Chronique Livresque·fantastique·Non classé·nouvelle

Des aventures hors du commun par Yannick Giammona 

Fiche technique :

Autoédition – 184 pages – ebook ou broché – Fantastique / Nouvelles

Résumé :

Zoé a huit ans. Elle possède un don. Elle doit apprendre à le gérer. Surtout quand les milliers de voix qu’elle entend se mélangent dans sa tête. Heureusement, Tom va l’aider à enfermer toutes ces voix et à vivre avec ce don.

Diana et Jonathan sont étudiants à Paris. Ils vivent ensemble en appartement. Ils vont apprendre, à leurs dépens, que le miroir qui est dans leur chambre est un objet maléfique…

Pierre est instituteur en Normandie. Sans le savoir, il a des voisines étranges. En effet, sa curiosité va le mener à voir ses deux vieilles dames faire des allées et venues incessantes entre leur cave et leur voiture. Et la curiosité est un bien vilain défaut !

Retrouvez à travers trois nouvelles des aventures hors du commun, où rien ne présage à l’avance ce qu’il va arriver à des personnages qui sont au départ des plus ordinaires.

livre et papillons

Mon avis :

Je remercie chaleureusement l’auteur, Yannick Giammona, de m’avoir proposé de lire son recueil de nouvelles en service presse.

Ce livre regroupe trois nouvelles, toutes totalement indépendantes et très différentes les unes des autres. Au vu du titre et de la couverture, j’avais hâte de découvrir si ces trois histoires étaient vraiment hors du commun..

La première nouvelle nous raconte l’histoire de Zoé, 8 ans, qui a un don très particulier. La petite fille entend les pensées des gens qui l’entoure. Une particularité qui peut sembler être super cool à première vue mais qui se transforme petit à petit en cauchemar. Jusqu’à l’arrivée de Tom qui va guider Zoé dans son apprentissage pour vivre avec ce don.  Zoé est la narratrice de cette nouvelle et ça se ressent dans la façon d’écrire de l’auteur. Son vocabulaire et ses réactions sont, en général, digne d’une enfant de cet âge même si parfois le langage est un peu trop soutenu à mon goût. Cette histoire est plaisante et bien ficelée.

La seconde nouvelle parle d’un jeune couple Diana et Jonathan, et de leur miroir. Diana aime à s’observer très souvent dans cet objet quotidien mais chez eux il va vite s’avérer beaucoup moins banal que chez d’autres personnes. J’ai eu un peu plus de mal avec cette histoire qui est, pour moi, moins ancrée dans le réel que les autres, j’ai donc eu plus de mal à m’identifier aux personnages. Et j’avoue que Diana m’a souvent agacée au fil de l’histoire.. Mais l »idée de base est bonne et plaira aux fans de science-fiction.

La troisième et dernière histoire concerne Pierre, un instituteur en vacances, qui va apprendre à ses dépends que la curiosité n’est pas toujours sans conséquence. Peut-être n’aurait-il pas dû s’intéresser aux va et vient de ses voisines, deux petites vieilles charmantes mais aux occupations un peu bizarres. C’est, des trois, ma nouvelle préférée, car le style est plus horreur/thriller malgré quelques points qui m’ont laissé perplexe. En tout cas après avoir lu cette nouvelle vous ne tenterez plus d’aller voir ce qu’il se passe chez vos voisins !   

Yannick Giammona nous fait découvrir ici des situations surprenantes, des aventures hors du commun qui arrivent à des personnes tout à fait communes. Une enfant, des étudiants, un instituteur, cela aurait pu être n’importe qui.. J’ai aimé la façon dont l’auteur amène ces situations, nous les décrit, chacune dans un style de narration différent. Malgré quelques faiblesses, ce recueil de nouvelles permet de se rendre compte du potentiel de l’auteur autant en imagination qu’en écriture. Je suis certaine que Yannick Giammona n’a pas finit de nous surprendre avec de futures histoires plus étonnantes les unes que les autres.

Conclusion

Un recueil de nouvelles agréable à lire avec des histoires surprenantes et peu communes. Des débuts prometteurs pour ce jeune auteur que je vais suivre avec beaucoup d’intérêt.

Ma note : 6.5/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ICI

 

 

Publicités
Chronique Livresque·Littérature

Liberté je dessine ton visage par Olivier Tarassot

Fiche technique :

Autoédition – 392 pages – ebook ou broché – Littérature contemporaine

Résumé :

Charlie est journaliste, en reportage au cœur de la Syrie. Julie, sa compagne, est urgentiste à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière. Leur destin bascule quand Charlie est enlevé par l’ État Islamique. De Paris à Alep, en passant par la Turquie, des vies se croisent, se bousculent, s’abîment et ricochent comme autant d’existences projetées dans le fracas d’un monde où des hommes et des femmes ordinaires deviennent les résistants de la Liberté.

pile-de-livres

Mon avis :

Je remercie chaleureusement Olivier Tarassot, l’auteur, de m’avoir confié son roman en service presse et pour sa gentillesse.

Charlie et Pablo sont journalistes de guerre, ils ont été enlevés et sont maintenus en captivité en Syrie. Julie est la compagne de Charlie. Elle est urgentiste et essaye de vivre malgré la douleur de son absence. Leur histoire mais aussi les histoires d’autres personnages vont se télescoper, se croiser, entre Paris et Alep, entre Raqqa et la Turquie où chacun devient un résistant de la Liberté.

Je dois avouer que j’avais une certaine appréhension à débuter ce roman, le sujet étant terriblement actuel et souvent douloureux j’avais un peu peur de la façon dont l’auteur allait le traiter. Et c’est non seulement une magnifique découverte mais également un roman qui va laisser des traces pendant longtemps.

Ici, se croisent quatre personnages principaux : Charlie et Julie bien sur mais également Lola et Simon. Lola est une jeune femme qui suit un homme par amour, qui va embrasser sa religion, sa pensée. Simon est son père, il refuse d’admettre que sa fille est perdue et qu’il ne la reverra plus jamais vivante. Il va tenter de se battre pour la récupérer. Ces quatre personnages ont un point commun : la folie humaine. Ils sont prit dans le tourbillon qu’engendre la guerre, la peur, la mort, l’intolérance, le fanatisme. Mais à ces personnages s’ajoutent d’autres protagonistes.. Parfois éphémères, ils sont tous d’une importance capitale dans l’histoire comme chacun l’est dans la vie. Qu’ils soient bons ou mauvais, qu’ils soient croyants, athées, fanatiques, ils font vivre ce roman, lui donne vie et surtout nous font réfléchir. Je pense notamment à Pablo ou Salahudine, à l’urgentiste du SMUR ou à la maman de Lola.

C’est un texte très puissant et très bien écrit que nous livre ici Olivier Tarassot. Chaque personnage prend la parole à son tour pour nous faire vivre son quotidien mais aussi, et surtout pour nous livrer ses pensées, et il n’est pas toujours simple de se retrouver dans la tête de quelqu’un qui souffre. Chaque chapitre est une sorte d’introspection où chacun va essayer de comprendre ce qui lui arrive, de décortiquer sa vie mais c’est également un partage avec les absents, un dialogue à sens unique qui leur permet de garder la tête hors de l’eau.

Le thème n’est pas facile à traiter mais Olivier Tarassot s’en sort de façon magistrale. Il ne juge pas, ne condamne pas, il explique. A travers Charlie, le lecteur va tenter de comprendre les raisons de cette guerre, faire connaissance avec des acteurs de ce fanatisme, de cette folie destructrice mais il va également découvrir certains aspect de notre République. Avec Julie, c’est l’amour qui est mit à l’honneur, l’amour pour un homme, l’amour qui embellit mais peut aussi détruire, l’attente qui parfois grignote de l’intérieur, fait douter. Lola, quant à elle, va permettre de s’apercevoir de la fragilité de la jeunesse actuelle, la facilité avec laquelle elle est appâtée, embrigadée  mais aussi l’influence des réseaux sociaux, leur poids dans le recrutement. Et enfin, Simon qui lui nous montre que la révolte est possible, que l’acceptation n’est pas une fatalité et que l’amour peut parfois donner des ailes. Enfin, et surtout le personnage principal de ce roman est la Liberté. Une Liberté chérie, aimée, désirée, espérée.. Liberté est l’espoir de voir renaître un monde tolérant et humain.

La plume d’Olivier Tarassot est non seulement fluide mais également poétique et sans concession. Le travail de recherche, les informations livrées sont d’une grande qualité et donnent un ancrage impressionnant dans le réel. Mais ce que j’ai préféré dans son écriture est cette façon d’effleurer les sentiments, j’ai ressenti beaucoup de pudeur dans la façon dont l’auteur nous livre ses personnages même si tout est clair et bien décrit. Leur psychologie est très bien travaillée, dosée sans être poussée dans le voyeurisme ou la caricature. Et comme on est entre nous, je peux vous l’avouer : lire en pleurant ce n’est vraiment pas évident. J’ai eu une boule dans la gorge pendant de longues pages jusqu’à ce que les vannes lâchent et que je partage totalement les sentiments de chacun de ces personnages..

conclusion

Un texte fort et puissant qui m’a profondément touchée. Des personnages qui au fil des pages entrent dans nos vies pour ne plus la quitter.. Et surtout un livre au goût de Liberté..

Ma note : 9/10

Si vous souhaitez acheter et lire ce livre cliquez ICI

 

Chronique Livresque·Thriller

Les pantins marionnettistes, tome 1 : Le château des brasseurs d’air par Samantha Cortenbach

Fiche technique :

Autoédition – 443 pages – ebook ou broché – Thriller psychologique

Résumé : 

Paris, 1952. Prise au piège par Christian Hann, un essayiste reconnu, père de famille et meurtrier en série à ses heures perdues, Andrea se voit proposer un jeu : celui de partager sa vie, d’assister à ses crimes et d’en débusquer la finalité. Suite à un massacre qui tourne en leur défaveur, elle est séparée de lui, mais le jeu continue.

Sur les traces de Christian, elle découvre Braham, une île anglo-normande à l’écart du monde, livrée à la folie de ses habitants. Secouée par les guerres intestines et les miliciens qui en arpentent les galeries souterraines, elle a perdu tout contact avec la réalité, au point de disparaître des cartes officielles. Elle n’a plus rien de l’île qui, à peine quelques années plus tôt, était aussi prospère que Jersey…

Commence alors une longue quête de vérité remontant aux sources de la perdition de Braham, dans l’ombre de la forêt d’Amboise, sous le dôme de verre du château Des Roches où Christian a passé sa jeunesse. Une adolescence marquée par les atrocités d’une secte d’élite, et par sa relation ambiguë et destructrice avec son chef spirituel…

Quel événement central au château Des Roches a planté les jalons d’un tel chaos ? Comment s’est-il propagé vingt ans plus tard sur l’île de Braham ? Comment un seul homme a-t-il pu plonger une île de près de cinquante mille habitants dans la démence ?

Les Pantins Marionnettistes est un thriller psychologique en deux volumes sur le thème de la manipulation des masses, porté d’un bout à l’autre par des personnages hauts en couleurs. De l’homme de lettres assassin à l’aristocrate bipolaire, en passant par le majordome loufoque et les jumeaux incestueux, les pantins vous plongent dans une fresque à mi-chemin entre une version délurée d’Eyes Wide Shut et militaire The Village.

livrelecteurs

Mon avis : 

Tout d’abord, je remercie Samantha Cortenbach de m’avoir invitée à lire son roman en service presse. 

Andrea est une jeune femme à la dérive et lorsque son chemin croise celui de Christian Hann, célèbre essayiste et accessoirement tueur en série elle fait un étrange pacte avec lui : elle va partager sa vie et essayer de comprendre ses crimes. C’est cette association qui va l’amener à découvrir l’île de Braham et ses étranges habitants, leurs croyances, leurs coutumes et surtout leur folie.. Cette quête va entraîner le lecteur à la découverte de l’adolescence de Christian passée dans un château abritant une secte sanguinaire dont le chef spirituel Laurent Des Roches entretient avec le jeune homme une relation plus qu’ambiguë.. 

A la lecture du résumé, je n’ai pas réussi à me faire une idée précise de ce qui m’attendait dans ce roman.. Un tueur, une enfance, une jeune femme, un pacte.. Des bases qui m’ont plutôt appâtée et donné envie d’en découvrir plus. Et bien, je dois dire que ces quelques indices sont loin de tout dévoiler.. 

Ce roman se décompose, à mon sens, en deux parties. La rencontre et le pacte entre Andrea et Christian puis les recherches sur l’île de Braham sont déjà une partie dense. On y découvre des personnages plutôt tordus et bizarrement attachants. Je n’ai pas réussi à trouver Christian totalement mauvais malgré l’accumulation d’atrocités qu’il commet.. Andrea, quant à elle, est une jeune femme si perturbée qu’on arrive à comprendre son attachement à son bourreau. Puis l’île de Braham révèle quelques pistes, indique une direction à prendre et cette direction est celle du passé.. 

Dans la seconde partie, on découvre l’adolescence du jeune homme qu’était Christian et son arrivée au château Des Roches où il va vivre sous la houlette de Laurent, maître des lieux et surtout chef spirituel d’une sorte de secte où l’atroce, le burlesque et le barbare se côtoient. Les personnages de cette seconde partie sont totalement barrés, perdus, fous,… Ils vivent dans leur propre monde où Laurent représente l’étoile à suivre, le maître absolu et l’arrivée du jeune Christian (enfin pas encore Christian d’ailleurs..)  va être un véritable chamboulement. 

Ce roman est une surprise énorme. Je suis surprise pas l’ambition de l’auteure qui n’hésite pas à livrer une histoire complexe mais parfaitement maîtrisée, par son style d’écriture que j’ai vraiment apprécié car totalement adaptée au contenu et surtout par l’histoire elle même. C’est captivant, sanguinolent, c’est loufoque, parfois drôle parfois difficile mais c’est surtout une aventure qui fait qu’on ne voit pas le temps passer. A chaque rebondissement, à chaque découverte je n’avais qu’une hâte en découvrir encore un peu plus ! Mon unique bémol sera sur l’écriture qui bien qu’excellente m’aurait encore plus plu avec un tout petit peu plus de simplicité et sur quelques longueurs. 

Je vous ai parlé un peu plus haut des personnages, mais je voulais m’arrêter sur deux en particulier.. Christian, qui malgré sa facilité à tuer, torturer, malgré son esprit tordu, pervers m’a particulièrement touchée. J’ai aimé avoir cette vision d’un tueur de sang froid avant de commencer à soulever le voile du pourquoi… Et Laurent, qui est mon personnage préféré. Vous connaissez déjà mon amour des méchants mais celui-ci.. il est hors catégorie ! Non seulement parce qu’il est atroce dans sa façon d’être, de manipuler, de malmener mais également parce qu’il est doux, beau, charmant, drôle. Ces deux personnages ont tellement de facettes que j’ai hâte de lire la suite pour en savoir encore un peu plus sur eux.. 

Conclusion

Un roman qui plonge dans la folie humaine, dans la perversité et la manipulation sans aucun filtre. C’est souvent dur à lire mais l’erreur serait.. de ne pas le lire ! 

Ma note : 8.5/10

Si vous souhaitez acheter et lire ce livre cliquez ICI 

Chronique Livresque·Science fiction

Projet Mémoria par Fabrice Jalwin

Fiche technique : 

Autoédition – 321 pages – ebook ou broché – Science-fiction

Résumé :

 Anthony Lefranc est un homme détruit depuis l’attaque sanglante contre sa femme. Abandonné par la justice, il n’a aucun moyen de retrouver son meurtrier. Son destin est sur le point de changer, lorsqu’un groupe de chercheurs propose de lui venir en aide. Ils travaillent sur une technologie capable de lire dans la mémoire. Maintenue en vie durant l’expérience, Jade ouvre son univers, dans lequel ils devront fouiller pour trouver les preuves cachées. Un fantastique voyage attend Anthony dans un monde de souvenirs agréables, mais aussi cruels. Loin de s’attendre à de terribles révélations, ils vont risquer leur vie au détriment d’une cause juste. Seront-ils prêts pour découvrir la vérité ?

livrelecteurs

Mon avis :

Un grand merci à Fabrice Jalwin, l’auteur, de m’avoir permis de lire son roman en service presse. 

Anthony, militaire de métier, est marié à Jade une jeune journaliste qui, au détour d’une conversation téléphonique avec son mari en mission, lui laisse entendre qu’elle est sur un très gros projet. Anthony est convoqué quelques heures plus tard par son supérieur et apprend que Jade a subit une tentative d’assassinat et qu’elle ne vit plus que grâce aux machines qui lui permettent de respirer. Il est donc rapatrié en urgence pour être auprès de celle qu’il aime. Il est contacté après plusieurs mois par un groupe de chercheurs qui souhaitent se servir de Jade comme cobaye à leur projet sur la mémoire humaine. Une opportunité est donnée à Anthony de fouiller la mémoire de son épouse à la recherche du nom de son tueur et des preuves pour faire tomber le commanditaire.. 

Qui n’a jamais rêvé de voyager dans la tête d’autrui ? De pouvoir y découvrir tous ses secrets, de pouvoir revivre certains moments à volonté ? J’avoue que j’ai trouvé, à la lecture du résumé, le thème de ce roman vraiment attrayant et original. Et cette idée ne s’est pas démentie tout au long de ma lecture. Anthony va effectuer des allers-retours dans les souvenirs de son épouse pour y trouver le nom de son assassin et ses commanditaires. Ils vont, avec l’équipe de scientifiques qui l’accompagne, essayer de retrouver les preuves nécessaires pour finir le travail que Jade avait commencé en tant que journaliste et qui implique de nombreuses personnalités. Ce désir de vengeance va, bien entendu, leur attirer de nombreux ennuis.. 

L’histoire est vraiment prenante car l’auteur a très bien pensé ce projet Mémoria, il lui donne une crédibilité vraiment étonnante. De nombreuses barrières se dressent devant ses personnages et notamment lors-qu’Anthony navigue dans la mémoire de Jade. J’ai aimé qu’il ne puisse pas y faire ce qu’il veut et la façon dont les choses se déroulent en font une  bonne lecture. Les personnages ne sont pas épargnés et de nombreux rebondissements rendent ce roman vraiment intéressant. 

Les protagonistes sont bien réalisés et ils ont un bon ancrage dans la réalité. Ils sont crédibles qu’ils soient bons ou mauvais. On imagine très bien des êtres humains agir pour les mêmes motivations (et je ne pense pas que ce soit vraiment de la science-fiction à ce stade, il suffit de regarder autour de nous parfois..). La soif d’argent ou de pouvoir peuvent amener à des comportements horribles et inhumains, ce qu’Anthony et ses compagnons d’aventure vont découvrir à leurs dépens. 

Ce projet soulève de nombreuses questions d’éthique notamment et m’a beaucoup fait réfléchir aux utilisations que l’on pourrait en faire : de nombreuses possibilités bénéfiques pour la société avec la résolution de crimes, l’empêchement d’attentats ou la sauvegarde de la mémoire des personnes souffrantes par exemple mais quid de la liberté de chacun ? Un vaste débat s’ouvre après la lecture de ce livre… 

Autant, j’ai vraiment bien accroché à l’histoire autant j’ai trouvé qu’une bonne relecture s’imposait. En effet, il persiste dans le texte de nombreuses fautes ou coquilles (orthographe, mots utilisés pour d’autres, etc…) qui m’ont un peu gênée dans ma lecture. Ce serait vraiment bénéfique pour ce livre. D’autant que Fabrice Jalwin a une plume fluide et agréable à lire.

Conclusion

Un roman au thème original et qui soulève de nombreuses questions. Sommes nous prêts à accepter de livrer tous nos secrets ? . 

Ma note : 7/10

Si vous souhaitez acheter et lire ce livre cliquez ICI

Chronique Livresque·fantastique·Romance·Science fiction

Chroniques d’un Saint Exorciste, Tome 2 : La Traque de Cerbère par Dana B. Chalys

Fiche technique :

Autoédition – 242 pages – ebook ou broché – Science Fiction

Résumé :

Le mythique Cerbère, gardien des portes de l’Enfer, a disparu. Sans personne pour retenir les créatures infernales, la barrière entre le monde des vivants et celui des morts est plus fragile que jamais. Satan, craignant un exil des âmes condamnées à le nourrir, a envoyé sur Terre l’un de ses sbires afin de retrouver Cerbère ; un Prince de l’Enfer qui a pris possession d’une personne pour laquelle Nathan éprouve une affection particulière. Le Saint Exorciste n’a pas le choix : pour rétablir l’ordre et protéger ceux qui lui sont chers, il devra se lancer sur la trace du chien à trois têtes quitte à se mettre son Ordre à dos, car le temps lui est désormais plus que compté. De révélations en mauvaises surprises, Nathan apprendra que ses ennemis sont plus nombreux qu’il n’aurait pu l’imaginer, mais que l’aide peut revêtir des formes insoupçonnées.

livre et feuilles automnes

Mon avis :

Un grand merci à Dana B. Chalys, l’auteure, de m’avoir permit de lire ce second tome en service presse et pour sa confiance renouvelée.

Quelle joie de retrouver Nathan, Donna et toute la bande !! Je vous avais parlé du tome 1 qui avait été un coup de cœur ICI et j’avais hâte de lire la suite de leurs aventures.. Alors si vous n’avez pas encore lu le premier opus attention ma chronique risque de vous spoiler.

On retrouve donc Donna entourée de ses amis mais qui est sans nouvelle de Nathan depuis la fin de leur aventure. Quant à Mickael, il a énormément changé depuis ces évènements, il a rompu avec sa petite amie, il n’est plu le jeune homme enjoué et Donna se tracasse pour lui. Ce qu’elle ne sait pas c’est qu’il a un problème et que seul Nathan va pouvoir l’aider..

Les bases de l’histoire avaient été posées dans le tome 1 alors maintenant que le lecteur connaît le monde dans lequel évolue Nathan l’action commence plus rapidement. Cerbère, le célèbre chien à 3 têtes gardien des Enfers a disparu et il est urgent de le retrouver avant que toutes les âmes damnées ne s’enfuient et laisser Satan et ses sbires sans nourriture. Nathan va donc devoir résoudre ce problème et il sera épaulé en cela par des personnages assez inattendus.

Ce second tome est plus centré sur Nathan, sa vie passée et particulièrement son enfance mais également ses sentiments vis à vis de Mickael. Il se dévoile un peu plus, je l’ai trouvé plus accessible que dans le premier tome mais malgré tout il reste secret et soucieux des autres au point de les empêcher d’entrer réellement dans sa vie. Il ne se laisse par approcher facilement.. Donna est un peu plus en retrait dans cette suite même si elle reste un pilier de l’histoire. J’adore cette fille ! Elle est tellement gentille, enjouée, pétillante.. C’est un déchirement lorsqu’elle est triste et malheureuse. Mais mon chouchou reste Tit bien sur ! Le petite nouvelle, Aprilia, est également un personnage attachant et j’espère en apprendre un peu plus sur elle par la suite..

L’histoire en elle – même est, comme pour le précédent tome, prenante et addictive. On a envie de comprendre comment Cerbère a pu disparaître et surtout savoir où il est mais à cela s’ajoute l’histoire entre Nathan et Mickael compliquée encore un peu plus par la situation particulière de ce dernier. Je les ai trouvé tellement mignons mais entre les démons, les non-dits, le problème de l’acceptation de soi et surtout la non-acceptation par les autres ce n’est pas simple. On découvre ici la famille de Mickael et tout particulièrement sa mère.. On comprend mieux après cela les difficultés qu’a le jeune homme à assumer ce qu’il est vraiment.

Dana B. Chalys a encore une fois su me transporter grâce à son histoire, ses personnages et sa plume. Nathan et ses amis font partis de mes personnages favoris et au vu de la fin de ce second tome je n’ai qu’une hâte.. lire le troisième !!!!

conclusion 6

Une série originale qui, à chaque tome, me conforte dans mon coup de cœur ! Si vous aimez les séries avec des histoires addictives, des personnages au top n’hésitez pas un instant et faites connaissance avec Nathan et Donna !

Ma note : 9.5/10

Si vous souhaitez acheter et lire ce livre cliquez ICI

 

Chronique Livresque·Science fiction

Les fils du Destin par Chris Red

fils du destin

Fiche technique :

Autoédition – 394 pages – ebook ou broché – Science-fiction

Résumé : 

L’équilibre de l’Univers est en péril. Sur la planète Kokeran, les Karmenytes viennent de révéler une prophétie énigmatique. Kelmozar, le plus ancien des Gardiens, comprend que l’un des leurs doit quitter la forêt de Karmenyta. S’il ne retrouve pas l’Élue, le souffle de la Vie pourrait s’éteindre. Vite. Il doit convoquer le Conseil des Sages et découvrir quel est le Gardien désigné par les Tisseuses du Destin. En parallèle, sur Terra IV, Leonida Butrika, une ancienne inspectrice, mène une enquête sur la mystérieuse disparition d’enfants. Son investigation va la forcer à quitter son cocon et à voyager vers Animotopia pour prendre en filature son principal suspect. Téméraire, elle ignore pourtant tout de la nature profonde de son ennemi

café et arbre

Mon avis : 

Je remercie chaleureusement l’auteur, Chris Red, de m’avoir proposé de lire son roman en service presse. 

Ce roman est assez éloigné de mes lectures habituelles, alors au départ j’avoue que j’y allais un peu avec des pincettes. L’espace, les planètes, les êtres bizarres peuplant d’autres mondes… Puis, je me suis prise au jeu parce qu’en fait Chris Red mélange ici deux styles littéraires la science-fiction avec le côté « guerre des étoiles » et le policier. Et une enquête qui est menée sur plusieurs planètes ce n’est pas banal ! 

Le lecteur va suivre deux histoires parallèles : celle de Leonida, ex-inspectrice, qui enquête sur la disparition de plusieurs enfants et celle d’Esteban qui, accompagné par Spot, va tout faire pour réaliser une prophétie. Bien entendu, ces deux récits vont être amenés à se croiser mais pas tout de suite.. 

J’ai beaucoup aimé la façon dont Chris Red débute son roman, tout doucement. En effet, il prend le temps de nous imprégner des différents personnages car ici ils ne sont pas tous humains, le lecteur sera amené à croiser au fil  des pages des Duplicants, des Canidés, des Dragonneau, etc.. J’ai trouvé intéressant que pour une fois l’humain ne soit pas au centre de tout. Puis, les choses s’emballent, l’action débute réellement et le récit devient de plus en plus captivant.

Le rythme est assez rapide sans doute aidé par le fait que l’auteur ait choisi d’écrire des chapitres plus ou moins courts. Et à chaque changement de chapitre, on change d’histoire en passant alternativement d’Esteban à Leonida. De cette façon, les deux récits avancent en parallèle, on est prit autant dans l’un que dans l’autre tout en gardant le suspense intacte. Ces deux histoires avaient pour moi la même saveur, je ne me suis pas prise d’affection plus pour l’une que pour l’autre. Les quêtes de chacun vont les amener à se rejoindre bien entendu mais sans que cela n’arrive comme un cheveu sur la soupe comme c’est souvent le cas. Ici, le déroulé de l’histoire est vraiment bien pensé et logique.  

Les personnages m’ont beaucoup plu, Leonida et Esteban bien sur mais également Momo ! Ils sont très bien réalisés moralement parlant, je regrette juste que Chris Red n’ait pas donné un peu plus de détails sur l’apparence des différentes espèces. Ce manque de détails m’a parfois un peu gênée pour imaginer les personnages même si ça ne gêne en rien l’histoire. C’est juste que mon imagination est loin d’être aussi débordante que celle de l’auteur et que lorsque l’on me sort de ma zone de confort j’ai besoin de plus d’explications.. 

Grâce à ce roman, l’auteur profite, je pense, de l’opportunité pour faire une critique cachée de notre société mais pour également nous rappeler certaines valeurs qui sont indispensables comme la solidarité, l’amitié ou la tolérance. C’est fait de façon subtile, sans être moralisateur grâce à une écriture fluide et agréable. 

Conclusion

Un très bon roman de science-fiction qui vous fera voyager sur différentes planètes en compagnie de personnages étranges mais attachants..

Ma note : 8/10 

 

Chronique Livresque·Jeunesse·policier

Soupçons de Kirsteen Duval

soupcons-980469-264-432

Fiche Technique :

Autoédition – 280 pages – ebook ou broché – Thriller

Résumé :

Sybil et sa mère Maureen fuient le compagnon violent de cette dernière et s’installent dans une ville proche de la frontière du Canada. Leur nouvelle vie se met en place très rapidement, l’avenir semble prometteur. Maureen et Sybil ne tardent pas à tisser des liens amoureux. Le shérif Dan tombe sous le charme de Maureen, alors que Sybil n’en revient pas d’avoir éveillé l’intérêt du très beau Tom. Plus le temps passe et plus le comportement de Tom intrigue Sybil, mais l’amour qu’elle lui porte anéantit sans cesse ses soupçons jusqu’au jour où sa vie bascule…

livre et papillons

Mon avis :

Je remercie l’auteure, Kirsteen Duval, de m’avoir permit de lire son roman en service presse et pour sa gentillesse.

Le roman ouvre sur une scène un peu déroutante, pas de nom, pas de lieu mais le lecteur comprend très vite de quoi il s’agit.. Une femme dans un coffre de voiture. Puis, 2 policiers sonnent à une porte après que l’auteure nous ait fait faire un saut dans le temps de plusieurs dizaines d’années. Ils rendent visite à une vieille demoiselle qui va, à leur demande, leur raconter ses souvenirs datant de 1961..

Dès les premières pages, j’ai été prise au jeu de ce récit. En effet, on sait que l’on est dans les souvenirs de Sybil et même si la scène au départ nous oriente quant à l’issue de l’histoire malgré tout le suspense est présent. En effet, cette image reste an arrière fond dans l’esprit du lecteur qui va essayer de deviner :  Comment ? Pourquoi ? Qui ? Kirsteen Duval laisse tomber au fil des pages de petites miettes qui permettent au lecteur de se faire ses idées.

L’histoire tourne donc autour de Sybil, jeune adolescente et de Maureen sa mère. Elles se sont installées précipitamment à Blossom Creek, à la frontière canadienne, alors qu’elles fuient le compagnon violent de Maureen. Elles s’installent plutôt rapidement et bien dans leur nouvelle existence entre travail, études, nouveaux amis et nouveaux amours.. 

Autant, j’ai prit beaucoup de plaisir à suivre l’histoire de Sybil et Maureen autant j’ai eu un peu de mal avec le personnage de la jeune fille. En effet, j’ai trouvé qu’elle était plutôt versatile et (même si c’est plutôt normal pour une adolescente, parait-il… je ne m’en souviens plus !!) j’ai eu du mal du coup à la cerner et surtout à suivre ses sautes d’humeur. Malgré tout, on ressent l’amour et la fierté qu’elle éprouve pour sa mère ce qui représente le moteur de cette histoire.

Les autres personnages m’ont par contre beaucoup plu surtout les personnages masculins. J’ai trouvé le sheriff particulièrement attachant. J’aurai aimé qu’ils soient parfois un peu plus développés mais ils collent tous très bien avec le style de l’auteure, l’essentiel est là, on connaît leurs histoires sans tomber dans le « trop ».

Le rythme de l’histoire est quant à lui très intéressant.. Le tout début est stressant, on sent l’urgence, on sent le drame mais on ne sait pas où cela va nous mener.. Puis on vit l’installation de Sybil et sa mère à Blossom Creek. Tout se fait tranquillement, les nouvelles rencontres, les amitiés qui se créent, les amours qui fleurissent, la saison qui avance.. Malgré tout quelques indices nous laissent présager que les choses vont se gâter.. et là, ça s’accélère ! Le rythme devient plus soutenu, plus oppressant jusqu’à une fin qui vient boucler la boucle. J’ai particulièrement apprécié cette façon d’écrire, d’autant que l’auteure a une plume fluide et directe. Elle nous donne quelques petits détails, nous laisse apprécier le côté bucolique de la nouvelle vie des deux femmes avant de nous plonger dans le sombre. Le côté jeunesse ressort par moment, surtout avec le comportement de l’héroïne mais encore une fois, c’est cohérent.

Mon seul bémol sera sur la date choisie.. J’ai eu un peu de mal au fil des pages  me projeter dans les années 60 aux Etats-Unis. Quelques petits détails m’ont gênée comme le fait que Maureen soit divorcée par exemple. Je ne suis pas spécialiste en sociologie mais je m’imaginais que le divorce à cette époque n’était pas très bien accepté.

livrelecteurs

Une très bonne lecture qui m’a tenu au fil des pages jusqu’aux explications finales. Un roman Young Adult qui se transforme peu à peu en policier. 

Ma note : 8/10  

 

Chronique Livresque·Feel - good

Happiness Palace par Blandine P. Martin

happiness-palace-964366-264-432

Fiche Technique :

Autoédition – 386 pages – ebook ou broché – Contemporain

Résumé :

Happiness Palace. Deux mots bien étranges, comme tombés du ciel. Amy, 26 ans, n’est plus que l’ombre d’elle même, victime d’un mari violent et spectatrice d’une vie déjà tracée. Alors qu’elle n’aspire plus qu’à quitter ce monde infâme, le destin semble lui tendre la main. Une seconde chance où l’entraide et la solidarité seraient maîtres mots. Un endroit pour les gens « comme elle », ceux dont la société se fiche, ceux qui n’ont plus rien, ni personne. Peut-elle encore faire confiance à qui que ce soit ? Partagée entre une peur viscérale de tomber et l’envie dévorante d’espérer, Amy devra trouver le chemin de la guérison. Le Happiness Palace lui ouvre ses portes.

tea-time-wallpapers-pictures-photos-images-OPklMv-clipart

Mon avis :

Je remercie vivement Blandine P. Martin de m’avoir permit de lire son roman en service presse et pour sa confiance.

Amy se réveille à l’hôpital où elle a été admise en urgence suite à une chute dans les escaliers. Ce n’est pas une maladresse de la jeune femme.. Amy est une femme battue et il lui reste peu d’espoir pour que les choses (et surtout Cliff, son mari !!) changent, elle craint même pour sa vie. Jusqu’à ce que Zach, un infirmier en poste dans ce même hôpital, lui propose d’intégrer le Happiness Palace, une maison où il accueille des personnes en difficulté. Amy va donc découvrir grâce au Happiness Palace qu’une autre vie est possible..

Ce roman touche à des thèmes qui sont plutôt durs comme la violence conjugale, j’avais donc une légère appréhension en entamant ma lecture, ce sujet étant vraiment sensible. Mais je dois dire que dès les premières pages toutes mes craintes se sont envolées. En effet, les sujets abordés ne sont pas forcément légers mais Blandine P. Martin les amènent vraiment de façon subtile et délicate sans tomber dans le voyeurisme ou le trash.

On suit le combat d’Amy qui veut faire table rase du passé, se créer un avenir meilleur et en cela elle est épaulée par Zach et ses colocataires au Happiness Palace. Dennis, Soko, June, Nate, Marcus ont tous des passés différents mais difficiles et l’entraide et la solidarité sont les bases de leur nouvelle vie commune. Ils ne se jugent pas et malgré leurs caractères différents ils sont là pour se soutenir, s’aider. Chacun va mettre ses talents à contributions pour aider la jeune femme à remonter la pente.

J’ai trouvé que ce texte était une ode à l’espoir, la démonstration que même lorsque tout semble nous échapper il est possible qu’une main tendue aide à se sortir des pires situations. Parfois un coup de pouce va faire basculer un destin qui semblait sombre. C’est ce que Zach Widmore représente pour les habitants du Happiness Palace : un coup de pouce, une aide inespérée.. Il aide ses compagnons financièrement en les accueillant bien sur, mais également moralement car il sait être à l’écoute de chacun. Il est comme un socle sur lequel chacun peut s’appuyer, peut compter. Il va leur permettre de reprendre goût en l’existence, de se reconstruire et chacun aura ensuite à cœur d’aider à son tour les autres personnes qui se présenteront au Happiness Palace.

Chacun des personnages m’a touché par sa façon d’être mais également par son histoire personnelle. Ils ont tous un côté fragile qui est émouvant et malgré toutes les épreuves ils gardent une foi indéfectible en la vie, en l’amour. June, qui a subit le même passé violent qu’Amy sera un soutien précieux pour la jeune femme mais tous les autres également en lui apportant une aide morale, de l’humour, de l’amitié, toutes ces choses qui rendent la vie tellement plus belle.

Ce roman de Blandine P. Martin m’a fait pensé à un gros doudou (un peu comme le nounours en couverture) que l’on serrerait dans nos bras pour se sentir meiux.. Un livre qui redonne le sourire et que l’on quitte à regret pour son histoire et ses personnages, un goût de trop peu une fois la dernière page tournée. J’ai toutefois regretté quelques maladresses ou fautes dans le texte mais l’écriture est vraiment fluide et légère, l’auteure a une plume vraiment très agréable à lire. La très jolie couverture ajoute, je trouve, à ce sentiment de douceur qui envahit après avoir lu ce livre.

en-conclusion

Une histoire touchante, des personnages attachants, un cocktail qui rend cette lecture vraiment plaisante et captivante. Si vous aimez les romans feel-good, je vous conseille de vous installer bien confortablement, de vous faire un bon chocolat chaud et de pousser la porte du Happiness Palace en compagnie d’Amy..

Ma note : 8/10

 

 

Chronique Livresque·fantastique

Emulsion, Au delà du visible par Vanaly Nomain

emulsion,-au-dela-du-visible-997557-264-432

Fiche technique :

Autoédition – 373 pages – ebook ou broché – Fantastique / Spiritualité

Résumé :

Deux mondes. Deux amours. Un Choix impossible.
Une quête de soi qui transporte Maïa dans un voyage mystique et quantique, mêlant Orient et Occident, illusion et réalité, au coeur de l’amour éternel.
Emulsion, ce sont des âmes qui se cherchent et ne se trouvent pas.
Le visible et l’invisible, unis dans une émulsion alchimique. Du Laos à la France, dans l’esprit de la jeune fille de quinze ans, tout se mêle, se chevauche, se lie.
Mais la rencontre avec un étrange garçon bascule sa vie
et lui impose de faire le choix d’un destin dans un monde en perdition.

Ce livre est un croisement de genres: fantastique, dystopie, spiritualité et ésotérisme.

livre et papillons

Mon avis :

Lorsque j’ai commencé à préparer cet article, j’ai séché un moment sur la catégorie dans laquelle je voulais classer ce roman tant j’ai trouvé que c’était un L.G.N.I (Livre au Genre Non Identifié !).

L’histoire  débute avec Maïa enfant de 10 ans et son grand-père au Laos qui vivent en parfaite osmose avec la nature. J’avoue que cette partie m’a semblé un peu longue à se mettre en marche mais je l’ai trouvé en même temps extrêmement poétique. Les descriptions sont magnifiques et les mots choisis par l’auteure sonnent vraiment juste. J’ai eu un peu de mal à accrocher à Maïa enfant, peut-être à cause de sa façon de s’exprimer qui semble un peu décalée comparé à son âge.  

Puis lorsqu’on retrouve Maïa chez son père en compagnie de ses frères les pages ont tournées toutes seules (c’est une image hein ? J’ai choisi « spiritualité » en genre pas magie !). A partir de là on s’attache réellement à la jeune fille que l’on sent vraiment pas en phase avec ce qui l’entoure. On découvre sa famille : un père haïssable qui visiblement ne sait pas faire la différence entre enfants et larbins, des frères attachants et drôles mais très peu d’amis. Maïa est effacée, timide, soumise, elle a du mal à créer un lien social avec les autres élèves de son lycée malgré le fait qu’elle soit brillante dans ses études. Mais tout va prendre une autre dimension lorsqu’un mystérieux élève fait son apparition et l’attire irrésistiblement.

Ce roman est un condensé de sentiments : l’amour à travers la relation de Maïa et de son grand-père, la tristesse également, la recherche de ses origines, les premiers émois d’adolescent, l’amour fraternel et la protection qu’il engendre.. L’Amour avec un grand A est également présent, on le devine, le soupçonne en même temps que Maïa le découvre. On traverse toutes ces émotions grâce au regard si particulier de la jeune fille. Ces émotions sont magnifiquement retranscrites par Vanaly Nomain dont l’écriture est tout en légèreté ; elle est délicate, poétique, imagée. Je suis bluffée par cette maturité dans l’écriture de l’auteure. Elle passe avec une facilité déconcertante d’un style littéraire à l’autre : tantôt du Young-adult, puis du drame en passant par du fantastique et de l’ésotérique pour revenir dans  du post-apocalyptique.

Je ne veux pas trop en dévoiler mais j’aimerais malgré tout m’attarder sur cet « autre » monde où Maya suit Aël, cet élève étrange. J’ai particulièrement apprécié ce monde « miroir », ce monde qui est le reflet du notre et où Maïa fait des découvertes essentielles quant à sa nature. J’ai trouvé l’image très belle.

Les personnages gravitant autour de Maïa ont également une très belle dimension. Je pense notamment à Tanh, qui est mon préféré des trois frères, mais également à Arnaud ou Kevin qui m’ont vraiment touchée. J’ai aimé leurs sensibilités, leurs caractères, leurs histoires.. Ils aideront tous à leur façon Maïa à faire les choix qui s’imposent à elle, à choisir entre notre monde et le monde onirique vers lequel son corps tend.

Et bien sur, je ne peux pas conclure cette chronique sans parler de la magnifique couverture de ce livre. Elle est si représentative de l’histoire que je l’ai visualisé à la lecture d’un passage important. C’est encore une fois l’œuvre de Matthieu Biasotto qui a vraiment de l’or dans les doigts.

conclusion 6

 Emulsion est un roman captivant autant pour l’histoire que pour la poésie que distille Vanaly Nolain par sa plume. Une lecture tout en douceur..

Ma note : 8.5/10

 

 

Chronique Livresque·fantastique·humour·nouvelle

L’heure maudite par Laurence Puzenat

l'heure maudite

Fiche technique :

Autoédition – 55 pages – ebook – Fantastique / Humour /  Nouvelle

Résumé :

Nicole est une trentenaire tout ce qu’il y a de plus banale. Jusqu’à cette nuit, celle où elle trouva un nain nu dans le local à poubelles de son immeuble. A cet instant… Tout bascula (et pas pour le meilleur). Découvrez ce qu’il se cache au plus profond de la Terre, découvrez qui tire les ficelle depuis le début dans ce roman fantastiquement drôle.

café et arbre

Mon avis :

Avant tout, je remercie vivement Laurence Puzenat, l’auteure, pour m’avoir confié cette nouvelle en service presse et pour sa gentillesse.

Nicole est une jeune femme sans histoire, à la limite de la banalité qui se partage entre un travail inintéressant et une vie routinière. Un soir, dans le local à poubelle, elle tombe sur Marvin, un nain tout nu et au langage coloré. Autant dire que la vie de Nicole ne sera plus jamais la même…

Et oui ! Encore un format court ! Quand je vous dis que j’y prends goût.. Et celui-ci est tout particulièrement savoureux. Je vous explique le contexte.. Je me pose dans la salle d’attente chez mon médecin, un mardi soir, sans rendez-vous. Vous le voyez le monde qui attend son tour en se toussant dessus les uns sur les autres ? Je me dis « tiens ! et si je commençais L’heure Maudite ! Il a l’air sympa ! » Cruelle erreur !! Parce que toutes les personnes qui étaient présentes ont assisté avec leurs yeux globuleux et leurs nez qui coulent à mes ricanements.. J’essayais de les camoufler en toussant sauf que moi.. j’y allait pour une douleur au rein ! Peu crédible la toux.. et j’ai beaucoup ricané !!

Il faut dire qu’entre les personnages loufoques, l’histoire et surtout la façon d’écrire de l’auteure il y avait de quoi glousser ! J’ai adoré la plume de Laurence Puzenat qui est drôle, punchie, déjantée par moment même..

Nicole est d’une banalité affligeante mais une fois qu’elle aura retrouvé sa liberté (vous voudriez bien savoir comment !! non je ne dis rien..) elle devient Super-Nicole la reine de la vanne et du coup de pied ! Elle m’a fait mourir de rire (discrètement..). Et sinon le nain aux cheveux longs et soyeux et accessoirement tout nu ? Et ben pareil ! Non seulement il est culotté (sans mauvais jeu de mot) mais en plus il est drôle, menteur, manipulateur.. bref il est génial ! Il faut dire qu’il a de la répartie et souvent des manières percutantes et peu orthodoxes pour faire pencher la balance de son côté. Ils vont être amenés à s’associer et ce que je peux vous dévoiler qu’il y a en jeu : de l’argent, la liberté et.. Nabila !

L’histoire est vraiment bien ficelée et franchement je l’ai trouvée trop courte.. (enfin c’est une nouvelle faut pas oublier..). Parce qu’apprendre que nous autres humains n’avons absolument aucun libre arbitre et que tous nos faits et gestes dépendent de l’humeur et du bon vouloir des nains vivants au centre de la Terre c’est quand même perturbant. En attendant, c’est une nouvelle pleine d’humour avec un duo de choc en héros décalés et qui m’a fait passer un excellent moment entre rigolade et réflexion. Parce que j’ai trouvé que l’auteure, malgré le ton humoristique, nous amène, en effet, à réfléchir sur la routine qui est au cœur de nos vies en règle générale.

conclusion

Si vous avez envie de rire et de découvrir pourquoi Marvin et Nicole sont obligés de collaborer malgré leurs différences et surtout qui tire réellement les ficelles, n’hésitez pas un instant.. Mais gardez toujours à l’esprit qu’il faut se méfier de l’heure maudite !

Ma note : 9.5/10