Chronique Livresque·fantastique·humour·nouvelle

L’heure maudite par Laurence Puzenat

l'heure maudite

Fiche technique :

Autoédition – 55 pages – ebook – Fantastique / Humour /  Nouvelle

Résumé :

Nicole est une trentenaire tout ce qu’il y a de plus banale. Jusqu’à cette nuit, celle où elle trouva un nain nu dans le local à poubelles de son immeuble. A cet instant… Tout bascula (et pas pour le meilleur). Découvrez ce qu’il se cache au plus profond de la Terre, découvrez qui tire les ficelle depuis le début dans ce roman fantastiquement drôle.

café et arbre

Mon avis :

Avant tout, je remercie vivement Laurence Puzenat, l’auteure, pour m’avoir confié cette nouvelle en service presse et pour sa gentillesse.

Nicole est une jeune femme sans histoire, à la limite de la banalité qui se partage entre un travail inintéressant et une vie routinière. Un soir, dans le local à poubelle, elle tombe sur Marvin, un nain tout nu et au langage coloré. Autant dire que la vie de Nicole ne sera plus jamais la même…

Et oui ! Encore un format court ! Quand je vous dis que j’y prends goût.. Et celui-ci est tout particulièrement savoureux. Je vous explique le contexte.. Je me pose dans la salle d’attente chez mon médecin, un mardi soir, sans rendez-vous. Vous le voyez le monde qui attend son tour en se toussant dessus les uns sur les autres ? Je me dis « tiens ! et si je commençais L’heure Maudite ! Il a l’air sympa ! » Cruelle erreur !! Parce que toutes les personnes qui étaient présentes ont assisté avec leurs yeux globuleux et leurs nez qui coulent à mes ricanements.. J’essayais de les camoufler en toussant sauf que moi.. j’y allait pour une douleur au rein ! Peu crédible la toux.. et j’ai beaucoup ricané !!

Il faut dire qu’entre les personnages loufoques, l’histoire et surtout la façon d’écrire de l’auteure il y avait de quoi glousser ! J’ai adoré la plume de Laurence Puzenat qui est drôle, punchie, déjantée par moment même..

Nicole est d’une banalité affligeante mais une fois qu’elle aura retrouvé sa liberté (vous voudriez bien savoir comment !! non je ne dis rien..) elle devient Super-Nicole la reine de la vanne et du coup de pied ! Elle m’a fait mourir de rire (discrètement..). Et sinon le nain aux cheveux longs et soyeux et accessoirement tout nu ? Et ben pareil ! Non seulement il est culotté (sans mauvais jeu de mot) mais en plus il est drôle, menteur, manipulateur.. bref il est génial ! Il faut dire qu’il a de la répartie et souvent des manières percutantes et peu orthodoxes pour faire pencher la balance de son côté. Ils vont être amenés à s’associer et ce que je peux vous dévoiler qu’il y a en jeu : de l’argent, la liberté et.. Nabila !

L’histoire est vraiment bien ficelée et franchement je l’ai trouvée trop courte.. (enfin c’est une nouvelle faut pas oublier..). Parce qu’apprendre que nous autres humains n’avons absolument aucun libre arbitre et que tous nos faits et gestes dépendent de l’humeur et du bon vouloir des nains vivants au centre de la Terre c’est quand même perturbant. En attendant, c’est une nouvelle pleine d’humour avec un duo de choc en héros décalés et qui m’a fait passer un excellent moment entre rigolade et réflexion. Parce que j’ai trouvé que l’auteure, malgré le ton humoristique, nous amène, en effet, à réfléchir sur la routine qui est au cœur de nos vies en règle générale.

conclusion

Si vous avez envie de rire et de découvrir pourquoi Marvin et Nicole sont obligés de collaborer malgré leurs différences et surtout qui tire réellement les ficelles, n’hésitez pas un instant.. Mais gardez toujours à l’esprit qu’il faut se méfier de l’heure maudite !

Ma note : 9.5/10

 

 

Chronique Livresque·fantastique·nouvelle

Lazare Donatien : Les runes de Myrdal par Virginia Besson Robilliard 

lazare-donation---les-runes-de-myrdal-957254-264-432

Fiche technique :

Iggybook – 43 pages – ebook – Fantastique / Nouvelle

Résumé :

Avez-vous déjà ressenti un certain malaise envers un vieil objet ? Quelque chose dont vous avez hérité et dont vous ne savez pas quoi faire la plupart du temps ? De tous temps, les hommes ont cherché à percer les mystères qui se présentent en rencontrant plus ou moins de succès dans leur entreprise. Je ne prétends pas apporter plus de réponses que d’autres à ces nombreuses questions, ce n’est pas mon travail. Mais si d’aventure des évènements bizarres commençaient à se manifester autour de vous de façon impromptue, ce serait alors le moment choisi pour songer à faire appel à moi. Qui suis-je ? Un être étrange, travaillant pour des causes plus étranges encore… je suis le Drockhead !

livrelecteurs

Mon avis :

Je vous l’avais bien dit que je vous reparlerais très vite de Lazare Donatien et de la suite de ses aventures ! Cette chronique risque de vous spolier la 1ère nouvelle si vous ne vous êtes pas encore précipités pour la lire alors hop ! On lit « L’écritoire » et on revient ici pour connaître la suite…

Ce second opus débute par un repas organisé par Lazare pour son nouvel apprenti Dimitri Valevsky. Hors, se présente un nouveau client et une nouvelle aventure qui va faire se confronter notre Drockhead à de mystérieuses runes, des esprits frappeur et un marionnettiste. 

J’ai retrouvé avec plaisir Lazare Donatien et ses tenues improbables, Zeph et sa répartie et bien sur Dimitri Valevsky que l’on avait rencontré dans le précédent tome et qui confirme ici son souhait de devenir apprenti Drockhead. Le trio va se lancer à la poursuite d’un marionnettiste tirant les ficelles de 5 esprits frappeurs.

L’histoire est toujours aussi plaisante et addictive. L’ambiance me plait beaucoup dans cette série, elle est sombre mais avec une pointe d’humour. L’auteure développe dans ce second tome les fonctions d’un Drockhead, on en apprend donc plus sur Lazare Donatien et son rôle. Cela permet de commencer l’apprentissage de Dimitri mais du coup j’ai trouvé que l’enquête se faisait attendre. Par contre une fois lancée, elle est prenante même si j’aurais aimé un peu plus de détails. J’ai trouvé que tout allait un peu vite cette fois.. Malgré tout, cette seconde aventure est toujours aussi agréable à lire.

Virginia Besson Robilliard développe un peu plus les personnages comme je l’ai dit pour Lazare mais également pour Zeph. J’ai un gros faible pour Zeph qui me fait beaucoup rire et je suis surtout intriguée par sa relation avec Lazare. On apprend aussi à mieux connaître Dimitri qui va certainement prendre une place plus importante par la suite en tant qu’apprenti. Mais j’aime déjà son caractère franc et fonceur.

L’écriture est toujours aussi agréable, l’auteure a vraiment une plume fluide et percutante. Un aspect dont je n’avais pas parlé la dernière fois mais qui me semble également important sont les couvertures. J’adore les 2 premières et les suivantes sont aussi très réussies. Je trouve qu’elles reflètent bien l’histoire et l’ambiance. Celle-ci a un côté très shakespearien qui me plait particulièrement.

Je ne vous étonnerais pas en vous disant que ce n’est pas la dernière fois que je vous parle de Lazare Donatien et de ses aventures !

conclusion   

Une second opus tout aussi addictif avec des personnages hauts en couleurs et une histoire où l’on croise des esprits frappeurs. Une suite qui a confirmé mon coup de cœur pour cette série alors j’espère lire la suite très rapidement !

Ma note : 9/10

 

 

Chronique Livresque·fantastique·humour·nouvelle

Lazare Donatien : L’écritoire par Virginia Besson Robilliard

lazare-donatien---l-ecritoire-967535-264-432

Fiche technique :

Iggybook – 42 pages – ebook – Fantastique / Nouvelle

Résumé :

Avez-vous déjà ressenti un certain malaise envers un vieil objet ? Quelque chose dont vous avez hérité et dont vous ne savez pas quoi faire la plupart du temps ? De tous temps, les hommes ont cherché à percer les mystères qui se présentent en rencontrant plus ou moins de succès dans leur entreprise. Je ne prétends pas apporter plus de réponses que d’autres à ces nombreuses questions, ce n’est pas mon travail. Mais si d’aventure des évènements bizarres commençaient à se manifester autour de vous de façon impromptue, ce serait alors le moment choisi pour songer à faire appel à moi. Qui suis-je ? Un être étrange, travaillant pour des causes plus étranges encore… je suis le Drockhead !

livre et feuilles automnes

Mon avis :

Je remercie vivement Virginia Besson Robilliard, l’auteure, de m’avoir confié son livre en service presse.

Un matin, alors qu’il ouvre sa boutique d’antiquités, Lazare Donatien voit arriver un jeune homme qui semble un peu perturbé. Celui-ci vient le consulter à propos d’une étrange affaire tournant autour d’un écritoire ayant appartenu à feue son aïeule.

Moi qui adore les histoires de fantômes et qui adhère de plus en plus au format court, j’avoue que je me suis rapidement laissée tenter. Cette courte nouvelle est la première d’une série où le héros, Lazare Donatien est un Drockhead, c’est à dire qu’il règle les problèmes ayant trait à l’au-delà et plus précisément aux fantômes. Ce premier opus entame vraiment bien la série car il pose les bases, explique au lecteur ce qu’il doit s’avoir pour s’immerger dans le monde de Lazare et nous y fait pénétrer doucement.

L’histoire tourne autour d’une famille aisée, d’un écritoire ancien et des phénomènes que celui-ci engendre. Dès les premiers mots, j’ai été prise dans ce récit où règnent le mystère et le paranormal et qui m’a vraiment plu et embarqué. Les dons de Lazare Donatien semblent être extraordinaires et j’ai hâte d’en apprendre plus sur sa fonction ainsi que sur le monde que l’auteure a créé. En effet, il y a des fantômes, des spectres vagabonds et je suis certaine que ce premier épisode n’est qu’une mise en bouche de ce que Virginia Besson Robilliard nous réserve.

Outre l’histoire, j’ai eu un gros coup de cœur pour le personnage principal, Lazare Donatien. Celui-ci est vraiment fantasque, atypique et drôle. Son valet et compagnon Zeph m’a beaucoup fait rire et j’ai apprécié tout particulièrement leur complicité (même si Zeph n’est pas ravi de son travail…). Je ne dévoilerais pas leurs particularités mais ils forment un duo de choc ! Les personnages secondaires sont également sympathiques et touchants, j’ai hâte d’en apprendre plus sur certains..

Je découvre grâce à cette nouvelle la plume de Virginia Besson Robilliard et je dois dire que c’est une magnifique découverte. J’ai vraiment aimé sa façon d’écrire fluide, prenante, addictive. Le vocabulaire est varié et adapté aux personnages avec un style enlevé et bourré d’humour. Une magnifique surprise !

en-conclusion

Vous aurez compris que j’ai eu un gros coup de cœur pour Lazare et le premier tome de ses aventures. De l’humour, du paranormal, un héros farfelu.. tout ce que j’aime et à mon avis, vous n’avez pas fini d’en entendre parler !

Ma note : 9.5/10 

Chronique Livresque·Historique·nouvelle

Du sang sur les blés par Loïc Dossèbre

du-sang-sur-les-bles-997325-264-432

Fiche technique :

Autoédition – 20 pages – ebook – Nouvelle

Résumé :

Lorsqu’un prêtre s’éprend d’une jeune fille, les paroissiens restent silencieux. Et l’horreur se glisse dans ce petit village du XIXe siècle, jusqu’à ce que survienne l’inéluctable, jusqu’à ce que le sang coule.

Cette nouvelle fait office d’introduction à une série de romans à venir, lesquels auront pour théâtre les dernières années de l’époque victorienne. On y traquera un meurtrier, meurtrier dont ce récit narre le premier crime.

livrelecteurs

Mon avis :

Tout d’abord je remercie chaleureusement l’auteur, Loïc Dossèbre, de m’avoir confié sa nouvelle en service presse et pour sa confiance.

Ismérie est une jeune femme vivant dans un petit village au XIXè siècle qui, à son grand désarroi, devient l’obsession du père Maxence. Ce prêtre qui de par son charisme et le pouvoir qu’il exerce sur ses ouailles réussit à obtenir tout ce qu’il souhaite. Malheureusement, il laisse Ismérie indifférente à son grand damne, il va donc essayer de forcer le destin.

Dès les premières lignes de cette nouvelle le ton est donné. Le père Maxence n’est pas un prêtre bon ou pieu, il utilise la religion et son poste pour asseoir son pouvoir sur la population locale, pour en tirer profit et surtout obtenir les faveurs de ces dames. On le sent orgueilleux, imbu de sa personne, n’ayant que peu (ou pas) de scrupules. Ismérie est la seule jeune femme à lui résister et surtout à ne pas succomber à ses charmes. Cela va d’ailleurs entraîner le père Maxence a des extrémités assez effrayantes qui feront couler le sang..

Malgré un récit très court puisque c’est une nouvelle, j’ai beaucoup aimé les personnages. Le père Maxence est parfaitement décrit, il est détestable au possible, il réunit quasiment tous les péchés capitaux: luxure, orgueil, l’envie ce qui est le comble au vu de sa fonction. Ismérie, quant à elle,  est attachante, gentille et l’on ressent son attachement pour sa famille que ce soit sa mère ou ses frères. Et cette affection est réciproque, c’est certain au vu des sacrifices consentis. Les personnages secondaires comme Mme Bonnefoy, la mère de la jeune femme, sont également bien campés.

Je découvre ici la plume de Loïc Dossèbre que j’ai trouvé vraiment addictive. En effet, chaque mot est utilisé à bon escient, il ne fait pas de fioriture tout en décrivant parfaitement les scènes. Le texte est léger et l’écriture fluide malgré une ambiance pesante. J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à lire ce récit qui donne envie d’en découvrir encore plus.

Cette courte nouvelle est l’introduction a une série de romans dont le personnage central fait ici une brève apparition (mais pas des moindres.. je vous laisse le découvrir..) et se situeront pendant l’ère victorienne. Si Loïc Dossèbre conserve le même ton et façon d’écrire, je suis certaine que ces romans seront un régal à lire.

en-conclusion

Une nouvelle où se mêlent désir, obsession, peur et un personnage mystérieux.. Une future série prometteuse grâce à cette introduction vraiment bien écrite et prenante.

Ma note : 8.5/10