Mots-clefs

, , , , , , , , ,

Fiche technique :

Séma Editions – 564 pages – ebook ou broché

4ème de couverture :

Au coeur du massif des Maures, le petit village de Tarsac est le cadre de meurtres sauvages qui font ressurgir la peur et la paranoïa. Qui est cet assassin particulièrement retors qui ne laisse aucune trace et semble connaître parfaitement ses victimes ? C’est ce que devront découvrir le lieutenant Courtas du SRPJ de Toulon et Martin Fabre, le chef de la police municipale. Cette enquête les confrontera à des croyances révolues sur fond de sorcellerie et à un étrange miroir qui semble être le coeur de l’énigme. Mais, dans cette cuvette infernale écrasée par la chaleur, les morts se succédent à un rythme effrené, et le temps leur manque…

Mon avis :

Avant tout, je remercie Frédéric Livyns de m’avoir confié ce service presse.

La première chose qui m’ait donné envie de lire ce livre est, il faut bien le dire, la couverture ! Elle est vraiment magnifique et au fil de la lecture on s’aperçoit qu’elle rend parfaitement justice à l’histoire.

Ce thriller écrit à 4 mains nous entraîne dans un petit village, Tarsac, où les habitants vivent en quasi autarcie. La découverte du corps d’un jeune homme à la tête fracassée entame une longue série macabre qui vient troubler le calme de cette bourgade et la replonger dans des souvenirs que chacun s’efforcait d’oublier. En effet, 12 ans auparavant un tueur en série « le réducteur » avait sévit en tuant des enfants du village. Le lieutenant Courtas se retrouve plongé au coeur de cette campagne entre une ribambelle de morts et une chaleur suffocante, à essayer de débrouiller les pistes.

Ouvrir ce roman équivaut à plonger en apnée dans une ambiance lourde, oppressante et anxiogène. Dès les premières pages, on vit au rythme de Tarsac, de sa moiteur, de ses habitants et leurs souvenirs et surtout de ses morts. Plus les pages se tournent et plus on s’aperçoit de l’abandon de ce village. Chaque description nous enfonce un peu plus dans son étouffement aussi bien géographique que moral.

Les personnages sont tous très bien travaillés, pensés, réalisés. J’ai particulièrement aimé le lieutenant Courtas avec son caractère, ses failles et sa pugnacité. Il s’implique totalement dans cette enquête quitte à y laisser une part de lui-même. L’autre personnage que j’ai particulièrement aimé est Tarsac. Le village est à mes yeux l’un des personnages principaux de cette histoire. Son histoire, chaque habitant croisé dans ses rues, chaque maison visitée le rendent plus vivant mais aussi plus stressant.

Mais ce roman n’est pas qu’un thriller, il a une particularité.. Il abrite une sorcière, un démon et un miroir maudit. Le surnaturel se mèle de façon magistrale au thriller et au vue de l’ambiance générale, la présence de sorcellerie ne paraît ni incongrue ni déplacée bien au contraire ! Elle nous ramène aux temps anciens où les sorcières étaient partie intégrante du paysage avec leurs incantations et leurs rituels.

Mon seul petit bémol, concerne les quelques longueurs de style ou le fait que la catégorie professionnelle du personnage soit utilisée plutôt que le prénom mais rien de gênant ni pour l’histoire ni pour la lecture la plume des deux auteurs étant fluide et terriblement efficace.

Un très bon thriller où l’on s’attends à voir le diable surgir à chaque page, une immersion angoissante et glauque qui ne vous laissera pas indemne.

Ma note : 8/10

 

 

 

 

Publicités