anticipation·Chronique Livresque·nouvelle

Blouse blanche et 5 nouvelles d’Anticipation par Jean-Baptiste Van Dyck

Quelques informations…

NDB Editions – 190 pages – Broché – Littérature / Anticipation / Nouvelles

Un résumé ? 

Un infirmier, Antoine, est fou amoureux de sa collègue. Il idéalise son désir ardent dans ses pensées et ne voit pas la réalité de son quotidien lui échapper complètement. Une ambiance de service psychiatrique en mode nocturne. Une veillée habituelle, l’accalmie avant la monstruosité. Suivi de 5 nouvelles d’anticipation sociétales et réalistes, ayant pour cadre un monde de demain pas très éloigné de celui dans lequel nous évoluons déjà. Une anticipation violente mais vivante.

livre et papillons

Mon avis : 

Avant tout, je remercie chaleureusement l’auteur Jean-Baptiste Van Dyck ainsi que NDB Editions de m’avoir adressé ce service presse et pour leur gentillesse. 

Le format « nouvelle » est un exercice difficile, je vous en ai parlé déjà à plusieurs reprises. Développer une histoire, des personnages en si peu de pages n’est pas la chose la plus simple à faire. Et c’est sans doute pour cela que pendant longtemps j’ai fuit face à ce format. Mais après plusieurs bonnes surprises, j’y ai pris goût et ce n’est pas Jean-Baptiste Van Dyck qui va m’en détourner, bien au contraire ! 

En effet, ce recueil regroupe 6 nouvelles et contrairement à la couverture qui semble « proprette » et lumineuse, les histoires dans lesquelles nous plonge l’auteur sont sombres, glauques, sanglantes, dérangeantes… 

La première nouvelle nous fait découvrir Antoine.. Antoine est infirmier de nuit en hôpital psychiatrique mais il est aussi artiste et surtout timide maladif. Il ne s’intègre pas aux équipes et lorsqu’il entame un binôme avec la jolie Clarisse, il sait qu’ils sont fait l’un pour l’autre, il le sent. Cette première nouvelle nous précipite dans une ambiance particulière plutôt pesante où le lecteur partage les pensées d’Antoine, ses désirs, ses envies sans qu’ils ne deviennent forcément réalité..

Avec «Le cul de sac de Douglas» on pénètre dans une salle d’opération où tout ne se passe pas forcément bien (les petits morceaux de cadavres en attestent !). C’est déjà glauque mais lorsque l’on comprend le pourquoi c’est encore pire.. 

Dans « Cortex » des jumeaux médecins aussi barrés l’un que l’autre nous entraînent dans leur folie, leurs ambitions.. Jusqu’où iront-ils pour les satisfaire ?!

«Fortune macabre pour Jacques Athanée» nous laisse entrevoir dans un avenir plus ou moins proche dans lequel l’être humain frôle l’immortalité, au grand désespoir de certains..

Une nouvelle dans le thème de la gastronomie cette fois avec «Fourmillements dans l’assiette», où les cartes du restaurant vous feront saliver.. si vous aimez les insectes !

Et enfin la dernière nouvelle «Le monde en blanc» est à mon sens la plus futuriste du recueil. On y découvre un monde où il a fallu que l’être humain trouve des solutions pour survivre.. mais où la solution est devenue l’obligation. On y découvre la mort des libertés individuelles, du libre arbitre.. Mais elle laisse entrevoir malgré tout un espoir et il est agréable de finir sur une note un brin positive.  

Chacune de ces nouvelles donne à réfléchir sur des thèmes importants, sérieux et actuels comme l’écologie, le pouvoir, sur notre monde en général et l’être humain en particulier. Elles nous plongent dans un monde à la fois effrayant, pas si éloigné du notre, possible ou probable, et que, personnellement, j’espère ne jamais connaître. 

Grâce à sa plume précise et fluide J.B Van Dyck insuffle à ses histoires un rythme que j’ai particulièrement apprécié. On a le temps de s’imprégner de chacune d’elle, de la comprendre, la visualiser et d’en garder le goût en bouche avant de plonger dans la suivante. 

5156185_dca5e

Si vous souhaitez plonger dans la folie humaine ce recueil de nouvelles est fait pour vous ! La folie à tous les étages qu’elle soit individuelle ou collective, qu’elle soit ancrée ou décidée chacune de ces histoires vous fera naviguer dans ce que l’humain peut avoir d’effrayant ou de pire en lui… 

Ma note : 8/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

Publicités
Chronique Livresque·Horreur·nouvelle

La Damnée de Castlewood par Mickaël Druart

Quelques informations… 

Auto-édition – 86 pages – ebook ou broché – Nouvelle / Horreur

Un résumé ? 

Sourde aux sombres rumeurs entourant le lieu que l’on prétend maudit, Abigail Brown accepte un poste de gouvernante au sein de l’orphelinat de Castlewood.

Mais tandis que dans le regard brisé des enfants s’abat l’effroyable vérité dissimulée entre les murs du château, Abigail se voit délivrer un funeste présage.

Toutes les gouvernantes, avant elle, se sont indignées du sinistre traitement infligé aux orphelins de Castlewood.

Toutes, finalement, y ont pris part. 

Après avoir cédé à la folie.

Après avoir cédé à la Damnée.

magischesbuch_500px-breit

Mon avis… 

Une fois encore je remercie Mickaël Druart.. En effet, je suis devenue une fan inconditionnelle de ce jeune auteur qui m’a fait rire et pleurer avec Les chroniques de la Faucheuse  et qui m’a fait trembler d’effroi avec Les enfants de Castlewood.  J’étais donc ravie lorsqu’il m’a confié cette nouvelle en service presse. 

Cette Nouvelle est en réalité le Préquel des Enfants de Castlewood, l’action se situe alors que l’orphelinat est toujours en place et qu’il accueille des enfants. La jeune Abigail Brown vient y travailler afin d’aider sa mère financièrement et ce malgré toutes les rumeurs qui auraient dû la faire fuir. Abigail ne se doute pas de l’horreur qu’abritent ces murs gris ni du destin qui sera le sien si elle ne s’enfuit pas au plus vite. 

Une nouvelle fois, dès les premières lignes, Mickaël Druart nous plonge dans un univers angoissant et glauque. En effet, l’orphelinat de Castlewood est loin d’être accueillant et il ne faut que quelques mots à l’auteur pour nous faire comprendre que nous n’en ressortiront pas indemne. Les enfants ressemblent à des zombies effrayés, les gouvernantes à des tortionnaires et Abigail se débat au milieu de tous ces gens afin de garder son intégrité mentale. 

Même si, lorsqu’on a lu la nouvelle précédente, on sait à quoi s’attendre et vers quel destin funeste l’auteur entraîne les habitants de ces lieux maudits, je n’ai pas su lâcher cette histoire avant la fin. Tout y est : le stress, l’appréhension puis la peur et la terreur. On accompagne Abigail dans sa quête de la vérité tout en sentant la présence de la Damnée au dessus de notre épaule.. Et j’avoue que cette sensation est largement aidée par la superbe couverture, flippante à souhait ! 

Les personnages sont encore une fois très complets même si le peu de pages qu’accorde une nouvelle ne permet pas de les développer vraiment. Abigail est bien entendu au centre de tout surtout que certains passages sont « tirés » de son journal.. On y ressent tous les sentiments de la jeune femme, ses espoirs, ses craintes.. 

J’ai aimé découvrir qui avait invoqué la Damnée et pourquoi, j’ai aimé espérer voir Abigail s’en sortir, j’ai aimé retrouver les enfants de cet orphelinat même s’ils sont telles des ombres très peu présents. Et enfin… j’ai aimé cette nouvelle si bien écrite et pensée qui m’a plongée une nouvelle fois dans l’horreur et la laideur de Castlewood. 

Mickaël Druart manie les mots et les ambiances de façon magistrale et j’avoue avoir hâte de lire une nouvelle histoire tirée de son imagination ! En attendant si vous n’avez pas peur qu’elle ne vous visite la nuit, plongez dans l’histoire de la Damnée !

conclusion-gif-9

Il faut beaucoup de courage pour pousser les portes de l’orphelinat de Castlewood.. du courage ou de la folie ? Peut-être que l’un mène à l’autre et peut-être réussirez-vous à quitter ces lieux sans que la Damnée ne vous prenne dans ses filets… 

Ma note : 9/10

Pour acheter et lire cette nouvelle cliquez ici

Chronique Livresque·nouvelle·suspense

La Dame Du Deuxième par Nora Samir

Quelques informations…

Auto-édition – 37 pages – ebook – Littérature / Nouvelle

Un résumé ?

La vie semble soudainement sourire à Mélissandre. Une place in extremis aux Beaux-Arts et un appart luxueux dans un immeuble haussmannien à Paris. Son bonheur est troublé par une voisine au comportement étrange. Au fil du temps, percer le mystère de cette énigmatique « Dame du 2ème » va devenir une véritable obsession pour la jeune femme. Va-t-elle réussir à la croiser un jour, à lui parler, et peut être à découvrir son secret ?

arbre

Mon avis :

Je remercie l’auteure, Nora Samir, de m’avoir permis de lire cette nouvelle en service presse via le site Simplement.Pro.

Mélissandre est une jeune femme solitaire à qui la vie semble enfin sourire : un bel appartement prêté, une place aux Beaux-Arts.. Une nouvelle vie semble s’offrir à elle ! Sauf, que sa curiosité est attisée par cette voisine aussi invisible qu’énigmatique et percer ce mystère va vite devenir une obsession pour Mélissandre.

Le format nouvelle me plaît de plus en plus même si c’est un exercice difficile pour les auteurs. En effet, il faut réussir à rendre une histoire complète et des personnages travaillés en quelques dizaines de pages ce qui n’est pas évident.

« La dame du deuxième » n’échappe pas à la règle et à la difficulté. Nora Samir a trouvé un très bon sujet qui débouche sur une histoire bien pensée. En effet, la jeune Mélissandre a peu d’amis, pas de famille; seule elle est en quête du bonheur. Elle va effleurer ce but dans son nouvel immeuble, faire des rencontres qui la marqueront. A cela s’ajoute une touche de mystère autour de cette voisine, une pointe de suspense et des personnages plutôt attachants.

Mais malheureusement, le format court n’était peut-être pas la solution… Je pense que l’idée aurait méritée d’être plus exploitée et développée car, du coup, certains faits arrivent de façon un peu rapide voir même comme un cheveu sur la soupe. Ce qui est vraiment dommage même si au final l’histoire se tient.

Mais, à mon sens, le gros point noir de cette nouvelle est la correction. En effet, de nombreuses fautes d’orthographes, de concordances des temps ou des maladresses de langage m’ont gâché le plaisir de la lecture. Et c’est vraiment regrettable ! Je pense qu’il serait judicieux que Nora Samir retravaille un peu cette nouvelle, quitte à en faire un court roman pour que le lecteur apprécie vraiment son idée et qu’elle puisse l’exploiter à fond.

Par contre, je dois dire que j’ai vraiment apprécié le personnage de Mélissandre. En effet, la jeune femme est douce et attachante. Elle m’a touchée et fait penser à une petite souris qui chercherait du réconfort. Un personnage qui, encore une fois, mérite une vitrine bien plus large.

lames-de-livre-d-automne-6469026

Une idée qui mériterait d’être plus développée car « La dame du deuxième » recèle suspense et secrets, de quoi plaire aux lecteurs.

Ma note : 5.5/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

 

 

 

Chronique Livresque·nouvelle

L’indé Panda N° 6

livre et rose

Bonjour à tous !

Vous connaissez maintenant mon attachement aux auteurs indépendants alors lorsque j’ai été contactée par l’équipe de l’Indé Panda pour chroniquer ce 6ème opus j’étais ravie. Déjà parce que je trouve le concept vraiment top mais aussi parce que le sommaire m’a mis l’eau à la bouche !  

Qu’est-ce-que l’Indé Panda ? C’est un magazine entièrement rédigé et réalisé par des bénévoles dédié aux auteurs indépendants. Il regroupe 12 nouvelles de 12 auteurs méticuleusement choisies et à la fin de chacune quelques mots de son auteur.. Une mine d’or !

Certains noms au sommaire de ce N°6 m’étaient familiers d’autres sont une très belle découverte, dans tous les cas j’ai adoré lire ces histoires ! Je vais vous dire quelques mots sur chacune d’elles..

Le procès participatif par Bouffanges

Bouffanges nous livre ici une dystopie où les réseaux sociaux et l’usage que l’on en fait sont au centre de tout. Chacun peut juger ou être jugé via une application, une conception de la justice qui fait froid dans le dos.. Une écriture précise et fluide qui rend cette histoire presque réelle.

Cette nouvelle a inspiré la magnifique couverture de ce N°6.

Dan par Catherine Loiseau

Je suis fan de Catherine Loiseau alors j’étais ravie de lire cette nouvelle ! De la science-fiction pure où le personnage principal, un humanoïde, va apprendre les émotions humaines à ses risques et périls. Une nouvelle vraiment prenante et une plume toujours aussi addictive.

Un caveau sans vitrail par Laurent B

Laurent B écrit ici sur l’enlèvement de Véronique, une jeune fille pleine de ressource qui va tout faire pour se sortir de cette situation. Une nouvelle un peu plus longue que les autres mais dont l’héroïne est vraiment attachante.

Maïa et l’homme en blanc par Céline Saint-Charle

Une nouvelle que j’ai vraiment appréciée, elle nous parle de notre rapport à la Nature, de la beauté de ce qui nous entoure. Les conversations entre Maïa et l’homme en blanc sont belles et intéressantes. Un récit initiatique à la plume très poétique.

L’étrangère qui vit chez moi par Khalysta Farall

Une super nouvelle dans le style thriller vraiment bien construite et menée. J’ai particulièrement apprécié cette histoire qui m’a tenue en haleine et dont j’ai adoré la chute. J’ai également trouvé la plume de Khalysta Farall très maitrisée et fluide.

Maman est une espionne par Nicolas Chevolleau

Nicolas Chevolleau fait d’un petit garçon le narrateur de cette jolie nouvelle. Celui-ci va nous parler de sa maman et j’ai beaucoup aimé ce récit à la fois poétique et impitoyable. L’écriture est fluide et très agréable, une belle découverte.

Tout compte fait par Nathalie Bagadey

Un conte des temps modernes où l’héroïne va être plongée dans ceux de son enfance.. Un joli récit même si j’ai trouvé le déroulé un peu trop prévisible. Une plume agréable et une histoire sympathique !

Dans l’impasse du chat par Marie Havard

Grâce à Marie Havard, le lecteur se glisse dans la peau d’un chat pour vivre cette nouvelle.. Une histoire prenante et touchante que j’ai particulièrement appréciée tant pour le contenu que pour l’écriture. La plume est riche et imagée, une très belle découverte.

Le dernier chant de Cindy par Vincent Ferrique

Faire la connaissance de Cindy peut être la dernière chose que vous ferez.. Cindy est une sociopathe dont le murmure peut être fatal, suivez là dans sa quête macabre. Une nouvelle un peu plus glauque mais captivante menée par une plume fluide, voir poétique.

Le numismate de Patrice Dumas

Une courte nouvelle dans le style fantastique que j’ai particulièrement aimé surtout pour sa fin. L’écriture est fluide et travaillée, l’histoire est prenante. C’est une très jolie découverte !

La dernière danse de Valéry Bonneau

Qu’il doit être difficile de ne pouvoir toucher les autres ou d’être touché.. C’est le handicap que vit Pépino, une vie de solitude s’offre à lui. Une nouvelle à l’histoire originale mais qui ne m’a pas vraiment convaincue. Malgré tout l’écriture est agréable.

Bal du 14 juillet de Zia Odet

Une nouvelle poignante que j’ai particulièrement aimé. Une écriture pleine d’émotion qui m’a fait vibrer. J’ai vraiment apprécié la plume de Zia Odet.

livre-coup-de-coeur-grand

Voilà ! Vous en savez un peu plus sur ce N° 6 de l’Indé Panda. Ce super magazine paraît, maintenant, tous les semestres alors rendez-vous est pris pour le prochain ! J’ai adoré l’idée de ce magasine, j’ai aimé les nouvelles, j’ai découvert de nouveaux auteurs, pour moi c’est un carton plein ! 
Et cerise sur le gâteau, ce magazine est entièrement gratuit alors précipitez-vous vite pour le télécharger et le lire.
Ma note : 10/10 !!   
Pour le télécharger et lui donner de la visiblité : Indé Panda via Amazon
anticipation·Chronique Livresque·nouvelle·suspense

La Trappe par M.I.A.

Fiche technique :

Edition Hélène Jacob – 84 pages – ebook ou broché – Anticipation / Nouvelle

Résumé :

Un homme, Une trappe, Un Gardien… … et sept minutes à attendre, avant le Jugement.
Venez partager ses derniers instants sur la Trappe…

livre et papillons

Mon avis : 

Un immense merci aux Editions Hélène Jacob pour leur confiance et leur gentillesse, c’est un plaisir de collaborer avec eux.

Un tel résumé ne pouvait que m’attirer.. A la lecture de ces 2 lignes mon cerveau était en ébullition et croulait sous les questions alors je n’ai pas résisté longtemps. D’autant plus qu’il s’agit d’une nouvelle et que j’apprécie vraiment ce format. 

Un homme est debout sur une trappe.. Pourquoi ? Il lui reste 7 minutes à attendre.. Pourquoi ? Avant le Jugement.. Quel jugement ? Pourquoi ? Un Gardien est présent.. Qui est-il ? Et ce n’est qu’un petit échantillon de mon état d’esprit lorsque j’ai débuté cette lecture.. Puis on comprend.. 

L’histoire débute par la fin (j’adore cette façon de faire ! C’est vraiment original et un exercice pas simple à mener) et l’homme debout sur la Trappe nous dévoile petit à petit son histoire. Un braquage qui tourne mal, des morts et le voilà, dernier de son groupe, à attendre ce Jugement. Mais au fil des pages, on s’aperçoit que la société dans laquelle il vit est toujours la notre mais est très différente malgré tout. Les lois, les armes, les peines sont plus dures, la présence de Mentalistes ou du Module font froid dans le dos.. Un société où il ne fait pas bon braquer une banque alors pourquoi le faire ? 

Le personnage principal, Jérémy, m’a vraiment touchée. Tout d’abord par son statut au sein de cette société mais également par sa gentillesse, son empathie. Dès le départ j’ai voulu comprendre comment il avait pu en arriver là, ce qui a rendu ma lecture non seulement captivante mais addictive. Le format court ne permet pas toujours de bien expliciter les personnages mais j’ai trouvé qu’ici ce n’était pas du tout un frein, bien au contraire. M.I.A. pose les bases de chacun, nous dévoile leurs contours et cela m’a largement suffit pour me faire mon idée sur chacun d’eux. 

Drôle de nom que M.I.A pour un auteur non ? Tout simplement parce que cela signifie  «Missing In Action»  et que cela concrétise la rencontre de deux amis séparés par 1500 km et qui travaillent leurs romans à distance. Original et pourtant ça marche ! J’ai découvert ces auteurs grâce à la Trappe et je ne compte pas m’arrêter là , je lirais avec plaisir leurs autres livres. L’écriture est directe, actuelle, fluide, imagée et les auteurs font preuve de beaucoup d’imagination pour créer un monde futuriste et en distiller par petite touche les informations. J’ai vraiment adoré cette lecture qui en plus a une fin comme je les aime ! 

th56910733

Une lecture captivante et bien trop courte tant elle m’a plu ! Un héros a qui il reste 7 minutes pour nous faire comprendre pourquoi il est sur cette Trappe.. Une nouvelle que je recommande vivement ! 

Ma note : 9/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

Chronique Livresque·Littérature·nouvelle

Sans jamais te retourner par Tony Perraut

Fiche technique :

Autoédition – 54 pages – ebook ou broché – Littérature / Nouvelle

Résumé :

Sans jamais te retourner, tu vas vivre cette journée. Tu vas tout donner, tout penser, tout imaginer. C’est dans cette forêt que tu vas comprendre la solitude, C’est dans ce bus que tu vas ouvrir ton ressenti, Mais tu connais l’issue de cette journée, Tu sais que demain tu ne verras pas le soleil se lever. Alors fonce gamin, va mourir.

Sans jamais te retourner est une nouvelle dramatique ayant pour thème le suicide.

th56910733

Mon avis :

Je remercie l’auteur, Tony Perraut, de m’avoir permis de lire cette nouvelle en service presse via le site Simplement.Pro.

Cela fait un moment que je guette Tony Perraut (euh.. dis comme ça je ressemble à une psychopathe.. je m’explique…) sur les réseaux sociaux ! En effet, je trouve qu’il fait un travail remarquable en communication et qu’il est en plus d’une grande gentillesse. Du coup, j’étais ravie de pouvoir découvrir ses écrits et commencer par une nouvelle c’est parfait. Ce format permet de voir l’esprit de concision, la plume et l’imagination d’un auteur et ce que j’apprécie vraiment..

L’histoire débute sur la dernière journée d’un homme, il va mourir, il le sait.. Dernières actions du quotidien, dernières pensées, dernières émotions.. Tony Perraut crée autour de son personnage un univers qui pourrait être celui de n’importe qui, n’importe quand. Ce personnage  n’a pas d’identité mais c’est sans importance, ce qui prime c’est sa détresse, son trouble. Il s’exprime tantôt en « tu » tantôt en « je », peut-être nous parle – t – il ? Peut – être pas… Cet état de fait m’a demandé un petit temps d’adaptation dans ma lecture mais au fil des pages les choses s’éclaircissent pour mieux s’assombrir alors que l’on comprend peu à peu son histoire, leur histoire.

Cette nouvelle aborde le thème très dur qu’est le suicide. Pourquoi décider de se donner la mort ? Et une fois la décision prise, comment franchir le cap ? Faire le grand saut ? Ce n’est pas simple et Tony Perraut nous entraîne dans les pensées de ce jeune homme, ses sentiments de façon vraiment poignante. Le personnage nous touche forcément, mais peut-on le comprendre ? Peut-on plonger suffisamment dans son esprit pour saisir le pourquoi ? J’avoue que ce thème me touche tout particulièrement et même si j’ai trouvé cette nouvelle très dure à lire personnellement j’ai également été bluffée par la maturité avec laquelle c’est traité et écrit.

L’histoire se déroule avec une sorte d’urgence que l’on sent à travers le rythme des phrases et des chapitres. Les mots, comme s’ils se bousculaient, percutent le lecteur pour mieux l’imprégner de cette décision, de cet acte. C’est bouleversant, c’est poignant et personnellement je suis ressortie de cette lecture vraiment chamboulée, surtout après le clap de fin. Une chose est certaine j’ai adoré la plume de Tony qui est addictive, fluide, imagée, une écriture vraiment maîtrisée et je vais le suivre avec beaucoup d’interêt.

livre et rose

Une nouvelle sur le thème du suicide écrite d’une façon poignante. Un jeune auteur prometteur qui traite ce sujet avec beaucoup de sensibilité et d’émotion..

Ma note : 8.5/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

Chronique Livresque·Horreur·nouvelle

Les enfants de Castlewood par Mickaël Druart

Fiche technique :

Autoédition – 54 pages – ebook ou broché – Nouvelle / Terreur

Résumé :

Cinquante ans après avoir été dévoré par les flammes, le château de l’orphelinat de Castlewood se voit restauré par les soins d’un riche inconnu. Mais tandis que sur le village pèse toujours l’ombre de la tragédie, six citoyens sont invités à partager un repas entre les murs de la lugubre bâtisse. Aucun, pourtant, ne doit sa présence au hasard. Car derrière les portes de l’orphelinat, dont les murs font encore résonner les rires cristallins de leurs victimes, se dissimule le secret bien gardé de la tragédie, et du lien qui l’unit aux six convives, et à leur hôte.

fantome

Mon avis :

Je remercie chaleureusement Mickaël Druart, l’auteur, pour sa confiance renouvelée et sa gentillesse. J’avais eu l’occasion de lire ses « Chroniques de la Faucheuse » que j’avais adoré et j’étais donc ravie de le retrouver cette fois ci pour une Nouvelle.

Comme je l’ai déjà dis, je suis de plus en plus fan de Nouvelles. Ce format me semblait auparavant trop court pour me permettre d’entrer pleinement dans l’histoire mais lorsque j’en lis une comme « Les enfants de Castlewood », je me dis que l’auteur peut parfaitement rendre un récit complet sous ce format.

Jonathan Miller et son fils Colin sont invités à dîner au château de Castlewood. Cet ancien orphelinat ayant brûlé il y a cinquante ans a été intégralement restauré par le nouveau riche propriétaire. Ils sont 6 convives et leurs présences n’est surement pas le fruit du hasard.

L’histoire est, dès le départ, bien posée et surtout captivante. J’ai eu envie de découvrir pourquoi ces 6 personnes en particulier étaient invitées et surtout comment elles allaient pouvoir se sortir de la situation (vous vous doutez bien sur que la-dite invitation n’est pas totalement innocente..). Au cours de la soirée, le lecteur apprendra le quotidien des orphelins et le sort qui leur était réservé mais il sera également fait le récit de la fameuse nuit de l’incendie, une nuit d’horreur.

Les personnages sont intéressants et bien construits bien que la nouvelle soit plutôt courte. On comprend parfaitement les raisons d’air de chacun, ses motivations passés et présentes.

Malgré la petite cinquantaine de pages, j’ai été complètement immergée dans cette histoire et la plume de l’auteur y est pour beaucoup. Mickaël Druart arrive à rendre en quelques mots l’ambiance glauque et angoissante qui règne dans ce village et à Castlewood en particulier. J’avais déjà beaucoup aimé sa façon d’écrire dans les Chroniques de la Faucheuse et ce sentiment se confirme grâce à cette Nouvelle. L’auteur n’a pas besoin de longues descriptions pour nous plonger dans son récit, il sait utiliser les mots et surtout les bons mots.

th56910733

Une excellente nouvelle qui nous fait pénétrer les secrets sombres, effrayants et angoissants de Castlewood…

Ma note : 9/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici.

Chronique Livresque·nouvelle·surnaturel

Plus forte que l’éternité par D. F Novel 

Fiche technique :

Autoédition – 60 pages – ebook – Nouvelle / Paranormal

Résumé :

– Un jeune couple aux prises au pire des tourments
– La perspective d’une nouvelle vie pour conjurer le sort macabre
– Un lieu chargé d’histoire

Quel terrible secret va découvrir la jeune femme?
La découverte de la vérité fera-t-elle écho à la vie du jeune couple?
Faut-il réveiller les fantômes du passé?

Dans ce nouveau livre de D-F Novel, vous retrouvez les ingrédients d’une histoire fantastique et d’une enquête mystérieuse aux portes de l’au-delà. Un livre pour les amateurs d’histoires surnaturelles et de frissons…

livre et papillons

Mon avis :

Avant tout, je remercie l’auteur D.F. Novel de m’avoir permis de lire cette histoire en service presse via le site Simplement.Pro.

Laura et Sébastien prennent un nouveau départ après qu’un drame soit survenu dans leur vie. Tout quitter et recommencer ailleurs.. Ils vont donc s’installer dans leur nouvelle demeure, un manoir ancien et inhabité depuis de nombreuses années. Mais cette grande maison vide recèle bien des secrets et Laura va se mettre en tête de les découvrir..  

Ce récit est une nouvelle d’une soixantaine de pages, l’auteur entre donc rapidement dans le vif du sujet. Laura et Sébastien s’installent dans leur beau mais un peu lugubre manoir et la jeune femme va très vite prendre conscience que quelque chose cloche. Elle va donc chercher à comprendre qui étaient les anciens propriétaires et connaître leur destin. L’auteur nous plonge dans un récit plutôt sombre non seulement dû à l’ambiance qui règne dans cette grande maison mais également dans ce village : les commérages, les on-dit y sont maîtres ! La souffrance est omniprésente dans cette histoire : celle de Laura et son mari, celle du fantôme hantant les lieux, elle est un peu comme le fil conducteur qui nous mènera vers une fin plus optimiste.

Le format court ne permet pas de trop développer les personnages et c’est dommage, je ne me suis donc pas vraiment attachée à eux mais plus à l’histoire du manoir qui est, à mes yeux , l’un des protagonistes de ce récit. J’ai tout de même ressenti de l’empathie pour Laura qui traverse une terrible épreuve. Tout comme son mari d’ailleurs, mais lui ne m’a pas fait ressentir la même chose, je l’ai trouvé plus détaché, froid.  

D.F. Novel traite au travers de cette nouvelle paranormale de sujets difficiles  tels que le deuil par exemple mais également la dépression. Sa plume est fluide et permet une lecture facile du texte mais il m’a manqué un peu de « sentiments ». Je suivrais néanmoins cet auteur avec plaisir.

livre magie

Un nouvelle sympathique et agréable à lire même si l’histoire reste plutôt classique pour une histoire de fantôme. A lire le soir dans un manoir isolé…

Ma note : 6.5/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ici

Chronique Livresque·fantastique·Non classé·nouvelle

Des aventures hors du commun par Yannick Giammona 

Fiche technique :

Autoédition – 184 pages – ebook ou broché – Fantastique / Nouvelles

Résumé :

Zoé a huit ans. Elle possède un don. Elle doit apprendre à le gérer. Surtout quand les milliers de voix qu’elle entend se mélangent dans sa tête. Heureusement, Tom va l’aider à enfermer toutes ces voix et à vivre avec ce don.

Diana et Jonathan sont étudiants à Paris. Ils vivent ensemble en appartement. Ils vont apprendre, à leurs dépens, que le miroir qui est dans leur chambre est un objet maléfique…

Pierre est instituteur en Normandie. Sans le savoir, il a des voisines étranges. En effet, sa curiosité va le mener à voir ses deux vieilles dames faire des allées et venues incessantes entre leur cave et leur voiture. Et la curiosité est un bien vilain défaut !

Retrouvez à travers trois nouvelles des aventures hors du commun, où rien ne présage à l’avance ce qu’il va arriver à des personnages qui sont au départ des plus ordinaires.

livre et papillons

Mon avis :

Je remercie chaleureusement l’auteur, Yannick Giammona, de m’avoir proposé de lire son recueil de nouvelles en service presse.

Ce livre regroupe trois nouvelles, toutes totalement indépendantes et très différentes les unes des autres. Au vu du titre et de la couverture, j’avais hâte de découvrir si ces trois histoires étaient vraiment hors du commun..

La première nouvelle nous raconte l’histoire de Zoé, 8 ans, qui a un don très particulier. La petite fille entend les pensées des gens qui l’entoure. Une particularité qui peut sembler être super cool à première vue mais qui se transforme petit à petit en cauchemar. Jusqu’à l’arrivée de Tom qui va guider Zoé dans son apprentissage pour vivre avec ce don.  Zoé est la narratrice de cette nouvelle et ça se ressent dans la façon d’écrire de l’auteur. Son vocabulaire et ses réactions sont, en général, digne d’une enfant de cet âge même si parfois le langage est un peu trop soutenu à mon goût. Cette histoire est plaisante et bien ficelée.

La seconde nouvelle parle d’un jeune couple Diana et Jonathan, et de leur miroir. Diana aime à s’observer très souvent dans cet objet quotidien mais chez eux il va vite s’avérer beaucoup moins banal que chez d’autres personnes. J’ai eu un peu plus de mal avec cette histoire qui est, pour moi, moins ancrée dans le réel que les autres, j’ai donc eu plus de mal à m’identifier aux personnages. Et j’avoue que Diana m’a souvent agacée au fil de l’histoire.. Mais l »idée de base est bonne et plaira aux fans de science-fiction.

La troisième et dernière histoire concerne Pierre, un instituteur en vacances, qui va apprendre à ses dépends que la curiosité n’est pas toujours sans conséquence. Peut-être n’aurait-il pas dû s’intéresser aux va et vient de ses voisines, deux petites vieilles charmantes mais aux occupations un peu bizarres. C’est, des trois, ma nouvelle préférée, car le style est plus horreur/thriller malgré quelques points qui m’ont laissé perplexe. En tout cas après avoir lu cette nouvelle vous ne tenterez plus d’aller voir ce qu’il se passe chez vos voisins !   

Yannick Giammona nous fait découvrir ici des situations surprenantes, des aventures hors du commun qui arrivent à des personnes tout à fait communes. Une enfant, des étudiants, un instituteur, cela aurait pu être n’importe qui.. J’ai aimé la façon dont l’auteur amène ces situations, nous les décrit, chacune dans un style de narration différent. Malgré quelques faiblesses, ce recueil de nouvelles permet de se rendre compte du potentiel de l’auteur autant en imagination qu’en écriture. Je suis certaine que Yannick Giammona n’a pas finit de nous surprendre avec de futures histoires plus étonnantes les unes que les autres.

Conclusion

Un recueil de nouvelles agréable à lire avec des histoires surprenantes et peu communes. Des débuts prometteurs pour ce jeune auteur que je vais suivre avec beaucoup d’intérêt.

Ma note : 6.5/10

Pour acheter et lire ce livre cliquez ICI

 

 

Chronique Livresque·fantastique·nouvelle

Lazare Donatien : La barque solaire par Virginia Besson Robilliard

Fiche technique :

Iggybook – 44 pages – ebook – Fantastique / Nouvelle

Résumé :

Avez-vous déjà ressenti un certain malaise envers un vieil objet? Quelque chose dont vous avez hérité et dont vous ne savez pas quoi faire la plupart du temps ? De tous temps, les hommes ont cherché à percer les mystères qui se présentent en rencontrant plus ou moins de succès dans leur entreprise. Je ne prétends pas apporter plus de réponses que d’autres à ces nombreuses questions, ce n’est pas mon travail. Mais si d’aventure des évènements bizarres commençaient à se manifester autour de vous de façon impromptue, ce serait alors le moment choisi pour songer à faire appel à moi. Qui suis-je ? Un être étrange, travaillant pour des causes plus étranges encore… je suis le Drockhead !

magischesbuch_500px-breit

Mon avis :

Quand je vous dis que je ne résiste pas à cet homme ! C’est avec un immense plaisir que j’ai lu cette 3ème histoire des aventures de Lazare Donatien et je remercie l’auteure, Virginia Besson Robilliard, pour sa confiance renouvelée.

Lazare fait la connaissance d’Alice lors d’une sortie à l’Opéra à laquelle il assistait avec son amie Moira. Alice rencontre quelques petits problèmes et c’est sur les conseils de son défunt père qui connaissait le Drockhead qu’elle vient lui demander de l’aide. C’est comme ça que Lazare, Dimitri son apprenti et Zeph vont se retrouver à rechercher un Pharaon ..

Cette troisième aventure continue parfaitement cette série ! Elle développe encore un peu plus les pouvoirs d’un Drockhead, ses possibilités paranormales. L’humour y est toujours présent avec cette espèce d’humour pince-sans-rire qu’a Lazare. Et Dimitri n’est pas en reste d’ailleurs..Les ingrédients qui font que j’ai eu un coup de cœur dès la première nouvelle sont toujours là et ne le démentent pas au fur et à mesure que j’avance dans cette série. J’avoue que les tenues de Lazare y sont aussi pour beaucoup ! 

L’histoire, cette fois-ci, va pousser Lazare à mettre sa vie entre les mains de Dimitri pour pouvoir mener sa mission à bien. On sent au fil des aventures que les liens qui se tissent entre les deux hommes sont de plus en plus forts. Ils n’hésitent pas à tout risquer pour aider Alice. Le personnage de Zeph prend un peu plus d’ampleur également, on lui découvre de nouvelles capacités enfin surtout paranormales parce que pour ce qui est de l’apprentissage informatique, ça ne semble pas gagné !

L’écriture est toujours aussi plaisante et addictive, en général je lis la nouvelle en une fois sans m’arrêter tant elles me plaisent. L’auteure met en place un monde vraiment intéressant autour de ses personnages. A chaque nouvelle histoire, on découvre un pan de ce monde, les êtres paranormaux qui le peuplent, les pouvoirs du Drockhead. Le fait que chaque opus soit lié à un objet en particulier nous permet de découvrir certaines croyances comme par exemple ici avec la barque solaire du Pharaon.

Conclusion_Logo_-_Cool_Dots_Font

Toujours le coup de cœur pour Lazare Donatien et ses compagnons d’aventure ! Je vais donc continuer à découvrir les prochaines nouvelles et à vous en parler avec un immense plaisir !

Ma note : 9/10