Mots-clefs

, , , , , , , ,

Fiche Technique :

IS Editions – 144 pages – ebook et broché

Résumé :

Rosetta Bancale a été placée contre son gré en maison de retraite par sa fille unique pour un début d’Alzheimer. Elle intègre alors un groupe de six « résistants » pratiquement abandonnés par leurs familles, mais à l’aise financièrement. Leur devise : rire, boire et bien manger, malgré les restrictions de l’établissement.

Le petit club fait les quatre cents coups, transgresse allègrement le règlement et se venge des mesquineries du personnel, mais chacun reste évasif sur son passé… Un des sept membres, surnommé « le Capitaine », se fait prendre dans les filets d’Annette, une auxiliaire de vie cupide qui cherche à se faire épouser. Mais elle est un jour violemment poussée dans l’escalier…

Un inspecteur de police va alors enquêter et découvrir le passé peu reluisant de certains des pensionnaires, la vie tourmentée ou malheureuse de quelques autres, et le chantage financier exercé par Annette sur celui ou celle qui a changé de sexe et qui ne voudrait pas que son secret soit divulgué.

Pour compliquer encore un peu plus l’enquête, chaque membre du club va s’accuser du « crime » pour protéger ses amis…

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie chaleureusement IS Editions pour ce service presse et leur confiance.

Rosetta est une femme qui, pour cause de maladie, est placée en maison de retraite par sa fille.. traîtrise ultime ! Elle forme donc avec d’autres résidents un petit groupe de joyeux drilles qui font les 400 coups jusqu’au jour où Annette qui a ferré le Capitaine, l’un des membres du groupe, est poussée dans l’escalier. Une enquête va donc être menée et l’inspecteur va avoir du fil à retordre pour découvrir la vérité..

Je dois dire que c’est une très agréable découverte et que cette lecture sous couvert d’humour pousse à la réflexion.

Mais tout d’abord, Rosetta ! Son personnage est tout à fait exceptionnel ! Elle est placée contre son grè en maison de retrait car atteinte de la maladie d’Alzeihmer. Sa fille unique ayant sa propre vie à mener, « Les volets Bleus » sont la solution toute trouvée. Mais Rosetta est tellement drôle, cynique, malicieuse qu’on s’attache à elle dès les premières phrases. Elle m’a fait pleurer de rire ou pleurer tout court mais elle m’a surtout fait prendre conscience que la vie passait comme une flèche et qu’il fallait en profiter au maximum quelque soit son âge !

Le roman est très court et se lit très rapidement mais les situations cocasses s’enchaînent, les révélations aussi et même si l’on rit beaucoup on s’attache à ces résidents qui n’ont pas forcément eu une vie simple ou heureuse. Ils sont tous touchants à leur façon avec leurs histoires, leurs caractères et surtout leur loyauté envers leur petit groupe.

Mais au delà du rire ce livre nous oblige à nous poser des questions et  à revoir certaines de nos idées reçues.. L’âge et même le grand âge n’empêche pas de tomber amoureux, de vouloir profiter de ses amis ou de sa famille, de rire et s’amuser.. bref d’aimer la vie ! Rosetta et sa bande nous le démontrent bien ! Et la dernière page tournée chacun se demandera si lui aussi laissera ses parents sans nouvelles s’ils devaient être un jour en maison de retraite ou comment il jugera ses enfants s’ils « l’oublient » dans un établissement de ce genre..

Le seul bémol concerne la 4ème de couverture qui en dit un peu trop à mon goût, tout comme le choix du mot « enquête » dans le titre qui pourrait laisser croire à un thriller alors que ce n’est pas l’essentiel du livre.

 

Un roman pétillant qui vous fera passer un moment de lecture tendre et amusant. Une Rosetta qui pourrait être notre grand-mère à tous est l’héroïne exceptionnelle de cette ode à la vie !

Ma note : 8/10

Publicités