebelles ont essayé de s’opposer au régime en place mais sans grand succès. Emie va ressentir cette injustice d’autant plus qu’après avoir vécu la faim avec sa mère et ses sœurs elle va passer, bien malgré elle, du côté des privilégiés et se rendre compte de leur façon de vivre. Emie va naviguer entre trahisons et manipulations même si elle trouvera quelques alliés sur sa route. 

L’histoire est bien menée et à un rythme vraiment agréable. On ne s’ennuie pas et les révélations et actions s’enchaînent rapidement. Les chapitres sont courts ce qui donne une sensation de fluidité au texte, un dynamisme très plaisant. Le mélange de dystopie et de fantastique est vraiment original. En effet, Emie semble posséder des dons particuliers qu’elle va devoir dompter et que le lecteur va découvrir en même temps qu’elle. 

Les personnages sont bien décrits. J’ai particulièrement aimé Henri qui est attachant, il est entier et fidèle et ne recule devant rien pour aider Emie. J’ai eu plus de mal avec le personnage d’Emie par contre. C’est une jeune femme courageuse mais j’ai parfois eu envie de la secouer un peu pour la faire réagir. Les personnages secondaires sont parfois un peu trop effacés à mon goût, je pense notamment à Mme Zagler pour laquelle j’aurai aimé avoir plus de détails. Malgré tout, on aime ou on déteste rapidement les protagonistes même si parfois l’auteure nous met sur de fausses pistes.. 

Frédérique Arnould a une plume fluide et très agréable qui nous embarque sans aucune difficulté dans son histoire. Par contre, Emie étant la narratrice j’aurai aimé un peu plus de passion dans l’expression, de sentiments. Le ton est parfois trop neutre ou froid ce qui m’a parfois un peu gêné. Malgré ce petit bémol c’est une très bonne dystopie et je lirai la suite avec plaisir car j’ai hâte de connaître la suite de leurs aventures.

en-conclusion

 Une jolie découverte entre l’histoire et la plume de l’auteure ! Une dystopie vraiment très sympa et très bien écrite qui plaira sans aucun doute aux fans du genre. 

Ma note : 7.5/10

 

aventure·Chronique Livresque·Jeunesse·steampunk

Taupe de Nico Bally

taupe

Fiche Technique :

Auto-édition – 250 pages – ebook ou broché – Aventure / Steampunk

Résumé :

Le 5 juillet 1839 une machine gigantesque appelée TAUPE s’enfonça dans le sol afin d’atteindre le centre de la Terre. Son équipage était composé de cinquante personnes. Tout était planifié pour qu’ils puissent survivre et entretenir la machine afin qu’elle accomplisse sa mission. Mais les choses ne se déroulèrent pas comme prévu, car deux passagers clandestins s’étaient glissés à bord. Le premier était un chat fouineur que nous appelâmes Tapetum. Le deuxième, c’était moi.

pile-de-livres

Mon avis :

Avant tout, je remercie vivement l’auteur, Nico Bally, de m’avoir confié son livre en service presse et pour sa confiance.

Jules est un garçon qui aimerait vivre de grandes aventures : découvrir les océans est son plus grand rêve.. Il accompagne un jour son père qui investit dans des projets, pour la plupart avant-gardistes et va se retrouver dans une immense machine appelée TAUPE en direction du centre de la Terre.

J’ai, tout d’abord, été intriguée par la couverture, étant fan de Stempunk, dès que j’aperçois des rouages ma curiosité est piquée. Puis à la lecture du résumé, je me suis de suite dit que ce livre était pour moi, un Jules qui part au centre de la Terre ? J’adore l’idée ! Et très sincèrement, je n’ai pas regretté une seconde ma curiosité !

Le jeune Jules est donc embarqué dans une aventure extraordinaire à bord d’une machine qui doit emmener une colonie s’installer au centre de la Terre. Il va découvrir la vie à bord malgré son statut de passager clandestin, l’organisation de la vie quotidienne, le travail à fournir, le fonctionnement de la machine, etc.. J’ai beaucoup aimé le personnage de Jules, il a des réactions de son âge qui sont très drôles comme par exemple la découverte des sanitaires ou des échelles , il lui est difficile d’oublier sa petite vie douillette mais il sait qu’il va devoir s’adapter pour survivre. Il va tester tous les postes de TAUPE et il sait en tirer le meilleur à chaque fois, rencontrer l’équipage et se faire des amis comme des ennemis.

Mais à part Jules, j’ai trouvé tous les autres passagers extraordinaires également ! Ma préférence va à la géologue, Eléonore, et son grain de folie mais j’ai aussi beaucoup aimé Maru ou JS.. Ils sont tous très bien exploités, et on s’attache facilement à chacun parce qu’ils ne sont pas lisses et parfaits.

L’histoire est vraiment très intéressante et bien menée. L’auteur a une très belle plume fluide et comme ce livre est destiné à un public jeune il explique parfaitement le côté technique avec des mots simples et abordables. Il nous emmène sans aucune difficulté à bord de TAUPE et nous fait partager à travers ses descriptions le quotidien des personnages ainsi que leurs difficultés. Evidemment, tout ne va pas être simple entre le fait de creuser vers le centre de la Terre (c’est déjà plutôt pas mal comme aventure !), mais également de faire vivre 50 personnes, un passager clandestin (Jules) et un chat clandestin (Tapetum) en huis clos, il va forcément y avoir des difficultés inattendues qui vont venir pimenter une vie déjà pas toute simple.

Je recommande vraiment ce livre qui plaira autant aux jeunes ou aux moins jeunes ! Une jolie façon de découvrir le monde Steampunk pour ceux qui ne connaissent pas. L’auteur a intégré de jolis clins d’œil à Jules Verne qui donneront surement envie à ceux qui n’ont jamais lu ses livres de les découvrir.

en-conclusion

Un coup de cœur jeunesse pour moi ! La découverte d’un auteur, Nico Bally, que je vais suivre avec intérêt et une histoire pleine d’aventure et d’humour qui plaira à tous.

Ma note : 9/10

 

 

 

aventure·Chronique Livresque·fantastique·Jeunesse

Les orphelins de Windrasor T1 Entre les murs de Paul Clément

les-orphelins-de-windrasor,-tome-1---entre-les-murs-914768-264-432

Fiche Technique :

Post-Apo Editions – 118 pages – ebook ou broché – Aventure / Jeunesse

Résumé :

« À Windrasor, l’un des orphelinats les plus prestigieux du duché de Morenvagk, le sort des pensionnaires semble joué d’avance. Une adoption peu probable ou un envoi au front, synonyme de mort certaine au service d’une guerre dont plus personne ne semble se souvenir des raisons, sont leurs seules perspectives d’avenir.
Dans ce monde qui a perdu la tête, prisonniers du plateau imprenable sur lequel s’élève le célèbre orphelinat, Spinello et ses amis ne savent pourtant pas que le destin a prévu bien d’autres choses pour eux.
Toutes les grandes aventures ont un point de départ, parfois perdu au milieu de l’immensité d’une forêt entourant un bien étrange établissement. »

pile-de-livres

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie chaleureusement l’auteur, Paul Clément, de m’avoir confié son livre en service presse et de sa confiance.

Windrasor est un orphelinat où tout semble tomber en ruine mais où règne la loi du plus fort. Spinello est l’un des orphelins y demeurant et c’est aussi une tête brulée, il est impertinent, casse-cou et surtout il ne rêve que d’une chose : quitter cet endroit sordide. Malheureusement leur monde est englué dans une guerre si ancienne que les raisons en ont été oubliées et si les orphelins ne sont pas adoptés à 14 ans ils partent pour le front. Mais Spinello et ses amis se rêvent libres..

J’étais très intriguée par le résumé et j’ai donc commencé à lire en me demandant dans quelle sorte de « livre jeunesse » je plongeais.. Et bien, je dois dire que j’ai été plus qu’agréablement surprise ! Une très belle découverte ! Pour plusieurs raisons..

Tout d’abord l’histoire.. Ce premier tome pose les bases, nous explique le fonctionnement de Windrasor, ses codes. Les orphelins savent bien que leur sort est pratiquement scellé mais la vie entre les murs de l’orphelinat n’est pas des plus simples puisque des rivalités existent entre les différents dortoirs. Chaque bande d’enfants va devoir essayer de s’imposer pour survivre ou, dans le cas de la jeune Iphis, de passer des accords pour être protégée. Malgré tout, l’aventure démarre rapidement et des mystères vont très vite se mettre en place qui vont entraîner le lecteur dans un roman très prenant.

Les personnages sont vraiment très attachants surtout Spinello et sa bande : Placide, son physique ingrat et sa gentillesse que j’ai eu envie de protéger tout au long du livre, Asmodée (entre autres). Les adultes n’ont pas le beau rôle avec les gardiens dont le terrible Octave, ennemi de Spinello qui ne manque pas d’imagination quant aux châtiments ou les adoptants avec le Marquis et son épouse.. On découvre également que des êtres appelés Ignobles vivraient peut-être entre les murs. Les personnages sont bien campés et décrits, on les aime ou on les déteste. Pour ma part, j’ai particulièrement aimé la jeune Iphis, seul point de vue féminin, une orpheline au statut un peu particulier.

L’auteur nous décrit les lieux à la perfection sans que le texte ne soit lourd. J’ai eu l’impression de visiter Windrasor, d’entendre les poutres grincer, de courir dans les couloirs avec les enfants ou de peiner avec Spinello lors de sa mémorable punition.. La plume de Paul Clément est fluide, précise et vive. Ses descriptions permettent au lecteur de vraiment bien imaginer les lieux, les gens. L’alternance de héros à chaque chapitre est une excellente idée et cela permet de voir différentes facettes de l’histoire.

Je suis ravie de cette lecture ! Ce monde, qui se met en place peu à peu, est très intéressant et malgré la dureté de la vie  à Windrasor j’ai hâte de pouvoir lire la suite des aventures de Spinello, Iphis et tous leurs camarades.

en-conclusion

Un excellent roman jeunesse mais qui convient parfaitement aux adultes ! Un premier tome qui laisse présager de nombreuses aventures et mésaventures entre les murs de l’orphelinat de Windrasor…

Ma note : 9/10

 

 

Chronique Livresque·Jeunesse

L’amour entre les lignes de Tia Cotant

Fiche technique :

128 pages – ebook ou broché

Résumé :

Au lendemain de son retour de son voyage dans les Contes de Grimm et dans le Journal d’Anne Frank, Amandine veut poursuivre ses aventures dans les livres. Alors qu’elle plonge au cœur d’un nouveau roman, elle va faire une rencontre inattendue, elle n’est pas la seule à pouvoir voyager dans les livres, Victor, un jeune garçon de l’âge d’Amandine, se trouve aussi dans ce roman.
Qui-est-il ? Que fait-il là ?

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie Tia Cotant, l’auteure, de m’avoir permit de lire ce second tome et de sa confiance.

J’avais eu un très gros coup de coeur pour la Tome 1 « La Bibliothèque Magique » Chronique Ici. J’avais en effet été bluffée par Tia qui est une jeune auteure de 11 ans mais qui manie déjà les mots avec beaucoup de talent.

C’est donc avec joie que j’ai retrouvé la jeune Amandine, héroïne de ce roman, le lendemain de sa grande aventure dans la bibliohtèque magique. Amandine est, bien sur, impatiente, de renouveler cette fabuleuse expérience qu’est le saut dans un livre et pouvoir rencontrer les personnages qu’elle affectionne. Elle se décide donc à visiter Alice et son pays des Merveilles.. Mais elle va y découvrir bien plus que l’histoire qu’elle connait, un intrus est présent. Commence alors une nouvelle aventure pour Amandine mais différente que ce qu’elle avait pu imaginer…

Ce deuxième tome est sans conteste non seulement à la hauteur du premier mais j’ai trouvé qu’il le surpassait. En effet, l’auteure y a mis plus de profondeur surtout dans les personnages. Amandine est toujours aussi attachante et drôle, elle s’adapte très vite à chaque environnement (c’est préférable face à la Reine de Coeur !) et a toujours un petit mot à adresser au lecteur. Le personnage de Victor est également très bien trouvé et réalisé, il est vraiment touchant, amusant. Comme pour le premier tome, on y retrouve des personnages tirés d’un livre connu, ici c’est Alice aux Pays des Merveilles et Tia a su leur donner vie, j’ai beaucoup aimé Alice et son petit caractère… Les personnages secondaires sont également plus développés comme Mme Binocle, la bibliothécaire, ou Eva, la meilleure amie d’Amandine.

J’ai trouvé ce second volume plus mature, plus développé aussi pour l’histoire. En effet, Amandine se livre au lecteur sur sa vie d’écolière, ses amitiés. Ce second tome est également plus centré sur les sentiments comme l’amour ou l’amitié. Amandine va devoir affronter des situations auxquelles elle n’était pas préparée. L’histoire est vraiment bien menée, sans temps mort. Tia maîtrise vraiment bien les mots et elle rends chaque situation ou sentiment parfaitement. J’ai également beaucoup aimé l’intrusion de nos personnages dans Paris (je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler) mais ça leur donnait un côté « réel ».

Le visuel est toujours aussi beau et réussi. La couverture est vraiment très réussie et parfaitement représentative de l’histoire. Quant à l’intérieur du livre c’est un véritable bijou, entre illustrations et citations, un régal pour les yeux !

Tia est décidémment une jeune auteure avec beaucoup de talent, elle le prouve une nouvelle fois ici ! J’ai adoré suivre les aventures d’Amandine et ses sauts dans les livres vont me manquer. Un coup de coeur pour moi pour ce livre jeunesse mais qui peut être apprécié à tout âge !!

Ma note : 10/10