Chronique Livresque·Horreur·Thriller

L’essence des Ténèbres par Tom Clearlake

Quelques informations…

Moonlight Editions – 482 pages – ebook ou broché – Thriller

Un résumé ?

La petite ville de St. Marys est frappée par des disparitions d’enfants inexpliquées. Cinq au total, en l’espace de quatre mois. Bien qu’aucun indice formel n’ait été relevé par les forces de police, tout porte à croire qu’il s’agit d’enlèvements. Le FBI est chargé du dossier.
L’agent spécial Eliott Cooper est envoyé sur place pour enquêter.
Peu à peu, il va être confronté à des faits qui ne relèveront plus de ses compétences d’agent, mais de sa capacité à lutter contre un mal obscur qui semble s’être emparé des forêts alentour de la ville.
Et ça n’est que le début de son enquête…

magic-book-4BlurBlog-2

Mon avis :

Avant tout, je remercie chaleureusement Tom Clearlake pour l’envoi de ce service presse et pour sa patience. Je ne sais pas si ça vous est arrivé mais j’ai en ce moment une sorte de « panne de lecture » qui me fait lire les livres à la vitesse d’une tortue arthritique. Bon, même si je suis super en retard sur mon planning, j’avoue que c’est plutôt bien tombé concernant « L’Essence des Ténèbres » cela m’a permit de le déguster..

L’agent spécial Eliott Cooper a une mission à accomplir : retrouver les enfants disparus à St Marys. Il va donc s’y rendre et étudier les lieux.. Rapidement il va se rendre compte que quelque chose d’anormal plane et à partir de là son enquête va l’entraîner très loin dans les Ténèbres…

Cette chronique va être vraiment difficile à écrire.. Non pas que je n’ai pas aimé ce roman, bien au contraire ! C’est justement parce que je l’ai vraiment apprécié que je ne vais pas vous dire de quoi il en retourne.. En effet, j’ai adoré voir vers quoi m’embarquait l’auteur et que je trouverais dommage de vous priver de cette découverte. Tout ce que je peux dire, c’est que le résumé est très très suscint et que l’histoire est non seulement complexe, bien ficelée et vraiment prenante. On y trouve une ambiance lourde et pesante, de nombreux rebondissements qui entraînent le lecteur dans une course folle et captivante. Certains passages sont assez difficiles voir gores et même moi qui aime ce genre j’ai parfois stoppé ma lecture, pour la reprendre aussi vite afin de découvrir la suite. En effet, la disparition de ces enfants n’est finalement qu’un point de départ qui va entraîner l’agent Cooper vers des ténèbres qu’il n’imaginait pas.

L’un des gros points forts de ce roman, à mon sens, sont les personnages. J’ai trouvé qu’ils étaient tous très bien travaillés et réalisés. L’auteur nous les décrit aussi bien moralement que physiquement sans se perdre en détails. Dès le début du livre, Tom Clearlake nous présente l’agent Eliott Cooper, il nous en fait une description claire et précise. L’agent Cooper est à la fois attachant, fort, courageux c’est un personnage comme je les aime avec des côtés clairs mais également obscurs. L’autre personnage que j’ai particulièrement aimé est Lauren. Elle est la collègue d’Eliott, mais pas seulement. Les liens qui les unissent sont incroyables et ils m’ont beaucoup touchée tous les deux. C’est un duo de choc pour une histoire pas banale..

Et en parlant de point fort, je ne pouvais pas passer sous silence la plume de l’auteur. Tom Clearlake a une écriture vraiment fluide qui rend ce récit encore plus prenant. En effet, grâce à un vocabulaire riche et détaillé, il met en place l’ambiance voulue : peur, stress, angoisse. Comme je le disais, j’ai pris mon temps pour le lire (et j’en suis désolée pour Tom qui a dû patienter pour avoir mon retour) mais je ne le regrette pas car j’ai pu ainsi vraiment m’imprégner de ce roman. Je vais donc suivre cet auteur plus que prometteur avec beaucoup d’intérêt et de plaisir en espérant retrouver très vite son imagination débordante et sa maîtrise des mots dans une nouvelle histoire.

0002333Un thriller qui nous entraîne vers des ténèbres insoupçonnées au côté de personnages attachants. Une excellente lecture que je conseille à tous les fans du genre !

Ma note : 9/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici 

Chronique Livresque·Thriller

Je ne t’oublie pas par Sébastien Didier

Fiche technique :

Autoédition – 459 pages – ebook – Thriller / Policier

Résumé :

Un seul SMS aura suffi à faire basculer la vie de Marc Vasseur. Un SMS de rupture. Mais pourquoi sa femme quitterait-t-elle du jour au lendemain une famille et une vie en tous points idylliques ?
L’enquête piétine. Et ce ne sont pas les voisins des Vasseur à Bellevue Park qui la feront avancer. Dans ce luxueux lotissement privé, discrétion et silence ont été érigés en art de vivre.
Trois mois après la disparition de Sandra, Marc reçoit un message accompagné d’une photo. Celle d’une jeune fille qu’il n’a jamais vue mais qui arbore un médaillon. Ce bijou, il le reconnaît, il en est sûr, c’est celui que portait Sandra. Celui qu’elle ne quittait jamais.
Que fait-il au cou de cette inconnue ? A-t-elle un lien avec la disparition de sa femme ?
Marc lance alors ses dernières forces à la recherche de cette fille. Et c’est un voyage au plus profond de la noirceur de l’âme humaine qui l’attend.

th56910733

Mon avis :

Avant tout, je remercie Sébastien Didier, l’auteur, de m’avoir permis de lire son roman via le site Simplement.Pro et pour sa confiance.

Marc vit un enfer depuis 3 mois, plus précisément depuis que sa femme, Sandra, lui a envoyé un sms de rupture avant de disparaître sans laisser de trace. Mais, Marc sent que ce sms est un faux et malgré l’avis général il continue de penser qu’il est arrivé quelque chose à son épouse, qu’il ne s’agit pas simplement d’un abandon. Il a donc engagé un privé, Paul Lombardier, pour essayer de découvrir ce qu’il s’est réellement passé et qui sait.. peut-être ramener Sandra auprès des siens dans sa luxueuse maison, située dans ce si beau lotissement.

Le thriller est l’un de mes genres littéraires préférés et je dois dire que ce roman est une très, très belle découverte.. Je dois préciser tout d’abord qu’il s’adresse à un public averti au vu de certaines scènes assez dures.

Cela commence par un banal cas de disparition.. enlèvement ou rupture ? Accident ou abandon ? Marc ne se doute pas qu’en partant à la recherche de son épouse, Sandra, il va plonger dans un monde noir, sombre, cruel, où la vie humaine n’a que peu d’importance. En suivant la piste d’un message reçu il va se rendre compte que finalement on ne connaît pas toujours les gens qui nous entourent, on ne sait pas tout de l’être aimé.

Dès le départ, j’ai été prise par cette histoire. On sent Marc et sa fille Lisa tellement désemparés par la disparition de Sandra qu’on plonge avec eux à la recherche d’indices en espérant comprendre ce qu’il est arrivé à la jeune femme. Chaque avancée apporte de nouvelles questions, chaque indice apporte une nouvelle possibilité, j’avoue que je me suis essayée à de nombreuses théories sans avoir jamais frôlé la bonne.. L’auteur sait maintenir le suspense en dévoilant au compte goutte les informations mais avec également quelques tours de passes plutôt bien trouvés et amenés. L’action va crescendo au fil des pages, un début plutôt calme où les bases sont posées puis une fois lancée plus rien ne l’arrête, le tout avec en toile de fond un lotissement de grand luxe où la protection est optimale mais les voisins pas très loquaces.

L’histoire est vraiment bien ficelée, suffisamment tarabiscotée pour que le lecteur se creuse les méninges et surtout avec des personnages bien développés. Le personnage principal, Marc Vasseur, est un homme détruit par l’absence de sa femme. J’ai aimé la façon dont l’auteur développe ce personnage au fur et à mesure que l’action se déroule. On découvre le véritable Marc, son courage, sa ténacité, son amour pour sa famille qu’il a voulu mettre à l’abri en s’installant dans cette somptueuse villa. Malgré tout, le personnage qui m’a le plus touchée est le privé, Paul Lombardier, un ex-policier au passé trouble. J’ai aimé sa relation aux autres et plus particulièrement avec son assistante Mel. Son humanité, son côté bourru, son histoire personnelle en font un personnage vraiment touchant. Les personnages secondaires sont également très bien réalisés notamment Robert Vasseur ou Lisa. Le personnage de Sandra se découvre par petites touches au gré des révélations et découvertes, on la perçoit différemment selon qui en parle. Mon seul regret est de ne pas en savoir plus sur l’un des personnages essentiels (mais je ne dévoilerais pas son nom…) pour lequel j’aurais aimé avoir plus de détails sur sa vie.

« Je ne t’oublie pas » est le premier roman de Sébastien Didier et pour une première je dois dire qu’il est magistral ! Tant par l’histoire que par l’écriture qui m’a conquise, c’est naturel, actuel, imagé, fluide, une plume exceptionnelle ! J’ai totalement adhéré à sa façon de mener l’histoire en intégrant flash-back et cliffhangers. Ce roman est un véritable page-turner et j’avoue avoir pris plus de temps que nécessaire pour le lire pour en savourer chaque page, chaque mot… Je suis absolument ravie de cette découverte qui m’a fait passer un très, très bon moment de lecture.

scene-crime

Un très bon thriller qui nous plonge du côté sombre de l’esprit humain dans lequel un homme se bat pour retrouver son épouse sans imaginer un instant ce qu’il va découvrir au bout du chemin…

Ma note : 9/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

Chronique Livresque·polar·Thriller

Ceux qui contemplent l’abîme par Patrick Ferrer

Fiche technique :

Autoédition – 277 pages – ebook – Policier

Résumé :

Un escarpin taché de sang. C’était tout ce qu’on avait retrouvé d’elle ; pas d’indice, pas de cadavre. Pour son mari, Jibril, c’était le début du cauchemar.
Jibril al-Rahib est un homme discret. Au 36 quai des Orfèvres, où il officie en tant que « technicien de surface » après la tombée du jour, c’est à peine si les âmes en peine qui hantent ses longs couloirs le remarquent. Le 36, c’est un peu la seule chose qu’il lui reste d’un passé douloureux, la disparition de sa femme des années plus tôt dans des conditions mystérieuses.
Aussi, lorsque pour rendre service à une jeune Danoise dont l’amie a elle aussi disparu, il doit endosser l’habit d’enquêteur amateur et plonger dans les dossiers de crimes sordides, il n’y va pas de gaîté de cœur. Est-il bien prudent, pour un simple balayeur, de vouloir défier le mal absolu qui rôde entre les pages de ces dossiers, et risquer ainsi de réveiller le spectre qui l’a une fois déjà privé de son âme ? Comme le disait Nietzsche avant de sombrer lui-même dans la folie : lorsqu’on contemple trop longuement l’abîme, l’abîme ne finit-il pas par vous regarder en retour ?

scene-crime

Tout d’abord, je remercie Patrick Ferrer, l’auteur, de m’avoir permis de lire son roman en service presse via le site Simplement.

Jibril al-Rahib travaille au 36 quai des Orfèvres comme technicien de surface depuis la disparition de son épouse quelques années plus tôt. Une façon comme une autre de garder le lien puisque l’enquête est close et que malheureusement elle n’a pas permit de comprendre ce qui était arrivé à Malika. Pour faire plaisir à sa cousine avec laquelle il vit depuis la tragédie, Jibril va accepter de mener l’enquête sur la disparition d’une jeune danoise, décision qui va bouleverser irrémédiablement le cours de son existence..   

Ce qui m’a tout d’abord frappé dans ce roman, c’est son contexte politique et économique. En effet, on se situe dans une période qui ressemble à la notre mais où une nouvelle Crise a eu lieu et qui a apparemment bouleversé la société entière. La pauvreté y est encore plus présente, les très riches vivent cloitrés entre eux, les inégalités sont flagrantes. L’auteur fait une description très subtile de ce contexte en appuyant sur certaines phrases ou descriptions pour nous faire prendre consciences lentement de la situation.

L’histoire débute dès les premières pages en plongeant directement le lecteur dans la vie du 36 quai des Orfèvres, son organisation, ses enquêteurs, et la routine de Jibril. On est très vite pris par l’ambiance un peu glauque due à la découverte du corps d’une femme, aux tentatives des enquêteurs de mener à bien leurs investigations et également aux ingérences de la hiérarchie. Dans cette société, le personnel est moins nombreux, les heures supplémentaires se multiplient et surtout il est mal venu de s’opposer à son chef lorsqu’il décide qu’une enquête doit être privilégiée au détriment des autres. C’est ainsi que Jibril va se retrouver bombardé à la tête d’une investigation délicate qui va le mener à Copenhague, à la poursuite du mal et de ses conséquences.

Comme pour le contexte, l’auteur décrit de façon très vivante mais également subtile les lieux, les personnages. J’ai tout particulièrement apprécié ses descriptions de Copenhague surtout que la Crise n’y a pas les mêmes conséquences qu’à Paris. J’ai trouvé que le personnage de Jibril connaissait une évolution vraiment intéressante et inattendue. Il me faisait penser à une petite souris au départ, sans caractère ni conviction, il subissait le bon vouloir de chacun. Puis, au fil des pages, il s’affirme, démontre ses capacités, son intelligence et sa force. C’est un personnage qui m’a vraiment plu tout comme Saphir d’ailleurs. La jeune femme m’a de suite séduite grâce à sa façon d’être, si provocante mais également touchante.

Je découvre grâce à ce roman la plume de Patrick Ferrer, l’auteur, et je dois dire que j’ai vraiment aimé sa façon d’écrire. Comme je le disais, j’ai apprécié la finesse de ses descriptions, sans lourdeur. Malgré quelques lenteurs à mon goût le rythme est soutenu et il fait avancer l’histoire de sorte que le lecteur ne s’ennuis pas sans pour autant tomber dans le rocambolesque des rebondissements improbables. Patrick Ferrer a également intégrer une petite pointe de surnaturel bien trouvé et qui rend l’histoire encore plus intéressante.

thBFBJ8D7A

Un thriller à l’histoire vraiment prenante au contexte et aux personnages intéressants qui vous fera voyager. A lire pour passer un bon moment !

Ma note : 8/10

Pour acheter et lire ce roman cliquez ici.

Chronique Livresque·policier

Mauvais week-end par Marie Larantec

mauvais

Fiche Technique :

Editions Samarkand – 180 pages – ebook ou broché – Policier et suspense

Résumé :

Guillaume a disparu. Son cheval a été retrouvé sans cavalier. Au pays des lavandes et des chênes truffiers, cette disparition ne manque pas d’inquiéter sa famille et ses amis. Son oncle, Morin, débarque de Paris et de sa fraîche retraite pour aider à le retrouver. Rapidement, Morin se retrouve face à un mystère que ses années d’expérience à la P.J. ne lui permettent pas de découvrir : pas de nouvelle petite amie, pas de raison de fuguer, pas d’ennemis. Pas la moindre piste pour comprendre. Entre François, l’ami d’enfance de Guillaume, Raphaël, le copain flambeur, Louise la petite amie amoureuse, les jeunes ont des projets différents de leurs parents, les Jean, Morin, Amélie et Charles. Des projets qui créent un peu de friction et font revivre aux parents leurs jeunes années. En décousant le fil des différentes activités des uns et des autres et la topographie de la région de la Drôme provençale, Morin va-t-il réussir à lever le voile sur ces projets secrets, et surtout, va-t-il enfin retrouver son neveu ? Dans ce policier qui a tout du cosy mystery, Marie Larantec nous invite dans une enquête qui prend ses racines dans le pays de Grignan. Parisienne jusqu’au bout des ongles, Marie Larantec a découvert la région de Grignan il y a une quinzaine d’années et en sillonné les routes, à la recherche des truffes, des routes perdues et des caveaux des templiers. Elle en a rapporté de nombreux mystères à résoudre.

café et arbre

Mon avis :

Avant tout, je remercie les Editions Samarkand de m’avoir fait parvenir ce service presse et pour leur confiance.

Guillaume vit dans la Drôme provençale et plus précisément à Grignan. Il a des parents, Amélie et Charles, des amis dont François son ami d’enfance, une petite amie, Louise, et un projet professionnel secret. Mais, au cours d’une balade à cheval, Guillaume disparaît et son oncle Mathieu Morin revient dans la région alors qu’il a quitté son poste à la P.J afin d’essayer de retrouver son neveu et d’éclaircir ce mystère.

Ce roman débute doucement, par une description des lieux. L’auteure met en place le décor, introduit les personnages peu à peu.. Puis on entre dans le vif du sujet : la disparition de Guillaume et le retour de son cheval, seul. L’histoire va vite tourner autour du projet secret de François et Guillaume sans que l’auteure ne laisse entrevoir s’il y a un lien avec la disparition du jeune homme. Les deux amis avaient de grands projets et Louise était également impliquée mais ils gardent le silence en attendant le retour de leur camarade ce qui renforce l’énigme. Un mystère entoure également Raphaël, ami de Louise dont le train de vie interpelle. Le rythme de l’histoire est plutôt lent, l’auteure prend son temps pour que chaque personnage prenne sa place, s’affirme dans son rôle et surtout que l’intrigue s’installe.

On sent à travers l’écriture de Marie Larantec tout l’attachement qu’elle porte à la région de Grignan. Ses descriptions sont poétiques mais précises, grâce à sa plume elle instaure une sorte de climat de calme autour de cette région et j’ai eu l’impression de m’y promener. On sent à travers les personnages que les habitants s’y sentent bien, qu’ils s’y plaisent. Elle s’exprime avec des phrases courtes sans emphase ni prétention qui font que malgré l’urgence de la situation de la disparition de Guillaume, la lecture semble paisible.

L’histoire est intéressante et dès le départ on a envie d’en savoir plus sur les personnages, leurs histoires respectives et surtout ce qu’il a pu advenir de Guillaume. Est-il encore en vie ? As-t-il été kidnappé ? Tué ? Des secrets ressortent et épaississent le mystère, parfois au détour d’une simple phrase. Toutefois, j’ai trouvé que parfois le récit manquait de détails, d’explications. Tout va plutôt vite une fois l’histoire lancée et j’aurai aimé que les choses se déroulent un peu moins facilement.

Les personnages étant peu nombreux on les cerne assez rapidement bien que le lecteur ne soit pas à l’abri de quelques surprises. Marie Larantec nous les rend tous attachants de par leurs histoires personnelles, leur vécu mais également leur façon d’être. Certains m’ont plu plus que d’autres, j’ai un attachement particulier pour Violette et Emmanuel, les jumeaux amis de Guillaume. A contrario, j’ai trouvé Amélie beaucoup trop froide pour une mère dont le fils (même grand) a disparu. Elle fait sans doute preuve de pudeur mais j’ai eu du mal à m’identifier à elle.

conclusion 6.png

Un roman policier qui m’a fait penser à un Miss Marple : calme, posé et avec des déductions clairvoyantes. Des personnages sympathiques pour une lecture agréable et qui m’a fait voyager à Grigan.

Ma note : 7.5/10

Chronique Livresque·fantastique·Thriller

Les enquêtes de William Carson : Les créances de sang par Anthony Stefano

les-enquetes-de-william-carson,les-creances-de-sang-582460-264-432

Fiche Technique :

Auto-édition – 143 pages – ebook ou broché – Thriller fantastique

Résumé :

Londres 1889, William Carson, détective privé, est envoyé par le directeur de la Royal Mail sur la piste de disparitions de fiacres reliant Londres à Brighton. Lors d’un accident sur cette route, quelque part en pleine forêt, William découvre un vieux manoir le long d’une ancienne voie pavée qui n’est plus utilisée. Habité par un homme sombre et mystérieux. Aidé par ses nouveaux amis, William percera-t-il les terribles secrets que renferme cette demeure et son étrange occupant ? Ce manoir a t-il un lien avec les récentes disparitions ?

pile-de-livres

Mon avis :

Je remercie Anthony Stefano, l’auteur, de m’avoir fait parvenir ce service presse et pour sa confiance.

William Carson est un détective privé qui se voit confier une mission assez mystérieuse. En effet, des fiacres disparaissent sur la route reliant Londres à Brighton et alors qu’il effectue le trajet pour les besoins de l’enquête un accident l’oblige à s’arrêter dans un drôle de manoir avec ses compagnons d’infortune..

Voilà un roman très court mais vraiment intéressant..

Tout d’abord, j’ai particulièrement aimé cette histoire. En effet, l’auteur nous livre une histoire avec un mélange d’enquête policière, de fantastique voir d’occulte qui est vraiment captivante. L’enquête démarre très vite et l’auteur y glisse quelques allusions qui font références à Jack L’éventreur que j’ai particulièrement apprécié car tout y est cohérent. L’auteur s’est très bien documenté sur ces fait et même si Jack n’est pas le sujet principal de ce livre, il tient une part importante  dans la vie du héros. Le Londres Victorien a toujours été une de mes périodes préférées en littérature et l’auteur réussit à rendre l’ambiance sombre et glauque que l’on s’attend à trouver dans un roman parlant de cette époque.

Ici la recherche des fiacres va mener le héros sur des chemins dont il ne se doutait pas et le lecteur non plus.. William Carson va non seulement s’embarquer dans cette enquête périlleuse mais il va également faire connaissance avec d’autres voyageurs qui vont l’accompagner dans sa quête.

J’ai également beaucoup aimé le personnage principal, William Carson est vraiment très bien travaillé et réussi. On apprend au fil des pages un peu de son passé, son implication dans l’enquête sur Jack L’Eventreur. Mais on voit également un homme blessé par ses souvenirs, désireux de réussir cette enquête et surtout courageux et intelligent. Je l’ai trouvé particulièrement attachant et j’espère pouvoir lire rapidement la suite de ses aventures.

Les autres personnages sont également très intéressants. Je pense notamment au propriétaire du manoir, mystérieux à souhait. Un personnage « non humain » mais également au cœur de l’action est cette vieille demeure et notre héros va découvrir qu’elle recèle bien des secrets. Elle est comme son propriétaire sombre, glaçante et effrayante. J’ai eu froid dans le dos à chacune de leurs « apparitions ».

Ce roman est le premier d’Anthony Stefano et je compte bien suivre ses prochaines sorties car « Les enquêtes de William Carson » m’a permit de découvrir sa plume. Même si j’aurai aimé un peu plus de développements et de détails au fil de l’histoire j’ai vraiment apprécié cette écriture fluide, agréable et juste. Une très belle découverte !

en-conclusion

Si vous aimez les thrillers fantastique où l’occulte occupe une bonne place n’hésitez pas à lire ce roman. Pour ma part, je suis montée avec William Carson dans un fiacre et je ne le regrette pas !

Ma note : 8/10