Mots-clefs

, , , , , , ,

vegan

Fiche Technique :

Auto-édition – 306 pages – Ebook ou broché – Thriller

Résumé :

Peut-on tuer par amour ? Chacun aura sa propre réponse. Mais dans tous les cas, cela semble être la croyance de ce psychopathe en apparence grand défenseur animaux. Néanmoins, jamais Vanessa n’aurait pensé que cette affaire allait autant chambouler sa vie. Quant à Valmont, quelle mouche l’avait piqué de faire appel à ce médium ? D’accord, ce tueur jouait depuis un moment avec leurs nerfs, à semer des cadavres partout dans la région sans laisser de traces, mais était-ce vraiment une raison valable ? Car même si un homme sage a dit un jour : Soyez le changement que vous voulez voir dans ce monde ; entre une population ulcérée à deux doigts de se faire justice elle-même, des politiques et des journalistes motivés à faire choux gras sur leur dos, pouvaient ils se permettre de tout sacrifier sur l’autel d’un idéal ? Ce même idéal qui peut-être les avait déjà trahis…   

pile-de-livres

Mon avis :

Avant tout, je remercie vivement l’auteur, Freeric Huggin, de m’avoir permit de lire son roman en service presse. J’avais craqué sur la couverture qui est, je trouve, géniale alors ça a été un plaisir de pouvoir le lire.

Les choses sérieuses commencent dès la première page. Un homme se rend compte qu’il est victime d’un kidnapping.. Il n’a aucun souvenir de son enlèvement  et va vite s’apercevoir qu’il a peu de chance de s’en sortir vivant. L’enquête va échoir à Vanessa et Valmont, deux policiers qui vont tenter le tout pour le tout pour résoudre cette affaire en utilisant les dons d’un médium.. Il faut dire que l’assassin ne s’est pas arrêté à ce premier meurtre et qu’il sème des cadavres un peu partout.

L’auteur nous entraîne en compagnie de ces deux policiers et de Marco, leur Bleu, à la recherche d’un tueur en série qui semble être motivé par la défense de la cause animale. Pour cela, Freeric Huginn emmène le lecteur dans un monde qui ne lui est pas forcément familier comme celui des abattoirs ou des laboratoires. Les informations sont distillées au fil des pages, intégrées dans l’histoire mais on en apprend beaucoup sur la façon dont les animaux sont traités.

L’histoire est bien menée et se met en place à fur et à mesure que le tueur enlève ses victimes. Les enquêteurs sont plutôt malmenés par cet assassin qui ne laisse aucun indice et vont naviguer en eaux troubles avec pour seule aide celle du médium. Malgré une enquête qui piétine le récit avance, l’auteur alterne entre scènes gores et dialogues plus légers. Malgré un langage familier voir parfois crus, les scènes décrites ne tombent pas dans l’excès. Les descriptions sont juste ce qu’il faut de choquantes pour marquer le lecteur sans tomber dans le voyeurisme.

Les personnages sont plutôt bien campés et j’ai beaucoup aimé le trio d’enquêteurs. Ils sont plutôt attachants et drôles avec leurs réparties. J’aurai aimé parfois en savoir plus sur eux, avoir un peu plus de détails sur leurs passés ou leurs pensées mais tout est très centrée sur l’enquête avec peu de place pour le reste finalement. Le « divis » est également un personnage que j’ai apprécié notamment ses réflexions sur le court de sa vie que j’ai trouvé touchantes et justes.

Au-delà de l’histoire, l’auteur réussit à nous faire réfléchir sur la cause animale sans tomber dans un ton moralisateur. Grâce à sa plume fluide mais également acide et acérée, il nous montre jusqu’où peuvent aller des êtres humains pour défendre leurs idées qu’ils soient végans ou non. Par petites touches, par quelques mots de-ci de-là au fil des pages, Freeric Huginn démontre au lecteur, si besoin est, que l’être humain est la plupart du temps intolérant face à ce qu’il n’apprécie pas, voir ne comprend pas.

Mon seul bémol concernant ce livre sera pour la fin… En effet, j’attendais vraiment celle-ci pour avoir toutes les explications mais j’ai trouvé que les choses allaient trop vite et je suis restée un peu sur ma faim..

en-conclusion

Un thriller bien mené et construit qui vous fera passer un bon moment .. Mais si j’étais vous j’éviterais de le lire en mangeant vous risqueriez de ne plus regarder votre assiette de la même façon !

Ma note : 7.5/10

 

Publicités