Chronique Livresque·dystopie

Matriochkas, tome 1 par Christelle Da Cruz

Fiche Technique : 

Editions Dreamcatcher – 366 pages – ebook ou broché – Dystopie

Résumé :

 Depuis près de soixante ans, le pouvoir appartient aux femmes. Une mystérieuse épidémie a lourdement décimé la population masculine et l’isolement des survivants a conduit à une réorganisation totale de la société. Au cœur de la capitale, Gabrielle, chauffeuse de taxi, mène une vie sans histoire entre son boulot et ses amis. Un soir, au détour d’une course réalisée pour une riche cliente, elle va se retrouver plongée dans une intrigue inquiétante. Qui est cet homme, évadé d’un pôle d’enfermement, qui ne cesse de la traquer ? Comment a-t-il pu atteindre la capitale sans être interpellé ? Autant de questions dont les réponses pourraient bouleverser l’ordre établi.

tea-time-wallpapers-pictures-photos-images-OPklMv-clipart

Mon avis : 

Je remercie chaleureusement les Editions Dreamcatcher de m’avoir permit de lire ce roman en service presse. 

Rebecca Gale s’apprête à prendre en 2023 une décision qui va bouleverser l’ordre établi. Elle n’a aucun doute sur le bien fondé de sa décision et ne permettra que rien ni personne ne se mette en travers de son chemin.. 

En 2081, Gabrielle Janssen conduit un taxi, a une colocataire, Viviane et surtout vit dans un monde de femmes, dirigé par et pour les femmes. Dans ce monde, les hommes ne comptent pour rien, ne servent que de distraction à travers les jeux des Arènes par exemple mais surtout ils n’ont plus aucune liberté. Gabrielle se plaît dans sa petite vie tranquille jusqu’au jour où elle va croiser un homme en liberté. Comment a-t-il fait pour quitter son pôle d’enfermement et surtout que lui veut-il ?  

La dystopie est l’un de mes genres littéraires préférés.. En général, une catastrophe survient et le monde change irrémédiablement. C’est toujours un plaisir de découvrir ce que l’imagination des auteurs fait subir à la population et où cela va les conduire. Christelle Da Cruz a imaginé Antigonia où tout a changé lorsqu’un Virus a disséminé la plus grande partie de la population masculine et où les hommes restants ont été enfermés pour éviter que le Virus ne se propage d’avantage. Il est intéressant d’imaginer ce que serait un monde uniquement dirigé par des femmes… Serait-il meilleur ? 

C’est sans doute ce que pense Gabrielle qui est née et a grandit dans ce monde. Elle y vit, y travaille, s’y amuse sans se préoccuper de ce qu’il advient de l’autre sexe. Elle va, un soir, croiser la route d’une femme mystérieuse mais également celle d’un homme curieusement en liberté, Alexander. Gabrielle va devoir accepter que tout n’est pas parfait dans cette société et voir ses certitudes voler en éclat. 

Christelle Da Cruz m’a tout de suite embarquée dans son monde et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, l’histoire d’Antigonia et de ses habitants est prenante et addictive. En effet, des révélations sont faites au fur et à mesure de l’avancée de l’intrigue mais elles entraînent de nouvelles questions, de nouvelles actions qui font que l’ont reste accroché au roman pour en connaître la fin. L’action s’enchaîne en laissant peu de répit au lecteur avec malgré tout parfois une petite pause pour souffler.

Le monde créé par l’auteure est vraiment intéressant outre le fait que seules les femmes y évoluent ce sont également les avancées technologiques que j’ai trouvé intéressantes. On ne paye ou ne se soigne plus comme à l’heure actuelle, les amusements sont différents et ces changements apportent un vrai plus dans l’histoire car ils la rendent encore plus futuriste.   

Les personnages sont également l’une des raisons pour lesquelles j’ai particulièrement aimé cette histoire. Gabrielle, l’héroïne, m’a plu avec ses petits défauts et son caractère bien trempé; Alexander m’a beaucoup amusée et surtout touchée car à travers lui on découvre le destin des hommes. Mais j’avoue que celle que j’ai préféré reste Rebecca Gale.. Essayer de la comprendre est un défi, de se mettre à sa place également. Se demander si l’on aurait pu prendre les mêmes décisions et pourquoi.. Chaque personnage a été bien pensé et bien réalisé qu’il ait un rôle important ou pas ils sont tous crédibles, attachants ou détestables mais ils ne laissent pas indifférent.

Et enfin, l’un des points important qui fait de ce roman une très belle lecture c’est l’écriture de l’auteure. Non seulement Christelle Da Cruz possède une très jolie plume fluide et agréable mais elle a, en plus, intégré dans son roman des flash-backs qui  permettent au lecteur d’assembler les pièces, de comprendre et j’aime cette idée. L’auteure écrit de façon dynamique ce qui donne un roman plein de peps et d’énergie. J’ajouterai un mot également sur la beauté du livre entre la couverture qui est très réussie et également l’inclusion de jolies matriochkas à l’intérieur en font un très bel objet. 

Conclusion_Logo_-_Cool_Dots_Font

Une dystopie comme je les aime où se mêlent action, révélations, sentiments et héros attachants. Un très bon premier tome que je recommande vivement à tous les fans du genre (et aux autres aussi !!) et pour ma part, je n’ai qu’une question… A quand la suite ???? 

Ma note : 8.5/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ICI

Publicités
Chronique Livresque·dystopie·Science fiction

Les pâtes froides de Svetlana Kirilina

pâtes

Fiche Technique : 

Autoédition – 351 pages – ebook et broché – Science fiction

Résumé : 

« Des gens sont morts. Pas tous. Enfin, je crois pas. Moi, en tout cas, j’ai survécu. J’ai survécu et je me suis retrouvé enfermé là, dans ce bunker. On va pas se mentir. Ici, y a rien à faire. Rien à part tenter de se rappeler le passé, tenter de comprendre comment on en est arrivés là. Tenter de survivre un peu aussi. Ça devrait aller, j’ai une bonne réserve de pâtes. »

pile-de-livres

Mon avis : 

Tout d’abord, je remercie Svetlana Kirilina, l’auteure, de m’avoir confié son livre en service presse. 

Voilà ce que j’appelle un livre atypique ! Atypique mais addictif ! Je m’explique.. 

J’ai trouvé les premières pages quelque peu déstabilisantes de par leur construction. En effet, l’auteure nous livre de très courts chapitres qui à chaque fois se déroulent à l’une des trois périodes où se passe le roman et changent de narrateur. La lecture n’est donc pas simple sur les premières pages car il faut bien assimiler chaque période mais au bout  de quelques chapitres.. un régal ! 

Svetlana Kirilina nous raconte l’histoire du monde dans un peu plus de 1000 ans.. lorsque l’être humain aura abusé et détruit toutes les ressources de la planète, où la vie ne sera plus possible comme elle l’est aujourd’hui et qu’il faudra s’enterrer dans des bunkers pour survivre. Avec sa plume est fluide, limpide et juste, elle nous raconte un monde effrayant mais criant de vérité. 

Nous suivons donc plusieurs personnages et plusieurs époques. Les années 3098, 3083 et 3120 s’alternent avec les histoires de Simon, Lou, Ramzon mais également celles de Ned, Ted ou Marc.. Il faut écouter la « Dernière radio avant la fin du monde » qui donne des conseils forts avisés pour survivre mais qui s’intéresse aussi de près à l’organisation « Le Nouveau Souffle » ayant existé des années auparavant. La méfiance face au gouvernement établi et sa milice est également de mise.. 

Tous ces personnages, ces histoires, ces dates s’imbriquent un peu comme un puzzle géant que le lecteur va découvrir au fil des pages.  Les informations distillées par l’auteure se mettent en place et parfois un détail va déclencher une information qui permettra de comprendre pourquoi les choses se passent de telle façon à cette autre date. Et c’est comme cela que l’on va comprendre comment on en est arrivé là, à vivre enterrés, à manger des pâtes froides..  Il est difficile d’en dire plus sans vous spoiler et ce serait vraiment très dommage de gâcher la découverte de cette lecture ! 

Parfois un petit encart dans l’histoire est fait et j’ai trouvé vraiment touchant les « Lettres à Elise » que vous découvrirez au gré des chapitres. De courtes missives qui expliquent la situation à travers les yeux d’une enfant. 

Je citais les personnages plus haut.. Certains sont détestables d’autres sont attachants, mais Svetlana Kirilina a réussi à nous livrer ici un panel de personnages vraiment bien construits. On les connait peu, on en découvre certains plus que d’autres mais ils donnent tous un plus à l’histoire. J’ai ressenti une tendresse particulière pour la jeune Lou qui survit comme elle peut à travers ce monde post-apocalyptique mais également pour Simon, cet idéaliste qui ne souhaite que rendre sa liberté au peuple. Ted et Ned sont également très touchants. 

Quant à la fin, je l’ai trouvé géniale pour la même raison que le reste du roman : la façon dont elle est amenée ! J’ai adoré cette façon de faire même si je crains que certains lecteurs ne la trouve peut-être un peu trop rapide. Enfin,  mes yeux, elle est parfaite ! 

Vous aurez donc compris que « Les pâtes froides » est un gros coup de cœur pour moi. Une lecture addictive, prenante, terrifiante lorsqu’on y pense un peu mais qui m’a tenu en haleine du début à la fin. 

en-conclusion

Un roman post-apocalyptique parfaitement réussi ! Une lecture géniale même si j’espère sincèrement que l’auteure n’est pas visionnaire et que le futur de l’humanité est un peu plus rose que dans ce livre.. 

Ma note : 9/10

Si vous souhaitez acheter ce livre, cliquez sur la photo de la couverture en haut de l’article. 

Chronique Livresque·polar·suspense

John Fade – mAc A dAmes de Grégory Bryon

cover-373

Fiche Technique : 

Autoédition – 32 pages – ebook – Policier / Science Fiction – Nouvelle

Résumé : 

John Fade est un détective privé du 23e siècle exerçant à New Boston. Ancien policier, il se sert de son expérience et de ses relations pour retrouver des personnes disparues.

Alors qu’il vient tout juste de clôturer sa dernière affaire, un certain « Triple A » semble s’en prendre aux prostituées. La police ne s’en préoccupant pas, le détective décide de pousser l’enquête, qui l’emmènera dans les endroits les plus sombres de la ville.

***

« John Fade » est une série de nouvelles de polar-SF dont « mAc À dAmes » est le second volume.

pile-de-livres

Mon avis : 

Tout d’abord je remercie chaleureusement Grégory Bryon de m’avoir confié ce tome 2 en service presse et pour sa confiance.

Ça a été un régal de retrouver John Fade dans une nouvelle aventure.. En effet, je vous parlais il y a quelques jours du tome 1 (John Fade – L’affaire Johan Jones), qui m’avait fait prendre conscience du potentiel des nouvelles, format qui me plait de plus en plus. 

John Fade, ancien flic devenu détective privé, se remet tranquillement de sa dernière enquête lorsqu’il est abordé en plein dîner par Polak, homme de main du mafieux Jimmy Falcone. John est contraint de le suivre et se voit proposer du travail par Falcone. En effet, ses prostituées disparaissent et il aimerait bien pouvoir mettre la main sur celui qui a l’outrecuidance de le défier. 

Encore une fois la magie du futur a agit sur moi. J’ai adoré retrouver les années 2260 et toutes les nouveautés technologiques.. En effet, dans ce nouvel opus John nous entraîne dans une enquête où il va devoir se servir de son flyster, utiliser son holocom et boire un vin californien visiblement naturel (ouf !). L’auteur m’a, une nouvelle fois, emporté dans ce monde où tout nous est familier mais différent (la description du parc pour enfant est un peu flippante au vu des noms…). Des explications sur les inventions ou la façon de vivre du 23ème siècle sont glissées dans le texte permettant au lecteur d’imaginer sans mal cette époque lointaine où la retraite se prendrait au bout de 30 ans de bons et loyaux services.  

John va, pour cette nouvelle enquête, se frotter à la mafia locale et à Jimmy Falcone en particulier. Il va de nouveau payer de sa personne pour pouvoir mener ses investigations à leur terme. Le personnage de John est de plus en plus attachant au fil des tomes. Je l’avais déjà beaucoup apprécié dans le 1er opus mais ici il nous montre un côté intègre et humain que j’ai particulièrement aimé. Son amour du passé et sa nostalgie du 20ème siècle sont également toujours présents et font partie intégrante de ce personnage. 

L’histoire est tout aussi captivante et bien menée que la première. J’ai même personnellement préféré celle-ci peut-être parce que je l’ai trouvé plus développée, mieux expliquée. En effet, on suit plus facilement le raisonnement de notre héros qui justifie les raisons de ses démarches, la logique de sa pensée au fur et à mesure. Il va devoir utiliser toutes ses ressources afin de mettre la main sur le fameux Triple A qui serait à l’origine des disparitions de prostituées. C’est encore une très bonne histoire policière que nous livre l’auteur, rondement menée. 

Grégory Bryon confirme ici mon coup de cœur pour sa plume. Il entraîne le lecteur dans cette aventure avec une écriture énergique et sans temps mort et bien que le format soit court l’histoire est parfaitement accomplie. 

en-conclusion

Un second opus encore plus entraînant qui permet de nous immerger un peu plus dans le 23ème siècle.. Un 3ème tome étant paru je vous en parlerais très vite mais si vous aimez les héros charismatiques et les enquêtes policières John Fade est fait pour vous ! 

Ma note : 8.5/10

 

Chronique Livresque·Science fiction

John Fade – L’affaire Johan Jones par Grégory Bryon

cover-41

Fiche Technique :

Autoédition – 34 pages – Ebook – Science-Fiction / Policier

Résumé :

John Fade est un détective privé du 23e siècle exerçant à New Boston. Ancien policier, il se sert de son expérience et de ses relations pour retrouver des personnes disparues.

Alors qu’il est à la recherche d’un écrivain, son ancienne amie Johan refait surface dans sa vie, mais pas de la manière dont il aurait souhaité. Arrivera-t-il à résoudre le mystère qui plane autour d’elle ?

***

« John Fade » est une série de nouvelles de polar-SF dont « L’affaire Johan Jones » est le premier volume.

pile-de-livres

Mon avis :

Un grand merci à Grégory Bryon, l’auteur, de m’avoir confié sa nouvelle en service presse.

Soyez les bienvenus en 2260 ! John Fade est un ancien policier à la retraite devenu détective privé. Il reçoit la visite d’une jeune femme dont le mari, un écrivain célèbre, a disparu. Mais très vite son enquête va le mener à recroiser le chemin d’une amie perdue de vue, Johan, et quand je dis chemin..

J’avoue que je prends goût aux nouvelles ! J’ai été longue à m’y mettre mais des découvertes comme celle-ci me font regretter de ne pas en avoir lu plus tôt. Le format court me dérange moins et je le trouve même vraiment plaisant.

John Fade est donc un détective privé dans le New Boston des années 2260 : les voitures volent, la viande est une denrée rare et le bourbon est bio-régénéré. John va accepter une affaire de disparition plutôt banale mais qui va vite se transformer en enquête bien plus compliquée.

J’ai beaucoup aimé le personnage de John avec sa nostalgie du 20ème siècle et son côté un peu cliché. Il nous fait découvrir son époque à travers ses petites habitudes mais aussi ce qui n’existe plus. L’auteur a une vision du future qui me fait froid dans le dos.. plus de stylos ni de papier ??!! John est un peu rétro et j’ai trouvé que ça apportait un côté humain à l’histoire. Au vu de son comportement, je suis bien certaine qu’il nous cache de petits secrets qui j’espère nous serons révélés lors de ses futures aventures.

L’histoire en elle – même est bien pensée et amenée. L’auteur distille les indices et plante bien le décor. Même si le texte est court, tout y est bien expliqué et installé, on assimile l’utilité des nouvelles inventions telles que l’holocom. On se familiarise avec cette société future ses habitudes, sa législation. Mon seul bémol concerne la résolution que j’ai trouvé un peu rapide et vite bouclée. J’aurai aimé avoir plus de détails, plus d’explications malgré cela l’enquête est intéressante à suivre.

Grâce à cette lecture, j’ai découvert la plume de Grégory Bryon que j’ai beaucoup aimé. Il a une écriture entraînante et fluide mais également une pointe d’humour vraiment agréable et sympathique.

en-conclusion

Une jolie découverte et un premier tome prometteur pour ce détective du futur dont je lirai les prochaines enquêtes avec grand plaisir !

Ma note : 8/10