Chronique Livresque·Jeunesse·Science fiction·young adult

Exomonde, tome 1 : Perle, le piège du temps par Emma Cornellis

Fiche technique : 

Editions Hélène Jacob – 338 pages – ebook ou broché – Science-fiction

Résumé : 

Année 2323.
Lola est une adolescente comme les autres, qui approche de son dix-septième anniversaire. Elle est aussi l’unique enfant à avoir vu le jour sur Perle, exoplanète identique à la Terre.
Sa mère était membre de l’équipage de l’Explorer I, le tout premier vaisseau habité à s’aventurer hors du système solaire afin d’explorer et étudier ce nouveau monde. Mais à l’approche de leur destination, les astronautes ont été confrontés à une mystérieuse planète dont l’orbite a frôlé celle de Perle. Leur « aplanétage » d’urgence a coûté la vie à la mère de Lola.

Élevée par les survivants, qu’elle surnomme « les grands », la jeune fille n’en est pas moins heureuse et épanouie.
Au bord d’un bassin paradisiaque, elle partage son existence entre séances d’étude, bains de mer et construction d’un petit avion qui lui permettra de partir à la découverte de sa planète déserte.

Pourtant, la crise sommeille.
La catastrophe à l’origine du naufrage est sur le point de se reproduire et les adultes sont inquiets : la Terre, qui aurait dû répondre depuis longtemps à leurs messages de détresse, semble les avoir oubliés !
Fait plus troublant encore : Lola recommence à parler avec l’ami imaginaire qu’elle s’est inventé durant son enfance. Mais cette fois, elle prétend qu’il est bien réel et est déterminée à le trouver !

livre magie

Mon avis : 

Je remercie chaleureusement les Editions Hélène Jacob pour leur confiance renouvelée en me permettant de lire ce roman en service presse via le site Simplement.Pro. 

Lola va bientôt fêter ses 17 ans, elle est née et vit sur Perle, une exoplanète où s’est écrasée une mission terrienne 16 ans plus tôt. Lola a donc grandit élevée par « les grands », les 6 survivants de l’Explorer I, sa mère Mounia étant décédée lors du crash. Mais Lola se sent seule et c’est dans ses rêves qu’elle rejoint son ami Zven, un ami imaginaire qu’elle s’est créé toute petite.. Imaginaire ? ou pas.. 

Dès les premières pages, l’auteure Emma Cornellis a su m’entraîner au cœur de Perle. Le camping, lieu d’habitation des survivants, la grotte, la plage, sa faune et sa flore si particulière. Lola n’a connu que cette planète mais Vladimir, Jonathan, Alice, Elena, Mike et William ont fait en sorte de s’y sentir bien en nommant, par exemple, les choses comme sur Terre : le chien porte le nom de chien mais n’en est pas un. Je comprends ce besoin de « normaliser » un lieu que l’on apprivoise mais d’un autre côté, j’ai eu un peu de mal parfois à me représenter les choses.

La vie des 7 habitants est mise en péril par le retour de Petit f, planète qui ayant croisé l’orbite de Perle 16 ans auparavant est responsable du crash de leur vaisseau. L’aventure va donc se poursuivre entre leurs préparatifs pour se mettre à l’abri et la quête de Lola.. En effet, Lola est de plus en plus persuadée que son ami imaginaire Zven ne vit pas que dans sa tête, ce que le jeune homme ne cesse de lui répéter à chaque fois qu’ils se voient dans leurs rêves. 

L’imagination d’Emma Cornellis a créé non seulement une planète mais également une société dans laquelle vit Zven, les Moäms. Yls et Zra, leurs divinités, y tiennent une place importante mais comme toute société, celle-ci n’est pas à l’abri des manipulateurs, du mensonge ou de la tromperie. Le jeune Zven est une sorte de paria au sein de son peuple et cette situation va s’ajouter aux nombreuses intrigues. J’avoue avoir parfois été un peu perdue dans leurs croyances qui m’ont parfois semblé confuses mais je pense que l’auteure nous réserve des révélations pour la suite qui viendront tout éclaircir. Malgré tout l’histoire se suit bien et le lecteur va être entraîné sur plusieurs fronts entre Petit f, la recherche de Zven, une prophétie, les découvertes de Lola sur sa mère.. bref, on ne s’ennuie pas un instant ! 

La plume de l’auteure y est pour beaucoup d’ailleurs car malgré le nombres d’informations qu’elle nous donne tout est fluide et compréhensible. Le vocabulaire est riche même si le roman est résolument young-adult. Ses personnages sont attachants, notamment Zven qui reste mon préféré, il est courageux, tendre. Lola est une jeune adolescente audacieuse, qui va prendre parfois des risques inconsidérés mais qui est attachante. La relation naissante entre les deux jeunes gens prend souvent le dessus mais sans étouffer l’histoire, ce qui est appréciable. J’ai également beaucoup aimé l’évolution de Lorgham au fil des pages. J’ai donc passé un très bon moment en compagnie de Lola et Zven et je les retrouverais avec plaisir pour la suite de leurs aventures. 

Conclusion

Un roman de science-fiction / young adult intéressant et prenant qui entraîne le lecteur dans de nombreuses aventures sur Perle en compagnie de Lola et Zven, un agréable moment de lecture. 

Ma note : 7/10 

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

Publicités
Chronique Livresque·dystopie·Romance

La loi de Gaia par Caroline Giraud

Fiche technique : 

Bookelis – 400 pages – ebook et broché – Dystopie / Romance

Résumé : 

Article 1 : Les survivants du pays détruit par l’explosion nucléaire sont déchus de leur humanité et doivent porter un tatouage permettant de les identifier. Chaque tatouage représentera un animal symbolisant le crime commis. Un loup pour le meurtre, un lion pour le viol, un renard pour la torture et un tigre pour le rapt d’enfants.

Article 2 : Les tatoués seront distribués aux familles et amis des victimes pour leur permettre de se venger de leurs crimes. Un maître a tous les droits sur son tatoué, excepté celui de le tuer. Il peut le battre, l’exploiter, le revendre, l’enfermer, etc.

Article 3 : Toute atteinte d’un tatoué sur un civil sera punie par un emprisonnement à vie dans un camp de torture.

Paris croule sous les bombes et les fusillades depuis que Kagan Közul est revenu se venger de ceux qui l’ont injustement envoyé en prison cinq ans auparavant. Des trois coupables, il n’en reste plus que deux : Sarah et Milian se haïssent, mais à présent ils doivent survivre, ensemble.

livre et papillons

Mon avis : 

Avant tout, je remercie l’auteure Caroline Giraud de m’avoir permis de lire son livre en service presse et pour sa confiance. 

A la lecture du résumé, j’ai été vraiment intriguée par le monde que dépeignait l’auteure. En effet, visiblement une guerre a eu lieu et les survivants à la bombe nucléaire qui a rasé l’un des camps est asservi par l’autre. Ils sont réduits en esclavage et catégorisés selon leurs crimes. On les tatoue afin de les différencier au premier coup d’œil. Kagan est l’un de ces esclaves, tatoué Lion, il va faire la connaissance de Sarah. Sarah, quant à elle, est jeune fille dont les parents sont les maîtres de Kagan. Elle va comprendre que l’injustice fait partie de ce monde et qui va se retrouver confrontée à de terribles choix..

L’idée de ce roman est vraiment originale : les survivants d’une guerre sont livrés en tant qu’esclaves, exploités, maltraités par le camp des vainqueurs. Il y a de quoi faire réfléchir sur la nature humaine.. Ces esclaves sont tatoués afin qu’on puisse savoir au premier regard les crimes qu’ils ont commis selon la loi de Gaia, à croire que tous les habitants de ce pays n’étaient que des meurtriers, des violeurs.. L’histoire était donc pleine de promesses et de bonnes idées.. L’auteure nous dépeint parfaitement la vie de l’un de ces esclaves Kagan qui est au service de la famille Pérot et où les parents ne se privent pas de le battre à chaque manquement (de leur point de vue bien sur..). Malheureusement, même si l’idée m’a beaucoup plu, j’ai trouvé que l’auteure ne l’exploitait pas assez. J’aurais aimé plus de détails sur la guerre, sur le contexte social, sur la rébellion, sur comment et pourquoi on en est arrivé là même si des détails parsèment le texte.. 

La narration se fait de la manière qui, en général, me plait le plus : l’alternance des points de vue et ici, petite particularité à cela, s’ajoute l’alternance de temps passé / présent et cela donne un côté original au texte. Les narrateurs sont Sarah et Kagan, ils nous livrent les faits et leurs pensées. Le point de vue de Kagan est intéressant car il nous explique son quotidien, son amitié avec Sinan, on ressent ses craintes, ses peurs. J’ai malheureusement eu beaucoup plus de mal avec le point de vue de Sarah car l’auteure la fait s’exprimer en tutoyant les autres protagonistes ce qui est plutôt inhabituel mais surtout déstabilisant. J’avais un peu de mal à comprendre à qui elle s’adressait par moment. C’est dommage car son point de vue était intéressant et apportait quelques réponses. 

Les personnages qui m’ont le plus plu sont Kagan et Sinan, son meilleur ami et esclave également. Ils ont un passé difficile du fait de la guerre et un présent horrible à cause de leur statut. Leurs histoires personnelles sont émouvantes même si l’on manque de détails. J’ai eu plus de mal à comprendre Sarah que je trouve plutôt inconstante et butée, surtout dans le « passé ». La Sarah du présent est plus attachante car elle a beaucoup mûrit même si elle ne semble pas toujours savoir ce qu’elle veut. Quant à Milian il m’a plutôt touchée même si finalement on ne sait pas grand chose de lui comme pour les autres personnages. L’idée de la vengeance de Kagan pimente les relations entre les personnages, complique leurs interactions. 

L’auteure s’est vraiment axée sur la romance au détriment du côté dystopie ce qui m’a un peu déçue tant l’idée de base m’avait plu. La romance est beaucoup trop présente à mon goût ce qui donne un côté répétitif à l’histoire alors que le potentiel était présent pour en faire une histoire vraiment originale. Malgré tout, la lecture reste plaisante et fluide et devrait plaire à tous les fans d’histoires d’amour compliquées pimentées d’un contexte difficile. Caroline Giraud écrit de façon fluide et adaptée au style Young Adult et je la suivrais avec plaisir. 

livre et rose rose

Une dystopie qui aurait méritée plus de développement mais un roman qui plaira aux amateurs de romance, d’amours compliquées.

Ma note : 6.5/10

Pour acheter et lire ce roman cliquez ici. 

Chronique Livresque·fantastique·Jeunesse

La Légende des 4, tome 1 : Le clan des Loups par Cassandra O’Donnell

Fiche technique :

Flammarion Jeunesse – 352 pages – ebook ou broché – Fantastique

Résumé :

Loup, tigre, serpent, aigle : quatre clans ennemis. Les Yokaïs, créatures tantôt humaines, tantôt animales, vivent dans une harmonie fragile. Maya, l’héritière du clan des loups, et Bregan, du clan des tigres, sont les garants de la paix. Mais pourront-ils résister à leurs instincts profonds pour sauver leurs tribus ?

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie chaleureusement les Editions Flammarion Jeunesse de m’avoir permis de lire ce roman en service presse et pour leur confiance.

Cassandra O’Donnell est une auteure qui est bien connue chez moi, en effet, mon grand est fan de sa série Malenfer. Alors lorsque j’ai vu qu’elle se lançait dans une nouvelle série jeunesse, j’ai sauté sur l’occasion de découvrir sa plume.

Le monde n’est plus du tout tel que nous le connaissons.. L’être humain a détruit son environnement à force d’en vouloir toujours plus et ce sont les Yokaïs qui ont prit l’ascendant et règnent sur les territoires. Les Yokaïs sont composés de 4 clans : les Lupaïs, les Taïgans, les Rapaïs et les Serpaïs qui sont ennemis au point qu’il leur est interdit de communiquer entre eux. Maya est la princesse héritière des Lupaïs et Bregan celui des Taïgans, ils vont être amenés à collaborer et cela ne se fera pas sans dommages..

Cassandra O’Donnell créé ici un monde très riche en fantastique avec une touche de post-apocalyptique (le chariot pour aller à l’école en témoigne..). L’idée de ces êtres à la fois humains et animaux qui dirigent le monde est intéressante et le fait qu’ils ne s’entendent pas entre eux va corser la situation. Les jeunes Yokaïs fréquentant la même école, il semble difficile d’espérer qu’il n’y ait aucune interaction entre eux. Malgré tout, leurs traditions et surtout leur haine des autres clans sont tellement ancrés en eux que chaque situation peut dégénérer rapidement. Bien que ce roman soit classé « jeunesse » j’avoue qu’il m’a embarquée et que j’en ai vraiment apprécié la lecture. L’histoire démarre rapidement avec l’assassinat d’un Lupaï et très vite Maya et Bregan vont tout faire afin d’éviter qu’une guerre éclate.

Les personnages sont vraiment très bien réussis et je ne saurais en choisir un favori. J’ai aimé le caractère donné à chacun des héritiers : Maya est courageuse et a du répondant, Bregan est sensé et fort voir dangereux, Wan, héritier Serpaï, est d’une arrogance et s’une suffisance rare et je l’ai adoré pour ça, quant à Nel, héritière du clan des Rapaïs, elle est d’une ambiguïté extraordinaire entre gentillesse et dangerosité. A ces 4 héros s’ajoutent bien entendu les autres membres de leurs clans, et tout particulièrement Mika, petit frère de Bregan, qui est d’une candeur et d’une naïveté attendrissantes.

Cassandra O’Donnell a réussi à vraiment créer un monde très complet et à nous en expliquer les règles sans que le texte ne soit lourd. Elle nous livre à travers son récit une analyse intéressante de notre société. En effet, des clans qui se livrent la guerre, le manque d’écoute et de compréhension de part et d’autre, l’intransigeance face à l’autre.. tout cela m’a semblé familier. Je découvre ici son écriture qui est vraiment légère et bien adaptée à des adolescents. Ces derniers aimeront sans aucun doute les scènes de bagarres mais aussi la romance naissante et les dialogues à la fois drôles et piquants. Mon seul bémol concerne un manque de descriptions, j’aurais aimé plus de détails sur l’environnement ou les habitations alors que j’ai trouvé que les personnages étaient bien décrits.

Conclusion

Un premier tome captivant et bien mené qui promet une suite palpitante que je lirais avec beaucoup de plaisir. Si vous cherchez une idée de lecture pour vos ados n’hésitez pas un instant à leur faire faire connaissance avec Maya, Bregan et leurs compagnons d’aventure !

Ma note : 9/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici.   

Chronique Livresque·fantastique·Horreur

Mute par Joseph Kochmann

Fiche technique :

Editions Boz’Dodor – 373 pages – ebook – Fantastique

Résumé :

Mute, cow-boy muet aux cheveux rouges et sans aucune mémoire, erre dans un désert brûlant peuplé de créatures mutantes affamées. Une nuit, il entend une voix étrange l’incitant à se rendre au Lycée Vile, vaste et mystérieux établissement gardé par de monstrueux robots guépards.

Au même moment, quatre adolescents : Antoine le curieux, Marianne la courageuse, Josie l’amoureuse et Jonathan l’immature, découvrent que leur proviseur torture et tue en secret des élèves…

Que se cache-t-il dans les profondeurs du Lycée ? Quel est le véritable but de ses occupants ? Et, surtout, qui est cet inquiétant être au corps blanc qui, depuis sa baignoire, observe l’horizon ?

livre magie

Mon avis :

Je remercie chaleureusement l’auteur Joseph Kochmann de m’avoir permis de lire son livre en service presse via le site Simplement. 

J’avoue avoir été intriguée par le résumé, ça avait l’air un peu étrange comme histoire : créatures mutantes, désert, cow boy aux cheveux rouges (why not ?!) .. et les premières pages m’ont confortée dans cette idée. On suit une poignée d’élèves dont Jonathan, Marianne, Antoine et Josie qui vont tenter de comprendre ce qu’il se passe dans leur établissement : le lycée Vile, et ce n’est pas toujours très joli joli !

J’ai très vite été prise dans cette histoire où l’auteur fait preuve de beaucoup d’imagination et même d’une pointe de folie tant cela part loin. Dès le début le ton est décalé parfois drôle parfois gore, on navigue entre fantaisie et horreur et Mute, le cow-boy aux cheveux rouges est une sorte de phare qui nous entraîne à sa suite (enfin pour autant qu’il s’en souvienne..). Les lycéens vont aller de découvertes en révélations en essayant de comprendre ce qu’abrite réellement le lycée Vile. Un lycée où le proviseur crée des sortes de guépard-robots tueurs d’élèves enfreignant le règlement par exemple, charmant non ? Mais c’est aussi un endroit où l’on trouve des monstres vraiment hideux.. 

L’histoire est vraiment originale et comme je le disais surfe sur plusieurs styles avec beaucoup de réussite. Il faut parfois avoir le cœur bien accroché pour certaines scènes mais ce que j’ai particulièrement aimé c’est la facilité avec laquelle on passe d’une scène drôle ou cocasse à une scène violente ou gore sans aucun problème. Les thèmes abordés dans ce livre sont vraiment intéressants et variés comme l’amour, l’amitié mais également le pouvoir. C’est paradoxalement une lecture légère mais abordant des thèmes plutôt graves.. 

Le très gros point fort de ce roman sont ses personnages. J’ai une préférence pour Josie qui m’a semblé tellement réaliste mais j’ai également beaucoup aimé Tom, Antoine, Jonathan et Marianne. Ils sont tous très bien travaillés et réalisés. Chacun a son caractère, sa façon d’être et de penser sans être caricatural. Le personnage qui est, bien sur, exceptionnel reste Mute non seulement de par sa façon d’être mais par cette sorte d’aura d’innocence qu’il dégage. Il est touchant, drôle, décalé.. 

Je découvre grâce à Mute son auteur, Joseph Kochmann, et j’avoue que c’est une excellente surprise. Sa plume est légère et sûre, on sent qu’il sait où il nous emmène (même si c’est un peu flippant de le suivre du coup) et il a réussit à me surprendre jusqu’à la toute fin. Son imagination est débordante, il maîtrise son histoire et ses personnages et nous livre un récit rythmé où l’on ne s’ennuie jamais. Je le suivrais avec beaucoup de plaisir à partir de maintenant !

ZOMBIES 

Un roman décalé, drôle, gore et bien mené qui m’a fait passé un très bon moment, bonbon moment.. mais QUI M’A DONNE FAIM… SI FAIM… 

Ma note : 8/10

Pour acheter et lire ce roman cliquez ici .. 

Chronique Livresque·fantastique·young adult

Anthea – Livre 1 : Les Mastels par Tia Wolff

Fiche technique :

Autoédition – 289 pages – ebook ou broché – Fantasy / Young Adult

Résumé :

16 ans… Le printemps de la vie ! Pour Cassandra et Max, cette phrase va dépasser les limites qu’on lui pose habituellement. Au départ, une amitié ancestrale remontant sur plusieurs générations, des amis, des cours ennuyeux, des coeurs prêts à s’emballer et des matchs de basket à gagner. Le vent léger de l’adolescence. Mais c’était sans compter sur les secrets de famille, sur les squelettes qui dorment dans les placards, sur les légendes qui sont parfois bien plus que ça. Un bruissement infime dans la forêt, il y a de cela de nombreuses années. Un autre siècle. Une autre époque… En apparence anodin mais véritable tempête à venir. Un battement d’aile de papillon en dormance. Il suffira de rien, ou presque. D’un bracelet offert, pas du tout par hasard, pour chambouler leur vie. Comment réagit-on quand on vous apprend soudainement que le monde dans lequel on évolue n’est que mensonge ? Comment assimiler l’incompréhensible ? Comment, surtout, continuer d’être un adolescent lambda avec son quotidien de tracas insignifiants ? Entre doutes, magie, grimoires, secrets et inquiétudes, ils devront se frayer leur propre chemin.

livre magie

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie l’auteure, Tia Wolff, de m’avoir proposé son roman en service presse via le site Simplement et pour sa confiance. 

Dès le prologue le lecteur est mis dans l’ambiance :  deux femmes, un rituel, leur sacrifice. Puis, un grand bond en avant nous emmène directement plus de 300 ans plus tard à la rencontre de Cassandra et Max. Les deux jeunes gens sont amis depuis l’enfance, leurs familles sont très proches et ils partagent tout. Ils vont avoir 16 ans, ont des amis, vont au lycée bref mènent une vie banale d’adolescents jusqu’au jour où un bracelet va tout changer et les faire basculer dans un monde inconnu empli de légendes et de croyances. Ils vont devoir accepter que la magie fait partie de ce monde..  

J’ai de suite été attirée par ce roman non seulement pour sa couverture que je trouve magnifique (et que l’on comprend au fur et à mesure de la lecture) mais également pour son résumé. J’adore ce genre d’histoire où des ados vont sortir du lot et découvrir leur potentiel. Ici les choses se font plutôt lentement et comme c’est un premier tome, j’ai trouvé que c’était vraiment bien amené. On n’est pas noyé sous la masse d’information, l’auteure nous laisse digérer et bien comprendre au fur et à mesure.  

L’histoire tourne autour du duo Casey / Max mais pas seulement, ils ont un groupe d’amis de lycée qui prend un peu de place et qui donne une ambiance non seulement sympathique mais également vraisemblable. En effet, on ne tombe pas dans le cliché des deux ados coupés des autres qui ne vivent que l’un pour l’autre bien au contraire ! Ils ont des amis, des petits amis, sortent, font la fête, sont punis, bref une vrai vie de jeunes de 16 ans. L’auteure réussit à rendre le côté lycéen non seulement présent mais crédible. A cela s’ajoute la découverte de la légende des Mastels, ils vont devoir accepter que leurs vies ne sont pas ce qu’elles semblent être et que d’autres soucis que leurs examens ou leurs matchs de basket vont leur tomber dessus. Pareil pour cette partie de l’histoire, j’ai apprécié que tout ne leur tombe pas tout cuit dans la bouche mais également que leur acceptation ne soit pas immédiate. Ils vont devoir comprendre leurs rôles, celui de l’Energie. Cette histoire est originale car elle touche à la nature et pas uniquement à la magie pure. 

L’histoire se déroule donc plutôt lentement mais de façon continue entre révélations, découvertes, chamailleries et réconciliations. Les personnages de Cassandra et Max sont très attachants car ils sonnent justes et sont plutôt raccords avec leurs âges. J’ai particulièrement aimé Cassandra et son caractère.. si impétueux. Les deux héros prennent beaucoup de place alors les autres personnages sont moins travaillés et j’aurais aimé en savoir plus sur certains comme leurs mères par exemple. Mais c’est un tome 1 et il y a encore beaucoup de révélations à venir.. 

Tia Wolff a une écriture vraiment agréable, légère et fluide qui colle parfaitement à son histoire et à ses personnages. Elle a également une imagination fertile pour avoir inventé ce monde et ces légendes même si j’ai pu deviner certaines choses avant l’heure. C’est un premier tome très sympathique qui m’a fait passé un moment de lecture distrayant. 

Conclusion

Un monde où la magie existe et où deux adolescents vont devoir comprendre leurs rôles dans cet univers. C’est léger mais prenant, c’est agréable et ça se lit rapidement.. Un tome un qui ne donne qu’une envie.. Lire le tome 2 ! 

Ma note : 8/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici..

Chronique Livresque·fantastique

Naphara 1 : La Malédiction par Maddy Facchin

Naphara

Fiche technique :

Rebelle Editions – 210 pages – ebook ou broché – Fantastique / Adolescents

Résumé :

Un démon ne doit jamais tomber amoureux d’une humaine. Naphara en a payé le prix et la malédiction s’est abattue sur sa descendance. . . Les siècles passent, mais le mauvais sort s’acharne ! Luna, une jeune fille triste et solitaire, fera la connaissance d’Éric, un nouveau venu dans son lycée. Qui est-il ? Pourquoi se rapproche-t-il d’elle ? Que lui veut-il ?

livre et feuilles automnes

Mon avis :

Je remercie vivement l’auteure, Maddy Facchin, de m’avoir confié son livre en service presse et pour sa confiance.

Il existe une règle d’or chez les démons : ils ne doivent pas tomber amoureux d’une humaine. C’est pour avoir dérogé à cette règle et être tombé amoureux de Naphara que Sildrax va subir le courroux de Satan et qu’une malédiction va s’abattre sur la jeune femme et sa descendance. Plusieurs siècles plus tard, Luna est une jeune lycéenne dont la vie n’a pas été simple : elle a perdu très jeune ses parents biologiques et a été adoptée. Elle vit dans un cadre familial aimant mais elle se sent malgré tout très seule jusqu’à ce qu’Éric, un nouvel élève arrive dans son lycée.

 Lorsque j’ai débuté ma lecture, j’ai été assez décontenancée. En effet, je trouvais que l’histoire avançait rapidement, jusqu’à ce que je m’aperçoive que l’histoire de Naphara n’était finalement qu’un prologue.  J’ai aimé la façon dont l’histoire est narrée, j’ai trouvé que cela faisait très « conte », le happy end en moins..

Puis, un saut dans le temps emmène le lecteur faire la connaissance de Luna, une jeune fille qui semble assez mal dans sa peau. En effet, elle n’est pas ravie de reprendre les cours au lycée et surtout de retrouver les autres élèves. Luna est très solitaire et les seuls moments où elle s’épanouie sont ceux qu’elle passe en compagnie de sa famille adoptive et surtout avec Alexandra sa petite sœur. Elle va cependant se faire un ami cette année, un nouveau venu, Eric qui va vouloir faire en sorte que Luna soit heureuse.

Dès le départ, le lecteur découvre la nature angélique d’Eric, j’ai trouvé cette démarche originale comparée aux romans traitant du même sujet. En effet, Eric est là pour veiller sur les descendantes de Naphara et leur permettre de mener la vie la plus heureuse possible malgré la malédiction. Mais avec Luna les choses vont être plus compliquées que prévues.

L’histoire est vraiment bien menée même si j’ai parfois trouvé qu’elle était un peu longue à démarrer. On suit finalement la vie d’une jeune lycéenne, ses doutes, ses joies, ses déceptions. Luna est une jeune fille comme beaucoup d’autres, elle se pose beaucoup de questions et son passé douloureux ne l’aide pas à vivre sereinement. Son caractère la pousse à se renfermer sur elle même, à se méfier des autres et surtout à ne pas laisser quiconque percer sa bulle. J’ai beaucoup aimé ce personnage d’adolescente parfois un peu trop mûre pour son âge, qui découvre l’amitié. Son amour pour sa famille adoptive est touchant, son attachement à sa petite sœur est très beau, j’ai beaucoup aimé leur relation.

Le personnage d’Eric est également intéressant car il s’attache à Luna malgré les consignes strictes qui lui sont données et qu’il connaît parfaitement. Les personnages secondaires sont également bien réalisés, mon préféré étant Fabien (mon goût des méchants ressort). La petite Alexandra est également attachante tout comme Mathilde la libraire. Comme dans tous les lycées, il y a le petit groupe de pestes, qui, s’attachent à mener la vie dure à Luna.

L’auteure a une plume fluide et qui colle parfaitement au personnage de Luna qui est la narratrice principale de ce roman. Sa façon de s’exprimer est en adéquation avec son caractère qui est assez mûr pour son âge avec de temps en temps quelques sorties bien senties et bien de son âge. La fin est vraiment inattendue et m’a laissée en attente de la suite que je lirais avec grand plaisir. Mon seul bémol est que j’aurais aimé parfois un peu plus de rebondissements, d’inattendu mais l’auteure a gardé quelques tours dans sa manche et l’action va crescendo d’où une grande envie de lire la suite.

en-conclusion

 Une lecture fantastique très agréable où le bien et le mal tentent de mener l’héroïne vers un destin qui est déjà tout tracé. Un bon moment de lecture en compagnie de la jeune Luna et de son ange gardien Eric..

Ma note : 7.5/10

 

 

 

Chronique Livresque·Horreur

La légende de Spellman par Daryl Delight

la-legende-de-spellman-988187-264-432

Fiche Technique :

Autoédition – 142 pages – ebook ou broché – Terreur

Résumé :

Trois jeunes garçons se racontent chacun leur tour une histoire sur la légende de Spellman. Une légende qui hante les esprits, depuis que quatre adolescents ont été retrouvés massacrés. Le premier évoque un tueur en série sanguinaire. Le second imagine un sorcier avec un pouvoir de résurrection sur les animaux. Le troisième explique que l’esprit de Spellman se nourrit d’âmes humaines. Mais attention. Celui qui aura la moins bonne histoire aura un gage !

pile-de-livres

Mon avis :

Tout d’abord, un grand merci à l’auteur Daryl Delight de m’avoir confié son livre en service presse et pour sa confiance.

Rien que la couverture annonce la couleur… Et vous aurez deviné que c’est ce qui m’a attiré tout d’abord. Ca sent la lecture horrifique, j’adore !  

Ce court roman ouvre sur 3 jeunes amis qui s’installent en forêt pour une soirée un peu particulière. Pas d’adultes dans les parages, un feu, des marshmallows à griller et surtout un but : se raconter à tour de rôle sa version de la légende Spellmann : pour l’un c’est un tueur en série, pour l’autre un sorcier et pour le troisième un esprit dévoreur d’âmes humaines.. Chacun va exposer sa théorie aux autres et va devoir se montrer convaincant : un gage attend le perdant..

Dès le départ, j’ai eu l’impression de me retrouver dans un de ces films d’horreurs des années 1990 où l’on sait de suite que tout va virer à la catastrophe. Les citations à chaque début d’histoire renforcent d’ailleurs cette impression (Ne jamais dire « Je reviens » lorsque l’on quitte une pièce… ça vous rappelle quelque chose ?) Le décor est planté : une forêt la nuit, un feu, trois ados et l’ambiance s’installe. Le lecteur va frémir voir trembler de peur, une lecture idéale en cette période où l’on voit les décorations d’Halloween fleurir un peu partout.

Les trois héros Guillaume, Alexis et Pierre vont prendre la parole à tour de rôle et ce sera à celui qui aura la meilleure histoire. Et pour être la meilleure cette histoire devra être gore, sanglante, effrayante, angoissante.. Vous avez saisi l’idée ? Eh bien, si vous aimez le genre et si dormir la lumière allumée ne vous gêne pas, cette nouvelle est faite pour vous. A chaque récit, les quatre « héros » Jennifer, Willy, Sandra et Alan vont vivre un véritable calvaire dans cette demeure où ils allaient juste passer un petit week-end entre amis. Chacun sa version de la légende de ce fameux Spellman, ce qui donne trois courtes histoires très différentes les unes des autres mais où l’imagination fertile de l’auteur se dévoile. Il ne recule devant rien pour tuer ses 4 personnages ! Quant au gage final, c’est juste la cerise sur le gâteau !

L’idée de cette nouvelle est vraiment excellente, moi qui suis fan des histoires d’horreur je l’ai dévorée en un rien de temps ! Les histoires sont originales, les personnages rappellent vraiment ceux des films américains du genre et l’auteur maitrise son sujet sans aucun doute. Je n’ai que deux bémols à formuler.. Le premier.. Ben que ce soit une nouvelle justement !! Un goût de trop peu !! J’aurai aimé que chaque histoire soit plus développée pour en profiter encore plus. D’autant que l’auteur a un style très direct, épuré qui va droit au but ce qui donne un récit clair et avec un langage souvent cru. Mon second bémol concerne la concordance des temps surtout sur les premières pages. Ca ne gêne pas dans la compréhension de l’histoire bien sur mais j’ai trouvé que c’était un peu dommage. Je découvre grâce à cette nouvelle l’auteur Daryl Delight et j’espère vraiment qu’il persévèrera dans ce genre d’histoire !

en-conclusion

Une très bonne nouvelle pour se faire peur.. A lire idéalement le soir, au coin du feu en dégustant un bon chocolat chaud mais évitez de tourner le dos à la porte, qui sait Spellman n’est peut-être pas loin…

Ma note : 8/10

 

 

Chronique Livresque·dystopie

La Rumeur T2 : L’espoir par Solenne Hernandez

la-rumeur,-tome2--l-espoir-931731-264-432

Fiche Technique :

Editions Bookelis – 404 pages – ebook ou broché – Dystopie / Adolescents

Résumé :

La rumeur continue de poursuivre Oswald, Brewen et les Fuyards. Ils le savent désormais : des Silhouettes sont de leur côté. Mais de nombreuses questions restent sans réponse. Comment sauver les Expérimentés ? Quels sont les vrais desseins du Secteur ? Qui sont leurs alliés ? Que va-t-il advenir de Simon, le seul du groupe à avoir subi l’Expérimentation ? Alors que les événements s’accélèrent chaque jour un peu plus, le Secteur progresse. La Phase 1 se termine. Il est donc temps de passer à la suivante.

pile-de-livres

Mon avis :

Vous ai-je dit à quel point j’aime la plume de Solenne Hernandez ? Oui ! Je vous en ai parlé pour River Castle et Ici pour le Tome 1 de la Rumeur… Et bien, ce tome 2 me confirme, si besoin était, que Solenne a une imagination débordante et une plume addictive.

Ce second tome s’ouvre sur un flash-back. Zac, le père d’Oswald se souvient de la nuit de l’Incendie, celle qui a tout changé dans leurs vies. Il revit ce moment afin de se souvenir toujours de ce que le Secteur leur a fait subir et surtout perdre…

J’avais, à la fin du premier tome, pas mal d’interrogations concernant le Secteur, leurs motivations, en quoi consistait la Phase 2, et bien, cette suite est pleine de révélations ! Le temps est un peu mis entre parenthèse dans ce second tome car l’auteure a privilégié les sauts dans le temps afin de donner au lecteur des explications, de permettre aux personnages de partager leurs souvenirs. Nous allons revivre l’Incendie, la fuite des enfants vue par leurs parents mais également apprendre qui sont les traîtres et surtout pourquoi.

Solenne a su garder le rythme et surtout le côté sombre de son histoire en y ajoutant de nouveaux personnages, de nouvelles pertes et en faisant émerger l’idéologie du Secteur qui, pour moi, n’est pas loin du nazisme. Malgré une chronologie qui n’est pas du tout respectée puisque les flash-backs sont nombreux et à des périodes différentes, on ne se perd pas un instant. L’histoire s’étoffe plus qu’elle n’avance même si on retrouve régulièrement nos héros au temps présent Brewen, Olswald, Eulalie, Gabe et tous les autres Fuyards qui continuent leur lutte contre le Secteur. Ils vont vivre des moments difficiles qui vont renforcer leur détermination à faire tomber ce gouvernement qui opprime et tue. 

Je maintiens ici mon coup de cœur pour Oswald qui est un personnage qui me touche vraiment mais également pour des personnages qui vont être un peu plus mis en avant ici comme les Rebelles dont on comprend mieux l’organisation. Les protagonistes sont assez nombreux mais trouvent tous leur place dans le récit, s’intègrent parfaitement à ceux que l’on connaissait déjà, je pense notamment à Trisha ou Ostra. Ces jeunes fuyardes vont nous permettre de comprendre certains points grâce à leurs souvenirs. On en apprend également plus sur Le Secteur et surtout sur sa dirigeante, sur ses idées, sa façon d’envisager le monde et sa détermination à le « sauver malgré lui ».

J’ai trouvé ce second tome plus sombre que le premier car le fait d’avoir les explications et de connaître le but final du Secteur nous fait sombrer dans une idéologie ignoble où les êtres humains, et particulièrement les enfants, sont considérés comme quantité négligeable. Ils sont sacrifiés sans regrets ni remords déjà dans le tome 1 mais on apprend ici les raisons de cette maltraitance : l’Espoir ! Et c’est tout le paradoxe de cette histoire que j’ai trouvé bien trouvé et amené..

en-conclusion

Solenne Hernandez m’a, une nouvelle fois, embarquée avec elle dans son monde. J’ai vraiment apprécié cette lecture et il me tarde maintenant de connaître la conclusion de cette histoire qui m’aura plongée dans un futur effrayant, sombre mais d’où tout espoir n’a pas disparu…  

Ma note : 8.5 / 10

 

Chronique Livresque·Thriller

Reconstitution par Thierry Moral

reconstitution

Fiche Technique :

IS Editions – 136 pages – ebook ou broché – Thriller

Résumé :

Le 15 aout 2008, à la veille de l’explosion de la Tour B dans la cité des Hérons, le boss organise son grand jeu.

Cinq jeunes sont guidés par Rudy, le meneur. Cinq plus un : JL, l’invité surprise. Le boss ne l’avait pas prévu au programme, mais JL est une balance… Il assistera donc au grand jeu et devra vivre avec sans pouvoir en parler, sous peine de lourdes représailles.

Après plusieurs années de troubles, de malaises et d’isolement, JL se décide enfin à raconter l’histoire sur scène, sous la forme d’une « reconstitution ».

Le boss, psychopathe patenté, laissera-t-il passer ce faux pas ?

Avec « Reconstitution », Thierry Moral nous entraîne dans un univers glaçant et hypnotique, où la violence psychologique prend le dessus sur la violence physique pour nous faire découvrir les plus bas-fonds de l’humanité…

pile-de-livres

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie IS Editions pour ce service presse et pour leur confiance renouvelée.

C’est l’histoire d’une Tour.. Une Tour qui va bientôt être détruite mais où, en attendant, certains ont prit leurs aises. Un peu de trafic, un peu de jeux dangereux, un peu de discussion, la Tour B continue à survivre grâce à ces visites. Un jour, Rudy va y entraîner 5 jeunes à la demande du Boss, mais un 6ème s’incruste, JL la balance. Ce 6ème n’étant pas prévu dans les plans du Boss, il va devoir assister au destin de ses 5 compagnons et taire ce secret sinon le Boss le retrouvera. Jusqu’au jour, quelques années plus tard, il en fait le script d’un spectacle…

J’ai été très surprise par ce roman. Tout d’abord sur sa forme.. En effet, le tout premier narrateur de cette histoire est la Tour B, elle même ! J’ai trouvé cela surprenant et génial à la fois. Humaniser de cette façon un lieu afin de lui faire raconter son histoire est vraiment original. Mais la Tour B cède ensuite sa place à différents autres conteurs puisque différents personnages vont se succéder pour expliquer au lecteur cette histoire.. 

J’ai également été surprise sur son fond.. Le résumé nous explique qu’un jeu organisé par le Boss a eu lieu et que le témoin doit se taire faute de représailles mais qu’il balançait à travers un spectacle malgré tout. Je me suis donc imaginée un thriller où JL allait finir par craquer et où le Boss allait lui courir après.. Mais c’est bien plus complexe que cela. En effet, on apprend assez rapidement ce qui est arrivé dans cette fameuse Tour mais la suite diffère de ce que mon cerveau avait pu imaginer. Malgré des scènes un peu trash, ce thriller se place au niveau psychologique..

Ce roman est une plongée dans l’esprit humain, dans les esprits peuplant cette histoire.. L’auteur y dissèque les intentions, la volonté, l’influence de chacun et surtout du Boss mais aussi d’un policier, d’une mère, d’une balance, d’un jeune… Avec JL on essaye de comprendre comment vivre avec un si lourd secret sur la conscience auquel on ajoute les conséquences d’avoir tout raconté ; avec le Boss on tente de comprendre ses motivations, sa psychologie.. J’ai été déroutée, dérangée, bouleversée, troublée par cette lecture mais je pense que c’était le but de l’auteur : marquer le lecteur.

Concernant les personnages, j’avoue que je ne me suis pas du tout sentie proche d’eux même si j’ai souffert avec JL.. J’ai lu ce livre et suivi ces personnages un peu comme si je l’avais disséqué, j’ai voulu les comprendre, intégrer leurs actes et leurs pensées mais pas forcément les aimer. C’est très déroutant, un peu comme si je les observait dans un bocal et ça m’a beaucoup plu contre toute attente. En même temps je n’avais pas forcément envie de me sentir proche du Boss..

J’ai aussi beaucoup apprécié la façon dont l’auteur intègre à ce très bon récit des phases dans un style plus télégraphique comme par exemple la pièce de théâtre ou la lecture des carnets. C’est une façon vraiment atypique de faire avancer le récit sans se lancer dans de longues descriptions.  Le roman est plutôt court et même si parfois j’aurais aimé plus de développement j’ai trouvé que c’était une lecture rythmée, haletante et surtout addictive.

Je découvre grâce à « Reconstitution » la plume de Thierry Moral mais je l’ai vraiment appréciée et je ne tarderais pas à découvrir ses autres titres.

en-conclusion

Un thriller psychologique particulièrement réussi ! Une lecture prenante, haletante et qui ne laissera aucun lecteur indifférent..

Ma note : 8.5/10

Chronique Livresque·fantastique·Jeunesse

Les Grisommes, T1 : Avènement par Frédéric Livyns

les-grisommes,-tome-1---avenement-716609-264-432

Fiche Technique :

Séma Editions – 228 pages – ebook ou broché – Fantasy / Jeunesse

Résumé :

Une grande menace pèse sur notre monde. Nathan a laissé les Grisommes s’emparer d’une pierre aux pouvoirs immenses. Pour réparer son erreur, l’adolescent doit parcourir différentes dimensions et retrouver les Joyaux qui vont sauver l’humanité. Là-bas, il disposera d’une arme majeure : son imagination. Car c’est elle qui façonnera les univers où il devra se rendre. Qui est l’étrange vieillard qui a confié à Nathan cette mission et quel rôle la belle jeune fille qui l’accompagne dans sa quête va-t-elle jouer à ses côtés ? Mais, surtout, l’imagination de l’adolescent sera-t-elle assez forte pour vaincre celle des Grisommes ? Conçue spécialement dans une forme rappelant les aventures de jeux vidéo, cette histoire de Frédéric Livyns, deux fois lauréat du prix Masterton, enchantera à coup sur les jeunes et moins jeunes lecteurs !

pile-de-livres

Mon avis :

Avant tout, je remercie chaleureusement mon partenaire Séma Editions pour ce service presse et pour leur confiance et gentillesse.

Nathan est un ado qui doit, à son grand désespoir, aller passer quelques jours de vacances chez sa grand-mère. Sauf que lui, sa Granny, il ne la connaît pas ! Il part sans se douter des aventures qui l’attendent.. Il va tout simplement devoir sauver le monde après avoir laisser les Grisommes s’emparer d’un Joyau aux immenses pouvoirs. Nathan va faire connaissance avec un vieil homme et une jeune fille qui vont l’aider dans sa quête.. Son arme pour combattre les Grisommes ? son imagination..

J’avais déjà eu la chance de lire un livre de Frédéric Livyns  « Le miroir du damné » dont vous trouverez ma chronique ICI et j’avais déjà beaucoup aimé sa façon d’écrire. Le découvrir en fantasy jeunesse m’a donc de suite emballée.. Et bien Frédéric Livyns est autant à l’aise avec un thriller fantastique qu’avec un roman destiné à un public plus jeune ! Sa plume est fluide, adaptée aux jeunes lecteurs mais également addictive quelque soit l’âge de la personne qui plonge dans cette histoire.

L’auteur crée ici un monde vraiment intéressant où les Joyaux sont l’essence même de la vie sur Terre. Malheureusement ils ont disparu et les Grisommes vont pouvoir modeler le monde à leur façon. Nathan que tout semble désigner comme étant le héros d’une prophétie très ancienne, va devoir puiser dans son imagination pour vaincre ces Grisommes et récupérer les pierres. A chaque Joyau son monde et sa couleur, ils sont tous aussi différents les uns que les autres et renferment de nombreux dangers. J’ai particulièrement aimé les différents guides qui accompagnent Nathan et Orianne dans leurs recherches avec une mention spéciale à Nade..

Les différents personnages sont vraiment bien construits dans ce roman. Nathan est attachant, courageux et il a des réactions de son âge ce qui est appréciable; Orianne est comme Nathan intrépide et courageuse. Son personnage m’a beaucoup amusé surtout au moment des rencontres avec les guides.. J’aurais aimé en savoir plus sur l’Oraculum mais peut-être apprendrons nous davantage dans le tome 2.

Le visuel du roman est également très bien fait. Non seulement la couverture est très belle mais des illustrations se sont glissées au fil des pages que j’ai trouvé vraiment très réussies.

en-conclusion

Un très bon premier tome pour une trilogie qui s’annonce très prometteuse. Je plonge très vite dans le second tome tant j’ai envie de connaître des aventures de Nathan !

Ma note : 9/10