On papote avec...

On papote avec #2 … Rebecca Greenberg

livre et papillons

Bonjour à tous !

J’espère que tout le monde se porte bien… Je vous retrouve aujourd’hui pour la seconde édition de notre rendez vous #onpapoteavec.

Aujourd’hui, j’ai la joie de discuter avec Rebecca Greenberg, l’auteure du génialissime roman Le Fil d’Argent dont je vous parlais dans ma chronique ICI . Alors, on s’installe bien au chaud avec une tasse de bon chocolat, un petit cookie (liste non exhaustive.. faites vous plaisir !) pour papoter un peu avec Rebecca…

Bonjour Rebecca..  Tu es une jeune auteure autoéditée. Peux-tu nous décrire ton parcours ?

Je suis « jeune » dans l’autoédition, il est vrai, car mon premier roman n’a été publié qu’en Septembre dernier. Mais j’ai tout de même 46 ans, et l’on peut donc dire que je m’y suis mise sur le tard…

Pendant des années, j’ai fait le choix de me consacrer à temps plein à mon foyer,  mes enfants.

Lorsqu’ils ont grandi et sont devenus plus autonomes, l’envie de créer (qui existait depuis mon adolescence) s’est réveillée et rapidement des idées ont émergé. Mais il m’a fallu ruser pour trouver le temps de réaliser mon projet d’écriture… Beaucoup de recherches, quelques nuits blanches, et une motivation en béton armé ont été nécessaires. Il m’aura fallu 2 années pour venir à bout du FIL D’ARGENT. Puis encore une année pour les relectures et réécritures. Une 3eme année enfin, à chercher un éditeur. Comme la plupart des jeunes auteurs, j’ai envoyé mes manuscrits, attendu, attendu, attendu… et reçu des réponses négatives. Pourtant, je ne pouvais me résoudre à abandonner ce projet. J’avais entendu parler de l’autoédition sur Amazon et j’ai voulu essayer… Je n’avais pas grand-chose à perdre, en vérité. Sauf que j’étais morte de trouille à l’idée des critiques qui risquaient de me tomber dessus… J’avais beaucoup de doutes quant à la qualité littéraire du roman (les refus des éditeurs y étaient pour beaucoup, je pense), mais j’avais écrit avec mes tripes et j’espérais que les messages passeraient… Je me suis lancée.

Le Fil d’Argent est ton 1er roman je crois.. Quelles sensations as-tu ressenti lors de sa sortie ? 

Juste l’impression de vivre un rêve, et quand les premiers retours sont arrivés, c’était carrément un conte de fée !! Il m’a fallu du temps pour réaliser que tout cela était réel… En même temps, je savais que cela ne durerait qu’un temps et je ne voulais pas trop y perdre la tête. Aussi, j’essaye juste de profiter de l’instant présent et du grand bonheur que me procurent les commentaires enthousiastes des lecteurs. C’est juste merveilleux de savoir que tout cela n’a pas été vain et que le récit touche tant de personnes.

Comment t’es venue l’idée de ce roman ? Pourquoi avoir choisi ces thèmes (seconde guerre mondiale, dons surnaturels) ?

 Je parle de thèmes qui me touchent profondément, de choses auxquelles je crois sans aucune restriction. Que le hasard n’existe pas, que chaque chose a un sens, chaque personne un rôle en ce monde. Des choses qui brûlent en moi et que je devais faire sortir et transmettre. C’était plus une nécessité qu’un choix.

En ce qui concerne l’inspiration pour la trame et les mots, elle s’est imposée à moi. Comme un flux transmis directement d’ « en-haut ». Jusqu’à aujourd’hui, je considère cela comme un cadeau et j’en suis extrêmement reconnaissante.

L’écriture du Fil d’Argent t’as pris plusieurs années. N’est-il pas trop compliqué de quitter des personnages qui t’ont suivi si longtemps ?

 Oui et non. Ils laisseront toujours une trace en moi, c’est évident. Mais d’un autre côté, coucher leur histoire sur le papier (ou dans un fichier…) m’a justement permis de les extérioriser et donc de les « quitter »… Ils font maintenant leur vie, suivent leur propre parcours auprès des lecteurs.

Peux-tu nous décrire tes conditions de travail ?

 Ah ah, rien de plus simple !

Tout le monde debout, y’a du boulot !! Bisous bisous, bye bye. Un paragraphe, un repas à mijoter, une phrase, la machine à étendre, une fin de chapitre, le salon à ranger, une page entière (oh ! miracle !), le petit dernier à aller chercher… Zut, j’ai zappé le rendez-vous chez le doc’ !! Vite vite, les devoirs de maths à expliquer… Zou, tout le monde au dodo, ouf, il est temps d’avancer… Quoi ? Déjà 3h du mat ??? J’ai intérêt à aller me coucher… Allez, je finis juste cette scène et j’y vais…

Et enfin.. donnes nous tes 3 mots favoris…

ABSOLU – FAMILLE – ETERNITE

Je remercie chaleureusement Rebecca Greenberg pour ses réponses et sa gentillesse. J’espère que cette interview vous aura donné envie de découvrir ce magnifique roman qu’est Le Fil d’Argent

le-fil-d-argent-968754-264-432

Si vous souhaitez vous le procurer cliquez ICI sans hésitation !

En attendant, je vous souhaite une très belle journée, à bientôt pour de nouvelles lectures !

Emma

3 commentaires sur “On papote avec #2 … Rebecca Greenberg

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s