Chronique Livresque·Jeunesse·policier

Soupçons de Kirsteen Duval

soupcons-980469-264-432

Fiche Technique :

Autoédition – 280 pages – ebook ou broché – Thriller

Résumé :

Sybil et sa mère Maureen fuient le compagnon violent de cette dernière et s’installent dans une ville proche de la frontière du Canada. Leur nouvelle vie se met en place très rapidement, l’avenir semble prometteur. Maureen et Sybil ne tardent pas à tisser des liens amoureux. Le shérif Dan tombe sous le charme de Maureen, alors que Sybil n’en revient pas d’avoir éveillé l’intérêt du très beau Tom. Plus le temps passe et plus le comportement de Tom intrigue Sybil, mais l’amour qu’elle lui porte anéantit sans cesse ses soupçons jusqu’au jour où sa vie bascule…

livre et papillons

Mon avis :

Je remercie l’auteure, Kirsteen Duval, de m’avoir permit de lire son roman en service presse et pour sa gentillesse.

Le roman ouvre sur une scène un peu déroutante, pas de nom, pas de lieu mais le lecteur comprend très vite de quoi il s’agit.. Une femme dans un coffre de voiture. Puis, 2 policiers sonnent à une porte après que l’auteure nous ait fait faire un saut dans le temps de plusieurs dizaines d’années. Ils rendent visite à une vieille demoiselle qui va, à leur demande, leur raconter ses souvenirs datant de 1961..

Dès les premières pages, j’ai été prise au jeu de ce récit. En effet, on sait que l’on est dans les souvenirs de Sybil et même si la scène au départ nous oriente quant à l’issue de l’histoire malgré tout le suspense est présent. En effet, cette image reste an arrière fond dans l’esprit du lecteur qui va essayer de deviner :  Comment ? Pourquoi ? Qui ? Kirsteen Duval laisse tomber au fil des pages de petites miettes qui permettent au lecteur de se faire ses idées.

L’histoire tourne donc autour de Sybil, jeune adolescente et de Maureen sa mère. Elles se sont installées précipitamment à Blossom Creek, à la frontière canadienne, alors qu’elles fuient le compagnon violent de Maureen. Elles s’installent plutôt rapidement et bien dans leur nouvelle existence entre travail, études, nouveaux amis et nouveaux amours.. 

Autant, j’ai prit beaucoup de plaisir à suivre l’histoire de Sybil et Maureen autant j’ai eu un peu de mal avec le personnage de la jeune fille. En effet, j’ai trouvé qu’elle était plutôt versatile et (même si c’est plutôt normal pour une adolescente, parait-il… je ne m’en souviens plus !!) j’ai eu du mal du coup à la cerner et surtout à suivre ses sautes d’humeur. Malgré tout, on ressent l’amour et la fierté qu’elle éprouve pour sa mère ce qui représente le moteur de cette histoire.

Les autres personnages m’ont par contre beaucoup plu surtout les personnages masculins. J’ai trouvé le sheriff particulièrement attachant. J’aurai aimé qu’ils soient parfois un peu plus développés mais ils collent tous très bien avec le style de l’auteure, l’essentiel est là, on connaît leurs histoires sans tomber dans le « trop ».

Le rythme de l’histoire est quant à lui très intéressant.. Le tout début est stressant, on sent l’urgence, on sent le drame mais on ne sait pas où cela va nous mener.. Puis on vit l’installation de Sybil et sa mère à Blossom Creek. Tout se fait tranquillement, les nouvelles rencontres, les amitiés qui se créent, les amours qui fleurissent, la saison qui avance.. Malgré tout quelques indices nous laissent présager que les choses vont se gâter.. et là, ça s’accélère ! Le rythme devient plus soutenu, plus oppressant jusqu’à une fin qui vient boucler la boucle. J’ai particulièrement apprécié cette façon d’écrire, d’autant que l’auteure a une plume fluide et directe. Elle nous donne quelques petits détails, nous laisse apprécier le côté bucolique de la nouvelle vie des deux femmes avant de nous plonger dans le sombre. Le côté jeunesse ressort par moment, surtout avec le comportement de l’héroïne mais encore une fois, c’est cohérent.

Mon seul bémol sera sur la date choisie.. J’ai eu un peu de mal au fil des pages  me projeter dans les années 60 aux Etats-Unis. Quelques petits détails m’ont gênée comme le fait que Maureen soit divorcée par exemple. Je ne suis pas spécialiste en sociologie mais je m’imaginais que le divorce à cette époque n’était pas très bien accepté.

livrelecteurs

Une très bonne lecture qui m’a tenu au fil des pages jusqu’aux explications finales. Un roman Young Adult qui se transforme peu à peu en policier. 

Ma note : 8/10  

 

Chronique Livresque·humour·policier

Brooklyn Paradis Saison 3 par Chris Simon

brooklyn-paradis-saison-3-996948-264-432

Fiche technique :

Éditions du Réalisme Délirant – 166 pages – ebook ou broché – policier / humour

Résumé :

Courtney Burden à tout : un riche et beau mari, Jeb ; deux magnifiques enfants, Cameron et Sawyer ; un métier créatif et une brownstone de trois étages à Brooklyn, New York, là où tout le monde veut vivre. Alors pourquoi chine t-elle dans les rues ? A-t-elle un problème ? Est-elle cinglée ? Non, juste une chineuse compulsive qui adopte les objets pour se rassurer… Avait-elle besoin de ramasser ce canapé au petit matin au bord du fleuve et de le ramener chez elle ? Non, mais elle le croyait abandonné sur ce parking paumé. Sauf qu’il ne l’était pas. Et qu’il appartient à des gars pas cool du tout, qui tiennent à leurs affaires… Et que ces gars, super vénères, vont tout faire pour le récupérer. Et ça, c’est le début de la fin pour Courtney et les siens. Cocaïne, gangsters, argent et sexe : les meilleurs ingrédients pour faire exploser une famille modèle. Il y a une bonne dose d’humour aussi… pour sauver les meubles.

scene-crime

Mon avis :

Un très grand merci à Chris Simon, l’auteure, pour sa confiance renouvelée ! La Saison 3 était attendue de pied ferme et j’ai été ravie qu’elle me la confie en service presse..

Attention, ma chronique risque de vous spolier si vous n’avez pas lu la saison précédente (ce que je trouve parfaitement inadmissible ! non mais !). Bon… pour rattraper votre retard vous pouvez déjà lire mes chroniques pour la SAISON 1 et la SAISON 2.

Les Burden apprennent le décès de Jason, le fils de leurs amis et camarade de leur fils ainé Cameron. Une situation compliquée à gérer émotionnellement qui va entraîner en plus de la peine des rebondissements inattendus chez notre héroïne avec toujours au cœur du problème le fameux canapé et la cocaïne qu’il contient.

Cette nouvelle saison commence assez tristement : le décès d’un adolescent, la peine de son entourage, le désespoir des ses parents.. Les Burden sont touchés par cette perte et mesurent leur chance que cela n’ait pas été Cameron. Ce dernier, quant à lui, oscille entre culpabilité et désir de côtoyer Sam et ses sbires. La vie de toute la famille est donc perturbée surtout lorsque la police s’en mêle.

J’ai retrouvé avec bonheur tous les protagonistes de cette série vraiment géniale : Courtney et sa passion de la glane, Cameron, Sawyer, Harlan le majordome.. Les personnages sont toujours aussi savoureux avec une pointe d’émotion supplémentaire. Chris Simon réussit à donner à chaque personnage plus de profondeur et à nous montrer leurs travers également. Je pense notamment à Jeb, le mari de Courtney, qui m’a choquée par ses décisions, Courtney qui m’a émue lorsqu’elle s’occupe de son amie Katherine. On en apprend également plus sur Harlan qui me fait toujours autant rire mais que j’ai trouvé touchant. Cameron reste le personnage le plus présent puisqu’il est au centre (avec le canapé !) de toute cette histoire de cocaïne. Et bien entendu, Sam et son langage imagé est toujours aussi méchant et drôle.

L’histoire continue parfaitement dans sa lancée, elle est très bien menée. Elle avance de façon toujours aussi rythmée et chaque épisode est un régal. C’est sans doute ce découpage qui fait qu’il n’y a pas de temps mort. Un virage a été prit avec le décès de Jason qui fait que l’histoire devient bien plus grave. On vit la détresse de ses parents, on entrevoit le choc qu’ils subissent. On suit également les difficultés qu’ont Courtney et Jeb avec leur fils adolescent, le dialogue n’est pas toujours simple. Mais il y a toujours un moment où Chris Simon glisse une petite phrase qui va amuser le lecteur, le faire rire et réussir à détendre l’atmosphère.

La plume de Chris Simon m’a encore une fois embarquée dans les rues de Brooklyn en compagnie de Courtney et de sa famille. Elle est fluide, drôle, grave quand il le faut mais toujours aussi addictive puisque maintenant je n’ai vraiment hâte que.. de lire la saison 4 !            

conclusion 6

Une Saison 3 qui m’a énormément touchée et que j’ai tout autant aimé que les deux premières. Cette série est vraiment savoureuse, elle oscille entre l’humour et le drame et rend le lecteur accro comme l’est Cameron du canapé plein de cocaïne…

Ma note : 9/10

 

Chronique Livresque·Non classé·policier

Renversant : rang vert sang par Thomas Lejeune

entre la Drôme et l’Irlande Renversant

Fiche technique :

Editions Bookelis – 374 pages – ebook ou broché – roman policier

Résumé :

Quand une simple randonnée dans la Drôme tourne au drame, tout bascule. Quand c’est votre conjoint qui vous pousse dans le vide, plus rien n’a de sens. Quand vous apprenez que son corps a disparu, vous êtes détruite. Mais quand celui-ci apparaît sur une photo prise en Irlande, il n’y a plus de logique. Des vies déchirées et des aller-retours entre la France et la mythique terre celtique pour un seul but : découvrir la vérité.

café et arbre

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie l’auteur, Thomas Lejeune, de m’avoir permis de lire son roman en service presse et pour sa gentillesse.

Mon attention a été retenue dès le début par la couverture. La bague attire l’œil mais ce qui m’a le plus plu c’est le titre et son effet miroir. J’ai trouvé cela très intriguant et original.

Valentine et Sacha partent en randonnée malgré des conditions météorologiques défavorables et ils semblent à couteaux tirés. Un regrettable accident survient et les deux amoureux tombent d’une falaise. Valentine s’en sort miraculeusement mais Sacha, lui , est porté disparu et déclaré mort. S’ensuit une longue période difficile pour la jeune femme qui, dans son malheur, rencontre Alexis, un journaliste dont elle devient proche. Jusqu’au jour où Alexis va trouver une bague et qu’il va faire des recherches par pure curiosité. Valentine va reconnaître Sacha sur une photo la poussant à tout mettre en œuvre pour le retrouver..

A la lecture du résumé, j’ai de suite pensé que c’était une lecture très prometteuse qui m’attendait. En effet, l’Irlande est un pays que je trouve fascinant et j’avais hâte de voir comment Thomas Lejeune allait nous le faire découvrir à travers son récit. J’avoue que l’auteur a su m’intriguer avec cette histoire, j’avais envie de savoir ce qu’il s’était réellement passé sur ce chemin de grande randonnée : Sacha avait-il essayé de tuer Valentine ? Etait-ce un accident ? S’il était toujours en vie pourquoi n’avait-il pas donné signe de vie à la jeune femme ? La plume légère et fluide de Thomas Lejeune est un atout qui permet au lecteur d’être prit dans l’histoire. J’ai beaucoup aimé cette chasse à l’homme qui entraîne Alexis et Valentine sur les routes irlandaises, surtout Alexis d’ailleurs. Il va remuer des souvenirs douloureux et essayer de faire parler les anciens de la brasserie où ils supposent que Sacha travaillait et ce ne sera pas simple.

J’ai toutefois eu un peu de mal avec les personnages et notamment avec Valentine. En effet, j’ai trouvé la jeune femme très peu attachante avec une légère manie au caprice. Je l’ai trouvé trop autoritaire surtout vis à vis d’Alexis. Je comprends le traumatisme vécu et surtout l’espoir engendré par la découverte de la photo mais je l’aurais aimé un peu plus douce, plus à l’écoute d’autrui. Le personnage d’Alexis par contre m’a plus touché. Il veut le bonheur de Valentine mais n’est pas non plus tout à fait exempt d’intentions discutables, j’ai aimé cette espèce de dualité dans son caractère. Les personnages secondaires m’ont en règle générale plutôt plu surtout les irlandais comme Niels ou Eoin.

 Autant j’ai trouvé que l’histoire était sympathique avec des rebondissements et du suspense autant j’aurai aimé que l’auteur s’attarde un peu plus sur les descriptions des paysages ou des personnages. J’ai eu un peu de mal à m’imaginer les protagonistes physiquement car j’ai trouvé qu’ils étaient somme toute assez peu décrit. Par contre, j’ai beaucoup aimé l’ajout des aurores boréales qui m’a donné envie de les découvrir par moi même. Je déplore malheureusement quelques maladresses de langage et coquilles mais c’est surtout sur la fin que j’ai un bémol. Autant j’ai été prise dans l’histoire au départ autant la fin m’a « laissé sur ma faim » justement. Je l’ai trouvé trop rapide et un peu tirée par les cheveux. Renversant reste malgré tout une lecture agréable pour passer un bon moment.

conclusion

Une lecture sympathique à la recherche de réponses qui va entraîner les personnages entre la Drôme et l’Irlande.

Ma note : 7/10

 

Chronique Livresque·policier

Mauvais week-end par Marie Larantec

mauvais

Fiche Technique :

Editions Samarkand – 180 pages – ebook ou broché – Policier et suspense

Résumé :

Guillaume a disparu. Son cheval a été retrouvé sans cavalier. Au pays des lavandes et des chênes truffiers, cette disparition ne manque pas d’inquiéter sa famille et ses amis. Son oncle, Morin, débarque de Paris et de sa fraîche retraite pour aider à le retrouver. Rapidement, Morin se retrouve face à un mystère que ses années d’expérience à la P.J. ne lui permettent pas de découvrir : pas de nouvelle petite amie, pas de raison de fuguer, pas d’ennemis. Pas la moindre piste pour comprendre. Entre François, l’ami d’enfance de Guillaume, Raphaël, le copain flambeur, Louise la petite amie amoureuse, les jeunes ont des projets différents de leurs parents, les Jean, Morin, Amélie et Charles. Des projets qui créent un peu de friction et font revivre aux parents leurs jeunes années. En décousant le fil des différentes activités des uns et des autres et la topographie de la région de la Drôme provençale, Morin va-t-il réussir à lever le voile sur ces projets secrets, et surtout, va-t-il enfin retrouver son neveu ? Dans ce policier qui a tout du cosy mystery, Marie Larantec nous invite dans une enquête qui prend ses racines dans le pays de Grignan. Parisienne jusqu’au bout des ongles, Marie Larantec a découvert la région de Grignan il y a une quinzaine d’années et en sillonné les routes, à la recherche des truffes, des routes perdues et des caveaux des templiers. Elle en a rapporté de nombreux mystères à résoudre.

café et arbre

Mon avis :

Avant tout, je remercie les Editions Samarkand de m’avoir fait parvenir ce service presse et pour leur confiance.

Guillaume vit dans la Drôme provençale et plus précisément à Grignan. Il a des parents, Amélie et Charles, des amis dont François son ami d’enfance, une petite amie, Louise, et un projet professionnel secret. Mais, au cours d’une balade à cheval, Guillaume disparaît et son oncle Mathieu Morin revient dans la région alors qu’il a quitté son poste à la P.J afin d’essayer de retrouver son neveu et d’éclaircir ce mystère.

Ce roman débute doucement, par une description des lieux. L’auteure met en place le décor, introduit les personnages peu à peu.. Puis on entre dans le vif du sujet : la disparition de Guillaume et le retour de son cheval, seul. L’histoire va vite tourner autour du projet secret de François et Guillaume sans que l’auteure ne laisse entrevoir s’il y a un lien avec la disparition du jeune homme. Les deux amis avaient de grands projets et Louise était également impliquée mais ils gardent le silence en attendant le retour de leur camarade ce qui renforce l’énigme. Un mystère entoure également Raphaël, ami de Louise dont le train de vie interpelle. Le rythme de l’histoire est plutôt lent, l’auteure prend son temps pour que chaque personnage prenne sa place, s’affirme dans son rôle et surtout que l’intrigue s’installe.

On sent à travers l’écriture de Marie Larantec tout l’attachement qu’elle porte à la région de Grignan. Ses descriptions sont poétiques mais précises, grâce à sa plume elle instaure une sorte de climat de calme autour de cette région et j’ai eu l’impression de m’y promener. On sent à travers les personnages que les habitants s’y sentent bien, qu’ils s’y plaisent. Elle s’exprime avec des phrases courtes sans emphase ni prétention qui font que malgré l’urgence de la situation de la disparition de Guillaume, la lecture semble paisible.

L’histoire est intéressante et dès le départ on a envie d’en savoir plus sur les personnages, leurs histoires respectives et surtout ce qu’il a pu advenir de Guillaume. Est-il encore en vie ? As-t-il été kidnappé ? Tué ? Des secrets ressortent et épaississent le mystère, parfois au détour d’une simple phrase. Toutefois, j’ai trouvé que parfois le récit manquait de détails, d’explications. Tout va plutôt vite une fois l’histoire lancée et j’aurai aimé que les choses se déroulent un peu moins facilement.

Les personnages étant peu nombreux on les cerne assez rapidement bien que le lecteur ne soit pas à l’abri de quelques surprises. Marie Larantec nous les rend tous attachants de par leurs histoires personnelles, leur vécu mais également leur façon d’être. Certains m’ont plu plus que d’autres, j’ai un attachement particulier pour Violette et Emmanuel, les jumeaux amis de Guillaume. A contrario, j’ai trouvé Amélie beaucoup trop froide pour une mère dont le fils (même grand) a disparu. Elle fait sans doute preuve de pudeur mais j’ai eu du mal à m’identifier à elle.

conclusion 6.png

Un roman policier qui m’a fait penser à un Miss Marple : calme, posé et avec des déductions clairvoyantes. Des personnages sympathiques pour une lecture agréable et qui m’a fait voyager à Grigan.

Ma note : 7.5/10

Chronique Livresque·policier·Romance

Les hommes ne lisent pas de romance de Nico Bally

les hommes ne

Fiche Technique :

Auto-édition – 224 pages – ebook ou broché – Feel-good / Policier

Résumé :

Roméo Galli rêve de devenir journaliste criminel. Mais le seul job qu’il parvient à décrocher est la nécrologie de Lady Myrtille, une célèbre romancière qui a écrit une centaine de romances. Trop macho pour avoir déjà ouvert un livre à l’eau de rose, Roméo va devoir s’y plonger sérieusement, surtout qu’il sent que cette mort prétendument naturelle pourrait bien être un meurtre…

Aidé par la charmante petite-nièce de la romancière, hébergé par son père qu’il n’a pas vu depuis vingt ans, coincé entre une éditrice sulfureuse, un vieux grincheux, des jumelles pâtissières et toute la population farfelue du village le plus paumé du monde, Roméo va devoir gérer une enquête tortueuse, une histoire d’amour maladroite et… un lapin et un chat caractériels.

Entre comédie feel-good, romance légère et enquête littéraire, Les hommes ne lisent pas de romance rend hommage aux livres les plus méprisés et les plus lus de l’histoire de la Littérature : les romans à l’eau de rose.

pile-de-livresMon avis :

Un grand merci à Nico Bally, l’auteur, de m’avoir permit de le lire à nouveau en service presse et pour sa confiance renouvelée.

C’est le second roman que je lis de Nico Bally et encore une fois il a réussi à m’embarquer dans son histoire (pour mémoire, son roman TAUPE est juste excellent, vous trouverez ma chronique ICI).

Roméo Galli est un journaliste qui rêve d’enquêtes criminelles.. mais il revient à Croquignole, village de son enfance, contraint et forcé par les aléas de la vie. Il décroche un job pour la Gazette locale : écrire la nécrologie de Lady Myrtille, célèbre romancière tout juste décédée. Et c’est à partir de là que l’aventure commence pour Roméo entre la lecture de romances, les Croquignolais et Croquignolaises, Mister Darcy et Lizzy, ses journées ne vont pas être de tout repos.. sans compter cette odeur persistante de noix de coco..

C’est en compagnie de Roméo que le lecteur va visiter le charmant village de Croquignole, faire connaissance avec ses habitants, apprendre à connaître leurs traditions.. Et il faut dire que malgré son isolement, Croquignole n’est pas le village le plus calme du monde ! Personnellement j’en ai adoré l’ambiance ! C’est un petit bourg très vivant où vous trouverez des commerçants enjoués ou murmurants, où les fêtes et autres réunions se succèdent et où vous pourrez trouver dans toutes les maisons les romances de la célébrité locale : Lady Myrtille.

L’histoire se déroule donc dans ce charmant village et Roméo Galli va s’atteler à interroger les voisins de Lady Myrtille afin d’écrire la nécrologie demandée. Il va très vite soupçonner que le décès de la vieille dame n’est pas si naturel qu’il en à l’air et va mener son enquête. Il va également commencer à lire les romances écrites par Lady Myrtille, qui sait un indice s’y cache peut-être…

J’ai adoré chacun des personnages présents dans cette histoire.. Entre Meg-la-touffe, le docteur Zoé, le vieux Hart ou Mr Galli Père, ils sont drôles, farfelus, touchants.. L’auteur leur a donné une véritable identité une histoire, ils sont bien construits, pensés. Quant au personnage principal, Roméo même s’il arrive à Croquignole plein de préjugés : les campagnards, les romances, il va vivre une aventure personnelle vraiment intéressante. Au delà du fait qu’il mène l’enquête sur la mort de Lady Myrtille, c’est surtout lui-même qu’il va découvrir. Il va devoir se mettre à nu pour vraiment comprendre si sa véritable attente est l’aventure comme il le pense. Et puis.. qu’est ce que l’aventure ?!

Et la myrtille sur le muffin sont tous les extraits des romances qui entament chaque chapitre, j’ai adoré le clin d’œil. Ca m’a même donné envie de lire des romances…  

Nico Bally nous montre ici une autre facette de son talent. Après le Steampunk pour lequel j’avais eu un coup de cœur, le voilà dans un style romance – policier où sa plume est tout aussi efficace ! C’est une lecture fraîche, légère, drôle, sympa, bien écrite . Pour ma part, j’ai passé un excellent moment, j’ai beaucoup ri et je n’ai pas pu le lâcher avant de connaître le fin mot de l’histoire.

en-conclusion

Un roman qui ressemble à un gros cupcake ! Une douceur qui donne le sourire et vous laisse un goût de sucre tout doux dans la bouche..

Ma note : 8,5 / 10

 

Chronique Livresque·humour·policier

Brooklyn Paradis – Saison 2 par Chris Simon

brooklyn-paradis-saison-2-l-integrale-955513-264-432

Fiche Technique :

Éditions du Réalisme Délirant – 160 pages – ebook ou broché – policier / humour

Résumé :

Vous si vous étiez riches, seriez-vous des bons riches ? Courtney Burden à tout : un riche et beau mari, Jeb ; deux magnifiques enfants, Cameron et Sawyer ; un métier créatif et une brownstone de trois étages à Brooklyn, New York, là où tout le monde veut vivre. Alors pourquoi chine t-elle dans les rues ? A-t-elle un problème ? Est-elle cinglée ? Non, juste une chineuse compulsive qui adopte les objets pour se rassurer… Avait-elle besoin de ramasser ce canapé au petit matin au bord du fleuve et de le ramener chez elle ? Non, mais elle le croyait abandonné sur ce parking paumé. Sauf qu’il ne l’était pas. Et qu’il appartient à des gars pas cool du tout, qui tiennent à leurs affaires… Et que ces gars, super vénères, vont tout faire pour le récupérer. Et ça, c’est le début de la fin pour Courtney et les siens. Cocaïne, gangsters, argent et sexe : les meilleurs ingrédients pour faire exploser une famille modèle. Il y a une bonne dose d’humour aussi… pour sauver les meubles.

pile-de-livres

Mon avis :

Un grand merci à Chris Simon, l’auteure, pour sa confiance renouvelée, j’en suis très touchée. Pour mémoire, vous trouverez ma chronique de la Saison 1 ICI. Si vous n’avez pas encore lu cette première partie (ce n’est pas sérieux !! allez !! allez !!) ma chronique risque de vous spoiler..

Comme toute bonne série, les choses reprennent là où l’épisode précédent s’était arrêté avec en prime un petit résumé pour les têtes en l’air ! Nous retrouvons donc Courtney qui a réussit à récupérer son canapé d’un cambriolage raté vu que les voleurs ne sont partis qu’avec un coussin et elle en est ravie puisqu’elle pense pouvoir remplacer ce coussin facilement. Bien entendu les choses ne changent pas, Courtney reste une glaneuse d’objets abandonnés compulsive, son mari Jeb pète un câble face à la passion de sa femme et Harlan le majordome frôle la crise de nerfs..

J’avais été enchantée par la saison 1 qui m’avait beaucoup fait rire, j’en attendais donc beaucoup de cette seconde saison. Eh bien, je n’ai pas été déçue !

Tout d’abord, l’histoire.. J’ai trouvé cette seconde partie plus sombre que la première. En effet, le fait que le canapé rempli de cocaïne reste finalement chez Courtney va avoir de nombreuses conséquences pas toujours drôles. Les mafieux, et en particulier Sam, vont prendre au sérieux leurs rôles de méchants et les choses vont virer un peu plus au dramatique. J’ai trouvé ce virage très bien réalisé et, malgré ce côté grave, de nombreuses scènes viennent alléger l’ambiance (une certaine scène de la benne à ordure est particulièrement savoureuse.. ). L’histoire tourne toujours autour de ce fameux meuble mais d’autres ramifications viennent s’y ajouter avec l’apparition de la mère de Courtney et leurs relations compliquées par exemple.

Les personnages changent un peu également. Ils sont toujours dans leurs rôles bien sur mais les choses sérieuses sont entamées et les dialogues sont également plus solennels. L’humour de la première saison est toujours présent mais moins mis en avant, l’histoire prenant le dessus. Certains personnages vont évoluer rapidement, je pense notamment à Cameron, fils ainé de Courtney, qui va se frotter aux dealers et prendre un chemin compliqué. D’autres restent tels qu’ils l’étaient pour notre plus grand plaisir comme Courtney qui cherche toujours les bonnes affaires, Harlan le majordome qui m’a fait vraiment rire mais que je plains de tout mon cœur pour ses conditions de travail. On découvre également la collection un peu ragoutante de Sam, chef mafieux.

Dans cette seconde saison, Chris Simon nous montre tout son talent car elle réussit à garder le côté léger de l’histoire tout en y intégrant des passages plus durs voir tristes. Le rythme est toujours aussi entraînant et la plume de l’auteure toujours aussi agréable, fluide et drôle. Cette suite est tout aussi réussie que la première et mon seul et unique bémol est qu’il va falloir attendre quelques mois pour pouvoir lire la suite !!

en-conclusion

Une saison 2 aussi déjantée que la première avec un peu plus de gravité, installez vous dans votre canapé (attention au coussin manquant !!) et ouvrez ce livre, vous ne le regretterez pas !

Ma note : 9/10

Si vous souhaitez acheter ce livre, cliquez sur la couverture en haut de l’article.

 

Chronique Livresque·humour·policier

Comment j’ai tué sept personnes avec une agrafeuse de Svetlana Kirilina

comment-j-ai-tue-sept-personnes-avec-une-agrafeuse-646094-264-432

Fiche Technique :

Autoédition – 157 pages – ebook ou broché – Humour / Roman policier

Résumé :

Au commissariat de Jauneprairie, on est sur le pied de guerre. Un crime des plus sanglants vient de secouer la ville. Le coupable ? Oh, inutile de le chercher trop loin. Il n’a pas jugé bon de se cacher pour mettre la police en déroute. Non, non. Il a préféré se rendre, sa conscience le chatouillait… Et en plus, il a décidé de ne pas se faire prier pour raconter son histoire. Tout est donc bien qui se finit bien ? Si seulement…

pile-de-livres

Mon avis :

Je remercie chaleureusement Svetlana Kirilina pour ce second service presse. Je vous parlais hier du coup de cœur que j’avais eu pour « Les pâtes froides » et ce deuxième roman est complètement différent..

Le stagiaire à l’accueil du commissariat de Jauneprairie voit arriver un beau matin Huguetin Bienassis.. Ce dernier est venu avouer un crime : il aurait tuer 7 personnes avec une agrafeuse, et il est bien décidé à tout raconter ! Mais va-t-on vraiment l’écouter ?

Ce qui m’a tout d’abord attirée dans ce livre c’est son titre.. Un titre comme je les aime ! Et bien sur cette jolie couverture un peu naïve, colorée.. Cet ensemble est tellement représentatif du contenu du roman qu’il en est parfait.

Et lorsque j’ai commencé à le lire, j’ai su dès les premières pages que j’allais passer un très bon moment ! Il faut dire que dans le style farfelu, il se pose là !

Tout d’abord la forme.. Svetlana Kirilina nous livre ici un roman dont on pourrait penser qu’il est une pièce de théâtre sans mise en page. Il n’y a que des dialogues ! Aucunes descriptions hormis celles que donnent les personnages, aucune indication extérieure, ni temporalité.. tout est dans l’échange. Et j’ai trouvé cela particulièrement bien trouvé !

Cette façon d’écrire est atypique (encore !) mais donne un rythme d’enfer à l’histoire et j’ai complètement adhéré. On le lit donc très rapidement, en ayant un peu l’impression d’assister à un match de ping-pong entre les personnages. Les dialogues sont complètement déjantés, la plupart du temps dévient de leur but initial et on se demande si un bon psy n’aurait pas sa place dans ce commissariat.

Les personnages sont également tous plus loufoques les uns que les autres.. Entre le stagiaire qui a une collection pas très saine, la médecin légiste fan de cookies, le détective adepte de dentelle au fuseau je ne saurais choisir celui qui m’a le plus amusée. Leurs échanges nous permettent d’en apprendre plus sur leurs personnalités, leurs façons de voir mais également leurs petits travers.

L’auteure a également inventé tout un monde autour de ces protagonistes et au fil des pages vous découvrirez ce qu’est une rougette, des métiers comme créateur d’arcs-en-ciel ou (et là c’est mon préféré !) gestionnaire des feuilles perforées.. Bref, on ne s’ennui pas une seconde !

J’ai passé un très bon moment à Jauneprairie et ce roman restera dans ma mémoire comme l’un des plus singuliers et amusants que j’ai lu.

en-conclusion

Un roman atypique, drôle et déjanté qui vous fera passer un très bon moment avec ses dialogues aussi savoureux que des cookies !

Ma note : 8.5/10

Si vous souhaitez acheter ce livre : cliquez sur l’image de couverture en haut de l’article