aventure·Chronique Livresque·steampunk

La Neste Funeste par Camille X Morgan

Quelques informations…

Auto-édition – 362 pages – ebook ou broché – Steampunk

Un résumé ? 

Avril 1890 – Depuis les événements de l’Exposition universelle, la Demoiselle Dynamite a disparu sans laisser aucune trace. Mais depuis quelques jours, la voilà qui reparaît pour des vols loin de ses habitudes, sans envergure, qu’elle signe d’une carte. Durant l’année écoulée, Camille a préféré mener une vie tranquille loin des sensations fortes et elle ne sait pas qui commet ces larcins en son nom. Cette course pour démasquer l’imposteur s’arrête aussi brutalement qu’elle a commencé, quand la jeune femme découvre que l’Horloge de la XIIIe Heure a été dérobée avec fracas chez son propriétaire, laissé mourant. Avant d’expirer, celui-ci lui donne la mission de retrouver l’Horloge, au cœur d’un grand secret alchimique, au risque de laisser le chaos régner sur le monde. Camille n’a pas d’autre choix que de sortir de sa retraite pour affronter de nouveaux dangers et découvrir qui usurpe son identité, qui a volé l’Horloge et, surtout, qui a tué son vieil ami.

5156185_dca5e

Mon avis :

J’attendais avec impatience la suite d’un roman Steampunk que j’avais tout particulièrement aimé : L’Horloge de la XIIIème heure. Lorsque son auteur, Camille X Morgan, m’a contactée pour m’annoncer que cette suite sortait j’étais ravie. Et encore plus lorsqu’il a eu la gentillesse de me le confier en service presse ! 

On retrouve ici Camille quelques temps après les événements du tome 1. Elle se remet doucement des pertes subies en restant éloignées de ses activités de voleuse. Lorsque des vols sont commis et signés par la Demoiselle Dynamite alors qu’ils ne sont pas de son fait, la jeune femme décide de retrouver l’usurpateur. Elle ne peut pas laisser salir son nom !  Mais, l’Horloge de la XIIIème heure (la véritable horloge, rescapée du premier tome..) est volée et son propriétaire, dans un dernier souffle, donne mission à Camille de la retrouver.. pour le bien de l’humanité ! 

Ce second opus nous ramène dans le Paris de 1890 auprès de Demoiselle Dynamite qui se voit contrainte de reprendre du service. Elle va partir à la recherche de l’Horloge de la XIIIème heure mais sa route va être parsemée d’embûches et de difficultés. La jeune femme veut non seulement honorer la parole donnée à son vieille ami mais également venger la mort de celui-ci. Elle va donc devoir plonger dans cette enquête qui va la mener bien loin de Paris et le fait d’être une voleuse célèbre et recherchée ne va, évidemment pas lui faciliter la tâche ! J’avoue que cette suite m’a vraiment captivée car l’histoire est vraiment bien ficelée et pleine de rebondissements. L’auteur a plus d’un tour dans son sac pour surprendre le lecteur.. 

J’ai été ravie de retrouver la jolie Camille qui est une héroïne comme je les aime : forte, avec du caractère et qui sait ce qu’elle veut. Dans cette nouvelle aventure, je l’ai trouvée également plus sensible, meurtrie.. plus humaine en quelque sorte. Le passé n’est pas complètement clos et Camille va devoir affronter des épreuves liées à celui-ci tout en essayant de mener à bien sa quête. Il est difficile de parler des personnages sans spoiler mais j’ai vraiment aimé la façon dont Camille X Morgan amène les choses, crée des liens entre les différents personnages et leur insuffle personnalité et caractère. 

C’est le troisième roman que je lis de cet auteur et je suis définitivement fan ! J’aime tout autant son imagination et la façon dont il traite l’histoire que sa façon d’écrire aussi bien légère qu’adaptée à l’époque. Les aventures de la Demoiselle Dynamite font parties de mes romans Steampunk préférés et j’ai hâte d’en connaître la suite ! 

GIF ecrire

Un second tome à la hauteur de mes espérances ! J’ai pris énormément de plaisir à le lire et si vous êtes fan du genre ou voulez découvrir le Steampunk je vous conseille vivement cette série. 

Ma note : 8.5/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

Chronique Livresque·policier

L’étrange pension de Mrs Scragge par Anna Kessou

Quelques informations… 

Autoédition – 246 pages – ebook ou broché – Policier

Un résumé ? 

Antoinette n’est pas l’employée modèle de la CLEAN, une agence de nettoyage dirigée par l’énigmatique Monsieur Anselme, un ancien directeur de la sécurité… A chaque nouveau client, une enquête à résoudre. Avec son inséparable collègue, Mireille une hollandaise à la langue bien pendue, elle va sillonner villes et en campagnes et venir en aide même à ceux qui n’ont rien demandé ! 
Dans ce 1er épisode, découvrez :
• Comment Antoinette, nurse anglaise charmante, mais un peu cynique est devenue femme de ménage à la CLEAN
• Comment arriver à la tête d’un trafic de cocaïne colombienne
• Pourquoi les diamants sont les meilleurs amis des femmes et des pirates
• Et que tous les souterrains mènent aux bibliothèques
Alors, remontez votre plaid, ajoutez une bûche dans la cheminée et faites chauffez la bouilloire. Vous reprendrez bien un peu de fantaisie et de suspense avec votre earl grey?
Vous êtes prêt ? 

thé

Mon avis : 

Un grand merci à Anna Kessou, l’auteure, de m’avoir permis de lire son roman en service presse via le site Simplement.Pro. J’étais ravie de sa proposition car j’avais trouvé le résumé très attrayant et original. J’ai donc plongée avec joie dans ce premier épisode des aventures d’Antoinette.. 

Une nurse anglaise bien sous tout rapport, une fête monstrueuse, de la drogue, des colombiens et une entreprise de ménage.. Voilà le début de ce roman ! Antoinette va être embauchée par la CLEAN suite à un concours de circonstances assez peu banal. Elle va donc devoir suivre Mireille, sa nouvelle collègue, pour une mission à la pension de Mrs Scragge.  

Comme je l’ai dit, j’ai trouvé le résumé vraiment accrocheur et dès les premières pages de ce roman, j’étais sous le charme d’Antoinette : professionnelle, flegmatique.. parfaite pour son job de nurse ! Mais tout dérape, la situation lui échappe et elle fait la connaissance Mr Anselme qui lui propose d’intégrer la CLEAN. C’est le début d’une aventure à laquelle notre gentille nurse ne s’attendait pas, elle va se retrouver mêlée un peu malgré elle à une enquête. L’histoire est fraîche, agréable et bien menée entre l’Angleterre, la France et la Hollande. 

Le suspense est vraiment bien dosé et j’ai eu du mal à poser mon livre par moment tant je voulais connaître la suite. Il faut dire qu’Anna Kessou ne manque pas d’imagination et réussit à mettre en scène des personnages sympathiques (ou pas !), des histoires qui s’entremêlent avec des pirates, un trésor et une pension de famille pas du tout accueillante ! Du mystère, du dépaysement.. tout ce qu’il faut pour passer un très bon moment. 

J’ai trouvé le personnage d’Antoinette vraiment excellent ! Elle est drôle, attachante et un brin curieuse. Elle m’a fait rire et j’ai aimé la suivre dans ses déductions. Elle m’a fait penser à un  savant mélange de Miss Marple et d’Hercule Poirot. Les autres personnages sont également bien réalisés et tout particulièrement Mireille, la collègue bavarde d’Antoinette. 

Anna Kessou signe ici une première aventure vraiment réussie. J’ai non seulement beaucoup aimé les personnages et l’histoire mais aussi la plume de l’auteure. elle est légère, fraîche avec des dialogues drôles et qui sonnent vrais. En me penchant un peu sur cette histoire et son auteure, j’ai découvert qu’elle tient un blog sur les aventures d’Antoinette, si vous avez envie d’en savoir plus c’est ICI. Et la cerise sur le cake, c’est qu’Anna offre ce premier épisode en ebook sur son blog, donc aucune raison de ne pas le lire ! J’attends maintenant avec impatience la suite des aventures d’Antoinette ! 

conclusion 6

Une lecture divertissante à souhait, une héroïne attachante.. de quoi passer un excellent moment de lecture ! En tout cas moi… j’ai adoré ! 

Ma note : 9/10

Chronique Livresque·Historique·polar

Le portrait brisé (une enquête à la Belle epoque, T2) par Alice Quinn

Quelques informations…

City Editions – 336 pages – ebook ou broché – Polar historique 

Un résumé ? 

En cette année 1888, la brillante ville de Cannes est secouée par un scandale immobilier qui entraîne la faillite de nombreux notables. En cette période tourmentée, la jeune courtisane Lola tente de faire son entrée dans le monde tandis que sa gouvernante, Miss Fletcher, lutte contre l’amour qu’elle éprouve pour elle. Le célèbre écrivain, Guy de Maupassant, traverse une phase difficile : son jeune frère, Hervé, semble sombrer peu à peu dans la folie.

C’est alors que survient un drame : la jeune orpheline protégée de Lola, Anna, disparaît tandis que l’homme qui tentait de la séduire, le banquier Henri Cousin, est retrouvé assassiné. Lorsqu’elle refait surface, elle est accusée du meurtre et emprisonnée.

Lola, Miss Fletcher et Maupassant se lancent dans une course contre la montre qui les mènera jusqu’au terrifiant asile d’aliénés de l’île de Lérins. Parviendront-ils à sauver Anna de la guillotine ? Qui est la mystérieuse femme au portrait brisé ?

Suspense, secrets de famille et passé mystérieux sont au rendez-vous de ce nouveau roman d’Alice Quinn.

Lecture-hiver

Mon avis : 

Tout d’abord, je remercie chaleureusement Alice Quinn et Amazon Publishing pour leur confiance renouvelée. En effet, je suis une fan des romans d’Alice qui a la gentillesse de me les confier en service presse. Vous aviez eu d’ailleurs l’occasion d’en savoir un peu plus sur cette auteure adorable dans le on papote avec #3

Ce roman est le second tome d’une saga de polars historiques se déroulant dans le Cannes de la Belle-Epoque. Je vous avais parlé du premier tome des aventures de Miss Fletcher et de Mademoiselle Lola « La Lettre Froissée« , premier tome que j’avais vraiment beaucoup aimé. 

Quel régal de retrouver Gabriella et Lola pour la suite de leurs aventures ! J’avais hâte de replonger dans ce Cannes mi-frivole mi-hautain, de retrouver ces deux héroïnes si différentes et si complémentaires. L’intrigue débute quelques années après la fin de « La lettre froissée », les deux jeunes femmes vivent toujours dans la jolie maison de Mademoiselle Lola en compagnie d’Anna, sa jeune protégée. Mais le cadre est bien moins idyllique. En effet, une crise immobilière secoue la ville de Cannes et c’est dans ce contexte que Gabriella va croiser de nouveau le chemin de son ex-patronne et amante. 

Nos deux héroïnes vont, une fois de plus, devoir mener l’enquête et cette fois pour venir en aide à quelqu’un qui leur est très proche. Elles seront de nouveaux épaulées par Guy de Maupassant, qui bien qu’un peu moins présent que dans le premier tome, est toujours aussi attaché aux deux jeunes femmes. Elles vont devoir faire preuve de courage et de persévérance pour expliquer le meurtre du célèbre banquier cannois, Henri Cousin, retrouvé assassiné et cela à leurs risques et périls. 

Les personnages sont toujours aussi attachants et on apprend quelques détails sur l’enfance de Lola par exemple ou sur Maupassant. Encore une fois, Alice intègre des faits réels à son roman notamment sur la vie de cet auteur et de sa vie (son frère par exemple..). De nouveaux personnages font leur apparition dans cette histoire, dont (entre autres..) Anna. La jeune fille apparaissait déjà dans le premier tome, elle est maintenant la protégée de Lola et vit avec elle. Elle va faire des découvertes qui vont bouleverser sa vie. J’ai beaucoup aimé Anna pour son caractère et son côté enfant qui m’a beaucoup touchée.

Une nouvelle fois Alice Quinn m’a plongée dans le Cannes du XIXème siècle grâce à son écriture très visuelle. J’ai aimé en apprendre plus encore sur cette époque, me retrouver assise autour d’un chocolat chaud avec Gabriella et Lola mais aussi descendre la Croizette en landau ou visiter cet horrible asile sur l’ile de Lérins. Le rythme de ce second tome est tout aussi bien dosé que pour le premier, les faits et les rebondissements s’enchaînent sans anicroche, et pour ma part j’ai pris beaucoup de plaisir à suivre les aventures de ce trio que j’apprécie tout particulièrement et j’ai maintenant hâte de lire la suite. 

thé et macaron

Ce second tome m’a tout autant plu que le premier avec un petit « je ne sais quoi » de plus. L’histoire est prenante et toujours aussi bien écrite, c’est toujours un régal de lire un roman d’Alice Quinn !

Ma note : 9/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

Chronique Livresque·Horreur·Thriller

L’essence des Ténèbres par Tom Clearlake

Quelques informations…

Moonlight Editions – 482 pages – ebook ou broché – Thriller

Un résumé ?

La petite ville de St. Marys est frappée par des disparitions d’enfants inexpliquées. Cinq au total, en l’espace de quatre mois. Bien qu’aucun indice formel n’ait été relevé par les forces de police, tout porte à croire qu’il s’agit d’enlèvements. Le FBI est chargé du dossier.
L’agent spécial Eliott Cooper est envoyé sur place pour enquêter.
Peu à peu, il va être confronté à des faits qui ne relèveront plus de ses compétences d’agent, mais de sa capacité à lutter contre un mal obscur qui semble s’être emparé des forêts alentour de la ville.
Et ça n’est que le début de son enquête…

magic-book-4BlurBlog-2

Mon avis :

Avant tout, je remercie chaleureusement Tom Clearlake pour l’envoi de ce service presse et pour sa patience. Je ne sais pas si ça vous est arrivé mais j’ai en ce moment une sorte de « panne de lecture » qui me fait lire les livres à la vitesse d’une tortue arthritique. Bon, même si je suis super en retard sur mon planning, j’avoue que c’est plutôt bien tombé concernant « L’Essence des Ténèbres » cela m’a permit de le déguster..

L’agent spécial Eliott Cooper a une mission à accomplir : retrouver les enfants disparus à St Marys. Il va donc s’y rendre et étudier les lieux.. Rapidement il va se rendre compte que quelque chose d’anormal plane et à partir de là son enquête va l’entraîner très loin dans les Ténèbres…

Cette chronique va être vraiment difficile à écrire.. Non pas que je n’ai pas aimé ce roman, bien au contraire ! C’est justement parce que je l’ai vraiment apprécié que je ne vais pas vous dire de quoi il en retourne.. En effet, j’ai adoré voir vers quoi m’embarquait l’auteur et que je trouverais dommage de vous priver de cette découverte. Tout ce que je peux dire, c’est que le résumé est très très suscint et que l’histoire est non seulement complexe, bien ficelée et vraiment prenante. On y trouve une ambiance lourde et pesante, de nombreux rebondissements qui entraînent le lecteur dans une course folle et captivante. Certains passages sont assez difficiles voir gores et même moi qui aime ce genre j’ai parfois stoppé ma lecture, pour la reprendre aussi vite afin de découvrir la suite. En effet, la disparition de ces enfants n’est finalement qu’un point de départ qui va entraîner l’agent Cooper vers des ténèbres qu’il n’imaginait pas.

L’un des gros points forts de ce roman, à mon sens, sont les personnages. J’ai trouvé qu’ils étaient tous très bien travaillés et réalisés. L’auteur nous les décrit aussi bien moralement que physiquement sans se perdre en détails. Dès le début du livre, Tom Clearlake nous présente l’agent Eliott Cooper, il nous en fait une description claire et précise. L’agent Cooper est à la fois attachant, fort, courageux c’est un personnage comme je les aime avec des côtés clairs mais également obscurs. L’autre personnage que j’ai particulièrement aimé est Lauren. Elle est la collègue d’Eliott, mais pas seulement. Les liens qui les unissent sont incroyables et ils m’ont beaucoup touchée tous les deux. C’est un duo de choc pour une histoire pas banale..

Et en parlant de point fort, je ne pouvais pas passer sous silence la plume de l’auteur. Tom Clearlake a une écriture vraiment fluide qui rend ce récit encore plus prenant. En effet, grâce à un vocabulaire riche et détaillé, il met en place l’ambiance voulue : peur, stress, angoisse. Comme je le disais, j’ai pris mon temps pour le lire (et j’en suis désolée pour Tom qui a dû patienter pour avoir mon retour) mais je ne le regrette pas car j’ai pu ainsi vraiment m’imprégner de ce roman. Je vais donc suivre cet auteur plus que prometteur avec beaucoup d’intérêt et de plaisir en espérant retrouver très vite son imagination débordante et sa maîtrise des mots dans une nouvelle histoire.

0002333Un thriller qui nous entraîne vers des ténèbres insoupçonnées au côté de personnages attachants. Une excellente lecture que je conseille à tous les fans du genre !

Ma note : 9/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici 

Chronique Livresque·Jeunesse·Romance·surnaturel

Qui t’a tuée, Alice ? par Virginie Deniau

Quelques informations…

Marathon Editions – 343 pages – ebook ou broché – Surnaturel

Un résumé ?

La veille de la rentrée scolaire, Alec emménage avec sa mère dans leur nouvelle maison. En allant se coucher, une surprise l’attend dans sa chambre : une jeune fille désemparée, Alice, lui demande son aide. Le lendemain, au lycée, il apprend qu’elle est morte il y a six mois. Pourquoi se trouvait-elle alors dans sa chambre ? Que lui est-il réellement arrivé ? S’est-elle suicidée, sans raison, comme le suggère la version officielle ? Quelqu’un l’a-t-il tuée ?Pour répondre à l’appel au secours d’Alice, Alec va devoir élucider ces mystères et découvrir les secrets de ses camarades de classe.

book_and_rose_by_ladyfatadudesons-d4wdclu

Mon avis :

Avant tout, je remercie Marathon Editions de m’avoir de nouveau fait confiance en me permettant de lire ce roman en service presse.

Alec emménage avec sa mère dans une nouvelle ville, une veille de rentrée scolaire. Une surprise de taille l’attend dans sa chambre ce premier soir : une jeune fille qui semble plutôt perdue. Mais Alec n’est pas au bout de ses surprises lorsqu’il découvre au lycée le lendemain qu’Alice, cette fameuse jeune fille, est en réalité décédée. Alec décide donc d’enquêter pour comprendre ce qui a bien pu se passer en réalité..

Dès les premières pages, j’ai été prise dans l’histoire d’Alec et Alice. En effet, quoi de plus déroutant que de trouver un revenant dans sa chambre ? Surtout que ledit fantôme n’est pas une représentation qui passe à travers les murs mais c’est bel et bien la jeune fille en chair et en os. Virginie Deniau a su créer un monde autour de ce retour d’entre les morts qui m’a beaucoup plu et qui pimente l’histoire. Celle-ci avance tranquillement entre vie lycéenne, enquête, amours et amitiés. Les histoires personnelles s’entrecroisent, il est bien sur question d’histoires d’amour comme dans tout lycée mais tout cela est très bien dosé.

Le point fort de cette histoire sont, sans aucun doute, les personnages. Les principaux comme les secondaires. En effet, Alice est une jeune fille attachante, drôle et touchante. Son histoire personnelle est triste mais au fil des pages on ressent tout l’amour dont elle était entourée. Alec est, quant à lui, un jeune homme adorable tant par son attachement à sa mère que par ses réactions vis à vis des autres. Il va tout mettre en œuvre pour découvrir ce qu’Alice a réellement vécu même s’il doit sacrifier un part de ses sentiments pour cela. Il est droit, sincère et touchant. J’ai également beaucoup aimé les personnages secondaires, chacun a sa personnalité, sa façon d’être. J’avoue avoir une préférence pour Léo qui m’a beaucoup émue. L’auteure a su créer des personnages qui sonnent vrais et auxquels le lecteur peut facilement s’identifier.  

C’est un roman très doux je trouve bien que la mort y soit omniprésente. Il est tendre et prenant entre suspense, sentiments et retournements de situations et pour ma part, je l’ai dévoré jusqu’à la dernière page. J’y ai découvert Virginie Deniau et sa plume et je dois dire que j’ai frôlé le coup de cœur. J’ai eu l’impression de suivre les personnages à travers un trou de serrure, de vivre leurs aventures avec ce petit pincement au fil des pages tournées qui nous rapprochent de la fin inévitable. Ma lecture a été plus qu’agréable grâce à l’écriture fine et fluide de l’auteure et j’ai hâte de pouvoir découvrir d’autres de ses histoires.

Lecture-hiver

Une très jolie lecture, très tendre que j’ai tout particulièrement aimé. Une histoire pleine de délicatesse et aux personnages attachants. Un très bon moment de lecture !

Ma note : 9/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

 

 

Chronique Livresque·policier

Nick Carter 12 La pension meublée de madame Durk

Quelques informations…

Editions de Varly – 68 pages – Broché – Policier

Un résumé ? 

Les aventures du grand détectives Nick Carter ont été éditée il y a un siècle aux Etats-Unis puis traduites plus tard en français. C’est plus d’un millier d’histoires de Nick Carter qui ont été ainsi écrites. les éditions De Varly vous présentent la réédition à l’identique des versions françaises parues à partir de 1907.

Lecture-hiver

Mon avis : 

Je remercie chaleureusement les Editions de Varly pour l’envoi de ce service presse. 

Lorsque j’ai vu la proposition de service presse concernant cet ouvrage, j’ai de suite été emballée : j’adore les romans policiers ! Et lorsque je l’ai reçu j’ai été étonnée par son format et sa présentation. En effet, c’est un ouvrage très mince mais qui a un côté original indéniable grâce à sa présentation intérieure rétro sur 4 colonnes et sa couverture vintage. C’est un très joli livre !  

Cet opus est le N°12 de la série des aventures de  Nick Carter, le grand Détective. Les Editions de Varly ont réédité à l’identique des versions françaises de 1907 et cela se ressent dans l’écriture et le vocabulaire employé. 

Cette aventure va entraîner Patsy, l’un des détectives « Nick Carter », a poursuivre un groupe de malfaiteurs jusqu’à  la pension de Madame Durk. Le jeune homme ne manque ni d’idées ni de ressources ce qui va lui faire prendre de nombreux risques. L’histoire est bien menée et prenante avec des rebondissements et du suspense. On se prend au jeu en suivant le jeune détective et en croisant les doigts pour lui.. Le vocabulaire et le côté un peu rétro y sont également pour beaucoup. Malgré quelques allusions aux aventures précédentes, je n’ai pas été perdue un instant dans cette enquête haletante et elle m’a même donné envie de découvrir le reste de la série.

J’ai trouvé à ce livre un coté assez cinématographique, très visuel. Pourtant les descriptions ne sont pas forcément très développées mais elles sont suffisantes pour permettre au lecteur de s’immerger et de tout imaginer des décors et de l’action.

J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir ce 12ème opus et je pense que la série entière doit valoir le détour. En effet, un fil conducteur semble les mener et je suis curieuse de découvrir l’histoire dans son intégralité.

0002333

Une courte lecture qui embarque le lecteur dans une série policière captivante. Ce fascicule N° 12 est non seulement rythmé et addictif mais il met en bouche et donne envie de tous les lire !

Ma note : 8.5/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

Chronique Livresque·surnaturel·Thriller

Le rêve des ombres par François Avisse

Quelques informations…

Autoédition – 357 pages – ebook ou broché – Thriller

Un résumé ?

1349. La peste noire fait des ravages en Europe. Six parchemins sont transcrits dans l’urgence sur la demande d’un médecin français. Ils devront être dispersés aux confins des terres parfois inconnues afin d’éviter l’extinction de l’humanité.De nos jours. Damaris, jeune Kényane, se trouve mystérieusement attirée vers les ruines de l’antique cité de Gedi. Là, elle rencontrera ce que la Terre a engendré de plus sombre… Dans les grottes de Leang Leang en Indonésie, Lachlan recherche la toute première peinture rupestre. Ce qu’il découvrira ira bien au-delà de ses espérances et de ses pires cauchemars…Zakaria, 12 ans, est injustement condamné à être enfermé dans une prison turque. Subissant d’atroces sévices, il trouvera un étrange allié dissimulé dans les sous-sols des cachots…Tous vont inexorablement interférer avec Clara Villiers. La jeune médecin légiste au destin tourmenté va poursuivre d’une terrible manière sa descente aux enfers…

livre magie

Mon avis..

Tout d’abord, je tiens à remercier l’auteur, François Avisse, de m’avoir confié son livre en service presse.

Quel est le point commun entre Damaris une jeune kenyane, Lachlan un spéléologue face à des peintures rupestres et Zakaria un enfant de 12 ans injustement condamné à la prison ? Leurs chemins vont croiser le Mal… Quant à Clara, ex-membre de la CIA et médecin légiste sa vie est déjà un énorme chaos et ce n’est pas près de s’arranger…

L’auteur nous plonge dès le début dans un roman vraiment très sombre, parfois glauque. En effet, un parasite tente de prendre le contrôle sur l’espèce humaine et a été, fort heureusement, mis hors d’état de nuire par nos ancêtres. Malheureusement, cela n’a pas suffit à le faire disparaître, la chose n’ayant été « que » disloquée et enfermée. Clara a déjà été confrontée à cette ombre dans un premier tome et ici débute la suite de ses aventures.

En effet, ce roman est un tome 2; j’avoue qu’au début j’appréhendais un peu de commencer la lecture sans avoir lu le 1 mais finalement l’auteur, même s’il fait beaucoup de références l’opus précédent à travers Clara, nous donne suffisamment d’informations pour que le lecteur intègre bien l’histoire et je n’ai pas été perdue un instant.

L’histoire se met très rapidement en place et l’on comprend très vite que l’humanité entière est menacée. Le parasite peut être partout et il est vital de ne pas le laisser se « reformer ». La trame du roman oscille entre le présent et les années 1300 alors que la peste noire s’abattait sur l’Europe. La lecture est très rapide tant on veut savoir comment les choses vont évoluer pour Clara, Alexandre et les autres personnages. L’ambiance devient au fil des pages de plus en plus oppressante alors que l’étau se resserre et que l’on sent la fin arriver.

La découpe du livre en 4 parties fait que l’ambiance angoissante monte lentement jusqu’à atteindre son paroxysme. Chaque partie correspond à une étape dans la progression du Mal, on suit le cheminement des ombres, comment elles arrivent à se réunir. Finalement les choses semblent simples pour ce parasite, c’est pour les humains qui croisent sa route que c’est plus compliqué.    

Par contre, autant j’ai trouvé l’histoire prenante autant j’ai eu du mal à ressentir de l’empathie et de l’affection pour les personnages. En effet, peut-être est-ce dû au fait que je prenne « le train en route » mais il m’a manqué beaucoup d’informations sur chacun d’entre eux et je n’ai pas réussis à m’attacher vraiment. Clara est la seule sur laquelle on en sache suffisamment pour la cerner un peu mais même des protagonistes qui ne font leur apparition que dans ce tome (comme Alexandre ou Winston je suppose) ne sont à mon goût pas assez développés.

L’auteur a une plume très directe, sans fioriture. Pour un roman tel que celui-ci c’est, à mon sens, idéal car on ne se perd pas en descriptions inutiles et ça permet de maintenir cette ambiance particulière. Mon seul bémol sur la forme sera l’utilisation de parenthèses pour donner des explications  ou traductions qui m’ont parfois un peu cassé mon rythme de lecture. Par contre, j’ai beaucoup aimé les notes de fin, et savoir comment est « né » le monstre du Loch Ness m’a bien fait sourire… Ma lecture a donc été vraiment agréable et je conseille à tous ceux qui voudraient se laisser tenter de prolonger le plaisir en commençant par le tome 1 qui doit être passionnant aussi ! 

ob_15cc9e_f64ed5a1

Un thriller avec une pointe de fantastique qui m’a embarquée, une histoire prenante et bien trouvée pour laquelle j’ai hâte de connaître la conclusion !

Ma note : 7.5/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

Chronique Livresque·Thriller

Ève par Le Prof de l’être

Quelques informations…

IS Edition – 122 pages – ebook ou broché – Thriller

Un résumé ?

Ève, jeune romancière en devenir, est assassinée exactement comme l’héroïne de son manuscrit. Daniel Merton, son ancien enseignant de collège, décide de se lancer à la recherche du coupable et interroge tour à tour les proches d’Ève.

Mais qui était-elle vraiment ? Faut-il se fier aux versions de ceux qui la connaissaient ? Le professeur va vite s’apercevoir qu’il est difficile de reconstituer ce puzzle.

Entre fiction policière et réflexion sur la célébrité, Ève se jouera de vous et vous apprendra qu’il ne faut se fier à personne dans ce roman.

livre et papillons

Mon avis…

Je remercie vivement IS Editions pour cette nouvelle lecture et leur confiance toujours renouvelée. C’est toujours un régal que de découvrir un roman tiré du catalogue de cette maison d’éditions qui est parmi mes préférées.

Eve était une jeune romancière à l’avenir prometteur.. Etait ? Etait ! Car elle est retrouvée assassinée et étrangement dans les mêmes circonstances que l’héroïne de son livre à paraître.. Daniel Merton, son ancien professeur, va questionner son entourage afin de découvrir le coupable.. Mais à qui va-t-il pouvoir se fier ? Et surtout connaissait-il Eve aussi bien qu’il le pensait ?

Dès le début de ce court roman, j’ai été prise au jeu du « pourquoi ».. Pourquoi Eve a-t-elle été tuée ? Pourquoi le meurtrier s’est-il inspiré de son roman pour ce meurtre ? Mais aussi.. Pourquoi Daniel Merton enquête-t-il ? Et de nombreuses autres questions qui me sont venues au fur et à mesure de ma lecture !

Une lecture que j’ai trouvée vraiment prenante dès le début pour plusieurs raisons.. Déjà, l’histoire captivante qui fait de ce roman un « page-turner ». En effet, je l’ai lu etrès rapidementtant j’ai été prise du désir de connaître le dénouement, j’ai peiné à le lâcher. La construction du roman y est aussi pour beaucoup ! L’auteur découpe son livre en chapitres, chacun dédié à l’un des personnages (suspects ?) que sont par exemple le père d’Eve, sa mère, son frère, sa meilleure amie ou son nouveau professeur de lettres. On y découvre leurs pensées intimes et leurs rencontres avec Daniel Merton, on en apprend plus sur chacun d’entre eux, leurs relations avec Eve..

Côté personnages, malheureusement, je n’ai pas vraiment réussi à m’y attacher, il m’a manqué du détail sur chacun d’eux pour vraiment les visualiser, les appréhender mis à part Daniel Merton qui est central. Malgré tout, je pense que cela découle d’une volonté de l’auteur au vu de la très surprenante fin. Par contre, j’ai adoré le personnage d’Eve alors qu’elle est finalement la seule à ne pas prendre part activement au récit. Elle m’a fait pensé à une anguille, glissante, changeante selon les points de vue.

Pour un premier roman, Prof de l’être m’a vraiment conquise. Les quelques défauts et maladresses que j’avais noté au cours de ma lecture ont été soufflés par l’histoire étonnante et bien ficelée. J’ai passé un excellent moment en compagnie de Daniel Merton !   

conclusion-gif-9

Une lecture captivante et surprenante, bien que très courte, qui tient toutes ses promesses et permet de passer un très bon moment de lecture.

Ma note : 8/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

Chronique Livresque·Thriller

Gandhara par Richard Canal

Quelques informations….

Séma Editions – 410 pages – ebook ou broché – Thriller

Un résumé ?

Daniel Kissling, détective privé sans ambition, vit comme il peut de petits contrats jusqu’au jour où un riche collectionneur lui demande de retrouver une statue extrêmement rare qu’il vient d’acheter et qui n’est jamais arrivée à destination. Daniel, étonné par les moyens que le magnat met à sa disposition, se lance sur les traces du marchand d’art qui devait livrer la statue. De Nice à Londres, de Bangkok à Bali, jusqu’aux plus hauts sommets de l’Hindou-Kouch, les pistes se multiplient, plus étranges les unes que les autres. Pourquoi le marchand d’art laisse-t-il derrière lui des énigmes à son attention ? Pourquoi une Chinoise irrésistible s’attache-t-elle à lui au point de l’accompagner au cœur de l’enfer ? L’ombre de Joseph Conrad plane sur Gandhara. Ceci est l’histoire d’un homme qui apprend à vaincre la peur dans un monde en proie au terrorisme, à trouver la paix alors que la mort peut frapper à tout moment.

ob_15cc9e_f64ed5a1

Mon avis :

C’est toujours avec un grand plaisir que je plonge dans un livre tiré du catalogue de Séma Editions ! Je les remercie d’ailleurs pour leur confiance renouvelée.

Daniel Kissling est un détective privé sans envergure, il retrouve les chats perdus et espionne les maris infidèles. Jusqu’au jour où un riche collectionneur va lui demander de retrouver une statue qu’un marchand d’art peu scrupuleux ne lui a pas livré. A partir de là Dany va plonger dans un monde dont il ne maîtrise pas totalement les règles…

Lorsque le lecteur fait connaissance avec Daniel Kissling il découvre un homme dont la vie semble sans attrait: un travail sans aucun intérêt, une femme alcoolique et surtout une peur du monde et du terrorisme ancrée en lui. Une première mission proposée par Maryse Taylor puis celle par Sarkis Bedrossian vont lui montrer une autre facette de ce monde tant redouté et l’obliger à affronter ses craintes et ses fantômes.

Richard Canal nous entraîne à la suite de son héros à la recherche d’une œuvre d’art, une sorte de chasse au trésor qu’il parsème d’embûches. On voyage de Londres à Bangkok, on passe par Bali ou Kaboul afin de mettre la main sur le marchand d’art indélicat qui a eu l’outrecuidance d’arnaquer le riche Sarkis Bedrossian. J’ai aimé suivre Dany au fil de ses recherches car l’auteur insuffle, grâce à son style, un rythme vraiment agréable à cette quête. Malgré quelques longueurs, j’ai aimé la façon dont Richard Canal décrit les lieux, les personnes et surtout les œuvres d’art. Les nombreuses références artistiques du roman m’ont donné envie d’en savoir plus et j’ai donc fait quelques recherches..

Voici quelques images qui n’ont rien à voir avec le roman mais qui m’ont plu au fil de mes clics..

Mais, au delà de l’histoire en elle-même, ce j’ai le plus apprécié dans ce roman c’est le héros Daniel Kissling lui-même. En effet, outre la résolution de l’enquête, c’est une sorte de quête intérieure qu’entame le détective privé. Il va devoir utiliser ses connaissances artistiques bien que cela le « rapproche » de son père et donc lui déplaise, mais également faire du vide dans son existence et accepter de laisser derrière lui ce qui le retiens dans une vie qu’il n’accepte plus. Son évolution est vraiment intéressante à suivre et le personnage est attachant ce qui rend la lecture toujours plus plaisante.

Concernant les autres personnages, j’ai également apprécié celui de Fang Yin, la jeune femme qui va suivre Daniel dans ses recherches, est bien construite et intéressante. Certains personnages secondaires rencontrés de-ci de-là m’ont également interpellée comme Léonard ou Ariane par exemple.

J’ai découvert la plume de Richard Canal grâce à « Gandhara » et je dois dire que c’est une magnifique surprise. Elle est fluide, actuelle et parfaitement adaptée. La narration se fait sans accroc et les dialogues sonnent justes (ce qui est généralement le plus difficile..). J’ai donc fait quelques recherches et découvert avec joie qu’il est l’auteur de très nombreux romans que je me note pour l’avenir.

0002333

Une lecture captivante autant pour son histoire que pour son personnage principal.. Un détective privé qui mène à la fois une enquête pour son client mais aussi une quête intérieure qui l’amènera peut-être à se libérer de ses chaines.

Ma note : 8/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

Chronique Livresque·Historique·Thriller

La Source S par Philippe Raxhon

Fiche technique :

Librinova – 398 pages – ebook ou broché – Thriller

Résumé :

Quel est le point commun entre le philosophe romain Sénèque, l’écrivain Oscar Wilde et l’empereur Napoléon Ier ? La Source S. Qu’est-ce qui relie Paris, Palerme, Dublin, Tel Aviv, Rome, Waterloo, Sainte-Hélène, et les chemins de la mémoire ? La Source S. Qu’est-ce qui pourrait bouleverser notre vision historique du monde ? La Source S. Qu’est-ce qui peut réunir un historien renommé, professeur à la Sorbonne, jouisseur, gourmand et amateur de grands vins sans modération et une jeune chercheuse sicilienne ambitieuse, instable et sensuelle à tomber par terre ? La Source S. Qu’est-ce qui peut tuer ou inviter à tuer dans un raffinement de cruauté ? La Source S. Qu’est-ce qui constitue une énigme insoluble, et le restera peut-être, même à la dernière page ? La Source S. Qu’est-ce qui est authentique dans cette histoire ? L’impact de la Source S. La Source S, un thriller à ne pas lire si vous êtes satisfait de vos certitudes.

magic-book-4BlurBlog-2

Mon avis :

Avant tout, je remercie chaleureusement l’auteur Philippe Raxhon, pour l’envoi de ce service presse et pour sa confiance.

Lorsque j’ai lu le résumé de ce roman sur le site Simplement.Pro, j’avoue que j’ai été intriguée. Un roman qui bousculerait nos certitudes ? Dans quel domaine ? Comment ? Et surtout qu’est-ce donc que cette fameuse Source S ? C’est ce que nous n’allons pas tardé à découvrir lorsque la jeune et brillante chercheuse Laura Zante demande de l’aide à François Lapierre, éminent Professeur de la Sorbonne. Une enquête qui va bouleverser leurs certitudes et leurs vies.

Je diviserais ce roman en deux parties.. Dans la première partie, l’auteur pose les bases historiques et présente ses deux héros. François Lapierre et Laura Zante vont être amené à collaborer sur la fameuse source S ce qui va les entraîner dans une sorte de chasse au trésor. J’ai trouvé cette partie plutôt « calme » mais nécessaire puisque l’auteur nous explique ici tous les points importants à travers de longues conversations entre Laura et François. On suit leur cheminement sans aucun mal, le fil de leurs trouvailles et de leurs pensées étant parfaitement rendu par l’auteur. Le lecteur va découvrir de nombreux détails sur la vie et la mort d’illustres personnages historiques comme Napoléon 1er ou Sénèque grâce à une sorte de puzzle géant dans lequel l’auteur nous entraîne.

Puis dans la seconde partie, les choses plus sérieuses commencent. En effet, ils vont devoir étayer leurs théories sur la Source S, prouver au monde entier qu’ils ont raison.. ou tort ! Va alors débuter pour nos deux comparses une longue cavalcade entre Palerme et Dublin, entre Rome et Paris en passant par Sainte Hélène. Et à tous ces voyages il faudra ajouter la présence de la Mafia sicilienne, du Mossad et du Vatican, leur chemin sera parsemé de morts, d’embûches et de sentiments contradictoires. J’ai eu une préférence pour cette seconde partie dont le rythme est plus soutenu et dont les références historiques sont tout aussi intéressantes que nombreuses. Le côté thriller s’y développe un peu plus même si je n’ai pas ressenti le frisson habituel face au danger malgré des coups de feu et des courses poursuites. Il m’a manqué un soupçon d’angoisse ou de stress..

Je me dois de saluer la précision et le travail historique de Philippe Raxhon qui m’a entraînée dans cette histoire sans mal. Sa plume est rigoureuse, travaillée et le langage souvent soutenu. Le rythme est comme je le disais plus lent au départ mais les chapitres souvent courts permettent d’avancer rapidement dans l’histoire. J’ai également apprécié en plus du voyage historique, le voyage culinaire et œnologique dans lequel nous suivons nos deux héros. En effet, Laura Zante et François Lapierre sont deux bons vivants aimant la bonne chair et les bons vins et il m’est arrivé de saliver en lisant les menus de leurs repas.

Mon seul bémol concerne le développement des personnages et plus précisément des personnages secondaires. François et Laura sont bien construits et développés, on connaît suffisamment leurs passés, pensées et caractères pour les trouver attachants ou pas. Pour ma part, j’avoue avoir apprécié François Lapierre sur le tard mais pour Laura mon attachement fut quasi immédiat. Par contre, j’aurais aimé un peu plus de profondeur pour des personnages comme le zio Luigi qui malgré quelques confidences reste bien mystérieux ou Mme Zante mère. Alberto m’a également beaucoup intriguée et j’ai été frustrée de ne pas en savoir un peu plus sur lui. Malgré tout, cela reste de l’anecdotique car l’histoire n’en souffre pas du tout.

Ce roman est le premier de Philippe Raxhon et sa fin ouverte me laisse espérer qu’une suite est prévue aux aventures de nos deux héros ! En tout cas je l’espère parce que ça a été un très bon moment de lecture passé en leur compagnie !

Conclusion_Logo_-_Cool_Dots_Font

Une intrigue qui entraîne le lecteur sur les pas de Grands Hommes à la recherche de vérités.. Entre recherches historiques, gastronomie et amour ce roman vous fera passer un très bon moment, à lire sans modération !

Ma note : 8/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici